Reel symbolique imaginaire

Réel symbolique imaginaire

Réel, symbolique et imaginaire, sont trois registres que distingue le psychanalyste. Ces trois registres sont repris dans le schéma RSI, de Jacques Lacan.L'attribution des qualités RSI donne une couleur, ou plus exactement une dimension aux concepts ( par exemple «le père» , le «phallus», la «castration»).

Sommaire

Réel, symbolique et imaginaire chez Sigmund Freud

Freud ne mentionne pas directement trois catégories qui s'opposent ; les catégories de réel, de symbolique et d'imaginaire ne forment pas chez cet auteur des structures, ou elles ne sont pas mentionnées comme telles.

La réalité peut être atteinte ; Freud mentionne une épreuve de réalité et un principe de réalité. Au contraire, le fait de rater la réalité, de la dénier, de la remplacer par quelque chose de subjectif, serait caractéristique de la psychose. Par opposition, la science, elle, permet bien de révéler ce qui est réel.

L'imaginaire est le domaine circonscrit du fantasme, de la rêverie diurne. La personne ne fantasme pas nécessairement : il existe une vie psychique en dehors du fantasme, une perception de la réalité, y compris connaissance de soi - là où Melanie Klein conçoit toute activité psychique comme relevant du fantasme, donc comme production imaginaire formation de compromis.

Le symbolique se manifeste par exemple dans le rêve, et plus précisément dans l'élaboration secondaire, ou prise en considération de la figurabilité. Ce mécanisme, au service de la résistance, vise à la formation d'un rêve semblant cohérent, formant un récit chargé de sens, lequel occulte précisément le contenu manifeste du rêve. Pour parvenir à ses fins, l'élaboration secondaire utilise le symbolisme. Freud note en particulier que certaines représentations sont symboles d'autres ; une représentation consciente peut signifier quelque chose d'inconscient. La pensée freudienne distingue le vécu du sujet, le signifié qui lui est subjectif, de certains symboles qui seraient universels, inscrits dans l'expérience humaine. Freud mentionne donc, dans L'interprétation des rêves, plusieurs symboles récurrents, en s'appuyant sur des œuvres antérieures, et notamment celles de Wilhelm Stekel et Herbert Silberer.

Les fanstasmes originaires soulèvent plus que toute autre notion freudienne cette question d'un ordre symbolique, structurant fortement la vie fantasmatique, et pourtant relativement indépendant de la vie de la personne. La révélation, par Ferenczi du réel, du symbolique et de l'imaginaire s'appuie fortement sur une telle conception de l'origine.

Réel, symbolique et imaginaire chez Ferenczi

Sándor Ferenczi s'intéresse au coït comme métaphore du retour dans le ventre maternel. L'idée d'un désir de retourner dans le ventre de la mère sera développée par Otto Rank, et existe également dans le taoïsme ; pour en rester à Ferenczi, celui-ci comprend la grossesse comme stade de toute-puissance réelle pour le nourrisson, comme époque où tous les désirs sont immédiatements satisfaits, d'où l'idée que, par la suite, l'adulte fantasmera un retour dans le ventre de la mère.

C'est dans Thalassa que Ferenczi précise cette idée. Dans le coït, le retour s'effectuerait de trois manières :

  • Il y a retour imaginaire dans le ventre : l'homme rentre dans le ventre au niveau du fantasme, lequel s'avérerait déterminé par une situation, réelle, de plaisir antérieur. Le fantasme vise à la répétition d'une expérience de satisfaction, si l'on veut historique.
  • Au niveau du phallus, il y a un retour symbolique dans le ventre. Dans le discours, qui se montre sans ambiguïté, il y a pénétration. De même que Lacan précisera que la castration est symbolique - puisque, dans le réel, il ne manque rien au sexe de la femme -, de même la pénétration n'est pas réelle. Ce qui serait visé ne serait pas tant l'utérus que l'intérieur.
  • Quant au sperme, il y a bien pénétration du ventre, ce qui se situe donc au niveau réel. Il y aurait identification à la semence en ce qu'elle a le privilège d'atteindre la situation intra-utérine. Le sperme formerait alors un alter ego narcissique.

