STUC

ï»ż
STUC

Société de transport urbain du Congo

La Société de transport urbain du Congo (en abrégé STUC) est une société d'économie mixte crée en 2004 pour assurer les transports urbains dans les grandes villes de la République démocratique du Congo, en particulier Kinshasa. Depuis les années 1990, ces transports urbains n'étaient plus assurés que par des transporteurs privés.

Le 5 juin 2006, la sociĂ©tĂ© reçoit un lot de 228 nouveaux autobus de la marque Tata Motors, grĂące Ă  un crĂ©dit de 33 500 000 dollars US de l’Inde, payable dans un dĂ©lai de 25 ans.

Sommaire

STUC sarl

La STUC sarl communĂ©ment appelĂ© « MAKOLO YA BANA CONGO Â» fonctionne et son impact dans la Ville de Kinshasa est visible. MalgrĂ© les difficultĂ©s diverses, la STUC sarl est une REALITE: des emplois ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©s, elle participe au Produit National Brut, elle paie les impĂŽts et taxes diverses, des PME et sociĂ©tĂ©s ont trouvĂ© en elle un partenaire de plus, elle est un soulagement rĂ©el pour bon nombre de Kinois qui ont trouvĂ© un moyen sĂ»r pour leur mobilitĂ©, elle soulage bon nombre d’élĂšves et parents Ă  travers son rĂ©seau scolaire. La STUC sarl qui devait rĂ©pondre impĂ©rativement Ă  la demande pressante des AutoritĂ©s et Ă  la satisfaction lĂ©gitime des populations Kinoises, a restaurĂ© un systĂšme de transport en commun inexistant au Congo en une ACTIVITE ORGANISEE. Elle veut maintenant consolider ses structures et pĂ©renniser son exploitation en assurant un transport de qualitĂ© Ă  tous les congolais et Ă©tendre ses activitĂ©s A L’INTERIEUR ET EN DEHORS DU PAYS.

Histoire

Mandat Spécial

Pour la relance du transport en commun en RDC, le gouvernement Congolais avait dĂ©signĂ© Mr. Charles Lututa Ilongosi en la date du 9 aoĂ»t 2004 comme mandataire SpĂ©cial de l’État avec pour mission principale de chercher divers partenaires Ă©trangers et internationaux, intĂ©ressĂ©s afin de mettre en place une nouvelle sociĂ©tĂ© de transport en commun, dĂ©nommĂ© STUC sarl. Ce mandat n’impliquait aucune charge financiĂšre Ă  l’égard de l’État Congolais. Plusieurs contacts ont Ă©tĂ© pris avec les investisseurs belge, français et italiens. GrĂące Ă  un contact pris avec le Conseil ExĂ©cutif des Transports Urbains de Dakar (CETUD), le Mandataire SpĂ©cial a pu rĂ©vĂ©lĂ© au Gouvernement Congolais, par sa note d’information du 23 fĂ©vrier 2005, la possibilitĂ© d’acquĂ©rir des bus neufs Ă  travers un crĂ©dit d’État Ă  État que consentirait le Gouvernement indien Ă  celui de la RĂ©publique DĂ©mocratique du Congo.

Commission de suivi

L’arrĂȘtĂ© ministĂ©riel du 13 aoĂ»t 2005 portant crĂ©ation de la Commission de suivi des opĂ©rations de la STUC sarl en formation prĂ©cisait qu’il s’agissait d’un organe transitoire chargĂ© de gĂ©rer, superviser les activitĂ©s et exploiter les autobus en attendant la constitution dĂ©finitive de la STUC sarl. Charles Lututa Ilongosi est dĂ©signĂ© « ChargĂ© de mission du projet STUC Â» et assurĂ© ainsi la prĂ©sidence de la dite commission.

