Siecle d'or espagnol

ÔĽŅ
Siecle d'or espagnol

Siècle d'or espagnol

Histoire de l'Espagne
Alhambra-petit.jpg
Préhistoire de l'Ibérie
Celtibères
L’Hispanie antique
Espagnes médiévales
- Hispanie wisigothe
- Conquête musulmane
- al-Andalus
- Reconquista
Maison de Habsbourg
Succession d'Espagne (1680-1701)
Guerre de succession
Succession d'Espagne (1701-1883)
Maison de Bourbon
L’Espagne des Lumières
Guerre d'indépendance
Restauration absolutiste
Règne d'Isabelle II
Révolution de 1868
Sexenio Democr√°tico
Ire République
Restauration des Bourbons
Dictature de Primo de Rivera
IIe République
Guerre d'Espagne
Régime franquiste
Transition démocratique
Miracle économique espagnol
Thèmes connexes
L’empire colonial espagnol
La politique de l’Espagne
Les rois d'Espagne
Les présidents du Gouvernement
Le monastère royal de l'Escurial, construit par Philippe II.

Le Si√®cle d'or espagnol (Siglo de Oro en espagnol) correspond √† la p√©riode de rayonnement culturel de l'Espagne en Europe au XVIIe si√®cle. Cette p√©riode de grande vitalit√© litt√©raire et artistique en Espagne et dans les pays hispanophones d'Am√©rique latine co√Įncide avec le d√©clin politique et la fin de la dynastie Habsbourg en Espagne avec Philippe III, Philippe IV et Charles II.

On appelle parfois Si√®cle d‚Äôor espagnol, l'√©poque de grandeur √©conomique et politique de l'Espagne qui va de la premi√®re moiti√© du XVIe si√®cle √† la premi√®re moiti√© du XVIIe si√®cle. La d√©finition temporelle de la p√©riode est g√©n√©ralement assez floue, mais ne commence jamais avant 1492, avec la fin de la Reconquista et les voyages de Christophe Colomb pour le Nouveau monde et ne se termine jamais apr√®s l'ind√©pendance des Provinces-Unies vis-√†-vis de l'Espagne des Habsbourg, reconnue en 1648.

Sommaire

Le Cadre

À cette époque, les Habsbourg, en Espagne comme en Autriche sont de grands mécènes. L'Escurial, le grand monastère royal construit par Juan de Herrera sous les ordres de Philippe II, attire certains des plus grands architectes et peintres européens. Diego Vélasquez, un artiste immensément respecté de son temps et considéré comme l'un des peintres majeurs de l'histoire de l'art, cultive des liens avec Philippe IV et son premier ministre, Gaspar de Guzmán, comte d'Olivares, et laisse plusieurs portraits montrant l'originalité de son style et l'étendue de son talent. Le Greco, autre grand peintre espagnol de la période, incorpore des éléments venant de la Renaissance italienne dans l'art espagnol et participe à la naissance d'un style espagnol original.

Certaines des plus grandes compositions musicales espagnoles sont écrites pendant le Siècle d'or. Des compositeurs comme Tomás Luis de Victoria, Luis de Milán ou Alonso Lobo participent au développement de la musique de la Renaissance et de styles comme le contrepoint ou la polyphonie, gardant une grande influence tout au long de la période baroque.

La litt√©rature espagnole est √©galement florissante, avec notamment l'Ňďuvre monumentale de Miguel de Cervantes, l'auteur du Quichotte. Lope de Vega, l'auteur de th√©√Ętre le plus prolifique d'Espagne, √©crit sans doute plus de mille pi√®ces, dont quatre cents sont parvenues jusqu'√† nous.

