Royaume du Danemark

ï»ż
Royaume du Danemark
Danemark - Wikipédia

Danemark

Kongeriget Danmark (da)
Royaume du Danemark (fr)
Drapeau du Danemark Armoiries du Danemark
(DĂ©tails) (DĂ©tails)
Devise nationale : Guds hjĂŠlp, folkets kĂŠrlighed, Danmarks styrke.
(L’aide de Dieu, l’amour du peuple,
la grandeur du Danemark)
carte
Langues officielles Danois
Capitale Copenhague
55°43â€ČN 12°34â€ČE / 55.717, 12.567
Plus grande ville Copenhague
Forme de l’État
 - Reine
Ministre d’État
Monarchie constitutionnelle
Margrethe II
Lars LĂžkke Rasmussen
Superficie
 - Totale
 - Eau (%)
Classé 132e
43 094 kmÂČ
1,6 %
Population
 - Totale (2008)
 - DensitĂ©
Classé 108e
5 475 791 hab.
129,16 hab./kmÂČ
Indépendance
 -
 
avant le VIIIe siĂšcle


Gentilé Danois, Danoise


IDH (2005) Augmentation 0,949 (élevé) ( 14e)
Monnaie Couronne (danoise) (DKK)
Fuseau horaire UTC +1
Hymne national Der er et yndigt land
Domaine internet .dk
Indicatif
téléphonique
+45


Carte du Danemark.

Le Danemark (en danois : Danmark), officiellement le Royaume de Danemark ou le Royaume du Danemark (en danois : Kongeriget Danmark), est un pays d’Europe du Nord, et le plus petit des pays scandinaves (si l’on fait abstraction de ses deux rĂ©gions autonomes, le Groenland et les Ăźles FĂ©roĂ©, qui en font de facto le 13e plus grand pays du monde et le plus grand de l’Union EuropĂ©enne). Il est membre de l’Union europĂ©enne depuis 1973.

Sommaire

Histoire

Article dĂ©taillĂ© : Histoire du Danemark.

Le Jutland et les Ăźles danoises sont peuplĂ©es depuis plusieurs milliers d’annĂ©es. L’unitĂ© du Danemark fut rĂ©alisĂ©e par Harald « Ă  la dent bleue » (Harald BlĂ„tand) vers 980. Jusqu’au XIe siĂšcle, les Danois participaient aux expĂ©ditions vikings, colonisant, commerçant et pillant partout en Europe.

Le Danemark a longtemps tenu un rĂŽle majeur en Europe du Nord. À un moment ou Ă  un autre, le royaume contrĂŽla l’Angleterre, la SuĂšde, la NorvĂšge, la mer Baltique et des territoires en Allemagne. La partie sud de la SuĂšde moderne, appelĂ©e Scanie (SkĂ„ne), Ă©tait une partie intĂ©grante du Danemark jusqu’au traitĂ© de Roskilde en 1658. La concrĂ©tisation de cette puissance s’est traduite par l’Union scandinave scellĂ©e Ă  Kalmar en 1397 qui rĂ©unit sous l’autoritĂ© de la reine Marguerite, le Danemark, la SuĂšde et la NorvĂšge. Si la SuĂšde chercha rapidement Ă  recouvrer son indĂ©pendance grĂące Ă  Gustave Vasa en 1523, notamment en mettant Ă  profit le conflit entre la noblesse danoise et le roi Christian II, l’union avec la NorvĂšge n’a Ă©tĂ© dissoute qu’en 1814 aprĂšs la chute de NapolĂ©on avec qui FrĂ©dĂ©ric VI avait choisi de s’allier.

Le mouvement nationaliste et libĂ©ral du Danemark est devenu puissant au XIXe siĂšcle et, suite aux rĂ©volutions europĂ©ennes de 1848, le Danemark est devenu une monarchie constitutionnelle en 1849.

RestĂ© neutre pendant la PremiĂšre Guerre mondiale, le Danemark a rĂ©cupĂ©rĂ© en 1920 une grande partie du Schleswig-Holstein qu’il avait dĂ» abandonner en 1864 Ă  la Prusse et l’Autriche suite Ă  la guerre des DuchĂ©s.

