P√®re de l'√Čglise

ÔĽŅ
P√®re de l'√Čglise

P√®res de l'√Čglise

Depuis le XVIe si√®cle, l'historiographie moderne appelle P√®res de l'√Čglise les personnalit√©s, g√©n√©ralement des √©v√™ques, dont les √©crits, les actes et l'exemple moral ont contribu√© √† √©tablir et √† d√©fendre la doctrine catholique. Ce sont donc des personnages qui se recommandent par quatre caract√©ristiques ou ¬ę notes ¬Ľ :

  • 1¬į l'anciennet√©,
  • 2¬į la saintet√©,
  • 3¬į l'orthodoxie
  • 4¬į l'approbation eccl√©siastique.

Les auteurs h√©r√©tiques, comme Arius, ou schismatiques, comme Novatien, ne font donc pas partie des P√®res de l'√Čglise, de m√™me que certains po√®tes (comme Prudence) ou historiens (comme Gr√©goire de Tours), auteurs chr√©tiens d'ouvrages qui ne sont pas dogmatiques. Les fondements de la foi ont √©t√© √©tablis gr√Ęce √† des formations de ces P√®res dans des √©coles th√©ologiques (√©cole th√©ologique d'Antioche, √©cole th√©ologique d'Alexandrie).

Contrairement √† la liste des Docteurs de l'√Čglise, celle des P√®res de l'√Čglise n'est pas ¬ę officiellement ¬Ľ √©tablie par les √Čglises. L'√Čglise catholique a tendance √† assigner un terme √† une ¬ę p√©riode patristique ¬Ľ et √† consid√©rer Jean Damasc√®ne et Isidore de S√©ville comme les derniers p√®res. Toutefois, la tradition consid√®re qu'il y a quatre P√®res de l'√Čglise d'Occident  :

L'√Čglise orthodoxe ne voit pas les choses de la m√™me fa√ßon et estime que la paternit√© ne suppose pas obligatoirement l'antiquit√© ; elle estime de plus qu'un p√®re n'est pas forc√©ment un √©crivain. Elle a tendance √† consid√©rer comme P√®res de l'√Čglise les P√®res du d√©serts et les grands instituteurs de la vie monastique car leur travail d'asc√®se de direction spirituelle est √©minemment doctrinal.

On range fr√©quemment avec les P√®res de l'√Čglise certains auteurs importants comme Orig√®ne dont l'√©tude est indispensable aux sp√©cialistes des P√®res de l'√Čglise. Ce sens large de l'expression, qui d√©finit un domaine d'√©tude, peut √™tre dit scientifique ou universitaire ; il a pr√©sid√© √† l'√©tablissement de la liste ci-dessous.

On peut classer les P√®res de l'√Čglise selon leur √©poque (apostoliques), la nature de leurs √©crits (apologistes), le style de leur pens√©e (orientaux ou occidentaux, de l'√©cole d'Alexandrie ou de celle d'Antioche), leur langue (latine, grecque ou syriaque), leur milieu de vie (de l'empire chr√©tien), etc.

La connaissance des P√®res de l'√Čglise et de leurs √©crits s'appelle la patristique (analyse th√©ologique) ou la patrologie (analyse historique).

Sommaire

Les Pères anténicéens (jusqu'en 325)

Les Pères apostoliques

Les P√®res du IIe si√®cle

Les apologètes

La littérature anti-hérétique

Les P√®res du IIIe si√®cle

Pères grecs

Pères latins

L'√Ęge d'or patristique (325-451)

Les Pères qui ont combattu l'arianisme

Les Pères cappadociens et saint Jean Chrysostome

Les autres P√®res ayant v√©cu √† l'√©poque des 2e, 3e et 4e conciles (Ve si√®cle)

Pères grecs

Pères latins

Pères syriens

Les Pères de tradition chalcédonienne (après 451)

Pères grecs antérieurs à la crise iconoclaste

Pères grecs défenseurs des saintes images

Pères latins

Les Pères propres à une seule confession chrétienne

Les P√®res propres √† l'√Čglise orthodoxe

Les th√©ologiens du Moyen √āge propres √† l'√Čglise catholique

  • Jean Scot Erig√®ne - th√©ologien et philosophe latin d'origine irlandais - (v. 810 - v. 870), selon certains, le dernier des P√®res de l'√Čglise [r√©f. n√©cessaire]
  • saint Bernard de Clairvaux - Docteur de l'√Čglise ; selon certains, le dernier des P√®res de l'√Čglise (1090 - 1153)

Les P√®res propres √† l'√Čglise non-chalc√©donienne

  • Narsa√Į - (av. 437 - 503)

Voir aussi

Bibliographie

  • Berthold Altaner, Pr√©cis de Patrologie, Salvator, Toulouse, 1961.
  • Johannes Quasten, Initiation aux P√®res de l'√Čglise, 3 vol., Cerf, Paris, 1957 √† 1962.
  • Hans von Campenhausen, Les P√®res grecs et Les P√®res latins, √©ditions de l'Orante, coll. ¬ę Livre de vie ¬Ľ, Paris, 1963.
  • Jean Laporte, Les P√®res de l'√Čglise - I - Les P√®res latins, II - Les P√®res grecs, Paris, Editions du Cerf, f√©vrier 2007.

