Rafik Hariri

ï»ż
Rafik Hariri

Rafiq Hariri

Rafiq Hariri
Président du Conseil des ministres libanais
Hariri.jpg
Rafiq Hariri en 2001

Actuellement en fonction
Mandat actuel
Depuis le {{{début mandat actuel}}}
Président(s) {{{président actuel}}}
Président fédéral {{{président fédéral actuel}}}
Président(s) de la République {{{président de la république actuel}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation actuel}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'Ă©tat actuel}}}
Souverain(s) {{{Souverain}}}
Monarque(s) {{{monarque actuel}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur actuel}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement actuel}}}
Législature(s) {{{législature actuel}}}
Majorité(s) {{{coalition actuel}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint actuel}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur actuel}}}

{{{mandat4}}}
{{{début mandat4}}} - {{{fin mandat4}}}
Président(s) {{{président4}}}
Président fédéral {{{président fédéral4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république4}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'Ă©tat4}}}
Monarque(s) {{{monarque4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur4}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement4}}}
Législature(s) {{{législature4}}}
Majorité(s) {{{coalition4}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur4}}}
Successeur {{{successeur4}}}

{{{mandat3}}}
{{{début mandat3}}} - {{{fin mandat3}}}
Président(s) {{{président3}}}
Président fédéral {{{président fédéral3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république3}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation3}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'Ă©tat3}}}
Monarque(s) {{{monarque3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur3}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement3}}}
Législature(s) {{{législature3}}}
Majorité(s) {{{coalition3}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint3}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur3}}}
Successeur {{{successeur3}}}

{{{mandat2}}}
{{{début mandat2}}} - {{{fin mandat2}}}
Président(s) {{{président2}}}
Président fédéral {{{président fédéral2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république2}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation2}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'Ă©tat2}}}
Monarque(s) {{{monarque2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur2}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement2}}}
Législature(s) {{{législature2}}}
Majorité(s) {{{coalition2}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint2}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur2}}}
Successeur {{{successeur2}}}

{{{mandat1}}}
{{{début mandat1}}} - {{{fin mandat1}}}
Monarque(s) {{{monarque1}}}
Président(s) {{{président1}}}
Président fédéral {{{président fédéral1}}}
Président(s) de la République {{{président de la république1}}}
Président(s) de la Nation {{{président de la nation1}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'Ă©tat1}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur1}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement1}}}
Législature(s) {{{législature1}}}
Majorité(s) {{{coalition1}}}
Vice-premier ministre {{{adjoint1}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur1}}}
Successeur {{{successeur1}}}

Autres fonctions
{{{fonction1}}}
PĂ©riode
{{{début fonction1}}} - {{{fin fonction1}}}
Président(s) {{{président 1}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 1}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 1}}}
Monarque(s) {{{monarque 1}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 1}}}
Premier ministre {{{premier ministre 1}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 1}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 1}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 1}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 1}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 1}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 1}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 1}}}
Législature(s) {{{législature 1}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 1}}}
Successeur {{{successeur 1}}}

{{{fonction2}}}
PĂ©riode
{{{début fonction2}}} - {{{fin fonction2}}}
Président(s) {{{président 2}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 2}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 2}}}
Monarque(s) {{{monarque 2}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 2}}}
Premier ministre {{{premier ministre 2}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 2}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 2}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 2}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 2}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 2}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 2}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 2}}}
Législature(s) {{{législature 2}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 2}}}
Successeur {{{successeur 2}}}

{{{fonction3}}}
PĂ©riode
{{{début fonction3}}} - {{{fin fonction3}}}
Président(s) {{{président 3}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 3}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 3}}}
Monarque(s) {{{monarque 3}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 3}}}
Premier ministre {{{premier ministre 3}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 3}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 3}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 3}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 3}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 3}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 3}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 3}}}
Législature(s) {{{législature 3}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 3}}}
Successeur {{{successeur 3}}}

{{{fonction4}}}
PĂ©riode
{{{début fonction4}}} - {{{fin fonction4}}}
Président(s) {{{président 4}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 4}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 4}}}
Monarque(s) {{{monarque 4}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 4}}}
Premier ministre {{{premier ministre 4}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 4}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 4}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 4}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 4}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 4}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 4}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 4}}}
Législature(s) {{{législature 4}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 4}}}
Successeur {{{successeur 4}}}

