Provinciales

ÔĽŅ
Provinciales

Les Provinciales

Les Provinciales, ou Lettres écrites par Louis de Montalte à un Provincial de ses amis et aux R.R. Pères Jésuites, constituent une série de dix-huit lettres écrites par Pascal sous un pseudonyme, Louis de Montalte. Elles sont une défense d’Antoine Arnauld, janséniste ami de Pascal, qui fut condamné en 1656 par la Sorbonne pour des opinions considérées comme hérétiques. La première lettre est datée du 23 janvier 1656 et la dix-huitième du 24 mars 1657. Une dix-neuvième lettre dont on n’a qu’une ébauche est fréquemment incluse avec les autres.

Sommaire

Présentation

Les deux premi√®res lettres exposent les positions jans√©nistes sur le ¬ę pouvoir prochain ¬Ľ (Lettre I) et la ¬ę gr√Ęce suffisante ¬Ľ (Lettre II). Les lettres post√©rieures montrent Pascal davantage sur la d√©fensive (la pression ne cessait de grandir sur les jans√©nistes de Port-Royal pour les faire renoncer √† leur doctrine) et elles m√®nent l‚Äôassaut contre la casuistique des j√©suites. La lettre XVI contient la c√©l√®bre citation : ¬ę Je n‚Äôai fait celle-ci [i.e. cette lettre] plus longue que parce que je n‚Äôai pas eu le loisir de la faire plus courte. ¬Ľ

L‚Äôimpact des Provinciales fut consid√©rable. Pascal utilisait l‚Äôhumour avec beaucoup d‚Äôesprit pour fustiger les institutions existantes et son ouvrage devint extr√™mement populaire. Cependant, sa publication √©tait clandestine et, en 1660, Louis XIV interdit le livre qui fut lac√©r√© et br√Ľl√© sur son ordre. Les Provinciales n‚Äôen ont pas moins surv√©cu et leur influence a √©t√© grande sur la prose des auteurs de langue fran√ßaise comme Rousseau ou Voltaire qui a dit au sujet de la grandeur des lettres : ¬ę Les meilleures com√©dies de Moli√®re n'ont pas plus de sel que les premi√®res Lettres provinciales : Bossuet n'a rien de plus sublime que les derni√®res[1]. ¬Ľ

Depuis la victoire des j√©suites, la position officielle de l‚Äô√Čglise romaine est de d√©plorer l‚Äôaveuglement de Pascal qui ne se rendait pas compte que, par de tels √©crits, il donnait des armes aux adversaires du catholicisme. On en aura un exemple dans la Catholic Encyclopedia :

¬ę Que Pascal ait pens√© faire un travail utile, c‚Äôest toute sa vie qui en t√©moigne, aussi bien que ses d√©clarations √† son lit de mort. Sa bonne foi ne peut pas s√©rieusement √™tre mise en doute, mais certaines de ses m√©thodes sont plus discutables. S‚Äôil n‚Äôa jamais s√©rieusement alt√©r√© les citations des casuistes qu‚Äôil faisait, comme on l‚Äôa quelquefois accus√© injustement de l‚Äôavoir fait, il les arrange un peu et de mani√®re peu sinc√®re; il simplifie √† l‚Äôexc√®s des questions compliqu√©es et, dans sa fa√ßon de pr√©senter les solutions des casuistes il se permet quelquefois de m√™ler sa propre interpr√©tation. Mais le reproche le plus grave qu‚Äôon puisse lui adresser est d‚Äôavoir injustement fait tort √† la Soci√©t√© de J√©sus, en l‚Äôattaquant exclusivement et lui attribuant un d√©sir d‚Äôabaisser l‚Äôid√©al chr√©tien et de mitiger le code de la morale dans l‚Äôint√©r√™t de sa politique; il a par l√† discr√©dit√© la casuistique elle-m√™me en refusant de reconna√ģtre sa l√©gitimit√© voire, dans certains cas, sa n√©cessit√©, si bien que ce ne sont pas seulement les j√©suites, mais la religion qui a souffert dans ce conflit, m√™me s‚Äôil a contribu√© √† acc√©l√©rer la condamnation par l‚Äô√Čglise de certaines th√©ories laxistes. Ainsi, sans le vouloir ni m√™me s‚Äôen rendre compte, Pascal a fourni des armes aussi bien aux incroyants et aux adversaires de l‚Äô√Čglise qu‚Äôaux partisans d‚Äôune morale ind√©pendante.
Quant √† leur forme litt√©raire, les Provinciales sont, √† leur √©poque, le premier chef-d'Ňďuvre en prose de la langue fran√ßaise, gr√Ęce √† l‚Äôhumour de leur satire et √† leur √©loquence passionn√©e ¬Ľ.

Contenu des lettres

Les trois premi√®res lettres se proposent d'ironiser sur la dispute entre Thomistes et J√©suites concernant la nature de salut, dont elles pr√©sentent en regard une compr√©hension plut√īt jans√©niste. Dans l'allusion √† la Congr√©gation de Auxiliis, la discussion √©voque le r√īle respectif de la gr√Ęce et de la bonne volont√©, les Molinistes (c'est-√†-dire les j√©suites) soutenant qu'une ¬ę gr√Ęce efficace ¬Ľ n'est pas n√©cessaire pour sauver l'homme, mais seulement une ¬ę gr√Ęce suffisante ¬Ľ que Dieu accorde √† tous, alors que les Thomistes soutiennent que, si la ¬ę gr√Ęce suffisante ¬Ľ est donn√©e √† tous, elle a besoin d'√™tre second√©e par une ¬ę gr√Ęce efficace ¬Ľ, accord√©e seulement √† un petit nombre de pr√©destin√©s (en conformit√© d'ailleurs avec la doctrine de saint Augustin). √Ä cette occasion Pascal met en lumi√®re, dans la Deuxi√®me Lettre, le fait que, pour des raisons politiques, les n√©o-Thomistes et les J√©suites utilisent le m√™me terme, ¬ę  gr√Ęce suffisante ¬Ľ, mais avec deux interpr√©tations diff√©rentes.

