Sarajevo

ÔĽŅ
Sarajevo

43¬į 50‚Ä≤ 51‚Ä≥ N 18¬į 21‚Ä≤ 23‚Ä≥ E / 43.8476, 18.3564

Sarajevo
–°–į—Ä–į—ė–Ķ–≤–ĺ
Blason de Sarajevo
Héraldique
Drapeau de Sarajevo
Drapeau

Sarajevo
Sarajevo
Administration
Pays Drapeau de Bosnie-Herz√©govine Bosnie-Herz√©govine
Entit√© Drapeau de la F√©d√©ration de Bosnie-et-Herz√©govine F√©d√©ration de Bosnie-et-Herz√©govine
Canton Sarajevo
Municipalité Sarajevo
Code postal 71 000
Maire Alija Behmen (SDP)
2008-2012
Géographie
Coordonn√©es 43¬į 50‚Ä≤ 51‚Ä≥ Nord
       18¬į 21‚Ä≤ 23‚Ä≥ Est
/ 43.8476, 18.3564
Altitude 500 m
Démographie
Population 305 342 hab. (2009)
Localisation
Bosnia and Herzegovina location map.svg
City locator 11.svg
Sarajevo
Internet
Site de la ville Site officiel de Sarajevo

Sarajevo (prononcer Saray√©vo ; en serbe cyrillique, –°–į—Ä–į—ė–Ķ–≤–ĺ ; anciennement Bosna-Sera√Į) est la capitale et la plus grande ville de Bosnie-Herz√©govine. Avant la guerre, le dernier recensement de 1991 √©valuait la population √† 429 672 habitants et de nos jours, la population de Sarajevo est estim√©e √† environ 700 000 Saraj√©viens.

La ville est consid√©r√©e comme l'une des plus importantes villes des Balkans et son histoire est particuli√®rement riche depuis sa cr√©ation par les Ottomans en 1461. La ville a √©t√© le th√©√Ętre de l'assassinat par Gavrilo Princip de l'archiduc Fran√ßois-Ferdinand d'Autriche, qui marqua le d√©but de la Premi√®re Guerre mondiale. Plus r√©cemment, elle accueillit les Jeux olympiques d'hiver de 1984 et fut assi√©g√©e durant la guerre de Bosnie-Herz√©govine dans les ann√©es 1990. Sarajevo fait partie du canton de Sarajevo, un des dix Cantons de Bosnie-Herz√©govine, et la rivi√®re Miljacka traverse la ville.

Sommaire

Géographie

Vue de Sarajevo par le satellite Spot

Sarajevo est situ√© √† proximit√© du centre g√©om√©trique du triangle que forme la Bosnie-Herz√©govine, dans les Alpes dinariques et dans la r√©gion de Bosnie. La ville s'est d√©velopp√©e dans la vall√©e √©ponyme de Sarajevo, principalement urbanis√©e apr√®s la Seconde Guerre mondiale. Elle est entour√©e de collines dens√©ment bois√©es et de cinq sommets, dont les plus √©lev√©s sont le mont Treskavica qui atteint une altitude de 2 088 m, la BjelaŇ°nica (2 067 m), la Jahorina (1 913 m), le mont Trebevińá (1 627 m) et le mont Igman (522 m). En moyenne, la r√©gion de Sarajevo se situe √† 500 m au-dessus du niveau de la mer.

La rivi√®re Miljacka traverse la ville d'est en ouest, avant de se jeter dans la rivi√®re Bosna. La Miljacka, parfois appel√©e la rivi√®re de Sarajevo, prend sa source pr√®s de la ville de Pale, √† quelques kilom√®tres √† l'est de la ville. La source de la Bosna (en bosnien : Vrelo Bosne), pr√®s d'IlidŇĺa, √† l'ouest de Sarajevo, constitue un des prinicipaux p√īles d'attraction pour les Saraj√©viens et les touristes. Plusieurs autres rivi√®res ou ruisseaux traversent la ville et ses environs.

Climat

Le climat de la capitale bosnienne est mesur√© par deux stations m√©t√©orologiques. La station de Sarajevo-Bjelave a √©t√© cr√©√©e en 1888 et est situ√©e √† 630 m d'altitude (43¬į52‚Ä≤00‚Ä≥N 18¬į26‚Ä≤00‚Ä≥E / 43.866667, 18.433333)[1] ; celle d'IlidŇĺa-Butimir a √©t√© √©tablie en 1894 et se trouve √† une altitude de 495 m (43¬į50‚Ä≤00‚Ä≥N 18¬į19‚Ä≤00‚Ä≥E / 43.833333, 18.316667)[2].

Sarajevo est situ√©e au contact des zones climatiques de l'Europe centrale et de la Mer M√©diterran√©e ; son climat est de type continental mod√©r√©, avec des √©t√©s chauds et des hivers froids. Les mois les plus chauds sont les mois de juillet et d'ao√Ľt, avec des temp√©ratures moyennes respectivement de 19,1 ¬įC et 18,8 ¬įC. Le mois le plus froid de l'ann√©e est janvier, avec une temp√©rature moyenne de -1,3 ¬įC. La temp√©rature moyenne annuelle est 9,5 ¬įC[3]. La temp√©rature la plus basse jamais enregistr√©e √† la station de Sarajevo-Bjelave a √©t√© de -26,4 ¬įC le 24 janvier 1942 et la plus √©lev√©e a √©t√© de 40,0 ¬įC le 9 ao√Ľt 1946[1]. √Ä celle d'IlidŇĺa-Butimir, la temp√©rature a √©t√© de 39,9 ¬įC le 23 ao√Ľt 2007 et de -30,2 ¬įC le 17 f√©vrier 1956[2].

Sarajevo re√ßoit en moyenne 825 mm de pr√©cipitations par an. Le mois le plus pluvieux est septembre, avec 113,4 mm. Le mois de mars est le mois le plus sec avec 36,7 mm de pr√©cipitations[4]. Selon les enregistrements de la station de Sarajevo-Bjelave, le mois le plus pluvieux a √©t√© octobre 2003, avec 118,5 mm[1] et, selon ceux de la station de Butimir, ao√Ľt 1989, avec 98,9 mm[2].

Nuvola apps kweather.png  Relev√©s √† la station m√©t√©orologique de Sarajevo[4]
Mois Janv F√©v Mars Avr Mai Juin Juil Ao√Ľt Sept Oct Nov D√©c
Temp√©ratures moyennes maximales (¬įC) 3 5 12 16 22 25 27 28 20 18 10 4
Temp√©ratures moyennes minimales (¬įC) -3 -2 2 5 9 12 14 14 10 8 4 -1
Précipitations moyennes (mm) 51,6 55,3 36,7 67,4 68,5 72 79 58,2 113,4 72,6 80,7 69,9

Histoire

Article d√©taill√© : Histoire de Sarajevo.

Préhistoire et Antiquité

Vase de la culture de Butimir

La r√©gion de Sarajevo, particuli√®rement riche en silex, est habit√©e depuis le N√©olithique. En 1893, lors de la construction de la Facult√© d'agriculture de l'Universit√© de Sarajevo, les vestiges d'un village ont √©t√© d√©couverts √† Butimir, dans l'actuel faubourg d'IlidŇĺa. En raison de l'originalit√© des c√©ramiques et des poteries mises au jour, pr√©sentant des motifs en spirale et des figures humaines et animales, les arch√©ologues ont donn√© √† cette culture le nom de culture de Butimir[5]. Des vestiges remontant √† l'√Ęge du bronze ont √©galement √©t√© d√©couverts √† ZlatiŇ°te et √† Debelo brdo.

Debelo brdo atteste aussi de la pr√©sence des Illyriens dans la r√©gion √† l'√©poque historique[5], ainsi que d'autres sites de la r√©gion situ√©s pr√®s de la rivi√®re Miljacka et dans la vall√©e de Sarajevo. Ces Illyriens appartenaient √† la tribu des Daesitiates, qui r√©sista √† la conqu√™te romaine jusqu'au moment o√Ļ le futur empereur Tib√®re les d√©fit en 9 avant J√©sus Christ. Une colonie romaine du nom de Aquae Sulphurae exista √† l'emplacement de l'actuelle IlidŇĺa ; ainsi nomm√©e √† cause de ses eaux sulfureuses[5], elle fut la seule localit√© importante du secteur √† l'√©poque romaine et ses ruines font aujourd'hui l'objet d'une protection officielle[6].

Moyen √āge

Steńáak devant le Mus√©e national de Bosnie-Herz√©govine

Les Slaves s'install√®rent en Bosnie au VIIe si√®cle. Une localit√© du nom de Kratera, situ√©e dans la r√©gion de Sarajevo et de Kotorac est cit√©e dans le De Administrando Imperio, un ouvrage de l'historien et empereur byzantin Constantin VII Porphyrog√©n√®te, mais son emplacement n'est pas √©tabli avec certitude[r√©f. n√©cessaire]. Selon un document sign√© par le roi B√©la IV de Hongrie le 20 avril 1244, la r√©gion de Sarajevo faisait partie de la Ňĺupa de Vrhbosna, district dans lequel se trouvait la cath√©drale Saint-Pierre, construite en 1239 et qui constituait le si√®ge d'un dioc√®se catholique ; cette √©glise se trouvait probablement pr√®s de l'emplacement de l'actuelle mosqu√©e de Brdo[5]. Une localit√© du nom de Vrhbosna fut fond√©e vers 1270 mais elle n'est attest√©e dans des documents qu'en 1379 ; elle se trouvait sans doute √† l'emplacement de l'actuelle Bijela tabija, la ¬ę Forteresse blanche ¬Ľ[5]. De ce pass√© m√©di√©val t√©moignent encore de nombreuses tombes monumentales appel√©es steńáci (au singulier : steńáak), dont celles du village de HreŇ°a, aujourd'hui conserv√©es au Mus√©e national de Bosnie-Herz√©govine[7].

