Sorcieres de Salem

ÔĽŅ
Sorcieres de Salem

Sorcières de Salem

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salem.

Le proc√®s des sorci√®res de Salem est un √©pisode fameux de l'histoire coloniale des √Čtats-Unis qui entra√ģna la condamnation et l'ex√©cution de personnes accus√©es de sorcellerie en 1692 dans le Massachusetts. G√©n√©ralement analys√© comme d√©coulant d'une p√©riode de luttes intestines et de parano√Įa puritaine, ce proc√®s se solde par l'ex√©cution de 25 personnes et l'emprisonnement d'un bien plus grand nombre.

La salle d'audience, illustration de 1876

Sommaire

Les faits

En 1692, √† Salem Village (aujourd'hui Danvers et non, contrairement √† ce que l'on croit, dans la ville voisine de Salem o√Ļ le proc√®s se d√©roula), quelques jeunes filles, notamment Abigail Williams, Ann Putnam et Betty Parris, accusent certains concitoyens de les avoir envo√Ľt√©es et d'√™tre des sorciers ou des magiciens, alli√©s de Satan.

La communaut√©, assi√©g√©e par les Am√©rindiens et d√©pourvue de gouvernement l√©gitime, pr√™te foi aux accusations et condamne les personnes mises en cause √† avouer les faits de sorcellerie ou √† √™tre pendues. Les accusations s'√©tendent rapidement. En moins de deux mois, les communaut√©s suivantes sont concern√©es : Andover, Amesbury, Salisbury, Haverhill, Topsfield, Ipswich, Rowley, Gloucester, Manchester, Malden, Charlestown, Billerica, Beverly, Reading, Woburn, Lynn, Marblehead, et Boston.

Début de l'affaire

Arrestation d'une "présumée" sorcière, illustration de 1883
"Witch Hill" ou Le martyr de Salem ("The Salem Martyr" ; New York Historical Society), par Thomas Slatterwhite Noble

Durant l'hiver glacial de 1691/1692, Betty Parris et Abigail Williams, respectivement fille et ni√®ce du r√©v√©rend Samuel Parris, se mettent - dit-on - √† agir d'une curieuse mani√®re : elles parlent une langue inconnue, se cachent, tra√ģnent des pieds en marchant. Les m√©decins consult√©s ne parviennent pas √† identifier le probl√®me ; l'un d'eux conclut m√™me √† une possession satanique. Parris et les autres notables de la ville pressent Betty et Abigail, puis les autres jeunes filles atteintes de mani√®re identique, Ann Putnam, Betty Hubbard, Mercy Lewis, Susannah Sheldon, Mercy Short, et Mary Warren, de nommer ceux qui les ont maudites. Les jeunes filles se d√©cident alors √† donner des noms.

Les trois premi√®res femmes accus√©es sont Sarah Good, Sarah Osborne et Tituba. Sarah Good est une mendiante, fille d√©sh√©rit√©e d'une aubergiste fran√ßaise qui s'√©tait donn√© la mort quand Sarah √©tait adolescente, une femme louche : elle murmure quand on lui donne de la nourriture. Sarah Osborne est une vieille femme, alit√©e, qui a m√©rit√© la r√©probation g√©n√©rale en captant l'h√©ritage des enfants de son premier mari pour le remettre √† son nouvel √©poux. Quant √† Tituba, c'est l'esclave barbadienne (ou Ashantis) de Samuel Parris.

Les trois femmes sont officiellement accus√©es de sorcellerie le 1er mars 1692 et mises en prison. D'autres accusations suivent : Dorcas Good (la fillette de Sarah Good, √Ęg√©e de 4 ans), Rebecca Nurse (une grand-m√®re malade et pieuse), Abigail Hobbs, Deliverance Hobbs, Martha Corey, ainsi qu'Elizabeth et John Proctor. Les prisons se remplissent progressivement et un nouveau probl√®me surgit : sans forme l√©gitime de gouvernement, les accus√©s ne peuvent √™tre jug√©s. Ainsi, aucun proc√®s n'a lieu avant la fin mai 1692, lorsque le gouverneur William Phips arrive et institue une Court of Oyer and Terminer (to ¬ę hear and determine ¬Ľ, entendre et d√©cider). Sarah Osborne est d√©j√† morte en prison sans avoir √©t√© jug√©e, Sarah Good a accouch√© d'une petite fille, plusieurs autres accus√©s sont malades. Environ 80 personnes attendent leur proc√®s dans les ge√īles.

