Rayon X

ÔĽŅ
Rayon X
Une des premières radiographies prise par Wilhelm Röntgen.
Divers systèmes utilisant les rayons X sont déjà utilisés pour la surveillance aux frontières et dans les aéroports, sur les objets et véhicules. D'autres sont en test ou à l'étude concernant l'humain.

Les rayons X sont une forme de rayonnement √©lectromagn√©tique √† haute fr√©quence constitu√© de photons dont la longueur d'onde est comprise approximativement entre 5 picom√®tres et 10 nanom√®tres. L'√©nergie de ces photons va de quelques eV (√©lectron-volt), √† plusieurs dizaines de MeV. C'est un rayonnement ionisant utilis√© dans de nombreuses applications dont l'imagerie m√©dicale (¬ę radiographie conventionnelle ¬Ľ[1]) et la cristallographie.

Les rayons X ont √©t√© d√©couverts en 1895 par le physicien allemand Wilhelm R√∂ntgen, qui a re√ßu pour cela le premier prix Nobel de physique ; il les nomma ainsi car ils √©taient d'une nature inconnue[2].

Les rayons X et les rayons gamma sont de m√™me nature, mais sont produits diff√©remment : les rayons X sont produits par des transitions √©lectroniques alors que les rayons gamma sont produits lors de la d√©sint√©gration radioactive des noyaux des atomes ou d'autres processus nucl√©aires ou subatomiques.

C'est une gamme de rayonnement très utilisée en astrophysique contemporaine.

Sommaire

Historique

√Ä la fin du XIXe si√®cle, Wilhelm R√∂ntgen, comme de nombreux physiciens de l'√©poque, se passionne pour les rayons cathodiques qui ont √©t√© d√©couverts par Hittorf en 1869 ; ces nouveaux rayons avaient √©t√© √©tudi√©s par Crookes[3]. √Ä cette √©poque, tous les physiciens savent reproduire l'exp√©rience de Crookes mais personne n'a eu d'id√©e d'application de ces rayonnements.

En 1895, Wilhelm R√∂ntgen reproduit l'exp√©rience √† de nombreuses reprises en modifiant ses param√®tres exp√©rimentaux (types de cibles, tensions diff√©rentes, etc.). Le 8 novembre 1895, il parvient √† rendre luminescent un √©cran de platinocyanure de baryum. C'est une intuition que l'on peut qualifier de ¬ę g√©niale ¬Ľ qui va mener R√∂ntgen dans la direction de sa d√©couverte : il d√©cide de faire l'exp√©rience dans l'obscurit√© en plongeant son tube de Crookes dans un caisson opaque. Le r√©sultat est identique √† la situation normale. R√∂ntgen place ensuite diff√©rents objets de diff√©rentes densit√©s entre l'anode et l'√©cran fluorescent, et en d√©duit que le rayonnement traverse la mati√®re d'autant plus facilement que celle-ci est peu dense et peu √©paisse. Plus troublant encore, lorsqu'il place des objets m√©talliques entre le tube et une plaque photographique, il parvient √† visualiser l'ombre de l'objet sur le n√©gatif.

Röntgen parvient à en déduire que les rayons sont produits dans la direction des électrons du tube et que ce rayonnement est invisible et très pénétrant.

Comme il ne trouve pas de d√©nomination ad√©quate pour ses rayons, R√∂ntgen les baptise ¬ę Rayons X ¬Ľ. Notons au passage que ce rayonnement est encore souvent appel√© R√∂ntgenstrahlung[4] en Allemagne, et que l'autre nom de la radiologie est encore aujourd'hui la r√∂ntgenologie.

Le premier clich√© est celui de la main d'Anna Bertha R√∂ntgen (22 d√©cembre 1895, pose de 20 min.) ; il s'agit de la premi√®re radiographie, la radiologie est n√©e.

Un mois plus tard, Bergonié reproduit à Bordeaux l'expérience de Röntgen, avant que ce dernier publie officiellement.

Le 28 d√©cembre 1895, R√∂ntgen publie sa d√©couverte dans un article intitul√© ¬ę √úber eine neue Art von Strahlen ¬Ľ[5] dans le bulletin de la Soci√©t√© physico-chimique de Wurtzbourg.

