Saint-Antoine-de-Ficalba

ÔĽŅ
Saint-Antoine-de-Ficalba

44¬į 19‚Ä≤ 58‚Ä≥ N 0¬į 43‚Ä≤ 01‚Ä≥ E / 44.3327777778, 0.716944444444

Saint-Antoine-de-Ficalba
Image illustrative de l'article Saint-Antoine-de-Ficalba
Administration
Pays France
Région Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Arrondissement de Villeneuve-sur-Lot
Canton Canton de Villeneuve-sur-Lot-Sud
Code commune 47228
Code postal 47340
Maire
Mandat en cours
Jean Lagarde
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Villeneuvois
Démographie
Population 674 hab. (2010)
Densité 62 hab./km²
Géographie
Coordonn√©es 44¬į 19‚Ä≤ 58‚Ä≥ Nord
       0¬į 43‚Ä≤ 01‚Ä≥ Est
/ 44.3327777778, 0.716944444444
Altitudes mini. 108 m ‚ÄĒ maxi. 231 m
Superficie 10,93 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Saint-Antoine-de-Ficalba est une commune française, située dans le département de Lot-et-Garonne et la région Aquitaine. Ficalba signifie figues blanches en latin.

Sommaire

Géographie

La commune est située dans la partie centre-est du département de Lot-et-Garonne, sur les plateaux du Pays de Serres, dominant la Vallée du Lot. Elle fait partie de la région Aquitaine, du canton de Villeneuve-sur-Lot-Sud et adhère à la Communauté de communes du Villeneuvois. La commune est constituée d'un plateau calcaire entaillé par de nombreuses vallées . De nombreuses dolines sont disséminées sur le plateau. La route nationale 21 traverse la commune.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Histoire

Voici quelques dates et exemples :

√Čcole : en 1869, √† la demande du sous-pr√©fet, il est d√©cid√© de construire une mairie/√©cole (√©cole de gar√ßons). Auparavant, dans les campagnes, l'instruction se dispensait dans des lieux vari√©s souvent lou√©s. En 1870 l'√©tat pense aux filles et l'√©cole libre devient √©cole publique en conservant toutefois les religieuses dont l'excellent travail √©tait reconnu par tous. En 1932 le conseil municipal d√©cide la construction d'une classe de filles, pas de mixit√© mais la loi de g√©mination √©tant pass√©e par l√† on pouvait, dor√©navant m√™ler filles et gar√ßons. Monsieur Rapin en sera l'architecte (r√©fection et agrandissement du b√Ętiment de 1870). Dans les ann√©es 1980 une classe maternelle sera ajout√©e et en 2010 l'√©tude pour une forte extension est en cours.

Ecolefillegarcon
Route_des_tilleuls

Autres b√Ętiments : le 4 septembre 1870 la municipalit√© s'installe dans ¬ę l'h√ītel de la Mairie ¬Ľ, c'est-√†-dire la salle de classe o√Ļ il faut tout chambouler √† chaque fois. Donc, en ao√Ľt 1936 d√©cision est prise d'√©difier une mairie en face de l'√©cole ; c'est √† nouveau M. Rapin qui en est le maitre d'Ňďuvre. Le 6 novembre 1938 les √©diles s'y installent officiellement. Dans les ann√©es 1970 la commune se dote d'un fonctionnel bureau de poste avec logement pour le receveur. On construit toujours et c'est une salle des f√™tes qui voit le jour en 1980. Dans la foul√©e il est d√©cid√© d'installer la mairie dans le centre bourg dans la maison dite ¬ę du cur√© Armand ¬Ľ. Ceci se fait en 2005 et le conseil municipal y emm√©nage en 2007. Dans le domaine priv√©, en 1970, c'est le lac de Peyrat qui s'am√©nage.