Période ottomane

La Careva dŇĺamija

Les Ottomans s'empar√®rent de la forteresse de Vrhbosna en 1429. L'ann√©e commun√©ment admise pour la cr√©ation de la ville est 1461, quand le premier gouverneur ottoman de Bosnie, Isa-beg IŇ°akovińá, choisit le petit village de Brodac pour en faire le point de d√©part d'une nouvelle ville. Il y fit construire une mosqu√©e, un march√© couvert (bezistan), un bain public (hammam), un pont, une auberge et le palais du gouverneur, Saray, qui donna son nom actuel √† la ville. La mosqu√©e, construite en 1462, fut appel√©e Careva dŇĺamija, la ¬ę Mosqu√©e de l'empereur ¬Ľ, en l'honneur du sultan Mehmed II le Conqu√©rant[8]. La ville se d√©veloppa et devint l'une des plus importantes de la r√©gion, avec une colonie de marchands de Raguse. De nombreux chr√©tiens catholiques se convertirent √† l'islam, mais la ville accueillit √©galement pour la premi√®re fois une importante communaut√© orthodoxe qui y √©difia une √©glise. Au d√©but du XVIe si√®cle, des Juifs s√©farades fuyant l'Andalousie vinrent s'y installer, apportant avec eux une Haggadah r√©dig√©e au XIVe si√®cle et connue sous le nom de Haggadah de Sarajevo[9]. Sarajevo devint la ville de quatre religions, ce qui lui valut le surnom de J√©rusalem europ√©enne ou de J√©rusalem des Balkans[r√©f. n√©cessaire].

Le turbe de Gazi Husrev-beg (√† droite), avec celui de Murat-beg Tardińá (√† gauche)

Au XVIe si√®cle, la ville connut un important d√©veloppement, notamment sous l'impulsion de donateurs comme Gazi Husrev-beg qui y fit construire l'essentiel de la vieille ville actuelle, connue sous le nom de BaŇ°ńćarŇ°ija, ainsi qu'une Sahat-kula, une ¬ę tour de l'horloge ¬Ľ, construction typique des Balkans ottomans, et tout un complexe comprenant une mosqu√©e (Gazi Husrev-begova dŇĺamija), une m√©dersa (√©cole coranique), une biblioth√®que et une √©cole de derviches[10],[11]. De son vivant, Gazi Husrev-beg fit construire son propre turbe (tombeau), ainsi qu'un autre plus petit, √† c√īt√© du sien, pour Murat-beg Tardińá, un prisonnier de guerre qu'il lib√©ra parce qu'il avait embrass√© l'islam[10]. Sarajevo poss√©da √©galement son propre syst√®me d'alimentation en eau. Gr√Ęce √† ses fontaines et ses √©coles, la ville eut la r√©putation d'√™tre l'une des plus √©volu√©es d'Europe[r√©f. n√©cessaire]. Pendant tout le XVIIe si√®cle, Sarajevo resta une ville prosp√®re et, en 1660, sa population √©tait estim√©e √† plus de 80 000 habitants, ce qui en faisait la seconde ville de l'Empire ottoman apr√®s Istanbul[r√©f. n√©cessaire].

La fin du XVIIe si√®cle constitua une p√©riode difficile pour l'Empire ottoman, notamment apr√®s sa d√©faite lors de la bataille de Vienne en 1683. En 1697, dans une attaque conduite contre l'Empire par le prince Eug√®ne de Savoie, Sarajevo fut br√Ľl√©e. La ville fut reconstruite en partie par la suite, mais la capitale de la Bosnie fut transf√©r√©e √† Travnik. M√™me si la ville ne retrouva pas sa puissance d'autrefois, le XVIIIe si√®cle reste marqu√© par une importante vie intellectuelle, avec des √©crivains comme Mehmed Mejlija Guranij et Mula Mustafa BaŇ°eskija. Des biblioth√®ques, des √©coles et mosqu√©es furent construites, mais aussi de nouvelles fortifications. En 1785, une √©pid√©mie de peste √©clata √† Sarajevo et, en 1788, un incendie ravagea la ville.

Au d√©but du XIXe si√®cle, avec l'autonomie de la Serbie vis-√†-vis de la Sublime Porte, des mouvements nationalistes se d√©velopp√®rent en Bosnie, ce qui conduisit √† la r√©volte de Husein GradaŇ°ńćevińá d√©finitivement mat√©e par les Ottomans dans la plaine de Sarajevo en 1832.

Période austro-hongroise

Article d√©taill√© : Attentat de Sarajevo.
Une rue de Sarajevo vers 1900

Apr√®s la d√©faite de l'Empire ottoman dans la guerre russo-turque de 1877-1878 et √† la suite du Congr√®s de Berlin, la Bosnie et l'Herz√©govine furent plac√©es sous le contr√īle de l'Empire d'Autriche-Hongrie, ces r√©gions restant officiellement int√©gr√©es √† l'Empire ottoman ; cette d√©cision provoqua la formation d'un gouvernement provisoire √† Sarajevo et de nombreux mouvements de r√©sistance[12]. Mais, d√®s fin octobre 1878, les Autrichiens s'√©taient rendus ma√ģtre de la Bosnie et son territoire r√©organis√©. Cette p√©riode autro-hongroise fut marqu√©e par d'importants changements dans la ville qui s'industrialisa et s'occidentalisa. Sur le plan architectural, de nombreux b√Ętiments publics chang√®rent le visage de la ville, comme le b√Ętiment du Gouvernement de Bosnie, construit en 1884 et 1885 sur des plans de l'architecte Josip VancaŇ°, l'H√ītel de ville, construit par Alexander Wittek √† partir de 1892, le Th√©√Ętre national, con√ßu par Karlo ParŇĺik en 1897-1899, la Poste centrale, construite par l'architecte Josip VancaŇ° entre 1907 et 1909 ou les b√Ętiments actuels du Mus√©e national, con√ßus par Karlo ParŇĺik et inaugur√©s en 1912[5]. Parmi les √©difices religieux, on peut citer la Cath√©drale du CŇďur-de-J√©sus, si√®ge de l'Archidioc√®se catholique romain de Vrhbosna, construite entre 1884 et 1889 par l'architecte Josip VancaŇ°[13]. En 1910, Sarajevo comptait un peu moins de 52 000 habitants[r√©f. n√©cessaire].

En 1914, le double assassinat de l‚Äôarchiduc Fran√ßois-Ferdinand, h√©ritier du tr√īne d‚ÄôAutriche-Hongrie, et de son √©pouse Sophie Chotek, duchesse de Hohenberg, √† Sarajevo, le 28 juin 1914 par Gavrilo Princip, fut l‚Äô√©v√©nement pr√©texte qui d√©clencha la Premi√®re Guerre mondiale. Les organisateurs de l‚Äôattentat contre le prince Fran√ßois-Ferdinand √©taient de jeunes nationalistes yougoslaves, des Serbes de Bosnie et des Musulmans bosniaques[14], qui effectuaient leurs √©tudes √† Belgrade[15].

De la Yougoslavie à l'indépendance de la Bosnie-Herzégovine

Carte des banovines du Royaume de Yougoslavie en 1931 - La Banovine de la Drina est en orange au centre de la carte.

Apr√®s la Premi√®re Guerre mondiale et la d√©faite de l'Autriche-Hongrie, √† partir d'octobre 1918, Sarajevo, comme le reste des territoires yougoslaves anciennement contr√īl√©s par la double monarchie, fit partie de l'√©ph√©m√®re √Čtat des Slov√®nes, Croates et Serbes, puis, √† partir du 1er d√©cembre 1918, du Royaume des Serbes, des Croates et des Slov√®nes, gouvern√© par la dynastie serbe des KarańĎorńĎevińá, avec comme capitale Belgrade[16]. En 1929, le royaume prit le nom de Royaume de Yougoslavie et, le 3 octobre 1929, de nouvelles divisions administratives furent mises en place[17]. Sarajevo devint le centre administratif de la Banovine de la Drina nouvellement cr√©√©e. Pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1941, les Puissances de l'Axe occup√®rent la Banovine de la Drina. La province fut supprim√©e et son territoire partag√© entre l'√Čtat ind√©pendant de Croatie et la Serbie occup√©e par les nazis, Sarajevo √©tant rattach√©e √† la Croatie.

Après la Seconde Guerre mondiale, Sarajevo devint la capitale de la République socialiste de Bosnie-Herzégovine, au sein de la République fédérale socialiste de Yougoslavie. Elle prit rapidement de l'importance et devint un important centre industriel. Des quartiers modernes furent construits à l'est de la vieille ville. Sarajevo atteignit sa taille maximale au début des années 1980, lorsque y furent organisés les Jeux olympiques d'hiver de 1984.

Le 6 avril 1992, Sarajevo fut encercl√©e par les forces serbes. Le si√®ge de la ville dura jusqu'en octobre 1995, p√©riode durant laquelle elle subit de nombreuses destructions et une importante baisse de sa population. De 1992 √† 1995, l'avenue centrale de la ville √©tait jalonn√©e de tireurs embusqu√©s, visant quiconque tentait de la traverser pour rallier l'autre c√īt√© de la ville. Les accords de Dayton mirent fin au conflit et au si√®ge et permirent le r√©tablissement de l'√©lectricit√© et du gaz.