C'est cette découverte qui lui vaudra le premier prix Nobel de physique en 1901.

Il tire quatre conclusions dans son article :

  1. ¬ę les rayons X sont absorb√©s par la mati√®re ; leur absorption est en fonction de la masse atomique des atomes absorbants ;
  2. les rayons X sont diffus√©s par la mati√®re ; c'est le rayonnement de fluorescence ;
  3. les rayons X impressionnent la plaque photographique ;
  4. les rayons X d√©chargent les corps charg√©s √©lectriquement. ¬Ľ

La recherche de Röntgen est rapidement développée en dentisterie puisque deux semaines plus tard, le Dr Otto Walkhoof réalise à Braunschweig la première radiographie dentaire.

Il faut 25 minutes d'exposition. Il utilise une plaque photographique en verre, recouverte de papier noir et d'une digue (champ op√©ratoire) en caoutchouc. Six mois apr√®s, para√ģt le premier livre consacr√© √† ce qui va devenir la radiologie dont les applications se multiplient - dans le cadre de la physique m√©dicale, pour le diagnostic des maladies puis leur traitement (radioth√©rapie qui donne une expansion extraordinaire √† ce qui √©tait jusque-l√† l'√©lectroth√©rapie).

Röntgen laissa son nom à l'unité de mesure utilisée en radiologie pour évaluer une [[exposition [radiologie)|exposition aux rayonnements]]. Le symbole des röntgens est R.

La découverte de Röntgen fit rapidement le tour de la terre. En 1897, Antoine Béclère, pédiatre et clinicien réputé, créa, à ses frais, le premier Laboratoire hospitalier de radiologie.

Tout le monde voulait faire photographier son squelette. Mais pendant longtemps, les doses √©taient trop fortes. Par exemple, Henri Simon, photographe amateur, a laiss√© sa vie au service de la radiologie. Charg√© de prendre les radiographies, les sympt√īmes dus aux radiations ionisantes apparurent apr√®s seulement deux ans de pratique. On lui amputa d'abord la main (qui √©tait constamment en contact avec l'√©cran fluorescent) mais ensuite, un cancer g√©n√©ralis√© se d√©clara.

Au d√©but de la radiologie, les rayons X √©taient utilis√©s √† des fins multiples : dans les f√™tes foraines o√Ļ on exploitait le ph√©nom√®ne de fluorescence, dans les magasins o√Ļ l'on √©tudiait l'adaptation d'une chaussure au pied des clients gr√Ęce au rayonnement et bien s√Ľr, on les utilisait pour la radiographie m√©dicale. Encore l√†, on fit quelques erreurs, par exemple en radiographiant les femmes enceintes.

Avec les années, en médecine pour la fluoroscopie ou radioscopie, on diminua la durée des examens et les quantités administrées. En 1948, notamment, par la découverte de la "Crête de Tavernier" par le physicien belge Guy Tavernier qui correspond à un accroissement de la dose d'irradiation dans les tissus avant leur décroissance avec la profondeur, ce qui mena à une réduction de la dose d'exposition de 1,2 Roentgen à 0,3 Roentgen par semaine au niveau international dès 1950. Cette valeur sera encore divisée par 3 dès 1958 pour tenir compte des risques potentiels d'effets génétiques.

Cent ans apr√®s leur d√©couverte, on se sert encore des rayons X en radiographie moderne. On les utilise aussi dans les scanners, pour effectuer des coupes du corps humain, et dans les densitom√®tres pour d√©tecter ou suivre l'ost√©oporose. Plusieurs autres techniques sont actuellement utilis√©es en imagerie m√©dicale : l'√©chographie (qui utilise les ultrasons), l'imagerie par r√©sonance magn√©tique nucl√©aire, la scintigraphie ou encore la tomographie par √©mission de positons.

