Salammbo

ï»ż
Salammbo

SalammbĂŽ

SalammbĂŽ

Illustration de SalammbĂŽ

Édition dĂ©finitive de 1883.


Auteur Gustave Flaubert
Genre Roman historique
Pays d'origine France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Michel LĂ©vy
Date de parution 1862
Littérature

Par catégories
Bandeau litterature.png

Histoire littéraire

AntiquitĂ© - Moyen Âge
XVIe s. - XVIIe s. -
XVIIIe s. - XIXe s. -
XXe s. - XXIe s.
Courants littéraires

Genres & formes littéraires

Conte
Nouvelle - Roman -
PoĂ©sie - ThĂ©Ăątre

Auteurs

Écrivains - Livres

Portail littérature
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salammbo (homonymie).

SalammbĂŽ est un roman historique de Gustave Flaubert, paru en 1862 chez Michel LĂ©vy.

Il prend pour sujet la Guerre des Mercenaires, IIIe siĂšcle av. J.-C., qui opposa la ville de Carthage aux Mercenaires barbares qu’elle avait employĂ©s pendant la premiĂšre Guerre punique, et qui se rĂ©voltĂšrent, furieux de ne pas avoir reçu la solde convenue. Flaubert chercha Ă  respecter l’Histoire connue, mais profita du peu d’informations disponibles pour dĂ©crire un Orient Ă  l’exotisme sensuel et violent.

