Rugby league

ÔĽŅ
Rugby league

Rugby à XIII

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rugby (homonymie).
Rugby à XIII
Rugby union pictogram.svg
Fédération internationale RLIF (fondé en 1948)
Autres appellations Rugby League
Clubs
Licenciés
Pratiquants
Professionnels
Champion/ne(s) du monde
en titre
(Homme) Nouvelle-Zélande N-Zélande
(Femme) Nouvelle-Zélande N-Zélande
Suncorp Stadium.jpg

Un match du championnat d'Australie de rugby à XIII au Suncorp Stadium de Brisbane

Le rugby à XIII, sport à part entière, est un sport collectif opposant deux équipes de treize joueurs qui se disputent un ballon ovale dans un stade. L'objectif est de marquer plus de points que son adversaire à l'aide de ses mains et de ses pieds en marquant soit des essais soit des buts.

N√© en 1895 au nord de l'Angleterre, il s'est dot√© d'une f√©d√©ration internationale, la RLIF, en 1948. Le rugby √† XIII est un sport tr√®s pratiqu√© en Angleterre, Australie, Nouvelle-Z√©lande et Papouasie-Nouvelle-Guin√©e, mais √©galement en France et dans les √ģles du Pacifique.

Le calendrier est domin√© par deux types d'√©preuves : celle concernant les clubs (ou franchises) et celles des √©quipes nationales. La Coupe du monde est l'√©preuve internationale la plus prestigieuse suivie du Tournoi des Quatre Nations. La Coupe du monde a lieu tous les quatre ou cinq ans depuis 1954 et le tenant du titre est la Nouvelle-Z√©lande. Pour les clubs, deux comp√©titions sont pr√©dominantes : d'une part la National Rugby League en Australie et Nouvelle-Z√©lande et d'autre part la Super League en Angleterre, France et pays de Galles.

Sommaire

Histoire

Article d√©taill√© : Chronologie du rugby √† XIII.

Le rugby √† XIII est n√© dans le nord de l'Angleterre en 1895 d'une s√©cession au sein de la Rugby Football Union. La base de la scission √©tait la compensation des heures de travail perdues par les joueurs la plupart de condition ouvri√®re (entra√ģnements, matchs, transport ferroviaire ‚Ķ) ce que les clubs du sud de l'Angleterre, et Londres en particulier, refusaient. Les clubs du nord de l'Angleterre sont √† l'origine de cette √©volution. Le lundi 29 juillet 1895, vingt clubs du Yorkshire et du Lancashire d√©cident de payer le "manque √† gagner" (six shillings) √† leurs joueurs. R√©unis le jeudi 29 ao√Ľt au George H√ītel de Huddersfield, ils font s√©cession et cr√©ent une f√©d√©ration autonome, la Northern Rugby Football Union (qui deviendra en 1922, la Rugby Football League). Le samedi 7 septembre d√©marre une comp√©tition √† dix matchs. Le nombre de joueurs n'est cependant pass√© de 15 √† 13 qu'en 1906.

Les Pionniers emmenés par Jean Galia.

Alors que le XV fran√ßais banni par le ¬ę Board ¬Ľ anglo-saxon du Tournoi des V nations (de 1931 √† 1947) pour ¬ę violence ¬Ľ et ¬ę amateurisme marron ¬Ľ (shamateurism selon les Britanniques), les treizistes d'outre-Manche estim√®rent que la p√©riode √©tait propice √† l'envoi d'un "corps exp√©ditionnaire" sur le continent. Avec l'appui de contacts locaux, dont des journalistes et d'√©ventuels sponsors r√©unis par Jean Galia (homme d'affaires en devenir et quinziste en rupture avec sa f√©d√©ration), ils organis√®rent un match-d√©monstration : Angleterre-Australie, le 31 d√©cembre 1933 au stade Pershing √† Paris. √Ä la suite de cet √©v√©nement fondateur, Jean Galia constitua une s√©lection de rugbymen fran√ßais d√©sireux de faire une tourn√©e d'initiation en Angleterre. Cette formation fut appel√©e ¬ę les Pionniers ¬Ľ (ou Galia's Boys par les anglais).

La Ligue fran√ßaise de rugby √† XIII naquit le 6 avril 1934. D√®s septembre d√©butait le championnat initial comprenant dix √©quipes : SA Villeneuve-sur-Lot, Albi XIII, Bordeaux XIII, SO B√©ziers, XIII Catalan (Perpignan), C√īte Basque (Anglet-Bayonne), RC Roanne, US Lyon-Villeurbanne, Pau XIII et Paris XIII. Lors de l'imm√©diat avant-guerre, ce jeune sport connu un engouement particulier favoris√© tant par la situation p√©nible du XV, la conversion d'une partie de la presse et de la classe politique que par son propre dynamisme. La s√©lection nationale joua son 1er match international le 15 avril 1934, ce fut en France au Stade Buffalo √† Montrouge (banlieue sud-ouest de Paris) contre l'Angleterre et, en 1939 elle remporta la coupe d'Europe des nations devant l'Angleterre et le Pays de Galles.

Tant l'extr√™me violence de plusieurs rencontres de rugby √† XV en France que la suppression des relations entre le rugby √† XV britannique et fran√ßais (due √† l'amateurisme marron existant dans de nombreux clubs quinzistes fran√ßais) firent que la FFR XV vit ses effectifs diminuer tr√®s fortement : elle p√©riclita de 784 clubs en 1930 √† 663 en 1934 et 558 en 1939. De nombreux clubs quinzistes avaient arr√™t√© purement et simplement le rugby et de nombreux autres rejoignirent le rugby √† XIII.

Le r√©gime p√©tainiste de Vichy et les rancunes quinzistes interdiront le rugby √† XIII pendant l'occupation allemande. Il faudra attendre la Lib√©ration d'une grande partie de la France et le 17 septembre 1944 pour que la Ligue Fran√ßaise de Rugby √† XIII renaisse de ses cendres √† Toulouse. Ralli√©e √† l'amateurisme, c'est √† son congr√®s d'Arcachon des 2, 3 et 4 juillet 1948, Paul Barri√®re √† ses leviers de commande, qu'elle prend alors l'appellation de F√©d√©ration fran√ßaise de Jeu √† XIII (appellation d√©finitivement abandonn√©e depuis 1993 : FFR XIII).