Quelques dates essentielles à la création de la STUC sarl

  • Janvier 2005 : Voyage du ministre des Affaires EtrangĂšres Raymond Ramazani Baya pour discuter avec les AutoritĂ©s indiennes sur la question du crĂ©dit d’État Ă  État.
  • Mars 2005 : Descente en Inde d’une forte dĂ©lĂ©gation dont Charles Lututa fait partie, conduite par le vice-prĂ©sident de l’Ecofin Jean-Pierre Bemba pour participer Ă  un forum entre l’Inde et l’Afrique. Le « Projet STUC Â» est inscrit en ordre utile des prioritĂ©s sociales.
  • Avril 2005 : Signature du mĂ©morandum d’Entente suivi par la signature (en mai 2005) de l’ « Accord cadre de fourniture des bus, piĂšces de rechange et assistance technique Â» entre le gouvernement de la RDC et la sociĂ©tĂ© indienne Tata Motors Limited.

L’État Congolais s’engage Ă  accorder un tarif d’équilibre Ă  la STUC sarl, Ă  ne pas imposer un tarif infĂ©rieur au prix de revient d’équilibre de la sociĂ©tĂ© et surtout Ă  ne pas accorder la gratuitĂ© du transport Ă  quelque catĂ©gorie que ce soit.

  • AoĂ»t 2005 : CrĂ©ation d’une « Commission de suivi des opĂ©rations de la STUC sarl en formation Â» composĂ©e de 7 membres dĂ©signĂ©s par arrĂȘtĂ© ministĂ©riel.
  • Juillet 2005 : livraison de 10 bus de marque Tata Ă  l’occasion du 45e anniversaire de l’indĂ©pendance.
  • DĂ©cembre 2005 : DĂ©cret prĂ©sidentiel n°05/187 approuvant l’accord de crĂ©dit conclu entre la RDC et Export-Import Bank of India.
  • FĂ©vrier 2006 : signature du Contrat cadre de fourniture entre la Commission de suivi STUC et Tata Motors ; mise en exploitation de 10 premiers bus STUC le 20 fĂ©vrier 2006.
  • Juin 2006 : Constitution de la STUC sarl tel que le renseigne le procĂšs de l’AssemblĂ©e GĂ©nĂ©rale constitutive et les statuts notariĂ©s de la sociĂ©tĂ©.
  • Mai 2007 : Organisation de la 1re AssemblĂ©e GĂ©nĂ©rale Ordinaire Annuelle des actionnaires de la STUC sarl parmi lesquelles l’État Congolais. Cet organe accorde le quitus de gestion au Conseil d’Administration.

Organisation

Organes Statutaires

L’AssemblĂ©e constitutive de la STUC sarl tenue le 23 juin 2006 a adoptĂ© les statuts qui organisent la sociĂ©tĂ© de la maniĂšre suivante :

  • L’AssemblĂ©e GĂ©nĂ©rale des actionnaires
  • Le Conseil d’Administration
  • Les Commissaires aux comptes

Organisation administrative

  • Le PrĂ©sident Administrateur DĂ©lĂ©guĂ© : Monsieur Charles LUTUTA ILONGOSI
  • L’Administrateur Directeur chargĂ© des OpĂ©rations : Monsieur Louis GAHERERI RUKABU
  • L’Administrateur Directeur chargĂ© des Questions Administratives et FinanciĂšres : Monsieur Fabien MBONDO
  • Le Directeur Conseiller : Monsieur Germain WENGA KABUNGULU
  • Le Chef du DĂ©partement de l’Exploitation : Monsieur ETOTEYA MOWA
  • Le Chef du DĂ©partement Technique : Monsieur PAI (Assistance technique de la sociĂ©tĂ© indienne Tata Motors Limited)
  • Le Chef du DĂ©partement Administratif et Juridique : Monsieur MANDA LUPULA BIBI
  • Le Chef du DĂ©partement des Finances : Monsieur ONGALA SAÏDI
  • Le Chef du DĂ©partement des Ressources Humaines : Monsieur LONGONDO IKOMA