{{{fonction5}}}
PĂ©riode
{{{début fonction5}}} - {{{fin fonction5}}}
Président(s) {{{président 5}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 5}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 5}}}
Monarque(s) {{{monarque 5}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 5}}}
Premier ministre {{{premier ministre 5}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 5}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 5}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 5}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 5}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 5}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 5}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 5}}}
Législature(s) {{{législature 5}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 5}}}
Successeur {{{successeur 5}}}

{{{fonction6}}}
PĂ©riode
{{{début fonction6}}} - {{{fin fonction6}}}
Président(s) {{{président 6}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 6}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 6}}}
Monarque(s) {{{monarque 6}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 6}}}
Premier ministre {{{premier ministre 6}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 6}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 6}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 6}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 6}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 6}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 6}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 6}}}
Législature(s) {{{législature 6}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 6}}}
Successeur {{{successeur 6}}}

{{{fonction7}}}
PĂ©riode
{{{début fonction7}}} - {{{fin fonction7}}}
Président(s) {{{président 7}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 7}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 7}}}
Monarque(s) {{{monarque 7}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 7}}}
Premier ministre {{{premier ministre 7}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 7}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 7}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 7}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 7}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 7}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 7}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 7}}}
Législature(s) {{{législature 7}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 7}}}
Successeur {{{successeur 7}}}

{{{fonction8}}}
PĂ©riode
{{{début fonction8}}} - {{{fin fonction8}}}
Président(s) {{{président 8}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 8}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 8}}}
Monarque(s) {{{monarque 8}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 8}}}
Premier ministre {{{premier ministre 8}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 8}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 8}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 8}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 8}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 8}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 8}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 8}}}
Législature(s) {{{législature 8}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 8}}}
Successeur {{{successeur 8}}}

{{{fonction9}}}
PĂ©riode
{{{début fonction9}}} - {{{fin fonction9}}}
Président(s) {{{président 9}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 9}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 9}}}
Monarque(s) {{{monarque 9}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 9}}}
Premier ministre {{{premier ministre 9}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 9}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 9}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 9}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 9}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 9}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 9}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 9}}}
Législature(s) {{{législature 9}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 9}}}
Successeur {{{successeur 9}}}

{{{fonction10}}}
PĂ©riode
{{{début fonction10}}} - {{{fin fonction10}}}
Président(s) {{{président 10}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 10}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 10}}}
Monarque(s) {{{monarque 10}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 10}}}
Premier ministre {{{premier ministre 10}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 10}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 10}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 10}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 10}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 10}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 10}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 10}}}
Législature(s) {{{législature 10}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 10}}}
Successeur {{{successeur 10}}}

{{{fonction11}}}
PĂ©riode
{{{début fonction11}}} - {{{fin fonction11}}}
Président(s) {{{président 11}}}
Président(s) de la République {{{président de la république 11}}}
Chef(s) de l'État {{{chef de l'etat 11}}}
Monarque(s) {{{monarque 11}}}
Gouverneur(s) général(aux) {{{gouverneur 11}}}
Premier ministre {{{premier ministre 11}}}
Président(s) du Conseil {{{président du conseil 11}}}
Président(s) du Gouvernement {{{président du gouvernement 11}}}
Chancelier(s) {{{chancelier 11}}}
Ministre(s) d'État {{{ministre d'Ă©tat 11}}}
Ministre(s)-président(s) {{{ministre-président 11}}}
Chef(s) de cabinet {{{chef cabinet 11}}}
Gouvernement(s) {{{gouvernement 11}}}
Législature(s) {{{législature 11}}}
Prédécesseur {{{prédécesseur 11}}}
Successeur {{{successeur 11}}}

Biographie
Nom de naissance {{{nom naissance}}}
Naissance 1er novembre 1944
Saida (Liban)
DĂ©cĂšs 14 fĂ©vrier 2005
Beyrouth (Liban)
Nature du décÚs {{{nature}}}
Nationalité libanaise et saoudienne
Parti politique {{{parti politique}}}
Conjoint {{{conjoint}}}
Enfants {{{enfants}}}
DiplÎmé de {{{université}}}
Profession {{{profession}}}
Résidence {{{résidence}}}
Signature {{{signature}}}

{{{emblĂȘme}}}
{{{liste}}}

Rafiq (Baha ad-Din) al Hariri ou Rafic Hariri (Ű±ÙÙŠÙ‚ (ŰšÙ‡Ű§ŰĄ Ű§Ù„ŰŻÙŠÙ†) Ű§Ù„Ű­Ű±ÙŠŰ±ÙŠ), est nĂ© le 1er novembre 1944 Ă  Saida et mort assassinĂ© le 14 fĂ©vrier 2005 Ă  Beyrouth. Il a Ă©tĂ© homme d'affaires et homme politique libanais musulman sunnite. Il fait fortune en Arabie saoudite avant de diriger cinq gouvernements au Liban entre 1992 et 2004 et notamment de 1992 Ă  1998 puis de 2000 Ă  2004.

