Arnold Schwarzenegger

ï»ż
Arnold Schwarzenegger

Arnold Schwarzenegger

Accéder aux informations sur cette image commentée ci-aprÚs.

Arnold Schwarzenegger, photographié en 2010.

Nom de naissance Arnold Alois Schwarzenegger
Naissance 30 juillet 1947 (1947-07-30) (64 ans)
Thal, Drapeau d'Autriche Autriche
NationalitĂ© Drapeau : Autriche Autrichienne Drapeau : États-Unis AmĂ©ricaine (naturalisĂ©)
Profession Acteur Culturiste Homme d'affaires Homme politique
Films notables Conan le Barbare
Terminator
Predator
Total Recall
Terminator 2 : Le Jugement dernier
Last Action Hero
True Lies
Site internet www.schwarzenegger.com

Arnold Alois Schwarzenegger est un acteur, culturiste, homme d'affaires et homme politique amĂ©ricain nĂ© Autrichien le 30 juillet 1947 Ă  Thal, en Autriche.

SurnommĂ© le « ChĂȘne Autrichien Â» (Austrian Oak) pendant ses annĂ©es de culturisme, puis « Schwarzy Â» pendant sa carriĂšre d'acteur, et plus rĂ©cemment « Gouvernator Â» (mĂ©lange des mots Gouverneur et Terminator), il se fait connaĂźtre universellement en devenant un des plus grands culturistes de l'Histoire, avec notamment 5 titres de Monsieur Univers et 7 titres de Monsieur Olympia.

Son physique exceptionnel lui a ouvert les portes d'Hollywood, dont il devient l'une des plus grandes vedettes du cinĂ©ma d'action dans les annĂ©es 1980-1990, ainsi qu'en tĂ©moigne son importante filmographie, dans laquelle figurent aussi bien le genre fantastique que la comĂ©die, en passant par la science-fiction : Conan le Barbare, Terminator, Terminator 2 : Le Jugement dernier, True Lies, Predator, Last Action Hero, Total Recall, Un flic Ă  la maternelle, Jumeaux et Junior.

EngagĂ© politiquement avec le Parti rĂ©publicain, il fut Ă©lu 38e gouverneur de l'État de Californie le 17 novembre 2003. Il est rĂ©Ă©lu Ă  ce poste le 7 novembre 2006. Jerry Brown, qui lui a succĂ©dĂ© le 3 janvier 2011, fut dĂ©jĂ  le successeur Ă  ce poste, en 1975, de l'ex-acteur Ronald Reagan.

En 2004 et 2007, Arnold Schwarzenegger fait partie du Time 100, classement Ă©tabli par le magazine Time des 100 personnes les plus influentes dans le monde[1],[2].

Le 4 avril 2011, il est fait chevalier de la lĂ©gion d’honneur Ă  Cannes. La mĂ©daille lui a Ă©tĂ© remise par le ministre de la Culture FrĂ©dĂ©ric Mitterrand[3].

Sommaire

Origine et vie privée

Enfance et adolescence

Schwarzenegger et sa premiÚre épouse Maria Shriver avec qui il s'est marié en 1986 et qui lui a donné quatre enfants (2007).

Arnold Schwarzenegger est nĂ© le 30 juillet 1947 Ă  Thal bei Graz[4] - ou Thal - en Autriche, petit village proche de Graz, capitale de la Styrie[5] et y a passĂ© la plus grande partie de sa jeunesse. Son nom de baptĂȘme est Arnold Alois Schwarzenegger[4]. Son pĂšre, Gustav Schwarzenegger (1907-1972), est un ancien officier de l'armĂ©e autrichienne tandis que sa mĂšre, Aurelia Jadrny (1922-1998) est une veuve de guerre avec un fils de son premier mariage, Meinhard. Il grandit dans une famille catholique qui se rend Ă  l'Ă©glise tous les dimanches[6]. Gustav Schwarzenegger ne pratique plus le catholicisme car il adhĂšre au parti nazi et Ă  sa branche paramilitaire, la Sturmabteilung (SA), aprĂšs l'Anschluss en 1938[6],[7]. Les parents d'Arnold se marient le 20 octobre 1945, alors que Gustav a 38 ans et Aurelia 23. En 1947, son pĂšre est autorisĂ© Ă  devenir commissaire de police car il n'a pas commis de crime de guerre[8].

