Traverse (voie)

Traverse

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Traverse (homonymie).

Une traverse est un élément fondamental de la voie ferrée. C'est une pièce posée en travers de la voie, sous les rails, pour en maintenir l'écartement et l'inclinaison, et transmettre au ballast les charges des véhicules circulant sur les rails. On utilise principalement des traverses en bois ou en béton.

Le travelage, c'est-à-dire le nombre de traverse au kilomètre est variable, généralement de 1666 traverses/km à la SNCF.

Sommaire

Traverses en bois

Traditionnellement les traverses sont en bois dur, généralement en chêne ou plus rarement en hêtre, matériau apprécié pour sa résistance et sa flexibilité, pour sa facilité de mise en œuvre, mais de durée de vie réduite (20 à 30 ans) car il est putrescible. Pour prolonger leur durée de vie, les traverses en bois sont en général imprégnées sous pression d'un pesticide, insecticide et fongicide, la créosote. Les traverses en bois représentent encore la très grande majorité des traverses utilisées dans le monde. Pour éviter l'apparition de fentes, liées aux successions de périodes humides et sèches, on peut cercler les têtes de traverses à l'aide de feuillards métalliques, c'est le frettage.

Leurs dimensions sont généralement, à la SNCF, de 2,6 m de long, 25 cm de large et 15 cm d'épaisseur (les bois d’appareils ont des longueurs variant de 2,60m à 6,00m.) . Elles sont entaillées pour permettre l'appui des rails. La zone d'appui ou table de sabotage est délimitée de manière à déterminer l'écartement des rails et leur inclinaison (au 1/20 à la SNCF). Le poids d’une traverse en bois est d’environ 80 kg.

La fixation des rails sur les traverses en bois se fait grâce à des tire-fonds et des attaches élastiques, parfois munies de semelles en caoutchouc pour limiter le bruit.

Le recyclage des traverses en bois est règlementé dans plusieurs pays en raison de la nocivité de la créosote, produit classé cancérigène.

Les traverses en bois exotique tel que l’Azobé se développent largement. En raison de leur caractère imputrescible, les traverses en Azobé ne sont généralement pas traitées à la créosote.

Traverses en béton

Pose de traverses monobloc béton
Traverses en béton de type monobloc sur une voie du RER C à Jouy-en-Josas.

Les traverses en béton ont une durée de vie plus importante (50 ans), la traverse en béton fut introduite il y a plusieurs décennies pour palier aux inconvénients du vieillissement naturel du bois. Son utilisation fut appliquée alors aux lignes faiblement chargées.

A partir des années 70, l’emploi de la traverse en béton fut généralisé en France à l’ensemble des lignes. A cette époque en effet, la maîtrise technologique était sensiblement meilleure et surtout, son prix de revient comparé à celui de la traverse en bois fut l’argument principal de cette décision.

Il en existe de deux types, la traverse bibloc et la traverse monobloc :

  • Traverses bibloc, formées de deux blocs de béton, les blochets, reliés par une entretoise métallique, qui absorbe les efforts en milieu de traverse. Il existe deux modèles de blochets :
    • La traverse à blochets de 68 cm, qui a pour dimensions :
longueur = 2,245 m
largeur = 29 cm (à la base des blochets)
épaisseur = 17 ou 22 cm (dans l’axe de la table)
    • La traverse à blochets de 84 cm, qui a pour dimensions :
longueur = 2,415 m
largeur = 29 cm (à la base des blochets)
épaisseur = 22 cm (dans l’axe de la table)
  • Traverse monobloc en béton précontraint, amincies dans leur partie centrale, armées de fils à haute résistance.
    L’ancienne génération (modèles V.W, SCOP,…), fabriquée jusqu’en 67, a les caractéristiques suivantes :
longueur = 2,30 m
largeur = 25 cm
épaisseur = 14 cm
La nouvelle génération, fabrications à partir des années 74 environ, présente les caractéristiques suivantes :
longueur = 2,50 m
largeur = 29 cm
épaisseur = 17 ou 20 cm

L'utilisation des traverses en béton est en nette augmentation, tant à cause de leur qualité intrinsèque que pour le prix élevé des traverses en bois.
Les traverses en béton, par leur poids important, assurent un bon ancrage de la voie dans le ballast. Elles sont en particulier utilisées pour les lignes nouvelles à grande vitesse.
La fixation des rails se fait par des attaches élastiques munies de dispositifs isolants en caoutchouc.

