Tour du Temple

ï»ż
Tour du Temple

48°51â€Č51″N 2°21â€Č41″E / 48.86417, 2.36139

Vue de la Grosse Tour vers 1795.

La Tour du Temple et son enclos constituaient la Maison du Temple, ancienne forteresse parisienne située dans le 3e arrondissement de Paris, qui fut détruite en 1808.

Construite par les Templiers Ă  partir de 1240, pendant le rĂšgne de saint Louis, elle devint par la suite une prison. Elle doit sa cĂ©lĂ©britĂ© au fait qu’elle servit de geĂŽle Ă  la famille royale en 1792 et 1793.

Sommaire

Historique

Elle est construite en mĂȘme temps que l’imposante forteresse intra-muros des Templiers, au Moyen Âge.

L’Enclos du Temple

voir la description dans l’article : Maison du Temple

Sous la RĂ©volution

Plan du rez-de-chaussée de la grosse tour du Temple, en 1793.

Au-dessus du palais du grand prieur, on apercevait le puissant donjon des templiers et, sur la gauche, la tour de CĂ©sar et le clocher de la collĂ©giale bĂątie sur le modĂšle de l’église du Saint-SĂ©pulcre de JĂ©rusalem.

La Tour du Temple

La Grande Tour

Celle-ci se dressait Ă  l’une des extrĂ©mitĂ©s de l’ancien enclos (Ă  la hauteur de l’actuelle mairie). La tour Ă©tait une robuste bĂątisse fĂ©odale, de quelque 50 mĂštres de hauteur, l’épaisseur des murs Ă©tait en moyenne de 4 mĂštres, elle comprenait quatre Ă©tages, dont les voĂ»tes en ogives retombaient sur un pilier central. Elle Ă©tait flanquĂ©e de quatre fortes tourelles, dont l’une enfermait un escalier en colimaçon. La Grande Tour Ă©tait inutilisĂ©e depuis des siĂšcles lorsque l’entrepreneur Pierre-François Palloy fut chargĂ© de son rĂ©amĂ©nagement. Il avait divisĂ© chaque Ă©tage en plusieurs piĂšces avec des cloisons et des faux plafonds dissimulant la voĂ»te trĂšs Ă©levĂ©e. Ces cloisons Ă©taient recouvertes de papiers peints. Sur la façade de la Grande Tour on avait accolĂ©, Ă  une date postĂ©rieure, la Petite Tour.

La Petite Tour

AccolĂ©e Ă  la façade de la Grande Tour, la Petite Tour, dont la construction Ă©troite Ă©tait flanquĂ©e de deux tourelles, ne communiquait pas avec la Grande Tour : ce dĂ©tail a son importance. Elle comportait un rez-de-chaussĂ©e et quatre Ă©tages. C’est dans cette petite tour que fut emprisonnĂ©e la famille royale du 13 aoĂ»t 1792, jusqu’au 26 septembre 1792 pour Louis XVI, et jusqu’au 26 octobre 1792 pour sa famille. Il convenait de rendre la Grande Tour habitable pour la famille royale.

Attributions des Ă©tages de la Petite Tour

Transfert de la famille royale au Temple le 26 octobre 1792.

Le 13 aoĂ»t 1792, les Ă©tages de la Petite Tour furent attribuĂ©s comme suit :

  • Le premier Ă©tage fut attribuĂ© aux trois femmes de chambre : Mmes Bazire, Navarre, Thibaud.
  • Le second Ă©tage fut attribuĂ© Ă  la reine et sa fille Marie-ThĂ©rĂšse de France. Elles couchaient dans l’ancienne chambre de BarthĂ©lĂ©my (archiviste de l’ordre de Malte) qui avait Ă©tĂ© expulsĂ© de son domicile par les agents de la Commune. Au mĂȘme Ă©tage la princesse de Lamballe dormait dans l’antichambre sur un lit de sangle, Louise-Elisabeth de CroĂż de Tourzel et le dauphin partageaient la mĂȘme chambre. Il y avait un cabinet de toilette et une garde-robe.
  • Le troisiĂšme Ă©tage fut attribuĂ© au roi. Le roi couchait seul dans un lit Ă  baldaquin. Madame Élisabeth partageait sa chambre avec la jeune Pauline de Croy d’HavrĂ©, fille de la duchesse de Tourzel. Les valets François Hue et Chamilly couchaient dans un cabinet assez Ă©troit, ouvrant sur l’antichambre. Cet Ă©tage Ă©tait Ă©galement dotĂ© d’un cabinet de toilette et d’une garde-robe. En outre, le roi disposait d’un cabinet de lecture amĂ©nagĂ© dans l’une des tourelles.