La reconstruction de Sarajevo d√©buta d√®s la fin de la guerre, en 1995. En 2003, la majeure partie de la ville a √©t√© reconstruite : il reste seulement quelques ruines visibles dans le centre ville et des traces d'impacts de balles dans les banlieues pauvres. Des immeubles modernes ont depuis √©t√© construits √† travers toute la ville.


Administration

Sarajevo est √† la fois la capitale de la Bosnie-Herz√©govine, de la F√©d√©ration de Bosnie-Herz√©govine et du canton de Sarajevo. Parall√®lement, elle constitue une des sept villes officielles de Bosnie-Herz√©govine (en bosnien et au singulier : grad, au pluriel : gradovi ; en serbe cyrillique : –≥—Ä–į–ī/–≥—Ä–į–ī–ĺ–≤–ł), ce qui la dote d'institutions particuli√®res et lui conf√®re au sein de la F√©d√©ration un niveau administratif interm√©diaire suppl√©mentaire, entre la municipalit√© (en bosnien : opńáina ; en serbe cyrillique : o–Ņ—ą—ā–ł–Ĺ–į) et le canton (en bosnien : kanton)[18].

Subdivisions administratives

Le b√Ętiment du gouvernement du canton de Sarajevo
Article d√©taill√© : Canton de Sarajevo.

La Ville de Sarajevo, Grad Sarajevo, est compos√©e de quatre municipalit√©s. D'est en ouest, ces quatre municipalit√©s sont Novi Grad, Novo Sarajevo, Centar et Stari Grad. Toutes sont int√©gr√©es au canton de Sarajevo et sont administr√©es par l'√©quivalent d'un maire ; le territoire de chacune, situ√© dans la F√©d√©ration de Bosnie-Herz√©govine, comprend une partie de la ville de Sarajevo proprement dite, ainsi que quelques localit√©s p√©riurbaines. Ces municipalit√©s sont elles-m√™mes compos√©es d'unit√©s administratives plus restreintes qui portent le nom de communaut√©s locales (en bosnien : mjesna zajednica). En plus des municipalit√©s qui forment la capitale bosnienne, le canton de Sarajevo englobe les municipalit√©s de HadŇĺińái, IlidŇĺa, IlijaŇ°, Trnovo et VogoŇ°ńáa.

  1. Centar
  2. HadŇĺińái
  3. IlidŇĺa
  4. IlijaŇ°
  5. Novi Grad
  6. Novo Sarajevo
  7. Stari Grad
  8. Trnovo
  9. VogoŇ°ńáa

Apr√®s la guerre de Bosnie-Herz√©govine et √† la suite des accords de Dayton, la ville d'Istońćno Sarajevo, ¬ę Sarajevo est ¬Ľ, a √©t√© cr√©√©e sur le territoire d'anciennes municipalit√©s saraj√©viennes d'avant-guerre. Capitale de jure de la R√©publique serbe de Bosnie, elle compte sept municipalit√©s : Istońćna IlidŇĺa, Istońćno Novo Sarajevo, Istońćni Stari Grad, Pale, Sokolac et Trnovo (R√©publique serbe de Bosnie).

Politique

Chaque niveau administratif (communauté locale, municipalité, canton) dispose d'un président et d'une assemblée élus tous les quatre ans au suffrage universel.

Ville de Sarajevo

L'H√ītel de ville de Sarajevo

Le maire (gradonańćelnik), qui repr√©sente le chef du pouvoir ex√©cutif dans la ville, assure √©galement des fonctions de repr√©sentation[19]. Il est assist√© par des adjoints, par un cabinet, ainsi que par diverses institutions comme le service municipal pour l'administration g√©n√©rale (gradska sluŇĺba za opńáu upravu), le service municipal des finances (gradska sluŇĺba finansija), le service municipal pour le d√©veloppement local (gradska sluŇĺba za lokalno poslovanje)[20] etc. L'actuel maire de Sarajevo est Alija Behmen, docteur en √©conomie et membre du Parti social-d√©mocrate de Bosnie-Herz√©govine[21].

La principale entit√© l√©gislative de la ville est le conseil municipal (gradsko vijeńáe). Les conseillers municipaux sont √©lus dans les municipalit√©s en proportion de leur population, la municipalit√© de Novi Grad ayant le plus de si√®ge au conseil municipal et celle de Stari Grad le moins de si√®ge. Le conseil municipal est compos√© de 28 membres. Suite aux √©lections municipales de 2008, le conseil √©tait compos√© de la mani√®re suivante[22] :

Parti Sièges
Parti social-démocrate (SDP) 15
Parti d'action démocratique (SDA) 7
Notre parti (NaŇ°a Stranka) 2
Parti pour la Bosnie-Herzégovine (SBiH) 2
Parti patriotique de Bosnie-Herzégovine (BPS) 2

Marin IvaniŇ°evińá, du SDP, est l'actuel pr√©sident du conseil municipal et Tatjana Ljujińá-Mijatovińá, elle aussi membre du SDP, en est la vice-pr√©sidente[22].

Institutions fédérales

En tant que capitale de la Bosnie-Herz√©govine, Sarajevo abrite un grand nombre d'institutions nationales bosniennes. Le si√®ge de la Pr√©sidence de la Bosnie-Herz√©govine est situ√© dans la ville[23], ainsi que le Konak de Bistrik, l'ancienne r√©sidence des gouverneurs ottomans, qui accueille des r√©ceptions et sert de r√©sidence aux invit√©s de la pr√©sidence[24] ; on y trouve aussi le si√®ge du Conseil des ministres et les deux chambres du Parlement de la Bosnie-Herz√©govine. Sur le plan judiciaire, la Cour constitutionnelle de Bosnie-Herz√©govine est situ√©e √† Sarajevo, ainsi que la cour du canton de Sarajevo. Sarajevo accueille √©galement les ambassades des pays √©trangers[25].

Quartiers et faubourgs

Article d√©taill√© : Quartiers et faubourgs de Sarajevo.

La ville se compose d'un ancien quartier turc, la vieille ville appel√©e BaŇ°ńćarŇ°ija, datant du XVe si√®cle ; d'une ville nouvelle du XIXe si√®cle, regroupant les administrations ; et de quartiers contemporains industriels.

Démographie

Généralités

Vue nocturne de Sarajevo

Aucun recensement g√©n√©ral n'a √©t√© effectu√© en Bosnie-Herz√©govine depuis 1991. De ce fait, ni la population de la ville de Sarajevo ni celle du canton dont elle est le centre n'est connue exactement. Le recensement comportait la structure ethnique de la population mais, par la volont√© de Tito aucune cat√©gorie ne repr√©sentait les populations actuellement d√©clar√©es comme bosniaques de la ville ou de l'agglom√©ration ; la majorit√© d'entre elle √©tait comptabilis√©e sous la cat√©gorie Musulmans.

√Čvolution historique de la population

Population

Selon des donn√©es du recensement de 1991, l'agglom√©ration de Sarajevo comptait 527 049 habitants[26] et la ville de Sarajevo intra muros 416 497[27]. La derni√®re estimation r√©alis√©e par le gouvernement du canton de Sarajevo, datant du 30 juin 2008, faisait √©tat d'une population de 421 289 habitants dans l'ensemble du secteur cantonal[28]. En 2009, selon le site officiel de Sarajevo, la population de la ville proprement dite est estim√©e √† 297 416 habitants[29] ; le site allemand World Gazetter avance le chiffre beaucoup plus faible de 192 264 habitants[30].

Dans l'agglom√©ration de Sarajevo (1991) et dans l'actuel canton de Sarejevo (2008), la population √©tait r√©partie de la mani√®re suivante :

Nom Population 1991[26] Population 2008[28] Urbaine/périurbaine
Centar 79 286 70 303 Urbaine
HadŇĺińái 24 200 22 379 P√©riurbaine
IlidŇĺa 67 937 52 896 P√©riurbaine
IlijaŇ° 25 184 17 738 P√©riurbaine
Novi Grad 136 616 123 200 Urbaine
Novo Sarajevo 95 089 73 379 Urbaine
Pale[31] 16 355
Stari Grad 50 744 37 832 Urbaine
Trnovo 6 991 2 554 P√©riurbaine
VogoŇ°ńáa 24 647 21 108 Urbaine
Total 527 049 421 289

Selon les statistiques officielles du gouvernement, la densit√© de la population de Sarajevo est de 2470,1 habitants par km¬≤. La partie la plus dens√©ment peupl√©e est la municipalit√© de Novo Sarajevo (7524,5 hab km¬≤), et la moins dens√©ment peupl√©e est la municipalit√© de Stari Grad (742,5  hab. km¬≤)[r√©f. n√©cessaire].

Selon les estimations de 2008 et dans l'ensemble du canton, sur un total estim√© de 421 289, on comptait 70 108 habitants √Ęg√©s de 0 √† 14 ans (16,64 %), 282 373 de 15 √† 64 ans (67,03 %) et 68 808 de plus de 65 ans (16,33 %)[28]. Pour l'ensemble de la F√©d√©ration de Bosnie-et-Herz√©govine chacune de ces cat√©gories repr√©sentait respectivement (18,04 %), (67,88 %) et (14,04 %)[28].

