Tsong-kha-pa


Tsong-kha-pa

Tsongkhapa

Je Tsongkhapa

Lama Tsong Khapa ou Je Tsongkhapa (1357-1419), de son nom religieux Lobsang Dragpa, né dans la province de l'Amdo (Tibet du nord est), fut le fondateur de la branche gelug du bouddhisme tibétain. Il est dit que le Bouddha Sakyamuni a parlé de la venue de Tsongkhapa au Tibet comme une émanation du Bodhisattva Manjusri.[1] Il préconisa notamment un célibat strict et une formation académique inspirée du cursus monastique des shakyapa et fonda le grand monastère de Ganden sur la montagne Riwoché près de Lhassa. Son ordre créé a, semble-t-il, commencé par être nommé gandenpa, puis gelugpa donc « les vertueux » en tibétain.

Sommaire

Début de sa vie

Statue de Tsongkhapa, initiateur de l'école gelugpa, sur l'autel du Temple de son lieu de naissance le monastère de Kumbum, dans l'Amdo, photo de l'écrivain Mario Biondi, 7 juillet 2006

Tsongkhapa est né en 1357 dans la province de l'Amdo (Tibet du nord est). Selon la tradition, à l'endroit où il naquit, un arbre de santal blanc s'est développé dont les feuilles étaient marquées de lettres tibétaines et qu'Alexandra David-Neel a pu voir.[2]
Le premier temple du monastère de Kumbum y sera construit en son honneur, en 1560.

Tsongkhapa, initiateur de l'école gelug, commença très jeune sa vie religieuse : à 3 ans, il reçut l'ordination laïque (upasaka) du 4e Karmapa, Rolpe Dorje qui prédit qu'il aurait une grande importance pour le Bouddhisme tibétain. Il prit les vœux de novice à l'âge 7 ans. Il reçut une éducation éclectique qui lui permit de connaître le meilleur de tous les courants.

Production

Il s’est principalement inspiré de la tradition kadampa, mettant l'emphase sur l’observance du vinaya (règles monastiques) ainsi que sur la connaissance des Sûtras et des textes des philosophes indiens, en particulier Nagarjuna et Chandrakirti, aussi bien que des tantras. Il s’efforça de contenir le vajrayana à l’intérieur du cadre mahayana et définit son idée du bouddhisme dans l’Ode aux réalisations où il mentionne les trois aspects principaux de la voie : compassion, sagesse et désir de libération. Tsongkhapa est aussi l’initiateur de la cérémonie annuelle de prières communes des moines, Mönlam Chenmo ; la première se déroula au monastère de Jokhang en 1409. Tsongkhapa eu notamment comme disciples principaux Gendun Drub (1391-1474) et Khedrup Je, qui seront reconnus par la suite respectivement comme le 1er dalaï-lama, et le 1er Panchen Lama, liés par une relation de maître à disciple au cours de leurs incarnations successives. Tsongkhapa fonda en 1409 le monastère de Ganden. Ses disciples Gyaltsab Je (1364-1431), puis Khedrup Je (1385-1438), le remplacèrent. Gyaltsab Je est considéré comme le 1er Ganden Tripa. Par la suite ils seront nommés par les dalaï lama pour une période de sept ans ; Khensur Loungri Namgyél Rinpoché, détenteur actuel de la fonction, est le 101e.

Les Gelugpa ont intégré des pratiques issues de différentes écoles bouddhistes, mais la principale est le Lamrim « Voie progressive » développé dans Pratique selon le Lamrim (Lam-rim chen-mo) par Tsongkhapa à partir de La Lampe de la voie (Bodhipathapradipa) d'Atisha, inspirateur de la pensée kadampa.

En philosophie, il interprète le système Madhyamaka de Nagarjuna selon un point de vue conventionnaliste poussé à l'extrème (les phénomènes n'ont qu'une existence conventionnelle qui se ramène à une simple désignation).

Lien avec Manjushri

Tsongkhapa eu des visions de Manjushri après sa rencontre avec le lama Umapa Pawo Dorjé, un maître tibétain du Kham issu d'une famille pauvre qui avait eu, alors qu'il était enfant et berger, une vision du Boddhisatva de la Sagesse.[3] Le lama Umapa fut un des enseignants de Tsongkhapa, et lors d'une retraite de méditation, Tsongkhapa âgé alors d'environ 30 ans eu la vision d'une lumière bleue où se trouvait Manjushri. Par la suite, quand il se posait une question, Manjushri lui apparaissait et lui donnait des conseils, comme par exemple le choix de réaliser une retraite de méditation dans le sud du Tibet.[3]

Renommée en Asie

Dessin de Tsongkhapa, par Nicholas Roerich

Tsongkhapa fut renommé dans toute l'Asie de son vivant, jusqu'aux empereurs Ming de la Chine qui l'invitèrent par 2 fois à la cour des Ming. Tsongkhapa refusa l'invitation, car selon le 14e dalaï-lama il ne se préoccupait pas de sa renommée, mais envoya l'un de ses disciples les plus proches.[3]. Tsongkhapa se préoccupait d'avantage de la préservation et de la transmission du Dharma, c'est pourquoi il fonda le monastère de Ganden, et que ses disciples fondèrent les monastères de Drépung (1416), et Sera (1419), tous trois situés à proximité de Lhassa. Gendun Drup fonda aussi le monastère de Tashilhunpo à Shigatsé, la seconde ville du Tibet.[3]