Pendant l'√©t√©, la cour est en session une fois par mois. Une seule accus√©e est rel√Ęch√©e, apr√®s que les jeunes accusatrices se r√©tractent √† son sujet. Tous les proc√®s se terminent par la condamnation √† mort de l'accus√© pour sorcellerie, aucun acquittement n'est prononc√©. Seuls ceux qui plaident coupable et d√©noncent d'autres suspects √©vitent l'ex√©cution capitale. Elizabeth Proctor, et au moins une autre femme, b√©n√©ficient d'un sursis √† ex√©cution ¬ę parce qu'elles sont grosses ¬Ľ (¬ę for the belly ¬Ľ, enceintes) : quoique condamn√©es, elles ne seront pendues qu'apr√®s la naissance de leur enfant. Une s√©rie de quatre ex√©cutions a lieu au cours de l'√©t√©, avec la pendaison de 19 personnes, au nombre desquelles : un ministre du culte respect√©, un ancien policier qui a refus√© d'arr√™ter davantage de pr√©tendues sorci√®res, et trois personnes disposant d'une certaine fortune. 6 des 19 victimes sont des hommes ; la plupart des autres sont de vieilles femmes mis√©rables.

Une seule des mises √† mort ne s'accomplit pas par pendaison. Giles Corey, un fermier √Ęg√© de 80 ans, refuse de se d√©fendre en justice. La loi pr√©voit dans ce cas l'application d'une forme de torture d√©nomm√©e peine forte et dure, consistant √† empiler une √† une de larges pierres sur la poitrine du pr√©venu, jusqu'√† l'√©crasement ; apr√®s trois jours d'atroces douleurs, Corey meurt en persistant dans son refus de se d√©fendre. On a pu croire de mani√®re erron√©e que Corey refusait de se d√©fendre devant la cour pour √©viter la confiscation de ses biens par l'√Čtat : en fait, les confiscations n'√©taient pas syst√©matiques et intervenaient le plus souvent avant le proc√®s et la condamnation. On pense maintenant que l'attitude de Corey s'explique par le caract√®re but√© et proc√©durier du vieil homme, qui se savait condamn√© d'avance.

La terre souffre autant que les hommes. Les bêtes ne sont plus soignées, les récoltes sont laissées à l'abandon. Des accusés prennent la fuite vers New York ou au-delà pour échapper à l'arrestation. Les scieries sont vides, leurs propriétaires disparus ou perturbés, leurs employés badaudant devant les prisons, participant aux réunions communautaires, ou eux-mêmes arrêtés. Le commerce ralentit fortement.

√Čpilogue

Les proc√®s en sorcellerie s'ach√®vent finalement en octobre 1692, les accus√©s sont progressivement mis en libert√© jusqu'au printemps suivant. Officiellement, le gouverneur royal du Massachusetts, Sir William Phips, met un terme √† la proc√©dure apr√®s l'appel form√© par le clerg√© bostonien men√© par Increase Mather. Celui-ci publie ¬ę Cases of Conscience Concerning Evil Spirits ¬Ľ (Cas de conscience regardant les esprits mal√©fiques) le 3 octobre 1692, ouvrage qui contient notamment la phrase suivante : ¬ę Il appara√ģt pr√©f√©rable que dix sorci√®res suspect√©es puissent √©chapper, plut√īt qu'une personne innocente soit condamn√©e ¬Ľ (It were better that Ten Suspected Witches should escape, than that the Innocent Person should be Condemned).

