RĂ©giment d'Infanterie Territoriale

ï»ż
RĂ©giment d'Infanterie Territoriale

RĂ©giment d'infanterie territoriale

Pendant la Grande Guerre, le rĂ©giment d’infanterie territoriale, ou RIT, Ă©tait une formation militaire composĂ©e des hommes ĂągĂ©s de 34 Ă  49 ans, considĂ©rĂ©s comme trop ĂągĂ©s et plus assez entraĂźnĂ©s pour intĂ©grer un rĂ©giment de premiĂšre ligne d’active ou de rĂ©serve.

Les Territoriaux ou PépÚres, initialement chargés de différents services de gardes, ont joué un grand rÎle pendant la PremiÚre Guerre mondiale.

Sommaire

Préambule

En 1914, 8 millions d’hommes entre 18 et 45 ans sont mobilisĂ©s soit 20 % de la population [1].

Selon son Ăąge, chaque homme doit s’acquitter de ses obligations militaires, passe par trois armĂ©es rĂ©glementaires diffĂ©rentes :

  • l’armĂ©e d’active :
Sont mobilisĂ©s dĂšs le dĂ©but du conflit les rĂ©giments d’active : numĂ©rotĂ©s de 1 Ă  176.
Elle est composĂ©e des hommes ĂągĂ©s de 21 Ă  23 ans c’est Ă  dire nĂ©s en 1891, 1892, 1893 et au delĂ . La durĂ©e du service est de 3 ans.
  • l’armĂ©e de rĂ©serve :
Sont mobilisĂ©s dĂšs le dĂ©but du conflit les rĂ©giments de rĂ©serve : numĂ©rotĂ©s de 201 Ă  421.
Elle est composĂ©e des hommes ĂągĂ©s de 24 Ă  33 ans c’est Ă  dire nĂ©s entre 1881 et 1890. La durĂ©e est de 11 ans.
  • l’armĂ©e territoriale :
Sont mobilisés tout au long du conflit les régiments de la territoriale et de la réserve territoriale.
Elle est composĂ©e des hommes ĂągĂ©s de 34 Ă  39 ans c’est Ă  dire nĂ©s entre 1875 et 1880. La durĂ©e est de 7 ans.
  • rĂ©serve de l’armĂ©e territoriale :

Elle est composĂ©e des hommes ĂągĂ©s de 40 Ă  45 ans c’est Ă  dire nĂ©s entre 1868 et 1874. La durĂ©e est de 7 ans.

Rapidement la rĂ©serve de l’armĂ©e territoriale incorpore les hommes ĂągĂ©s de 46 Ă  49 ans c’est-Ă -dire nĂ©s entre 1868 et 1865.

Historique

Le 1er aoĂ»t 1914 vers 16 heures, la France dĂ©crĂšte la mobilisation gĂ©nĂ©rale. Dans chaque subdivision de rĂ©gion, un rĂ©giment territorial d’infanterie est constituĂ©, avec un nombre variable de bataillons et deux sections de mitrailleuses.
L’armĂ©e territoriale et sa rĂ©serve se composent d’hommes ayant accompli le temps de service dans l’active et la rĂ©serve, ĂągĂ© d’au moins 37 ans, plus encore aprĂšs le prolongement de la pĂ©riode par la loi de 1913, et ne doivent pas ĂȘtre engagĂ©s en premiĂšre ligne.
Par ailleurs les rĂ©formĂ©s et exemptĂ©s des classes 1887 Ă  1914 ont l’obligation de se faire recenser en mairie dĂšs septembre et octobre 1914 afin de passer Ă  nouveau devant le conseil de rĂ©vision.
Au total 145 rĂ©giments territoriaux d’infanterie sont mis sur pied en France au dĂ©but des hostilitĂ©s.
Vu leur ùge, ils étaient appelés familiÚrement les PépÚres.

