Tohogne

ÔĽŅ
Tohogne
Tohogne
l'√©glise romane Saint-Martin, c√īt√© nord
l'√©glise romane Saint-Martin, c√īt√© nord
Voir la carte physique
Tohogne
Voir la carte administrative
Tohogne
Administration
Pays Drapeau de Belgique Belgique
R√©gion Drapeau de la R√©gion wallonne R√©gion wallonne
Communaut√© Drapeau de la Communaut√© fran√ßaise de Belgique Communaut√© fran√ßaise
Province Drapeau de la province de Luxembourg Province de Luxembourg
Arrondissement Marche-en-Famenne
Commune Durbuy
Géographie
Coordonn√©es 50¬į22‚Ä≤‚Ä≥N 05¬į28‚Ä≤‚Ä≥E / <span class="geo-dec geo" title="Cartes, vues a√©riennes et autres donn√©es pour Erreur d‚Äôexpression : op√©rateur / inattendu. Erreur d‚Äôexpression : op√©rateur / inattendu.">Erreur d‚Äôexpression : op√©rateur / inattendu., Erreur d‚Äôexpression : op√©rateur / inattendu.
Superficie ? km¬≤
Population ? hab. (date inconnue)
Densit√© ? hab./km¬≤
Autres informations
Gentilé Tohognais(e)
Code postal 6941
Zone téléphonique ?

Tohogne est une section de la ville belge de Durbuy située en Région wallonne dans la province de Luxembourg. Tohogne n'est une commune de la province de Luxembourg que depuis 1839. Elle faisait partie avant cela du département de Sambre-et-Meuse. C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Tohogne est composée de Verlaine, Hinonsart, Hermanne, La Bourlotte, Warre, Longueville, Coquaimont, La Haisse, Grand-Houmart et Petit-Houmart.

Sommaire

Histoire

Seconde Guerre mondiale

12 avril 1944 : crash d'un B24 √† Longueville

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, le 12 avril 1944, un bombardier B24J de l‚ÄôU.S. Air Force s‚Äô√©crase le long de la route Tohogne ‚Äď Ocquier : neuf membres d‚Äô√©quipage p√©rissent dans l‚Äôaccident. Dans le cadre des c√©r√©monies du 40e anniversaire de la Lib√©ration, un m√©morial a √©t√© inaugur√© le 9 septembre 1984 pr√®s du lieu de l‚Äôaccident. Les neuf victimes sont :

Mémorial aux aviateurs de l'U.S. Air Force tombés à Longueville
  • Christ E. CAPLANE Jr.
  • Eward W. LIMES
  • Thomas B. PERRY
  • Glynn O. COTTRELL
  • Girard H. SWANSON
  • Edwin J. HYNES
  • John R. ELLIS
  • Milton CANTOR
  • Benjamin L. LOVE

7 septembre 1944 : trag√©die de Longueville

Le 7 septembre 1944, lors du repli de l‚Äôarm√©e allemande devant l‚Äôavanc√©e de l‚Äôarm√©e am√©ricaine en Belgique et aux Pays-Bas, une trag√©die survient √† Longueville. Des francs-tireurs abattent un officier allemand au lieu-dit ¬ę La Haisse ¬Ľ. Les repr√©sailles sont imm√©diates : le m√™me jour, des soldats allemands mettent le feu √† des hangars et √† des meules de foin √† ¬ę La Haisse ¬Ľ, puis en fin de journ√©e bouclent les issues des hameaux de Longueville et Coquaimont et ouvrent le feu. Quatre personnes y laissent leur vie :

  • Alphonse RAMELOT (n√© √† Tohogne en 1867)
  • Mathilde RAMELOT (n√©e √† Tohogne en 1875)
  • Louise MAGIS (n√©e √† Bonsin en 1905)
  • Eug√®ne DOCHAIN (n√© √† Tohogne en 1932).


√Čtymologie

Le nom de trouve son origine dans le nom latin Theodonia sigifiant habitation de Thedodo.

Patrimoine

L'église romane Saint-Martin et la paroisse-mère de Tohogne

l'église saint Martin (romane XIe siècle)

Tohogne (situ√© √† 5 km de Durbuy) est au centre d'un massif fertile presque totalement contourn√© par l'Ourthe et le N√©blon. D'o√Ļ que vous veniez, il faut monter pour y arriver √† une altitude de 270 m.

Sait-on que l'√©glise Saint-Martin du village est la plus grande √©glise romane de la premi√®re moiti√© du XIe si√®cle du Luxembourg belge ? Sa monumentalit√© atteint les 33 m√®tres et comporte deux fois quatre gros piliers s√©parant les trois nefs.

Sait-on aussi que la paroisse est l'une des plus anciennes et des plus grandes du Nord-Luxembourg, et ce √† partir du VIIe si√®cle ?

