Troubadour


Troubadour
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Troubadour (homonymie)
Bernart de Ventadorn, troubadour médiéval occitan - manuscrit de musique troubadour du XIIIe siècle

Un troubadour (de l'occitan trobador, prononcé [truβa'δu]: trouveur) est un compositeur, poète, et musicien médiéval de langue d'oc, qui interprétait ou faisait interpréter par des jongleurs ou des ménestrels ses œuvres poétiques dans les cours seigneuriales des anciennes provinces méridionales du royaume de France entre le XIIe siècle et le XIIIe siècle. Les femmes qui pratiquent l'art du trobar, sont appelées des trobairitz. Les trouvères sont leurs équivalents de langue d'oil au nord de la France. Les appellations elles-mêmes de troubadour et de trouvère dérivent du verbe occitan trobar et, par un autre biais, du verbe latin tropare et du mot tropus ou trope, qui signifient globalement trouver, inventer, et « figurer » en musique, c'est-à-dire composer.

L'œuvre elle-même des troubadours et des trouvères est conservée dans plusieurs manuscrits et codex en France, Espagne ou Italie, et a été analysée par les philologues, et les musicologues à partir du XIXe siècle.

Sommaire

Aire géographique

Les troubadours se trouvent dans toutes les provinces méridionales du royaume de France, en Aquitaine, Saintonge, Périgord, Limousin, Auvergne, ainsi que dans les comtés limitrophes de Toulouse, Albigeois, et Provence, jusqu'en Catalogne, Aragon et Lombardie, Toscane, République de Gênes; ces différents espaces correspondant à peu près à l'actuelle Occitanie. Leurs poésies se diffusent de même dans tout le royaume de France, ainsi que dans le royaume d'Angleterre à la cour d'Aliénor d'Aquitaine, au Portugal, en Hongrie et beaucoup plus tardivement, jusqu'en Transcaucasie avec Sayat-Nova.

Thèmes

Les thèmes les plus connus sont épiques, avec la vie des chevaliers, et lyriques avec la poésie courtoise.

Ils sont aussi très souvent satiriques et comiques, moraux ou religieux, et même juridiques ou politiques comme l'Histoire de la guerre de Navarre de Guillaume Anelier.

Poète et musicien

La poésie des troubadours est une littérature poétique en vers réguliers, destinée à être chantée, voire mise en dialogues et en scénettes.

Le troubadour est défini comme celui qui sait trouver des vers et composer les musiques. Par exemple la vida de Bernart de Ventadour indique qu'il savait trouver les bons mots et les belles musiques, « aveia sotilessa et art de trobar bos motz e gai sons »[1]. Les deux éléments sont indissociables, la poésie est faite d'abord pour être chantée et non récitée[1]. Le troubadour était à la fois celui qui maitrisait l'art poétique , et qui composait des mélodies pour accompagner le texte. Le mot troubadour, au sens strict, désigne les poëtes du Moyen Âge s'exprimant en langue occitane.

Étymologie

Deux hypothèses sont faites concernant l'étymologie du mot « troubadour »:

Les historiens du français et de l'occitan estiment que la racine du mot est le verbe trobar qui, en langue romane signifie « composer », « inventer », ou « deviser » (voir les dictionnaires Académie française, Larousse, Robert). On conserve ce sens aujourd'hui dans le nom de la musique latino-américaine romantique trova. Cette théorie est appuyée par l'antériorité des compositions des troubadours de langue d'Oc.

Les linguistes Reto Bezzola et Peter Dronke, et le musicologue Jacques Chailley qui proposent une origine médiolatine à la lyrique courtoise, considèrent que le verbe français « trouver » vient du latin tropus, et signifie littéralement « inventer un trope », une figure de style, c'est-à-dire poésie, "trouvée". Un « trope » est une figure de mots, c'est-à-dire une partie du discours dans laquelle les mots sont utilisés dans un sens différent de leur sens propre, un sens figuré, comme dans la création de métaphores ou de métonymies; un sens particulier existe en musique : invention d'un nouveau texte sur une mélodie pré-existante (on disait "troper" au Moyen Âge). Le verbe « trouver », qui apparaît en français au début du XIIe siècle dans les Lois de Guillaume Le Conquérant, a le même sens et la même origine latine tropus[2]. Les mots latin et français viennent eux-mêmes du grec τρόπος, qui signifie « manière », « tournure ». Les premiers "tropes" étaient des textes poétiques "trouvés" et ajoutés sur les mélodies pré-existantes du chant grégorien (point de départ de l'invention poétique médiévale).