Peinture

Vierge √† l'enfant par le peintre espagnol du XVIe si√®cle Luis de Morales (Madrid, mus√©e du Prado)

L'Espagne, √† l'√©poque de la Renaissance italienne, re√ßoit la visite de quelques grands artistes. Les possessions italiennes ainsi que les relations √©tablies par le mari de la reine Isabelle Ire de Castille, Ferdinand II d'Aragon, futur unique monarque d'Espagne, entra√ģnent des mouvements d'intellectuels √† travers la M√©diterran√©e entre Valence, S√©ville et Florence qui s'intensifient parall√®lement √† l'accroissement de l'influence espagnole en Europe, et plus particuli√®rement en Italie. Luis de Morales, l'un des chefs de file du style mani√©riste espagnol, conserve, dans une Ňďuvre qui rappelle l'art m√©di√©val, un style espagnol caract√©ristique. L'art espagnol, et notamment celui de Morales, contient d'importants √©l√©ments mystiques et religieux dus √† la Contre-R√©forme et au m√©c√©nat d'une monarchie et d'une aristocratie espagnoles fortement marqu√©es par le catholicisme.

L'Enterrement du comte d'Orgaz par Le Greco, Tolède.

Comme son surnom l'indique, celui qui joue le r√īle le plus important dans l'importation de la Renaissance italienne en Espagne, Le Greco, n'est pas espagnol d'origine, mais est n√© en Cr√®te sous le nom de Domenikos Theotokopoulos. Il √©tudie les grands peintres italiens de son temps - Titien, Tintoretto et Michel-Ange - pendant son s√©jour en Italie, de 1568 √† 1577. Selon la l√©gende [1], il entre en disgr√Ęce apr√®s avoir affirm√© que si on d√©truisait l'une des peintures murales de Michel-Ange il serait capable d'en peindre une aussi belle, et partit pour Tol√®de. Il joue un grand r√īle dans l'√©laboration un style plein d'√©motion, avec les doigts allong√©s des personnages qu'il repr√©sente et ses couleurs vives. Ses repr√©sentations de la ville de Tol√®de deviennent des mod√®les pour la tradition nouvelle en Europe de la peinture du paysage et influencent par la suite les ma√ģtres hollandais.

N√© en 1599, deux g√©n√©rations apr√®s Le Greco, Diego V√©lasquez est l'un des peintres les plus importants d'Espagne et influen√ßa de nombreux artistes.Un nombre sans cesse croissant d'hommes d'√Čtat, d'aristocrates et de membres du clerg√© venant de toute l'Europe commandent des portraits √† ce peintre de la cour de Philippe IV.

Portrait de Gaspar de Guzmán, par Diego Vélasquez (Madrid, musée du Prado)

Ses portraits du roi, de son premier ministre, le comte d'Olivares, ou du pape lui-m√™me font preuve d'une croyance profonde dans le r√©alisme artistique et d'un style original qui influence nombre de ma√ģtres hollandais. Pendant la guerre de Trente Ans, V√©lasquez suit Ambrogio Spinola dans sa campagne aux Pays-Bas, o√Ļ il peint la c√©l√®bre Reddition de Breda. V√©lasquez a la capacit√© d'exprimer des √©motions √† travers la r√©alit√© dans ses portraits comme dans ses paysages. Ceux-ci, dans lesquels il fait les premi√®res exp√©riences d'√©clairage naturel dans l'art europ√©en, ont une influence durable sur la peinture occidentale. Son amiti√© avec Bartolom√© Esteban Murillo, le chef de file de la g√©n√©ration suivante des peintres espagnols, assure la perp√©tuation de son influence.

