Saint-Amand-Montrond


Saint-Amand-Montrond

46° 43′ 25″ N 2° 30′ 20″ E / 46.7236111111, 2.50555555556

Saint-Amand-Montrond
Le canal de Berry à Saint-Amand-Montrond
Le canal de Berry à Saint-Amand-Montrond
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Centre
Département Cher, (sous-préfecture)
Arrondissement Saint-Amand-Montrond, (chef-lieu)
Canton Saint-Amand-Montrond (chef-lieu)
Code commune 18197
Code postal 18200
Maire
Mandat en cours
Thierry Vinçon
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Cœur de France
Site web www.ville-saint-amand-montrond.fr
Démographie
Population 11 829 hab. (2008)
Densité 586 hab./km²
Gentilé Saint-Amandois ou Amandins
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 25″ Nord
       2° 30′ 20″ Est
/ 46.7236111111, 2.50555555556
Altitudes mini. 148 m — maxi. 312 m
Superficie 20,17 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Saint-Amand-Montrond est une commune française, située dans le département du Cher et la région Centre. Elle fait partie de la province historique du Bourbonnais. Ses habitants sont appelés les Saint-Amandois(es) ou les Amandin(e)s[1].

Sommaire

Toponymie

Saint-Amand-Montrond a été renommée Libreval durant la Révolution, lors de la Terreur, quand toute référence religieuse était prohibée.

Géographie

La ville a été construite dans une cuvette naturelle autour de la Marmande, en amont de son confluent avec le Cher. Cette dernière rivière la sépare de la commune voisine d'Orval, à laquelle elle est reliée par deux ponts routiers. Le site s'élève au nord, en direction de Bourges, vers la Champagne berrichonne, et au sud en direction de Montluçon, juste après le canal de Berry qui traverse la ville du sud-est au sud-ouest. L'eau affleurant sur la commune, site d'anciens marécages, de nombreux jardins disposent d'un trou d'eau, dont le niveau varie néanmoins fortement en fonction de la pluviométrie.

La ville est la capitale du Boischaut, zone de bocages et d'élevage. Elle est installée au contact de deux régions à vocations agricoles complémentaires : au sud, la région du Boischaut (bocage, bovins) ; au nord, le secteur de la Champagne berrichonne (culture de céréales). La commune se situe au fond de la cuesta.

La ville est à 290 km de Paris, 163 km d'Orléans, 78 km de Moulins, 75 km de Nevers, et 60 km de Bourges.

Lieux-dits et écarts

Les Grands-Villages ; La Tour ; Rouzaire ; Le Breuil ; Le Petit-Marçais.

Communes limitrophes

Histoire

Le peuplement de la région saint-amandoise semble remonter à l'époque préhistorique.

Jusqu’à La Révolution

Deux cités se partagent son territoire au Moyen Âge : Saint-Amand-le-Chastel et Saint-Amand-sous-Montrond, les deux villes sont dominées par la forteresse de Montrond qui soutint le Siège de l'armée royale lors de la fronde des princes en 1652. Pendant onze mois, l'ensemble souffrit de démolitions sur les enceintes fortifiées, le logis seigneurial magnifiquement restauré et meublé par le duc de Sully, puis par Louis Ier et le grand Condé, survécut dans l'indifférence de ses propriétaires jusqu'aux années 1775. Là, il servit de carrière de pierre au descendant du Grand Condé, puis à la population lors de la Révolution et dans la première moitié du XIXe siècle. Les lambeaux du château furent rasés vers 1830 et un parc y fut aménagé par la suite.
Les ruines ressortent de terre depuis 1971 grâce à l'action de l'association locale de sauvegarde du CHASA qui y propose des visites.