Maria Rosa Menocal donne comme hypothèse au mot « troubadour » la composition du mot arabe tarab qui signifie « chanter », et le suffixe roman dour signifiant « tourner »[3].

Richard Lemay en 1966, propose que l'origine de trobar et trobador « viennent d'une racine arabe, popularisée dans le dialecte roman espagnol du XIIe siècle, pour désigner le chanteur-poète qui s'accompagne d'instruments de musique »[4].

La langue des troubadours

Article détaillé : Ancien occitan.

La langue des troubadours était la lenga romana, langue romane, terme toujours utilisé par les chartistes pour désigner la langue des textes profanes du Moyen Âge de ces régions, qu'ils soient poétiques ou non. On lui préfère souvent l'appellation d'ancien occitan. Le mot occitanien est apparu pour la première fois dans l'Essai de glossaire occitanien publié en 1819 par Henri de Rochegude à partir d'un mélange d'oeuvre des différents troubadours. Son introduction fait état du débat, déjà très vif à l'époque, sur les deux questions de l'unicité linguistique du Sud de la France, et du nom qu'il faut donner à la langue des troubadours. Il fait l'hypothèse de l'unicité, rejette les appellations concurrentes de provençal, de limousin et de catalan, pour adopter celle d'occitanien, afin de ne pas la confondre avec le dialecte languedocien encore très parlé à son époque. Reprenant l’Histoire générale de la Provence de Jean-Pierre Papon, il explique cette unicité linguistique originelle par la création et la diffusion d'un beau parler depuis les vicomtés de Gévaudan et de Carlat (la cour de l'épervier au Puy restera le foyer du chant d'amour) dans une aire comprenant la Provence, le Languedoc, la Catalogne et le Limousin, qui commence à partir du mariage en 1112 de Douce de Gévaudan, comtesse de Gévaudan, de Carlat, comtesse de Provence, avec Raymond Bérenger III le Grand, comte de Barcelone. La cour de Blanche de Carlat-Gévaudan-Lodève-Provence, dont le siège passera d'une région à l'autre, sera effectivement le foyer d'une cour littéraire qui se perpétuera plusieurs siècles, et fera école dans les grands lignages seigneuriaux apparentés comme les vicomtes de Rodez, de Narbonne, ou de Ventadour.

Au XIIIe siècle Raimon Vidal de Bezaudun nomme sa langue lemosi (limousin), tandis que les italiens la nomment proensal (provençal), appellation qui fut reprise par certains romanistes du XIXe siècle et du début du XXe siècle, sous le terme « d'ancien provençal ». Au XIVe siècle, Dante dans son De vulgari eloquentia la nomme lingua d'oco (langue d'oc[5]. Depuis le milieu du XXe siècle, elle tend à être désignée comme ancien occitan.

Les plus anciens témoignages écrits en langue d'oc au XIe siècle sont la Chanson de sainte Foy d'Agen et le Poème sur Boèce. Avec la langue religieuse et la langue de chancellerie, la langue littéraire fait partie de la scripta occitane qui constitue l'ensemble des textes écrits en ancien occitan au Moyen Âge.

Quelle que soit leur région d'origine, qu'ils soient gascons, provençaux, catalans ou italiens, les textes des troubadours copiés dans les chansonniers à partir du XIIIe siècle, sont écrits dans une langue commune, une koinê, avec peu de caractères dialectaux différenciés. Cette forme normalisée définissait une langue littéraire spécifique au domaine poétique qui s'est diffusée avec les premiers troubadours classiques, tandis que dans le nord à la même époque la langue d'oïl était spécifiquement adaptée au genre épique[6]. Cette langue poétique ne connait pas de variations dans le temps, entre le XIe et le XIIIe siècle elle demeure immuable[7].

Il est difficile de localiser l'origine de l'ancien occitan qui partage des analogies avec le limousin et le languedocien. Raynouard en faisait à tort l'origine de toutes les langues romanes[8]. Quatre hypothèses ont été avancées pour l'origine de la koinê des troubadours: les origines limousine, poitevine, narbonnaise, et centraliste.