Commence alors une nouvelle p√©riode de gloire. En 1951, le XIII de France des Puig-Aubert, Brousse, Dop et Cantoni magistralement guid√© par Robert Samatan, Jean Duhau et Antoine Blain atteint son z√©nith, lors de la premi√®re tourn√©e en Australie. Les Australiens d√©couvrent ce qu'ils consid√®rent aujourd'hui encore comme la plus grande √©quipe de tous les temps[r√©f. n√©cessaire]. √Ä leur retour d'Australie, plus de 100 000 personnes les acclam√®rent dans les rues de Marseille. Elle renouvela cet exploit lors des tourn√©es de 1955 et 1960. Mais malgr√© quelques sursauts (finaliste de la Coupe du monde 1968), le rugby √† XIII fran√ßais d√©clina petit √† petit, notamment √† cause de mauvaises politiques f√©d√©rales.

En 1995, Jacques Fouroux (ancien capitaine et entra√ģneur du XV de France) lance une nouvelle comp√©tition r√©gionale, conciliant rugby √† XIII et spectacle musical avec entr√©es gratuites, appel√©e la France Rugby League. Celle-ci, qui se d√©roula durant l'√©t√© 1995, eut un succ√®s r√©el, tant populaire que m√©diatique. L'ann√©e suivante, une √©quipe fran√ßaise, le Paris Saint-Germain XIII fut invit√©e √† rejoindre le nouveau championnat europ√©en de la Super League mais stoppa ses activit√©s √† la fin de la saison 1997 en d√©pit d'un bon succ√®s populaire.

L'entrée d'une nouvelle équipe française en Super League Europe, les Dragons Catalans donne au rugby à XIII français une nouvelle visibilité. D'autant que cette équipe a réussi à se hisser, pour la première fois de son histoire, jusqu'à la finale de la Cup à Wembley, jouée devant 84600 spectateurs et perdue 30 à 8, contre Saint Helens. Toutefois, sa situation globale (structuration, encadrement, finances, pulvérulence réduite - moitié moins de clubs qu'en 1939 - désintérêt des médias dominants encore largement ignorants du sujet) demeure relativement incertaine.

La pratique du rugby à XIII

Les principes du jeu

Une passe.

Le rugby √† XIII est un sport qui se joue entre deux √©quipes, disposant d'un ballon ovale port√© essentiellement √† la main. Les capitaines des deux √©quipes effectuent un tirage au sort en pr√©sence de l‚Äôarbitre pour d√©terminer le d√©but de la partie. Le capitaine qui gagne le "toss" d√©cidera soit de donner le coup d‚Äôenvoi soit de choisir le c√īt√© du terrain[1].

Lorsque l'une des équipes possède la balle, elle se doit d'avancer et de porter le ballon jusque dans le camp adverse. Pour progresser et gagner du terrain, les joueurs de l'équipe attaquante peuvent se passer la balle à la main, à condition que la passe se fasse vers l'arrière ou latéralement mais jamais vers l'avant. L'équipe en possession du ballon peut également choisir d'avancer en frappant le ballon au pied et ce dans toutes les directions[1].

Un essai.

L'équipe défendante peut essayer d'arrêter le joueur porteur du ballon en l'attrapant et en l'amenant au sol (plaquage). Lorsqu'un joueur est plaqué, son équipe garde la possession de balle mais perd une phase de jeu d'attaque (tenu). L'équipe attaquante possède cinq tenus. Si un joueur est plaqué au sixième et dernier tenu, la balle sera rendu à l'équipe adversaire qui entamera à son tour une nouvelle séquence de jeu[1].

Le jeu ne s'arrête que lorsque l'arbitre principal signale que l'une des règles est transgressée ou si le ballon, porté ou non, sort des limites du terrain. Si le jeu est arrêté à cause d'une faute commise par un joueur d'une équipe, l'autre équipe récupère le ballon et le remet en jeu par une mêlée, un coup franc ou une pénalité (selon la gravité de la faute)[1].

La majeure partie du temps, la progression d'une équipe s'effectue par un cycle de passes, de tentatives de percée et de plaquages[1].

Lorsqu'une équipe arrive à porter la balle jusque dans le camp adverse, il s'agit d'un essai. Un règlement très précis et minutieux a été mis en place pour valider un essai et seul l'arbitre peut prendre cette décision. Si l'essai est validé, l'équipe marquante bénéficiera d'une transformation qui lui permettra, si elle est réussie, d'augmenter son score[1].


Le but du jeu

Le but du rugby √† XIII est le m√™me que tous les sports collectifs, il s'agit de marquer plus de point que son adversaire avant la fin d'un temps imparti. Pour se faire il existe cinq fa√ßons diff√©rentes d'inscrire des points[2] :

Une transformation.
  1. En marquant un essai (4 points)[2].
  2. En réussissant un coup de pied de transformation d'essai (2 points), qui est accordé à chaque fois qu'une équipe marque un essai[2].
  3. En réussissant un coup de pied de pénalité (2 points), qui est accordé par l'arbitre suite à une faute de l'équipe adversaire. A noter que l'équipe bénéficiaire peur refuser de tenter le coup de pied de pénalité, préférant recommencer une phase de jeu pour tenter de marquer un essai[2].
  4. En réussissant un coup de pied tombé en drop-goal, appelé plus couramment "drop" (1 point), qui est le même principe qu'un coup de pied de transformation d'essai ou qu'un coup de pied de pénalité, sauf qu'il doit être effectué pendant le cours du jeu[2].
  5. La dernière façon est beaucoup plus rare, il s'agit d'une décision de l'arbitre d'accorder un essai de pénalité (4 points) suite à une faute ou une série de fautes manifestes ayant empêché les attaquants d'aller marquer un essai dans l'en-but.
Récapitulatif des différentes façons de marquer des points au rugby à XIII[2].
Type Points
Essai 4
Transformation 2
Pénalité 2
Drop 1
Essai de pénalité 4


Les aspects généraux

NRL Rugby League Field.png
  • Le terrain[2]

Le rugby √† XIII se joue sur un terrain gazonn√© comprenant une aire de jeu rectangulaire dont les longueurs (de 100 m√®tres) sont les lignes de touche, et les largeurs (de 50 m√®tres) sont les lignes de but. De chaque c√īt√© de l'aire de jeu, au-del√† de la ligne de but, une ligne de ballon mort d√©limite avec cette derni√®re la zone d'en-but dont ses mesures doivent √™tre comprises entre 6 et 8 m√®tres.