Sommaire

Résumé

  • Le Festin : Les mercenaires fĂȘtent Ă  Carthage la fin de la guerre dans les jardins d’Hamilcar, leur gĂ©nĂ©ral. ÉchauffĂ©s par son absence et par le souvenir des injustices qu’ils ont subis de la part de Carthage, ils ravagent sa propriĂ©tĂ© ; SalammbĂŽ, sa fille, descend alors du palais pour les calmer. MathĂŽ et Narr’havas, tous deux chefs dans le camp des mercenaires, en tombent amoureux. Spendius, un esclave libĂ©rĂ© lors du saccage, se met au service de MathĂŽ et lui conseille de prendre Carthage afin d’obtenir SalammbĂŽ.
  • À Sicca : Carthage persuade les mercenaires de quitter la ville en attendant leur solde. Ils marchent jusqu’à Sicca. Le SuffĂšte Hannon vient leur annoncer un dĂ©lai dans le paiement de leur rĂ©compense, mais Spendius profite de la nouvelle de l’assassinat de 300 mercenaires restĂ©s en ville pour monter les soldats barbares contre Carthage.
  • SalammbĂŽ : SalammbĂŽ prie Tanit, dĂ©esse de la lune, et est instruite par Schahabarim, son grand prĂȘtre.
  • Sous les murs de Carthage : Les Barbares reviennent faire le siĂšge de la ville. MĂątho et Spendius y pĂ©nĂštrent la nuit par l’aqueduc.
  • Tanit : Ils volent le « zaĂŻmph Â», voile sacrĂ© de la dĂ©esse Tanit, dans le temple. MĂątho est dĂ©couvert alors qu’il entre par effraction dans la chambre de SalammbĂŽ. On la suspecte alors d’avoir fautĂ© avec le Barbare. MĂątho s’enfuit sans difficultĂ©, immunisĂ© par le port du zaĂŻmph.
  • Hannon : Un groupe de Barbares commandĂ©s par Spendius et Autharite vont faire le siĂšge d’Utique et d’Hippo-Zarite pour bloquer les approvisionnements de Carthage. Hannon et son armĂ©e surprennent Spendius et reprennent Utique, mais sont mis en dĂ©route par le retour de MĂątho.
  • Hamilcar Barca : Hamilcar, hĂ©ros de la guerre contre Rome en Sicile, revient Ă  Carthage. On le blĂąme pour la dĂ©faite, il se dĂ©fend devant le Conseil et dĂ©fend la cause des mercenaires qu’il a commandĂ©s jadis. Mais quand il voit les dĂ©gĂąts causĂ©s Ă  sa propriĂ©tĂ© lors du festin, il accepte la proposition des Anciens de faire la guerre contre les Mercenaires.
  • La bataille du Macar : Hamilcar bat Spendius au pont de Macar, prĂšs d’Utique.
  • En campagne : les troupes d’Hamilcar sont encerclĂ©es par les mercenaires, elles construisent un fort pour se dĂ©fendre.
  • Le serpent : Carthage est affamĂ©e par le siĂšge et dĂ©motivĂ©e par la perte du zaĂŻmph. Schahabarim persuade SalammbĂŽ d’aller le reprendre Ă  MathĂŽ, en usant de tous ses charmes s’il le faut.
  • Sous la tente : Elle atteint sa tente sans se faire remarquer, d’un geste de main elle rĂ©clame le zaĂźmph, MĂątho reste subjuguĂ© par sa beautĂ© et s’humilie devant elle et s’endort dans ses bras. Elle s’enfuit avec le zaĂŻmph, alors que les troupes d’Hamilcar attaquent le campement. En la retrouvant, son pĂšre offre sa main Ă  Narr’Havas, chef des numides qui a fini par trahir le camp barbare, Ă  condition qu’il l’aide Ă  obtenir la victoire.
  • L’aqueduc : Les Carthaginois, poursuivis par les Mercenaires, parviennent Ă  rentrer Ă  Carthage. Spendius coupe l’approvisionnent en eau de la ville, en perçant l’aqueduc.
  • Moloch : En dĂ©sespoir de cause, les Carthaginois assoiffĂ©s offrent leurs enfants en sacrifice Ă  Moloch. Hamilcar dĂ©guise l’enfant d’un esclave et l’envoie mourir Ă  la place de son fils Hannibal. Le soir mĂȘme, un orage Ă©clate et remplit les citernes d’eau.
  • Le dĂ©filĂ© de la Hache : Hamilcar fait tomber une partie des mercenaires dans le piĂšge du dĂ©filĂ© de la Hache. Ils y restent bloquĂ©s et meurent de faim peu Ă  peu et se livrent au cannibalisme. Les gĂ©nĂ©raux prisonniers dans chaque camp (dont Hannon et Spendius) sont crucifiĂ©s. Certains barbares arrivent Ă  sortir mais sont Ă©crasĂ©s par une charge d'Ă©lĂ©phants. Hamilcar force les derniers mercenaires survivants Ă  s'entretuer pour amuser ses troupes. Les Carthaginois et la derniĂšre armĂ©e barbare s’affrontent lors d’une ultime bataille rangĂ©e. MĂątho, seul survivant, est capturĂ©.
  • MĂątho : La victoire est cĂ©lĂ©brĂ©e Ă  Carthage, c’est le jour des noces de SalammbĂŽ et Narr’Havas. MĂątho est offert en torture Ă  la foule. Il succombe au crĂ©puscule, le cƓur arrachĂ© par un prĂȘtre, devant SalammbĂŽ. Elle meurt sous le choc.

Principaux personnages

Carthaginois

  • Hamilcar Barca, l’un des 2 SuffĂštes de Carthage. Il revient de Sicile pour reprendre le contrĂŽle sur l’armĂ©e.
  • SalammbĂŽ, fille d’Hamilcar, dĂ©diĂ©e Ă  la dĂ©esse Tanit. Son nom a Ă©tĂ© inspirĂ© Ă  Flaubert par un des noms de la dĂ©esse AstartĂ© : Salambo (grĂ©cisation du phĂ©nicien Shalambaal « image de Baal Â» [1]
  • Hannibal, fils secret d’Hamilcar, cachĂ© par l’esclave Abdalonim.
  • Giscon, gĂ©nĂ©ral et diplomate.
  • Hannon, l’autre SuffĂšte de Carthage, atteint par une maladie de peau.
  • Schahabarim, prĂȘtre de Tanit et instructeur de SalammbĂŽ.