Nationalités

Avant la guerre de Bosnie-Herz√©govine, Sarajevo √©tait une ville multiculturelle brassant des populations serbes orthodoxes, croates catholiques et musulmanes. En 1991, les 527 049 habitants recens√©s dans l'agglom√©ration se r√©partissaient de la mani√®re suivante[26] :

Nationalité Nombre %
Musulmans 259 470 49,23
Serbes 157 143 29,81
Yougoslaves 56 470 10,71
Croates 34 873 6,61
Inconnus/Autres 19 093 3,62

Toutes les municipalit√© comptaient une majorit√© absolue ou relative de Musulmans (Bosniaques), √† l'exception de celle de Pale qui √©tait √† majorit√© serbe (68,99 %)[26].

Dans la ville elle-m√™me, les 416 697 habitants se r√©partissaient de la mani√®re suivante[27] :

Nationalité Nombre %
Musulmans 208 827 50,13
Serbes 108 074 25,94
Yougoslaves 51 875 12,45
Croates 30 839 7,40
Inconnus/Autres 16 882 4,05

Pendant la guerre de Bosnie-Herz√©govine et apr√®s les accords de Dayton, de nombreux mouvements de population ont eu lieu, entra√ģnant d'importants changements dans la structure de la population. La guerre a fait environ 10 000 morts et provoqu√© le d√©part de la ville de nombreux Serbes[32]. Des secteurs √† majorit√© serbe, dont la municipalit√© de Pale, ont √©t√© rattach√©s √† la R√©publique serbe de Bosnie. De ce fait, en 1998, la ville de Sarajevo comptait d√©sormais 78,3 % de Bosniaques (les anciens Musulmans du recensement de 1991) sur une population √©valu√©e √† l'√©poque √† 274 526 habitants[33]. Apr√®s la guerre, sur les 157 000 Serbes que comptait Sarajevo, il n'en restait plus qu'environ 10 000[32]. Sous l'impulsion de l'Office du Haut Repr√©sentant international en Bosnie-Herz√©govine, la D√©claration de Sarajevo a √©t√© sign√©e le 3 f√©vrier 1998, avec comme but de faire de la capitale bosnienne ¬ę un mod√®le de coexistence et de tol√©rance pour le reste du pays ¬Ľ[34]. Cet accord, notamment sign√© par les membres de la Pr√©sidence de la Bosnie-Herz√©govine[34], pr√©voyait pour 1998 20 000 retours minoritaires ; on en a officiellement enregistr√© 4 934[32].

Religions

La ville foisonne de mosquées, d'églises catholiques, orthodoxes et de synagogues.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Culture

Sarajevo accueille chaque ann√©e de nombreux √©v√©nements culturels comme les Nuits de BaŇ°ńáarŇ°ija (BaŇ°ńćarŇ°ijske nońái), un festival qui, pendant tout le mois de juillet, propose des animations et des spectacles culturels divers[35] ; il doit son nom au quartier ancien de BaŇ°ńáarŇ°ija dans lequel il se d√©roule. La capitale bosnienne est √©galement le lieu d'un festival de cin√©ma appel√© le Festival d'hiver[36] et d'un Festival du film[37], ainsi que d'un Festival de jazz[38]. Un Festival international de folklore (MeńĎunarodni festival folklora) est √©galement organis√© en juillet[39].

Le th√©√Ętre national de Bosnie-Herz√©govine

Au cours de l'histoire, Sarajevo a vu na√ģtre de nombreux po√®tes et √©crivains. Le prix Nobel de litt√©rature Ivo Andrińá (1892-1975), qui a notamment √©crit Le Pont sur la Drina, est n√© dans la capitale. Parmi les autres √©crivains du XXe si√®cle originaires de la ville, on peut aussi citer Momo Kapor, Aleksandar Hemon, Miljenko Jergovińá et Abdulah Sidran, qui a √©crit des sc√©narios pour le r√©alisateur Emir Kusturica. La ville poss√®de de nombreux th√©√Ętres, dont le plus important est le Th√©√Ętre national de Bosnie-Herz√©govine, cr√©√© en 1921[40]. Parmi les th√©√Ętres importants de la ville, on peut encore citer le Kamerni teatar 55, le ¬ę Th√©√Ętre de chambre 55 ¬Ľ[41], le Th√©√Ętre de la jeunesse (PozoriŇ°te mladih)[42] et le Th√©√Ętre de guerre de Sarajevo (Sarajevski ratni teatar, SARTR), cr√©√© en 1992[43].

Dans le domaine musical, Sarajevo poss√®de un orchestre philharmonique (Sarajevska filharmonija), officiellement cr√©√© en juillet 1923[44]. Dans la seconde moiti√© du XXe si√®cle, la ville a √©t√© un des centres des musiques pop et rock en Yougoslavie, avec des groupes issus de l'√©cole de pop rock de Sarajevo. Parmi ces groupes, on peut signaler Bijelo dugme qui, cr√©√© par Goran Bregovińá, avait comme chanteur f√©tiche ŇĹeljko Bebek, ces deux musiciens √©tant n√©s √† Sarajevo ou encore le groupe Indeksi. Dans leur continuit√©, on peut citer des groupes comme Crvena Jabuka, Plavi Orkestar ou Zabranjeno PuŇ°enje et des chanteurs comme Kemal Monteno et Dino Merlin ; l'un des titres de Monteno, Sarajevo Ljubavi Moja (¬ę Sarajevo, mon amour ¬Ľ, a remport√© un vif succ√®s. D'autres chanteurs ou musiciens comme ńźorńĎe Novkovińá et son fils Boris, Davorin Popovińá, Zdravko ńĆolińá ou Jadranka Stojakovińá sont originaires de la capitale bosnienne.

Sarajevo est la ville natale du r√©alisateur serbe Emir Kusturica, mais aussi celle d'autres r√©alisateurs comme Ademir Kenovińá, Benjamin Filipovińá, Pjer ŇĹalica, Danis Tanovińá et Jasmila ŇĹbanińá. La capitale, qui poss√®de un certain nombre de salles de cin√©ma[45], est aussi connue pour ses soci√©t√©s de production cin√©matographiques, parmi lesquelles figurent Sutjeska film et Bosna film[46].

Apr√®s la guerre de Bosnie-Herz√©govine, Sarajevo a inspir√© la culture populaire internationale. Le film Welcome to Sarajevo a √©t√© tourn√© en 1997 par le r√©alisateur britannique Michael Winterbottom[47]. Le groupe de rock irlandais U2 a remport√© un vif succ√®s avec Miss Sarajevo et, en 1995, le groupe de heavy metal progressif Savatage' a √©voqu√© des Rom√©o et Juliette saraj√©viens dans son album-concept Dead Winter Dead. Sarajevo est √©galement le nom d'un groupe de East Windsor, dans le New Jersey. Le po√®te Semezdin Mehmedinovińá a √©crit son ouvrage Sarajevo Blues pendant le si√®ge de Sarajevo en 1992.

Institutions culturelles

Enluminures de la Haggadah de Sarajevo

Sarajevo poss√®de de nombreuses institutions culturelles importantes comme les Archives historiques de la ville (Historijski arhiv Sarajevo), qui abritent environ 14 000 documents remontant √† la p√©riode ottomane, defters (registres), sidŇĺils (compte-rendus judiciaires), salnamas (almanachs), takvims (calendriers), ainsi que des manuscrits, des livres imprim√©s etc. ; elles conservent √©galement des documents plus tardifs et, notamment, une collection de photographies[48]. √Ä l'√©poque ottomane, la Biblioth√®que Gazi Husrev-beg (Gazi Husrev-begova biblioteka), fond√©e en 1537, fut, √† l'√©poque de sa cr√©ation, une des plus importantes des Balkans ; elle consiste en un fonds originel de 10 000 manuscrits en arabe, turc et persan, auxquels sont venus s'ajouter de nombreux livres, soit en tout environ 60 000 volumes ; un nouveau b√Ętiment est en cours de construction pour accueillir toute cette collection[49]. La Biblioth√®que nationale et universitaire de Bosnie-Herz√©govine, quant √† elle, a √©t√© cr√©√©e en 1945[50].

Le mus√©e le plus important de la ville est le Mus√©e national de Bosnie-Herz√©govine (Zemaljski Muzej Bosne i Hercegovine), cr√©√© en 1888 et install√© dans ses locaux actuels en 1913[51]. Ses activit√©s se r√©partissent en quatre unit√©s principales (arch√©ologie, ethnologie, science naturelles, biblioth√®que), autour desquelles se sont d√©velopp√©s d'autres ensembles comme l'Institut d'√©tudes orientales, l'Institut d'√©tudes balkaniques ou l'Institut de biologie ; il abrite √©galement la Galerie d'art de Bosnie-Herz√©govine[52]. Une des pi√®ces ma√ģtresses du mus√©e est la Haggadah de Sarajevo, une Haggadah r√©dig√©e √† Barcelone vers 1350 et orn√©e d'enluminures[9]. Le Mus√©e historique de Bosnie-Herz√©govine a √©t√© cr√©√© en 1945 et il rassemble environ 300 000 objets[53], couvrant toute l'histoire de la Bosnie-Herz√©govine[54]. Il pr√©sente une exposition permanente, ¬ę Sarajevo, ville assi√©g√©e ¬Ľ. Sarajevo abrite √©galement le Mus√©e de litt√©rature et d'art dramatique de Bosnie-Herz√©govine, qui a √©t√© cr√©√© en 1961 et qui fait partie de la SIBMAS (Soci√©t√© Internationale des Biblioth√®ques et des Mus√©es des Arts du Spectacle)[55]. Le Mus√©e de Sarajevo (Muzej Sarajeva), quant √† lui, a √©t√© cr√©√© en 1949 ; il se compose de cinq ensembles[56],[57] : le Brusa bezistan, un march√© couvert d'un d√īme et construit en 1551[58], la Svrzina kuńáa, une maison construite aux XVIIIe et XIXe si√®cles[59], la Despińáa kuńáa, dont les parties les plus anciennes remontent au XVIIe si√®cle[60], le Mus√©e de Sarajevo 1878-1918, qui rassemble des collections sur la p√©riode austro-hongroise de la ville et sur l'attentat de Sarajevo[61], et le Mus√©e juif de Bosnie-Herz√©govine (Muzej jevreja Bosne i Hercegovine), install√© dans la plus ancienne synagogue de la ville[62]. On peut encore citer le mus√©e Ars aevi, qui est le mus√©e d'art contemporain de la capitale bosnienne[63].

