RDDV

ÔĽŅ
RDDV

Renaud Donnedieu de Vabres

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Donnedieu de Vabres.
Renaud Donnedieu de Vabres
Renaud Donnedieu de Vabres.jpg
Renaud Donnedieu de Vabres
Ministre de la Culture et de la Communication
31 mars 2004 - 15 mai 2007
Président(s) Jacques Chirac
Gouvernement(s) Raffarin III, Villepin
Prédécesseur(s) Jean-Jacques Aillagon
Successeur(s) Christine Albanel
Ministre des Affaires européennes
7 mai 2002 - 16 juin 2002
Président(s) Jacques Chirac
Gouvernement(s) Raffarin I
Prédécesseur(s) Pierre Moscovici
Successeur(s) No√ęlle Lenoir
Député d'Indre-et-Loire
1re circonscription
1er juin 1997 - 7 juin 2002
Prédécesseur(s) Jean Royer
Successeur(s) Jean-Patrick Gille
19 juin 2002 - 30 avril 2004
Prédécesseur(s) Jean-Patrick Gille
Successeur(s) Jean-Patrick Gille
Biographie
Nom de naissance Renaud Donnedieu de Vabres
Date de naissance 13 mars 1954 (55 ans)
Lieu de naissance Drapeau de la France Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)
Nationalité Française
Parti politique UDF puis UMP

Renaud Donnedieu de Vabres (parfois abr√©g√© en RDDV), n√© le 13 mars 1954 √† Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), est un homme politique fran√ßais affili√© √† l'UMP. Il a √©t√© ministre de la culture et de la communication de 2004 √† 2007.

Sommaire

Biographie

Origines et formation

Issu d'une famille protestante d'ancienne bourgeoisie, il est le fils de Jacques Donnedieu de Vabres, ma√ģtre des requ√™tes au Conseil d‚Äô√Čtat, le neveu de Jean Donnedieu de Vabres, ancien Secr√©taire g√©n√©ral du Gouvernement, et le petit-fils d'Henri Donnedieu de Vabres, magistrat fran√ßais, juge au proc√®s de Nuremberg.

Licenci√© √®s sciences √©conomiques, dipl√īm√© de l'Institut d'√©tudes politiques de Paris, dipl√īm√© en administration publique de l‚Äô√Čcole nationale d'administration (promotion Voltaire, aux c√īt√©s de Dominique de Villepin, Fran√ßois Hollande et S√©gol√®ne Royal), il int√®gre le corps pr√©fectoral comme sous-pr√©fet, puis directeur de cabinet du pr√©fet d‚ÄôIndre-et-Loire. Il devient successivement secr√©taire g√©n√©ral pour l‚Äôadministration de la police de la r√©gion Centre (1980-1981), secr√©taire g√©n√©ral de la pr√©fecture des Alpes-de-Haute-Provence (1981-1982) et sous-pr√©fet de l'arrondissement de Ch√Ęteau-Thierry (1982-1985).

Carrière politique

Les débuts

Il débute sa carrière politique dans l’ombre de François Léotard, en tant que chargé de mission auprès de celui-ci au ministère de la Culture (1987-1988), puis comme directeur de cabinet au Parti républicain, dont il intègre en 1990 le bureau politique, puis en devient délégué général de 1995 à 1997.

D'avril 1993 √† janvier 1995, il est charg√© de mission aupr√®s de Fran√ßois L√©otard, ministre d'√Čtat, ministre de la D√©fense. √Ä ce titre il a particip√© √† la n√©gociation d'un important contrat sign√© le 19 novembre 1994 par une soci√©t√© d√©pendant du minist√®re, la Sofresa avec l'Arabie saoudite portant sur la vente par la France de deux fr√©gates antia√©riennes (¬ę Op√©ration Sawari 2 ¬Ľ).

De l'UDF à l'UMP

Au d√©but de 1995, Renaud Donnedieu de Vabres int√®gre l'√©quipe de campagne d'√Čdouard Balladur, puis devient directeur de cabinet √† l‚ÄôUDF (1996-1998). Conseiller r√©gional du Centre (1986-2001), pr√©sident du groupe UDF et rapporteur g√©n√©ral du Budget et du Plan (1986-1993), il est √©lu d√©put√© dans la 1re circonscription d'Indre-et-Loire en 1997. En 1998, il accueille des participants tourangeaux de la principale manifestation anti-PACS organis√©e par Christine Boutin, durant laquelle sont prof√©r√©s des propos homophobes. Act-Up le menace publiquement mais anonymement de outing, son homosexualit√© √©tant r√©v√©l√© plus tard par Guy Birenbaum en 2003 dans [1] et Les Inrockuptibles en 2004[2].

L'int√©ress√© ne s'est jamais prononc√© sur ces r√©v√©lations qui ont √©t√© faites en m√™me temps qu'√©tait rappel√©e son attitude anti-pacs au moment du d√©bat parlementaire et sa participation √† une manifestation au cours de laquelle fut scand√© le slogan ¬ę les p√©d√©s au b√Ľcher ¬Ľ.