Le 9 avril 1940, l’Allemagne a envahi le Danemark, lui proposant en vain le protectorat, et le pays fut occupĂ© pendant toute la Seconde Guerre mondiale, malgrĂ© les efforts de quelques rĂ©sistants danois. AprĂšs la guerre, le Danemark renonça Ă  sa neutralitĂ© et, suite Ă  l’échec de l’instauration d’une union de dĂ©fense scandinave, rejoignit l’OTAN. Son entrĂ©e au sein de l’Union europĂ©enne date de 1973.

GĂ©ographie

Image satellite du Danemark.
Article dĂ©taillĂ© : GĂ©ographie du Danemark.

BordĂ© par la mer Baltique et la mer du Nord, le Danemark est situĂ© au nord de l’Allemagne, au sud-ouest de la SuĂšde et au sud de la NorvĂšge. Le Danemark est constituĂ© d’une pĂ©ninsule, le Jutland (Jylland) et de 443 Ăźles, dont 72 sont habitĂ©es. Les plus importantes sont l’üle de Fionie (Fyn) et le Seeland (SjĂŠlland). L’üle de Bornholm est situĂ©e Ă  l’est du reste du pays dans la mer Baltique. Beaucoup d’üles sont reliĂ©es par des ponts ; le pont d’Øresund relie le Seeland avec la rĂ©gion de Scanie en SuĂšde.

Le pays est relativement plat (les points les plus Ă©levĂ©s sont MĂžllehĂžj, Yding SkovhĂžj et Ejer BavnehĂžj, qui sont Ă  170,86 ; 170,77 ; et 170,35 mĂštres d’altitude). Le climat est tempĂ©rĂ© avec des Ă©tĂ©s doux et des hivers frais. Les plus grandes villes sont Copenhague (sur l’üle de Seeland), Aarhus (dans le Jutland), et Odense sur l’üle de Fionie.

Le Groenland, GrĂžnland en danois (« terre verte Â»), Kalaallit Nunaat en kalaallisut) est une Ăźle situĂ©e dans l’ocĂ©an Atlantique. Bien que gĂ©ographiquement rattachĂ©e Ă  l’AmĂ©rique du Nord, le territoire est juridiquement rattachĂ© Ă  l’Europe en tant que territoire autonome du Danemark. Le Groenland bĂ©nĂ©ficie d’une autonomie politique depuis 1994, fortement Ă©tendue Ă  la suite du vote du 25 novembre 2008. Ses 56 500 habitants ont choisi, au cours d’un rĂ©fĂ©rendum en 1982 (entrĂ© en vigueur le 1er fĂ©vrier 1985), de ne plus faire partie de la CommunautĂ© europĂ©enne et de la CECA[Quoi ?] auxquelles leur territoire appartenait depuis le 1er janvier 1973. Suite au rĂ©fĂ©rendum du 25 novembre 2008, le Groenland a accĂ©dĂ© le 21 juin 2009 Ă  une autonomie renforcĂ©e. Le Danemark lui cĂšde 32 domaines de compĂ©tences, dont ceux de la police et de la justice. Le groenlandais sera langue officielle. La capitale du Groenland est Nuuk (ou GodthĂ„b en danois). La ville compte 17 000 habitants et sa population est essentiellement composĂ©e de Groenlandais (80 %) et de Danois (14,5 %).

Subdivisions

Le Danemark et ses dépendances.
Article dĂ©taillĂ© : RĂ©gions du Danemark.

Depuis le 1er janvier 2007, et suite Ă  une dĂ©cision gouvernementale de juillet 2004, les 13 amter sont remplacĂ©s par rĂ©gions et les 270 communes sont regroupĂ©es en 98 structures de 20 000 habitants avec des responsabilitĂ©s proches de celles des anciens amter.

Le Groenland et les ßles Féroé sont deux régions autonomes rattachées au Danemark.

Villes

Article dĂ©taillĂ© : Villes du Danemark.

Environnement

Ferme Ă©olienne, partiellement offshore de la forteresse de Treekroner.