Sarajevo poss√®de aussi de nombreux centres culturels comme l'Institut bosniaque-Fondation Adil ZulfikarpaŇ°ińá[64], le Bosanski kulturni centar[65], le Sarajevo art, qui organise de nombreuses manifestations comme les Nuits de BaŇ°ńáarŇ°ija et le Festival international de folklore[66] ou encore le Obala Art centar. On y trouve aussi des institutions culturelles √©trang√®res comme le centre culturel fran√ßais Andr√© Malraux[67], l'American Corner[68], le Goethe-Institut[69] ou le British Council[70].

Architecture

Article d√©taill√© : Architecture √† Sarajevo.

Période ottomane

Le quartier de BaŇ°ńćarŇ°ija

Sarajevo conserve un important patrimoine architural datant de la p√©riode ottomane de son histoire, notamment au centre ville dans le quartier de BaŇ°ńćarŇ°ija, une ńćarŇ°ija caract√©ristique de l'urbanisme turc, regroupant autour d'une fontaine des √©difices religieux et de petits commerces. Construit pour l'essentiel au XVIe si√®cle, ce quartier abrite aussi des konaks (vastes r√©sidences), des hans (caravans√©rails) et des bezistans (march√©s couverts). La mosqu√©e de BaŇ°ńćarŇ°ija (BaŇ°ńćarŇ°ijska dŇĺamija) a √©t√© construite vers 1528 ; √† l'origine, elle √©tait surmont√©e d'un d√īme en bois, incendi√© en 1697, lors de l'attaque de la ville par Eug√®ne de Savoie ; le d√īme en pierre actuel a √©t√© √©difi√© apr√®s la Seconde Guerre mondiale[71] ; la mosqu√©e poss√®de un minaret en pierre haut d'environ 35 m[72]. La mosqu√©e de Gazi Husrev-beg (Gazi Husrev-begova dŇĺamija) a √©t√© √©difi√©e en 1530-1531 sur l'ordre de Gazi Husrev-beg ; elle est l'Ňďuvre de l'architcte Sinan, qui, entre autres, a r√©alis√© la mosqu√©e Selimiye d'Edirne, en Turquie ; la salle de pri√®re est surmont√©e d'un d√īme de 26 m de haut et la mosqu√©e poss√®de un minaret qui s'√©l√®ve √† 45 m[71]. Cette mosqu√©e est le centre d'un vaste ensemble architectural incluant la tour de l'horloge de Sarajevo (Sarajevska sahat-kula), construite √† la fin du XVIe si√®cle et mentionn√©e pour la premi√®re fois au XVIIe si√®cle par le g√©ographe ottoman Katip √áelebi[73], la m√©dersa de Gazi Hsrev-beg, construite en 1537 et les vestiges d'un khanqah[74], ainsi que le bezistan de Gazi Husrev-beg (Gazi Husrev-begov bezistan), construit dans les ann√©es 1537-1547[75]. Toujours dans le quartier de BaŇ°ńćarŇ°ija, l'√©glise orthodoxe des Archanges Michel et Gabriel est mentionn√©e pour la premi√®re fois en 1539[71]. Situ√© √† environ 3 km √† l'est de Sarajevo, le Pont de la ch√®vre (Kozija ńáuprija), qui franchit d'une seule arche la rivi√®re Miljacka, date de la premi√®re moiti√© du XVIe si√®cle[76].

La Svrzina kuńáa

La seconde moiti√© du XVIe si√®cle est √©galement riche en monuments. La Bijela tabija, la ¬ę Forteresse blanche ¬Ľ, dans l'actuelle municipalit√© de Stari Grad, a √©t√© construite vers 1550 sur un site d√©fensif plus ancien et plusieurs fois remani√©e depuis cette √©poque. Dans le quartier de BaŇ°ńćarŇ°ija, le bezistan de Bursa (Brusa bezistan), ainsi nomm√© en r√©f√©rence √† la ville turque de Bursa (Brouse), a √©t√© construit en 1551 sur l'ordre de Rustem-paŇ°a Opukovińá (1500-1561), originaire de Sarajevo et grand vizir de Soliman le Magnifique ; il √©tait notamment consacr√© au commerce de la soie[77]. De cette √©poque date √©galement le han de Morińáa, un caravans√©rail construit en 1551[71]. Parmi les nombreuses mosqu√©es de la seconde moiti√© du XVIe si√®cle, on peut citer la mosqu√©e d'Ali pacha (AlipaŇ°ina dŇĺamija), qui date de 1560-1561[78], la mosqu√©e Ferhadija, construite sur l'ordre de Ferhad-beg Vukovińá-Desisalińá en 1561-1562[71],[79] et, surtout, la mosqu√©e de l'empereur (Careva dŇĺamija), construite une premi√®re fois en 1462 par Isa-beg IŇ°akovińá, d√©truite par le despote serbe Vuk Grgurevińá et totalement reconstruite sous sa forme actuelle en 1566 sur l'ordre de Soliman le Magnifique[80]. De cette p√©riode date √©galement la Vieille synagogue, construite en 1580-1581[81], qui accueille aujourd'hui les collections du Mus√©e juif de Bosnie-Herz√©govine.

De la fin de la p√©riode ottomane datent des √©difices comme le Sebilj, une fontaine √©rig√©e au centre du quartier de BaŇ°ńćarŇ°ija en 1754, le pont Latin (Latinska ńáuprija), dont le nom est associ√© √† l'attentat de Sarajevo en 1914, mais aussi le turbe des sept fr√®res (Turbe sedam brańáe) (1815). La Cath√©drale orthodoxe de la Nativit√©-de-la-Sainte-M√®re-de-Dieu (en serbe : –°–į–Ī–ĺ—Ä–Ĺ–į –¶—Ä–ļ–≤–į –†–ĺ—í–Ķ—ö–į –ü—Ä–Ķ—Ā–≤–Ķ—ā–Ķ –Ď–ĺ–≥–ĺ—Ä–ĺ–ī–ł—Ü–Ķ et Saborna Crkva RońĎenja Presvete Bogorodice) a √©t√© construite de 1863 √† 1868 par l'architecte Andreja Damjanov[82]. De riches demeures particuli√®res attestent encore de la vitalit√© architecturale de cette p√©riode, comme la Svrzina kuńáa, dans le quartier de ńÜurńćińáa Brijeg, construite aux XVIIIe et XIXe si√®cles et aujourd'hui transform√©e en mus√©e[59],[83], ou le konak de Bistrik, souvent famil√®rement appel√© le Konak, construit entre 1867 et 1869, qui accueille accueille aujourd'hui des r√©ceptions et sert de r√©sidence aux invit√©s de la Pr√©sidence de la Bosnie-Herz√©govine[24],[84]

Période austro-hongroise

La Poste principale de Sarajevo

L'ann√©e 1878, qui voit la Bosnie et l'Herz√©govine plac√©es sous protectorat autrichien, marque un tournant dans l'architecture de la ville, avec la construction d'√©difices √† l'occidentale. Parmi les architectes importants de cette p√©riode compte Josip VancaŇ° √† qui Sarajevo doit trois √©glises catholiques : la Cath√©drale catholique du CŇďur-de-J√©sus, connue √©galement sous le nom de Cath√©drale de Sarajevo, construite entre 1883 et 1889 et caract√©ristique du style style n√©ogothique[85], l'√©glise de la Sainte-Trinit√©, construite en 1906 dans un style n√©oroman[71] et l'√©glise du monast√®re franciscain de Sarajevo, d√©dicac√©e √† Saint Antoine de Padoue et construite en 1914 dans un style n√©ogothique[86]. VancaŇ° a √©galement dessin√© des b√Ętiments publics comme le b√Ętiment du Gouvernement de Bosnie-Herz√©govine, construit en 1884-1885 dans un style n√©orenaissance, un √©difice qui accueille aujourd'hui la Pr√©sidence de la Bosnie-Herz√©govine[87], ou encore celui de la Poste centrale ; il est aussi l'auteur d'immeubles de bureau ou d'habitation, comme l'immeuble du 17 rue Veliki Alifakovac, construit en 1910, ou encore l'H√ītel Continental, construit en 1909, ces deux immeubles √©tant consid√©r√©s comme typiques de la S√©cession bosnienne[88],[89].