Deux autres petits châteaux existaient aussi :

  • Le petit château de Saint-Amand le Chastel " XIème" a été détruit à la fin du XVIIème. Il était le plus ancien et était un sous-fief de la seigneurie de Charenton du Cher.
  • Un sous-fief de Montrond, le château du Vernet datant du XIV / XVème, s'est illustré modestement lui aussi lors de la Fronde en 1652. Bien plus tard, il abrita des soldats américains qui résidèrent entre 1918 et 1919 à Saint-Amand, puis, par ce biais fut vendu à un antiquaire parisien à destination d'un milliardaire des Amériques. Certaines pierres y auraient été remontées dans une construction moderne, le dernier petit château aujourd'hui disparu a été rasé en deux temps entre 1920/21, une première phase de récupération des pierres de : cheminées, fenêtres, lucarnes et autre éléments architecturaux, puis destruction complète.

De cet ensemble il ne reste que la bonne Dame de la Pitié route de Meillant, petit oratoire du XV, élevé par un seigneur Le Borgne du Lac alors propriétaire des lieux à son retour de Croisade, et les bâtiments agricoles et des métayers attenant au château. Pratiquement à son emplacement existe aujourd'hui le vélodrome de la ville.

En parallèle, des moines s'installent sur un site et créent la Maison Dieu (aujourd'hui la Bibliothèque).
Une première abbaye aurait été fondée par Saint Téodulphe sur une ile de la rivière de la Marmande. La cité (Saint-Amand le Chastel) s'est développée autour du monastère, fondé au VIIe siècle, Saint Amand, disciple de Saint Colomban et évêque de Maastricht, a évangélisé la région et aurait vécu un temps ici.

La Révolution

Après bien des vicissitudes, la ville est intégrée au Cher lors de la création des départements. Elle est considérée actuellement comme appartenant au Berry. Les deux villes de Saint-Amand-le-Chastel et Saint-Amand-sous-Montrond, furent tantôt dans le Berry tantôt dans le Bourbonnais, tantôt l'une en Berry alors que l'autre en Bourbonnais, seule la Révolution mis un terme à cela et unifia les deux différentes villes qui au gré de leurs seigneurs et de ses propriétés (alliances, unions, achats, guerres) glissaient dans une province ou dans l'autre.

La Seconde Guerre mondiale et ses crimes

Pas d'évènements militaires intégrant des troupes étrangères, entre la guerre de 100 ans et juin 1940 qui voit l'arrivée des troupes allemandes. En zone libre, la ville est tranquille jusqu'au 6 juin 1944 quand elle se libère seule dans la fin de journée.

Les troupes de résistants locaux arrêtent dans le siège de la Milice locale, Simone Bout de l'An, épouse de Francis Bout de l'An, secrétaire général de la Milice Française. Son épouse est retenue comme otage, ainsi que des miliciens et quelques filles amies. Le 8 juin, les troupes de soldats parachutistes allemands entrent dans la ville tôt le matin, guidées par des miliciens locaux et commettent l'irréparable en incendiant le centre-ville, exécutant des civils au mur des fusillés, tirant sur la population et rassemblant 300 otages dont 120 partiront pour Vichy.

Par représailles à la fuite des résistants, les miliciens procéderont à l'arrestation de 80 personnes dont les juifs vivant à Saint-Amand depuis la débâcle, tous arrivant de Paris, du Nord, de Lorraine ou d'Alsace. 36 malheureux juifs seront atrocement massacrés dans les puits de Guerry quelques jours plus tard. Leurs dépouilles ne seront retrouvées que six mois plus tard et exhumées afin de leur rendre une sépulture décente et l'honneur, sur le témoignage du seul survivant à cette horreur, Charles Kramensein, qui tenta sa chance dans la fuite en sautant du camion qui l'emmenait au supplice.

Un monument a été érigé à l'initiative du maire Thierry Vinçon, avec l'aide de Monique Audry. Il a été inauguré le 5 mai 2010 en présence de Georges Kiejman, « enfant caché dans le pays Â», Didier Cerf, délégué régional du comité français pour Yad Vashem, et Shlomo Morgan, ministre-conseiller à l'information près l'ambassade d'Israël à Paris.

Héraldique

Article connexe : armorial des communes du Cher.
Blason de Saint-Amand-Montrond

Les armes de Saint-Amand-Montrond se blasonnent ainsi :

Écartelé d'or aux trois fasces de gueules, et de gueules plain[2].