L'affaire a eu un impact si profond qu'elle a contribu√© √† r√©duire l'influence de la foi puritaine sur le gouvernement de Nouvelle-Angleterre et a indirectement conduit aux principes fondateurs des √Čtats-Unis.

Causes de l'hystérie

Plusieurs th√©ories tentent d'expliquer pourquoi la communaut√© de Salem Village a explos√© dans ce d√©lire de sorci√®res et de perturbations d√©moniaques. La plus r√©pandue consiste √† affirmer que les puritains, qui gouvern√®rent la colonie de la baie du Massachusetts pratiquement sans contr√īle royal de 1630 √† la promulgation de la Charte en 1692, travers√®rent une p√©riode d'hallucinations massives et hyst√©riques provoqu√©es par la religion. La plupart des historiens modernes trouvent cette explication simpliste. D'autres th√©ories s'appuient sur des analyses fond√©es sur des faits de maltraitance d'enfants, ou de divinations tournant mal, d'ergotisme (le mal des ardents du Moyen-√āge, provoqu√© par l'ergot de seigle, qui contient une substance que l'on retrouve dans le LSD), de complot de la famille Putnam pour d√©truire la famille rivale Porter, ou encore s'√©laborent sur le th√®me de l'√©crasement social des femmes.

La communaut√© puritaine vivait dans l'angoisse. Apr√®s avoir perdu sa charte lors de la seconde r√©volution anglaise, elle ignorait toujours, au printemps 1692, de quoi son futur serait fait. En butte aux attaques incessantes des Am√©rindiens, elle ne pouvait compter sur le soutien anglais. Sa milice se recrutait uniquement en son sein et sa population avait √©t√© d√©cim√©e au cours du soul√®vement g√©n√©ral des Am√©rindiens de 1675-1676, la King Philip's War : en Nouvelle-Angleterre, un colon sur dix avait trouv√© la mort dans les attaques am√©rindiennes. Quoique ces √©v√®nements fussent termin√©s, les raids et les coups de mains indiens se produisaient √©pisodiquement. La Nouvelle-Angleterre se transformait en une colonie marchande. Puritains et non-puritains s'enrichissaient, ce que les puritains consid√©raient comme un p√©ch√© autant que comme une n√©cessit√©. Au fur et √† mesure que la classe des marchands s'√©levait dans l'√©chelle sociale, le clerg√© d√©clinait.

Parmi les th√©ories modernes, celle de Mary Beth Norton dans In The Devil's Snare (Dans le pi√®ge du Diable) est peut-√™tre l'une des plus convaincantes. Mary Norton consid√®re que toutes les explications √©voqu√©es ci-dessus ont probablement jou√© un r√īle important mais qu'il s'y ajoute la circonstance que Salem et le reste de la Nouvelle-Angleterre √©taient harcel√©s par les attaques am√©rindiennes, ce qui a cr√©√© une atmosph√®re de peur qui contribua beaucoup au d√©veloppement de l'hyst√©rie. Mary Norton insiste sur le fait que la plupart des victimes d'accusations poss√©daient de forts liens personnels ou sociaux avec les attaques am√©rindiennes dans les quinze ann√©es qui pr√©c√©d√®rent les √©v√©nements. Les accusateurs faisaient fr√©quemment r√©f√©rence √† un homme noir (a black man), soutenaient l'existence de sabbats entre les sorci√®res pr√©tendues et les Am√©rindiens, et d√©crivaient des tortures provenant directement des r√©cits de captivit√© entre les mains des Am√©rindiens. De plus, le clerg√© puritain assimilait souvent les Am√©rindiens aux d√©mons, les associait aux sorciers et, au cours d'interminables sermons enflamm√©s, fustigeait Satan et ses cohortes assi√©geant les puritains, la sainte arm√©e de Dieu. Le combat des Am√©rindiens devenait l'assaut des forces du mal essayant d'abattre la soci√©t√© puritaine, et il fallait s'attendre √† des attaques du dedans aussi bien que du dehors. Vers 1691, les puritains √©taient m√Ľrs pour l'hyst√©rie magique.

