Sarmates


Sarmates
Cataphractaires sarmates : bas-relief de la colonne de Trajan représentant un épisode de la guerre des Daces.

Les Sarmates (Sauromates pour les Sarmates protohistoriques) sont un ancien peuple scythique de nomades des steppes, appartenant sur le plan ethno-linguistique au rameau iranien septentrional du grand ensemble indo-européen. Ils étaient établis à l'origine entre le Don et l'Oural.

Sommaire

Histoire

L'histoire des Sarmates est connue indirectement par les historiens grecs, puis romains de la période et grâce à de nombreux témoignages archéologiques ou toponymiques.

Origines

Le nom de Sauromates, employé par Hérodote[1], peut provenir du grec sauros/lézard, et signifierait porteurs de peaux de lézard, sans doute par allusion à leurs armures à écailles, mais il n’y a rien de franchement assuré[2]. Selon Hérodote, ces Sarmates protohistoriques participèrent notamment aux expéditions des Scythes contre Darius au Ve siècle avant notre ère. Bien plus tard, Eustathe, commentant la Description de l'Univers de Denys le Périégète, et à sa suite Thomas de Pinedo, éditeur de l’encyclopédiste Étienne de Byzance, s'efforçant de réconcilier deux traditions historiques (celle d'Hérodote et des « Sauromates », avec celle de Diodore de Sicile[3] et ses « Amazones »), indiquent que les Amazones prirent le nom de Sauromatides[4].

Selon Pline l'Ancien, qui cite Eudoxe de Cnide[5], les Sarmates historiques sont un peuple riverain du Don (Thanaïs), voisin des Scythes par l’est. Ils seraient donc apparus au IVe siècle avant notre ère et s’étendent depuis l’Oural au détriment des Scythes européens.

C’est aux IIIe et IIe siècles av. J.‑C. que les Sarmates supplantent ces derniers en Ukraine. Leur poussée vers l’ouest se poursuit jusqu’au Ier siècle : on trouve leurs traces de la mer Baltique jusqu’à la mer Caspienne.

À partir du Ier siècle av. J.‑C., alors qu'ils dominent la steppe européenne, Strabon[6] et Pline l'Ancien[7] distinguent plusieurs (quatre ?) tribus sarmates. Les Iazyges, les Urges, les Roxolans et les Scythes royaux, qui reconnaissaient l'autorité d'un roi, vont former une coalition.

Période romaine

Certains groupes de Sarmates obtinrent de Rome le statut de fédérés (alliés pouvant résider dans l'empire contre service militaire, par fœdus, traité) pour protéger les camps situés sur la voie Agrippa sur l'axe Rome - Boulogne-sur-Mer tel que celui de Cora dans l'Yonne. Trois des cinq villes nommées Sermaise en France doivent leur nom à ces différents relais.

Suite à de nombreuses confrontations avec l’Empire romain, des lanciers sarmates sont recrutés par Rome au cours du IIe siècle. L’intégration de ces unités auxiliaires se traduit par l’adoption de l'armement et des techniques militaires steppiques ainsi que par la création d’unités spécialisés. À partir du IIIe siècle une partie des Sarmates fut soumise aux Goths. Dès lors, ils font partie d'une coalition de peuples germaniques et non-germaniques, connue sous le nom de culture de Tcherniakov (aussi appelée « culture Sintana de Mures » par les archéologues roumains). À la fin du IVe siècle, sous la pression des Huns certains groupes de Sarmates prirent part aux migrations et s'installèrent sur le territoire romain.

Les Sarmates étaient à l’origine des éleveurs et guerriers nomades. Leurs cavaliers devinrent célèbres dans tout l’Empire romain, sous le nom de cataphractaires, pour être entièrement couverts, ainsi que leurs chevaux, de cuirasses appelées cataphractes.