1-L'origine limousine. L'hypothèse qui présente la koinê comme puisant ses origines dans le dialecte limousin est apparue en 1876 dans la Grammaire limousine de Camille Chabaneau, elle la faisait concorder avec l'apparition de la poésie troubadouresque qui s'est localisée le long de la bordure linguistique qui sépare la langue d'oc de la langue d'oil, en Gascogne, Périgord et Limousin[9], et devait son influence aux tropes de Saint Martial de Limoges qui était le centre de la poésie médio-latine[8].

La nature limousine de la koinê a été longtemps défendue par les romanistes, du fait qu'elle partageait plusieurs caractères graphiques avec le limousin, notamment des phonèmes en cha et en ja présent dans chantar et jauzir par exemple. Mais Pierre Bec remarque que ces traits sont aussi présents dans d'autres dialectes nord-occitans du Dauphiné, Vivarais, Auvergne et le Velay, et sont probablement des caractères stylistiques plutôt que phonétiques[10].

2-L'origine poitevine s'établit à partir de la figure de Guillaume IX le premier troubadour qui était de Poitiers. Elle part de l'hypothèse qu'au XIe siècle le dialecte poitevin qui était parlé à la cour et par ses sujets, faisait partie de l'occitan et était proche du limousin. Les textes de Guillaume IX auraient transmis ce dialecte dans cette forme avant qu'il n'évolue vers la francisation, déjà effective au XIIIe siècle. Cette langue se serait ensuite répartie dans tout l'espace troubadouresque à cause du prestige du duc d'Aquitaine, et aurait été adoptée par les poètes qui lui succédèrent en devenant la langue littéraire commune[11]. Plusieurs arguments mettent à mal cette hypothèse, en premier que l'on ne peux vraiment démontrer que le poitevin ait pu être à l'origine un dialecte d'oc qui se serait francisé en un temps aussi court (de 1150 à 1250)[11].

3-L'origine narbonnaise. Les philologues Heinrich Morf et Giulio Bertoni, furent les principaux promoteurs de la thèse selon laquelle l'occitan des troubadours était originaire de la région du bas Languedoc et plus précisément de Narbonne. Cette thèse a depuis été abandonnée[10].

4-L'origine centraliste. Thèse apparue dans les années 50 après la publication par Clovis Félix Brunel du recueil des Plus anciennes chartes en langue provençale (1926-1952). Elle comprend l'origine de la langue des troubadours dans l'ensemble plus général de la scripta occitane. Selon ses principaux défenseurs, les philologues John Orr, Ruprecht Rohr et Max Pfister, la koinê des troubadours est une langue déjà fixée dans une forme classique standardisée, qui témoigne de l'évolution d'une langue véhiculaire dont l'origine est la scripta administrative plus marquée dialectalement, et localisé autour de Toulouse dans le domaine de l'occitan central, région où sont conservées les plus anciennes chartes en langue d'oc datant du XIe siècle[12].

La fin' amor

Article détaillé : Amour courtois.

La fin’ amor est une conception des relations amoureuses et courtoises entre le poète et la dame (la domna comme elle est nommée par les troubadours) dont le rang social souvent plus élevé que celui du poète en fait un objet d'idéalisation et de désir inaccessible. C'est aussi un jeu galant codifié qui devait éprouver la fidélité du prétendant pour sa dame.

Empreint de valeurs héroïques propres à la chevalerie, la fin amor n'écarte pas l’adultère, mais évoque aussi des sentiments délicats.

L’amour courtois se développa pour répondre à des règles très précises, finalement codifiées par plusieurs arrêts pris à la cour d’Aliénor d'Aquitaine qui joua un rôle considérable dans la diffusion de l’idéologie de l'amour courtois [réf. nécessaire].

Histoire

Origine

Selon Pierre-Louis Ginguené: « Il faut [...] reconnaître dans la poésie arabe la mère et la maitresse commune de l'espagnole et de la provençale. On aperçoit dans la poésie des Troubadours les traces de cette filiation, et l'on y voit aucun vestige de la poésie grecque ou latine. »[13]

Contexte

Les troubadours apparaissent au moment de la première croisade, et leur déclin s'amorce avec la croisade des Albigeois. Plusieurs d'entre eux participeront aux croisades à commencer par Guilaume IX qui fait partie des chevaliers qui accompagnent Godefroi de Bouillon lors de la première Croisade et plus tard à la Reconquista.