Traverses métalliques

La traverse métallique est un produit industriel de fabrication simple. Elle est constituée d'un laminé en forme de U renversé, embouti à ses extrémités, pour former des bêches qui s'enfoncent dans le ballast et s'opposent au déplacement transversal de la voie. Le rail est fixé au moyen de crapauds qui appuient sur le bord du patin. Ces crapauds sont serrés par des écrous vissés sur des boulons et la combinaison de deux ou trois modèles permet de réaliser une gamme progressive d'écartement de la voie. On peut également adapter des dispositifs élastiques. La traverse métallique, en acier, est relativement légère (80 Kg) et est principalement utilisée dans des voies à circulation de moyenne vitesse. N'étant pas isolantes, elles demandent qu'un soin particulier soit apporté aux attaches et leur isolation afin d'être compatibles avec les systèmes de signalisation faisant appel aux courants de voie. Un bourrage de qualité remplissant bien les moules de la traverse, lui permet d'atteindre une stabilité optimum pour les tracés sinueux.

Deux facteurs déterminants font apparaître un regain d'intérêt pour les traverses métalliques :

  • Le façonnage des bêches en version longues augmente considérablement leur stabilité latérale, permettant par là le soudage en LRS de la ligne à des rayons de l'ordre de 200 m.
  • L'autre aspect de plus en plus pris en compte est leur excellent bilan écologique, fortement influencé par la possibilité qu'elles offrent à pouvoir être régénérées et recyclées dans des lignes de second importance[1].


Notes et références

  1. Rapport EMPA Nr 115/38, 1998 - Etude LEMEPUL, Collection d'étude de la traverse métallique, 1964 - 1967

Voir aussi

Wiktprintable without text.svg

Voir « traverse » sur le Wiktionnaire.

  • Portail du chemin de fer Portail du chemin de fer
Ce document provient de « Traverse ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Traverse (voie) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • traverse — [ travɛrs ] n. f. • à traverseXII e; lat. pop. °traversa, fém. subst. de tra(ns)versus→ travers 1 ♦ Loc. adv. À LA TRAVERSE Vx De travers, de côté. ♢ (XIIIe) Vx ou littér. En travers, en faisant obstacle. Loc. prép. « Encore u …   Encyclopédie Universelle

  • Voie verte Trans-Ardennes — La voie verte à Montcy Notre Dame Localisation Ardennes Désignation Voie verte Trans Ardennes Type véloroute Longueur …   Wikipédia en Français

  • Voie de Malmedy — Voie des Ardennes Carte des axes romains, carolingiens, de la Voie des Ardennes et de la voie des hèvurlins.[1] La Voie des Ardennes (ou l Ardeneuse Voie) reliait Jupille à Theux par Fraipont. En wallon, elle …   Wikipédia en Français

  • Voie des ardennes — Carte des axes romains, carolingiens, de la Voie des Ardennes et de la voie des hèvurlins.[1] La Voie des Ardennes (ou l Ardeneuse Voie) reliait Jupille à Theux par Fraipont. En wallon, elle …   Wikipédia en Français

  • voie — [ vwa ] n. f. • veie, voieXIe; lat. via → via I ♦ Concret A ♦ 1 ♦ Espace à parcourir pour aller quelque part. ⇒ chemin, passage. Direction d une voie. Se frayer une voie dans les broussailles. Trouver, suivre, perdre, quitter une voie, la bonne… …   Encyclopédie Universelle

  • Voie Domitienne/Via Domitia — Voie Domitienne Pour les articles homonymes, voir Via Domitia. La voie Domitienne (Via Domitia) est une voie romaine construite à partir de 118 av. J. C. pour relier l’Italie à la péninsule Ibérique en traversant la Gaule …   Wikipédia en Français

  • Voie domitienne — Pour les articles homonymes, voir Via Domitia. La voie Domitienne (Via Domitia) est une voie romaine construite à partir de 118 av. J. C. pour relier l’Italie à la péninsule Ibérique en traversant la Gaule …   Wikipédia en Français

  • Voie narbonaise — Voie Domitienne Pour les articles homonymes, voir Via Domitia. La voie Domitienne (Via Domitia) est une voie romaine construite à partir de 118 av. J. C. pour relier l’Italie à la péninsule Ibérique en traversant la Gaule …   Wikipédia en Français

  • Voie de la Dombes — Vue de la voie de la Dombes Localisation Caluire et Cuire Désignation Voie de la Dombes Type sol stabilisé Longueur …   Wikipédia en Français

  • Voie d'essai de l'aérotrain d'Orléans — Pays  France …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.