Mais l'utilisation des rayons X ne se limite pas au seul domaine de la m√©decine : les services de s√©curit√© les utilisent pour examiner le contenu des valises ou des conteneurs a√©riens et maritimes sur √©cran. Les policiers les exploitent afin d'analyser les fibres textiles et les peintures se trouvant sur le lieu d'un sinistre. En min√©ralogie, on peut identifier divers cristaux √† l'aide de la diffraction des rayons X. Enfin, depuis peu, il est possible d'√©tudier des fossiles pi√©g√©s √† l'int√©rieur d'un mat√©riau (type ambre) et d'en voir des coupes virtuelles[6].

Production des rayons X

Article principal : G√©n√©rateur de rayons X.

Les rayons X sont un rayonnement √©lectromagn√©tique comme les ondes radio, la lumi√®re visible, ou les infra-rouge. Cependant, ils peuvent √™tre produits de deux mani√®res tr√®s sp√©cifiques :

  1. par des changements d'orbite d'√©lectrons provenant des couches √©lectroniques ; les rayons X sont produits par des transitions √©lectroniques faisant intervenir les couches internes, proches du noyau ; l'excitation donnant la transition peut √™tre provoqu√©e par des rayons X ou bien par un bombardement d'√©lectrons, c'est notamment le principe de la spectrom√©trie de fluorescence X et de la microsonde de Castaing ;
  2. par acc√©l√©ration d'√©lectrons (acc√©l√©ration au sens large : freinage, changement de trajectoire) ; on utilise deux syst√®mes :
Production de rayons X par Bremsstrahlung.
  • le freinage des √©lectrons sur une cible dans un tube √† rayons X : les √©lectrons sont extraits par chauffage d'une cathode de tungst√®ne, acc√©l√©r√©s par une tension √©lectrique dans un tube sous vide, ce faisceau sert √† bombarder une cible m√©tallique (appel√©e anode ou anti-cathode) ; le ralentissement des √©lectrons par les atomes de la cible provoque un rayonnement continu de freinage, dit Bremsstrahlung (nom commun f√©minin)[7];
    voir l'article Tube √† rayons X ;
  • la courbure de la trajectoire dans des acc√©l√©rateurs de particule, c'est le rayonnement dit ¬ę synchrotron ¬Ľ.

Lors de la production de rayons X avec un tube à rayons X, le spectre est composé d'un rayonnement continu Bremsstrahlung, mais aussi de raies spécifiques à l'anode utilisée et qui sont dues au phénomène de fluorescence.

Spectre produit avec un tube à rayons X. Le fond continu correspond à la Bremsstrahlung et les raies proviennent des transitions électroniques de l'anode

Anecdotiquement, des rayons X peuvent être produits par triboluminescence, décollement d'un ruban adhésif sous vide, et la quantité émise peut alors suffire pour faire une radiographie (de mauvaise qualité) d'un doigt[8].

Propriétés des rayons X

Historiquement, les rayons X étaient connus pour faire briller certains cristaux (fluorescence), ioniser les gaz et impressionner les plaques photographiques.

Les principales propri√©t√©s des rayons X sont les suivantes :

  • ils p√©n√®trent facilement la ¬ę mati√®re molle ¬Ľ, c'est-√†-dire la mati√®re solide peu dense et constitu√©e d'√©l√©ments l√©gers comme le carbone, l'oxyg√®ne et l'azote, et sont facilement absorb√©s par la ¬ę mati√®re dure ¬Ľ (mati√®re solide dense constitu√©e d'√©l√©ments lourds) ;
c'est ce qui permet l'imagerie m√©dicale (radiographie, scanner, densitom√©trie osseuse) : ils traversent la chair et sont arr√™t√©s par les os ;
  • ils sont facilement absorb√©s par la couche d'air tr√®s √©paisse que constitue l'atmosph√®re ;
de fait, les t√©lescopes √† rayons X (qui d√©tectent les rayons X √©mis par les √©toiles) doivent √™tre plac√©s dans des satellites ;
  • l'ordre de grandeur de leur longueur d'onde √©tant celui des distances interatomiques dans les cristaux (m√©taux, roches...), ils peuvent diffracter sur ces cristaux ;
ceci permet de faire de l'analyse chimique, et plus pr√©cis√©ment de l'analyse de phase par diffraction de rayons X (ou radiocristallographie) ;
  • du fait de l'√©nergie importante des photons, ils provoquent des ionisations des atomes, ce sont des rayonnements dits ¬ę ionisants ¬Ľ ;
ceci donne naissance au phénomène de fluorescence X, qui permet une analyse chimique, mais cela modifie aussi les cellules vivantes.