Salem Village constituait en lui-m√™me un microcosme d'angoisse puritaine. La moiti√© du village √©tait constitu√©e de paysans qui approuvaient le r√©v√©rend Samuel Parris dans ses efforts pour se s√©parer de la ville de Salem Town et instituer une cit√© √† part enti√®re ; l'autre moiti√© du village voulait rester dans le p√©rim√®tre de Salem Town et de ses flux commerciaux et refusait de contribuer √† l'entretien de Parris et de sa famille. Par ailleurs, de nombreux rescap√©s d'attaques am√©rindiennes dans le Maine et le New Hampshire √©taient abrit√©s chez des parents √† Salem, apportant avec eux d'horribles r√©cits. En 1691, Salem Village √©tait un v√©ritable baril de poudre et les jeunes filles poss√©d√©es furent l'√©tincelle qui fit tout exploser.

Personnages

Clergé protestant

  • R√©v√©rend Cotton Mather
  • R√©v√©rend Samuel Parris
  • R√©v√©rend Increase Mather
  • R√©v√©rend Francis Dane
  • R√©v√©rend Deodat Lawson
  • R√©v√©rend Samuel Willard
  • Msr De la haute ville

Président de la cour

Président de la Court of Oyer and Terminer

Juges assesseurs

Possédés

Ceux qui se plaignirent des faits de sorcellerie :

  • Sarah Bibber
  • Elizabeth Booth
  • Sarah Churchill
  • Martha Goodwin
  • Elizabeth Hubbard
  • Mary Lacey (fut aussi accus√©e d'√™tre sorci√®re)
  • Mercy Lewis
  • Betty Parris
  • Bethshaa Pope
  • Ann Putnam, Jr.
  • Susanna Sheldon
  • Mercy Short
  • Mary Walcott
  • Mary Warren (fut accus√©e d'√™tre sorci√®re quand elle se r√©tracta et affirma que les jeunes filles √©taient des simulatrices)
  • Abigail Williams

Accusés

Cette liste n'est pas exhaustive. Il y eut entre 150 et 300 accus√©s de sorcellerie enregistr√©s, et peut-√™tre plus encore qui ne furent pas emprisonn√©s :

  • Cne John Alden Jr.
  • Daniel Andrew
  • Sarah Bassett
  • Edward Bishop
  • Sarah Bishop
  • Mary Black
  • Dudley Bradstreet
  • John Bradstreet
  • Sarah Buckley
  • Richard Carrier
  • Candy, esclave de Salem
  • Mary Clarke
  • Sarah Easty Cloyce
  • Sarah Cole
  • Giles Corey
  • Mary Bassett DeRich
  • Ann Dolliver
  • Rebecca Eames
  • Mary English
  • Philip English
  • Abigail Faulkner
  • Ann Foster
  • Dorcas Hoar
  • Abigail Hobbs
  • Deliverance Hobbs
  • Elizabeth Howe
  • Mary Ireson
  • George Jacobs, Jr.
  • Margaret Jacobs
  • Elizabeth Johnson
  • Mary Lacey, Sr.
  • Mary Lacey (√©galement poss√©d√©e)
  • Sarah Osborne
  • Lila Mantion (disparue avant sa condamnation)
  • Lady Phips, √©pouse du gouverneur Phips
  • Susannah Post
  • Elizabeth Bassett Proctor
  • Tituba
  • Job Tookey
  • Hezekiah Usher
  • Mary Withridge

Exécutés

Décédés en prison

  • Sarah Osborne
  • ¬ę Dr. ¬Ľ Roger Toothaker
  • Ann Foster
  • Lydia Dustin
  • Nourrisson de Sarah Good

Adaptations

Pi√®ce de th√©√Ętre

Films

Téléséries

  • Ma sorci√®re bien aim√©e dont les huit premiers √©pisodes de la septi√®me saison se situent autour de l'histoire des sorci√®res de Salem.