L'√©glise de Tohogne a √©t√© ind√©niablement construite sur un site gallo-romain et franc, dans un quadrill√© remarquable, au centre de l'agglom√©ration. √Ä cette √©poque, Ocquier, Tohogne et Xhignesse rest√®rent, jusqu'√† la fin de l'ancien r√©gime, tributaires directs de Stavelot, Tohogne √©tant perdue tr√®s t√īt par l'abbaye quant au droit de collation. C'est que la r√©gion Durbuy-Tohogne, autrefois terre ¬ę fiscale ¬Ľ des Carolingiens, faisait partie au IXe si√®cle d'un ¬ę alleu ¬Ľ appartenant √† la Maison d'Ardenne-Verdun, d'o√Ļ elle passa √† la Maison de Namur.

Cela n'emp√™cha pas le rayonnement de l'√Čvangile.

La plus importante fille a√ģn√©e de Tohogne est certainement W√©ris. La s√©paration remonterait d√©j√† au VIIIe si√®cle ! On peut avancer qu'√† elles deux, Tohogne et W√©ris ont couvert tout un temps √† peu pr√®s l'espace-noyau du futur comt√© de Durbuy. W√©ris engendra √† son tour de nouvelles chapelles et √©glises paroissiales. Heyd, dont l'√©glise primitive date d'avant 1497, en aurait √©t√© d√©membr√©e. √Ä partir du XIIIe si√®cle, on essarta beaucoup dans la r√©gion, √† l'est de W√©ris, du c√īt√© d'√Črez√©e. Quant √† Mormont, il avait une chapelle en 1580 (paroisse en 1836). Le cur√© L√©onard Poncin de Tohogne, doyen du Concile d'Ouffet, assure dans les registres paroissiaux que Grandmenil relevait autrefois de l'ancienne paroisse de Tohogne.

Plus pr√®s de Tohogne, le jeu des filiations est plus clair. Borlon, chapelle en 1497, est encore d√©pendance de Tohogne en 1558. Bomal (avec Herbet et Boclinville, disparu) est paroisse tr√®s t√īt (d√©j√† en 1184). En 1325, il y existait √† Durbuy une chapelle Saint-Nicolas ; n√©anmoins elle releva directement de Tohogne jusqu'en 1611. √Ä ce moment, Palange et sa d√ģme, d√©pendant de Tohogne, furent attribu√©es √† Durbuy. Barvaux poss√©da longtemps une chapelle. En 1611, il fut √©rig√© en vicariat perp√©tuel. Verlaine s/O. releva de tout temps de Tohogne. C'est seulement en 1843 que l'√©glise castrale devint succursale ind√©pendante. Quant √† Houmart, sa premi√®re chapelle date de 1850. Elle fut chapellenie de Tohogne en 1856 et ensuite succursale en 1872. Quant √† l'√©glise de Warre, elle fut construite par le pieux et mystique Michel Cosme en 1888.

Comme on le voit, la maternité de Tohogne est féconde et immense. La plus proche qui ait eu semblable aire paroissiale est Xhignesse.

Eglise romane Saint-Martin, intérieur.

Mais revenons-en au remarquable monument qu'est l'√©glise Saint-Martin. Elle est orient√©e vers l'est et poss√®de toutes les caract√©ristiques du roman-mosan primitif de la premi√®re moiti√© du XIe si√®cle. S√©v√®re jeu des lignes et des volumes selon les traditions carolingiennes, pas de transept, trois nefs, moellonnage grossier, ¬ę opus incertum ¬Ľ dit Courtens (¬ę La Belgique romane ¬Ľ) avec mortier tr√®s vari√©, parfois brique pil√©e rose et dure, traces d'anciens cr√©pis et de joints en pr√©-roman, affirment certains ( ?).

Les toitures ne sont pas primitives. Le haut toit était primitivement plat. Apparaissent les bouts de grosses poutres qui supportaient le plafond de chêne. Les murs gouttereaux furent surhaussés de 60 à 70 cm.

Les fenêtres hautes ont encore leur cintre rudimentaire sans vrai claveau.

√Ä l'√©tage inf√©rieur, les murs visiblement bomb√©s, appuy√©s sur un cha√ģnage pas tr√®s rectiligne, sont d'un appareil grossier sans horizontale. Les fen√™tres actuelles sont des XVIIe et XVIIIe si√®cles sauf celle du c√īt√© nord, une grande fen√™tre flamboyante (XVe si√®cle) pr√®s de l'ancienne chapelle Saint-Pierre. On peut apercevoir quelques traces des anciennes ouvertures, assez hautes et petites, qui n'√©taient pas dans l'axe des trav√©es int√©rieures. On peut d√©couvrir aussi, au c√īt√© sud, le remplage de l'ancienne porte dite ¬ę in paradisum ¬Ľ ; m√™me chose c√īt√© nord plus pr√®s de la tour. Ce sont sans doute les portes primitives.

La tour-donjon n'avait pas de porte donnant vers l'ext√©rieur. Le portail actuel provient probablement du petit pignon jouxtant. Il porte une belle croix patt√©e, embl√®me des Templiers. De la tour ancienne, il reste le noyau ; de l'int√©rieur, on voit encore le cintre de la premi√®re chambre donnant dans le grand vaisseau au niveau de l'ancien jub√© (datant du XIXe si√®cle et supprim√© en 1975). La tour a √©t√© reconstruite fin du XVIIe si√®cle.