L'architecte Karlo ParŇĺik (1857-1942) a √©galement laiss√© son empreinte dans la ville[90]. On lui doit des b√Ętiments importants comme ceux du Th√©√Ętre national, construit en 1897-1898[91], de l'√©glise √©vang√©lique, construite en 1898-1899 dans un style n√©obyzantin, qui abrite aujourd'hui l'Acad√©mie des beaux-arts[71],[92], ou ceux de l'actuel Mus√©e national de Bosnie-Herz√©govine, construits de 1908 √† 1910 dans un style n√©oclassique[93]. Il a √©galement dessin√© les plans du Premier lyc√©e (Prva gimnazija), construit en 1890-1891 dans un style n√©orenaissance[94], de la synagogue ashkenaze (AŇ°kenaŇ°ka sinagoga), construite en 1902 dans un style n√©o-mauresque[95] ou du Palais de justice (Pravosudna palata), r√©alis√© entre 1912 et 1914, lui aussi dans un style n√©orenaissance[96]. ParŇĺik a poursuivi sa carri√®re apr√®s la p√©riode austro-hongroise, notamment avec l'√©glise catholique Saint-Joseph, construite en 1940 dans un style n√©oroman[97]. L'architecte Aleksandar Wittek, quant √† lui, est l'auteur de deux monuments embl√©matiques de la capitale bosnienne, le Sebilj, une fontaine publique du quartier de BaŇ°ńćarŇ°ija, √©difi√©e dans un style n√©o-mauresque en 1891[98], et, surtout, il a dessin√© les premi√®res esquisses de l'H√ītel de ville, achev√©es par ńÜiril Ivekovińá (1864-1933) ; le b√Ętiment est lui aussi caract√©ristique du style n√©o-mauresque[99].

La p√©riode austro-hongroise se caract√©rise √©galement par la construction de riches demeures priv√©es. L'architecte Josef Gramer[100] a construit la maison du docteur Paul OreŇ°kovińá en 1914, dans un style typique de l'Art nouveau[101]. La maison Despińá, dont l'origine remonte au XVIIIe si√®cle, construite dans un style traditionnel ottoman, a pris son aspect actuel en 1881 ; elle abrite aujourd'hui un d√©partement du Mus√©e de Sarajevo[60],[102].

Du XXe siècle à nos jours

Tourisme

Le tourisme est l'une des principales activit√©s √©conomiques de Sarajevo, et est en forte croissance depuis la fin de la guerre. La cha√ģne des montagnes et les infrastructures issues des Jeux olympiques en font une destination id√©ale pour les sports d'hiver. Sa riche histoire de 600 ans est aussi une raison du nombre √©lev√© de touristes.

Sport

Sarajevo accueillit les Jeux olympiques d'hiver en 1984. Cependant le sport a toujours jou√© un r√īle important dans la vie de la cit√©. Un des sports pr√©f√©r√©s des Sarajeviens est le football. La ville compte deux clubs de football, FK Sarajevo et NK ŇĹeljeznińćar Sarajevo, tous les deux ayant une longue tradition des rencontres europ√©ennes et internationales. Le stade de l'√©quipe nationale est le Kosevo stadium.

Le deuxième sport préféré est le basket-ball, dont le club de la ville, Bosna Sarajevo, remporta l'Euroligue en 1979. Le club d'échecs Bosna est aussi particulièrement réputé.

√Čconomie

Sarajevo est une des régions les plus importantes économiquement de Bosnie-Herzégovine. Son économie repose largement sur l'activité industrielle ainsi que le tourisme. En tant que centre des différents niveaux politiques, de nombreux habitants de Sarajevo travaillent pour le gouvernement. De nombreuses entreprises nationales et internationales sont aussi présentes et contribuent à sa bonne santé économique.

Entreprises

L'activité industrielle de Sarajevo comprend les boissons, le textile, l'automobile, la sidérurgie, la pharmacologie ainsi que l'alcool et les cigarettes.

Une variété d'institutions économiques se trouve à Sarajevo. La banque centrale de Bosnie-Herzégovine a son siège dans la ville, comme de nombreuses banques privées. Au total, 19 banques ont leur siège à Sarajevo. La ville accueille aussi la bourse (Sarajevo Exchange of securities), l'institut de comptabilité et d'audit de la Fédération de Bosnie-et-Herzégovine.

Parmi les entreprises implantées dans la ville, on peut noter Air Bosna, BH Telecom, Bosmal, Bosnalijek, CBS Bank, Dnevni Avaz, Energopetrol, Oslobodenje, Fabrika Duhana Sarajevo, Sarajevska Pivara, et Unioninvest.

Apr√®s les guerres de Yougoslavie, le groupe Volkswagen AG a rouvert en 1997 son usine, active depuis 1972, pour y assembler en SKD en nombre modeste des mod√®les Volkswagen, ҆koda Auto, Audi, ainsi que des composants, et envisage d'y monter des v√©hicules utilitaires √©lectriques[103].

Médias

Dnevni Avaz

En tant que capitale et plus grande ville de Bosnie-Herz√©govine, Sarajevo concentre les principaux m√©dias du pays. La plupart des cha√ģnes de t√©l√©visions ont leur si√®ge dans la ville, comme les journaux et magazines les plus populaires.

La presse √©crite est la forme la plus populaire de m√©dia. Les deux journaux de ¬ęr√©f√©rences¬Ľ sont Oslobodenje et Dnevni Avaz. Le si√®ge de ces deux journaux est situ√© dans la municipalit√© de Novi Grad, c√īte-√†-c√īte.

La t√©l√©vision est tr√®s populaire √† Sarajevo, m√™me si le nombre de cha√ģnes dont dispose la plupart des Sarajeviens est limit√©, entre autres Pink, TVSA... FTV est la cha√ģne de t√©l√©vision de la F√©d√©ration de Bosnie-et-Herz√©govine. Il existe aussi une cha√ģne de t√©l√©vision et de radio publique au niveau national, Public Broadcast Service of Bosnia and Herzegovina.

De nombreuses radios indépendantes existent, bien que l'audience soit concentrée sur quelques radios, Radio M, Radio Grad, eFM Student Radio et Radio Stari Grad. Radio Stari Grad est la radio la plus écoutée. Radio Liberté peut toujours être écoutée, et de nombreuses stations américaines et européennes sont disponibles dans la ville.

√Čducation

Le b√Ętiment de la Biblioth√®que Nationale et Universitaire de Bosnie-Herz√©govine √† Sarajevo (1974).

La première université à Sarajevo fut une école soufiste fondée en 1531 par Gazi Husrev-beg. Au fil des ans, de nombreuses écoles religieuses virent le jour. La bibliothèque de Sarajevo, à son apogée, était aussi réputée que la madrassa de Bayezid II. L'annexion de la Bosnie par l'empire austro-hongrois introduisit le mode d'éducation occidentale dans la ville.

Le premier lycée fut établi en 1887. Sarajevo compte de nos jours 46 écoles élémentaires et 19 lycées. L'université de Sarajevo comprend les facultés de médecine, droit, agriculture, philosophie et économie.

Il y a plusieurs √©coles internationales √† Sarajevo, dont l'√Čcole Internationale de Sarajevo et l'√Čcole Fran√ßaise de Sarajevo[104], cr√©√©e en 1998.

Transports

Le tramway à Sarajevo

Les facteurs g√©ographiques et historiques ont contribu√© √† la faible extension de la ville au regard de sa population. Il est ainsi difficile de trouver des places de parking, notamment durant la p√©riode estivale quand la population de la ville s'accro√ģt avec l'arriv√©e des touristes.

Les Sarajeviens utilisent largement les transports en commun. Les principaux modes de transport sont le tramway, le trolleybus et les autobus. Les premi√®res lignes de tramway europ√©ennes furent construites √† Sarajevo √† la fin du XIXe si√®cle par le gouvernement d'Autriche-Hongrie. De nos jours, le r√©seau de tramway s'√©tend sur 16 kilom√®tres de long.

Sarajevo compte 7 lignes de tramway qui traversent la ville d'est en ouest, 4 lignes de trolleybus et 9 lignes de bus. La plupart vont d'est en ouest, et sont situés sur la rive nord de Miljacka. Un projet de métro fut finalement abandonné.

Le chemin de fer a toujours été très développé à Sarajevo. La principale gare de la ville est située un peu au nord du centre-ville.

L'aéroport international de Sarajevo (Code AITA SJJ) est situé à quelques kilomètres au sud-ouest de la ville. Durant la guerre, l'aéroport fut utilisé par les avions des Nations unies et des organisations humanitaires. Depuis les accords de Dayton signé en 1996, l'aéroport a connu un essor grandissant.

Les deux grandes artères de la ville sont Titova et Zmaj od Bosne. Une autoroute reliant la capitale à Budapest est en cours de modernisation.

