Stade


Stade
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'usage du terme « stade ». Pour le site sportif, voir Stade de sport. Pour les autres significations, voir Stade (homonymie).
Stade d'Athènes

Le substantif masculin stade est une réfection du mot « estade » (masculin ou féminin) que l’on trouve dès le XIIIe siècle dans les « Alecta romanae » avec le sens de « carrière dans laquelle on s’exerce à la course », ainsi que dans l’expression « courir l’estade », qui signifie « nager » (La Curne de Sainte-Palaye). Nicole Oresme, dans sa version française des Éthiques d’Aristote, traduit ainsi στάδιον : « Milon portoit un bœuf tout le cours d’une estade »[1].

Sommaire

Étymologie et histoire du mot

La réfection du mot s’est opérée comme c’était l’usage au XVIe siècle, d’après le latin stadium qui désignait le stade, mesure grecque de 15 pas (600 pieds grecs) ou 625 pieds romains, soit le huitième du mille, un peu moins que 200 mètres, ainsi que la carrière où l’on pouvait « stadium curere » (« faire la course du stade »), que l’on retrouve chez Pline et Cicéron.

Le στάδιον stadion grec est lui aussi une unité de mesure, dont la valeur exacte est sujette à variations dans la mesure où sa définition était soit d’origine mythique, soit d’origine subjective (longueur sur laquelle un homme pouvait courir à l'allure maximale — ce qui est à peu près la définition du 200 mètres plat moderne — et d’une seule haleine, ce qui n'est sans doute valable que pour les dieux). C’est donc plus tard que l’on construisit des carrières longues d’un στάδιον qui matérialisaient et concrétisaient la valeur du stade linéaire.

À l’origine, le mot était une forme substantivée de l’adjectif στάδιον, signifiant : qui se tient debout (stable, ferme en parlant d’un combat, fixe, raide, en parlant d’une robe), lui-même dérivé du verbe « estanai » (ἵστημι) : se tenir droit et ferme, être arrêté, fixé, stationnaire[2].

On notera que stadios traduit en grec ancien le mot français fois dans les expressions : une fois (stadia), deux fois (stadious) ou de cent fois le meilleur (ekaton stadiosisin aristos, Aristophane, Les nuées) et que parallèlement, il désigne déjà la carrière de la longueur d’un stade où se déroule la course, et aussi une piste de danse (Euripide, Ion), ou un jeu d’échecs ou de tric-trac.

Selon Eichhoff, toutes ces expressions sont issues de la racine indo-européenne « stha » : être debout, rester, se tenir, qui a donné le latin « stativus » et le sanscrit « sthatavyas ».

À partir de sa réfection le mot « stade » est resté un mot d’antiquité désignant la carrière utilisée par les grecs pour la course ou bien l’unité de longueur de 184 mètres jusqu’à son utilisation en médecine au début du XIXe siècle.

En langue anglaise et en médecine, on distinguait les trois « stadiums » de la fièvre intermittente ; en physiologie les trois « stadiums » de la contraction musculaire. Le mot stade a donc été employé en français pour traduire stadium depuis 1810. On le trouve avec cette signification dans le dictionnaire de l’Académie, en 1835 et dans le Littré.

Considéré comme « période identifiable » d’un processus en évolution, le mot continua à être utilisé en médecine, mais aussi en géologie : stade de relief, stade glaciaire.

Par la suite les psychologues prirent l’habitude de l’utiliser pour évoquer les parties distinctives d’une évolution. L’inconvénient de cet emploi réside dans l’amalgame souvent effectué entre la notion de phase et la notion de période. En effet, la phase, par définition c’est la possibilité d’identifier un certain nombre de caractéristiques à un moment donné ; alors que le « stade psychologique » met en question la succession chronologique des phases, la stabilité intersujet de leur ordre d’apparition, leur continuité ou leur discontinuité. Par exemple, Freud emploie en allemand Entwicklungstufe (« phase du développement ») ou Entwicklungstadium (« stade du développement ») que l’on traduit par stade de développement, alors que parfois il aurait été préférable de dire phase du développement. C’est ainsi que le psychanalyste Jacques Lacan, qui a particulièrement étudié « le stade du miroir », énonce dans ses écrits qu’on devrait dire « la phase du miroir ».

Enfin, le sens moderne, le plus connu, de grande enceinte autour d’un terrain aménagé pour la pratique des sports est un sens d’apparition récente. Il remonte aux rencontres organisées par le Baron Pierre de Coubertin entre le Racing club de France et les Stades américains qui ont abouti à l’organisation des Jeux olympiques d’Athènes en 1896.

Nom commun

Le substantif « stade » a donc plusieurs significations :

Didactique : mesure de longueur en Grèce antique

Dans l'antiquité grecque, le stade était une unité de longueur dont la valeur variait de 192, 27 m (pour le plus grand) à 147, 85 m (pour le plus petit) , en passant par une valeur centrale de 157, 50 m pour le stade dit « itinéraire » , le plus utilisé. Cette valeur de 157, 50 m fut introduite du temps des Ptolémées, donc peu avant notre ère, parmi les unités de mesure dans l'Égypte antique.

La piste athlétique

Par extension, le mot « stade » a été employé pour désigner une carrière ou une enceinte dont la longueur mesurait un « stade » (l'unité précitée) et à l'intérieur de laquelle les Grecs s'entraînaient à la course. Il s'agit d'une piste de course à pied longue de 600 pieds grecs (soit environ un peu moins de 200 mètres). Selon la légende, le héros grec Héraclès aurait lui-même fixé cette distance pour la course des Jeux olympiques.

