Siege d'Orleans


Siege d'Orleans

Siège d'Orléans

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille d'Orléans.
Siège d'Orléans
Lenepveu, Jeanne d'Arc au siège d'Orléans.jpg
Jeanne d'Arc au siège d'Orléans par Lenepveu
Informations générales
Date 12 octobre 1428-
8 mai 1429
Lieu Orléans
Issue Victoire française décisive
Belligérants
Blason France moderne.svg France
Royal arms of Scotland.svg Écosse
England Arms 1405.svg Angleterre
Commandants
Blason comte fr Longueville (ancien).svg Jean d'Orléans
Blason Gilles de Rais.svg Gilles de Rais
Blason Jeanne-d-Arc.svg Jeanne d'Arc
Blason Etienne de Vignolles (La Hire).svg La Hire
William de la Pole,
puis
Blason Thomas Montaigu de Salisbury.svg Thomas Montaigu,
puis
Blason John Talbot.svg John Talbot
Forces en présence
6 400 soldats
3 000 habitants en armes
5 000 hommes


Pertes
2 000 morts plus de 4 000 hommes
Guerre de Cent Ans
Batailles
Arnemuiden (navale) — L’Écluse (navale) — Crécy — Calais —

Guerre anglo-écossaise
Neville's Cross —


Jacquerie
Grande Jacquerie — Meaux — Révolte des Tuchins — Révolte paysanne anglaise —


Guerre de Succession de Bretagne
La Roche-Derrien — Combat des Trente — Mauron — Auray —


Winchelsea — Poitiers — Cocherel —


Première guerre civile de Castille
Nájera — Montiel —


Pontvallain — La Rochelle  — Roosebeke —


Guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons
Révolte des Cabochiens —


Azincourt — Rouen — Baugé — Cravant — Brossinière — Verneuil — Journée des Harengs — Gerberoy —


Campagne de Jeanne d'Arc
Orléans — Jargeau — Meung-sur-Loire — Patay — Montépilloy — Compiègne —


Campagne de Bretagne et de Normandie en 1448-1449
Fougères — Formigny —


Campagne de Guyenne
Castillon

Le siège d’Orléans est un épisode majeur de la guerre de Cent Ans. Les Anglais sont près de prendre Orléans, verrou sur la Loire protégeant le sud de la France, mais la ville est sauvée par Jeanne d'Arc, qui renverse le cours de la guerre.

Sommaire

Contexte

Alors que les Anglais tiennent la moitié nord du royaume de France, le dauphin Charles garde le sud qui lui est resté fidèle. La Loire fait la frontière entre les deux. De rares ponts subsistent : Angers (défendu par son château et appartenant à Yolande d'Anjou), et Orléans (comptant 20 000[1] habitants et puissamment fortifiée). Pour qu’ils puissent attaquer le dauphin, il faut donc que les Anglais prennent une de ces villes.

Déroulement du siège

Le siège commence le 12 octobre 1428 après que les Anglais se sont assurés des places environnantes en août et septembre. Commandés par Thomas Montaigu, comte de Salisbury, Les Anglais tentent d'encercler la ville et construisent autour d'Orléans une série bastilles, mais ils ne sont pas assez nombreux pour investir et encercler efficacement la ville et leurs canons ne sont pas assez puissants pour briser les remparts. La garnison française est commandée par Dunois.

Néanmoins, avant le 24, ils prennent les Tourelles ou Tournelles, tours jumelles qui défendent le pont sur la rive gauche de Loire. Le comte de Salisbury trouve la mort dans la bataille. Le duc de Suffolk William de la Pole prend le commandement, avant d'être remplacé par John Talbot, comte de Shrewsbury. La garnison anglaise qui occupe les Tourelles est elle-même assiégée par des soldats français. Quant au pont, il est partiellement détruit pour empêcher les Anglais d'assaillir la ville de ce côté. Les Bourguignons qui participaient au siège se retirent suite à une mésentente sur le sort de la ville. Néanmoins suite à la désastreuse « journée des harengs », où les troupes franco-écossaises manquent lamentablement leur offensive sur un convoi de ravitaillement, les troupes françaises sont démoralisées et n'ont plus aucune initiative.

Au printemps de 1429, les Français manquent d'approvisionnements. La situation de la ville semble désespérée. Le siège est suivi partout en Europe.

En France, de nombreuses légendes disent que le royaume de France ne pourra être sauvé que par une pucelle. Une, qui entend des voix, se présente au dauphin de France à Chinon : c'est Jeanne d'Arc.

Le dauphin donne le commandement d'une armée de 4 000 hommes à Jeanne d'Arc, tandis que Jean de Dunois assure le commandement de la défense de la ville. Le 29 avril 1429, Jeanne entre dans Orléans. Le 1er mai, l'assaut est donné au fort de Saint-Loup qui tombe entre les mains des Français. Jeanne exige sans résultat le départ des Anglais. Les voix qu'elle entend lui conseillent d'attaquer par le nord, et elle persuade Dunois de la suivre. Dans la semaine qui suit, elle remporte plusieurs victoires, reprend les Tourelles sur la rive sud, et le 8 mai, les Anglais battent enfin en retraite.