Exploitation

Quelques dates

  • 20 fĂ©vrier 2006 : DĂ©but de l’exploitation avec 10 bus
  • 23 juin 2006 : Mise en exploitation de 40 bus supplĂ©mentaires
  • 15 aoĂ»t 2006 : Le parc exploitĂ© passe Ă  75 bus et 5 minibus
  • 2 septembre 2006 : Mise en exploitation de 11 nouveaux bus
  • 12 octobre 2006 : Exploitation de 103 bus et 27 minibus

16 dĂ©cembre 2006 : AmĂ©nagement du rĂ©seau et rĂ©vision du tarif qui passe de 150 Ă  200 Francs Congolais. Le parc exploitĂ© passe de 103 Ă  113 bus et 22 minibus.

Liste de lignes exploitées

  • 2 avril 2007 : Lancement en collaboration avec le ministre de transport et voies de communication de l’OpĂ©ration SpĂ©ciale Boulevard.

Parc automobile

La STUC sarl dispose Ă  ce jour d’un parc de 234 bus dont : 180 bus standards TATA LPO 1316 C ; 48 minibus TATA LP 613 et 6 minibus TATA LP 709 E.

Les 180 bus LPO 1316 C et 48 minibus TATA LP 613 procÚdent du crédit indien soit 228 bus. Les 6 minibus TATA LP 709 ont été acquis sur fonds propres de la STUC sarl.

Lignes exploitées

LIGNES ITINERAIRES LONGUEUR TARIFS en FC 01 Kingas - Gambela 17 200 02A Kingas - Marché 20 200 02B Kingas - Gare 18,5 200 03 Matete- Royal 15,6 200 04A Matete- UPN 19,5 150, 200, 250 04B RP Ngaba- UPN 14 150, 200 05A Pétro C- Marché 14 200 05B Pétro C- Gare 15 200 06A Mokali- Marché 21 200 06B Mokali- Gare 20 200 07 Mokali- Gambela 19 200 08 Matete- Marché 13 200 09 Lemba- Marché 14,2 200 10B Kinkole- Bitabe 21 250 11 Livulu- HÎpital G 17 100, 200 12 Barré- HÎpital G 13 200 13 P Matete- Marché 12 150 14 Mikondo- Gare 21 200 15 Livulu -Kingasani / 200 M01 Matete- Campus 9 150 M02 UZAM- Marché 9 150 M03 Bandal- Gare 7 250 M04 Mikondo- Gare 21 350 M05 UZAM- Gambela 9 150 M06 Cim Kintambo- H G 13 200

ProblĂšmes

  • l’absence d’une personnalitĂ© juridique par l’obtention de l’ordonnance prĂ©sidentielle ne permettant pas de bĂ©nĂ©ficier des avantages du fonds des investissements portant sur les exonĂ©rations fiscales et douaniĂšres, d’exister en justice, d’ouvrir son capital aux privĂ©s, de recourir aux financements bancaires locaux pour financer son fonds de roulement et son plan d’expansion Ă  l’intĂ©rieur du pays ;
  • l’évolution dans un environnement institutionnel caractĂ©risĂ© par l’absence d’un plan directeur des transports qui fixe la politique et les options fondamentales dans le secteur des transports ;
  • l’absence d’une autoritĂ© de rĂ©gulation des transports urbains comme c’est le cas de la CETUD au SĂ©nĂ©gal, de l’AGETU en CĂŽte d’Ivoire, LAMATA au NigĂ©ria ;
  • l’absence d’une rĂ©glementation routiĂšre adaptĂ©e aux rĂ©alitĂ©s de circulation dans la Ville de Kinshasa ;
  • l’absence d’un fonds routier pour la rĂ©habilitation et l’entretien de la voirie;
  • le transport gratuit des militaires et policiers sans contrepartie financiĂšre de l’État qui constitue la gangrĂšne Ă  la base de la disparition des anciennes des anciennes sociĂ©tĂ©s de transport en commun en RDC (OTCZ, STK, SOTRAZ, TRANZAM, GESAC) ;
  • le manque d’allĂšgement fiscal sur les achats des produits pĂ©troliers (40 Ă  50%) qui auraient dĂ» compenser la faiblesse du tarif par passager transportĂ© qui est en dessous de son prix de revient d’équilibre ;
  • la saturation du rĂ©seau suite Ă  la dĂ©gradation avancĂ©e de la voirie urbaine ;
  • la non application de la rĂ©glementation routiĂšre pour Ă©liminer les embouteillages occasionnant des pertes de voyages d’oĂč un manque Ă  gagner considĂ©rable pour la STUC sarl ;
  • l’absence des moyens financiers pour l’amĂ©nagement urbain par la crĂ©ation des gares de fonction, des couloirs spĂ©ciaux des bus, des abribus, etc.