Le chŇďur a √©t√© refait √† neuf, en 1682, dans un style diff√©rent.

√Ä l'int√©rieur : cinq trav√©es sur gros piliers carr√©s, massifs et sans base. Deux ont √©t√© remplac√©s en sous-Ňďuvre, au XVIIe si√®cle, par des colonnes rondes, sans doute pour faciliter la vue du chŇďur.

Les absidioles des deux petites nefs sont semi-circulaires emp√Ęt√©es et couvertes d'une vo√Ľte en cul-de-four. √Ä l'entr√©e du chŇďur, on a taill√© dans le bas des montants (anciennes bases de l'arc triomphal), pour assurer plus de visibilit√© vers l'autel ; on y a plac√© deux colonnettes (de remploi) dont l'une est du roman rh√©nan cubique. Celle de gauche, simple d√© (dorique ?). Il y a une nette coupure entre les nefs o√Ļ r√®gne le plein cintre et le chŇďur qui appara√ģt dans son style du XVIIe si√®cle avec ses deux grandes fen√™tres rectangulaires et avec son retable monumental baroque.

Bien des pi√®ces remarquables de mobilier ont droit de cit√© dans l'√©glise. Peu d'√©glises rurales poss√®dent, en effet, une telle diversit√© d'Ňďuvres d'art. Citons-en quelques-unes : le calvaire (XIVe s.), les fonts baptismaux (13-14e s.), la chaire de v√©rit√© (XVIIIe s.) ;

√Čglise romane Saint-Martin, peintures murales mises au jour en 1981.

une remarquable statuaire dont trois statues moyen√Ęgeuses : la Charit√© de saint Martin (1520-1540), sainte Anne trinitaire et saint Nicolas de Myre (ces deux derni√®res Ňďuvres ayant √©t√© d√©rob√©es en 1994).

Une restauration tr√®s importante eut lieu en 1975. Lors de ces travaux, une petite cave vo√Ľt√©e fut d√©couverte dans la nef centrale et l'on s'aper√ßut que de vastes peintures murales datant des XVIe et XVIIe si√®cles √©taient conserv√©es dans le vaisseau central sous bien des couches de badigeon. Elles furent d√©gag√©es en 1981 par M. Jacques Folville.

V√©ritable √©crin d'histoire religieuse, l'√©glise Saint-Martin de Tohogne ne laisse pas d'√™tre des plus remarquables de notre Terre de Luxembourg !

Sources principales : NINANE Germain (abb√©), articles r√©dactionnels parus dans ¬ę L'Avenir du Luxembourg ¬Ľ en mai 1970.

√Čconomie

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tohogne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Durbuy ‚ÄĒ   Durbuy G√©olocalisation sur la carte : Belgique ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Chronologie de la Terre de Durbuy ‚ÄĒ Aujourd hui Durbuy (en wallon Derbu), ville francophone de Belgique situ√©e en R√©gion wallonne dans la province de Luxembourg Autrefois Terre de Durbuy : ancien ensemble territorial de la Belgique, en r√©gion wallonne, qui correspond aux… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Architecture Romane ‚ÄĒ Cet article traite de l architecture. Voir aussi Art roman. Pour les articles homonymes, voir Roman. ChŇďur de l abbatiale Sai ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Architecture romane ‚ÄĒ Cet article traite de l architecture. Voir aussi Art roman. Pour les articles homonymes, voir Roman. ChŇďur de l abbatiale Saint Georges de Boscherville (Seine Maritime) ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Cath√©drale romane ‚ÄĒ Architecture romane Cet article traite de l architecture. Voir aussi Art roman. Pour les articles homonymes, voir Roman. ChŇďur de l abbatiale Sai ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Chapelle romane ‚ÄĒ Architecture romane Cet article traite de l architecture. Voir aussi Art roman. Pour les articles homonymes, voir Roman. ChŇďur de l abbatiale Sai ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • N√©o-romain ‚ÄĒ Architecture romane Cet article traite de l architecture. Voir aussi Art roman. Pour les articles homonymes, voir Roman. ChŇďur de l abbatiale Sai ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Čglise romane ‚ÄĒ Architecture romane Cet article traite de l architecture. Voir aussi Art roman. Pour les articles homonymes, voir Roman. ChŇďur de l abbatiale Sai ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Chapelet Catholique ‚ÄĒ Rosaire Le rosaire est le nom d un exercice de pi√©t√© et de l objet liturgique qui lui est associ√©, un long chapelet d oraisons utilis√© par les croyants catholiques. Consacr√© √† Marie, m√®re de J√©sus de Nazareth, il tire son nom du latin… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Chapelet catholique ‚ÄĒ Rosaire Le rosaire est le nom d un exercice de pi√©t√© et de l objet liturgique qui lui est associ√©, un long chapelet d oraisons utilis√© par les croyants catholiques. Consacr√© √† Marie, m√®re de J√©sus de Nazareth, il tire son nom du latin… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.