La levée du siège

Le siège d'Orléans (Vigiles de Charles VII)


La levée du siège procède d'une série de coups de mains tactiques extrêmement bien exécutés.

Orléans sur la rive nord de la Loire est cernée au nord et à l'ouest par un réseaux de fortifications, et l'accès par l'est est verrouillé par le fort de Saint-Loup. Le pont sur la Loire au sud de la ville est tenu par les Anglais (son accès sud est fortifié). Enfin l'accès fluvial est verrouillé en amont par le fort de Saint-Jean-le-Blanc qui est le pendant de Saint-Loup sur la rive sud.

Le 4 mai 1429, une escarmouche oppose des français aux défenseurs de Saint-Loup, situé à 2 km à l'est des portes d'Orléans. Jeanne d'Arc, réveillée en pleine sieste, charge la bastille avec un fort parti de miliciens orléanais. Pour contrer cette sortie, Talbot envoie des troupes de ses fortifications au nord pour prendre Jeanne d'Arc à revers et soutenir Saint Loup. Dunois voyant la manœuvre sort à son tour et attaque la bastille de Saint-Pouair qui marque l'extrémité nord du réseau de fortifications des anglais. Talbot doit alors rapatrier ses hommes pour ne pas être pris de flanc et perdre Saint-Pouair. Dunois se replie prudemment tandis que Saint-Loup, privée de soutien logistique, est prise par Jeanne d'Arc.

L'accès fluvial par l'est n'étant plus verrouillé, les anglais transfèrent des troupes de Saint-Jean-le-Blanc vers la bastide des Tourelles qui permet de tenir le pont. Malgré les difficultés dues aux bancs de sable qui encombrent le lit du fleuve à Orléans, Jeanne d'Arc réussit à traverser la Loire en bateau à l'est de la ville avec un fort contingent, jusqu'à l'île aux toiles. Voyant l'importance de ces troupes, le gros de la garnison déjà affaiblie de Saint-Jean-le-Blanc abandonne la bastille qu'elle tenait et se replie stratégiquement vers les Tourelles. Les sapeurs français construisent rapidement un pont au dessus du petit bras de Loire qui sépare l'île aux toiles de la rive sud, et Jeanne prend facilement possession de la bastide (largement abandonnée) de Saint-Jean-le-Blanc.

Conséquences

Après cette victoire, de nombreux volontaires viennent gonfler les rangs de l'armée française qui remonte alors la vallée de la Loire et marche sur Reims pour couronner Charles VII.

Sources

Siège of Orleans (1428-1429)and the Loire valley campaign (1429)xenophongroup.com

Références

  1. La guerre de Cent Ans, Georges Minois - Perrin 2008 (p.349)

Liens internes

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail d'Orléans Portail d'Orléans
  • Portail du Loiret Portail du Loiret
Ce document provient de « Si%C3%A8ge d%27Orl%C3%A9ans ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Siege d'Orleans de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Siege of Orléans — Infobox Military Conflict conflict=Siege of Orléans partof=the Hundred Years War caption= Joan of Arc at the Siege of Orléans by Jules Eugène Lenepveu, painted 1886 ndash;1890 date=October 12, 1428 ndash; May 8, 1429 place=Orléans, France… …   Wikipedia

  • Siège d'Orléans — 47°54′09″N 1°54′32″E / 47.9025, 1.90889 …   Wikipédia en Français

  • siege of Orleans — noun a long siege of Orleans by the English was relieved by Joan of Arc in 1429 • Syn: ↑Orleans • Regions: ↑France, ↑French Republic • Instance Hypernyms: ↑siege, ↑besieging, ↑beleaguering, ↑ …   Useful english dictionary

  • siège — [ sjɛʒ ] n. m. • 1080; lat. pop. °sedicum, de °sedicare, de sedere « être assis » I ♦ 1 ♦ Lieu où se trouve la résidence principale (d une autorité, d une société). Rome est le siège de la papauté. Siège d un tribunal, localité où il tient… …   Encyclopédie Universelle

  • Orléans — Pour les articles homonymes, voir Orléans (homonymie). 47° 54′ 09″ N 1° 54′ 32″ E …   Wikipédia en Français

  • Orleans — noun 1. a city on the Loire river in north central France; site of the siege of Orleans by the English (1428 1429) • Instance Hypernyms: ↑city, ↑metropolis, ↑urban center • Part Holonyms: ↑France, ↑French Republic 2. a long siege of Orleans by… …   Useful english dictionary

  • Orléans — This article is about the French commune of Orléans; for other meanings see Orleans (disambiguation). Orléans Orléans and the Loire River …   Wikipedia

  • Siège de Québec de 1759 — Vue de l église Notre Dame de la Victoire, érigée en souvenir de la levée du siège en 1695, et détruite en 1759 Richard Short, 1761 Informations générales Date mai à septembre 1759 Lieu Canada …   Wikipédia en Français

  • Orleans TV — Orléans TV Création 29 mars 2007 Langue Français Pays d origine  France Statut …   Wikipédia en Français

  • Siege de Calais — Siège de Calais (1346) Pour les articles homonymes, voir Siège de Calais. Siège de Calais Informations générales Date 4 septembre 1346 au 3 août 1347 Lieu Calais …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.