On note donc que Ferenczi dévoile ces trois structures, mais pour montrer comment, d'une part,le symbolisme est au service de l'imaginaire, et d'autre part comment l'identification à un objet réel, elle aussi, étant au service du fantasme. On remarque également comme l'originaire se trouve indissociable des ces structures, organisateur qu'il est de l'ensemble de la vie fantasmatique. Thalassa développe sur ce point une métaphore géologique, la vie psychique de l'homme réaccomplissant une évolution de périodes telles que l'ère glaciaire. Par exemple, cette ère glaciaire déterminerait la période de latence.

Réel, symbolique et imaginaire chez Jacques Lacan

Lacan propose une métaphore. Si nous prenons une table, la table imaginaire recoupe les fonctions de cet objet, on mange dessus, elle peut servir à poser un vase, elle marque le repas, etc. La table symbolique, c'est le mot table tel qu'il vient se lier dans le discours : à table!, faire table rase - le signifiant table peut aussi s'insérer dans d'autres expressions, comme table des matières. Enfin, le réel se constitue du reste, soit ce que l'on ne connait pas.

Structures

L'approche proposée par Jacques Lacan, s'inspire des travaux de Ferdinand de Saussure et de Claude Lévi-Strauss : elle est structuraliste.

Symbolique

Le symbolique, c'est la capacité de représentation, le meurtre de la chose. Le symbolique est fondé par la métaphore paternelle faisant advenir les Noms du Père.

Imaginaire

L'Imaginaire est souvent supposé à tort précéder le Symbolique (voir ci-dessous la construction du Schéma R). En fait l'Imaginaire humain, fiction de la totalité unifiée, est uniquement permis par le Symbolique, donc lui succède, et n'a rien à voir avec l'imaginaire animal (non-verbal).

Dans ce registre, on trouve le moi (comme sujet aliéné, héritier de l'enfant assujet) .

Réel

Le réel a un statut particulier, du fait que l'on ne l'atteint pas. Le réel est inaccessible. Lacan : "le Réel, c'est l'impossible".


La naissance du Réel chez Lacan [1]

Lacan invente la version définitive de la notion de Réel (qui deviendra le Réel de Lacan ) dans son séminaire "L'identification" où il parle sans cesse du retournement et de l'inversion et surtout d'une phrase extraite de Kant où il est question de : "Ein leerer Gegenstand ohne Begriff" (Un objet vide de concept sans saisie possible avec la main).

  • Leer : qui signifie en allemand : vide, inoccupé, vacant (fig. : vide de sens)
  • Leerer : qui est simplement l'adaptation de l'adjectif "leer" lors de la déclinaison, lorsqu'il est placé devant le nom auquel il s'attribue (on ne peut pas dire "ein leer gegenstand" seulement "ein gegenstand ist leer") bien sûr le mot "leerer" peut aussi être un comparatif de supériorité et alors il signifie : "plus vide", mais cela n'a rien à voir avec le sens dans lequel Kant utilise ce mot.

Mettant en pratique ce dont il parle, peut-être même sans s'en rendre compte (pourquoi pas !), il part de l'adjectif allemand "leer" et il le retourne (comme il l’a fait avec l'algorithme saussurien s/S dont il a fait S/s), ou l'inverse pour en faire le Réel, concept dont il ne se départira plus.

Je ne suis pas sûr qu'il s'en soit rendu compte même si, toujours, Lacan appliquait à son discours ce dont il parlait ou qu'il était en train d'élaborer. Leer -> Inversion ou retournement -> Réel


Traduction des mots allemands employés par Kant :

  • Der Begriff : Le concept, idée, notion.
  • Begrifflich : adj. abstrait.
  • Der Gegenstand : L'objet (fig. :objet, sujet, matière).
  • Gegenstandlos : sans objet, superflu.
  • Gegenständlich : adj. concret, clair, objectif.
  • Die Leerheit : le vide, l'inanité.
  • Die Leerung : la vidange, l'évacuation, le vidage, la levée (postale)
  • Leer : (adj.) : vide, inoccupé, vacant (fig. : vide de sens)
  • Leeren : (verbe): vider, évacuer qch.

Citation de Charley Supper

Le Réel de Lacan est en opposition et en contradiction avec le réel de la science.