Attribution des Ă©tages de la Grande Tour

Louis XVI à la Tour du Temple, par Jean-François Garneray.

La Commune de Paris en fait la prison de la famille royale dont elle s’était assurĂ© la garde, aprĂšs la journĂ©e insurrectionnelle du 10 aoĂ»t 1792.

Le 26 septembre 1792, Louis XVI est transfĂ©rĂ© dans la Grande Tour du Temple, suivi le 26 octobre de la mĂȘme annĂ©e par Marie-Antoinette d'Autriche et ses enfants.

Le rez-de-chaussĂ©e n’avait pas Ă©tĂ© transformĂ©. Le conseil de surveillance du Temple s’y installa le 8 dĂ©cembre 1792. Cette vaste piĂšce d’environ 60 mĂštres Ă©tait meublĂ©e de quatre lits destinĂ©s aux commissaires, d’un bureau, d’un pupitre destinĂ© Ă  Jean-Baptiste ClĂ©ry, d’armoires, dont l’une renfermait les registres. C’est dans cette salle que les municipaux prenaient leurs repas en compagnie des officiers de la Garde Nationale en service au Temple.

Premier Ă©tage Il abritait le corps de garde, soit une quarantaine d’hommes qui couchaient sur des lits de camps. Comme le rez-de-chaussĂ©e, cette salle Ă©tait restĂ©e en l’état. Des sonnettes reliaient le corps de gardes Ă  la salle du conseil et aux appartements de la famille royale. Le mĂȘme escalier en colimaçon desservait tous les Ă©tages.

DeuxiĂšme Ă©tage Il Ă©tait affectĂ© au roi. Un couloir coudĂ©, barrĂ© de deux portes, l’une en fer, la seconde en chĂȘne, donnait accĂšs Ă  l’escalier. Il comprenait quatre piĂšces. Chacune Ă©tait Ă©clairĂ©e par une fenĂȘtre grillagĂ©e et en partie obstruĂ©e par un abat-jour en forme de hotte. Dans l’antichambre on avait affichĂ© la DĂ©claration des droits de l’homme encadrĂ©e de tricolore. Cette piĂšce est en pierre de tailles et Ă©tait meublĂ©e de quatre chaises, d’une table Ă  Ă©crire et d’une table Ă  trictrac. Une cloison vitrĂ©e la sĂ©parait de la salle Ă  manger. La chambre du roi Ă©tait tapissĂ©e de jaune vif et communiquait avec l’antichambre avec une double porte Ă  vantaux. On la laissait ouverte toute la journĂ©e pour faciliter la surveillance. Cette piĂšce Ă©tait dotĂ©e d’une cheminĂ©e qui faisait face Ă  la porte, surmontĂ©e d’une glace. Le lit du roi Ă©tait placĂ© contre la cloison. En prolongement du lit royal, le lit de sangle destinĂ© au dauphin (futur Louis XVII). Les meubles de l’étage du roi provenaient du Palais du grand prieur de Malte. La tourelle servait d’oratoire. AuprĂšs de la chambre du roi se trouvait la chambre de Jean-Baptiste ClĂ©ry. L’autre tourelle servait de garde-robe, la troisiĂšme tourelle de bĂ»cher.

TroisiĂšme Ă©tage

Marie Antoinette, peinte à la Tour du Temple, attribuée à Kucharski.

Cet Ă©tage Ă©tait rĂ©servĂ© Ă  la reine, Ă  sa fille et Ă  Madame Élisabeth. L’appartement avait la mĂȘme superficie que celui du roi. Il n’en Ă©tait pas l’exacte rĂ©plique. L’antichambre identique prĂ©cĂ©dait la chambre de la reine, situĂ©e au-dessus de celle du roi. elle avait Ă©galement une double porte. Elle Ă©tait meublĂ©e d’une table, d’un lit de repos et de chaises. La chambre de la reine Ă©tait tapissĂ©e de papier-peint Ă  fleur de couleur verte sur fond bleu, avait une porte Ă  deux vantaux et possĂ©dait une cheminĂ©e. On avait placĂ© le lit de Marie-ThĂ©rĂšse de France dans une encoignure ; ce n’était qu’une couchette. Il y avait aussi un canapĂ©, une commode, un paravent et deux tables de nuit. Une tourelle servait de cabinet. La chambre obscure de Madame Élisabeth Ă©tait situĂ©e sous la chambre de ClĂ©ry, elle Ă©tait pourvue d’une cheminĂ©e, d’un lit de fer, une commode, une table, deux fauteuils et deux chaises. À ce mĂȘme Ă©tage les Tison couchaient au-dessus de la salle Ă  manger du roi.

