Schisme de 1054

ÔĽŅ
Schisme de 1054
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grand Schisme.

Le Schisme de 1054, est appel√© soit grand schisme d'Orient, schisme d'Orient ou schisme orthodoxe (point de vue occidental) soit schisme de Rome, schisme des Latins ou schisme catholique (point de vue oriental), et marque la s√©paration entre l'√Čglise d'Occident (l'√Čglise catholique) et l'√Čglise d'Orient (l'√Čglise orthodoxe), traditionnellement plac√©e en 1054. Il est l'aboutissement de nombreuses d√©cennies de conflits et de r√©conciliations entre les deux √Čglises.

Sommaire

Historique

Le schisme a une origine, une légitimation et un prétexte.

L'origine est g√©opolitique : la Papaut√©, g√©ographiquement √©loign√©e du pouvoir imp√©rial romain de Constantinople, mais proche de celui des royaumes germaniques d'occident (successivement lombard, carolingien puis germanique), a cherch√©, pour prot√©ger ses int√©r√™ts spirituels ou temporels et ses fid√®les, pour combattre les h√©r√©sies et pour assurer son autorit√©, l'alliance des pouvoirs proches et encore en recherche de l√©gitimit√©, plut√īt que la protection d'un pouvoir lointain dont la l√©gitimit√© s'appuyait sur le patriarcat de Constantinople[1].

La l√©gitimation r√©side dans la donation de Constantin, un faux par lequel l'empereur Constantin Ier aurait donn√© au pape Sylvestre la primaut√© sur les √Čglises d'Orient et l‚Äôimperium (pouvoir imp√©rial) sur l'Occident[2].

Le pr√©texte fut l'uniformisation des rites selon la liturgie latine dans la partie sud de l'Italie, r√©cemment conquise par les Normands sur les Byzantins. Le patriarche de Constantinople, Michel C√©rulaire (Keroularios), refusa l'abolition de la liturgie grecque √©galement en vigueur dans l'Italie du Sud. La pierre d'achoppement fut l'usage du pain azyme (dont la p√Ęte n'a pas √©t√© lev√©e) en Occident. Il s'ensuit un √©change de lettres maladroites dans lesquelles Michel C√©rulaire affirme l'Ňďcum√©nicit√© du patriarcat de Constantinople, alors que l'empereur Constantin IX restait partisan d'une alliance avec Rome et se voulait conciliant.

Le pape L√©on IX envoie √† Constantinople les l√©gats Humbert de Moyenmo√Ľtier, Fr√©d√©ric de Lorraine (plus tard pape sous le nom d'√Čtienne IX) et Pierre d'Amalfi. Humbert et Michel C√©rulaire sont tout aussi susceptibles l'un que l'autre. Michel C√©rulaire √©met des doutes sur la validit√© du mandat des l√©gats. Humbert soul√®ve le probl√®me du Filioque et le d√©bat tourne √† l'√©change de propos injurieux. Le 16 juillet 1054, Humbert et les l√©gats d√©posent sur l'autel de la cath√©drale Sainte-Sophie la bulle papale excommuniant Michel, puis sortent et secouent la poussi√®re de leurs chaussures[3]. Le 24 juillet, le synode permanent byzantin r√©plique en anath√©misant les l√©gats. Le pape n'y est pas mis en cause. L'affaire n'est pas prise tr√®s au s√©rieux √† l'√©poque, malgr√© l'excommunication, quelques ann√©es plus tard de l'empereur Alexis Ier Comn√®ne, d'ailleurs lev√©e par le pape Urbain II. √Ä la fin du XIe si√®cle, il n'est pas encore question de schisme[4].

Ce n'est qu'au XIIe si√®cle que les choses se g√Ęteront au moment des croisades. Les raisons de cette rupture progressive sont √† chercher tant du c√īt√© des divergences doctrinales et liturgiques qui couvaient entre les deux √Čglises depuis le VIIIe si√®cle, que du c√īt√© des rivalit√©s politiques entre les √Čtats occidentaux qui commencent √† s'affirmer, et l'Empire byzantin dont la puissance d√©cline au XIIe si√®cle. L'√©v√©nement d√©terminant sera finalement le sac de Constantinople par la quatri√®me croisade en 1204.

Conséquences et actualité

Depuis plus de 900 ans, chaque √Čglise s'affirme comme l'unique continuatrice de l'√Čglise ¬ę catholique et orthodoxe ¬Ľ du premier mill√©naire (¬ę universelle et juste-croyante ¬Ľ en grec), d√©niant ce statut √† l'autre, qualifi√©e de schismatique.

Malgr√© ces divergences difficilement surmontables, les relations se sont partiellement d√©tendues au XXe si√®cle dans un effort d'Ňďcum√©nisme : les anath√®mes r√©ciproques ont √©t√© lev√©s le 7 d√©cembre 1965 par le pape Paul VI et le patriarche Ath√©nagoras Ier, et l'adjectif schismatique est proscrit. De nombreuses recherches concernant l'Unit√© des Chr√©tiens et de la Chr√©tient√©, l'avenir de l'Eglise, sont effectu√©es notamment par le P√®re Paul Couturier et le dominicain Marie-Joseph Le Guillou. Le Pape Beno√ģt XVI poursuit aujourd'hui un dialogue assez fructueux avec les √Čglises orthodoxes, notamment avec le Patriarche Ňďcum√©nique Bartholom√©e Ier de Constantinople, qui a √©t√© invit√© par exemple √† prononcer l'hom√©lie au cours de la Messe de la solennit√© des saints Pierre et Paul, le 29 juin 2008. Par ailleurs, le patriarche de Moscou a √©t√© pour la premi√®re fois invit√© √† s'exprimer devant le Synode des √©v√™ques catholiques en octobre 2008. Enfin, le Patriarche de Moscou Alexis II s'est rendu √† la Cath√©drale Notre Dame de Paris en 2007 pour y v√©n√©rer les reliques de la Passion du Christ, ce qui constitue un geste particuli√®rement fort.