Saint François d'Assise à genoux, de Francisco de Zurbarán (Londres, National Gallery)

L'√©l√©ment religieux de l'art espagnol prend une importance accrue avec la Contre-R√©forme. L'Ňďuvre aust√®re et asc√©tique de Francisco de Zurbar√°n ainsi que celle du compositeur Tom√°s Luis de Victoria illustrent cette tendance dans les arts espagnols. Philippe IV apporte un soutien appuy√© aux artistes qui partagent ses opinions sur la Contre-R√©forme et la religion. Le mysticisme de l'Ňďuvre de Zurbar√°n - influenc√© par Sainte Th√©r√®se d'Avila - finit par devenir une caract√©ristique de l'art espagnol des derni√®res g√©n√©rations du Si√®cle d'or. Influenc√© par Le Caravage et les ma√ģtres italiens, Zurbar√°n consacre son travail artistique √† la repr√©sentation de la religion et de la foi. Ses tableaux sur Saint Fran√ßois d'Assise, l'immacul√©e conception et la crucifixion du Christ sont un bon exemple d'un troisi√®me aspect de la culture espagnole du XVIIe si√®cle, sur fond de guerres de religion en Europe. Zurbar√°n rompt avec la vision r√©aliste de V√©lasquez et, d'une certaine fa√ßon, se tourne, pour l'inspiration et la technique, vers la vision √©motive de Le Greco et des peintres mani√©ristes qui le pr√©c√©dent, m√™me s'il reste dans le sillage de V√©lasquez en ce qui concerne la lumi√®re et les nuances.

Musique

Partition de l'Officium Defunctorum de Tom√°s Luis de Victoria

La musique espagnole, tout comme la peinture, trouve une nouvelle vigueur dans la religion. Tom√°s Luis de Victoria, compositeur, particuli√®rement de musique chorale, du XVIe si√®cle, est consid√©r√© comme l'un des plus grands compositeurs classiques espagnols. Il se joint au combat d'Ignace de Loyola contre la R√©forme et devient pr√™tre en 1575. Vivant quelque temps en Italie, il y d√©couvre la musique polyphonique de Giovanni Pierluigi da Palestrina. Comme Zurbar√°n, Victoria allie les qualit√©s techniques de l'art italien aux sp√©cificit√©s culturelles et religieuses espagnoles. Il incorpore dans son Ňďuvre des appels √©motionnels ainsi que des rythmes et chŇďurs de caract√®re mystique et souvent exp√©rimentaux. Il se distingue de la tendance dominante de son temps en pr√©f√©rant au contrepoint des m√©lodies plus longues, plus simples, moins techniques et plus myst√©rieuses, en utilisant la dissonance d'une mani√®re que l'√Čcole romaine, au contraire, √©vite. Il fait preuve d'une extraordinaire cr√©ativit√© dans le domaine de la th√©orie musicale en reliant la tonalit√© et la couleur de sa musique √† celles de ses paroles, notamment dans ses motets. Comme V√©lasquez, il est le prot√©g√© du Prince - ou plut√īt de la reine, en ce qui concerne Victoria. Le requiem qu'il √©crit lors de la mort de la reine en 1603 est consid√©r√© comme l'une de ses Ňďuvres les plus solides et les plus m√Ľres.

Don Quichotte vu par Honoré Daumier (Munich, nouvelle pinacothèque)

L'Ňďuvre de Victoria trouve un √©cho dans celle d'Alonso Lobo - un homme que Victoria consid√®re comme son √©gal. Les compositions de Lobo - √©galement chorales dans la forme et religieuses dans leur contenu - soulignent la nature aust√®re et minimaliste de la musique religieuse. Lobo cherche √† allier l'intensit√© √©motionnelle de Victoria √† l'habilet√© technique d'un Palestrina et la solution qu'il trouve constitue l'acte fondateur de la musique baroque en Espagne.

Le premier recueil de pi√®ces de musique pour guitare espagnole (autre nom de la guitare classique) est compos√© par Luis de Mil√°n en 1536. Au service de la cour du duc de Valence, Luis de Mil√°n d√©finit la musique pour guitare, √† cette √©poque un instrument populaire et non de cour. Le travail de Luis de Mil√°n donne √† la guitare espagnole, √©l√©ment important permanent de la culture espagnole, un nouveau souffle, et les aristocrates et les marchands espagnols la diffusent dans toute l'Europe. La musique pour guitare espagnole, telle que Luis de Mil√°n la r√©invente, conna√ģt une nouvelle renaissance au XIXe si√®cle, et aujourd'hui encore une forte popularit√©.