Le pays est devenu l’un des leaders mondial en matiĂšre d’éolien et a dĂ©veloppĂ© de nombreuses expĂ©riences d’écologie urbaine (Ă©coquartiers, architecture de haute qualitĂ© environnementale) dans le domaine du dĂ©veloppement durable. L’agriculture biologique s’est fortement dĂ©veloppĂ©, et une taxe significative sur les pesticides a considĂ©rablement fait diminuer l’usage de ces produits par l’agriculture dite « conventionnelle Â».
Le pays est cependant encore grĂȘvĂ© par une relative artificialisation du territoire et par la forte dĂ©gradation Ă©cologique de la mer Baltique (zones mortes, mĂ©taux lourds, radioactivitĂ©, surpĂȘche, eutrophisation et « zones mortes Â» dans le Skagerrak. Cette mer abrite aussi plusieurs dĂ©charges de dizaines de milliers de tonnes de munitions immergĂ©es (sĂ©quelles de guerre) dont un grand nombre de munitions chimiques qui ont rĂ©cemment commencĂ© Ă  se corroder et Ă  libĂ©rer leur contenu toxique dans l’environnement). Le Danemark est membre de la Commision HELCOM qui se penche au chevet de la Baltique avec les autres pays-Baltes et le soutien de l’Union EuropĂ©enne.

Politique

Article dĂ©taillĂ© : Politique du Danemark.

En 1848, le Danemark est devenu une monarchie constitutionnelle avec la ratification d’une nouvelle constitution. Le monarque est formellement le chef d’État, mais c’est une position plutĂŽt symbolique. Le pouvoir exĂ©cutif est tenu par les ministres du cabinet ; le ministre d’État est le « premier d’entre ses pairs Â» (primus inter pares). Le pouvoir lĂ©gislatif est exercĂ© par le parlement, connu en danois comme le Folketing qui comprend 179 membres (dont 175 reprĂ©sentent le Danemark mĂ©tropolitain). Les tribunaux du Danemark sont indĂ©pendants du pouvoir lĂ©gislatif et exĂ©cutif (sĂ©paration des pouvoirs du type de Montesquieu). Les Ă©lections sont organisĂ©es tous les quatre ans, mais le ministre d’État peut dĂ©cider d’appeler les Ă©lecteurs aux urnes plus tĂŽt, ce qui est presque systĂ©matique, le parti au pouvoir cherchant Ă  profiter d’un moment favorable Ă  sa reconduction. Tous les partis qui obtiennent au moins 2 % des voix sont reprĂ©sentĂ©s au Folketing.

Depuis 1972, la reine du Danemark est Margrethe II de Danemark.

La couronne du roi de Danemark est un des symboles de la monarchie.

Entre 2001 et 2009, le pays a Ă©tĂ© gouvernĂ© par Anders Fogh Rasmussen du parti Venstre (libĂ©ral) en coalition avec le parti conservateur et avec l’appui du parti populiste d’extrĂȘme droite. Sa politique repose sur le soutien aux États-Unis dans la guerre en Irak (530 soldats danois), l’arrĂȘt de la hausse des impĂŽts, une rĂ©duction de l’immigration et le maintien des acquis sociaux de l’État-providence. Il a Ă©tĂ© reconduit en 2005 malgrĂ© une lĂ©gĂšre diminution en voix.

La politique extĂ©rieure du Danemark a, depuis la fin du XIXe siĂšcle, consistĂ© essentiellement en l’affirmation de sa neutralitĂ©, politique qui a permis aux Danois d’échapper Ă  la PremiĂšre Guerre mondiale. Mais l’invasion du pays par l’Allemagne nazie en 1940 a montrĂ© les limites de la neutralitĂ© et le pays a, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, adoptĂ© pour sa politique extĂ©rieure une orientation trĂšs atlantiste.

Le gouvernement et le parlement sont par ailleurs en dialogue permanent avec les autres pays scandinaves dans le cadre du Conseil nordique.

Les principaux partis politiques danois, ainsi que leur score aux derniĂšres Ă©lections nationales (parlementaires), sont listĂ©s dans le tableau ci-dessous. Au Danemark, chaque parti est dĂ©signĂ© par une lettre de l’alphabet. Le gouvernement actuel (Anders Fogh Rasmussen III) est composĂ© des partis libĂ©ral (V) et conservateur (C) avec 19 ministres : 12 pour V et 7 pour C). C’est un gouvernement minoritaire qui a le soutien de O (extrĂȘme-droite) et Y (centre-droit).

Seuls les partis ayant participĂ© au scrutin du 13 novembre 2007 sont listĂ©s ci-dessus. Il existe une multitude de partis minoritaires non reprĂ©sentĂ©s au Folketing (dont Centrum-Demokraterne, Minoritetspartiet). Le mouvement contre l’Union europĂ©enne et le mouvement de juin (une scission du prĂ©cĂ©dent) sont reprĂ©sentĂ©s au Parlement europĂ©en et ne se prĂ©sentent que lors des Ă©lections europĂ©ennes. Au Groenland et aux Ăźles FĂ©roĂ©, des partis locaux sont reprĂ©sentĂ©s au Folketing.