Mercenaires

  • MĂątho, chef des mercenaires libyens.
  • Narr’Havas, chef des mercenaires numides, Ă  qui SalammbĂŽ est promise en cas de victoire.
  • Spendius, C’est un esclave grec qui se met au service de MĂątho
  • Autharite, chef d’une partie des mercenaires

Commentaire

Gustave Flaubert

SalammbĂŽ vient aprĂšs Madame Bovary. Flaubert en commence les premiĂšres rĂ©dactions en septembre 1857. Quelques mois plus tĂŽt, aprĂšs avoir gagnĂ© le procĂšs qui avait Ă©tĂ© intentĂ© contre Madame Bovary, il avait fait part dans sa correspondance (lettre Ă  Mlle Leroyer de Chantepie) de son dĂ©sir de s’extirper littĂ©rairement du monde contemporain, et de travailler Ă  un roman dont l’action se situe trois siĂšcles avant JĂ©sus-Christ. En avril-juin 1858, il sĂ©journe Ă  Tunis pour s’imprĂ©gner du cadre de son histoire. Si l’intrigue est une fiction, il se nourrit des textes de Polybe, Appien, Pline, XĂ©nophon, Plutarque, et Hippocrate pour peindre le monde antique et bĂątir la couleur locale. DĂšs sa parution en 1862, le roman connaĂźt un succĂšs immĂ©diat, en dĂ©pit de quelques critiques rĂ©servĂ©es (Charles-Augustin Sainte-Beuve) mais avec d’apprĂ©ciables encouragements (Victor Hugo, Jules Michelet, Hector Berlioz).

Adaptations

Peinture & Sculpture

SalammbĂŽ, peinture par Gaston BussiĂšre, 1907
  • SalammbĂŽ chez MĂątho, Je t’aime ! Je t’aime[2], de ThĂ©odore RiviĂšre, 1895, petit groupe en bronze, ivoire, or et turquoises
  • SalammbĂŽ, Alfons Mucha, 1896, lithographie

Opéra

Cinéma

  • SalammbĂŽ (1925), film français de Pierre Marodon avec Jeanne de Balzac, Rolla Norman, Victor Vina
  • SalammbĂŽ (1960), co-production italo-française rĂ©alisĂ©e par Sergio Grieco

Bande dessinée

Philippe Druillet a librement adaptĂ© le roman en bande dessinĂ©e, dans laquelle son personnage fĂ©tiche « Lone Sloane Â» s’incarne en MĂątho. Cette sĂ©rie qui relĂšve autant de l’histoire antique que de la science-fiction, est initialement parue dans MĂ©tal hurlant puis dans Pilote Ă  partir de 1980. Les aventures ont Ă©tĂ© rĂ©unies par les Ă©ditions Dargaud en trois albums :

  • SalammbĂŽ
  • Carthage
  • MĂątho

conjointement signés Gustave Flaubert et Philippe Druillet.

Arts visuels

Le 9 aoĂ»t 1980, au MusĂ©e des beaux-arts du Canada, pour cĂ©lĂ©brer le centenaire de la mort de l’écrivain, l’artiste quĂ©bĂ©cois Rober Racine lisait en public, seul et sans arrĂȘt, le roman SalammbĂŽ de Gustave Flaubert pour une durĂ©e de 14 heures sur un escalier construit d’aprĂšs les donnĂ©es propres du roman (nombre de chapitres = nombre de marches, nombre de mots, de phrases, de paragraphes...).

Chanson

La chanteuse Julie Pietri s’est inspirĂ©e du personnage fĂ©minin de Gustave Flaubert pour l’écriture d’une chanson intitulĂ©e SalammbĂŽ, sortie en 1989 (album La lĂ©gende des madones)[3].