Sommaire

Biographie

Fils d'un ouvrier agricole, il effectue ses études à Saida, puis il obtient un diplÎme de hautes études commerciales de l'Université arabe de Beyrouth en 1964. Il milite quelque temps au sein du Mouvement nationaliste arabe de Georges Habache. Il se marie à deux reprises et est pÚre de cinq enfants.

Il quitte le Liban Ă  18 ans pour l'Arabie saoudite, oĂč il est successivement professeur de mathĂ©matiques, puis promoteur dans la construction pĂ©troliĂšre. En 1977, le roi Khaled le charge de construire le palais de TaĂ«f, qu'il bĂątit en moins de six mois, ce qui lui vaut la confiance du prince hĂ©ritier d'alors, le futur roi Fahd. Il devient alors trĂšs prospĂšre.

En 1979, il rachĂšte la sociĂ©tĂ© française d'ingĂ©nierie Oger qui devient Oger international basĂ© Ă  Paris, filiale de Saudi Oger, qui reconstruira une grande partie de Beyrouth Ă  la fin de la guerre civile libanaise dans les annĂ©es 1990. À la tĂȘte d'une immense fortune, estimĂ©e entre 4 et 10 milliards de dollars, le « maĂźtre de Koraytem Â» est prĂ©sent dans des domaines aussi variĂ©s que la banque, l'immobilier, l'industrie, les mĂ©dias. Il avait au Liban sa propre chaĂźne de tĂ©lĂ©vision, Future TV, et son quotidien, Al-Mustaqbal. Il possĂšde aussi Radio Orient, installĂ©e Ă  Paris.

Rafiq Hariri est nommĂ© Ă  la tĂȘte de cinq gouvernements entre 1992 et 2004 : il est premier ministre du 31 octobre 1992 au 2 dĂ©cembre 1998, puis du 23 octobre 2000 au 21 octobre 2004. À ce poste, il met son carnet d'adresses au service de son pays parfois dans un contexte politico-financier trouble. Il entretient alors des relations Ă©troites avec le prĂ©sident français Jacques Chirac.

Opposant Ă  l'influence du gouvernement syrien sur son pays Ă  partir de la fin de l'annĂ©e 2004, il dĂ©missionne de son poste de Premier ministre en octobre 2004, Ă  cause de tensions avec le prĂ©sident Émile Lahoud. Il signifie son intention d'unifier les parlementaires d'opposition, dont il devient une composante importante, en vue des Ă©lections lĂ©gislatives devant se tenir l'annĂ©e suivante.

L'attentat

Rue Minet al-Hosn oĂč Hariri a Ă©tĂ© tuĂ©

Le 14 fĂ©vrier 2005, malgrĂ© le blindage de son vĂ©hicule, un attentat-suicide commis par camionnette contenant une seule charge explosive de 1 800 kg, composĂ©e d'un mĂ©lange de RDX, PETN et TNT le tue en mĂȘme temps qu'une vingtaine de personnes et blesse une centaine de passants sur la route du bord de mer de Beyrouth. Les services de renseignements syriens sont immĂ©diatement montrĂ©s du doigt par l'opposition et une partie de la population. Selon certains tĂ©moignages (du chef druze Walid Joumblatt et de la journaliste irlandaise Lara Marlow avec qui Hariri s'est entretenu), il aurait reçu des menaces de la part de la Syrie. En dĂ©cembre 2005, l'ancien vice-prĂ©sident syrien Abdel Halim Khaddam confirme ces accusations :