La territoriale n’est pas exclusivement composĂ© d’infanterie. Il existe d’autres formations moins bien connues comme :

  • les escadrons territoriaux non montĂ©s pour la cavalerie,
  • les batteries territoriales d’artillerie Ă  pied,
  • les escadrons territoriaux du train des Ă©quipages.

Fonctions des territoriaux

Les rĂ©giments d’infanterie territoriale ne devaient pas coopĂ©rer aux opĂ©rations en rase campagne ; le plan de mobilisation ne le prĂ©voyait pas, ces rĂ©giments n’étaient pas outillĂ©s pour prĂȘter leur appui aux rĂ©giments actifs.

Toutefois les RIT des rĂ©gions du Nord et de l’Est se trouvĂšrent engagĂ©s d’emblĂ©e dans la bataille pour dĂ©fendre leurs villes et villages. De plus, dĂšs la fin aoĂ»t 1914, les plus jeunes classes des territoriaux furent intĂ©grĂ©s dans des rĂ©giments d'infanterie d’active et de rĂ©serve pour compenser les pertes.

Les rĂ©giments territoriaux sont initialement prĂ©vus pour assurer un service de garde et de police dans les gares, les villes, les frontiĂšres, sur les voies de communication, Ă  l’occupation et Ă  la dĂ©fense des forts, des places fortes, des ponts et autres lieux sensibles. Ils se trouvĂšrent par suite des circonstances, engagĂ©s dans la bataille ou avec une participation indirecte dans les combats.

Les territoriaux effectuent de la mĂȘme maniĂšre divers travaux de terrassement, de fortification, de dĂ©fense, entretien des routes et voies ferrĂ©es, creusement et rĂ©fection de tranchĂ©es et boyaux.

Ils forment, avec les gendarmes, chasseurs forestiers, etc., des dĂ©tachements chargĂ© de suivre l’armĂ©e en marche pour explorer et nettoyer le champ de bataille. Il rĂ©cupĂšrent ainsi un important matĂ©riel composĂ© d’effets en tout genre, notamment des armes, arrĂȘtent et escortent des soldats allemands isolĂ©s ou blessĂ©s, ramassent, identifient et ensevelissent des cadavres, construisent et gardent des camps de prisonniers, ils saisissent Ă©galement du bĂ©tail Ă©garĂ©.

Ils sont également chargés de missions de ravitaillement et autres missions de soutien aux troupes de premiÚre ligne, sous les bombardements et les gaz. Un nombre important de territoriaux perdent la vie dans ces actions méconnues et difficiles mais indispensables.

Au fil des mois, alors mĂȘme que la distinction dans l’emploi entre les rĂ©giments d’active et les rĂ©giments de rĂ©serve s’estompe, la spĂ©cificitĂ© de la territoriale cĂšde la place Ă  une utilisation commune Ă  toutes les formations. De fait, les rĂ©giments territoriaux sont engagĂ©s en premiĂšre ligne.

Tout d’abord, les territoriaux ont pour mission la garde dans les tranchĂ©es de premiĂšre ligne dans des secteurs dits « calmes Â», le mitraillages des lignes allemandes par tirs indirects, l’occupation des tranchĂ©es de dĂ©part, en soutien des divisions d’attaque. Puis ils sont engagĂ©s en premiĂšre ligne oĂč ils s’illustrent, en particulier, lors des grandes offensives allemandes de 1918.

Le 1er aoĂ»t 1918, tous les rĂ©giments territoriaux existants sont officiellement dissous et les hommes dispersĂ©s parmi les rĂ©giments d’active et de rĂ©serve.