Candidat de la droite aux élections municipales de Tours en mars 2001, il est battu par le maire socialiste sortant, Jean Germain. Il prend ses distances avec le président de l’UDF François Bayrou lors de la campagne présidentielle de 2002, et soutient Jacques Chirac, participant avec Philippe Douste-Blazy à l'UMP. Il est réélu député le 16 juin 2002.

Il devient secrétaire général adjoint de l’UMP en 2002, puis porte-parole en 2003, puis Secrétaire National chargé de la vie culturelle et artistique en 2009.

Gouvernement Raffarin

Nomm√© le 7 mai 2002 ministre d√©l√©gu√© aux Affaires europ√©ennes du gouvernement Jean-Pierre Raffarin (1), il n'est pas reconduit le 16 juin suivant dans le gouvernement Jean-Pierre Raffarin (2) en raison de sa mise en examen dans l‚Äôaffaire du financement du Parti r√©publicain, en qualit√© de directeur de cabinet de Fran√ßois L√©otard, pr√©sident du Parti r√©publicain en 1996. Dans cette affaire, il est condamn√© le 16 f√©vrier 2004 pour blanchiment d'argent au versement, pour avoir particip√©, sur instruction du pr√©sident du Parti r√©publicain, √† l'op√©ration d'utilisation des fonds sp√©ciaux de Matignon pour l'acquisition par le Parti r√©publicain de son si√®ge social[3],[4]. Sans autre peine qu'une amende de 15 000 euros, il b√©n√©ficie 3 ans apr√®s le paiement de celle-ci d'une r√©habilitation.

Ministère de la Culture et de la Communication

Il est nommé, en 2004, ministre de la Culture et de la communication dans le gouvernement Jean-Pierre Raffarin (3), poste auquel il est reconduit le 3 juin 2005, dans le gouvernement de Dominique de Villepin.

Il h√©rite alors de son pr√©d√©cesseur, Jean-Jacques Aillagon, le dossier sulfureux du r√©gime d'assurance ch√īmage des intermittents du spectacle. Il affirme d'un c√īt√© partager l'avis des syndicats majoritaires concernant une p√©riode annuelle de calcul des droits d'acc√®s √† ce statut, mais refuse d'intervenir directement dans le d√©bat consid√©rant que toute initiative parlementaire dans ce dossier nuirait aux n√©gociations entre les partenaires sociaux. Il cr√©e un Fonds permanent de professionnalisation pour les exclus du statut, et appuie la signature par les syndicats d'un nouveau protocole en d√©cembre 2006, sans pour autant que la question soit d√©finitivement r√©gl√©e.

Le projet de loi dit DADVSI (Droit d'auteur et droits voisins dans la société de l'information), qu'il défend devant le parlement en décembre 2005 et au printemps 2006, est le deuxième gros dossier de son passage rue de Valois. Présenté en décembre 2005, ce projet a fait face à de lourdes attaques. Dépassant les clivages droite/gauche, des associations relayées par certains députés, dénoncent la forte pénalisation du piratage, l'abandon de la copie privée, et l'allégeance du ministre aux maisons de disques.

Cela aboutissant en première lecture à l'adoption d'un amendement en faveur de la licence globale, contre l'avis du gouvernement. Après deux mois de polémique intense, l'examen du texte par les députés a repris en mars 2006. Retirant immédiatement la licence globale, le ministre a réussi après de longs débats à faire adopter la quasi totalité de ses propositions en faveur des DRM et contre les échanges de fichiers protégés par droit d'auteur, considérant qu'il a préservé le droit à la copie privée et renforcé le principe de l'interopérabilité, ce que plusieurs associations infirment.

Article d√©taill√© : Histoire de la loi DADVSI.

Troisi√®me grand dossier trait√© par le Ministre : l'implantation du Louvre √† Abu Dhabi, d√©cid√©e par le Pr√©sident de la R√©publique et qu'il a soutenu sans faille malgr√© les nombreuses oppositions √† ce projet au sein de la communaut√© des conservateurs et des historiens de l'art.

Comme ministre de la communication, il s'est chargé aussi de la mise sur pied de France 24 et du déploiement de la télévision numérique terrestre.

Il a enfin défendu le budget ministériel, négociant en particulier auprès de Dominique de Villepin, un plan d'urgence pour la restauration des monuments historiques, et une dotation annuelle de 70 millions d'euros.[5]

Après la rue de Valois

Lors des élections législatives de juin 2007 il se représente dans la première circonscription d'Indre-et-Loire mais est battu au second tour par Jean-Patrick Gille (PS) qui obtint 51,07% des suffrages exprimés.

Le 12 décembre, il est nommé ambassadeur, chargé de la dimension culturelle de la présidence française de l'Union européenne[6].

Investi par l'UMP pour reprendre la mairie à la gauche lors des élections municipales de 2008 à Tours[7], il est a nouveau battu par Jean Germain le 16 mars avec 37,94% des suffrages.

Le 12 avril 2009, il est nommé chevalier de la Légion d'Honneur[8].

Depuis le 1er Mars 2009, il est conseiller d'Alexandre Allard pour le développement, la stratégie et la culture du Groupe Allard.