«  Selon ces tĂ©moignages, Hariri rappela Ă  M. Assad son engagement de ne pas prolonger le mandat de M. Lahoud, et M. Assad rĂ©pondit qu'il y avait eu un changement de politique et que la dĂ©cision avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© prise. Il a ajoutĂ© que M. Lahoud devrait ĂȘtre vu comme son reprĂ©sentant personnel au Liban et que "s'opposer Ă  lui est Ă©quivalent Ă  s'opposer Ă  Assad lui-mĂȘme". Il ajouta alors qu'il (M. Assad) "prĂ©fĂ©rerait casser le Liban sur les tĂȘtes de Rafic Hariri et (du leader druze) Walid Joumblatt que de voir sa parole au Liban rompue". Selon ces tĂ©moignages, M. Assad a alors menacĂ© M. Hariri et M. Joumblatt de rĂ©torsions physiques. La rencontre aurait durĂ© une dizaine de minutes et c'Ă©tait la derniĂšre fois que M. Hariri devait voir M. Assad. AprĂšs cette rĂ©union, M. Hariri a dit Ă  ses partisans qu'il n'avait guĂšre d'autre choix que de soutenir la prorogation du mandat Lahoud. Cette commission a aussi reçu d'autres tĂ©moignages de menaces faites Ă  M. Hariri par des membres de services de sĂ©curitĂ© dans le cas oĂč il ne voterait pas en faveur de la prolongation ou "s'il pensait simplement Ă  quitter le pays". Rapport de la commission Fitzgerald, 24 mars 2005. Â»

Hariri était personnellement proche de la famille royale saoudienne. Il bénéficiait à ce titre de la double nationalité libano-saoudienne. Il avait fait profiter de ses largesses de nombreuses associations et fondations qui aidaient les Libanais. C'est à partir de ses dons qu'il avait su se bùtir un électorat fidÚle qui, à sa mort, proteste vigoureusement contre ses adversaires politiques. L'assassinat de Hariri est aussi ressenti au-delà des traditionnelles barriÚres communautaires et religieuses. Cette réprobation fait descendre une grande partie de la population libanaise dans les rues de Beyrouth à l'occasion de la manifestation du 14 mars. Cet assassinat marque le début de ce que certains appellent la Révolution du cÚdre, qui conduit au départ de la totalité des troupes syriennes fin avril 2005.

Sa dépouille est inhumée dans un mausolée situé sur la place des Martyrs, au pied de la mosquée dont il a financé la construction.

En avril 2005, son deuxiÚme fils Saad décide de se lancer dans la carriÚre politique et y rejoint sa tante Bahia Hariri.

EnquĂȘte sur l'attentat

Commémoratif de Hariri

Le 1er septembre 2005, sur la proposition du procureur allemand Detlev Mehlis, agissant dans le cadre d'une enquĂȘte internationale mandatĂ©e par l'Organisation des Nations unies (ONU) Ă  la demande de la France, le procureur gĂ©nĂ©ral de la rĂ©publique libanaise SaĂŻd Mirza procĂšde Ă  l'incarcĂ©ration de quatre suspects repĂ©rĂ©s grĂące Ă  leur tĂ©lĂ©phone mobile : Moustapha Hamdane (chef de la garde prĂ©sidentielle), Jamil Sayyed (ancien chef de la sĂ»retĂ© gĂ©nĂ©rale), Ibrahim El-Haj (ex-directeur des forces de sĂ©curitĂ© intĂ©rieures) et Raymond Azar (chef des services de renseignement de l'armĂ©e).

Le 20 octobre, Mehlis remet son premier rapport au secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral des Nations unies Kofi Annan[1]. Ce rapport, basĂ© sur des tĂ©moignages anonymes, Ă©tablit un lien entre plusieurs hauts responsables syriens et libanais visant Ă  l'assassinat de Rafiq Hariri. Ce rapport est critiquĂ© par le gouvernement syrien comme Ă©tant orientĂ© politiquement contre lui et dĂ©nuĂ© de preuves tangibles. La rĂ©traction du principal tĂ©moin de la commission d'enquĂȘte internationale, Hussam Taher Hussam, dĂ©clarant avoir Ă©tĂ© payĂ© par Saad Hariri pour figurer comme principal tĂ©moin Ă  charge contre les autoritĂ©s syriennes affaiblit le rapport Mehlis. Le rapport Mehlis se dĂ©fend en dĂ©clarant que Hussam a Ă©tĂ© manipulĂ© par la Syrie[2],[3].