Les premiers troubadours (1100-1150)

La première période de la lyrique troubadouresque commence avec Guillaume IX de Poitiers, le plus ancien troubadour identifié, et est ensuite représenté par quatre autres poètes : Cercamon, Marcabru, Jaufré Rudel et Eble de Ventadour.

L'age classique (1190-1320)

Troubadours dans la croisade albigeoise

Le déclin (1250-1350)

Survivance

Les genres lyriques

Définition des genres

Genres aristocratisants

  • la canso (la chanson) est la forme la plus courante : cinq ou six couplets bâtis sur les mêmes rimes ;
  • l'aube (l'aubade ?) décrit avec brièveté le réveil des deux amants par le cri d'un guetteur et leur tristesse de devoir se séparer à la pointe du jour;
  • la serena (sérénade en langue d'oïl), dépeint les lamentations du chevalier amoureux ;
  • les sirventès sont des satires plus politiques et morales ;
  • le planh est un chant de deuil ;
  • le partimen ou joc-partit (jeu parti en langue d'oïl) et la tenso (tenson en langue d'oïl) permettent à plusieurs troubadours de débattre des questions d'amour ;
  • la pastourelle dépeint l'amour pour une bergère ;
  • la ballade, destinée à être dansée.
  • La chanson de croisade, représente un genre hybride: elle relève d'une part de l'idéologie de la croisade, exaltant la prouesse guerrière au service de la foi; mais d'autre part, elle représente une requête d'amour déguisée, que le danger de l'expédition rend plus urgente.

Genres popularisants

Troubadours et trobairitz célèbres

Article détaillé : Liste de troubadours et trobairitz.

Notes et références

  1. a et b Marrou 1971, p. 79
  2. Albert Dauzat, Nouveau dictionnaire étymologique et historique, Larousse
  3. María Rosa Menocal (1990) The Arabic role in medieval literary history: a forgotten heritage préface p.  X-XII
  4. Richard Lemaylien, « À propos de l'origine arabe de l'art des troubadours », Annales. Économies, sociétés, civilisations, vol. 21, n°5, 1966, p. 991
  5. Bec 1986, p. 63-64
  6. Bec 1986, p. 66-67
  7. Jacquette Luquet Juillet (2000) Occitanie terre de fatalité: tome III Troubadours et spiritualités p. 7
  8. a et b Bec 1992, p. 258 chapitre 1 Constitution d'un occitan littéraire et véhiculaire
  9. Marrou 1971, p. 67
  10. a et b Bec 1992, p. 259 chapitre 1 Constitution d'un occitan littéraire et véhiculaire
  11. a et b Bec 1992, p. 261-264 chapitre 1 Constitution d'un occitan littéraire et véhiculaire
  12. Bec 1992, p. 265-268 chapitre 1 Constitution d'un occitan littéraire et véhiculaire
  13. Histoire littéraire d'Italie (1811), Pierre-Louis Ginguené, éd. Michaud, 1811, t. 1, p. 250

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Anthologies

  • René Nelli et René Lavaud, Les troubadours : Le trésor poétique de l'Occitanie, vol. 1 : L'œuvre épique, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « bibliothèque européenne », 1966 (ISBN 2-220-02192-0) 
  • René Nelli et René Lavaud, Les troubadours : Le trésor poétique de l'Occitanie, vol. 2 : L'œuvre poétique, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « bibliothèque européenne », 1966 (ISBN 2-220-02192-0) 
  • Jacques Roubaud, Les troubadours : anthologie bilingue, Paris, Seghers, 1971 (ISBN 2-221-50188-8) 
  • Pierre Bec, Anthologie des troubadours, Paris, Union générale d'édition, coll. « 10/18 », 1979 (ISBN 2-264-00242-5) 

Études historiques

  • Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye, Histoire littéraire des troubadours, Paris, Durand neveu, 1774, 2 volumes. (1967, Slatkine reprint)
  • François-Juste-Marie Raynouard
    • La Grammaire des troubadours, 1816
    • Des troubadours et les cours d’amour, 1817
    • Grammaire comparée des langues de l’Europe latine dans leurs rapports avec la langue des troubadours, 1821
    • Choix des poésies originales des troubadours, 6 vol., 1816-1821
    • Lexique de la langue des troubadours, 1824
  • Duc de La Salle de Rochemaure, Les Troubadours cantaliens XII-XXe siècle, 1910, Bloud et Gay, , 2 in-12°, 645 et 577 p.