Notes

  1. ↑ GisĂšle SĂ©ginger SalammbĂŽ,Flammarion "GF", 2001 : "SalammbĂŽ", le nom d’AstartĂ© [1]
  2. ↑ SalammbĂŽ chez MĂątho, Je t’aime ! Je t’aime, conservĂ© au MusĂ©e d'Orsay
  3. ↑ Article de jetsetmagazine.net sur la traduction de SalammbĂŽ en arabe par l'Ă©crivain TaĂŻeb Triki

Bibliographie

  • Laurent Adert, « SalammbĂŽ ou le roman barbare Â», PoĂ©tiques barbares, Ravenna, Longo, 1998, p. 47-64.
  • Jean-Louis BackĂšs, « Le Divin dans SalammbĂŽ Â», La Revue des Lettres Modernes, 1994, n° 1165-1172, p. 115-34.
  • B. F. Bart, « Flaubert et le lĂ©gendaire Â», Revue d’Histoire LittĂ©raire de la France, 1981, n° 81 (4-5), p. 609-20.
  • Christa Bevernis, « HistoricitĂ© et actualitĂ© dans le roman de Flaubert SalammbĂŽ Â», Flaubert et Maupassant : Ă©crivains normands, Paris, PUF, 1981, p. 255-63.
  • Arthur Bieler, « La Couleur dans SalammbĂŽ Â», French Review, Feb 1960, n° 33 (4), p. 359-70.
  • Marc Bizer, « SalammbĂŽ, Polybe et la rhĂ©torique de la violence Â», Revue d’Histoire LittĂ©raire de la France, Nov-Dec 1995, n° 95 (6), p. 974-88.
  • Lionel Bottineau, « La ReprĂ©sentation de l’espace dans SalammbĂŽ Â», La Revue des Lettres Modernes, 1984, n° 703-706, p. 79-104.
  • Michel Butor, « Demeures et dieux Ă  Carthage Â», Corps Écrit, Feb. 1984, n° 9, p. 127-47.
  • Raymonde Debray-Genette, « GĂ©nĂ©tique et poĂ©tique : Le Cas Flaubert Â», Essais de critique gĂ©nĂ©tique, Paris, Flammarion, 1979, p. 21-67.
  • Janine Delort, « Le Motif de SalammbĂŽ Â», Cahiers Jean Giraudoux, 1979, n° 8, p. 84-6.
  • Mireille Dobrzynski, « Le ZaĂŻmph mĂ©tamorphique: Objet et rĂ©ification dans SalammbĂŽ, de Flaubert Â», Cincinnati Romance Review, 2004, n° 23, p. 47-59.
  • Raymond Dugan, « La Couleur et le faux dynamisme dans Salammbo, de Gustave Flaubert Â», Essais sur Flaubert : en l’honneur du professeur Don Demorest, Paris, Nizet, 1979, p. 331-44.
  • Claude Foucart, « Reflexion sur une page de Flaubert (Salammbo). Â», Literatur in Wissenschaft und Unterricht, 1971, n° 4, p. 237-50.
  • Bernard Gagnebin, « SalammbĂŽ: La Tache aveugle du calĂ©idoscope Â», Revue d’EsthĂ©tique, 1989, n° 16, p. 61-5.
  • Suzanne HĂ©lein-Koss, « Discours ironique et ironie romantique dans SalammbĂŽ de Gustave Flaubert Â», Symposium, Spring 1986, n° 40 (1), p. 16-40.
  • Suzanne HĂ©lein-Koss, « Le Discours textuel du rire dans SalammbĂŽ de Flaubert Â», Symposium, Fall 1985, n° 39 (3), p. 177-194.
  • Aouicha Elosmani Hilliard, « Le Retour au prĂ©oedipien : SalammbĂŽ et le rejet du patriarcat Â», Mosaic, Winter 1993, n° 26 (1), p. 35-52.
  • Francis Lacoste, « L’Orient de Flaubert Â», Romantisme: Revue du Dix-NeuviĂšme SiĂšcle, 2003, n° 119, p. 73-84.
  • François Laforge, « SalammbĂŽ: Les Mythes et la RĂ©volution Â», Revue d’Histoire LittĂ©raire de la France, 1985, n° 85 (1), p. 26-40.
  • Dorothea Lauterbach, « L’Endroit 'impassible' : les images de la ville chez Flaubert Â», La MĂ©moire des villes, Saint-Etienne, UniversitĂ© de Saint-Étienne, 2003, p. 31-40.