Autre Ă©lĂ©ment ayant jetĂ© un discrĂ©dit[rĂ©f. nĂ©cessaire] sur l'enquĂȘte menĂ©e par Mehlis est l'affaire du tĂ©moignage Mohamed Zouheir Siddiq (prĂ©sentĂ© pendant un temps de l'enquĂȘte comme tĂ©moin principal par l'Ă©quipe de Mehlis). Ce dernier qui avait prĂ©tendu ĂȘtre un membre important des services secrets syriens au Liban, n'avait Ă©tĂ© en fait qu'un simple chauffeur d’un gĂ©nĂ©ral syrien et recherchĂ© pour dĂ©tournement de fonds[rĂ©f. nĂ©cessaire]. Ce dernier a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© en France en octobre 2005 Ă  la demande du procureur libanais SaĂŻd Mirza en coordination avec la commission d'enquĂȘte[4]. Il se trouve en ce moment incarcĂ©rĂ© en France qui refuse son extradition au Liban[5]. Le 13 mars 2008 cependant, la France prĂ©tend via son ministre des affaires Ă©trangĂšres Bernard Kouchner avoir "perdu" Zouheir Siddiq. Certains y voient le signe d'un embarras face Ă  l'effondrement de la thĂšse syrienne[6].

DĂ©but dĂ©cembre 2005, sous la pression de George W. Bush et Jacques Chirac qui menacent la Syrie de sanctions en cas de non-collaboration Ă  l'enquĂȘte, Bachar el-Assad accepte que 5 responsables syriens soient entendus par les enquĂȘteurs de l'ONU, tout en continuant Ă  nier toute implication de la Syrie dans cette affaire.

Le 29 dĂ©cembre, le Belge Serge Brammertz, procureur adjoint Ă  la Cour pĂ©nale internationale succĂšde Ă  Detlev Mehlis, dont le mandat expire le 15 dĂ©cembre et qui ne souhaite pas ĂȘtre reconduit dans ses fonctions. Kofi Annan officialise la nomination. C'est le prĂ©cĂ©dent prĂ©sident de la commission qui avait proposĂ© Brammertz pour le remplacer.

Le 30 mai 2007, le Conseil de sécurité de l'ONU décide de justesse, par 10 voix sur 15[7], la création d'un tribunal spécial chargé de juger les assassins d'Hariri.

Le huitiĂšme rapport rendu public par la commission d'enquĂȘte de l'ONU consacrĂ©e Ă  l'assassinat de Rafiq Hariri en juillet 2007 a fourni plusieurs informations nouvelles sur l'organisation de cette attaque[8].

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), chargé de juger l'assassinat de Hariri, a officiellement entamé le premier mars 2009 le début de l'instance judiciaire dans la localité de Leidschendam, dans les environs de La Haye[9].

Le 29 avril 2009, le TSL ordonne la remise en liberté de Hamdane, Sayyed, al-Haj et Azar car, depuis leur incarcération 3 ans et 8 mois plus tÎt, aucun élément n'a été obtenu pour justifier ces incarcérations[10].

Des liens amicaux avec Jacques Chirac

Rafiq Hariri a entretenu des liens amicaux avec Jacques Chirac qu'il tutoyait. En mai 2007, à l'issue de sa présidence de la République, Jacques et Bernadette Chirac vont s'installer dans un appartement de 396 m2 sur les quais de Seine appartenant à la famille Hariri[11].

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Richard LabĂ©viĂšre, Le grand retournement : Bagdad-Beyrouth, octobre 2006, ISBN 2020884062, p. 46-60 et 237-252
  • Nicholas Blanford, Killing Mr. Lebanon: The Assasination of Rafik Hariri And Its Impact on the Middle East, I B Tauris & Co Ltd (25 aoĂ»t 2006) (ISBN 1845112024)
  • RenĂ© Naba, Rafic Hariri : un homme d'affaires Premier ministre, L'Harmattan, 2000 (ISBN 2738484956)
  • JĂŒrgen Cain KĂŒlbel, Mordakte Hariri, UnterdrĂŒckte Spuren im Libanon, Édition Zeitgeschichte Band 34, 2006 (ISBN 3-89706-860-5)

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

Précédé par Rafiq Hariri Suivi par
Rachid Solh
1992
Liban Liban
Rafiq Hariri
Premier ministre du Liban
1992-1998
Salim el-Hoss
1998-2000
Salim el-Hoss
1998-2000
Liban Liban
Rafiq Hariri
Premier ministre du Liban
2000-2004
Omar Karamé
2004-2005
Assaad Diab
1992
Liban Liban
Rafiq Hariri
Ministre des Finances
1992-1998
Georges Corm
1998-2000
Al Fadl Chalak
1995-1996
Liban Liban
Rafiq Hariri
Ministre des Postes, Telegraphe et Telecommunications
1996-1998
Issam Naaman
1998-2000
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail du Liban Portail du Liban
Ce document provient de « Rafiq Hariri ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Rafik Hariri de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Rafik Hariri — Rafiq al Hariri im Jahr 2001 Rafiq Baha eddin al Hariri, arabisch â€Ű±ÙÙŠÙ‚ ŰšÙ‡Ű§ŰĄŰ§Ù„ŰŻÙŠÙ† Ű§Ù„Ű­Ű±ÙŠŰ±ÙŠâ€Ž, DMG RafÄ«q Bahāʟ ad DÄ«n al កarÄ«rÄ«, (* 1. November 1944 in Sidon; † 14. Februar 2005 in Beirut), war erfolgreicher 
   Deutsch Wikipedia