Par ailleurs, Malte-Brun donne : de sinople, à l'épée en pal d'argent, la pointe en l'air, la poignée en or, accostée de fleurs de lis de même[3].

Administration

L'hôtel de ville
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Thierry Vinçon DVD  
2007 2008 Geneviève Bobin    
1983 2007 Serge Vinçon RPR puis UMP Sénateur du Cher
1971 1983 Maurice Papon UDR puis RPR Député du Cher (1968-1981), Ministre du Budget (1978-1981)
1935 1940 Robert Lazurick SFIO Député
1925 1935 Charles Bédu    
1912   Émile Dumas    
1868 1872 M. Gagneron    
1863 1868 M. Loyer    
1848 1863 M. Dubreuil    
1831 1848 Florimond Robertet    
1830 1831 M. Tiphenat    
1828 1830 Bernard Rey    
1816 1828 Charles De La Cour    
1808 1816 Josset-Vougon   nommé par l'Empereur
an VIII 1808 Josset-Vougon   nommé maire par le premier Consul
an V an VIII François Bujon Des Brosses    
an IV an V M. Fouquet    
an III an IV François Bujon Des Brosses   Président de l'administration municipale
1793 an III Jean-Gabriel Robin   membre du Conseil des Anciens
1792 1793 M. Fouquet De Pont Charraud    
1790 1792 François Bujon Des Brosses    
1790 1790 Pierre-Paul le Large De La Coudre   premier maire nommé par le suffrage du Peuple
1786 1790 M. Goumeteau   dernier maire nommé par le seigneur de Saint-Amand
1781 1786 Jean-Baptiste Bonnet De Sarzay   conseiller du Roi. Président au grenier à sel, ancien secrétaire d'ambassade en Russie
1775 1781 M. Josset De Vougon   Colonel de la milice-bourgeoisie
1773 1775 M. Josset Des Bruères    
1770 1773 M. Le Rasle    
1769 1770 M. Piaud De Villers    
1766 1769 M. Rollet    
1765 1766 M. Le Rasle    
1763 1765 Pierre Geoffrenet Des Beaux-Pleins   Avocat au Parlement
1762 1763 Louis-Antoine Fouquet Des Babillots   conseiller du Roi, son Procureur au grenier à sel
1640   Pierre Bernardat    
1621   Antoine Bonnet De Sarzay   Premier maire de la ville


Démographie

Évolution démographique
(Source : Cassini et INSEE[4])

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 076 5 106 5 063 5 948 6 936 7 382 7 082 7 836 8 232
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8 126 8 607 8 757 8 220 8 499 8 815 8 476 8 673 8 475
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8 326 8 602 8 584 8 351 8 858 9 192 9 234 10 990 10 765
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008  
10 890 11 495 12 278 12 451 11 937 11 447 11 642 11 376  

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Économie

  • Imprimeries : Bussière (groupe CPI) et Clerc[5] ;
  • Orfèvrerie, bijouterie.

Éducation

  • Écoles maternelles et élémentaires : Buissonnets ; La Chaume ; Mallard ; Vernet ;
  • Écoles élémentaires : Marceau ;
  • Collèges : Jean Moulin ; Jean Valette ;
  • Lycées professionnels Jean Moulin ; Jean Guéhenno ;
  • Lycée d'enseignement général Jean Moulin[6].
  • Institut Médico éducatif (PEP 18 )

Sport

  • La ville a été ville d'arrivée du Tour de France 2008, lors de la 20e étape entre Cérilly et Saint-Amand-Montrond. Il s'agissait d'un contre-la-montre individuel de 53 km. L'étape a été remportée par l'Allemand Stefan Schumacher (Gerolsteiner).
  • Football : Association sportive Saint-Amandoise. site intenet: WWW.ASSAFOOT.FR
  • Rugby : Rugby Club Saint Amand Orval (RCSAO) / Niveau : Promotion d'Honneur / Couleurs : Rouge et Bleu / Stade : stade Jean Marie Durant / ; / Siège Social : Maison du Rugby, rue Hugues Lapeyre 18200 Saint Amand Montrond.
  • Gymnastique: Etoile Saint Amandoise, avec en 2011, une équipe teamgym championne de France.