  • Éric Le Calvez, « GĂ©nĂ©tique, poĂ©tique, autotextualitĂ© (SalammbĂŽ sous la tente) Â», Esprit CrĂ©ateur, Summer 2001, n° 41 (2), p. 29-39.
  • Éric Le Calvez, « L’Horreur en expansion : GĂ©nĂ©tique de la « Grillade des moutards Â» dans SalammbĂŽ Â», Romanic Review, Mar 1999, n° 90 (2), p. 167-94.
  • Éric Le Calvez, « SalammbĂŽ : GĂ©nĂ©tique des voiles sous la tente Â», Il velo dissolto: Visione e occultamento nella cultura francese e francofona, Bologna, CLUEB, 2001, p. 111-34.
  • Catherine Lowe, « SalammbĂŽ ou la question de l’autre de la parole Â», L’Arc, 1974, n° 58, p. 83-8.
  • Hans Peter Lund, « SalammbĂŽ de Flaubert : Art et mythe Â», Revue Romane, 1993, n° 28 (1), p. 59-74.
  • Bernard Masson, « SalammbĂŽ ou la barbarie Ă  visage humain Â», Revue d’Histoire LittĂ©raire de la France, 1981, n° 81 (4-5), p. 585-96.
  • Alain Michel, « SalammbĂŽ et la citĂ© antique Â», Flaubert, la femme, la ville, Paris, PUF, 1983, p. 109-121.
  • A. W. Raitt, « L’Éternel PrĂ©sent dans les romans de Flaubert Â», Flaubert et le comble de l’art : nouvelles recherches sur Bouvard et PĂ©cuchet, Paris, SÉDES, 1981, p. 139-47.
  • Claude Reichler, « Pars pro Toto : Flaubert et le fĂ©tichisme Â», Studi Francesi, Jan-Apr 1985, n° 29 (1 [85]), p. 77-83.
  • Jean Rousset, « Positions, distances, perspectives dans Salammbo Â», PoĂ©tique, 1971, n° 6, p. 145-54.
  • Corinne Saminadayar-Perrin, « L’ArchĂ©ologie critique dans SalammbĂŽ Â», La MĂ©moire des villes, Saint-Étienne, UniversitĂ© de Saint-Étienne, 2003, p. 41-55.
  • Naomi Schor, « SalammbĂŽ enchaĂźnĂ©e, ou femme et ville dans SalammbĂŽ Â», Flaubert, la femme, la ville, Paris, PU de France, 1983, p. 89-108.
  • GisĂšle SĂ©ginger, « La Tunisie dans l’imaginaire politique de Flaubert Â», Nineteenth-Century French Studies, Fall 2003-Winter 2004, n° 32 (1-2), p. 41-57.
  • AndrĂ© Stoll, « Sous la tente du barbare: L’Espace de la sĂ©duction dans SalammbĂŽ de Flaubert Â», Actes du XIIe congrĂšs de l’Association Internationale de LittĂ©rature ComparĂ©e: MĂŒnchen 1988 Munich, III: Espace et frontiĂšres dans la littĂ©rature (suite), Munich, Iudicium, 1990, p. 146-52.
  • Heidi Suhner-Schluep, L’imagination du feu ou la dialectique du soleil et de la lune dans SalammbĂŽ de Gustave Flaubert, Zurich, Juris-Verlag, 1972.
  • Antoinette Weber-Caflisch, « Ă€ propos de SalammbĂŽ : Enjeux du « roman archĂ©ologique Â» Â», Travaux de LittĂ©rature, 1997, n° 10, p. 253-79.
  • P. M. Wetherill, « Une Version manuscrite du premier chapitre de SalammbĂŽ Â», Les Lettres Romanes, 1978, n° 32, p. 291-331.

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la littĂ©rature Portail de la littĂ©rature
Ce document provient de « Salammb%C3%B4 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Salammbo de Wikipédia en français (auteurs)


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.