Romans

  • Elizabeth Gaskell, La Sorci√®re de Salem, trad. de Lo√Įs the witch, Ed. Jos√© Corti, Collection romantique, 1999, isbn 2-7143-0696-9
  • Maryse Cond√©, Moi, Tituba, sorci√®re noire de Salem , Gallimard, Folio, septembre 1988, isbn 2-0703-7929-9

Lien interne

Liens externes

Sources

  • Liliane Cret√©, Sorci√®res de Salem, Julliard, 1995
  • (en) Mary Beth Norton, In the Devil's Snare (The Salem Witchcraft Crisis of 1692), Alfred A. Knopf, New York, 2002 (ISBN 0-375-40709-X)
  • (en) Marc Aronson, Witch-Hunt: Mysteries of the Salem Witch Trials, Simon and Schuster, 2003
  • Portail de l‚Äôhistoire Portail de l‚Äôhistoire
  • Portail des √Čtats-Unis Portail des √Čtats-Unis

Ce document provient de ¬ę Sorci%C3%A8res de Salem ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sorcieres de Salem de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sorci√®res de salem ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Salem. Le proc√®s des sorci√®res de Salem est un √©pisode fameux de l histoire coloniale des √Čtats Unis qui entra√ģna la condamnation et l ex√©cution de personnes accus√©es de sorcellerie en 1692 dans le Massachusetts ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Sorci√®res de Salem ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Salem. Pour les articles homonymes, voir Sorci√®re (homonymie). Le proc√®s des sorci√®res de Salem est un √©pisode fameux de l histoire coloniale des √Čtats Unis qui entra√ģna la condamnation et l ex√©cution de… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Les Sorcieres de Salem (film) ‚ÄĒ Les Sorci√®res de Salem (film) Pour les articles homonymes, voir Salem. Les Sorci√®res de Salem ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Les sorci√®res de salem (film) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Salem. Les Sorci√®res de Salem ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Les Sorci√®res de Salem (film) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Salem. Les Sorci√®res de Salem ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Les Sorcieres de Salem (Miller) ‚ÄĒ Les Sorci√®res de Salem (Miller) Pour les articles homonymes, voir Salem. Les Sorci√®res de Salem (titre original anglais The Crucible[1]) est une pi√®ce de th√©√Ętre √©crite par Arthur Miller en 1952. Bas√©e sur les √©v√©nements entourant le proc√®s en… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Les Sorci√®res de Salem ‚ÄĒ (Miller) Pour les articles homonymes, voir Salem. Les Sorci√®res de Salem (titre original anglais The Crucible[1]) est une pi√®ce de th√©√Ętre √©crite par Arthur Miller en 1952. Bas√©e sur les √©v√©nements entourant le proc√®s en sorcellerie en 1692 √†… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Les Sorci√®res de Salem (th√©√Ętre) ‚ÄĒ Les Sorci√®res de Salem (Miller) Pour les articles homonymes, voir Salem. Les Sorci√®res de Salem (titre original anglais The Crucible[1]) est une pi√®ce de th√©√Ętre √©crite par Arthur Miller en 1952. Bas√©e sur les √©v√©nements entourant le proc√®s en… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Les sorci√®res de Salem (th√©√Ętre) ‚ÄĒ Les Sorci√®res de Salem (Miller) Pour les articles homonymes, voir Salem. Les Sorci√®res de Salem (titre original anglais The Crucible[1]) est une pi√®ce de th√©√Ętre √©crite par Arthur Miller en 1952. Bas√©e sur les √©v√©nements entourant le proc√®s en… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Les sorci√®res de salem (miller) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Salem. Les Sorci√®res de Salem (titre original anglais The Crucible[1]) est une pi√®ce de th√©√Ętre √©crite par Arthur Miller en 1952. Bas√©e sur les √©v√©nements entourant le proc√®s en sorcellerie en 1692 √† Salem, dans… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.