Sighetu Marmatiei


Sighetu Marmatiei

Sighetu Marmaţiei

Sighet redirige ici. Pour la dynastie hassidique, voir Sighet (dynastie hassidique).
Roumanie Roumanie
Judeţ de Maramureş
Sighetu Marmaţiei
Statut : Ville
Roumanie Roumanie
Municipalité de [[Municipalité de |]]
Sighetu Marmaţiei
Statut : Ville
Sighetu Marmaţiei

Le centre de Sighetu Marmaţiei
Armes de Sighetu Marmaţiei
Carte de la Roumanie
Sighetu Marmaţiei
Localisation de Sighetu Marmaţiei
Géographie
Région Transylvanie
Coordonnées 47° 55′ 43″ N 23° 53′ 33″ E / 47.928611, 23.8925
Altitude minimale m
Altitude moyenne 274 m
Altitude maximale m
Superficie 111 km²
Superficie 11 100 ha
Arrosée/baignée par Tisa
Population
Nombre d'habitants 41 640 hab.
(2007)
Densité 375,1 hab./km²
Populations
Administration
Maire Eugenia Gojda
PSD
2008-2012
www http://www.primaria-sighet.ro/
Code postal
Événements historiques
1326 : première mention
[[]] : fondée par [[]]
Personnages célèbres

Sighetu Marmaţiei ou Sighetul Marmaţiei (au Moyen Âge Ostrovu Marmaţiei, ukrainien: Сигіт, Сигіт-Мармароський, (hu) Máramarossziget, rusyn: Sihota), mais seulement Sighet à l'époque de la dictature communiste, est une ville (municipalité) du Judeţ de Maramureş au confluent de l'Iza et de la Tisa, dans le nord-ouest de la Roumanie.

Sommaire

Étymùologie

Sziget, prononcé comme Sighet, signifie "île" en hongrois, ce qui est aussi le sens du mot médiéval Ostrov en roumain et en rusyn.

Géographie

La ville est située sur la rive gauche de la rivière Tisa, qui la sépare de la Ruthénie ukrainienne.

Les communautés avoisinnantes incluent : Sarasău, Săpânţa, Câmpulung la Tisa, Ocna Şugatag, Giuleşti, Vadu Izei, Rona de Jos et Bocicoiu Mare en Roumanie; Bila Cerkva et Solotvino en Ukraine (oblast d'Ukraine subcarpatique).

Démographie

La ville abritait avant la Seconde Guerre mondiale une importante communauté juive ashkénaze (10 526 personnes en 1930, soit 38,6% de la population totale)[1], dont Elie Wiesel, qui l'évoque dans de nombreuses œuvres.

Elle compait en 2002 44 185 habitants.edrc, dont

La commune de Sighetu Marmaţei comprend la ville de Sighetu Marmaţei elle-même (36 098 habitants en 2002) mais aussi les villages de Iapa (1 712 habitants), Lazu Baciului (510 habitants), Şugău (795 habitants), Valea Cufundoasă (622 habitants) et Valea Hotarului (1 483 habitants).

D'après le recensement effectué en 1910, la ville comptait 21 370 habitants (dans la ville même) dont 17 542 (82.1%) Magyars et Juifs, 2 001 (9.4%) Roumains, 1 257 (5.9%) Allemands, and 32 (2.5%) Ruthènes.[2] Ces statistiques ne prenaient pas encompte la population juive, qui était substantielle à Sighet, avant la Shoah — selon certains comptes, Sighet possédait en 1940 la plus grande proportion de Juifs de toutes les villes du pays.[3]

Évolution démographique
1880 1900 1910 1930 1956 1977 1992 2002 2007
12 324 19 117 23 657 27 270 24 222 38 146 44 185 41 250[4] 41 640

Religions

En 2002, la répartition religieuse de la population était la suivante :