Personnalités

Coopération internationale

Sarajevo a sign√© des accords de partenariat avec les villes suivantes[105] :

Les villes suivantes sont consid√©r√©es comme des villes sŇďurs[106] :

Notes

  1. ‚ÜĎ a, b et c (en) Station Sarajevo-Bjelave sur http://www.fhmzbih.gov.ba, Site de l'Institut hydrom√©t√©orologique f√©d√©ral de Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 14 mars 2009
  2. ‚ÜĎ a, b et c (en) Station Ilidza-Butmir sur http://www.fhmzbih.gov.ba, Site de l'Institut hydrom√©t√©orologique f√©d√©ral de Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 14 mars 2009
  3. ‚ÜĎ (en) Climate sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 14 avril 2009
  4. ‚ÜĎ a et b (en) Monthly averages sur http://weather.msn.com. Consult√© le 14 avril 2009
  5. ‚ÜĎ a, b, c, d, e et f (en) The culture and history sur http://www.sarajevo-tourism.com, Site de l'Office du tourisme du canton de Sarajevo. Consult√© le 10 mars 2009
  6. ‚ÜĎ (en) Roman remains at IlidŇĺa, the archaeological site sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission de pr√©servation des monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 10 mars 2009
  7. ‚ÜĎ (bs) Odsijek za srjedni vijek sur http://www.zemaljskimuzej.ba, Site officiel du Mus√©e national de Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 11 avril 2009
  8. ‚ÜĎ (bs) Careva dŇĺamija. Consult√© le 12 avril 2009
  9. ‚ÜĎ a et b (fr) La Haggadah, ou comment raconter la sortie d'Egypte sur http://www.col.fr, La voix de la communaut√© juive de France. Consult√© le 12 avril 2009
  10. ‚ÜĎ a et b (en) Ghazi Husrev-beg waqf sur http://www.vakuf-gazi.ba, Gazi Husrev-begov vakuf u Sarajevu. Consult√© le 12 avril 2009
  11. ‚ÜĎ (en) Gazi Husrev Bey Complex sur http://www.archnet.org, ArchNet. Consult√© le 12 mars 2009
  12. ‚ÜĎ (fr) DuŇ°an T. Batakovińá, Histoire du peuple serbe, p. 209
  13. ‚ÜĎ (bs)(hr) Katedrala Srca Isusova u Sarajevu sur http://www.ktabkbih.net, Katolińćka Tiskovna Agencija. Consult√© le 12 avril 2009
  14. ‚ÜĎ Catherine Lutard, "G√©opolitique de la Serbie Mont√©n√©gro", √©ditions Complexe (ISBN 2-87027-647-8) page 36
  15. ‚ÜĎ Academic American Encyclopedia, 1980, ISBN 0-933880-00-6, page 286
  16. ‚ÜĎ (fr) Batkovińá,op. cit., pp. 276 √† 278
  17. ‚ÜĎ (fr) Batkovińá,op. cit., pp. 294 et 295
  18. ‚ÜĎ (bs) Pravni poloŇĺaj grada sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 15 avril 2009
  19. ‚ÜĎ (en) City of Sarajevo sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 15 avril 2009
  20. ‚ÜĎ (bs) Gradska uprava sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 15 avril 2009
  21. ‚ÜĎ (en) Professor Doctor Alija Behmen, mayor of Sarajevo, http://www.sarajevo.ba, (ISBN Site officiel de la Ville de Sarajevo). Consult√© le 15 avril 2009
  22. ‚ÜĎ a et b (en) Sarajevo City Council sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 15 avril 2009
  23. ‚ÜĎ (en) The Building of the BiH Presidency sur http://www.predsjednistvobih.ba, Site officiel de la Pr√©sidence de la Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 15 avril 2009
  24. ‚ÜĎ a et b (en) Konak sur http://www.predsjednistvobih.ba, Site officiel de la Pr√©sidence de la Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 15 avril 2009
  25. ‚ÜĎ (en) Embassies in BiH sur http://www.mfa.gov.ba, Site du minist√®re des Affaires √©trang√®res de Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 15 avril 2009
  26. ‚ÜĎ a, b, c et d (bs)(hr)(sr)[PDF] Statistiques sur http://www.fzs.ba, Office f√©d√©ral de statistiques de la F√©d√©ration de Bosnie-et-Herz√©govine. Consult√© le 13 avril 2009
  27. ‚ÜĎ a et b (bs)(sr) Knjiga : "Nacionalni sastav stanovniŇ°tva - Rezultati za Republiku po opŇ°tinama i naseljenim mjestima 1991.", statistińćki bilten br. 234, Izdanje DrŇĺavnog zavoda za statistiku Republike Bosne i Hercegovine, Sarajevo.
  28. ‚ÜĎ a, b, c et d (bs)(hr)(sr)[PDF] Procjena broja stanovika Federacija Bosne i Hercegovine (estimation) sur http://www.fzs.ba, Office f√©d√©ral de statistiques de la F√©d√©ration de Bosnie-et-Herz√©govine, p. 3. Consult√© le 13 mars 2009
  29. ‚ÜĎ (bs) O Sarajevu sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 13 mars 2009
  30. ‚ÜĎ (fr) Sarajevo sur http://gazetteer.de, World Gazetteer. Consult√© le 13 mars 2009
  31. ‚ÜĎ Pale se trouve aujourd'hui en R√©publique serbe de Bosnie
  32. ‚ÜĎ a, b et c (fr) Amael Cattaruzza, ¬ę Sarajevo, capitale incertaine ¬Ľ, Balkanologie, Vol. V, n¬į 1-2 sur http://balkanologie.revues.org, d√©cembre 2001. Mis en ligne le 31 mai 2008, consult√© le 14 avril 2009
  33. ‚ÜĎ (en) Demography sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 13 avril 2009
  34. ‚ÜĎ a et b (en) Sarajevo Declaration, 3 February 1998 sur http://www.ohr.int, Office of the High Representative in Bosnia and Herzegovina, 3 f√©vrier 1998. Consult√© le 14 avril 2009
  35. ‚ÜĎ (bs)(en) Site des Nuits de BaŇ°ńáarŇ°ija. Consult√© le 15 mars 2009
  36. ‚ÜĎ (bs)(en) Site du Festival d'hiver de Sarajevo. Consult√© le 15 avril 2009
  37. ‚ÜĎ (bs)(en) Site du Festival du film de Sarajevo. Consult√© le 15 avril 2009
  38. ‚ÜĎ (bs)(en) Site du Festival de jazz de Sarajevo. Consult√© le 15 avril 2009
  39. ‚ÜĎ (en) International Festival of Folk Dances sur http://www.sarajevoarts.ba, Site du JU Sarajevo art. Consult√© le 17 avril 2009
  40. ‚ÜĎ (en) Culture sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 15 avril 2009
  41. ‚ÜĎ (bs)(en) Site du Kamerni teatar 55. Consult√© le 17 avril 2009
  42. ‚ÜĎ (bs)(en) Site du Th√©√Ętre de la jeunesse de Sarajevo. Consult√© le 17 avril 2009
  43. ‚ÜĎ (bs) Site du Th√©√Ętre de guerre de Sarajevo. Consult√© le 17 avril 2009
  44. ‚ÜĎ (bs)(en) Site de l'Orchestre philharmonique de Sarajevo. Consult√© le 17 avril 2009
  45. ‚ÜĎ (en) Cinemas sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 17 avril 2009
  46. ‚ÜĎ (bs) Filmske producentske kuńáe sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 17 avril 2009
  47. ‚ÜĎ (en) Welcome to Sarajevo sur http://www.imdb.com, IMDb. Consult√© le 15 avril 2009
  48. ‚ÜĎ (en) The Historical Archive of Sarajevo sur http://www.arhivsa.ba, Site des Archives historiques de Sarajevo. Consult√© le 16 avril 2009
  49. ‚ÜĎ (en) Prospects for Future sur http://www.ghbibl.com.ba, Site de la Biblioth√®que Gazi Husrev-beg. Consult√© le 16 avril 2009
  50. ‚ÜĎ (bs) Historijat sur http://www.nub.ba, Site de la Biblioth√®que nationale et universitaire de Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 16 avril 2009
  51. ‚ÜĎ (bs) Osnivanje muzeja sur http://www.zemaljskimuzej.ba, Site du Mus√©e national de Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 16 avril 2009
  52. ‚ÜĎ (bs) Struktura muzeja sur http://www.zemaljskimuzej.ba, Site du Mus√©e national de Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 16 avril 2009
  53. ‚ÜĎ (en) The Historical Museum of Bosnia and Herzegovina sur http://historijski.muzej.ba, Site du Mus√©e historique de Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 16 avril 2009
  54. ‚ÜĎ (en) About museum sur http://historijski.muzej.ba, Site du Mus√©e historique de Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 16 avril 2009
  55. ‚ÜĎ (en) Sarajevo, Bosnia-Herzegovina sur http://www.sibmas.org, Site de la SIBMAS. Consult√© le 16 avril 2009
  56. ‚ÜĎ (bs) Muzeji sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 17 avril 2009
  57. ‚ÜĎ (en) About museum sur http://www.muzejsarajeva.ba, Site du Mus√©e de Sarajevo. Consult√© le 17 avril 2009
  58. ‚ÜĎ (en) Brusa bezistan (Rustem Pasha bezistan, Small bezistan) with shops, the architectural ensemble sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission de protection des monuments nationaux de Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 17 avril 2009
  59. ‚ÜĎ a et b (bs) Svrzina kuńáa sur http://www.muzejsarajeva.ba, Site du Mus√©e de Sarajevo. Consult√© le 17 avril 2009
  60. ‚ÜĎ a et b (bs) Despińáa kuńáa sur http://www.muzejsarajeva.ba, Site du Mus√©e de Sarajevo. Consult√© le 17 avril 2009
  61. ‚ÜĎ (bs) Muzej Sarajevo 1878-1918 sur http://www.muzejsarajeva.ba, Site du Mus√©e de Sarajevo. Consult√© le 17 avril 2009
  62. ‚ÜĎ (bs) Muzej jevreja BiH sur http://www.muzejsarajeva.ba, Site du Mus√©e de Sarajevo. Consult√© le 17 avril 2009
  63. ‚ÜĎ (bs) Site du mus√©e Ars aevi. Consult√© le 17 avril 2009
  64. ‚ÜĎ (bs) Site de l'Institut bosniaque. Consult√© le 17 avril 2009
  65. ‚ÜĎ (bs)(en) Site du Bosanski kulturni centar. Consult√© le 17 avril 2009
  66. ‚ÜĎ (en) About us sur http://www.sarajevoarts.ba, Site du Sarajevo art. Consult√© le 17 avril 2009
  67. ‚ÜĎ (bs)(fr) Site du Centre Andr√© Malraux. Consult√© le 17 avril 2009
  68. ‚ÜĎ (en) American Corners sur http://sarajevo.usembassy.gov, Site de l'Ambassade des √Čtats-Unis en Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 17 avril 2009
  69. ‚ÜĎ (de)(bs) Site du Goethe-Institut de Sarajevo. Consult√© le 17 avril 2009
  70. ‚ÜĎ (en) Bosnia and Herzegovina sur http://www.britishcouncil.org, Site du British Council. Consult√© le 17 avril 2009
  71. ‚ÜĎ a, b, c, d, e, f et g (en) Cultural and Historic Heritage of the City of Sarajevo sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 17 avril 2009
  72. ‚ÜĎ (en) BaŇ°ńćarŇ°ija (HavadŇĺa Durak) mosque, the historic building sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 17 avril 2009
  73. ‚ÜĎ (en) Clock tower, the historic monument sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 17 avril 2009
  74. ‚ÜĎ (en) Gazi Husrev-beg medresa with the site and remains of the Khanaqah, the architectural ensemble sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 17 avril 2009
  75. ‚ÜĎ (en) Gazi Husrev-beg bezistan with shops, the architectural ensemble sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 17 avril 2009
  76. ‚ÜĎ (en) Kozija ńáuprija (¬ęGoat Bridge¬Ľ), the historic monument sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 17 avril 2009
  77. ‚ÜĎ (en) Brusa bezistan (Rustem Pasha bezistan, Small bezistan) with shops, the architectural ensemble sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 17 avril 2009
  78. ‚ÜĎ (en) Ali-pasha mosque with harem, the architectural ensemble sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 17 avril 2009
  79. ‚ÜĎ (en) Ferhadija mosque, the architectural ensemble sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 17 avril 2009
  80. ‚ÜĎ (en) Careva (Emperor‚Äôs) mosque, the architectural ensemble sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 17 avril 2009
  81. ‚ÜĎ (en) Old Jewish synagogue sur http://www.aneks8komisija, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 17 avril 2009
  82. ‚ÜĎ (en) Orthodox Cathedral church (church of the Holy Mother of God) with movable heritage, the historic building sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 19 avril 2009
  83. ‚ÜĎ (en) Svrzina house ensemble, the residential architectural ensemble sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 17 avril 2009
  84. ‚ÜĎ (en) Konak in Sarajevo together with its movable heritag, the architectural ensemble sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 17 avril 2009
  85. ‚ÜĎ (en) Cathedral, the historic building sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 18 avril 2009
  86. ‚ÜĎ (en) Franciscan monastery and the church of St Anthon, the architectural ensemble sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 18 avril 2009
  87. ‚ÜĎ (en) The Building of the BiH Presidency sur http://www.predsjednistvobih.ba, Site officiel de la Pr√©sidence de la Bosnie-Herz√©govine. Consult√© le 18 avril 2009
  88. ‚ÜĎ (en) Stambena zgrada - Ulica Veliki Alifakovac 17. Consult√© le 18 avril 2009
  89. ‚ÜĎ (en) Hotel Continental. Consult√© le 18 avril 2009
  90. ‚ÜĎ (bs)(en) Karlo Parzik. Consult√© le 20 avril 2009
  91. ‚ÜĎ (bs)(en) Narodno Pozoriste. Consult√© le 20 avril 2009
  92. ‚ÜĎ (bs)(en) Umjetnicka Akademija (prije Evandjelisticka crkva). Consult√© le 20 avril 2009
  93. ‚ÜĎ (bs)(en) Zemaljski Muzej. Consult√© le 20 avril 2009
  94. ‚ÜĎ (bs)(en) Prva Gimnazija (Velika Gimnazija). Consult√© le 20 avril 2009
  95. ‚ÜĎ (bs)(en) Sinagoga. Consult√© le 20 avril 2009
  96. ‚ÜĎ (bs)(en) Pravosudna Palata. Consult√© le 20 avril 2009
  97. ‚ÜĎ (bs)(en) Katolicka Crkva Svetog Josipa. Consult√© le 20 avril 2009
  98. ‚ÜĎ (bs)(en) Bascarsijski Sebilj. Consult√© le 20 avril 2009
  99. ‚ÜĎ (en) City Hall, the historic building sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 20 avril 2009
  100. ‚ÜĎ (bs)(en) Josef Gramer. Consult√© le 20 avril 2009
  101. ‚ÜĎ (bs)(en) Kuca Dr Paula Oreskovica. Consult√© le 20 avril 2009
  102. ‚ÜĎ (bs) Despińáa kuńáa, historijska grańĎevina sur http://www.aneks8komisija.com.ba, Site de la Commission pour la protection des monuments nationaux. Consult√© le 20 avril 2009
  103. ‚ÜĎ Automobilwoche, ¬ę Volkswagen veut produire des utilitaires √©lectriques en Bosnie ¬Ľ, CCFA, 22 avril 2009. Consult√© le 30 d√©cembre 2010
  104. ‚ÜĎ http://www.efmlfsarajevo.org/news/news.php
  105. ‚ÜĎ (bs) Gradovi pobratimi sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 12 avril 2009
  106. ‚ÜĎ (en) Sister cities sur http://www.sarajevo.ba, Site officiel de la Ville de Sarajevo. Consult√© le 14 avril 2009