Sujets divers : le 16 f√©vrier 1919 le sous-pr√©fet d√©cide, officiellement, d'ajouter ¬ę de Ficalba ¬Ľ au nom de la commune afin d'√©viter toute confusion avec d'autres Saint-Antoine. Ce n'est qu'en 1923 que sera demand√© le goudronnage de la Nationale 21 dans la travers√©e du village. Si en 1925 le conseil est d'accord sur le principe d'√©lectrification de la commune, ceci ne sera effectif que pendant la seconde guerre mondiale. En 1933 les habitants des lieux-dits Guirot et Lagabache, commune du Castella, demandent leur rattachement √† Saint-Antoine, et le 17 mars 1935 ce sont les √©lus qui demandent cette annexion.

Anecdotes : paroisse et r√©publique, lors de la s√©paration des √©glises et de l'√Čtat le cur√© de l'√©poque, l'abb√© Armand, craignant d'√™tre expuls√© de son presbyt√®re, ach√®te une maison contig√ľe √† celui-ci pour s'y loger ¬ę au cas o√Ļ ¬Ľ. L'achat se fait pour le dioc√®se avec b√©n√©fice des revenus √©ventuels pour le pr√™tre r√©sidant. Cette maison poss√©dait une pi√®ce de terre hors bourg, sur la route de Penne-d'Agenais avec une cabane en pierre ; cette b√Ętisse, toujours visible, est devenue pour les habitants la ¬ę cabane du cur√© Armand ¬Ľ et sa maison achet√©e pour se prot√©ger de cette R√©publique qui lui faisait si peur abrite, aujourd'hui, les services de celle-ci. Un arr√™t√© du 3 juin 1908, anticl√©ricalisme oblige, interdit toute procession sur le territoire de la commune ; arr√™t√© reconduit en 1912 mais, par la suite les choses s'arrangent.

La circulation et la vitesse ont toujours √©t√© un probl√®me, √† preuve ces deux arr√™t√©s des maires du moment : le16 septembre 1927 la vitesse est limit√©e √† 18 km/h dans la travers√©e du village et elle sera port√©e √† 40 km/h que le 18 mai 1947. Fin 1953 Saint-Antoine a, enfin, une distribution d'eau potable municipale ; adieu puits et fontaines.

Sources

  • archives d√©partementales et municipales.

Administration

Liste des maires successifs
P√©riode Identit√© √Čtiquette Qualit√©
2008 2014 Jean Lagarde   Agriculteur
1989 2008 Alain Gardesse   M√©decin
1977 1989 Jean Imbert   Receveur des Postes
1968 1977 H√©brard Dupin   Charpentier retrait√©
1965 1968 Pierre Borie   Agriculteur
1945 1965 Omer Armand   Gendarme retrait√©
1944 1945 Edmond Cochez   Repr√©sentant de commerce
1941 1944 Raymond Grenier De Cardenal   Propri√©taire exploitant
1915 1941 Jean Teulou   Propri√©taire
1900 1915 Tricou   Cultivateur
1894 1900 Louis Philippe   Propri√©taire
1878 1894 Jean Valdy    
1874 1878 Mazot    
1851 1874 Louis Philippe   Propri√©taire
1848 1850 Vacqui√©    
1843 1848 Malgrat   Propri√©taire
1838 1843 Duperri√©    
1836 1838 Barlangue   Propri√©taire
1835 1836 Malgrat   Propri√©taire
1832 1835 Buard l'ain√©    
1830 1832 Rigal    
1824 1829 Duperri√©    
1816 1824 Dufau l'ain√©    
1813 1816 Theodore Demestre    
1801 1813 Charles Rives    
1799 1800 Malgrat Vayssieres    
1797 1798 Cabantous    

Démographie

√Čvolution d√©mographique
(Source : INSEE[1])
1841 1921 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2010
678 450 364 400 411 527 534 557 622 674
Nombre retenu √† partir de 1962 : population sans doubles comptes