Histoire

Encore inhabitée à l'époque de la culture de Hallstatt, la confluence de la Tisa et de l'Iza se situait sur la route qui, par le col de Iablonitsa, reliait la plaine pannonienne à la grande plaine scythique, en franchissant les Alpes Bastarniques. Cette route était très empruntée par les Agathyrses, Roxolans et Sarmates, peuples de la steppe de langues iraniennes (comme les Daces locaux), auxquels vinrent se mêler ultérieurement des Celtes, les Scordices. Il est probable que l'endroit ait pu abriter périodiquement des marchés, mais la première mention d'un établissement permanent ne date que du XIe siècle, et la ville en tant que telle n'est citée qu'en 1326. En 1352, elle est mentionnée comme ville franche et capitale du voévodat du Maramureş, lui-même vassal du royaume de Hongrie. Au siècle suivant, le voïvodat perd son autonomie et devient un simple comté de la Hongrie, statut qu'il gardera jusqu'en 1918, Sighet en étant le chef-lieu.

En 1472, de nouveaux privilèges lui sont accordés par le roi Matthias Ier de Hongrie.

En 1717, la ville, comme toute la Marmatie eut à subir la dernière invasion tatare, qui occasionna de nombreux dégâts.

Toutefois, de 1570 à 1733, le comté et la ville firent partie de la Principauté de Transylvanie, d'abord indépendante, ensuite vassale de l'empire d'Autriche. Après 1733, le comté revint à la Hongrie au sein de l'empire austro-hongrois. Sighetu Marmaţiei fut un centre culturel à la fois roumain, ukrainien et juif ashkénaze. La communauté juive y a de vifs souvenirs liés à la famille Teitelbaum et au Hassidisme. Lors du partage en 1918 du Maramureş entre la Tchécoslovaquie et la Roumanie à l'issue de la Première Guerre mondiale, Sighet échut à cette dernière.

Comme toute la Roumanie, Sighet fut soumise aux régimes dictatoriaux carliste, fasciste et communiste de février 1938 à décembre 1989.

Alliée au Troisième Reich durant la Seconde Guerre mondiale, la Hongrie reprit le Maramureş aux Tchécoslovaques en 1939 (Accords de Munich) et aux Roumains en 1940 (Diktat de Vienne). De 1941 à 1944, plus de 20.000 juifs de Sighet furent envoyés à Auschwitz par les autorités hongroises, dont le futur prix Nobel Elie Wiesel. Il reste aujourd'hui moins de cent juifs à Sighetu Marmaţiei.

Les troupes roumaines et soviétiques libérèrent Sighetu Marmaţiei fin 1944 et le Traité de Paris (1947) rendit la ville à la Roumanie.

Dans les années 1946-1989, le régime communiste et sa police politique, la Securitate firent de la vieille prison préfectorale austro-hongroise un mouroir pour détenus politiques et d'opinion où périt une partie de l'élite intellectuelle et politique de la Roumanie parlementaire d'avant-guerre, dont l'ancien premier ministre démocrate Iuliu Maniu (décédé en 1953). Après la chute de la dictature, fin 1989, la prison est devenue un « Mémorial des Victimes du Communisme », reconnu en 1998 par le Conseil de l'Europe comme « Lieu de Mémoire de l'Europe », comme celui d'Auschwitz et celui de la Paix en Normandie. Ce Mémorial jouxte le monument aux victimes de la Shoah et de nombreuses commémorations se font simultanément: selon Ana Blandiana, fondatrice du mémorial, « Sighet est une petite ville à côté de Berlin: nous ne pouvons pas nous permettre de nous diviser, de fragmenter nos mémoires, et il serait atroce de banaliser celle des voisins pour mettre en exergue la nôtre, car lorsque la justice ne parvient pas à devenir mémoire, seule la mémoire peut devenir justice ».[5]

Le mémorial aux victimes du communisme et le monument à celles de la Shoah à Sighetu Marmaţiei

Politique

Le Conseil Municipal de Sighetu Marmaţiei compte 19 sièges de conseillers municipaux. A l'issue des élections municipales de juin 2008, Eugenia Gojda (PSD) a été élue maire de la Ville[6].