Période des Goths

Une partie des Sarmates fut soumise par les Goths entre 200 et 300. Au IVe siècle de notre ère, les principaux groupes sarmates étaient les Roxolans et les Iazyges de Pannonie, à la frontière romaine, et les Alains d'Ukraine et de Russie méridionale, voisins des Ostrogoths, les Taïfales.

En 376, les Sarmates de la mer Noire s'allièrent aux Huns pour détruire le Royaume des Goths et prirent part aux invasions hunniques du Ve siècle en Europe occidentale.

Culture

En raison de la période et de l'aire géographique concernées, plusieurs cultures ont été attribuées aux Sauromates protohistoriques et aux Sarmates : culture de Prokhorovka, « culture sarmate moyenne » (IIe siècle av. J.‑C.)… Certains traits, toutefois, sont caractéristiques :

La culture sarmate des origines semble avoir conféré une importance particulière aux femmes, égales aux hommes en statut, guerrières et chasseresses. De nombreuses tombes féminines richement décorées et dotées d'armes corroborent cette idée pour les VIe et Ve siècles av. J.‑C.. Au IIe siècle de notre ère, une reine sarmate, Amagê, est également connue, indiquant peut-être une permanence de ce trait culturel.

À l'époque romaine, la célèbre cavalerie lourde sarmate (des lanciers cataphractaires, notamment représentés sur la colonne Trajane) témoigne également de l'importance de la culture guerrière de ce peuple.

Héritage

Le nom des Sarmates est à l'origine de nombreux toponymes. En Dacie, la cité de Sarmizegetusa rappelle leur présence; dans l'Empire romain d'occident, les noms de Sermizelles (Sarmisola XIIe siècle) et Salmaise, Sermaise, Sermaize, Sermoise, etc., qui remontent tous à un primitif Sarmatia (fundum ou villa).
Les géologues et les paléo-géographes appellent « Mer Sarmatique » l'étendue d'eau recouvrant, au Cénozoïque, les actuelles mer Noire, Ukraine, Sud de la Russie, mer Caspienne et mer d'Aral. Les géographes appellent « Sarmatie » la grande plaine polono-biélorusse où se tient la forêt de Białowieża.

Plusieurs orthographes désignant les peuples sarmatiques existent dans la bibliographie :

  • Roxolanes ou Roxelanes et Roxolans ;
  • Jazygues ou Yazyges ou Lazygues ;
  • Iasses, Jaszones, Jassics ?

Sur le plan militaire, et par l'intermédiaire des Goths que leur mode de combat influença, les Sarmates seraient à l'origine de la cavalerie lourde[8]

Enfin, dès Hérodote, les Sarmates sont associés à la légende des Amazones. Celle-ci dérive peut-être d'un statut particulier qu'avait la femme, guerrière et chasseresse, dans leur société.

Voir aussi

Bibliographie

  • René Grousset, L’Empire des steppes, Attila, Gengis-Khan, Tamerlan, Paris: Éditions Payot, quatrième édition, 1965, 620 p., première édition: 1938
  • Iaroslav Lebedynsky, Scythes, Sarmates et Slaves : l'influence des anciens nomades iranophones sur les Slaves, L'Harmattan, coll. « Présence ukrainienne », 2009, 194 p. (ISBN 229609290X) 