Effets sur la santé

Les rayons X sont des radiations ionisantes. Une exposition prolong√©e aux rayons X peut provoquer des br√Ľlures (radiomes) mais aussi des cancers et des anomalies chez le nourrisson et l'enfant de moins de 1 an.

Les personnels travaillant avec des rayons X doivent suivre une formation sp√©cifique, √™tre prot√©g√©s et suivis m√©dicalement (ces mesures peuvent √™tre peu contraignantes si l'appareil est bien ¬ę √©tanche ¬Ľ aux rayons X)

Détection

Les rayons X sont invisibles √† l'Ňďil, mais ils impressionnent les pellicules photographiques. Si l'on place un film vierge prot√©g√© de la lumi√®re (dans une chambre noire ou envelopp√©e dans un papier opaque), la figure r√©v√©l√©e sur le film donne l'intensit√© des rayons X ayant frapp√© la pellicule √† cet endroit. C'est ce qui a permis √† R√∂ntgen de d√©couvrir ces rayons. Ce proc√©d√© est utilis√© en radiographie m√©dicale ainsi que dans certains diffractom√®tres (clich√©s de Laue, chambres de Debye-Scherrer). Il est aussi utilis√© dans les syst√®mes de suivi des manipulateurs : ceux-ci doivent en permanence porter un badge, appel√© ¬ę film dosim√®tre ¬Ľ, enfermant une pellicule vierge ; ce badge est r√©guli√®rement chang√© et d√©velopp√© par les services de sant√© pour contr√īler que le manipulateur n'a pas re√ßu de dose excessive de rayons X.

Comme tous les rayonnement ionisants, les rayons X sont d√©tect√©s par les compteurs Geiger-M√ľller (ou compteur G-M). Si l'on diminue la tension de polarisation du compteur, on obtient un compteur dit ¬ę proportionnel ¬Ľ (encore appel√© ¬ę compteur √† gaz ¬Ľ ou ¬ę compteur √† flux gazeux ¬Ľ) ; alors que le compteur G-M travaille √† saturation, dans le compteur proportionnel, les impulsions √©lectriques g√©n√©r√©es sont proportionnelles √† l'√©nergie des photons X.

Les rayons X provoquent aussi de la fluorescence lumineuse sur certains mat√©riaux, comme l'iodure de sodium NaI. Ce principe est utilis√© avec les ¬ę compteurs √† scintillation ¬Ľ (ou ¬ę scintillateurs ¬Ľ) : on place un photod√©tecteur apr√®s un cristal de NaI ; les intensit√©s des impulsions √©lectriques r√©colt√©es par le photomultiplicateur sont elles aussi proportionnelles aux √©nergies des photons.

De m√™me qu'ils peuvent ioniser un gaz dans un compteur G-M ou proportionnel, les rayons X peuvent aussi ioniser les atomes d'un cristal semi-conducteur et donc g√©n√©rer des paires √©lectron-trou de charges. Si l'on soumet un semi-conducteur √† une haute tension de pr√©polarisation, l'arriv√©e d'un photon X va lib√©rer une charge √©lectrique proportionnelle √† l'√©nergie du photon. Ce principe est utilis√© dans les d√©tecteurs dits ¬ę solides ¬Ľ, notamment pour l'analyse dispersive en √©nergie (EDX ou EDS). Pour avoir une r√©solution correcte, limit√©e par l'√©nergie de seuil n√©cessaire √† la cr√©ation de charges, les d√©tecteurs solides doivent √™tre refroidis, soit avec une platine Peltier, soit √† l'azote liquide. Les semi-conducteurs utilis√©s sont en g√©n√©ral du silicium dop√© au lithium Si(Li), ou bien du germanium dop√© au lithium Ge(Li). Il existe cependant des d√©tecteurs semi-conducteurs non refroidis √† base de Silicium ou de Tellurure de Cadmium. L'utilisation de structures √† diodes bloquantes permet en particulier de r√©duire le bruit associ√© au courant d'obscurit√©.