Les stades grecs fouillés par les archéologues constituent une matérialisation du stade linéaire des Grecs, utilisé comme unité de longueur.

Moderne : le stade de sport

Article détaillé : Stade de sport.

Déjà en Grèce, on donnait le nom de stade, non seulement à la piste de 200 mètres destinée à la course à pied entourée par l'emplacement des spectateurs, mais à tout emplacement aménagé en vue d'un exercice.

De nos jours, c'est un terrain de sport, destiné aux sports collectifs (football, rugby, cricket, etc.) ou individuels (athlétisme). Il est souvent entouré de tribunes pour les spectateurs. La piste d'athlétisme fait normalement 400 mètres (norme internationale fixée pour les Jeux olympiques de 1948), soit deux fois 200 m, parfois moins pour les stades plus petits. Les virages, serrés au début du siècle, ont été arrondis pour faciliter les performances des athlètes et permettre d'effectuer d'autres compétitions à l'intérieur de la piste.

Les épreuves d'athlétisme

Par définition, en athlétisme, il existe deux types d'épreuves : les épreuves dites « en stade » et les épreuves « hors-stade », c'est-à-dire toutes les courses sur route, trail, cross-country, etc..

Pédagogie : l'activité sportive pratiquée dans le stade

Exemple : « Les élèves auront stade le mercredi ».

Chacune des périodes distinctes d'un processus

  • en médecine, le mot « stade » a été employé pour désigner chacune des période d'évolution d'une maladie avec le sens de degré, niveau, palier, phase, etc. Il peut être considéré comme synonyme de degré d'évolution. exemple : la maladie est arrivée à un stade avancé, au stade ultime.
  • en biologie, le mot « stade » est surtout employé dans le domaine du développement ; on parle de stades de développement, de stades larvaires, etc.
  • en Géologie on l'utilise pour parler d'un cycle d'érosion : stade de jeunesse, stade de vieillesse ou du stade glaciaire.
  • en Psychologie d'abord chez Freud et Abraham : stades prégénitaux, stade oral, anal, phallique, génital; puis chez Wallon, Lacan : stade du miroir.

Vocabulaire courant

Point, niveau, degré :

  • « Jusqu'à quel stade a-t-il poursuivi ses études ? »

Notes et références

  1. BN204, f, 375
  2. Cependant la forme dialectale d'Argos σπάδιον pourrait ouvrir la possibilité d'un rapprochement avec le latin spatium. Dans ce cas, il faut supposer une déformation secondaire du mot dans les autres dialectes sous l'influence de l'adjectif στάδιος.

Annexes

Articles connexes

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Stade de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • stade — [ stad ] n. m. • 1530; estade 1265; n. f. jusqu au XVIIe; lat. stadium, gr. stadion 1 ♦ Didact. Mesure de longueur de la Grèce ancienne (environ 180 m). ♢ (1549) Piste de cette longueur où l on disputait les courses; enceintes comprenant cette… …   Encyclopédie Universelle

  • Stade de l'Au — Généralités Adresse 2 rue du Canal 68300 Saint Louis Coordonnées …   Wikipédia en Français

  • Stade — Stade, Hauptstadt des gleichnamigen Regierungsbezirks der preuß. Provinz Hannover, an der schiffbaren Schwinge, Knotenpunkt der Staatsbahnlinien Harburg Kuxhaven und Geestemünde S. sowie der Kleinbahn S. Itzwörden, hat 2 evangelische und eine… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Stade — (st[=a]d), n. [Cf. F. stade.] A stadium. Donne. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Stade [2] — Stade, 1) Albrecht von S., s. Albrecht 132). 2) Dietrich von S., geb. 1637 in Stade, bekam 1668 eine Anstellung in Bremen u. st. daselbst 1718; er schr. u.a.: Specimen lectionum ant. francicarum, Stade 1708; Erklärung der hauptsächlichsten… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • stade — Stade, s. m. Carriere, où les Grecs s exerçoient à la course, & qui estoit de cent vingt cinq pas de longueur. Il courut le stade. gagner le prix du stade. Il se prend aussi, pour Une longueur de chemin pareille à celle de cette carriere. Il… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Stade — Stade, n. [Cf. G. gestade shore.] A landing place or wharf. Knight. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Stade [1] — Stade, 1) Landdrosteibezirk im Königreich Hannover, zwischen dem Hamburger Amt Ritzebüttel, der Nordsee, den Landdrosteien Lüneburg u. Hannover, dem Gebiet der Freien Stadt Bremen u. Oldenburg, begreift die Herzogthümer Verden u. Bremen u. das… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Stade [3] — Stade, Sigmund Gottlieb, geb. 1607, war Organist an der St. Lorenzkirche in Nürnberg u. st. 1655; er ist der Componist der Melodien zu der 1. Abtheilung von Rists Sonderbaren Liedern 1651 …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Stade — Stade, Hauptstadt des Reg. Bez. S. (6786 qkm, 1900: 375.017 [1905: 403.347] E.; 14 Kreise, umfaßt die ehemal. Hzgt. Bremen und Verden) der preuß. Prov. Hannover und Kreisstadt, an der Schwinge, 6 km von deren Mündung in die Elbe, (1905) 10.840 E …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Stade [2] — Stade, Bernhard, prot. Theolog, geb. 11. Mai 1848 zu Arnstadt, seit 1875 Prof. in Gießen; Hauptschriften: »Hebr. Grammatik« (1879), »Geschichte des Volkes Israel« (mit O. Holtzmann, 2 Bde., 1887 88), »Hebr. Wörterbuch« (mit Siegfried, 1893),… …   Kleines Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.