Primatiale Saint-Jean de Lyon


Primatiale Saint-Jean de Lyon
Primatiale Saint-Jean de Lyon
Image illustrative de l'article Primatiale Saint-Jean de Lyon
Présentation
Nom local Cathédrale Saint-Jean
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattaché à Archidiocèse de Lyon
Début de la construction 1180
Fin des travaux 1480
Style(s) dominant(s) roman et gothique
Protection  Classé MH (1862)[1]
Géographie
Pays Drapeau de France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Ville Lyon
Coordonnées 45° 45′ 39″ N 4° 49′ 38″ E / 45.7607, 4.827345° 45′ 39″ Nord
       4° 49′ 38″ Est
/ 45.7607, 4.8273
  

Géolocalisation sur la carte : Grand Lyon

(Voir situation sur carte : Grand Lyon)
Primatiale Saint-Jean de Lyon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Primatiale Saint-Jean de Lyon

L’église Saint-Jean-Baptiste-et-Saint-Étienne, souvent appelée cathédrale Saint-Jean ou primatiale Saint-Jean, est la cathédrale et primatiale de Lyon (France), qui domine le quartier médiéval et renaissance du Vieux Lyon. Le terme de primatiale vient de celui de Primat des Gaules, titre historique de l'archevêque de Lyon.

Originellement, l'église a été consacrée sous le vocable de Saint-Étienne, tandis que son baptistère était consacré sous celui de Saint-Jean-Baptiste, mais, comme cela est fréquent (un exemple célèbre étant l'Archibasilique Saint-Jean-de-Latran), le vocable du baptistère s'est ensuite appliqué dans la désignation courante.

Construite de 1180 à 1480, elle mélange le style roman et le gothique. Elle abrite une horloge astronomique du XIVe siècle.

Sommaire

Histoire

La cathédrale a été le théâtre d'évènements importants de la vie religieuse et politique :

Construction

La cathédrale s'élève sur l'emplacement de l'ancien complexe épiscopal d'époque mérovingienne dont on a pu se faire une idée assez précise grâce aux écrits de Sidoine Apollinaire et aux fouilles menées sur le site lui-même.

Plan du complexe épiscopal mérovingien

La construction a commencé à partir du XIIe siècle par le mur du cloître sur une crypte plus ancienne[2].

Les parties basses de l'abside, les deux chapelles latérales et le transept sont construits entre 1165 et 1180 en style roman.

La voûte de l'abside puis du transept en style gothique, les deux tours orientales, les quatre premières travées de la nef et leur voûte sont achevés entre le XIIe siècle et 1er tiers du XIIIe siècle.

Au milieu du XIIIe siècle, les verrières du chœur et les deux rosaces du transept sont achevées.

Entre la fin du XIIIe siècle et le premier tiers du XIVe siècle, les quatre dernières travées et la partie inférieure de la façade sont achevées. La fin du XIVe siècle voit l'achèvement de la voûte des dernières travées et de la rosace de la façade en 1392.

Au XVe siècle, la partie haute de la façade et les tours sont terminée. La statue de Dieu le Père est placée au sommet du pignon en 1481.

La chapelle des Bourbons (du nom des archevêques qui en ont ordonné la construction), de style gothique flamboyant, est construite entre la fin du XVe siècle et le début XVIe siècle.

En 1562, La cathédrale est dévastée par les troupes calvinistes du baron des Adrets.

Les verrières médiévales de la grande nef et du tympan du grand portail sont détruites au XVIIIe siècle sur l'ordre des Chanoines. Pendant la révolution, la Cathédrale subit quelques dégradations.

Entre 1791 et 1793, l'évêque Lamourette ordonne la modification du chœur. Il fait notamment détruire le jubé.

Le chœur est restauré dans sa disposition médiévale entre 1935 et 1936.

Lors de la libération de Lyon en septembre 1944, une partie des vitraux ont été détruits.

La façade est ravalée en 1982 et en cours de ravalement en 2011.

Architecture

L'horloge astronomique

La façade

  • Elle est en partie composée de blocs provenant d'anciens monuments romains s'étant effondrés au IXe siècle, en particulier de l'ancien forum. Elle est très marquée par la fin du XVe siècle, à savoir un gothique des plus flambloyants.
  • Les 300 médaillons de façade racontent différents épisodes de l'Ancien et du Nouveau Testament. Au XVIe siècle, le Baron des Adrets, calviniste, détruisit toutes les statues des saints dans les niches de la façade et décapita tous les anges des trois portails.