Le Réel de Lacan - Domaine de la Trinité où les choses peuvent être en même temps là et pas là ! C'est un lieu symbolique où jamais aucun humain n'a, n'a eu, ni n'aura accès. C'est un endroit vide et sans fond où, sous le signe de l'éternité, se trouvent représentés en creux l'Unité et l'Infini, comme à l'encre sympathique sur un support d'absence. C'est un trou toujours déjà vide de tout temps dont découle l'efficacité des effets du discours de chacun à condition qu'il ait bien voulu franchir le seuil de la mort (ou castration) symbolique. C'est l'endroit où se trouvent archivés à foison tous les outils nécessaires à l'exercice de l'art. C'est la demeure des trois grands "A". L'Art, l'Autre et l'Amour. On y trouve en nombre infini, toutes les lettres nécessaires à l'écriture d'un roman… Plus vous en utilisez, plus il y en a !C'est l'endroit où l'infini (comme le hasard) est saisi dans sa négation, comme un infini qu'il n'y a pas.Mais le fait de le citer même dans sa négation le fait exister comme lorsqu'on dit le centaure. Chacun sait qu'il a deux bras et quatre pattes et pourtant cela n'existe pas !

Le réel de la science - Domaine du binaire où les choses sont ou là ou pas là !

C'est un comble pourrait-on dire car c'est le même trou que le réel de Lacan, mais saisi seulement sur le mode imaginaire dans une tentative follement pathologique de le combler, sans tenir compte que ce mode d'abord du trou débouche sur l'addiction. Plus on le comble plus il se multiplie. L'invention d'un vaccin crée plusieurs maladies nouvelles. L'infini s'y trouve être l'endroit que la science cherche à combler. Cela s'appelle la folie !

Index des formules lacaniennes dans le Séminaire : "L'identification" (1961-1962)

(à télécharger dans le dossier sur Internet : "tout Lacan")

Au sujet de la phrase de Kant : "Ein leerer Gegenstand ohne Begriff"

Pages : 150-156-157-211

Le retournement

Pages : 107-128-147-187-194-216-229-270-299-307-311-312-343-344-347-365-403

L'inversion

Pages : 57-80-97-107-11-114-188-204-216-228-231-237-243-245-247-249-252-256-260-287-298-299-307-312-315-322-323-329-355-356-364-376-391-417

Le Réel

Pages : 24-26-31-36-37-52-57-64-65-67-68-70-72-83-89-196-199-22224-244-247-264-266-267-282-286-287-291-297-304-305-309-310-315-316-317-318-319-344-350-362-393-394-400-404-409-410-411

_________________________________________________________________________________________

«Il fallait encore du temps pour que ce Réel que j’ai promu dès mes prémisses au rang de catégorie (et dont les badauds me décriaient de ne pas le voir venir), je rendisse clair qu’il ne se livre qu’à l’acte qui force le fantasme dont s’asseoit la réalité. Scilicet l’acte psychanalytique en reste loin, quoique hors de lui, ce soit impossible : le réel quoi ! Interdit aux tricheurs.»


Le schéma R

Le schéma R permet de rendre compte pour la première fois des trois champs isolés par Lacan du Réel, du Symbolique et de l'Imaginaire. Il complète le précédent schéma de Lacan le schéma L. En effet, dans ce schéma L, le réel était absent, seuls les deux axes, qui s'entrecroisaient, du symbolique et de l'imaginaire étaient représentés. Cependant, comme on le verra plus bas, le Réel n'apparaît pas sur le schéma original en deux dimensions. L'erreur commune est de croire que la lettre R inscrite sur le quadrangle miIM désigne le réel, alors qu'une longue note de Lacan (près d'une page ...) précise à plusieurs reprises qu'elle désigne la Réalité psychique !

Le schéma R est esquissé progressivement dans le séminaire les "Formations de l'inconscient" notamment dans les séances consacrées à la métaphore paternelle, les deux triangles du Symbolique et de l'Imaginaire sont en effet tout d'abord opposés en miroir. Au somment du triangle symbolique Lacan inscrit le signifiant du Nom du père et au sommet du triangle imaginaire, le phallus, phallus imaginaire auquel l'enfant tente de s'identifier.

Ce schéma R est par contre pleinement développé dans le texte des Écrits, "D'une question prélimainaire à tout traitement possible de la psychose". De fait dans ce texte, Lacan utilise ce schéma R pour construire un autre schéma qu'il appelle "Schéma I" et qui, lui, visera à rendre compte de la structure et des lignes de force du grand délire paranoïaque du Président Schreber (diagnostic contestable discuté ici).