Au milieu de chaque ligne de but sont implantés des poteaux de 8 mètres de haut, distants l'un de l'autre de 5,60 mètres et supportant une barre transversale à 3 mètres du sol.

Le terrain comporte un trac√© utilisant deux types de lignes :

  1. Les lignes pleines qui d√©limitent des aires de jeu, pour lesquelles s'appliquent des r√®gles particuli√®res (les lignes font partie des zones qu'elles d√©limitent : la ligne de touche est en touche, la ligne de but est dans l'en-but, etc.). Seule la ligne du milieu de terrain n'entraine aucune r√®gle particuli√®re (aucune r√®gle ne voit son champ d'application limit√© par la ligne m√©diane. Elle ne sert que pour les remises en jeu, en d√©but de mi-temps ou apr√®s des points marqu√©s, en ce sens elle se comporte comme une ligne en pointill√©s).
  2. Les lignes en pointill√©s (plus pr√©cis√©ment ¬ę lignes tiret√©es ¬Ľ), qui d√©limitent des zones li√©es √† des remises en jeu.


Le jeu est pratiqué avec un ballon ovale, gonflé d’air, dont l’enveloppe extérieure pourra être en cuir ou en toute autre matière approuvée par l’organisme qui gère la compétition.

Les dimensions d'un ballon de rugby à XIII[2].
Minimum Souhaité Maximum
Longueur 27 cm 28 cm 29 cm
Circonférence (longueur) 73 cm 74 cm 75 cm
Circonférence (largeur) 58 cm 59 cm 61 cm
Poids 380 g 410 g 440 g


  • Les √©quipes[2]

La partie sera jouée par deux équipes comprenant chacune treize joueurs au maximum. Les règles internationales prévoient que chaque équipe peut désigner un maximum de quatre joueurs remplaçants avant le début de la rencontre. Douze changements peuvent être effectués durant la partie (hors saignements).

Pour être facilement identifiables, les joueurs doivent être numérotés de 1 à 13 avec les numéros suivants (14 à 17) pour les joueurs remplaçants. D’autres numérotations pourront être utilisées après autorisation de l’organisme gérant la compétition. Le numéro porté par le joueur indique la place qu’il occupe au sein de son équipe.

Il existe deux appellations diff√©rentes pour classifier les joueurs :

  1. Les arrières, qui sont au nombre de sept et numérottés de 1 à 7.
  2. Les avants, au nombre de six et portant les numéros de 8 à 13.


CompoXIII.png
Une équipe au complet.
Num√©ro Poste R√īle Joueurs r√©f√©rence
1 Arrière Très bon défensseur, il est le dernier rempart avant la ligne d'en-but. De par sa position sur le terrain, il voit tout et est donc le mieux placé pour lancer les attaques. Darren Lockyer
Puig-Aubert
2 et 5 Ailier Joueur à caractère offensif, très bon finisseur et très rapide Tom Van Vollenhoven
Martin Offiah
3 et 4 Centre Robuste, agile et technique, ce joueur a pour but de perforer la défense Dally Messenger
Mal Meninga
6 Demi d'ouverture Il est l'organisateur de l'équipe. Technique, stratégique et doté d'un très bon jeu au pied, il forme avec le demi de mêlée "la charnière". Wally Lewis
Bob Fulton
7 Demi de mêlée Intelligent, tactique, vicieux, agile et vivace, il a une très bonne vision du jeu. C'est lui qui gère le pack des avants. Andrew Johns
Stacey Jones
8 et 10 Pilier Lourd et robuste, le pilier est un excellent perforateur de défense. Arthur Beetson
Glenn Lazarus
9 Talonneur Athlétique et costaud, son but est de perforer la défense adverse. Cameron Smith
Danny Buderus
11 et 12 Deuxième ligne Employé pour créer des brèches, il est également un très gros plaqueur. Jean Galia
George Treweek
13 Troisième ligne Joueur d'expérience et très bon défenseur, il est le dernier rempart défensif du pack des avants. Johnny Raper
Andrew Farrell


  • La dur√©e de la partie[2]

La durée normale d'une rencontre est de quatre-vingts minutes partagé en deux mi-temps de quarantes minutes chacune. Entre ces deux mi-temps une pause de cinq minutes sera accordé par l'arbitre. A la reprise, les deux équipes changeront obligatoirement de camp.

Si le temps expire alors que le ballon est en jeu, l'arbitre attendra que le ballon ne soit plus en jeu, ou qu'un joueur soit plaqué, avant de siffler pour indiquer la fin du temps réglementaire.

Du temps supplémentaire est accordé pour permettre à un joueur de tenter un but ou une transformation d'essai. La partie sera alors terminée dès que le ballon ne sera plus en jeu, sauf si une nouvelle pénalité est accordée.

Dans certaines compétitions et en cas de match nul, il peut y avoir une prolongation à la fin du temps réglementaire de deux fois dix minutes.

  • L'arbitrage[2]

Un match de rugby est arbitré par un seul arbitre, assisté par deux juges de touche. Les juges de touche décident si un joueur ou le ballon a franchi la ligne de touche et si une pénalité est correctement passée entre les poteaux. Ils peuvent également aider l'arbitre en lui donnant des informations sur d'autres types de fautes ou en confirmant ou non si un essai a été marqué.

Un arbitre.

Lorsqu'un match est t√©l√©vis√©, il existe un quatri√®me arbitre, souvent appel√© l'arbitre-vid√©o. Son principal r√īle est d'aider l'arbitre pour d√©cider si un essai est valide ou non √† l'aide des images propos√©es par la t√©l√©vision. Les circonstances d'utilisation de l'arbitre-vid√©o sont d√©cid√©es par les organisations appropri√©es.

Malgr√© la pr√©sence d'autres arbitres, l'arbitre principal est le ¬ę seul juge des faits et des r√®gles ¬Ľ. Lorsqu'un arbitre est incapable de terminer le match, il est remplac√© par un autre arbitre, en g√©n√©ral le doyen des juges de touche.

Un essai accordé suite à arbitrage vidéo.

L'arbitre peut sanctionner un acte d'anti-jeu par une exclusion temporaire de dix minutes (carton jaune) ou définitive (carton rouge). Ces fautes peuvent être un acte déloyal ou violent, pour des infractions répétées de la même règle ou une faute délibérée pour empêcher l'équipe adverse de marquer ou d'acquérir un avantage décisif. Cependant, le rugby étant un sport physique, les petits accrochages entre joueurs ne sont généralement pas sanctionnés.