Histoire

  • Henri-Irénée Marrou, Les Troubadours, Paris, Le Seuil, 1971 (ISBN 2-02-000650-2) 
  • Geneviève Brunel-Lobrichon et Claudie Duhamel-Amado, Au temps des troubadours, Paris, Hachette, coll. « La Vie quotidienne », 1997 (ISBN 2012355250) 
  • Linda M. Paterson, Le monde des troubadours, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1999 (ISBN 2-85998-193-4) 

Études littéraires

Langue

  • Pierre Bec, La langue occitane, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-je ? », 1986 (ISBN 2-13-039639-9) 
  • Maurice Romieu, André Bianchi, La lenga del trobar : Precís de grammatica d'occitan ancian, Paris, Presses universitaires de Bordeaux, 1986 (ISBN 2-86-781393-X) 

Musique

  • Ismael Fernandez de la Cuesta et Robert Lafont, Las cançons dels trobadors, Toulouse, Institut d'Estudis Occitans, coll. « Opera omnia », 1979 (ISBN 2012355250) 
  • Claude Riot, Chants et instruments : Trouveurs et jongleurs au Moyen Âge, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « R.E.M.P.A.R.T », 1996 (ISBN 2-200-03681-7) 
  • Jean Maillard et Jacques Chailley (préface), Anthologie de Chants de Troubadours, Nice, Georges Delrieu et Cie éditeurs, 1967. 

Voir aussi

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Troubadour de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Troubadour — Troubadour …   Deutsch Wörterbuch

  • troubadour — [ trubadur ] n. m. • 1575; a. provenç. trobador « trouveur », de trobar « trouver, composer » 1 ♦ Poète lyrique courtois de langue d oc aux XIIe et XIIIe s. ⇒ jongleur, ménestrel. Trouvères et troubadours. « cette divinisation de la femme, d où… …   Encyclopédie Universelle

  • Troubadour — Sm Sänger std. (17. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. troubadour, dieses aus prov. trobador, zu prov. trobar, afrz. trover dichten , eigentlich finden .    Ebenso nndl. troubadour, ne. troubadour, nfrz. troubadour, nschw. trubadur, nisl.… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Troubadour — steht für: Trobador, Bezeichnung für Dichter, Komponisten und Sänger höfischer mittelalterlicher Lieder Troubadour (Album), Musikalbum des somalisch kanadischen Hip Hop Musikers K’naan (2009) Troubadour (Musikwettbewerb), Liederwettbewerb in… …   Deutsch Wikipedia

  • Troubadour — Trou ba*dour , n. [F. troubadour, fr. Pr. trobador, (assumed) LL. tropator a singer, tropare to sing, fr. tropus a kind of singing, a melody, song, L. tropus a trope, a song, Gr. ? a turn, way, manner, particular mode in music, a trope. See… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • troubadour — 1727, from Fr. troubadour one of a class of lyric poets in southern France, eastern Spain, and northern Italy 11c. 13c., from O.Prov. trobador, from trobar to find, earlier invent a song, compose in verse, probably from V.L. *tropare compose,… …   Etymology dictionary

  • Troubadour — (spr. trubadūr: provenzal. Trobador), in der provenzal. Literatur des Mittelalters soviel wie Dichter; in neuerer Zeit allgemein im Sinne von lyrischer Dichter in provenzalischer Sprache gebraucht. Vgl. Provenzalische Sprache und Literatur, S.… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • troubadour — TROUBADOUR: Beau sujet de pendule …   Dictionnaire des idées reçues

  • Troubadour — Troubadour,der:⇨Liebhaber(1) …   Das Wörterbuch der Synonyme

  • troubadour — *poet, versifier, rhymer, rhymester; poetaster, bard, minstrel …   New Dictionary of Synonyms

  • troubadour — [n] singer accompanist, artist, balladeer, bard, crooner, jongleur, minnesinger, minstrel, musician, poet, serenader, songster, songwriter, trouveur, vocalist; concept 352 …   New thesaurus


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.