Le taux de participation aux Ă©lections du 13 novembre 2007 Ă©tait de 86,6 % (contre 84,4 % en 2005).

Article dĂ©taillĂ© : Liste des partis politiques du Danemark.

Économie

Le Danemark a une Ă©conomie de marchĂ© moderne. Le niveau de vie est Ă©levĂ©, la couronne danoise (krone) Ă©tant stable car liĂ©e Ă  l’euro (1 â‚Ź = 7,42 DKK). L’économie dĂ©pend du commerce extĂ©rieur et le pays exporte principalement des produits alimentaires (porc, poisson, cĂ©rĂ©ales) et des produits manufacturĂ©s grĂące Ă  une industrie spĂ©cialisĂ©e dynamique. Plusieurs entreprises danoises ont ainsi acquis une notoriĂ©tĂ© mondiale sur des niches spĂ©cialisĂ©es en forte croissance (biĂšre, chaĂźnes haute fidĂ©litĂ©, fenĂȘtres de toit, Ă©oliennes, composants pour le chauffage et la climatisation, transport maritime, jouets, etc.).

TrĂšs dĂ©pendant du commerce extĂ©rieur en raison de la taille de son propre marchĂ©, le pays tire une partie importante de sa croissance de ses exportations (32 % de son PIB), concentrĂ©es sur certains produits, notamment produits pharmaceutiques, biens d’équipements industriels, mais aussi pĂ©trole et gaz naturel. DĂ©pourvu de ressources Ă©nergĂ©tiques hydrauliques et nuclĂ©aires, le pays s’est rĂ©solument tournĂ© vers l’éolien en mettant en place un parc considĂ©rable d’éoliennes terrestres et en pleine mer, qui rĂ©pond Ă  20 % des besoins Ă©lectriques du pays[rĂ©f. nĂ©cessaire]. Le diffĂ©rentiel des besoins provient de centrales thermiques et d’importations principalement de SuĂšde.

Le Danemark ne participe pas Ă  l’euro car les Danois ont rejetĂ© cette proposition par un rĂ©fĂ©rendum en septembre 2000. Avec le Royaume-Uni, c’est le seul État de l’Union europĂ©enne Ă  avoir signĂ© avec les autres États membres une clause d’opting-out en matiĂšre de monnaie unique, ce qui lui permettra, le cas Ă©chĂ©ant, de rester indĂ©finiment en dehors de la zone euro. Un nouveau rĂ©fĂ©rendum sur l’adhĂ©sion du Danemark Ă  la zone euro aurait pu se tenir au deuxiĂšme semestre 2008, mais l’idĂ©e a Ă©tĂ© repoussĂ©e.

Le fonctionnement du marchĂ© du travail se caractĂ©rise par un systĂšme de FlexicuritĂ© (facilitĂ© de licenciement conjuguĂ©e Ă  d’importantes indemnitĂ©s de licenciement).

DĂ©mographie

Évolution de la dĂ©mographie, en milliers d’habitants, entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005).
Article dĂ©taillĂ© : DĂ©mographie du Danemark.

La majoritĂ© de la population est d’origine scandinave et le danois est parlĂ© partout au Danemark.

Il y a des groupes d’Inuits et de FĂ©roĂ«ns issus des territoires autonomes du Groenland et des Ăźles FĂ©roĂ©.

PrĂšs de la frontiĂšre allemande, dans l’ancien amt du Jutland-du-Sud - un des anciens dĂ©partements danois, correspondant pour les Allemands au Schleswig Septentrional et aujourd’hui intĂ©grĂ© dans la rĂ©gion du Danemark-du-Sud (Syddanmark) - se trouve la seule minoritĂ© officielle de Danemark : la minoritĂ© allemande, dĂ©nommĂ©e Groupe ethnique allemand, qui comprend 25 000 personnes environ, soit prĂšs de 10 % de la population de l’ancien amt.

En outre, les immigrants Ă©trangers forment 8,9 % de la population d’aprĂšs les statistiques officielles en 2007.

Culture

Articles dĂ©taillĂ©s : Musique danoise et Culture du Danemark.
Costumes danois, 1911.