Fichier:Schéma R.svg

Légende du schéma (lettres désignant les concepts)

Vecteurs

Le vecteur  \vec iM désigne les figures de l'autre imaginaire sous l'expression générale de l'image spéculaire.

Le vecteur \vec mI désigne les identifications formatrices du moi assujetties à l'identification paternelle de l'Idéal du moi.

Lacan :

"On peut situer de i à M, soit en a, les extrémités des segments Si, Sa1, Sa2, San, SM, où placer les figures de l’autre imaginaire dans les relations d’agression érotique où elles se réalisent,
On peut situer de m à I, soit en a’, les extrémités de segments Sm, Sa'1, Sa'2, Sa'n, SI, où le moi s’identifie, depuis son Urbild (image primitive) spéculaire jusqu’à l’identification paternelle de l’Idéal du moi."

Ruban de Möbius

Les lettres i et I, ainsi que m et M, au-delà des deux vecteurs précédemment cités, font apparaître une jonction amenant bel et bien la Réalité psychique à se détacher comme ruban de Mobius. Si l'on rattache m à i, i à I, I à M et M à m, on obtient non plus une bande mise à plat mais un ruban de Mobius qui lie Imaginaire et Symbolique, et dont le trou central, où gît l'objet a, représente le Réel.

Lacan : "les points dont ce n'est pas par hasard (ni par jeu) que nous avons choisi les lettres dont ils se correspondent m, M, i, I et qui sont ceux dont s'encadre la seule coupure valable sur ce schéma (soit la coupure m i I M ... ), indiquent assez que cette coupure isole dans le champ une bande de Mœbius."

On s'en fera une idée plus précise en consultant le Schéma R légèrement modifié par nous[2]: à insérer très bientôt[3].

Construction du Schéma R

(on trouvera une autre version de cette construction, plus développée et plus précise dans l'article Approche lacanienne de la psychose).

Le schéma se comprend mieux dans son évolution. Il part d'une situation d'indistinction fusionnelle entre la mère et l'enfant, souvent appelée symbiose : mais Lacan rejette vivement ce terme car la situation qu'il décrit n'est pas symbiotique. L'enfant est identifié au phallus, soit à l'objet qui manque à la mère ; il y a dès l'origine manque et l'enfant reconnait le manque dans l'autre. Il n'y a donc pas symbiose, le manque fait tiers terme, et le phallus peut le combler.

L'objet phallique est imaginaire, et l'identification de l'enfant à cet objet est une identification imaginaire. D'autre part, le désir de l'enfant est désir de désir. L'enfant est assujet (assujetti à sa mère). Cette triangulation marque le registre imaginaire.

Puis, l'enfant remarque que la mère s'intéresse, dans la réalité, à un père. Ce père sera un phallus rival auprès de l'autre, auprès de la mère. La mère a donc introduit un père symbolique et déplace l'intérêt de l'enfant, qui va se situer comme sujet désirant, inaugurant l'épreuve de réalité et l'espace symbolique. Ce registre symbolique modifie la dialectique de l'être en dialectique de l'avoir.

Schéma RSI.svg
  • Imaginaire :

Là où se situait la mère, se constitue la représentation imaginaire de l'objet fondamental de désir, soit l' image spéculaire : i.
Là où l'enfant situait le phallus imaginaire, sera le lieu du sujet de l'inconscient : S.
Là où l'enfant s'était d'abord situé (enfant assujet), il y aura son Moi , aliéné : m.

  • Symbolique :

La nouvelle position de l'enfant marquera le lieu de l'Idéal du Moi : I. Il y aura là a'
Là où il y avait la mère M, il y aura le petit autre a.
P est le lieu de l'inscription phallique. Ce sera le lieu du Grand Autre.

Discussion du schéma

Quelle est l'origine, la direction, le sens, la norme des vecteurs ci-dessus cités ?

Quelle relation d'équivalence permet d'obtenir un ruban de Möebius quand on quotiente la bande de réalité par elle ?