Un carton rouge signifiant l'exclusion d√©finitive du terrain peut √™tre adress√© √† un joueur ayant d√©lib√©r√©ment et malgr√© les pr√©c√©dents avertissements (au premier lieu desquels un carton jaune) emp√™ch√© ou g√™n√© le jeu ou en √©tant particuli√®rement violent √† l'√©gard d'un autre joueur. Une exclusion du terrain peut entra√ģner une p√©riode ou un nombre de matchs de suspension d√©cid√©e par les instances nationales.

A noter que l'arbitre peut décider d'exclure un joueur pendant une période de dix minutes sans forcément sortir le carton jaune. C'est pour cette raison que bien souvent les joueurs récoltent très peu de carton dans leur carrière.


Les règles spécifiques

Un coup de pied tombé.
  • Les coups de pieds[2]

Il existe deux fa√ßons de taper au pied un ballon. La premi√®re est le coup de pied plac√© qui consiste √† placer le ballon au sol et de le taper. La deuxi√®me est le coup de pied tomb√©, appel√© √©galement "drop", qui consiste √† l√Ęcher le ballon des mains et de le frapper du pied juste apr√®s son rebond au sol.

Plusieurs phases de jeu diff√©rentes permettent de taper des coups de pied :

  1. Le coup de pied d'envoi : Au d√©but de chaque mi-temps, l'√©quipe en possession de la balle effectue un coup de pied plac√© donn√© du milieu de la ligne m√©diane. Le ballon doit parcourir au moins dix m√®tres vers l'avant et tomber dans le champ de jeu.
  2. Le coup de pied de renvoi : Un joueur peut effectuer quatre types de coup de pied de renvoi. Le coup de pied plac√© au milieu de la ligne m√©diane, le coup de pied plac√© au milieu de la ligne des vingt m√®tres, le coup de pied tomb√© au milieu de la ligne des vingt m√®tres et le coup de pied tomb√© au milieu de la ligne de but (renvoi sous les poteaux). Ces coups de pied font suite essentiellement √† des fautes ou des sorties en touche.
  3. Le coup de pied de p√©nalit√© : Un joueur b√©n√©ficie d'un coup de pied de p√©nalit√© lorsque l'√©quipe adverse commet une faute. Il aura donc la possibilit√© de frapper le ballon avec un coup de pied plac√© √† l'endroit de la p√©nalit√©.
Coup d'envoi d'un match.


  • Le plaquage[2]

Un joueur peut plaquer un joueur adverse portant le ballon en l'attrapant et en l'attirant au sol. Toucher le sol avec un genou ou le ballon est suffisant pour être considéré comme

Un plaquage.

mis au sol. Seul le joueur en possession de la balle peut être plaqué.

Le plaqueur n'a pas le droit d'arracher le ballon des mains de son adversaire. Lorsque l'attaquant est consid√©r√© comme plaqu√©, le d√©fenseur devra le rel√Ęcher imm√©diatement et se positionner devant le joueur plaqu√© pour jouer le tenu.

Si le porteur du ballon est plaqué, il peut toutefois marquer un essai dans la continuité du mouvement, par exemple en tendant le bras au-delà de la ligne d'en-but. Si le porteur du ballon n'est pas mis au sol, mais qu'il est dans l'impossibilité de progresser ou de libérer le ballon, l'arbitre sifflera automatiquement le plaquage et le tenu sera joué.

Un tenu.

Le rugby à XIII se singularise par le fait qu'un joueur plaqué peut conserver le ballon en effectuant un tenu. L'équipe attaquante dispose, à défaut d'erreur de défense, de cinq tenus. Ce geste bref et précis consiste à glisser le ballon sous le talon pour le talonner à l'équipier positionné immédiatement derrière lui que l'on appelle le demi de tenu. Ce partenaire est ainsi chargé d'impulser une nouvelle phase de jeu. Tout tenu mal effectué ou volontairement ralenti est sanctionné par l'arbitre.

A partir du cinquième tenu, si un joueur est plaqué avec le ballon, ce dernier sera rendu à l'équipe adverse et pourra effectuer un tenu de transition. Une nouvelle séquence de cinq tenus sera alors démarrée, ce qui portera le total à six tenus.

Le tenu ne peut pas se jouer n'importe comment. Il faut que le joueur le réalisant soit dos à son camp, que seul ses pieds touchent le sol et qu'il soit joué immédiatement même si aucun joueur ne se trouve derrière lui.

  • L'en-avant et la passe en avant[2]
  1. L'en-avant : Il a lieu lorsque la balle touch√©e, pass√©e ou lanc√©e par un joueur, prend la direction de la ligne adverse. Cette faute intervient g√©n√©ralement lors d'une passe ou bien lorsque un joueur laisse √©chapper le ballon au sol devant lui. L'arbitre sifflera automatiquement la faute et rendra la balle √† l'√©quipe adverse. Si un d√©fenseur contre d√©lib√©r√©ment ou accidentellement la balle, il n'y aura pas en-avant.
  2. La passe en avant : Un joueur sera sanctionn√© s'il effectue une passe dont le ballon prend pour trajectoire le camp adverse. La direction de la passe est jug√©e par rapport au joueur qui fait cette passe et non pas d'apr√®s la trajectoire r√©elle du ballon par rapport au sol. Dans le cas o√Ļ un joueur porteur du ballon courant vers la ligne de but adverse passe le ballon √† un co√©quipier plac√© derri√®re lui et que, du fait de son propre √©lan, le ballon se d√©place vers l'avant par rapport au sol, il n'y a pas de passe en avant. La passe lob√©e est un exemple qui illustre bien cette situation.
Une mêlée.


  • La m√™l√©e[2]

Une mêlée est formée pour faire reprendre le jeu chaque fois qu'il n'est pas recommencé par un coup de pied d'envoi ou de renvoi, un coup de pied de pénalité ou un tenu. Six joueurs au maximum de chaque équipe forment la mêlée en formation 3-2-1.

Les avants de chaque équipe s'arc-boutent et se regroupent en bloc ou pack. Puis les deux blocs se mettent face à face et créer un tunnel dans lequel le demi de mêlée doit introduire le ballon, de manière à ce que les deux talonneurs puissent lutter pour la possession du ballon en le talonnant avec l'un ou l'autre de leurs pieds. Tant que le ballon n'est pas touché par l'un des talonneurs, aucun autre joueur ne peut toucher le ballon.