Perspectives d’avenir

  • Garantir d’abord le transport dans le confort et la sĂ©curitĂ© sur toutes les lignes que compte le rĂ©seau ;
  • Atteindre les quartiers enclavĂ©s et peuplĂ©s aprĂšs rĂ©habilitation de la voirie ;
  • Mettre Ă  la disposition des populations la totalitĂ© des bus que comporte notre parc aprĂšs que les solutions sur la fluiditĂ© du trafic soient trouvĂ©e rapidement par l’autoritĂ© compĂ©tente ;
  • Organiser des rĂ©seaux spĂ©cifiques (rĂ©seau scolaire, universitaire, transport du personnel des entreprises
) ;
  • Organiser le transport inter urbain : Kinshasa-Kimpese-Matadi-Boma ; Kisangani – Banalia – Buta.
  • CrĂ©ation des lignes particuliĂšres (aĂ©roport vers les grands hĂŽtels) et les transports des hĂŽtes de marque et des VIP
  • AccroĂźtre le parc automobile Ă  2.000 bus dans la ville de Kinshasa conformĂ©ment Ă  la demande de transport en commun de 2.000.000 de passagers payant par jour ;
  • Organiser le transport urbain dans toutes les grandes villes de la RDC (Lubumbashi, Kisangani, Matadi, Likasi, Mbuji-Mayi)
  • Relier les diffĂ©rentes provinces de la RDC ;
  • Etendre les activitĂ©s en dehors du pays par la crĂ©ation des lignes Kasumbalesa – Lusaka jusqu’à Johannesburg, Kisangani – Beni – Kampala – Mombasa.

La STUC désormais à Kinsuka Pompage et à Matadi Kibala

La SociĂ©tĂ© des Transports Urbains du Congo a lancĂ© ce lundi 25 juin 2007 l’exploitation de 5 nouvelles lignes. Cependant la particularitĂ© de cette mesure est la prĂ©sence effective des bus de la STUC dans des quartiers non encore exploitĂ©s par celle-ci Ă  savoir Kinsuka Pompage et Matadi Kibala.

L’objectif premier qui a militĂ© Ă  la crĂ©ation de la STUC sarl Ă©tait de travailler Ă  la relance du transport urbain au Congo. L’Est de la capitale Ă©tait pour l’instant beaucoup plus privilĂ©giĂ© que l’Ouest oĂč la voirie est en piteux Ă©tat. La saison sĂšche aidant ainsi que le dĂ©but timide de rĂ©habilitation de certains axes routiers de la ville de Kinshasa ont motivĂ© les responsables de la STUC sarl Ă  procĂ©der depuis ce lundi 25 juin 07 au lancement de 5 nouvelles lignes. Les autobus de cette sociĂ©tĂ© de transport exploiteront dĂ©sormais la ligne 12 qui ira de MĂ©tĂ©o Ă  l’HĂŽpital GĂ©nĂ©ral de Kinshasa tandis que les lignes 18 et 19 commenceront de Kinsuka Pompage pour aller respectivement au MarchĂ© central ou Ă  Gambela. Deux nouvelles lignes avec des minibus ont aussi vu le jour : Matadi Kibala – Rond Point Ngaba (ligne M 12) et Matadi Kibala – UPN (ligne M 13).

