Sicules de Transylvanie

ÔĽŅ
Sicules de Transylvanie

Sicules de Transylvanie

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sicule.
Sicules de Transylvanie
Populations significatives par régions
Transylvanie (Roumanie Roumanie)
Population totale
850 000
Région d'origine
Transylvanie
Langue(s)
Sicule (dialecte hongrois)
Religion(s)
Catholicisme et protestantisme
Groupe(s) ethnique(s) relié(s)
Magyars
à ne pas confondre avec les Sicules de Sicile

Les Sicules (Székelyek en hongrois ou Secui en roumain) forment la principale composante de la minorité magyarophone de Roumanie, essentiellement regroupés dans l'Est de la Transylvanie et dont la base historique est la ville de Székelyudvarhely (Odorheiu Secuiesc de nos jours). L'essentiel de leur population se retrouve dans les comtés montagneux de Harghita et de Kovászna (ou Covasna).

Constituant l√©g√®rement plus de la moiti√© des Magyars de Roumanie, soit pr√®s de 850 000 personnes sur 1 434 377 (2002), leur proportion pourrait √™tre moins importante : √† l'int√©rieur de la minorit√© dite ¬ę hongroise ¬Ľ, des dizaines de milliers de gitans (tziganes) magyarophones se d√©clarent ¬ę Hongrois ¬Ľ √† l'occasion des recensements. Les magyarophones constituent au total 6,6 % de la population du pays (recensement de 2002).

Les Sicules ont r√©ussi √† pr√©server leur langue, un alphabet particulier, leurs traditions sp√©cifiques au cours des si√®cles (parfois au prix de r√©voltes violentes contre les Habsburgs, comme en 1514, 1562 et 1600) et cela sous diff√©rentes f√©rules (hongroise, autrichienne, roumaine). De nouvelles tensions, apparues apr√®s la chute du communisme, ainsi que la recherche de meilleures conditions de vie, auraient conduit plusieurs milliers d'entre eux √† aller s'installer en Hongrie (environ 200 000 personnes en 15 ans). Avec l'adh√©sion de la Hongrie √† l'Union europ√©enne, on estime que chaque ann√©e 20 000 citoyens ont quitt√© le pays au d√©but de ce si√®cle[r√©f. n√©cessaire].

Sommaire

Une origine disputée

Les origines précises des Sicules sont encore vagues et sujettes à débat:

  • Une premi√®re th√©orie les consid√®re descendants de Huns magyaris√©s. Les Huns, peuple nomade turco-mongol, √©taient cependant inadapt√©s pour une vie isol√©e dans les montagnes. Leur pr√©sence dans la r√©gion pr√©c√®de l'arriv√©e des Magyars de plus de quatre si√®cles.
  • Certains les lient au peuple proto-mongol des Avars. Il est possible que le peu d'Avars rest√©s en vie apr√®s la d√©faite devant les Francs en 805 se r√©fugient tout simplement dans les montagnes des Carpates. Il n'y a cependant √† l'heure actuelle aucune preuve arch√©ologique de leur pr√©sence dans l'habitat montagneux des Sicules.
  • Une autre th√©orie les consid√®re comme des Khazars magyaris√©s. Peuple turc d'Asie centrale, converti au juda√Įsme, puissant au VIIe si√®cle dans la r√©gion de la mer Caspienne o√Ļ ils stopp√®rent l'avanc√©e de l'Islam, on suppose que certains survivants √©migr√®rent vers les actuelles Hongrie et Roumanie apr√®s leur d√©faite de 965 devant les Slaves. Cela suppose la christianisation tardive de ces Khazars, au contact des Magyars, eux-m√™mes chr√©tiens apr√®s le d√©but du XIe si√®cle.
  • Une autre hypoth√®se encore les lie directement aux Magyars de Hongrie, attribuant leur dialecte et les diff√©rences culturelles √† leur relatif isolement dans les montagnes o√Ļ ils auraient v√©cu depuis le IXe si√®cle : la colonisation sicule (ils √©taient des ¬ę servientes regi ¬Ľ, mercenaires pay√©s par des villes et villages hongrois de Panonie) serait alors li√©e √† la fonction de garde-fronti√®re qu'ils tenaient aux portes du royaume de Hongrie.

M√™me si le d√©bat reste ouvert, les historiens penchent en g√©n√©ral pour une migration ant√©rieure ou au moins favoris√©e par la conqu√™te de la Pannonie √† la fin du IXe si√®cle, par les tribus nomades magyares. Les Sicules auraient alors constitu√© une premi√®re vague migratoire, hors du territoire magyar originel de l'Etelk√∂z (entre le Don et les Carpates, soit l'Ukraine actuelle).