QuatriĂšme Ă©tage

Il Ă©tait inoccupĂ©, il servait de grenier. Entre les crĂ©neaux et les pans de la haute toiture d’ardoise courait une galerie ou plutĂŽt un chemin de ronde. Au dĂ©but de son emprisonnement, la famille royale pouvait s’y promener ; pour cela, le conseil du Temple fit garnir les espaces entre les crĂ©neaux par des planches qui empĂȘchaient les promeneurs d’ĂȘtre vus.

Ces précisions résultent des inventaires qui furent dressés le 25 octobre 1792 et le 19 janvier 1793.

Les commissaires, dĂ©signĂ©s chaque soir par l’HĂŽtel de ville, disposaient d’une chambre chacun et d’une salle de rĂ©union.

Dans le bĂątiment oĂč s’ouvrait la grande porte de l’enclos et qui bordait la rue du Temple, se trouvaient les loges des concierges, l’économat et les cuisines. La troupe avait Ă©tabli ses quartiers dans le palais du grand prieur. Elle comprenait un commandant gĂ©nĂ©ral, un chef de lĂ©gion, un sous-adjudant gĂ©nĂ©ral, un adjudant-major, un porte-drapeau, vingt artilleurs servant deux canons, soit 287 hommes, en comptant les officiers subalternes, les sous-officiers et les simples soldats. Cette garde Ă©tait dĂ©signĂ©e Ă  tour de rĂŽle par les 8 divisions composant la Garde Nationale de Paris.

Description de la Tour du Temple vue de l’extĂ©rieur

Portes de la Grosse Tour conservées au chùteau de Vincennes.

Il fallait passer par le palais du grand prieur pour arriver au mur d’enceinte de la Tour du Temple. Ce mur Ă©tait percĂ© d’une porte charretiĂšre, renforcĂ©e de barres en fer, munie de gros verrous et gardĂ©e par deux guichetiers et d’une porte piĂ©tonne. Ces deux portes Ă©taient surveillĂ©es par les guichetiers Pierre Louis Manuel et Richard. On pĂ©nĂ©trait ensuite dans le jardin. Alors, apparaissait, entre les hautes frondaisons, la haute et sombre masse de la Tour du Temple, flanquĂ©e de ses quatre tourelles aux toits pointus, percĂ©es de meurtriĂšres et d’étroites fenĂȘtres. Les hottes obstruaient les ouvertures sur deux Ă©tages. Les tuyaux de poĂȘle couraient sur la muraille, augmentant son aspect rĂ©barbatif. Des girouettes surmontaient le faĂźte de la Tour du Temple et des quatre tourelles.

DĂ©part des membres de la famille royale de la Tour du Temple

Le 21 janvier 1793, Louis XVI quitte la Tour du Temple pour l’échafaud installĂ© place de la RĂ©volution.

Le 1er aoĂ»t 1793, Marie-Antoinette est transfĂ©rĂ©e Ă  la Conciergerie.

Le 10 mai 1794, aprĂšs 21 mois de sĂ©jour Ă  la Tour du Temple, Madame Élisabeth monte Ă  son tour Ă  l’échafaud.

Le 8 juin 1795, le petit Louis XVII meurt Ă  la Tour du Temple.

Le 17 dĂ©cembre 1795, Marie-ThĂ©rĂšse de France (aprĂšs trois ans et quatre mois de sĂ©jour Ă  la Tour du Temple) fut Ă©changĂ©e contre quatre commissaires livrĂ©s Ă  l’ennemi par Charles François Dumouriez.

Destruction de la Tour du Temple

Plan ancien du quartier du temple

Le Temple incarnait aux yeux des monarchistes le lieu du supplice de la monarchie, et Ă©tait devenu un but de pĂšlerinage. C’est pour en freiner l’essor que NapolĂ©on Bonaparte dĂ©cida de livrer la Tour du Temple aux dĂ©molisseurs en 1808. La dĂ©molition dura deux ans. L’angle nord de la mairie du 3e arrondissement et la grille du square du Temple furent Ă©levĂ©s sur l’emplacement de la Tour.
À la place du palais du grand prieur fut plantĂ© le square du Temple au XIXe siĂšcle. Il ne reste rien de ce haut lieu de la mythologie rĂ©volutionnaire qu’une production considĂ©rable d’images qui entretiennent le caractĂšre tragique du lieu.