Hans Christian Andersen, un Ă©crivain surtout cĂ©lĂšbre pour ses contes, comme Les Habits neufs de l’empereur et Le vilain petit canard. D’autres Danois trĂšs cĂ©lĂšbres sont le philosophe existentialiste SĂžren Kierkegaard, le physicien Niels Bohr, les Ă©crivains Karen Blixen et Hans Scherfig, l’astronome Tycho Brahe et les cinĂ©astes Carl Dreyer et Lars von Trier.

Dans le domaine de la peinture, le Danemark a Ă©galement une place prĂ©pondĂ©rante en Scandinavie, grĂące, d’une part Ă  la richesse de certains de ses musĂ©es (musĂ©es d’art moderne LOUISIANA prĂšs de Copenhague, et d’Aalborg) et Ă  plusieurs Ă©coles qui permirent Ă  la peinture danoise de rayonner Ă  l’étranger (Ă©cole de Skagen, mouvement CoBrA).

En musique, notons que le batteur du groupe Metallica, Lars Ulrich, est originaire du Danemark.

FĂȘtes et jours fĂ©riĂ©s
Date Nom français Nom local Remarques
1er janvier Nouvel An NytĂ„rsdag  
jeudi avant PĂąques Jeudi saint SkĂŠrtorsdag  
vendredi avant PĂąques Vendredi saint Langfredag  
mars/avril Pùques PÄskesÞndag Les Danois célÚbrent trois jours pour Pùques.
le jour suivant PĂąques Lundi de PĂąques 2. pĂ„skedag  
5 juin Jour de la Constitution Grundlovsdag Signature de la constitution danoise en 1849.
4e vendredi aprĂšs PĂąques   Store bededag Jour des priĂšres : un rassemblement de plusieurs jours fĂ©riĂ©s chrĂ©tiens en un jour plein.
40 jours aprĂšs PĂąques Ascension Kristi himmelfartsdag  
7 semaines aprÚs Pùques PentecÎte Pinse Les Danois célÚbrent deux jours pour la PentecÎte.
24 décembre Veille de Noël Juleaften Les enfants reçoivent des cadeaux la veille de Noël.
25 décembre Jour de Noël (1.) juledag Les Danois célÚbrent trois jours pour Noël.
26 dĂ©cembre 2e jour de NoĂ«l 2. juledag  

Sous-cultures

Christiania, la « Commune libre Â» de la capitale, Copenhague, autogestionnaire et fondĂ©e en septembre 1971 sur le terrain de la caserne de Baadsmandsstraede par un groupe de squatters, de chĂŽmeurs et de hippies, est une des rares expĂ©riences libertaires historiques toujours en activitĂ© au Nord de l’Europe.

Religion

83,0 % (2006) de la population appartient Ă  l’Église du Peuple danois, une Église luthĂ©rienne (Lutheran). Le reste de la population appartient pour sa plus grande part aux autres Églises chrĂ©tiennes, ou sont musulmans.

Le Christianisme a Ă©tĂ© introduit au Danemark il y a plus de 1 000 ans. Avant l’an 1536, l’Église danoise Ă©tait catholique et romaine et soumise Ă  l’autoritĂ© du pape de Rome. Au dĂ©but du XVIe siĂšcle, des protestations (notamment celles de Luther en Allemagne) s’élevĂšrent contre les pratiques catholiques. Elles conduisirent Ă  la crĂ©ation de l’Église protestante, qui n’utilise plus le latin mais les langues nationales, et dans laquelle les prĂȘtres peuvent se marier et fonder une famille, entre autres changements. En 1536, l’Église protestante fut introduite au Danemark. On appelle cela la RĂ©forme. Le luthĂ©ranisme est maintenant la religion dominante au Danemark.

Le Danemark est divisĂ© en 10 Ă©vĂȘchĂ©s (Aalborg, Viborg, Århus, Ribe, Haderslev, Odense, Maribo, Roskilde, HelsingĂžr et Copenhague). Chaque Ă©vĂȘchĂ© possĂšde une cathĂ©drale et est dirigĂ© par un Ă©vĂȘque. Les Ă©vĂȘchĂ©s sont divisĂ©s en paroisses, dirigĂ©es par des pasteurs. Les paroisses sont au nombre de 2 300. Dans la Constitution, il est Ă©crit que « l’Église Ă©vangĂ©lique luthĂ©rienne est l’Église du peuple danois Â» et qu’elle est soutenue par l’État.