Voir aussi

Notes et références

  1. http://www.lituraterre.org/Illettrisme_et_Topologie-Naissance_du_Reel_chez_Lacan_1.htm
  2. Jean-Jacques Pinto, psychanalyste et intervenant en argumentation à l'Université de Provence. Voir source dans la bibliographie
  3. . On peut d'ores et déjà le consulter ici

Bibliographie

  • Sándor Ferenczi, Thalassa, essai sur la théorie génitale, Paris, Payot, 1966
  • Jacques Lacan, Séminaire XXII : R.S.I. in Séminaires de Jacques Lacan. Editions du Seuil
  • Jacques Lacan, « D’une question préliminaire à tout traitement possible de la psychose » in J. Lacan, Écrits (1966). Editions du Seuil
  • Gérard Pommier, Qu'est-ce que le «Réel» ?, Erès, 2004, ISBN 2-7492-0340-6
  • Jean-Claude Milner, Les Noms indistincts, Le Seuil, collection « Connexions du Champ freudien », 1983
  • Extrait du Mémoire de psychiatrie de J.-J. Pinto sur la psychothérapie des psychoses (partie théorique). Avis important : ce texte, ainsi que le Schéma R développé, fait l'objet, avec l'autorisation de son auteur, Jean-Jacques Pinto, d'une « publication sous licence GNU de documentation libre » dans l'encyclopédie Wikipedia.

Liens externes

  • Portail de la psychologie Portail de la psychologie
Ce document provient de « R%C3%A9el symbolique imaginaire ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Reel symbolique imaginaire de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Réel symbolique imaginaire — Réel, symbolique et imaginaire sont trois registres distingués par Jacques Lacan et repris par les psychanalystes d orientation lacanienne. Ces trois registres sont regroupés dans le schéma RSI proposé par Lacan.L attribution des qualités RSI… …   Wikipédia en Français

  • Imaginaire canadien-français — Imaginaire L imaginaire peut être défini sommairement comme la fabrique des images, des représentations, de visions d un individu ou d un groupe, pour exprimer sa façon de concevoir sa relation à l altérité et au monde. Sommaire 1 Définition 1.1 …   Wikipédia en Français

  • Imaginaire catholique — Imaginaire L imaginaire peut être défini sommairement comme la fabrique des images, des représentations, de visions d un individu ou d un groupe, pour exprimer sa façon de concevoir sa relation à l altérité et au monde. Sommaire 1 Définition 1.1 …   Wikipédia en Français

  • Imaginaire québécois — Imaginaire L imaginaire peut être défini sommairement comme la fabrique des images, des représentations, de visions d un individu ou d un groupe, pour exprimer sa façon de concevoir sa relation à l altérité et au monde. Sommaire 1 Définition 1.1 …   Wikipédia en Français

  • Imaginaire — Pour les articles homonymes, voir Imaginaire (homonymie). L imaginaire peut être défini sommairement comme la fabrique des images, des représentations, de visions d un individu ou d un groupe, pour exprimer sa façon de concevoir sa relation à l… …   Wikipédia en Français

  • Réel — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Réel », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Le mot réel peut être employé en tant que :… …   Wikipédia en Français

  • SYMBOLIQUE — Le symbolique constitue une topique, la topique du symbole. Alors que le signe est arbitraire, inventé, unilatéral, sans vie, épuisé dans sa définition, clair et défini dans sa signification, le symbole est plus qu’un signe quelconque; c’est… …   Encyclopédie Universelle

  • imaginaire — [ imaʒinɛr ] adj. et n. m. • 1496; lat. imaginarius 1 ♦ Qui n existe que dans l imagination, qui est sans réalité. ⇒ irréel; fictif. Animaux imaginaires (dahu, dragon, licorne...). ⇒ fabuleux, fantastique. Être imaginaire. ⇒ légendaire, mythique …   Encyclopédie Universelle

  • IMAGINAIRE ET IMAGINATION — Le champ sémantique des divers vocables dérivés en français du terme d’image risquerait d’être singulièrement appauvri si l’interprétation en était faite sur le seul fondement étymologique du latin imago . Dans son acception originaire, ce terme… …   Encyclopédie Universelle

  • réel — réel, elle [ reɛl ] adj. et n. m. • 1380 real « qui existe effectivement »; 1283 dr.; lat. médiév. realis, de res « chose » I ♦ Adj. Qui consiste en une chose ou concerne une chose, les choses. 1 ♦ Dr. Qui concerne les choses (opposé à personnel) …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.