Monuments et lieux touristiques

Mirage III sur un rond-point de Saint-Amand-Montrond
L'église Saint-Amand, consacrée à Saint Amand évêque de Maastricht
Les halles
  • Le château de La Férolle, milieu XIXe ;
  • Les ruines du château de Montrond, ancienne plus grande forteresse de France (XVIIe siècle), successivement propriété des d'Albret, Culan, Sully, princes de Condé[7] ;
  • Le canal de Berry ;
  • La Cité de l'Or ;
  • La Salle des Carmes, dans l'église de l'ancien couvent des pères Carmes (XVe), actuelle mairie ;
  • Le Mirage III B2, no 243, offert en 1993, Serge Vinçon étant maire de la ville ; il fut installé sur un rond-point de la commune en 2000 ;
  • L'église paroissiale dédiée à saint Amand, édifice roman du XIIe siècle abritant des vitraux de Max Ingrand ;
  • L'église de l'ancien couvent des Capucins datant des années 1630/1660 consacrée à saint Roch, attenante à l'hôpital actuel.
  • Le Musée Saint-Vic et son jardin public, collections locales, de - 100 000 à nos jours. Arbre au sabot, descente de la Croix, Charles d'Amboise... ;
  • Le Marché couvert ou halle (milieu XIXe) ;
  • Le centre ville ancien. Nombreux hôtels particuliers XVII-XVIIIe ;
  • L'esplanade des Justes, inaugurée le mercredi 5 mai 2010 ;
  • La Tour Malakoff, érigée par le général-marquis de Rochechouart-Mortemart en l'honneur des troupes victorieuses de Napoléon III durant la campagne de Crimée. Elle porte la mention "GLOIRE IMMORTELLE A L'ARMÉE D'ORIENT - 8 septembre 1855".

Culture

  • Cinéma Le Moderne : 2 salles ;
  • Le musée Saint-Vic : musée d'histoire régionale et d'art ;
  • École municipale d'art ;
  • École municipale de musique Jean Ferragut ;
  • Bibliothèque municipale Isabel Godin ;
  • Journées du livre, chaque année, en mai, depuis 1986.
  • Théâtre de la Carrosserie Mesnier

Personnages célèbres

  • Jean Godin des Odonais (1713-1792), né à Saint-Amand-Montrond, explorateur.
  • Désiré-Raoul Rochette, dit Raoul-Rochette (1789-1854), né à Saint-Amand-Montrond, archéologue, membre de l'Institut ;
  • Jean Girault (1825-1909), né à Saint-Amand-Montrond, homme politique, député puis sénateur ;
  • Jean-Baptiste Lemire (1867-1945), compositeur et chef d'orchestre français ;
  • Amédée Ponceau (1884-1948), né à Saint-Amand-Montrond, philosophe ;
  • Louis Lecoin (1888-1971), né à Saint-Amand-Montrond, militant pacifiste et libertaire  ;
  • Robert Lazurick (1896-1968), avocat, député-maire SFIO de Saint-Amand-Montrond, embarqué sur le Massilia en 1940, révoqué en 1942, puis créateur et directeur du journal L'Aurore ;
  • Henri Mazerat (1903-1986), évêque de Fréjus puis d'Angers, né à Saint-Amand-Montrond ;
  • Paul Mousset, écrivain et journaliste, né en 1907 à Saint-Amand-Montrond ;
  • Maurice Papon (1910-2007), ancien maire de Saint-Amand-Montrond (1971-1983), condamné en 1998 pour complicité de crime contre l'humanité ;
  • Serge Vinçon (1949-2007), professeur de collège, maire de Saint-Amand-Montrond (1983-2007), président du Conseil général du Cher (1998-2001), sénateur (1989-2007), vice-président du sénat (2001-2004), président de la commission de la défense et des affaires étrangères du sénat (2004-2007).
La maison de Louis Lecoin
  • Yorenzo (2010 - 2011), né à Saint-Amand-Montrond, personnage public du web.