Notons au passage que la faible temp√©rature n'a pas d'effet direct sur la valeur de l'√©nergie de seuil, mais sur le bruit de fond. Il est possible en revanche d'utiliser des supraconducteurs maintenus √† tr√®s basse temp√©rature afin de faire usage d'√©nergie de seuil vraiment petite. Par exemple l'√©nergie de seuil n√©cessaire √† la cr√©ation de charges ¬ę libres ¬Ľ dans le silicium est de l'ordre de 3 eV, alors que dans le tantale supraconducteur, disons au-dessous de 1 Kelvin, elle est de 1 meV, soit 1 000 fois plus faible. La diminution de la valeur de seuil a pour effet d'augmenter le nombre de charges cr√©√©es lors de la d√©position d'√©nergie, ce qui permet d'atteindre une meilleure r√©solution. Cette derni√®re est en effet limit√©e par les fluctuations statistiques du nombre de charge cr√©√©es. L'amplitude de ces fluctuations peut s'estimer avec la Loi de Poisson. Des exp√©riences r√©centes de d√©tection d'un photon X √† l'aide d'un calorim√®tre maintenu √† tr√®s basse temp√©rature (0,1 K) permettent d'obtenir une excellente r√©solution en √©nergie. Dans ce cas, l'√©nergie du photon absorb√© permet de chauffer un absorbeur, la diff√©rence de temp√©rature est mesur√©e √† l'aide d'un thermom√®tre ultra sensible.

Afin de comparer les approches : les d√©tecteurs bas√©s sur le silicium permettent une pr√©cision de la mesure de l'ordre de 150 eV pour un photon de 6 000 eV. Un senseur supraconducteur au tantale permet d'approcher 20 eV, et un calorim√®tre maintenu √† 0,1 K a r√©cemment d√©montr√© une r√©solution d'environ 5 eV, soit un pouvoir de r√©solution de l'ordre de 0,1 %. Il est utile de mentionner que les m√©thodes de d√©tection cryog√©niques ne permettent pas encore de fabriquer des capteurs poss√©dant un grand nombre d'√©l√©ments d'images (pixel), alors que les capteurs bas√©s sur les semi-conducteurs offrent des ¬ę cam√©ras ¬Ľ √† rayons X avec plusieurs milliers d'√©l√©ments. De plus, les taux de comptage obtenus par les senseurs cryog√©niques sont limit√©s, 1 000 √† 10 000 cps par pixel.

Rayons X en cristallographie

L'analyse des cristaux par diffraction de rayons X est aussi appel√©e radiocristallographie. Ceci permet soit de caract√©riser des cristaux et de conna√ģtre leur structure (on travaille alors en g√©n√©ral avec des monocristaux), soit de reconna√ģtre des cristaux d√©j√† caract√©ris√©s (on travaille en g√©n√©ral avec des poudres polycristallines).

GonioX.jpg

Pour travailler avec un monocristal, on utilise l'appareil ci-contre :

  • Les rayons X sortent par le tube vertical en haut ;
  • le cristal au centre de la photo est trop petit pour √™tre vu ; il est fix√© √† l'extr√©mit√© d'une fine aiguille de verre manipul√©e par la t√™te goniom√©trique sur la droite (qui ressemble au mandrin d'une perceuse) et permet selon trois axes successifs (un vertical, un √† 45¬į et un horizontal) de tourner le cristal dans toutes les orientations tout en le maintenant dans le faisceau de rayons X ;
  • une cam√©ra vid√©o (en noir en haut √† gauche) permet de contr√īler que le cristal est bien centr√© ;
  • un puits en bas au milieu est tenu par une lame : le puits sert √† arr√™ter les rayons X directs qui n'ont pas interagi avec le cristal ;
  • un syst√®me de refroidissement (√† gauche, tube avec des lettres en rouge) permet de refroidir le cristal ;
  • n'est pas visible sur la photo le d√©tecteur de rayons X qui est depuis quelques ann√©es une cam√©ra CCD permettant de remplacer √† la fois les plaques photos et les compteurs ;
  • n'est pas visible aussi la source de rayons X et son monochromateur focaliseur qui est compos√© d'une multicouche miroir √† rayons X ;
  • n'est pas visible l'informatique d'acquisition des donn√©es exp√©rimentales.

