Stanislas de Guaita

ÔĽŅ
Stanislas de Guaita

Stanislas de Guaita (6 avril 1861 - 19 décembre 1897) est un occultiste et poète français, cofondateur avec Joséphin Péladan de L'Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix.

Sommaire

Biographie

N√© en Lorraine, √† Alteville dans un ch√Ęteau proche de Tarquimpol ‚Äď remarquez d'ailleurs la croix √† sa cravate, Stanislas de Guaita √©tait issu d'une famille noble d'origine lombarde (Italie), √©tablie en Lorraine depuis 1800. Il poss√©dait le titre de Marquis.

D√®s le lyc√©e √† Nancy, vers 1880, il se lie d'amiti√© avec Maurice Barr√®s, qu'il fera adh√©rer plus tard au martinisme. La pr√©face de l'une des √©ditions de Au seuil du myst√®re est d'ailleurs sign√©e Maurice Barr√®s. L'Histoire ne dit pas si les deux hommes partageaient les m√™mes convictions politiques : Barr√®s √©volua en effet d'un esth√©tisme individualiste dont t√©moigne assez bien son "culte du Moi" √† une mystique nationaliste et catholique de la Terre et des morts, centr√©e sur le patriotisme lorrain et r√©publicain.

C'est dans les √©crits de P√©ladan que Stanislas de Guaita trouve sa premi√®re porte d'entr√©e dans l'univers de la Tradition. Par la suite la lecture de l'Ňďuvre d'√Čliphas L√©vi, dont il se fera d√®s lors le commentateur et le thurif√©raire, l'initie au mysticisme chr√©tien; Fabre d‚ÄôOlivet l'oriente vers les grands myst√®res en g√©n√©ral et vers la langue h√©bra√Įque; et Saint-Yves d'Alveydre le rallie √† la cause synarchique. Papus, d'abord raill√© par lui pour le choix de son pseudonyme, puis r√©habilit√©, deviendra un grand ami.

√Ä la lumi√®re de toutes ces influences, Guaita pr√īna un spiritualisme exaltant la Tradition chr√©tienne, qui, gr√Ęce √† la mise en place √©ventuelle de la synarchie ‚Äď forme de gouvernement id√©ale ‚Äď, devait conduire √† l'av√®nement du royaume de Dieu. En 1888, dans le m√™me esprit, il fonde avec P√©ladan l‚ÄôOrdre Kabbalistique de la Rose-Croix, dont fit aussit√īt partie Papus. Parmi les membres on rel√®vera des noms pass√©s plus tard √† la post√©rit√© comme Erik Satie et Claude Debussy ou encore le banquier des artistes, Olivier Dubs.

Satie semble avoir √©t√© le compositeur attitr√© de l'Ordre. On lui doit entre autres une Sonnerie des Rose-Croix qui devait accompagner le rituel. Peladan s‚Äôen s√©para ensuite pour fonder un autre ordre : la Rose-Croix catholique, all√©guant son refus de la magie op√©rative.

En 1893, l‚Äôordre de Guaita fut attaqu√© par Huysmans, qui l‚Äôaccusa d‚Äôenvo√Ľter √† distance l‚Äôex-abb√© lyonnais Joseph-Antoine Boullan. Des duels s‚Äôensuivirent ; Huysmans et Jules Bois s‚Äôoppos√®rent √† Papus et √† Guaita.

Stanislas est alors ce jeune po√®te dans le go√Ľt baudelairien √† qui Mend√®s venait de r√©v√©ler √Čliphas L√©vi, √©crit Alain Mercier dans Les Sources √©sot√©riques et occultes de la po√©sie symboliste, 1870-1914 (1969). Mais Mercier ajoute que Guaita po√®te (Les Oiseaux de passage, 1881; La Muse noire, 1883; Rosa mystica, 1885) ¬ę par son classicisme de forme et d‚Äô√©criture, est plus proche des parnassiens que des symbolistes, si bien qu‚Äôil y eut en lui deux √™tres distincts : l‚Äôherm√©tiste aristocrate et g√©n√©reux d‚Äôune part, le po√®te tourment√© et inquiet d‚Äôartifices d‚Äôautre part ¬Ľ. Pour information, Rosa mystica est disponible √† la Biblioth√®que Universitaire de la facult√© de Lettres de Nancy 2, en √©dition originale.

Intoxiqu√© par les stup√©fiants, l'homme mourut pr√©matur√©ment, le 19 d√©cembre 1897, √† l'√Ęge de 36 ans. Il fut inhum√© au cimeti√®re de Tarquimpol. Certains ont pr√©tendu qu'il avait succomb√© √† ce que l'on appellerait de nos jours une overdose, mais cette th√®se est d√©mentie par la famille. Il semblerait plut√īt qu'il ait √©t√© emport√© par de graves probl√®mes r√©naux. Cependant, on ne peut exclure que l'√©crivain, en proie √† la souffrance, et sentant sa fin proche, ait pu avoir massivement recours √† la coca√Įne et peut-√™tre √† d'autre produits comme l'h√©ro√Įne.