Une fois le ballon sortie vers l'arrière de la mêlée, c'est le demi de mêlée qui le récupère et qui lance une phase de jeu.

  • La p√©nalit√©[2]

Une pénalité sera accordée contre un joueur qui, délibérément, aura violé les règles du jeu. L'arbitre aura le choix siffler cette pénalité ou de laisser le jeu continuer (règle de l'avantage). Cette règle doit faire l'objet d'une attention particulière de l'arbitre car il doit s'assurer que l'avantage dont peut bénéficier l'équipe adverse est évident.

Les principales fautes sanctionn√©es sont les hors-jeu et les brutalit√©s. Cette sanction donn√©e √† l'√©quipe fautive, peut-√™tre exploit√©e par l'adversaire de diff√©rentes mani√®res :

  1. Tentative de coup de pied pour marquer des points (la pénalité).
  2. Jouer un coup franc √† l'endroit de la faute. Cela consiste √† taper l√©g√®rement le ballon avec le pied sans n√©cessairement √™tre pos√© au sol ou l√Ęch√© des mains, et de relancer une attaque.
  3. Rechercher un gain de terrain en tapant en touche. Si la touche est trouvée, un coup franc sera joué et une nouvelle attaque sera organisée.


  • Le hors-jeu[2]
Tenu10m.png

Il existe deux types de hors-jeu :

  1. Le hors-jeu dans le cours du jeu : Un joueur est hors-jeu, dans le cours du jeu, quand il touche le ballon apr√®s que celui-ci ait √©t√© touch√©, port√© ou bott√© par un de ses co√©quipiers plac√© derri√®re lui.
  2. Le hors-jeu sur tenu ou phases arr√™t√©es : Lors de la r√©alisation d'un tenu, tout joueur, except√© les joueurs participants √† la r√©alisation du tenu, se situant dans une zone de dix m√®tres s√©parant les deux √©quipes au moment de la r√©alisation du tenu, est consid√©r√© en situation de hors-jeu. Un joueur hors-jeu sur un tenu ou sur une phase arr√™t√©e (m√™l√©e, coup d‚Äôenvoi, coup de renvoi, p√©nalit√©, coup franc) ne peut prendre aucune part au jeu ou tenter d‚Äôavoir une influence quelconque sur son d√©roulement.


Elle a lieu lorsque le ballon ou le porteur du ballon ou tout joueur en contacte avec ce dernier traversent la ligne de touche. Il y a deux façons de jouer une touche, soit par une mêlée, soit par une passe cloché effectuer par un joueur placé à l'endroit de la sortie de balle et à destination d'un joueur qui se situe à dix mètres de la ligne de touche.

  • La r√®gle des 40-20[2]

La r√®gle des 40-20 (lire quarante - vingt, en transposition du forty - twenty anglophone) dispose qu'au cas o√Ļ, apr√®s avoir bot√© un ballon en-de√ßa de sa ligne des 40 m√®tres, un joueur trouve une touche autre que directe au-del√† de la ligne des 20 m√®tres du camp d√©fenseur, son √©quipe se verra attribuer, √† ce niveau pr√©cis, une m√™l√©e et son introduction. Et cons√©quemment, si celle-ci devait lui √™tre favorable, une nouvelle cha√ģne tactique.

Le rugby à XIII dans le monde

Officiellement, le rugby √† XIII est pratiqu√© dans 38 pays[3]. Mais il est r√©ellement un sport de masse que dans quatre pays : Australie, Angleterre, Nouvelle-Z√©lande et Papouasie-Nouvelle-Guin√©e.

Les dirigeants australiens et anglais, trop longtemps protectionnistes, commencent à prendre conscience de l'importance de l'expansion du Rugby à XIII à travers le monde, avec la création d'organes internationaux comme la RLIF (Fédération Internationale de Rugby à XIII) et la RLEF (Fédération Européenne de Rugby à XIII) qui ont pour fonction d'aider les pays émergents et d'organiser les échanges entre les divers pays [4].

Le rugby à XIII en Australie

Article d√©taill√© : Rugby √† XIII en Australie.
     Queensland      Nouvelle-Galles du Sud

Le rugby √† XIII a √©t√© int√©gr√© en Australie en 1908 et est devenu le sport national hivernal avec le football australien[5]. Ce sport est tr√®s populaire dans les √©tats de la c√īte est (Queensland, Nouvelle-Galles du Sud et Territoire de la capitale australienne) et il est dirig√© par l'Australian Rugby League (f√©d√©ration ausralienne de rugby √† XIII).

En 2008, le nombre total de licenci√©s (incluant les √©coles et les clubs) est de 423 584, soit une augmentation de 4 % par rapport √† 2007 et de 131 % par rapport √† 2002[6].

√Ä la t√©l√©vision, le rugby √† XIII se classe r√©guli√®rement parmi les meilleures audiences annuelles. Avec neuf clubs professionnels et plusieurs dizaines de milliers de pratiquants, Sydney est consid√©r√©e comme √©tant la ¬ę capitale mondiale du rugby √† XIII ¬Ľ[7].

L'√©quipe d'Australie de rugby √† XIII, surnomm√©e les ¬ę Kangourous ¬Ľ est consid√©r√©e comme la meilleure s√©lection nationale au monde. Avec neuf coupes du monde et trois Tri-nations, elle s'est class√©e premi√®re au classement des √©quipes nationales de rugby √† XIII en mars 2009 [8].