Le 17 Juin 2009, il est élu Président d'"Atout France", Nouvelle agence au service du tourisme Français.

Synthèse des fonctions politiques

Postes à responsabilités

  • 1986 - 1993 : pr√©sident du Groupe UDF et rapporteur g√©n√©ral du Budget et du Plan
  • d√©l√©gu√© g√©n√©ral et membre du bureau politique du Parti r√©publicain; d√©l√©gu√© national de la nouvelle UDF
  • secr√©taire g√©n√©ral adjoint charg√© de l'organisation du d√©bat interne et de l'animation de l'UMP (2002-2004); porte-parole de l'UMP (2003-2004
  • Secr√©taire National de l'UMP, charg√© de la vie culturelle et artistique (depuis 2009).

Fonctions électives locales

Conseil régional
Conseil municipal

Fonctions parlementaires

À l'Assemblée Nationale
  • 01/06/1997 - 07/06/2002 : d√©put√© UDF de la 1re circonscription d'Indre-et-Loire
  • 16/06/2002 - 31/03/2004 : d√©put√© (UMP) d'Indre-et-Loire

Fonctions ministérielles

Fonction européenne

  • 01/07/2008 - 31/12/2008 : Conseiller sp√©cial culturel aupr√®s du Pr√©sident Nicolas Sarkozy pour la Pr√©sidence Fran√ßaise de l'Union Europ√©enne

Affiliations

Précédé par Renaud Donnedieu de Vabres Suivi par
Jean-Jacques Aillagon
Ministre de la Culture et de la Communication
2004-2007
Christine Albanel

Notes

  1. ‚ÜĎ Nos d√©lits d'initi√©s, mes soup√ßons de citoyen, Guy Birenbaum, Stock
  2. ‚ÜĎ ¬ę Ministre de la Culture : Donnedieu. M√©prisant et insultant ¬Ľ, Les Inrockuptibles, 7 au 13 avril 2004
  3. ‚ÜĎ RTL.fr -> PROCES FONDO: Donnedieu de Vabres et L√©otard condamn√©s
  4. ‚ÜĎ Arr√™t de la Cour de cassation du 12 juin 2002
  5. ‚ÜĎ Renaud Donnedieu de Vabres et la soci√©t√© de l'information, Emmanuel de Roux, Le Monde, 17 mai 2007
  6. ‚ÜĎ Renaud Donnedieu de Vabres nomm√© ambassadeur charg√© de la culture, AP, latribune.fr, 12 d√©cembre 2007
  7. ‚ÜĎ Candidats investits ou soutenus par l'UMP
  8. ‚ÜĎ [1]

Voir aussi

Liens internes

Lien externe

  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de la culture Portail de la culture
  • Portail de la politique Portail de la politique
Ce document provient de ¬ę Renaud Donnedieu de Vabres ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article RDDV de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Renaud donnedieu de vabres ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Donnedieu de Vabres. Renaud Donnedieu de Vabres Renaud Donnedieu de Vabres ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Renaud Donnedieu de Vabres ‚ÄĒ (born March 13, 1954 in Neuilly sur Seine), often known as RDDV, is a French politician, France s Minister of Culture from 2004 to 2007. He is a member of the UMP right wing party, and the grandson of Henri Donnedieu de Vabres.tudies and… ‚Ķ   Wikipedia

  • Initiales ‚ÄĒ Sigle  Ne doit pas √™tre confondu avec Acronymie. {{{image}}} Sigles d une seule lettre Sigles de deux lettres Sigles de trois lettres AAA √† DZZ ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Initialisme ‚ÄĒ Sigle  Ne doit pas √™tre confondu avec Acronymie. {{{image}}} Sigles d une seule lettre Sigles de deux lettres Sigles de trois lettres AAA √† DZZ ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Pascal Menage ‚ÄĒ Pascal M√©nage Pascal M√©nage Parlementaire fran√ßais Naissance 21 mai 1960 D√©c√®s ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Pascal M√©nage ‚ÄĒ Parlementaire fran√ßais Date de naissance 21 mai 1960 Mandat D√©put√© 2004 2007 Circonscription Premi√®re circonscription d Indre et Loire Groupe parlementaire UMP ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Renaud Donnedieu de Vabres ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Donnedieu de Vabres. Renaud Donnedieu de Vabres Renaud Donnedieu de Vabres ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Sigle ‚ÄĒ  Ne doit pas √™tre confondu avec Acronymie. Sigles d‚Äôune seule lettre Sigles de deux lettres Sigles de trois lettres Sigles de quatre lettres Sigles de cinq lettres Sigles de six lettres ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Sigles ‚ÄĒ Sigle  Ne doit pas √™tre confondu avec Acronymie. {{{image}}} Sigles d une seule lettre Sigles de deux lettres Sigles de trois lettres AAA √† DZZ ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Tourangeaux celebres ‚ÄĒ Tourangeaux c√©l√®bres Voici une liste (non exhaustive) de personnalit√©s n√©es ou ayant pass√© une partie notable de leur vie √† Tours ou en Touraine. Sommaire 1 Ecrivains/Philosophes 2 Musiciens/chanteurs 3 Cin√©ma ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.