Histoire

Il semble que la description la plus pr√©cise faite des mŇďurs, de l'histoire et des territoires sicules date du XIXe si√®cle : A Sz√©kelyf√∂ld le√≠r√°sa (Description du pays des Sicules), r√©dig√©e entre 1859 et 1868 par Bal√°zs Orb√°n.

Les Sicules formaient une population d√©j√† bien distincte des Hongrois √† partir du Moyen √āge, et obtinrent certains privil√®ges (exemption d'imp√īts) des rois hongrois en √©change du r√īle de garde-fronti√®res qu'ils assumaient aux portes du nouveau royaume magyar (notamment contre les invasions mongoles et tatares au XIIIe si√®cle). De fait, la r√©putation des Sicules au Moyen √āge √©tait celle de farouches guerriers.

En 1438, les Sicules forment l'Union des Trois Nations (Unio Trium Nationum) en coalition avec la noblesse hongroise et les Saxons (germanophones). S'ils se convertissent pendant la R√©forme √† l'unitarisme, les Hongrois adh√®rent au calvinisme, les germanophones au luth√©rianisme et les roumanophones restent attach√©s √† l'√Čglise orthodoxe.

La r√©gion reste autonome apr√®s le partage de la Hongrie entre les Autrichiens et les Turcs au d√©but du XVIe si√®cle (voir Bataille de Moh√°cs), mais perd son autonomie en 1876 pour redevenir partie int√©grante de la Hongrie jusqu'en 1918.

Les Sicules ont √©t√© repr√©sent√©s au Parlement roumain par l'Union d√©mocratique des Magyars de Roumanie (UDMR), qui repr√©sente √©galement les autres Magyars de Roumanie. Cette organisation politique √† caract√®re ethnique, qui attire entre 5% et 7% des voix, a jou√© le r√īle de charni√®re dans diverses coalitions gouvernementales depuis le d√©but des ann√©es 1990. Depuis octobre 2003, la minorit√© dispose d'une organisation politique propre, le Conseil national des Sicules (Sz√©kely Nemzeti Tan√°cs).

Traditions et folklore

  • Sz√©kelykapuk : portes d'entr√©es traditionnelles en bois sculpt√© des maisons et fermes
  • Kopjafa : poutre de bois sculpt√© d‚Äôune s√©rie de formes g√©om√©triques bien particuli√®res
  • K√ľrtŇĎskal√°cs : biscuits caram√©lis√©s de forme cylindrique.

Voir aussi

Bibliographie

Bernard LE CALLOC'H, Les Sicules de Transylvanie, Brest, Editions Armeline, collection "Peuples en péril", 2006, ISBN 2-910878-33-3.


Liens externes

  • Portail de la Roumanie Portail de la Roumanie
Ce document provient de ¬ę Sicules de Transylvanie ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sicules de Transylvanie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sicules de transylvanie ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Sicule. Sicules de Transylvanie Populations significatives par r√©gions ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Sicules (Roumanie) ‚ÄĒ Sicules de Transylvanie Pour les articles homonymes, voir Sicule. Sicules de Transylvanie Populations significatives par r√©gions ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Sicules de Roumanie ‚ÄĒ Sicules de Transylvanie Pour les articles homonymes, voir Sicule. Sicules de Transylvanie Populations significatives par r√©gions ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Sicules de Boucovine ‚ÄĒ Sicules de Bucovine Sicules de Bucovine Populations significatives par r√©gions Population totale Langue(s ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Sicules de Bucovine ‚ÄĒ Populations significatives par r√©gions Population totale Langue(s ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Sicules de bucovine ‚ÄĒ Populations significatives par r√©gions Population totale Langue(s ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Sicules (Transylvanie) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Sicule. Sicules de Transylvanie Populations Population totale 850 000 Transylvanie ( ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Sicules (Bucovine) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Sicule. Les Sicules de Bucovine (roumain: Secui) ou Hongrois de Bucovine sont une minorit√© ethnique magyarophone qui s est install√©e en Bucovine √† l √©poque o√Ļ cette partie de la Moldavie est devenue autrichienne ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Transylvanie (principaute) ‚ÄĒ Transylvanie (principaut√©) Pour les articles homonymes, voir Transylvanie. Transylvanie R√©gion historique XIe si ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Transylvanie (principaut√©) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Transylvanie. Transylvanie R√©gion historique XIe si ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.