Autres appellations

  • rĂ©giment d’infanterie territoriale (RIT)
  • rĂ©giment territoriale d’infanterie (RTI)
  • rĂ©giment territorial (RT)
  • infanterie territoriale (IT)
  • la territoriale
  • les territoriaux
  • les PĂ©pĂšres

Les autres armes

Les territoriaux servent, en dehors de l'infanterie territoriale dans :

la cavalerie

et forment les
Escadrons territorial de cavalerie légÚre
Escadrons territorial de dragons

l'artillerie

et forment les
Groupes territorial d’artillerie à pied
Groupes territorial d’artillerie de campagne
Groupes territorial d’artillerie de montagne

le génie

et forment les
bataillons territorial du génie

le train

et forment les
escadrons territorial du train des Ă©quipages militaires

les sections territoriales de commis et ouvriers militaires d’administration
les sections territoriales d’infirmiers militaires

Liens internes

Liste des régiments d'infanterie territoriale

Sources et références

  • 14-18 N°29
  1. ↑ L’Histoire N°207



  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la PremiĂšre Guerre mondiale Portail de la PremiĂšre Guerre mondiale
Ce document provient de « R%C3%A9giment d%27infanterie territoriale ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Régiment d'Infanterie Territoriale de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • RĂ©giment d’Infanterie Territoriale — RĂ©giment d infanterie territoriale Pendant la Grande Guerre, le rĂ©giment d’infanterie territoriale, ou RIT, Ă©tait une formation militaire composĂ©e des hommes ĂągĂ©s de 34 Ă  49 ans, considĂ©rĂ©s comme trop ĂągĂ©s et plus assez entraĂźnĂ©s pour intĂ©grer un 
   WikipĂ©dia en Français

  • RĂ©giment d’infanterie territoriale — RĂ©giment d infanterie territoriale Pendant la Grande Guerre, le rĂ©giment d’infanterie territoriale, ou RIT, Ă©tait une formation militaire composĂ©e des hommes ĂągĂ©s de 34 Ă  49 ans, considĂ©rĂ©s comme trop ĂągĂ©s et plus assez entraĂźnĂ©s pour intĂ©grer un 
   WikipĂ©dia en Français

  • RĂ©giment d'infanterie territoriale — Pendant la Grande Guerre, le rĂ©giment d’infanterie territoriale, ou RIT, Ă©tait une formation militaire composĂ©e des hommes ĂągĂ©s de 34 Ă  49 ans, considĂ©rĂ©s comme trop ĂągĂ©s et plus assez entraĂźnĂ©s pour intĂ©grer un rĂ©giment de premiĂšre ligne… 
   WikipĂ©dia en Français

  • 97e rĂ©giment d'infanterie territoriale — Pays  France Branche ArmĂ©e de Terre Type RĂ©giment d infanterie RĂŽle Infanterie Garnison 
   WikipĂ©dia en Français

  • 301e rĂ©giment d'infanterie territoriale — Hommage au 301e R.I.T Ă  la NĂ©cropole nationale (Sillery). PĂ©riode 10 AoĂ»t 1915 – 23 Septembre 1917 Pa 
   WikipĂ©dia en Français

  • 7e rĂ©giment d'infanterie territoriale — 7e rĂ©giment d’infanterie territoriale PĂ©riode 1914 – 1918 Pays  France Branche ArmĂ©e de Terre Type RĂ©giment d infanterie 
   WikipĂ©dia en Français

  • 106e rĂ©giment d'infanterie territoriale — PĂ©riode AoĂ»t 1914 Pays  France Branche ArmĂ©e de Terre Type RĂ©giment d infanterie RĂŽle 
   WikipĂ©dia en Français

  • 44e rĂ©giment d'infanterie territoriale — PĂ©riode 1914 – 1918 Pays  France Branche ArmĂ©e de Terre Type RĂ©giment d infanterie RĂŽle 
   WikipĂ©dia en Français

  • 104e rĂ©giment d'infanterie territoriale — PĂ©riode 2 aoĂ»t 1914 – 5 aoĂ»t 1918 Pays  France Branche ArmĂ©e de Terre Type RĂ©giment d 
   WikipĂ©dia en Français

  • 11e rĂ©giment d'infanterie territoriale — 11e rĂ©giment d’infanterie territoriale Hommage au 11e R.T Ă  Sillery Pays 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.