"La Coca, comme le Haschich, mais √† d'autres titres, exerce sur le corps astral une action directe et puissante; son emploi coutumier d√©noue, en l'homme, certains liens compressifs de sa nature hyperphysique, ‚Äď liens dont la persistance est pour le plus grand nombre une garantie de salut. Si je parlais sans r√©ticences sur ce point-l√†, je rencontrerais des incr√©dules, m√™me parmi les occultistes. Je dois me borner √† un conseil.‚Äď Vous qui tenez √† votre vie, √† votre raison, √† la sant√© de votre √Ęme, √©vitez comme la peste les injections hypodermiques de coca√Įne. Sans parler de l'habitude qui se cr√©e fort vite (plus imp√©rieuse encore, plus tenace et plus funeste cent fois que toute autre du m√™me genre), un √©tat particulier a pris naissance." (Le Serpent de la Gen√®se, premi√®re septaine, chap. V : L'arsenal du sorcier).

En collaboration avec son secrétaire et ami Oswald Wirth, il réalisa un Tarot qui est toujours édité à l'heure actuelle sous le nom de Tarot de Wirth.

Stanislas de Guaita vu par ses contemporains

¬ę Il passait cinq mois de l'ann√©e dans un petit rez-de-chauss√©e de l'avenue Trudaine, o√Ļ il ne recevait que quelques occultistes, et dont il lui arrivait de ne pas sortir pendant des semaines. Il avait amass√© l√† toute une biblioth√®que √©trange et pr√©cieuse, des textes latins du Moyen √āge, des vieux grimoires charg√©s de pentacles, des parchemins enlumin√©s de miniatures, des trait√©s d'alchimie, les √©ditions les plus estim√©es de Van Helmont, Paracelse, Raymond Lulle, Saint-Martin, Martinez de Pasquallis, Corneille Agrippa, Pierre de Lancre, Knorr de Rosenroth, des manuscrits d'√Čliphas, des reliures sign√©es Derome, Cap√©, Trautz-Bauzonnet, Chambolle-Duru, des ouvrages de science contemporaine. ¬Ľ (Maurice Barr√®s, Un r√©novateur de l'occultisme: Stanislas de Guaita, Chamuel, 1898, p. 29)

¬ę Partant d'√Čliphas L√©vi, il √©tait remont√© aux Kabbalistes de la Renaissance et aux Philosophes herm√©tiques du Moyen √āge, lisant tout et comprenant tout avec une prodigieuse facilit√©. Les textes les plus obscurs s'√©clairaient d√®s qu'il y projetait la clart√© de son esprit solaire. Il se jouait des probl√®mes m√©taphysiques et j'√©tais loin de pouvoir le suivre... ¬Ľ (Oswald Wirth, Le Tarot des Imagiers du Moyen √āge, √Čmile Nourry, Paris, 1927.)

¬ę Il √©tait fort riche, et s'√©tait adonn√© aux sciences occultes sans savoir ni m√©thode. Il n'y voyait que le c√īt√© pittoresque √† la Rembrandt, √† la T√©niers, √† la Jorda√ęns. V√™tu d'une robe rouge, l'√©p√©e √† la main, dans un d√©cor que n'e√Ľt pas d√©savou√© Breughel, il √©voquait les phantasmes et dissolvait les larves. La v√©rit√© est que, satur√© de morphine et d'alcool, il croyait r√©ellement voir des animaux grimper le long de ses membres, et des spectres s'agiter obstin√©ment sous ses yeux. ¬Ľ (Michel de L√©zinier, Avec Huysmans - Promenades et souvenirs, Paris, Delpeuch, 1928)

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

Ňíuvres de Stanislas de Guaita

Essais de sciences maudites  :

  • I. Au seuil du Myst√®re, Paris, G. Carr√©, 1886. [1]
  • II. Le serpent de la Gen√®se :
    • Premi√®re septaine, Le Temple de Satan, Paris, Carr√©, 1891. [2]
    • Deuxi√®me septaine, La Clef de la Magie Noire, Paris, Carr√©, 1897. [3]
    • Troisi√®me septaine, Le Probl√®me du Mal (inachev√©, en partie poursuivi brillamment par Oswald Wirth, et "achev√©" de fa√ßon fort d√©cevante par Marius Lepage), √Čd. Guy Tr√©daniel, 1996, 176 p.
  • "Discours d'initiation martiniste pour une r√©ception martiniste tenue du 3¬į degr√©" (1889), in F.-Ch. Barlet, Ferran, Papus, Eug√®ne Nus, Julien Lejay, Stanislas de Guaita, La science secr√®te, Paris, Georges Carr√©, 1890, p. 167-174 [4]

Note : Les ouvrages de Stanislas de Guaita ne sont pas des grimoires de sorcellerie, contrairement √† ce que leurs titres peuvent √©voquer, mais, selon les termes m√™mes de l'auteur, des Essais de sciences maudites, signifiant qu'il a l'ambition de porter un regard de nature quasi-scientifique sur les mati√®res en question : ¬ę [Ce livre] pr√©tend ne troubler la paix d'aucune conscience ¬Ľ (avant propos au Serpent de la Gen√®se).