Lieux et monuments

  • Demeure de Peyroutas

Demeure indiqu√©e comme maison noble sur la carte de Cassini. Les murs en pierre de taille de la tour indiquent une construction de la fin du Moyen √āge. Dans la seconde moiti√© du XVIIIe si√®cle, l'√©difice est transform√© en maison de ma√ģtre : le corps de logis est reconstruit, la tour d'angle devenant pigeonnier. En 1816, Peyroutas appartient √† Guillaume Vacqui√©, notaire √† Villeneuve-sur-Lot. Une vaste √©curie en retour figurait sur le plan cadastral de 1811, aujourd'hui d√©molie. Une grange-√©table a √©t√© b√Ętie au XIXe si√®cle. Le logis a √©t√© augment√© au nord √† la fin du XIXe si√®cle ou au d√©but du XXe si√®cle.

Les Cornières
  • Les Corni√®res

Couverts o√Ļ les hospitaliers antonins accueillaient et soignaient les malades atteints du "mal des ardents". Ce lieu abrite aujourd'hui les locaux municipaux.

  • √Čglise paroissiale de Saint-Antoine

Une commanderie d'hospitaliers de Saint-Antoine est fond√©e au Moyen √āge, peut-√™tre au XIVe si√®cle, dans la paroisse Saint-Martin de Peyrat. En 1572, elle d√©pendait de l'Abbaye de Saint-Antoine de Vienne (Is√®re) en Dauphin√© ; elle est rattach√©e en 1668 √† Saint-Antoine de Pont-Daurat (La R√©ole) ; la commanderie est incorpor√©e √† l'ordre de Malte en 1777, apr√®s la suppression de l'ordre des antonins. Une crypte, qui n'est plus accessible, appartient sans doute √† la chapelle m√©di√©vale.

L'√©difice a √©t√© reconstruit au XVIe si√®cle, vraisemblablement apr√®s 1551, puisqu'une visite pastorale le juge alors tr√®s d√©labr√© ; des vo√Ľtes d'ogives √©taient pr√©vues. Un bas-c√īt√© a √©t√© ajout√© au sud, probablement √† la fin du XVIIIe si√®cle, lorsque la chapelle a commenc√© √† servir d'√©glise paroissiale, l'√©glise Saint-Martin de Peyrat tombant en ruine.

fontaine de peyrat
  • Le lac de Peyrat et fontaine

Apr√®s avoir descendu un petit chemin dans la verdure vous aboutissez √† un vallon o√Ļ vous d√©couvrez une fontaine monumentale b√Ętie en belle pierre et d'un d√©bit tr√®s abondant. Avant elle alimentait un grand lavoir toujours en place o√Ļ, jadis, le village et la r√©gion alentour furent bien des fois comment√©s modifi√©s et arrang√©s au go√Ľt des lavandi√®res du pays. Cette source rejoint celle de l'√©glise Saint-Martin et √† elles deux donnent naissance au ruisseau de "l'estifflet". Bien qu'un peu √©loign√©es du bourg, ces deux sources ont longtemps fourni l'eau potable √† une grande partie du village. Dans ce cadre champ√™tre, sur l'emplacement de l'√©glise Saint-Martin, ruin√©e en 1840, se trouve aujourd'hui le lac de Peyrat, un peu en sommeil, mais il semble qu'il b√©n√©ficie d'un grand projet de r√©habilitation.

Manoir de Pech Lambert
  • Manoir de Pech Lambert

D'un √©difice du XVIe si√®cle ne subsistent que quelques vestiges : porte de la cave, appareil du mur nord du logis. Pech Lambert pourrait √™tre identifi√© avec Pellembert, domaine de la famille noble de Bap au XVIIe si√®cle. Il est reconstruit en quasi-totalit√© dans la seconde moiti√© du XVIIIe si√®cle, peut-√™tre pour un membre de la famille M√©noire, qui a donn√© plusieurs consuls √† Villeneuve-sur-Lot. Louis M√©noire, colonel d'artillerie, en est propri√©taire en 1816. La grange-√©table figure sur le plan cadastral de 1811.