Lorsque l’on est baptisĂ© Ă  l’Église danoise, on en devient automatiquement membre, mais chacun est libre de s’en retirer par la suite. NĂ©anmoins, 90 % des Danois restent membres de l’Église danoise. Un enfant baptisĂ© reçoit un certificat de naissance et de baptĂȘme oĂč sont inscrits son lieu de naissance, sa date de naissance son numĂ©ro personnel (plus ou moins comme celui de la sĂ©curitĂ© sociale) ainsi que l’identitĂ© de ses parents. Si l’on ne souhaite pas faire baptiser son enfant Ă  l’Église danoise, on doit tout de mĂȘme s’adresser Ă  un de ses bureaux pour recevoir l’attestation de naissance et d’identitĂ©. L’enfant n’est alors pas membre de l’Église danoise, mais tous les enfants doivent avoir leur numĂ©ro personnel, un numĂ©ro que seule l’Église danoise est habilitĂ©e Ă  dĂ©livrer. L’attestation de naissance et d’identitĂ© contient le nom de l’enfant, son numĂ©ro personnel, ses lieu et date de naissance ainsi que l’identitĂ© de ses parents, et Ă©ventuellement si l’enfant est baptisĂ© dans une autre Église. Dans le sud du Jutland, les rĂšgles sont diffĂ©rentes. On doit s’adresser au « registre du peuple Â» (folkregistret).

Le ministre de l’Église est responsable des Ă©glises et des pasteurs. Mais chaque Ă©glise dispose d’une gestion autonome. Tous les quatre ans, les membres de l’Église choisissent un « conseil de congrĂ©gation Â» (menighedsrĂ„d) pour leurs Ă©glises locales. Ces conseils dĂ©signent les pasteurs, mais ces derniers reçoivent leur salaire de l’État.

Les membres de l’Église danoise payent l’impĂŽt de l’Église. Cet impĂŽt couvre une partie des dĂ©penses de l’Église. Il est levĂ© en mĂȘme temps que l’impĂŽt d’État. On ne doit toutefois pas s’en acquitter si l’on n’est pas membre de l’Église danoise, ou que l’on s’en est retirĂ©.

Depuis 1947, les femmes peuvent ĂȘtre pasteurs au Danemark. Cela a conduit Ă  une forte augmentation du nombre de femmes dans les Ă©tudes de thĂ©ologies et qui sont par la suite devenues pasteurs. Le plus haut poste dans la hiĂ©rarchie de l’Église est l’évĂȘchĂ©. Plusieurs femmes y ont accĂ©dĂ© ces derniĂšres annĂ©es.

Le rĂŽle des pasteurs est avant tout de mener les actions de l’église, comme le baptĂȘme, la confirmation, le mariage, l’enterrement ou la messe. Cette derniĂšre se tient tous les dimanches midi. On y chante des psaumes et Ă©coute le prĂȘche du pasteur concernant le texte de la Bible choisi. Il y a aussi des messes particuliĂšres Ă  NoĂ«l, Ă  PĂąques ou Ă  la PentecĂŽte. En outre, les pasteurs ont souvent un rĂŽle social. Ils parlent avec les gens qui ont des problĂšmes, visitent les personnes ĂągĂ©es ou les malades de leur paroisse.

L’Église catholique romaine, quant Ă  elle, regroupe 0,7 % environ des Danois, soit plus de 35 000 personnes. Un seul diocĂšse catholique existe au Danemark, dont l’évĂȘchĂ© se trouve Ă  Copenhague. Son Ă©vĂȘque est Mgr Czeslaw Kozon.