  • Rafik Hariri — Infobox Prime Minister name=Rafiq Hariri order=41st and 43rd Prime Minister of Lebanon term start =1992 term end =1998 2000 – 2004 predecessor =Rashid el Solh Selim al Hoss successor =Selim al Hoss Omar Karami birth date =birth… 
   Wikipedia

  • Rafik Hariri — Rafiq Baha ad Din Hariri o Rafik Bahaa Edine Hariri Ű±ÙÙŠÙ‚ ŰšÙ‡Ű§ŰĄ Ű§Ù„ŰŻÙŠÙ† Ű§Ù„Ű­Ű±ÙŠŰ±ÙŠ en ĂĄrabe (1 de noviembre de 1944 Beirut, 14 de febrero de 2005). Hombre de negocios, magnate y polĂ­tico libanĂ©s fue en dos ocasiones Primer Ministro del LĂ­bano de 1992 a… 
   Enciclopedia Universal

  • Rafik-Hariri-MĂ€rtyrer-Liste — Die Rafiq Hariri MĂ€rtyrer Liste oder auch Allianz des 14. MĂ€rz ist eine Koalition von politischen Parteien im Libanon, die von Saad al Hariri, dem jĂŒngeren Sohn des einem Attentat zum Opfer gefallenen frĂŒheren MinisterprĂ€sidenten Rafiq al Hariri 
   Deutsch Wikipedia

  • Hariri — is an Arabic surname that could refer to:*Rafik Hariri Former Lebanese Prime Minister. *Nazik Hariri Widow of Rafik Hariri. *Al Hariri of Basra Well known Arab poet and language scholar. *Saad Hariri Lebanese politician. *Bahia Hariri Lebanese… 
   Wikipedia

  • Rafik — ou Rafiq(en arabe Ű±ÙÙŠÙ‚) est un prĂ©nom masculin qui signifie compagnon ou camarade . Il est assez usitĂ©, que ce soit au Moyen Orient ou au Maghreb. Quelques Rafik cĂ©lĂšbres : Rafik Hariri, Rafik Ben Salah, Rafik Khalifa, Rafik Kazi Tani, Rafik 
   WikipĂ©dia en Français

  • Rafik Al-Hariri — Rafiq al Hariri im Jahr 2001 Rafiq Baha eddin al Hariri, arabisch â€Ű±ÙÙŠÙ‚ ŰšÙ‡Ű§ŰĄŰ§Ù„ŰŻÙŠÙ† Ű§Ù„Ű­Ű±ÙŠŰ±ÙŠâ€Ž, DMG RafÄ«q Bahāʟ ad DÄ«n al កarÄ«rÄ«, (* 1. November 1944 in Sidon; † 14. Februar 2005 in Beirut), war erfolgreicher 
   Deutsch Wikipedia

  • Rafik al-Hariri — Rafiq al Hariri im Jahr 2001 Rafiq Baha eddin al Hariri, arabisch â€Ű±ÙÙŠÙ‚ ŰšÙ‡Ű§ŰĄŰ§Ù„ŰŻÙŠÙ† Ű§Ù„Ű­Ű±ÙŠŰ±ÙŠâ€Ž, DMG RafÄ«q Bahāʟ ad DÄ«n al កarÄ«rÄ«, (* 1. November 1944 in Sidon; † 14. Februar 2005 in Beirut), war erfolgreicher 
   Deutsch Wikipedia

  • Rafik al-Hariri — Rafiq Hariri Rafiq Hariri PrĂ©sident du Conseil des ministres libanais 
   WikipĂ©dia en Français

  • Rafik — Rafik, auch Rafiq (beide Formen arabisch â€Ű±ÙÙŠÙ‚‎, DMG RafÄ«q), ist ein arabischer mĂ€nnlicher Vorname[1][2] mit der Bedeutung „Freund“, „GefĂ€hrte“, „Kamerad“; „vornehm“.[3] Inhaltsverzeichnis 
   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.