Utilis√© en g√©ologie et en m√©tallurgie, c'est aussi un outil de biophysique, tr√®s utilis√© en biologie pour d√©terminer la structure des mol√©cules du vivant, notamment en cristallogen√®se (c'est l'art de fabriquer des monocristaux avec une mol√©cule pure) ; dans ce cadre, un monocristal de la mol√©cule est mis dans un faisceau de rayons X monochromatiques et la diffraction observ√©e pour diff√©rentes position du cristal dans le faisceau de rayons X (manipul√© par un goniom√®tre) permet de d√©terminer non seulement la structure du cristal, mais aussi et surtout la structure de la mol√©cule. C'est notamment par radiocristallographie que Rosalind Franklin, puis James Watson, Francis Crick, Maurice Wilkins et leurs collaborateurs ont pu d√©terminer la structure h√©lico√Įdale de l'ADN en 1953[9].

Réglementation

Dans l'Union europ√©enne, l'utilisation des rayons X est soumise aux normes Euratom 96/29 et 97/43. La directive 97/43/ Euratom du 30 juin 1997 aurait d√Ľ √™tre transpos√©e en Droit interne fran√ßais au plus tard le 30 mai 2000.

En France, il faut se r√©f√©rer :

  • au code de la sant√© publique[10] et notamment √† son article R.1333-19[11] ;
  • au code du travail[12] ;
  • aux normes NFC 74-100 (conception), NFC 15-160, NFC 15-164 (installation) ; ces normes, qui √©taient en cours d'actualisation en 2006, sont obsol√®tes ;
  • √† l'arr√™t√© du 22 septembre 2006 [13] relatif aux informations dosim√©triques (PDS ou Produit Dose x Surface exprim√© en Gy.cm¬≤ ou en ¬ĶGy.m¬≤) qui doivent figurer dans tout compte rendu d'acte m√©dical utilisant les rayonnements ionisants.

L'organisme charg√© du contr√īle est la DGSNR, la Direction g√©n√©rale de la s√Ľret√© nucl√©aire et de la radioprotection, cr√©√©e par le d√©cret n¬į 2002-255 du 22 f√©vrier 2002[14], modifiant le d√©cret n¬į 93-1272 du 1er d√©cembre 1993, et qui remplace la DSIN (Direction de la s√Ľret√© des installations nucl√©aires). La DGSNR est une branche de l'Autorit√© de s√Ľret√© nucl√©aire (ASN).

Autre acception

¬ę X-ray ¬Ľ est aussi l'appellation de la lettre X dans l'alphabet radio international.

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Anatomie m√©dicale, de Moore et Dalley, 2e √©dition, 2007, ISBN 978-2-8041-5309-0
  2. ‚ÜĎ La lettre x d√©signe l'inconnue en math√©matiques.
  3. ‚ÜĎ Le Tube de Crookes fut le premier tube √† rayon X.
  4. ‚ÜĎ litt√©ralement : rayons de R√∂ntgen.
  5. ‚ÜĎ En fran√ßais : ¬ę √Ä propos d'une nouvelle sorte de rayons ¬Ľ.
  6. ‚ÜĎ Exemple (voir image n¬į 4)
  7. ‚ÜĎ terme allemand adopt√© internationalement
  8. ‚ÜĎ Camara CG, Escobar JV, Hird JR, Putterma SJ, Correlation between nanosecond X-ray flashes and stick‚Äďslip friction in peeling tape, Nature, 2008;455:1089-1092
  9. ‚ÜĎ Prix Nobel de M√©decine et Physiologie 1962 : Fondation Nobel.
  10. ‚ÜĎ Articles L.1333-1 √† L.1333-20 (nouvelle partie l√©gislative), articles R.1333-17 √† R.1333-93 (nouvelle partie r√©glementaire) Code de la sant√© publique.
  11. ‚ÜĎ Article R.1333-19 du Code de la sant√© publique (nouvelle partie r√©glementaire)
  12. ‚ÜĎ Articles R.231-73 √† R.231-116 (partie r√©glementaire ‚ÄĒ d√©crets en Conseil d'√Čtat) Code du travail
  13. ‚ÜĎ Arr√™t√© du 22 septembre 2006 relatif au PDS (cf. article 3 de l'Arr√™t√©)
  14. ‚ÜĎ D√©cret n¬į 2002-255 du 22 f√©vrier 2002 cr√©ant la DGSNR