Liens internes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

Notes et références

  1. D'après Hérodote, Histoires, « livre IV, chap. 57 » .
  2. Voir sur cette question la discussion de Pierre Petit, Traité historique sur les Amazones, vol. 1, Leyde, J. A. Langerak, 1718, « XIV - Éducation des Amazones », p. 152-153 .
  3. D'après Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, « livre II, chap. 44 » .
  4. Cf. Pierre Petit, Traité historique sur les Amazones, vol. 1, Leyde, J. A. Langerak, 1718, « XIV - Éducation des Amazones », p. 153  ; et Diodore de Sicile (trad. A. F. Miot), Bibliothèque historique, vol. 1, Imprimerie royale, 1834, p. 485, note 101 sur le chap. XLV 
  5. Pline l'Ancien, Hist. nat., livre VI, chap. XIX. Pline mentionne en réalité « Eudoxe », sans précision (Hist. nat., livre I). Eudoxe de Cnide a écrit sur l’astronomie et les zones climatériques, et son ouvrage est l’une des sources des Phénomènes d’Aratos de Soles. D’Eudoxe de Rhodes, auteur mystérieux parfois nommé comme la source d'information de Pline (cf. notamment Le Grand Dictionnaire Historique de Louis Moreri, vol. I, p. 1237, article « Eudoxe »), on ne sait rien que ce qu’en dit Diogène Laërce (Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres, chap. « Eudoxe le Pythagoricien »), à savoir qu’il écrivit une Histoire. L’attribution à cet auteur des citations de Pline est donc sujette à caution ; quoi qu’il en soit, la source de Pline est bien du IVe siècle av. J.‑C.
  6. Strabon, Géographie, livre VII, chap. 2 et surtout 3, §17. Le géographe grec insiste sur le fait que ce sont des nomades, que l'on peut rencontrer « de l’Ister au Borysthène. »
  7. Hist. nat., livre VI, chap. XIX
  8. René Grouset, op. cité, p. 79

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sarmates de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • SARMATES — ou SAUROMATES Peuple nomade des steppes de la Russie méridionale, que l’on connaît par la description qu’en fait Hérodote au livre IV de ses Histoires (116 117). Ce peuple comprenait diverses tribus telles que les Roxolans, les Iazyges et les… …   Encyclopédie Universelle

  • sarmates — SARMATES, com. pluriel. Jehan le Maire, Galathas Roy avec grande armée estendit ses conquestes jusques aux Sarmates qui maintenant sont les royaumes de Polonie et Russie …   Thresor de la langue françoyse

  • Sarmate — Sarmates Les Sarmates (Sauromates pour les Sarmates protohistoriques) sont un ancien peuple scythique de nomades des steppes, appartenant sur le plan ethno linguistique au rameau iranien septentrional du grand ensemble indo européen. Ils étaient… …   Wikipédia en Français

  • Sauromates — Sarmates Les Sarmates (Sauromates pour les Sarmates protohistoriques) sont un ancien peuple scythique de nomades des steppes, appartenant sur le plan ethno linguistique au rameau iranien septentrional du grand ensemble indo européen. Ils étaient… …   Wikipédia en Français

  • Guerres marcomanes — Statue équestre de Marc Aurèle (Musée du Capitole, Rome), dédiée en 176 à l occasion du triomphe sur les Germains et les Sarmates Informations générales …   Wikipédia en Français

  • Pannonie — 44° 54′ N 19° 01′ E / 44.9, 19.02 …   Wikipédia en Français

  • SLAVES — Les peuples slaves, dont le nom n’est mentionné pour la première fois qu’en 500 après J. C., ont constitué au cours du Moyen Âge de puissants États tels la principauté de Grande Moravie, la Russie kiévienne, le royaume de Pologne, le grand duché… …   Encyclopédie Universelle

  • Cataphractaires — Cataphractaire Les cataphractaires (du grec κατάφρακτος, kataphractos) étaient à l origine des unités de cavalerie lourde Sarmates ou Alains. L armée du Haut Empire romain (et l armée de l empire byzantin) ont également utilisé ce type d unité. L …   Wikipédia en Français

  • Cataphractaire — Reconstitution d un cataphractaire sassanide Un cataphractaire était une forme de cavalerie lourde utilisée dans les guerres antiques par un grand nombre de peuples d Eurasie occidentale. Le terme français est dérivé du grec κατάφρακτος,… …   Wikipédia en Français

  • Cycle arthurien — Légende arthurienne Excalibur dans le rocher, dessin de LaRoche. En gallois, Excalibur se dit Caledfwlch. La Légende arthurienne est un ensemble de textes écrits au Moyen Âge autour du roi Arthur, de son entourage et de la quête du Graal. Elle… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.