Résumé

Population : 5 447 084 habitants (en 2007). 0-14 ans : 18,618 % ; 15-64 ans : 66,057 % ; + 65 ans : 15,324 %
Superficie : 43 094 km2
Monnaie: Couronne danoise
DensitĂ© : 128 hab./km2
PIB (2006) : 215,7 milliards d’euros
Taux de chĂŽmage : 4,5 % (en 2006) (3,3 % (90 500) (juillet) 2007)
FrontiĂšres terrestres : 69 km (Allemagne 69 km)
Littoral : 7 314 km
ExtrĂ©mitĂ©s d’altitudes : - 7,5 m > + 171 m
EspĂ©rance de vie des hommes : 75,9 ans (en 2005/6)
EspĂ©rance de vie des femmes : 80,4 ans (en 2005/6)
Taux de croissance de la population : 0,3 % (en 2001)
Taux de natalitĂ© : 11,59 â€° (en 2003)
Taux de mortalitĂ© : 10,53 â€° (en 2003)
Taux de mortalitĂ© infantile : 4,63 â€° (en 2003)
Taux de fĂ©conditĂ© : 1,7 enfant/femme (en 2001)
Tan : 1,98 â€° (en 2001)
IndĂ©pendance : unification au Xe siĂšcle
Lignes de tĂ©lĂ©phone : 2,4 millions (en 2006)
TĂ©lĂ©phones portables : 5,6 millions (en 2006)
Postes de radio : 6 millions (en 1997)
Postes de tĂ©lĂ©vision : 3,12 millions (en 1997)
Utilisateurs d’I;[Quoi ?] : 3,763 millions (en 2005)
Nombre d’abonnĂ©s Ă  Internet : 2,416 millions (en 2006)
Routes : 71 474 km (71 474 km goudronnĂ©s) (en 1999)
Voies ferrĂ©es : 2 859 km (en 1998)
Voies navigables : 417 km
Nombre d’aĂ©roports : 119 (dont 28 avec des pistes goudronnĂ©es) (en 2000)

Codes

Le Danemark a pour codes :

Voir aussi

Commons-logo.svg

Liens externes

  • Portail du Danemark Portail du Danemark
  • Portail de l’Union europĂ©enne Portail de l’Union europĂ©enne

Ce document provient de « Danemark ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Royaume du Danemark de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Royaume de Danemark — Danemark WikipĂ©dia 
   WikipĂ©dia en Français

  • Royaume du Danemark et de NorvĂšge — Danmark–Norge DĂ€nemark Norwegen danois, allemand mais aussi norvĂ©gien, islandais, sami 1536 – 1814 
   WikipĂ©dia en Français

  • DANEMARK — PeuplĂ© de 5 135 409 habitants au 1er janvier 1990, avec une densitĂ© de 119,2 habitants au kilomĂštre carrĂ©, le Danemark s’étend sur une superficie de 43 092 kilomĂštres carrĂ©s, comprenant la pĂ©ninsule du Jylland (en allemand Jutland) et 406 Ăźles… 
   EncyclopĂ©die Universelle

  • royaume — [ rwajom ] n. m. ‱ 1260; reialme 1080; de l a. fr. reiam(m)e, lat. regimen, inis « direction, gouvernement » (→ 1. rĂ©gime) croisĂ© avec royal 1 ♩ Pays, État gouvernĂ© par un roi. ⇒ monarchie. Les provinces du royaume. Allus. littĂ©r. Il y a quelque… 
   EncyclopĂ©die Universelle

  • DANEMARK - ActualitĂ© (1990-1996) — P align=center Royaume du Danemark Politique intĂ©rieure Le 6 avril 1990, un incendie se dĂ©clare Ă  bord du ferry danois Scandinavian Star , battant pavillon des Bahamas, qui relie Oslo (NorvĂšge) Ă  Frederikshavn. Le bilan trĂšs lourd (158 morts)… 
   EncyclopĂ©die Universelle

  • Danemark — Kongeriget Danmark (da) Royaume de Danemark (fr) 
   WikipĂ©dia en Français

  • Royaume — Pour les articles homonymes, voir Royaume (homonymie). En politique, un royaume est un pays dont le rĂ©gime est la royautĂ© et le chef de l État est un roi. Le chef du gouvernement peut ĂȘtre autre que le roi (voir Monarchie). État Ă  rĂ©gime… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Royaume d’Angleterre — Royaume d Angleterre Cet article traite du Royaume d Angleterre, entitĂ© historique qui a existĂ© de 927 Ă  1707. Pour l’article principal concernant son Ă©quivalent contemporain, voir Angleterre.  Ne doit pas ĂȘtre confondu avec Royaume Uni de… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Royaume de NorvĂšge (1020-1396) — 1020 – 1396 Drapeau du Royaume de NorvĂšge Informations gĂ©nĂ©rales Statut Monarchie 
   WikipĂ©dia en Français

  • Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord — Royaume Uni  Ne doit pas ĂȘtre confondu avec l Angleterre ou la Grande Bretagne. 52° N 1° W 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.