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Rayon X de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Rayon ‚ÄĒ is a manufactured regenerated cellulosic fiber. Rayon is produced from naturally occurring polymers and therefore it is not a truly synthetic fiber, nor is it a natural fiber. It is known by the names viscose rayon and art silk in the textile… ‚Ķ   Wikipedia

  • rayon ‚ÄĒ 1. (r√® ion) s. m. 1¬į¬†¬†¬†Jet isol√© de lumi√®re. ‚Äʬ†¬†¬†J appelle rayon de lumi√®re, ou simplement rayon, la ligne droite tir√©e de l objet lumineux, ou √©clair√©, par laquelle se transmet l action qui le rend visible, MALEBR. Rech. v√©r. √©clairc. sur l opt ‚Ķ   Dictionnaire de la Langue Fran√ßaise d'√Čmile Littr√©

  • Ray√≥n ‚ÄĒ Saltar a navegaci√≥n, b√ļsqueda El ray√≥n es una fibra celul√≥sica manufacturada y regenerada. La celulosa es tratada con un √°lcali y disulfuro de carbono para obtener ray√≥n, tambi√©n llamado viscosa. Conteni ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Rayon ‚ÄĒ A generic term applied to all fibres for textile use which are not of matural occurrence (Journal of the Textile Institute, March 1944). The following terms and definitions are given by the British Rayon Federation (March 1945): Rayon Yarn… ‚Ķ   Dictionary of the English textile terms

  • rayon ‚ÄĒ Rayon. s. f. Trait de lumiere. Il se dit particulierement du Soleil. Les rayons du Soleil. il ne faut qu un rayon de Soleil pour secher la terre. le rayon passe au travers des corps diaphanes. les rayons s unissent dans le foyer du miroir ardent ‚Ķ   Dictionnaire de l'Acad√©mie fran√ßaise

  • Rayon ‚ÄĒ Saltar a navegaci√≥n, b√ļsqueda El t√©rmino Rayon puede referirse: Contenido 1 Fibras 2 Lugares 3 Personalidades 4 V√©ase tam ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Rayon-X ‚ÄĒ Une des premi√®res radiographies prise par Wilhelm R√∂ntgen ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Rayon d'Or ‚ÄĒ Rayon d‚ÄėOr ist eine Anfang des 20. Jahrhunderts durch den franz√∂sischen Z√ľchter Albert Seibel neu gez√ľchtete wei√üe Rebsorte. Sie ist eine Kreuzung zwischen Seibel 405 und Seibel 2007 und geh√∂rt zur gro√üen Familie der Seibel Reben. Es handelt sich ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Rayon d‚ÄôOr ‚ÄĒ Rayon d‚ÄėOr ist eine Anfang des 20. Jahrhunderts durch den franz√∂sischen Z√ľchter Albert Seibel neu gez√ľchtete wei√üe Rebsorte. Sie ist eine Kreuzung zwischen Seibel 405 und Seibel 2007 und geh√∂rt zur gro√üen Familie der Seibel Reben. Es handelt sich ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Rayon ‚ÄĒ Ray on (r[=a] [o^]n), n. 1. A synthetic fiber, made of thin filaments of regenerated cellulose, extruded from a solution of {viscose}. Called also {viscose fiber} and {viscose rayon fiber}. [PJC] 2. a textile fabric made from rayon[1]. [PJC] ‚Ķ   The Collaborative International Dictionary of English

  • Rayon ‚ÄĒ steht f√ľr: Festungsrayon, eine Zone im Bereich einer Festung, die milit√§rischen Beschr√§nkungen hinsichtlich Bepflanzung, ziviler Bauwerke und Ver√§nderung des Gel√§ndes unterliegt einen Verteidigungsabschnitt in der √∂sterreichischen Front zu… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.