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • ŇĹujo Valerijan, Mustafa Imamovińá, Muhamed ńÜurovac' (1997) : Sarajevo : Svjetlost.
  • Miroslav Prstojevińá (1992) : Zaboravljeno Sarajevo (Forgotten Sarajevo). Sarajevo : Ideja.
  • Fabio Maniscalco (1997) : Sarajevo, Itinerari artistici perduti (Sarajevo, Artistic Itineraries Lost). Naples : Guida


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sarajevo de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sarajevo ‚ÄĒ   City   City of Sarajevo Grad Sarajevo –ď—Ä–į–ī –°–į—Ä–į—ė–Ķ–≤–ĺ ‚Ä¶   Wikipedia

  • Sarajevo ‚ÄĒ –°–į—Ä–į—ė–Ķ–≤–ĺ Sarajevo Bandera ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Sarajevo ‚ÄĒ –°–į—Ä–į—ė–Ķ–≤–ĺ ‚Ä¶   Deutsch Wikipedia

  • SARAJEVO ‚ÄĒ (Serajevo; Turk. Bosna Serai; Heb. ◊©◊®◊ź◊ô÷ĺ◊Ď◊ē◊°◊†◊Ē),city and capital of Bosnia Herzegovina. The first Jews came to Sarajevo in the middle of the 16th century, spreading from there to smaller towns of Bosnia, e.g., travnik , Bugojno, Zenica, Tuzla,… ‚Ķ   Encyclopedia of Judaism

  • SARAJEVO ‚ÄĒ SARAJEV Capitale de la r√©publique de Bosnie Herz√©govine, Sarajevo est fond√©e en 1262 par le g√©n√©ral hongrois Cotroman, mais elle s‚Äôappelle alors Bosn√°var, ville de la Bosnie; elle est agrandie deux si√®cles plus tard, sous la domination turque au… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Saraj√©vo ‚ÄĒ (t√ľrk. Bosna Saraj), Hauptstadt Bosniens, 15 km von der M√ľndung der Miljańćka in die Bosna sowie an der Bosna bahn (Bosnisch Brod S.) und den Staatsbahnlinien S. Mostar Gravosa und S. Uvac (mit 99 Tunnels), malerisch in einer von hohen,… ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon

  • Sarajevo ‚ÄĒ Sarajevo, con una poblaci√≥n de 450.000 en 1991 (estimaci√≥n para 2003 de 500.000), es la capital y mayor ciudad de Bosnia y Herzegovina. El centro de la ciudad se encuentra a 511 metros sobre el nivel del mar, con algunos barrios alcanzando los… ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Sarajevo ‚ÄĒ Sarajevo, so v.w. Bosna 2) ‚Ķ   Pierer's Universal-Lexikon

  • S√†rajevo ‚ÄĒ sr glavni grad BiH, leŇĺi u podnoŇĺju Trebevińáa na rijeci Miljacki ‚Ķ   Veliki rjeńćnik hrvatskoga jezika

  • Sarajevo ‚ÄĒ S√†rajevo sr DEFINICIJA glavni grad BiH, leŇĺi u podnoŇĺju Trebevińáa na rijeci Miljacki, 415.600 stan. ONOMASTIKA pr. (etnici): S√†rńĀjńćińá (Slavonski Brod, Zagreb), Sar√†jlńęńá (240, Rijeka, Zagreb, PoŇĺega), Sar√†jlija (130, Pakrac, Novska, Zagreb)… ‚Ķ   Hrvatski jezińćni portal

  • Sarajevo ‚ÄĒ [sarőĄ…ô yńĀ‚Ä≤vŇć] capital of Bosnia and Herzegovina, in the central part: pop. 416,000 ‚Ķ   English World dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.