Po√©sie :

  • Oiseaux de passage : rimes fantastiques, rimes d'√©b√®ne, Paris, Berger-Levrault, 1881, 151 p. [5]
  • La Muse noire, Paris, Alphonse Lemerre, Paris, A. lemerre, 1883, 167 p. [6]
  • Rosa mystica, Paris, A. Lemerre, 1885, 170 p. [7]

√Čtudes sur Stanislas de Guaita

(par ordre chronologique)

  • Maurice Barr√®s, Stanislas de Guaita (1861-1898) : un r√©novateur de l'occultisme : souvenirs, Chamuel, Paris, 1898. [8]
  • Oswald Wirth, Stanislas de Guaita, souvenirs de son secr√©taire, √Čd. du symbolisme, Paris (1935).
  • Andr√© Billy, Stanislas de Guaita, Mercure de France, 1971.
  • Arnaud de l'Estoile, Guaita, collection "Qui suis-je ?", √Čditions Pard√®s, 2005.

Annexes

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Stanislas de Guaita de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Stanislas de Gua√Įta ‚ÄĒ Stanislas de Guaita Stanislas de Guaita Stanislas de Guaita (6 avril 1861 19 d√©cembre 1897) est un occultiste et po√®te fran√ßais, co fondateur avec Jos√©phin P√©ladan de L Ordre Kabbalistique de la Rose Croix. Sommaire ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Stanislas de guaita ‚ÄĒ Stanislas de Guaita (6 avril 1861 19 d√©cembre 1897) est un occultiste et po√®te fran√ßais, co fondateur avec Jos√©phin P√©ladan de L Ordre Kabbalistique de la Rose Croix. Sommaire ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Stanislas de Guaita ‚ÄĒ Marquis Stanislas de Guaita (oft auch: Gua√Įta) (* 6. April 1861 im Ch√Ęteau d Alteville bei Tarquimpol (Lothringen); ‚Ć ebenda, 19. Dezember 1897) war ein franz√∂sischer Dichter, Okkultist, Kabbalist und Magier. De Guaita trat zun√§chst als Dichter… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Stanislas de Guaita ‚ÄĒ (6 de abril 1861 19 de diciembre 1897) es un ocultista y poeta franc√©s, co fundador junto con Jos√©phin P√©ladan de la Orden cabal√≠stica de la Rosa Cruz. Nacido en Lorena, en Alteville, en un castillo pr√≥ximo a Tarquimpol. Pose√≠a el titulo de… ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Stanislas de Guaita ‚ÄĒ (6 April 1861, Tarquimpol, Moselle 19 December 1897) was a French poet based in Paris, an expert on esotericism and European mysticism, and an active member of the Rosicrucian Order. He was very celebrated and successful in his time. He was an… ‚Ķ   Wikipedia

  • Guaita ‚ÄĒ Stanislas de Guaita Stanislas de Guaita Stanislas de Guaita (6 avril 1861 19 d√©cembre 1897) est un occultiste et po√®te fran√ßais, co fondateur avec Jos√©phin P√©ladan de L Ordre Kabbalistique de la Rose Croix. Sommaire ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • GUA√ŹTA (S. de) ‚ÄĒ GUA√ŹTA STANISLAS DE (1861 1897) N√© en Lorraine, ami de Maurice Barr√®s qu‚Äôil fit adh√©rer au martinisme, curieux de sciences secr√®tes et d‚Äôalchimie mais intoxiqu√© par les stup√©fiants, Stanislas de Gua√Įta mourut pr√©matur√©ment. Initi√© √† l‚Äô√©sot√©risme… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Guaita ‚ÄĒ ist der Name einer Frankfurter Patrizierfamilie des 17. bis 19. Jahrhunderts, siehe Guaita (Familie) folgender nicht mit den Frankfurter Guaitas verwandten Personen: Cornelius von Guaita (1766‚Äď1820), deutscher Oberb√ľrgermeister von Aachen Enrique ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Guaita ‚ÄĒ puede hacer referencia a: Geograf√≠a Guaita, uno de los tres picos que domina la ciudad de San Marino. Biograf√≠as Enrique Guaita, futbolista italoargentino. Vicente Guaita, futbolista espa√Īol. Diego Guaita, baloncestista hispanoargentino.… ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Stanislas ‚ÄĒ Stanislaus ist ein m√§nnlicher Vorname slawischen Ursprungs. Inhaltsverzeichnis 1 Namensvarianten 2 Bekannte Namenstr√§ger 2.1 Heilige 2.2 K√∂nige 2.3 Sonstige ‚Ķ   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.