Une plaque (voir photo) a Ă©tĂ© posĂ©e Ă  l’angle de la rue Dupetit-Thouars et de la rue Gabriel-Vicaire, sur l’enceinte d’une Ă©cole maternelle situĂ©e Ă  cĂŽtĂ© de l’École supĂ©rieure des arts appliquĂ©s DuperrĂ©, plaque sur laquelle est dessinĂ© le double plan de l’ancien palais et des rues actuelles, avec la mairie en rouge.





HĂ©raldique

Louis XVIII modifia les armes de Raymond de SĂšze, un des avocats de Louis XVI, pour y faire figurer le « chĂąteau de Temple Â».

Référence

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Alfred BĂ©gis, Louis XVII, sa mort dans la tour du Temple : le 8 juin 1795, Paris, HonorĂ© Champion, 1896.
  • ClĂ©ry, Journal de ce qui s'est passĂ© Ă  la tour du Temple, 1759-1809, Paris, Mercure de France, 1968.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tour du Temple de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Tour du temple — La tour du Temple. La Tour du Temple et son enclos constituaient la Maison du Temple, ancienne forteresse parisienne situĂ©e dans le 3e arrondissement de Paris, qui fut dĂ©truite en 1808. Construite par les Templiers Ă  partir de 1240, pendant le… 
   WikipĂ©dia en Français

  • temple — [ tɑ̃pl ] n. m. ‱ temple de Salomon 1080; lat. templum 1 ♩ (1170) Didact. Édifice public consacrĂ© au culte d une divinitĂ©. ⇒aussi Ă©glise, mosquĂ©e, pagode, synagogue. « La crainte a Ă©levĂ© des temples » (ValĂ©ry). Consacrer; profaner un temple. 2 ♩… 
   EncyclopĂ©die Universelle

  • Temple de Garnison — Le grand pont des Morts, la basilique Saint Vincent, le temple de Garnison et la cathĂ©drale Saint Étienne, dĂ©but du XXe siĂšcle 
   WikipĂ©dia en Français

  • Temple (sanctuaire) — Temple Pour les articles homonymes, voir Temple (homonymie). En gĂ©nĂ©ral, un temple grec est un lieu, un espace, sacrĂ© placĂ© sous la protection d une divinitĂ© et oĂč un rite est pratiquĂ©. Par extension, un temple est un Ă©difice religieux oĂč se… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Temple de Dieu — Temple Pour les articles homonymes, voir Temple (homonymie). En gĂ©nĂ©ral, un temple grec est un lieu, un espace, sacrĂ© placĂ© sous la protection d une divinitĂ© et oĂč un rite est pratiquĂ©. Par extension, un temple est un Ă©difice religieux oĂč se… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Temple divin — Temple Pour les articles homonymes, voir Temple (homonymie). En gĂ©nĂ©ral, un temple grec est un lieu, un espace, sacrĂ© placĂ© sous la protection d une divinitĂ© et oĂč un rite est pratiquĂ©. Par extension, un temple est un Ă©difice religieux oĂč se… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Temple Jedi — Le Temple Jedi est un bĂątiment fictif de l univers de Star Wars. C est une imposante structure s Ă©levant sur un kilomĂštre de hauteur au dessus des autres bĂątiments de Galactic City, sur Coruscant, dans un secteur oĂč le Temple est principalement… 
   WikipĂ©dia en Français

  • tour — 1. tour [ tur ] n. f. ‱ XIIe; tur 1080; lat. turris 1 ♩ BĂątiment construit en hauteur, dominant un Ă©difice ou un ensemble architectural (souvent destinĂ© Ă  la protection militaire). Tour ronde, quadrangulaire. Tour d un chĂąteau. ⇒ donjon. Enceinte 
   EncyclopĂ©die Universelle

  • Temple — Pour les articles homonymes, voir Temple (homonymie). En gĂ©nĂ©ral, un temple grec est un lieu, un espace, sacrĂ© placĂ© sous la protection d une divinitĂ©, et oĂč un rite est pratiquĂ©. Par extension, un temple est un Ă©difice religieux oĂč se cĂ©lĂšbre le 
   WikipĂ©dia en Français

  • Temple du Saint-Esprit de Besançon — PrĂ©sentation Culte Protestant rĂ©formĂ© Type Temple Ra 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.