  • Les principales comp√©titions
  1. La National Rugby League : n√©e en 1998 de la fusion de deux comp√©titions, l‚ÄôAustralian Rugby League (ARL) et la Super League de Rupert Murdoch, la "NRL" est la comp√©tition regroupant l'√©lite des clubs professionnel de rugby √† XIII. Elle est compos√©e de quinze franchises australiennes et d'une n√©o-z√©landaise.
  2. Le State of Origin : cr√©√© en 1980, il s'agit d'une s√©rie annuelle de trois matchs disput√©e entre mai et juin et opposant deux s√©lections australiennes : les New South Wales Blues (repr√©sentant l'√Čtat de la Nouvelle-Galles du Sud) et les Queensland Maroons (repr√©sentant l'√Čtat du Queensland).
  3. Le City vs Country Origin : confrontation annuelle entre une s√©lection de joueurs natifs de Sydney (City) contre une autre dont les joueurs sont natifs de ses alentours (Country). Ce match qui se joue avant le State of Origin permet d'√©valuer les joueurs susceptibles d'√™tre s√©lectionn√©s pour les Blues de la Nouvelle-Galles du Sud.
  4. La New South Wales Cup : championnat professionnel et r√©gionale regroupant onze √©quipes dont dix provenant de l'√Čtat de Nouvelle-Galles du Sud et une de Nouvelle-Z√©lande. A noter que les √©quipes r√©serve de la NRL peuvent s'inscrire dans cette comp√©tition qui est consid√©r√©e comme la deuxi√®me division au niveau national.
  5. La Bundaberg Red Cup : championnat semi-professionnel et r√©gionale regroupant dix √©quipes de l'√Čtat de Nouvelle-Galles du Sud.
  6. La Queensland Cup : championnat semi-professionnel et r√©gionale regroupant douze √©quipes de l'√Čtat du Queensland.
  7. La Toyota Cup : est le championnat junior de rugby √† XIII en Australie. Cr√©√© en 2008, les seize clubs de la NRL participent √† cette comp√©tition.


Le rugby à XIII en France

Article d√©taill√© : Rugby √† XIII en France.
Cartographie du rugby à XIII en France.

En France, le rugby √† XIII est un sport mineur √† c√īt√© des grandes nations treizistes ci dessus. La f√©d√©ration fran√ßaise de rugby √† XIII compte en 2008 32 405 pratiquants, dont 10 337 joueurs licenci√©s r√©partis dans plus de 100 clubs implant√©s en majorit√© dans le sud du pays[9].

Bien qu'aujourd'hui sport confidentiel, le rugby √† XIII fut un sport de masse en France dans les ann√©es 1950. Lors de la tourn√©e du XIII de France en Australie et en Nouvelle-Z√©lande en 1951, l'√©quipe de France battit par trois fois l'Australie et fut proclam√©e officieusement meilleure √©quipe du monde. Le retour √† Marseille de la d√©l√©gation fran√ßaise fut acclam√© par plus de 100 000 supporters[10].

En 2006, l'acceptation des Dragons Catalans dans le prestigieux championnat de Super League a redonné espoir à bon nombre de treizistes. La deuxième équipe française est le Toulouse Olympique XIII qui évolue depuis 2009 en Co-operative Championship (deuxième division anglaise). Ces deux équipes sont les seules en France a évoluer dans des championnats étrangers.

  • Les principales comp√©titions
  1. Le championnat de France de rugby √† XIII √Člite 1 : championnat professionnel et semi-professionnel de premi√®re division.
  2. La coupe de France de rugby √† XIII : √©galement appel√©e coupe Lord Derby, ce tournoi regroupe toutes les √©quipes de l'√Člite 1 et de l'√Člite 2.
  3. Le championnat de France de rugby √† XIII √Člite 2 : championnat semi-professionnel et amateur de deuxi√®me division.
  4. Le championnat de France de rugby √† XIII Nationale 1 : championnat amateur de troisi√®me division.
  5. La coupe Paul Dejean : c'est la coupe de France des √©quipes de Nationale 1.
  6. Le championnat de France de rugby √† XIII F√©d√©rale : championnat amateur et r√©gionale de quatri√®me et derni√®re division.
  7. La coupe Falcou : c'est la coupe de France des √©quipes de F√©d√©rale.
  8. Le championnat de France de rugby √† XIII f√©minin : unique championnat f√©minin de rugby √† XIII.


Le rugby à XIII en Grande-Bretagne

En Angleterre, le rugby √† XIII est un des cinq sports majeurs avec le cricket, le football, le rugby √† XV et le tennis. Il est principalement jou√© dans les comt√©s nordistes du Yorkshire et du Lancastre, territoire o√Ļ il naquit en 1895. Un nombre important de clubs existe n√©anmoins en Cumbrie ou √† Londres. En 2004, la Rugby Football League annonce 62 463 licenci√©s. Les rencontres de Super League en 2008 ont √©t√© suivie par 10 338 spectateurs de moyenne par rencontre[11].

Le Pays de Galles a eu une longue tradition treiziste. Durant plusieurs années, de nombreux joueurs gallois, notamment des quinzistes (Jonathan Davies, Scott Quinnell ou Scott Gibbs), sont allés tenter leur chance dans les clubs du nord de l'Angleterre. L'équipe nationale a souvent rivalisé avec les meilleurs, parvenant deux fois en demi-finale de la Coupe du Monde. En 2009, un club galois a pour la premiere fois integré la Super League Europe, les Celtic Crusaders[12].

L'Irlande et l'√Čcosse ont des √©quipes nationales, g√©n√©ralement constitu√©es de joueurs r√©sidant en Angleterre, leurs championnats sont amateurs et d'un niveau peu √©lev√©.

  • Les comp√©titions :
    • Super League: championnat professionnel g√©r√© par la RFL. Constitu√© de 14 √©quipes, il regroupe principalement des √©quipes anglaises (12), une √©quipe galloise et une equipe fran√ßaise, les Dragons Catalans.
    • Carnegie Challenge Cup : la plus vieille comp√©tition treiziste. Cette coupe cr√©√©e en Angleterre en 1896, s'est ouverte depuis peu √† des √©quipes fran√ßaises, galloises, √©cossaises et russes.
    • Co-operative Championship: ex-National Leage one (championnat d'Angleterre), le Championship est devenu l'anti-chambre de la Super League et a pris une dimension europ√©enne avec l'inclusion de Toulouse en 2009.


Le rugby à XIII en Nouvelle-Zélande

En Nouvelle-Z√©lande, le rugby √† XIII est un sport populaire, mais loin derri√®re des sports comme le rugby √† XV, le cricket ou le football[13]. Le XIII est surtout pratiqu√© par la population mńĀori[14] et par les immigr√©s venus des √ģles du Pacifique[15]. Les New Zealand Warriors, seul club professionnel du pays jouant en NRL, jouissent d'une bonne popularit√©[16],[17].

  • Les comp√©titions :
    • Bartercard Cup : championnat semi-professionnel n√©o-z√©landais.


Le rugby à XIII en Papouasie-Nouvelle-Guinée

La Papouasie-Nouvelle-Guin√©e est le seul √Čtat ayant le rugby √† XIII pour sport national exclusif[18]. Cet int√©r√™t pour le rugby √† XIII viendrait du fait qu'il se substitue aux guerres tribales[19]. Les Papouasiens se passionnent pour le championnat australien et le State of Origin, au point que certains joueurs australiens sont de v√©ritables vedettes en Papouasie[20].