Ouvrages

Six ouvrages de Tsongkhapa sont particulièrement importants :

  • Le Grand Livre de la progression vers l'éveil (Lam-rim chen-mo)
  • Le Grand Exposé des tantras (sNgag-rim chenmo)
  • L’Essence de l’éloquence des enseignements interprétatifs et définitifs (Drnng-nges legs-bshad snying-po),
  • Éloge de la relativité (rTen-'brel bstodpa),
  • Les cinq stades du Guhyasamaja (gSang-'dus rim-lnga gsal-sgron)
  • Le Rosaire d’or (gSer-phreng)

Sépulture

La momie de Tsongkhapa avait été conservée dans un tombeau situé au monastère de Ganden. Lors de la révolution culturelle, un lama tibétain, Bomi Rinpoché, fut contraint de porter sur son dos la momie de Tsongkhapa et de la jeter au feu après que les gardes rouges eurent détruit sa tombe. À l'insu de ces derniers, Bomi Rinpoché réussit cependant à extraire du bûcher des reliques, le crâne de Tsongkhapa et des cendres.[4] Les reliques ont été placées dans une nouvelle tombe dans le monastère de Ganden toujours en cours de reconstruction.[3].

Bibliographie

  • Djé Tsongkhapa L'ode aux réalisations Arkana, (ISBN 2906588067) (ISBN 978-2906588066)
  • Losang Drakpa Tsongkhapa, Michel Zaregradsky (dir), Georges Driessens (trad) Le Grand Livre de la progression vers l'éveil,
    tome 1 Dharma; Édition : Gyatso, Yonten (3 septembre 1999) (ISBN 2864870142) (ISBN 978-2864870142)
    tome 2 Dharma (1992) (ISBN 2864870185) (ISBN 978-2864870180)

Notes

  1. Biography of Tsongkhapa
  2. Jean Chalon, Le lumineux destin d'Alexandra David-Néel, Librairie académique Perrin, 1985.
  3. a , b , c , d  et e Une histoire du Tibet : Conversations avec le dalaï-lama, de Thomas Laird, Dalaï-Lama, Christophe Mercier, Plon, 2007, ISBN 2259198910
  4. Death of a controversial lama: Obituary of Bomi Rinpoche (1918-2002)(TIN)

Voir aussi

  • Portail du Tibet Portail du Tibet
  • Portail du bouddhisme Portail du bouddhisme
Ce document provient de « Tsongkhapa ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tsong-kha-pa de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Tsong-kha-pa — ▪ Tibetan lama born 1357 died 1419       Tibetan lama who founded a new Tibetan Buddhist sect known as the Dge lugs pa (q.v.), literally “Model of Virtue” but more commonly referred to as the Yellow Hat sect to distinguish it from the older Red… …   Universalium

  • Buddhism — Buddhist, n., adj. Buddhistic, Buddhistical, adj. Buddhistically, adv. /booh diz euhm, bood iz /, n. a religion, originated in India by Buddha (Gautama) and later spreading to China, Burma, Japan, Tibet, and parts of southeast Asia, holding that… …   Universalium

  • Tibet — /ti bet /, n. an administrative division of China, N of the Himalayas: prior to 1950 a theocracy under the Dalai Lama; the highest country in the world, average elevation ab. 16,000 ft. (4877 m). 1,250,000; 471,660 sq. mi. (1,221,599 sq. km). Cap …   Universalium

  • Je Tsongkhapa — Tsongkhapa (bo tw|t=ཙོང་ཁ་པ་|w=Tsong kha pa) (1357 ndash; 1419), whose name means The Man from Onion Valley , was a famous teacher of Tibetan Buddhism whose activities led later to the formation of the Geluk (Dge lugs) school. He is also known by …   Wikipedia

  • Christianisme au Tibet — Caravane sur la Route de la soie, 1380 Le Tibet, au cœur de l’Asie, est resté longtemps inconnu ou mal connu en Occident. Les premières traces de chrétiens au Tibet, sous l’empire tibétain, ne sont pas très nombreuses. Les premiers témoignages… …   Wikipédia en Français

  • Tibetan Buddhism — [An alternative term, lamaism , apparently derives from Chinese lama jiao and was used to distinguish Tibetan Buddhism from Han Chinese Buddhism, fo jiao . The term was taken up by western scholars including Hegel, as early as 1822. (cite book… …   Wikipedia

  • Dge-lugs-pa — or Gelukpa Yellow Hat sect of Tibetan Buddhism, the chief religion in Tibet since the 17th century. It was founded in the 14th century by Tsong kha pa (1357–1419). His reforms included strict monastic discipline, celibacy, and improved education… …   Universalium

  • TIBET — La civilisation tibétaine traditionnelle continue à exister comme un phénomène unique dans le monde moderne. Jusqu’à l’occupation du Tibet par la Chine communiste en 1959, elle était non seulement unique, mais également florissante, à en juger… …   Encyclopédie Universelle

  • Je Tsongkhapa — Tibetische Bezeichnung Tibetische Schrift: ཙོང་ཁ་པ། Wylie Transliteration: tsong kha pa blo bzang grags pa Aussprache in IPA: [tsoŋkʰapa] …   Deutsch Wikipedia

  • Religionskritiker — Religionskritik stellt Religionen und Religiosität, ihre Glaubensaussagen, Konzepte, Institutionen und praktischen Erscheinungsformen rational und/oder moralisch ethisch in Frage. So wie es verschiedene Religionen, Ausdrucksformen innerhalb einer …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.