Liens externes

  • Portail du christianisme Portail du christianisme
Ce document provient de ¬ę P%C3%A8res de l%27%C3%89glise ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis √† la licence CC-BY-SA. Source : Article P√®re de l'√Čglise de Wikip√©dia en fran√ßais (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • P√®re de l'√©glise ‚ÄĒ P√®res de l √Čglise Depuis le XVIe si√®cle, l historiographie moderne appelle P√®res de l √Čglise les personnalit√©s, g√©n√©ralement des √©v√™ques, dont les √©crits, les actes et l exemple moral ont contribu√© √† √©tablir et √† d√©fendre la doctrine… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Miltiade (Pere de l'Eglise) ‚ÄĒ Miltiade (P√®re de l √Čglise) Miltiade est un P√®re de l √Čglise du IIe si√®cle dont toutes les Ňďuvres sont perdues. Tertullien l appelle ¬ę Miltiade le sophiste ¬Ľ (au sens de ¬ę rh√©teur ¬Ľ) ce qui para√ģt une allusion √† l… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Miltiade (p√®re de l'√©glise) ‚ÄĒ Miltiade est un P√®re de l √Čglise du IIe si√®cle dont toutes les Ňďuvres sont perdues. Tertullien l appelle ¬ę Miltiade le sophiste ¬Ľ (au sens de ¬ę rh√©teur ¬Ľ) ce qui para√ģt une allusion √† l √©l√©gance de son style. La liste… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Rhodon (Pere de l'Eglise) ‚ÄĒ Rhodon (P√®re de l √Čglise) Pour les articles homonymes, voir Rhodon. Rhodon √©tait un P√®re de l √Čglise du IIe si√®cle que nous ne connaissons plus que par trois fragments conserv√©s par Eus√®be. Selon Eus√®be, il √©tait ¬ę asiatique de… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Rhodon (p√®re de l'√©glise) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Rhodon. Rhodon √©tait un P√®re de l √Čglise du IIe si√®cle que nous ne connaissons plus que par trois fragments conserv√©s par Eus√®be. Selon Eus√®be, il √©tait ¬ę asiatique de naissance. ¬Ľ Lui m√™me nous… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Miltiade (P√®re de l'√Čglise) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Miltiade. Miltiade est un P√®re de l √Čglise du IIe si√®cle dont toutes les Ňďuvres sont perdues. Tertullien l appelle ¬ę Miltiade le sophiste ¬Ľ (au sens de ¬ę rh√©teur ¬Ľ) ce qui para√ģt une… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Rhodon (P√®re de l'√Čglise) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Rhodon. Rhodon √©tait un P√®re de l √Čglise du IIe si√®cle que nous ne connaissons plus que par trois fragments conserv√©s par Eus√®be. Selon Eus√®be, il √©tait ¬ę asiatique de naissance. ¬Ľ Lui m√™me nous… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • p√®re ‚ÄĒ [ p…õr ] n. m. ‚ÄĘ XIIe; pedre fin XIe; paire v. 980; lat. pater, tris 1 ‚ô¶ Homme qui a engendr√©, qui a donn√© naissance √† un ou plusieurs enfants. Devenir, √™tre p√®re. √ätre (le) p√®re de deux enfants. ¬ę Allons donc, et que les Cieux prosp√®res Nous… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Eglise Saint-Nicolas-du-Chardonet ‚ÄĒ √Čglise Saint Nicolas du Chardonnet Pour les articles homonymes, voir √Čglise Saint Nicolas du Chardonnet (homonymie). 48¬į50‚Ä≤57‚Ä≥N 2¬į21‚Ä≤1‚Ä≥E ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Eglise Saint-Nicolas-du-Chardonnet ‚ÄĒ √Čglise Saint Nicolas du Chardonnet Pour les articles homonymes, voir √Čglise Saint Nicolas du Chardonnet (homonymie). 48¬į50‚Ä≤57‚Ä≥N 2¬į21‚Ä≤1‚Ä≥E ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.