La Direction GĂ©nĂ©rale de la STUC sarl fait savoir qu’elle examine et Ă©tudie actuellement des possibilitĂ©s d’ouverture d’autres nouvelles lignes afin d’atteindre les quartiers les plus peuplĂ©s et les plus Ă©loignĂ©s du centre-ville. Le rĂ©seau urbain de la STUC sarl compte actuellement 34 lignes dont 25 exploitĂ©es avec des autobus et 9 avec des minibus.

Bureaux

La direction générale de la STUC est située au n° 14 de la 14e rue, Quartier Industriel, dans la commune de Limete à Kinshasa.

Contact STUC: stucsarl@yahoo.fr

Voir aussi

Références

  • Portail de la RĂ©publique dĂ©mocratique du Congo Portail de la RĂ©publique dĂ©mocratique du Congo
  • Portail des entreprises Portail des entreprises
Ce document provient de « Soci%C3%A9t%C3%A9 de transport urbain du Congo ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article STUC de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • stuc — stuc 
   Dictionnaire des rimes

  • stuc — stuc·co; 
   English syllables

  • STUC — Au strict point de vue de la composition, le stuc n’est qu’un type particulier de mortier, obtenu par le mĂ©lange d’un tiers de poussiĂšre de marbre (qui remplace le sable des mortiers ordinaires) et de deux tiers de chaux «blanche» (obtenue… 
   EncyclopĂ©die Universelle

  • stuc — s.n. 1. Material de construcĆŁie format din mortar Ɵi ipsos amestecat cu gelatină, clei Ɵi (uneori) cu coloranĆŁi minerali, care prin uscare Ɵi lustruire capătă aspectul marmurei. 2. Material, sub formă de pastă, folosit pentru decoraĆŁii… 
   Dicționar RomĂąn

  • Ɵtuc — s.n. v. stuc. Trimis de LauraGellner, 13.09.2007. Sursa: DEX 98 ï»ż ƞTUC s. v. bucată, crĂąmpei, fracĆŁiune, fragment, frĂąntură, parte, porĆŁiune, secĆŁiune, tranƟă. Trimis de siveco, 13.09.2007. Sursa: Sinonime ï»ż Ɵtuc, ƟtĂșcuri, s.n. 1. (reg.) bucată,… 
   Dicționar RomĂąn

  • stuc — STUC. s. m. Mortier fait de marbre blanc pulverisĂ© & meslĂ© avec de la chaux, dont on fait des enduits de muraille, des ornements d architecture & des figures. Corniche de stuc. figures de stuc. ouvrages de stuc. On appelle aussi, Ouvrages de stuc 
   Dictionnaire de l'AcadĂ©mie française

  • stucÂŽco|er — stuc|co «STUHK oh», noun, plural coes or cos, verb, coed, co|ing. –n. 1. plaster used for covering walls, which sets with a hard, stonelike coat. One kind, made of portland cement, sand, and lime, is used for covering the outer walls of buildings 
   Useful english dictionary

  • stuc|co — «STUHK oh», noun, plural coes or cos, verb, coed, co|ing. –n. 1. plaster used for covering walls, which sets with a hard, stonelike coat. One kind, made of portland cement, sand, and lime, is used for covering the outer walls of buildings.… 
   Useful english dictionary

  • ĆĄtuc — ĆĄtȕc m <N mn ĆĄtĂčcevi> DEFINICIJA reg. 1. vojn. zast. puĆĄka skraćene cijevi raznih ručnih kovačkih i tvorničkih izrada, općenito »kratka puĆĄka« i u zn. kubura 2. ĆŸarg. jak razrijeđen gemiĆĄt ili ĆĄpricer; »folgeĆĄprict«, »dva u osam«… 
   Hrvatski jezični portal

  • Stuc — Pour les articles homonymes, voir Stuc (homonymie). DĂ©corations en stuc Ă  Pilsrundāle (Lettonie) 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.