Littérature

Première édition du Don Quichotte

Consid√©r√© par beaucoup comme la plus grande Ňďuvre r√©dig√©e en langue espagnole, Don Quichotte est l'un des premiers romans publi√©s en Europe. Ce roman, tout comme le monde dans lequel vit son auteur, Miguel de Cervantes, est √† la fronti√®re du Moyen √āge et de l'√©poque moderne. V√©t√©ran de la Bataille de L√©pante (1571), Cervantes conna√ģt une p√©riode difficile √† la fin des ann√©es 1590, et est emprisonn√© pour dettes en 1597, quand il commence la r√©daction de son chef-d'Ňďuvre. Le second tome est publi√© en 1615, un an avant la mort de l'auteur. Don Quichotte est √† la fois un roman m√©di√©val - un roman de chevalerie - et un roman de l'√©poque moderne alors naissante. Le livre est une parodie des mŇďurs m√©di√©vales et de l'id√©al chevaleresque et une critique des structures sociales d'une soci√©t√© espagnole rigide et v√©cue comme absurde. Don Quichotte est un jalon important de l'histoire litt√©raire, et les interpr√©tations qu'on en donne sont multiples, pur comique, satire sociale, analyse politique.

Portrait de Lope de Vega.

Contemporain de Cervantes, l'auteur de th√©√Ętre Lope de Vega est c√©l√®bre pour ses drames, notamment ceux bas√©s sur l'histoire du pays. Comme Cervantes, Lope de Vega participe aux batailles men√©es par l'arm√©e espagnole et est fascin√© par l'antique aristocratie espagnole. Dans les centaines de pi√®ces qu'il √©crit, situ√©es dans des contextes aussi vari√©s que la Bible, l'histoire l√©gendaire de l'Espagne, la mythologie classique ou l'√©poque contemporaine, Lope de Vega adopte, comme Cervantes, une approche comique, transformant par exemple une pi√®ce morale conventionnelle en une Ňďuvre humoristique et cynique. Son objectif principal est de distraire son public. Le m√©lange qu'il fait des √©l√©ments moraux, de la com√©die, du drame et du g√©nie populaire en fait un cousin de Shakespeare, auquel il est souvent compar√©, et dont il est le contemporain. En tant que critique de la soci√©t√©, Lope de Vega attaque, √©galement comme Cervantes, nombre des anciennes institutions du pays, dont l'aristocratie, la chevalerie, la rigidit√© des mŇďurs‚Ķ Ces deux √©crivains constituent une alternative artistique √† l'asc√©tisme d'un Francisco Zurbar√°n. Plus avant dans le XVIIe si√®cle, les pi√®ces de ¬ę cape et d'√©p√©e ¬Ľ de Lope de Vega m√™lant aventures, intrigues amoureuses et com√©die influencent son h√©ritier litt√©raire, Pedro Calder√≥n de la Barca.

Le th√©√Ętre prend une grande importance et devient un spectacle extr√™mement populaire. Les premiers v√©ritables espaces sc√©niques sont construits √† la fin du XVIe si√®cle. Ces th√©√Ętres s'appellent les ¬ę corrales de comedias ¬Ľ. La structure d'un ¬ę corral de comedias ¬Ľ ressemble beaucoup √† celle d'un th√©√Ętre √©lisab√©thain : un espace clos, non couvert, est am√©nag√© dans le patio, la cour rectangulaire situ√©e entre les maisons ; au fond, une sc√®ne, entour√©e de tribunes et de loges sur trois c√īt√©s, fait face √† un parterre √† ciel ouvert o√Ļ les spectateurs se tiennent debout.

La littérature du Siècle d’or espagnol comprend également des autobiographies de militaires, comme celles de Alonso de Contreras ou de Diego Duque de Estrada.