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Michel Kaplan, ¬ę Byzance-Rome : le grand schisme ¬Ľ, dans L'Histoire, no 51 (1982), p. 23-33 ;
  • Lina Murr Nehm√©, 1453 : Mohamet II impose le schisme orthodoxe, Fran√ßois-Xavier de Guibert, Paris, 2003, (ISBN 2-86839-816-2) ;
  • Steven Runciman, Le schisme d'Orient : la papaut√© et les √Čglises d'Orient, XIe‚ÄďXIIe si√®cles, Belles Lettres, coll. ¬ę Histoire ¬Ľ, Paris, 2005, (ISBN 2-251-38072-8).

Liens externes

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Georges Duby: L'An Mil, Julliard, Paris, 1974 (ISBN 2-07-032774-4) et Le Temps des cath√©drales: 980‚Äď1420, Gallimard, Paris, 1976 (ISBN 207029286X)
  2. ‚ÜĎ Le caract√®re apocryphe de la donation de Constantin a √©t√© prouv√© d√®s 1442 par l'humaniste Lorenzo Valla
  3. ‚ÜĎ Il s'agit d'une allusion √† un passage de l'√Čvangile selon Luc (9:6) : ¬ę Et, si les gens ne vous re√ßoivent pas, sortez de cette ville, et secouez la poussi√®re de vos pieds, en t√©moignage contre eux ¬Ľ (traduction Louis Segond)
  4. ‚ÜĎ "Nul √† cette √©poque n'est conscient d'une rupture durable. Entre 1054 et 1204, de nombreuses d√©marches cherchent √† r√©tablir la communion" (J.-C. Cheynet (dir.), Le Monde byzantin, vol. II, Paris, PUF, 2007)[r√©f. incompl√®te]

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Schisme de 1054 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Schisme d'Orient ‚ÄĒ Schisme de 1054 Pour les articles homonymes, voir Grand Schisme. Le Schisme de 1054, est appel√© soit grand schisme d Orient, schisme d Orient ou schisme orthodoxe (point de vue occidental) soit schisme de Rome, schisme des Latins ou schisme… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Schisme de Rome ‚ÄĒ Schisme de 1054 Pour les articles homonymes, voir Grand Schisme. Le Schisme de 1054, est appel√© soit grand schisme d Orient, schisme d Orient ou schisme orthodoxe (point de vue occidental) soit schisme de Rome, schisme des Latins ou schisme… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Schisme orthodoxe ‚ÄĒ Schisme de 1054 Pour les articles homonymes, voir Grand Schisme. Le Schisme de 1054, est appel√© soit grand schisme d Orient, schisme d Orient ou schisme orthodoxe (point de vue occidental) soit schisme de Rome, schisme des Latins ou schisme… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • SCHISME ‚ÄĒ D‚Äôapr√®s l‚Äô√©tymologie grecque, le mot ¬ęschisme¬Ľ veut dire s√©paration, division. Il y a schisme lorsque la communion d‚Äôune religion se trouve rompue et qu‚Äôun groupe fait s√©cession. Le schisme suppose une rupture effective, un rejet de l‚Äôob√©dience… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Schisme ‚ÄĒ  Ne pas confondre avec Chiisme Un schisme est la s√©paration d un groupe en deux parties. Dans la tradition biblique, le premier schisme est la s√©paration entre le royaume d Isra√ęl et le royaume de Juda apr√®s le r√®gne de Salomon. Sommaire 1… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • 1054 ‚ÄĒ Ann√©es : 1051 1052 1053  1054  1055 1056 1057 D√©cennies : 1020 1030 1040  1050  1060 1070 1080 Si√®cles : Xe si√®cle  XIe  ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • SCHISME D‚ÄôORIENT ‚ÄĒ Nom donn√© √† la rupture, consomm√©e au XIe si√®cle, entre Rome et l‚Äô√Čglise byzantine, laquelle fut appel√©e par la suite √Čglise orthodoxe et comporta des rites divers. Le schisme d‚ÄôOrient trouve ses origines dans la haute histoire du christianisme.… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Grand Schisme D'Orient ‚ÄĒ Schisme de 1054 Pour les articles homonymes, voir Grand Schisme. Le Schisme de 1054, est appel√© soit grand schisme d Orient, schisme d Orient ou schisme orthodoxe (point de vue occidental) soit schisme de Rome, schisme des Latins ou schisme… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Grand Schisme d'Orient ‚ÄĒ Schisme de 1054 Pour les articles homonymes, voir Grand Schisme. Le Schisme de 1054, est appel√© soit grand schisme d Orient, schisme d Orient ou schisme orthodoxe (point de vue occidental) soit schisme de Rome, schisme des Latins ou schisme… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Grand schisme d'Orient ‚ÄĒ Schisme de 1054 Pour les articles homonymes, voir Grand Schisme. Le Schisme de 1054, est appel√© soit grand schisme d Orient, schisme d Orient ou schisme orthodoxe (point de vue occidental) soit schisme de Rome, schisme des Latins ou schisme… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.