Élections municipales de 2008[7]
Parti Nombre de conseillers
Parti social-démocrate (PSD) 7
Parti démocrate-libéral (PD-L) 6
Parti national libéral (PNL) 4
Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR) 2

Transports

Routes

Direction ouest : route nationale DN19 vers Satu Mare et Oradea.

Direction nord : frontière ukrainienne et ville de Solotvyna.

Direction est : route nationale DN18 vers le judeţ de Suceava et la Moldavie par le col de Prislop et route nationale DN17C vers le judeţ de Bistriţa-Năsăud par le col de Şetref.

Direction sud : route nationale DN18 vers Baia Mare, la préfecture du judeţ par le col de Gutâi.

Voies ferrées

Sighetu Marmaţiei est reliée à Borşa dans les Monts Rodna (Munţii Rodnei) et à Salva (judeţ de Bistriţa-Năsăud).

Aéroport

L'aéroport le plus proche est celui de Baia Mare, à 60 km au sud-ouest.

Natifs de Sighet

La maison natale d'Elie Wiesel à Sighet
  • Elie Wiesel
  • David Weiss Halivni
  • Simon Hollósy
  • Alexandru Sainelic
  • Moshe Teitelbaum
  • Yekusiel Yehuda Teitelbaum (I)
  • Yekusiel Yehuda Teitelbaum (II)
  • Davidovits
  • Tesler

Villes jumelles

Références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail de la Roumanie Portail de la Roumanie
Ce document provient de « Sighetu Marma%C5%A3iei ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sighetu Marmatiei de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sighetu Marmației — Photo prise à Sighetu Marmației …   Wikipédia en Français

  • Sighetu Marmatiei — Sighetu Marmaţiei Siget Máramarossziget …   Deutsch Wikipedia

  • Sighetu Marmației — Marmaroschsiget Máramarossziget …   Deutsch Wikipedia

  • Sighetu Marmației — Escudo …   Wikipedia Español

  • Sighetu Marmaţiei —   [ sigetu marma tsiej], ungarisch Máramarossziget [ maːrɔmɔroʃsigɛt], bis 1965 Sighet [ siget], ungarisch Sziget [ sigɛt], Stadt im Kreis Maramureş, Nordrumänien, 270 m über dem Meeresspiegel, an der Mündung der Iza in die Theiß, die hier die… …   Universal-Lexikon

  • Sighetu Marmației — Sighet redirects here. For the Hasidic dynasty, see Sighet (Hasidic dynasty). Sighetu Marmației   Municipality   Elie Wie …   Wikipedia

  • Sighetu Marmaţiei — Sighet redirects here. For the Hasidic dynasy, see Sighet (Hasidic dynasty). Infobox Settlement subdivision type = Country subdivision name = ROU timezone=EET utc offset=+2 timezone DST=EEST utc offset DST=+3 map caption = Location of Sighetu… …   Wikipedia

  • Sighetu Marmatiei — Original name in latin Sighetu Marmaiei Name in other language Maramaros Szighet, Maramarossziget, Marmaros Sihot, Marmarosska, Marmaro Sihot, Mramarossziget, Sighet, Sighetu Marmatiei, Sighetu Marmaiei, Sigit Marmaros kij, sygt, Сигіт… …   Cities with a population over 1000 database

  • Sighetu Marmaţiei — Diese Schreibung ist obsolet. Das Stichwort ist unter „Sighetu Marmației“ zu finden. In der rumänischen Orthographie finden statt der Buchstaben Şş und Ţţ die Buchstaben Șș und Țț Anwendung …   Deutsch Wikipedia

  • Bahnstrecke Sighetu Marmației–Iwano-Frankiwsk — Sighetu Marmației–Iwano Frankiwsk Bahnhof in Iwano Frankiwsk …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.