Les autres nations pratiquant le XIII

En Russie, il existe un championnat semi-professionnel, financé par quelques mécènes locaux[21].

Divers archipels polynésiens ou mélanésiens (Fidji, Niue, Iles Cook, Tonga, Samoa) affichent une culture treiziste. Très originalement, il n'est pas rare que selon l'avancée des saisons, les joueurs pratiquent le XIII, le XV ou le VII. Le haut niveau ne s'y conçoit cependant que dans l'exil en Nouvelle-Zélande, en Australie ou en Angleterre.

La Nouvelle-Calédonie participe aux championnats internationaux de rugby à XIII avec sa propre équipe nationale depuis 2003. Elle a participé à la Coupe Pacifique de rugby à XIII pour la première fois en 2004.

La Grèce[22] et Malte[23] ne sélectionnent presque que des joueurs titulaires de la double nationalité, nés en Australasie. Par contre, dans d'autres pays européens, comme l'Italie[24], l'Allemagne, les Pays-Bas, la Serbie ou le Liban, existent de petits championnats joués par les locaux.

Durant les années 1960 et 1990, plusieurs tentatives d'introduction du rugby à XIII en Afrique du Sud ont échoué. Aujourd'hui, il subsiste un petit championnat mais l'équipe nationale est en gestation[25].

Il n'existe qu'un embryon de fédération au Maroc[26], celui-ci pourrait notamment bénéficier de l'expérience de quelques-uns des dizaines de joueurs ou responsables d'ascendance marocaine résidant en France.

Aux √Čtats-Unis, malgr√© l'inexistence de moyens et de reconnaissance, perdure autour d'une dizaine de clubs, un noyau de passionn√©s. Ceux-ci ont, fin 2004, oppos√© bonne r√©sistance (d√©faite 34 √† 24) √† l'√©quipe des Kangourous australiens venant de remporter le Tri-Nations[27]. En Jama√Įque, par l'interm√©diaire d'Anglais originaires des Cara√Įbes, un championnat et une √©quipe nationale viennent d'√™tre cr√©√©s.

Les compétitions internationales

L'√©quipe nationale australienne surnomm√©e les Kangourous r√®gne en ma√ģtre sur le rugby √† XIII international depuis plus de trois d√©cennies, d'o√Ļ un d√©samour du public pour les comp√©titions internationales. Mais gr√Ęce √† la victoire des N√©o-Z√©landais lors du Tri-Nations de rugby √† XIII 2005, un regain d'int√©r√™t semble se profiler pour le jeu international qui a connu son heure de gloire durant les ann√©es 1950 [28].

  • En club :

Les deux principales compétitions de clubs dans le rugby à XIII sont la National Rugby League (Australie) et la Super League. Ces deux championnats sont les seuls à être entièrement professionnels dans le monde du rugby à XIII. Les vainqueurs de ces deux compétitions se rencontrent chaque année lors du World Club Challenge pour désigner le champion du monde des clubs.

Spécificités sociologiques traditionnelles du Rugby à XIII

Le rugby à XIII prend grandement sa source dans la césure sociologique distinguant à la fin du XIXe siècle les clubs huppés d'Angleterre méridionale de ceux à recrutement plus prolétaire du Nord du pays.

C'est en effet tant l'opposition des notables dirigeant alors le rugby que celle des joueurs du Sud majoritairement issus des milieux estudiantins qui interdit aux équipes des comtés du Yorkshire et du Lancashire d'autoriser non pas la rémunération de leurs rugbymen mais les simples compensations des heures non travaillées et remboursement des frais engagés dans le transport ferroviaire par ces hommes demeurés souvent ouvriers, mineurs ou petits employés.

Le rugby à XIII va devenir un ascenseur social pour la classe ouvrière (cf This Sporting Life) [29]. Cette rupture entre les 2 rugbys exprime l'antagonisme entre classes sociales et de ce fait l'opposition régionale entre le nord et le sud.

En Australie, le rugby à XIII est devenu rapidement le sport de la working-class et a été clairement soutenu par le parti travailliste lors de son implantation en 1908 [30]. Le XIII est pratiqué en masse à l'école publique, alors que son homologue quinziste, est le rugby des écoles privées [31]. Il est aussi le sport de la minorité aborigène [32], avec leur porte drapeau, le club de South Sydney, situé à Redfern, quartier défavorisé de Sydney [33].

En France, on constate que cet antagonisme existe puisque le XIII a particulièrement bien grandi dans des terres rebelles, tel l'ancien pays cathare [34]. Le XIII a toujours attiré des joueurs issus de l'immigration, d'abord des fils de militants de la CNT, ensuite des joueurs issus de l'immigration maghrébine [35].

En Afrique du Sud, de nombreux joueurs noirs de rugby à XV se sont expatriés dans le nord de l'Angleterre pour échapper à l'apartheid [36].

Si cet ancrage du rugby √† XIII dans le monde ouvrier est toujours d'actualit√©, depuis que le rugby √† XV est devenu professionnel en 1995, quelques changements commencent √† survenir, notamment du c√īt√© de l'Angletterre, o√Ļ le rugby √† XIII est maintenant pratiqu√© dans les prestigieuses universit√©s du sud.

Voir aussi

Bibliographie

  • (fr) Bonnery Louis, Le Rugby √† XIII, le plus fran√ßais du monde, Limoux, Cano & Franck, 1996
  • (fr) Garcia Henri, Rugby - Champagne, Paris, La Table Ronde, 1961
  • (fr) Passamar Andr√©, L'encyclop√©die de Treize Magazine, Toulouse, Treize Magazine, 1984
  • (fr) Pratviel Bernard, Immortel Pipette, Portet-sur-Garonne, Edition Empreintes, 2004 (ISBN 2-913319-33-5)
  • (oc) Roch Alan, 13 coma Rugbi, IEO Descob√®rtas, 2000
  • (fr) Rylance Mike, Le rugby interdit, Limoux, Cano & Franck, 2006 (ISBN 0-9553670-0-X)