Jumelages

L'histoire du jumelage avec Riobamba est liée à l'expédition de Jean Godin des Odonais en Équateur pour mesurer la taille de la Terre. Il y épouse Isabel de Casamayor. En 1748, il apprend la mort de son père et décide de rentrer à Saint-Amand. Sa femme et ses enfants, accompagnés d'un équipage et d'un médecin, tentent de le rejoindre, mais tous périssent terrassés par la faim et la fatigue pendant le voyage, sauf Isabel qui parvient à retrouver son mari 21 ans plus tard. Jean et Isabel s'installent alors à Saint-Amand où ils vécurent jusqu'à leur mort en 1792.

Cadre de vie

Notes et références

  1. ↑ Gentilé sur le site habitants.fr. Consulté le 22/07/2008.
  2. ↑ Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : février 2009.
  3. ↑ Victor Adolphe Malte-Brun. La France illustrée (1882)
  4. ↑ Recensements 1793 à 1999 : Cassini ; recensement 2006 : INSEE
  5. ↑ L’imprimerie : le fleuron de l’activité économique locale
  6. ↑ Liste des établissements d'enseignement du Cher sur le site de l'Inspection académique du Cher
  7. ↑ Site de la forteresse de Montrond
  8. ↑ Villes et Villages Fleuris dans le Cher. Consultation : janvier 2009.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Pour une histoire des élections municipales:

  • Jean Guerin, Un demi-siècle d'élections municipales à Saint-Amand-Montrond 1945 - 1995.

Article connexe

Liens externes

Plans et vues satellites


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saint-Amand-Montrond de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Saint-amand-montrond — Le canal de Berry à Saint Amand Montrond Détail …   Wikipédia en Français

  • Saint Amand Montrond — Le canal de Berry à Saint Amand Montrond Détail …   Wikipédia en Français

  • Saint-Amand-Montrond — Saint Amand Montrond …   Deutsch Wikipedia

  • Saint-Amand-Montrond — Saltar a navegación, búsqueda Saint Amand Montrond …   Wikipedia Español

  • Saint-Amand-Montrond —   [sɛ̃tamãmɔ̃ rɔ̃], Stadt im Département Cher, Frankreich, im Berry, 11 900 Einwohner; Museum; Bekleidungs , Druckindustrie, Herstellung von landwirtschaftlichen Geräten.   Stadtbild:   Romanische Kirche Saint Amand mit Kapellenanbauten des 15.… …   Universal-Lexikon

  • Saint-Amand-Montrond — French commune nomcommune=Saint Amand Montrond région=Centre département=Cher arrondissement=Saint Amand Montrond canton=Saint Amand Montrond insee=18197 cp=18200 maire=Serge Vinçon mandat=2001 2008 intercomm= longitude=2.51 latitude=46.70 alt… …   Wikipedia

  • Saint-Amand-Montrond — Original name in latin Saint Amand Montrond Name in other language Libreval, Mons Rotundus, Saint Amand, Saint Amano, Sant Amand Montrond, Sent Aman Montron, san=taman=monron, sheng a mang meng te long, Сент Аман Монтрон State code FR… …   Cities with a population over 1000 database

  • Saint-Amand-Montrond — ▪ France also spelled  Saint Amand Mont Rond        town, Cher département, Centre région, central France. The town, which is situated some 25 miles (40 km) southeast of Bourges, grew up around a monastery founded by St. Amand, a follower of St.… …   Universalium

  • Saint-Amand-Montrond (Arrondissement) — Arrondissement Saint Amand Montrond Staat Frankreich Region Centre Département Cher Unterpräfektur Saint Amand Montrond Einwohner – insgesamt …   Deutsch Wikipedia

  • Gare de Saint-Amand-Montrond — Saint Amand Montrond Orval Localisation Pays France Ville Orval Adresse Avenue de la gare 18200 Orval Coordonnées géographiques …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.