Juan Ruiz de Alarcón y Mendoza (1581-1639)

Principaux écrivains

Annexes

Bibliographie

  • Bartolom√© Bennassar, Un Si√®cle d'or espagnol : vers 1525-vers 1648, Robert Laffont, 1982.
  • Annie Molini√©-Bertrand, Au Si√®cle d'or, l'Espagne et ses hommes : la population du royaume de Castille au XVIe si√®cle, Economica, 1985.
  • Pierre Civil, La prose narrative du si√®cle d'or espagnol, Dunod, 1997.
  • Michel Dev√®ze, L'Espagne de Philippe IV : 1621-1665 : si√®cle d'or et de mis√®re, deux volumes, Soci√©t√© d'√©dition d'enseignement sup√©rieur, 1970.
  • Fran√ßoise Hildesheimer, Du si√®cle d'Or au Grand si√®cle : l'√Čtat en France et en Espagne, XVIe-XVIIe si√®cle, Flammarion, 2000.
  • Henry M√©choulan, Les juifs du silence au si√®cle d'Or espagnol, Albin Michel, 2003.

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de l‚ÄôEspagne Portail de l‚ÄôEspagne
  • Portail de la litt√©rature Portail de la litt√©rature
  • Portail de l‚Äôhistoire de l‚Äôart Portail de l‚Äôhistoire de l‚Äôart
Ce document provient de ¬ę Si%C3%A8cle d%27or espagnol ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Siecle d'or espagnol de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Si√®cle d'or espagnol ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Si√®cle d or. Le Si√®cle d or espagnol (Siglo de Oro en espagnol) est la p√©riode de rayonnement culturel de l Espagne en Europe du XVIe si√®cle au XVIIe si√®cle. Cette p√©riode de grande vitalit√© litt√©raire… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Siecle d'or ‚ÄĒ Si√®cle d or Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Le si√®cle d or est une expression qui s applique √† diff√©rents contextes historiques : Le Si√®cle d or espagnol Le Si√®cle d or n√©erlandais… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Si√®cle d‚Äôor ‚ÄĒ Si√®cle d or Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Le si√®cle d or est une expression qui s applique √† diff√©rents contextes historiques : Le Si√®cle d or espagnol Le Si√®cle d or n√©erlandais… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Si√®cle de Louis XIV ‚ÄĒ XVIIe si√®cle Ier mill√©naire | IIe mill√©naire | IIIe mill√©naire ../.. | XVe si√®cle | ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Si√®cle d'or ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Le si√®cle d or est une expression qui s applique √† diff√©rents contextes historiques : Le Si√®cle d or espagnol Le Si√®cle d or n√©erlandais Le Si√®cle d… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Siecle d'or neerlandais ‚ÄĒ Si√®cle d or n√©erlandais Le si√®cle d or n√©erlandais (en n√©erlandais : de Gouden Eeuw) est une p√©riode de l histoire des Pays Bas comprise entre 1584 et 1702. Cette p√©riode vit la modeste r√©publique des Provinces Unies (Republiek der Zeven… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Si√®cle d'or hollandais ‚ÄĒ Si√®cle d or n√©erlandais Le si√®cle d or n√©erlandais (en n√©erlandais : de Gouden Eeuw) est une p√©riode de l histoire des Pays Bas comprise entre 1584 et 1702. Cette p√©riode vit la modeste r√©publique des Provinces Unies (Republiek der Zeven… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Espagnol rioplatense ‚ÄĒ Espagnol rioplatense, castillan rioplatense Parl√©e au  Argentine,  Uruguay ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Espagnol (langue) ‚ÄĒ Espagnol Wikip√©dia ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Espagnol p√©ruvien ‚ÄĒ Espa√Īol peruano Parl√©e au  Perou !P√©rou Nombre de locuteurs 29 millions Typologie SVO + VSO ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.