Références

  1. ‚ÜĎ a‚ÄČ, b‚ÄČ, c‚ÄČ, d‚ÄČ, e‚ÄČ et f‚ÄČ (fr) ¬ę A la d√©couverte du rugby √† XIII sur le site officiel de la f√©d√©ration fran√ßaise de rugby √† XIII
  2. ‚ÜĎ a‚ÄČ, b‚ÄČ, c‚ÄČ, d‚ÄČ, e‚ÄČ, f‚ÄČ, g‚ÄČ, h‚ÄČ, i‚ÄČ, j‚ÄČ, k‚ÄČ, l‚ÄČ, m‚ÄČ, n‚ÄČ, o‚ÄČ, p‚ÄČ, q‚ÄČ, r‚ÄČ, s‚ÄČ, t‚ÄČ et u‚ÄČ (fr) [pdf] ¬ę Les r√®gles du rugby √† XIII sur le site officiel de la f√©d√©ration fran√ßaise de rugby √† XIII
  3. ‚ÜĎ RLIF Member Nations
  4. ‚ÜĎ (en)International Rugby League, sur rleague.com
  5. ‚ÜĎ (fr)Cadre de vie en Australie, sur la Maison des Fran√ßais de l'Etranger
  6. ‚ÜĎ (en) [pdf] Australian Rugby League Report 2008, ausport.gov.au, consult√© le 19 ao√Ľt 2009.
  7. ‚ÜĎ (en)Dave Woods' unseen Tri-Nations, sur BBC.co.uk
  8. ‚ÜĎ (en) Australia retains n¬į1 world ranking ahead of New Zealand, rleague.com, consult√© le 21 ao√Ľt 2009.
  9. ‚ÜĎ (fr) [pdf] R√©partition des licences sportives 2008 et autres titres de participation (ATP).
  10. ‚ÜĎ [image]Photo de la Canebi√®re √† Marseille en 1951, lors du retour du XIII de France
  11. ‚ÜĎ (fr) Super League: Affluence record, 8 septembre 2008, www.rugbyrama.fr, consult√© le 21 septembre.
  12. ‚ÜĎ (en)History of Wales rugby League, sur cymrurl.com
  13. ‚ÜĎ (en)Participation in sport, sur Sport & Recreation New Zealand
  14. ‚ÜĎ (en) [pdf]Participation - Maori adults, sur Sport & Recreation New Zealand
  15. ‚ÜĎ (en) [pdf]Participation - NZs Other cultures, sur Sport & Recreation New Zealand
  16. ‚ÜĎ (en)Warriors turn Kiwis' heads
  17. ‚ÜĎ (en)Bono the Warrior rocks Auckland with U2 , sur stuff.co.nz
  18. ‚ÜĎ (en)Lam looking to fleece Wales, sur BBC.co.uk
  19. ‚ÜĎ (en)Wild Times at the Footy!
  20. ‚ÜĎ (en)Speech at the Australian High Commissioner's reception, sur png.embassy.gov.au
  21. ‚ÜĎ (en)Russian Rugby League Federation
  22. ‚ÜĎ (en)Greek Rugby League
  23. ‚ÜĎ (en)Maltese Rugby League
  24. ‚ÜĎ (it)Federazione Italiana di Rugby League
  25. ‚ÜĎ (en)South African Rugby League: History
  26. ‚ÜĎ (fr)Club Sportif Marocain de Rugby √† XIII
  27. ‚ÜĎ (en)Kangaroos survive US scare, sur ABC Sport
  28. ‚ÜĎ (en)Kiwis crush Kangaroos, sur abc.net.au
  29. ‚ÜĎ (en)This Sporting Life (1963), sur Screenonline
  30. ‚ÜĎ (en)Australia's 'Rugby League' Prime Ministers, sur RL1908
  31. ‚ÜĎ (en)Rugby Union in Brisbane, sur ourbrisbane.com
  32. ‚ÜĎ (en) [pdf]Aborigines in sport
  33. ‚ÜĎ (en)Rabbitohs and NASCA Form New Alliance, sur souths.com.au
  34. ‚ÜĎ (fr)Le sport des cathares, sur l'Humanit√©
  35. ‚ÜĎ (fr)Rugby √† 13 : l‚Äôempreinte marocaine, sur menara.ma
  36. ‚ÜĎ (en)Research Reflections, sur Leeds Metropolitan University

Liens externes

  • Portail du sport Portail du sport
  • Portail du rugby √† XIII Portail du rugby √† XIII
Ce document provient de ¬ę Rugby %C3%A0 XIII ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Rugby league de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Rugby league ‚ÄĒ An attacking player attempts to evade two defenders Highest governing body Rugby League International Federation Nickname(s) ‚Ķ   Wikipedia

  • Rugby League ‚ÄĒ (oft auch Dreizehner Rugby genannt) ist eine Sportart aus der Rugby Familie, in der zwei Mannschaften zu je 13 Spielern versuchen, das Spielger√§t, den Rugbyball, am Gegner vorbeizutragen und so Punkte zu erzielen. Es wird in Deutschland sehr… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Rugby League ‚ÄĒ Saltar a navegaci√≥n, b√ļsqueda Rugby League Informaci√≥n General Fundaci√≥n 1895, Huddersfield, Inglaterra Nombres Previos Northern Rugby Football League (1895 1907) Organismo rector ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Rugby League 3 ‚ÄĒ cover art Developer(s) Sidhe Interactive Publisher(s) ‚Ķ   Wikipedia

  • rugby league ‚ÄĒ ¬†¬†¬†Rugby League is a northern sport. It was first organized at the George Hotel, Huddersfield in 1895 as a breakaway from rugby union. An attempt to introduce it into southern England twenty years ago failed, though it is popular in Australia and ‚Ķ   Encyclopedia of contemporary British culture

  • Rugby League ‚ÄĒ noun (also without caps) a modified form of the game of rugby, with 13 players on each side ‚ÄĘ ‚ÄĘ ‚ÄĘ Main Entry: ‚ÜĎrugby * * * noun [noncount] : a type of rugby played with 13 people on each team * * * ňĆRugby ňąLeague [Rugby League] ‚Ķ   Useful english dictionary

  • Rugby League ‚ÄĒ n [U] a type of rugby played by teams of 13 players ‚Ķ   Dictionary of contemporary English

  • Rugby League ‚ÄĒ noun uncount a form of rugby in which there are 13 players in a team ‚Ķ   Usage of the words and phrases in modern English

  • rugby league ‚ÄĒ ‚Ėļ NOUN ‚Ė™ a form of rugby played in teams of thirteen, in which professionalism has always been allowed ‚Ķ   English terms dictionary

  • Rugby league ‚ÄĒ football ‚Ķ   Dictionary of Australian slang


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.