La Quatrième lettre

La Quatri√®me lettre traite de la question de la ¬ę gr√Ęce actuelle ¬Ľ, les J√©suites soutiennent qu'un p√©ch√© ne saurait √™tre commis que si l'on a connaissance du mal attach√© √† l'action qu'on se propose. Le J√©suite avec lequel parle Pascal a cit√© Le Moyne, qui fut professeur √† la Sorbonne de 1642 √† 1654 ‚Äď sa d√©finition avait d√©j√† √©t√© utilis√©e par Arnauld dans l'Apologie pour les saints P√®res :

Notes

  1. ‚ÜĎ Voltaire, Le Si√®cle de Louis XIV, ¬ę Du jans√©nisme ¬Ľ.

Bibliographie

  • Les provinciales ou Lettres √©crites par Louis de Montalte √† un provincial de ses amis et aux RR. PP. J√©suites sur le sujet de la morale et de la politique de ces p√®res, √©dition annot√©e par Charles Louandre, Paris, Charpentier, 1862 (lire en ligne)
  • Jean Lacouture, J√©suites, Seuil, octobre 1991.
ISBN 2-02-012213-8 (t. 1, édition brochée)
ISBN 2-02-014407-7 (édition complète)
ISBN 2-02-013714-3 (t. 1, édition reliée)
ISBN 2-02-014408-5 (édition complète)
  • Jacques Attali, Blaise Pascal, ou le g√©nie fran√ßais, Fayard, 2000.

Articles connexes

Notes et références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalit√© issu d‚Äôune traduction de l‚Äôarticle de Wikip√©dia en anglais intitul√© ¬ę Lettres provinciales ¬Ľ.
  • Portail de la litt√©rature Portail de la litt√©rature
  • Portail de la France du Grand Si√®cle (1598-1715) Portail de la France du Grand Si√®cle (1598-1715)
Ce document provient de ¬ę Les Provinciales ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Provinciales de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • PROVINCIALES ‚ÄĒ dictae olim monetae Comitum Provinciae in Gallia, vulgo Provinciaux: quarum usum ac cursum, in Statuto de Monetis, sustulit Ludovicus IX. Earum figuram delineavit Anton. Rufius in Histor. Comitum Provinciae. At Provinciales Coronae, apud… ‚Ķ   Hofmann J. Lexicon universale

  • Provinciales ‚ÄĒ (spr. prow√§ng√üj√°ll ), soviel wie Lettres provinciales, eigentlich Lettres √† un provincial, s. Pascal 1) ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon

  • Provinciales (Giraudoux) ‚ÄĒ Provinciales Auteur Jean Giraudoux Genre Roman Pays d origine  France √Čditeur √©ditions Grasset ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Člections provinciales de Nouvelle-Cal√©donie en 2004 ‚ÄĒ √Člections provinciales n√©o cal√©doniennes de 2004 Les √©lections provinciales de 2004 sont un scrutin territorial qui a eu lieu en Nouvelle Cal√©donie le dimanche 9 mai 2004. Elles ont eu pour but d √©lire les assembl√©es des trois provinces de la… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Člections provinciales n√©o-cal√©doniennes de 2004 ‚ÄĒ Couleur politique de la liste arriv√©e en t√™te par commune : Anti ind√©pendantistes : ‚Ė† R UMP ‚Ė† AE Ind√©pendantistes : ‚Ė† UNI ‚Ė† UC ‚Ė† LKS ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • S√©ries provinciales du championnat de Belgique de football ‚ÄĒ Infobox comp√©tition sportive Provinciales Cr√©ation ann√©es 1950 pour le format actuel Organisateur(s) Union belge de football Cat√©gorie Division 5 √† 8 Lieu ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Člections provinciales en Nouvelle-Cal√©donie ‚ÄĒ France Cet article fait partie de la s√©rie sur la politique de la France, sous s√©rie sur la politique ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √Člections provinciales n√©o-cal√©doniennes de 2009 ‚ÄĒ Couleur politique de la liste arriv√©e en t√™te par commune : Anti ind√©pendantistes : ‚Ė† R UMP ‚Ė† CE ‚Ė† AE Ind√©pendantistes : ‚Ė† FLNKS ‚Ė† U ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Lettres Provinciales ‚ÄĒ Les Provinciales Les Provinciales, ou Lettres √©crites par Louis de Montalte √† un Provincial de ses amis et aux R.R. P√®res J√©suites, constituent une s√©rie de dix huit lettres √©crites par Pascal sous un pseudonyme, Louis de Montalte. Elles sont une ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Assembl√©es provinciales ‚ÄĒ Assembl√©e provinciale Les Assembl√©es provinciales sont des institutions cr√©√©es √† la fin de l Ancien r√©gime. Ces assembl√©es consultatives, dot√©es de pr√©rogatives financi√®res et administratives qui relevaient jusqu‚Äôalors des intendants, sont… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.