√Čdifice construit autour d'une cour, dont le logis de 5 trav√©es occupe l'aile nord, les d√©pendances l'aile ouest, l'aile sud qui comportait une chapelle √©tant en ruine. Pigeonnier carr√© isol√© couvert en tuile plate. Escalier sous lambris de couvrement √† voussures.

Tour de Pechon
  • Tour de P√©chon

Maison forte du XIIe si√®cle ayant appartenu aux Fourc√®s, famille aujourd'hui dans le Gers, puis aux d'Antr√© de Lusignan. Durant les guerres de Religion, les propri√©taires y entretenaient une petite garnison. √Ä ce jour, il ne reste qu'une tour, propri√©t√© priv√©e qui ne se visite pas.

Un grand b√Ętiment rectangulaire flanqu√© d'une tour sur l'angle nord-est figure sur le plan cadastral de 1811 : la maison-forte est constitu√©e d'un grand corps de logis en ruine, comprenant une grande salle √† l'√©tage, et d'une tour qui conserve 5 niveaux avec portes en arc bris√© et fen√™tre trilob√©e, datable de la fin du XIIIe si√®cle ou du d√©but du XIVe si√®cle. Un nouveau logis a √©t√© construit devant les ruines de la maison-forte au XVIIIe si√®cle ou XIXe si√®cle. La partie arri√®re du logis est devenue une cour, tr√®s endommag√©e par un incendie dans les ann√©es 1960.

(Source : Minist√®re de la Culture[2])

Manifestations

  • en mars : Carnaval
  • en mai : F√™te du pain
  • en ao√Ľt : F√™te du village - Deuxi√®me weekend d'ao√Ľt

Personnalités liées à la commune

Anne Kjaersgaard (1933, Copenhague - 1990, Neuvy-Deux-Clochers), céramiste

Voir aussi

Notes et références

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saint-Antoine-de-Ficalba de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Saint-antoine-de-ficalba ‚ÄĒ Pays ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Saint-Antoine-de-Ficalba ‚ÄĒ is a village and commune of the Lot et Garonne department of south western France.ee also*Communes of the Lot et Garonne department ‚Ķ   Wikipedia

  • Saint-antoine ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Saint Antoine peut faire r√©f√©rence a de nombreux lieux, √©difices ou autres, nomm√©s d apr√®s l un des saint Antoine chr√©tiens : Sommaire 1 Toponymes… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Saint-Antoine ‚ÄĒ (v. Antonius) ist: der franz√∂sische Name der Gemeinde Sankt Antoni FR die Faubourg Saint Antoine in Paris um die ehemalige Abtei Saint Antoine des Champs eine Stadt im Distrikt Rivi√®re du Rempart, siehe Saint Antoine (Mauritius) Saint Antoine ist ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Saint-Antoine ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. Saint Antoine peut faire r√©f√©rence a de nombreux lieux, √©difices ou autres, nomm√©s d apr√®s l un des saint Antoine chr√©tiens : Sommaire 1 Toponymes… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Colayrac-Saint-Cirq ‚ÄĒ Colayrac Saint Cirq ‚Ķ   Wikipedia

  • Liste des monuments historiques du Lot-et-Garonne ‚ÄĒ Cet article recense les monuments historiques du Lot et Garonne, en France. Pour les monuments historiques de la commune d Agen, voir la liste des monuments historiques d Agen. Statistiques Au 31 d√©cembre 2009, le Lot et Garonne compte… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Armorial des communes de Lot-et-Garonne ‚ÄĒ Cette page donne les armoiries (figures et blasonnements) des communes de Lot et Garonne. Sur les autres projets Wikimedia : ¬ę Armorial des communes de Lot et Garonne ¬Ľ, sur Wikimedia Commons (ressources multim√©dia) ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Armorial Des Communes De Lot-et-Garonne ‚ÄĒ Cette page donne les armoiries (figures et blasonnements) des communes de Lot et Garonne. Image N ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.