L'intérieur

  • On peut y observer la chronologie de construction : l'abside et le chœur sont romans et plus l'on s'avance vers la façade, plus le style est gothique.
  • Les vitraux, tels que la rosace centrale et celles du transept datent des alentours de 1390 et sont dans des tons bleu-violet caractéristiques. La couleur des vitraux a été adaptée à leur position : les plus au sud ont des couleurs froides pour compenser la chaleur du soleil, alors que ceux au nord ont des couleurs plus chaudes.
    Au nord, le vitrail des fonds baptismaux fabriqué par Lucien Bégule en 1886 a été offert en hommage de l'artiste à l'Archevèque Caverot[3].
  • L'abside est la partie la plus ancienne, datant du XIIe siècle et est donc intégralement romane.
  • La nef est couverte de voûtes sexpartites.
  • La chapelle des Bourbons est pleinement représentative du gothique flamboyant : fines nervures, clefs pendantes, éléments végétaux tels que vigne, houx, gui, chardon, chou, etc.
  • On peut admirer à l'entrée du chœur des chanoines, c'est-à-dire à l'extrémité des stalles, les statues sculptées par Blaise en 1776 et 1780 des deux saints patrons de la cathédrale : Saint Étienne diacre et martyr et Saint Jean Baptiste.

L'horloge astronomique

  • Originellement du XIVe siècle, elle fut remaniée plusieurs fois.
  • Elle indique : la date, les positions de la Lune, du Soleil et de la Terre, ainsi que le lever des étoiles au-dessus de Lyon. Bien entendu, puisqu'il s'agit d'une horloge, c'est le Soleil qui tourne autour de la Terre. La date donnée sera exacte jusqu'en 2019.
  • Au-dessus de l'horloge, une série d'automates se mettent en mouvement plusieurs fois par jour. Ce sont des animaux et une scène représentant l'Annonciation. Le mouvement a été refait dans les années 1930 par un horloger du nom de Désiré Richard.

Les tableaux

De nombreux tableaux ornent la primatiale :

Chiffres-clefs

  • Longueur totale intérieure : 80 m
  • Longueur du chœur : 20 m
  • Largeur de la nef centrale : 19,30 m
  • Largeur totale des nefs : 26 m
  • Hauteur du chœur : 24,30 m
  • Hauteur de la nef : 32,50 m
  • Hauteur des tours (façade) : 44 m
  • Horloge astronomique :
    • hauteur : 9,35 m
    • largeur : 2,20 m

Images

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références

  1. Notice no PA00117785, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  2. Régis Neyret, Le livre de Lyon : Lugdunoscopie, Éditions Lyonnaises, 1995 (ISBN 978-2910979003)
  3. Vitrail des fonds baptismaux de Lucien Bégule
  4. Ce tableau provient du couvent des Mathurins, à Paris, que Louis Petit fit orner de 1610 à 1647 de tableaux.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Primatiale Saint-Jean de Lyon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Primatiale saint-jean de lyon — Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Saint Jean Baptiste et Cathédrale Saint Étienne. Primatiale Saint Jean de Lyon …   Wikipédia en Français

  • Primatiale Saint-Jean (Lyon) — Primatiale Saint Jean de Lyon Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Saint Jean Baptiste et Cathédrale Saint Étienne. Primatiale Saint Jean de Lyon …   Wikipédia en Français

  • Saint-Jean (Lyon) — Pour les articles homonymes, voir Saint Jean. 45°45′49.18″N 4°49′40.17″E / …   Wikipédia en Français

  • Église Saint-Georges de Lyon — Pour les articles homonymes, voir Église Saint Georges (homonymie). Église Saint Georges L église vue de la rive gauche de la Saône …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Lyon — Primatiale Saint Jean de Lyon Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Saint Jean Baptiste et Cathédrale Saint Étienne. Primatiale Saint Jean de Lyon …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Saint-Jean-Baptiste d'Aire —  Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Saint Jean Baptiste. Cathédrale Saint Jean Baptiste d Aire …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Bazas —  Cette ancienne cathédrale n’est pas la seule cathédrale Saint Jean Baptiste. Cathédrale Saint Jean Baptiste …   Wikipédia en Français

  • Cathédrale Saint-Jean-Baptiste — Pour les articles homonymes, voir Saint Jean Baptiste. Saint Jean Baptiste, par Andrea del Sarto (Galerie des Offices, Florence) Plusieurs …   Wikipédia en Français

  • Place Saint-Jean (Lyon) — Pour les articles homonymes, voir Place Saint Jean. Place Saint Jean Vue de la cathédrale …   Wikipédia en Français

  • Église Saint-Jean — Cette page d’homonymie répertorie les différents édifices religieux partageant un même nom. Pour les articles homonymes, voir Saint Jean. Plusieurs églises sont nommées église Saint Jean en l honneur d un Saint Jean  …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.