L'aĂźnĂ©, Meinhard, est le favori de leur pĂšre, tandis qu'Arnold est Ă©duquĂ© de façon stricte[7]. Schwarzenegger dira que son pĂšre n'avait « aucune patience pour Ă©couter et comprendre ses problĂšmes
 il y avait comme un mur, un vrai mur Â»[6]. Dans une interview avec Fortune en 2004, Schwarzenegger dĂ©clare qu'il a subi « ce que l'on appellerait maintenant des sĂ©vices Ă  enfants Â» de la part de son pĂšre. « Mes cheveux Ă©taient tirĂ©s. J'Ă©tais frappĂ© avec des ceintures. Comme le gamin d'Ă  cĂŽtĂ©. C'Ă©tait comme ça. Beaucoup d'enfants Ă©taient cassĂ©s ainsi par leurs parents, c'Ă©tait dans la mentalitĂ© germano-autrichienne. Ils ne voulaient pas crĂ©er des individus. Tout n'Ă©tait qu'une question de conformisme. J'Ă©tais de ceux qui ne voulaient pas se conformer, et dont la volontĂ© ne pouvait pas ĂȘtre cassĂ©e. Je devins un rebelle. Chaque fois que j'Ă©tais frappĂ© et qu'on me disait : « tu ne peux pas faire ça Â», je me disais : « Ă§a ne va pas durer longtemps ainsi parce que je vais partir d'ici. Je veux ĂȘtre riche. Je veux ĂȘtre quelqu'un Â» Â»[9]. Arnold entretient de bonnes relations avec sa mĂšre et il restera en contact avec elle jusqu'Ă  sa mort[10]. À l'Ă©cole, Schwarzenegger est « dans la moyenne Â» mais est remarquĂ© pour son caractĂšre « enjouĂ©, joyeux et exubĂ©rant Â» [6]. Le manque d'argent est un problĂšme dans le foyer et Schwarzenegger se souvient que l'un des moments importants de sa jeunesse est l'achat d'un rĂ©frigĂ©rateur par sa famille[11].

Le 20 mai 1971, son frÚre Meinhard meurt dans un accident de voiture[5], dépressif et ivre[12]. Arnold n'assiste pas à ses funérailles mais prend à sa charge l'éducation de Patrick, le fils de 3 ans de son frÚre et de sa petite amie Erika Knapp[11]. Son pÚre Gustav meurt un an plus tard d'un accident vasculaire cérébral[5]. Arnold n'assiste pas non plus à ses funérailles[11]. Dans le film Pumping Iron, Arnold déclare qu'il n'a pas pu se rendre à l'enterrement de son pÚre car il était alors en pleine période d'entraßnement pour une grande compétition de culturisme[13].

En 1953, Ă  l'Ăąge de 6 ans, il rĂȘve de devenir champion[5] aprĂšs avoir assistĂ© avec son pĂšre Ă  Graz Ă  l'inauguration d'une nouvelle piscine par l'ancien champion Olympique Johnny Weissmuller. Enfant, Schwarzenegger essaie de nombreux sports, mais il se passionne particuliĂšrement pour le culturisme (bodybuilding) vers 1960, Ă  l'Ăąge de 13 ans, aprĂšs que son entraĂźneur de football amĂšne l'Ă©quipe Ă  une sĂ©ance de musculation[5]. Vers 14 ans, il prĂ©voit ce que sera sa vie future. Son pĂšre voulait qu'il devienne policier, sa mĂšre qu'il fasse une Ă©cole de commerce. Un jour il remarque dans une vitrine, la couverture d'un magazine sur laquelle pose un homme musclĂ© et dĂ©guisĂ© en guerrier des temps anciens. Il achĂšte le magazine, qui retrace la vie de Reg Park, un ancien culturiste anglais devenu Mr. Universe, puis acteur et ayant fait fortune en fondant un empire dans le sport. Il prend Park comme modĂšle et dĂ©cide de suivre la mĂȘme voie : devenir Mr. Universe, puis une star de cinĂ©ma puis riche[14]. En 1961, il rencontre l'ancien Mr. Autriche, Kurt Marnul, qui l'invite Ă  venir s'entraĂźner Ă  l'Athletic Union, une salle de gymnastique Ă  Graz[5]. Sa passion le conduit Ă  aller s'y entraĂźner mĂȘme le week-end alors que celle-ci est fermĂ©e. À cette Ă©poque, il dĂ©clare Ă  son pĂšre : « Je veux devenir l'homme le mieux bĂąti du monde, puis je veux aller en AmĂ©rique et ĂȘtre acteur Â». Il frĂ©quente aussi les cinĂ©mas et ses idoles sont les acteurs Reg Park, Steve Reeves et Johnny Weissmuller[5]. En 1963, il arrive 2e lors d'une compĂ©tition mineure organisĂ©e Ă  Graz, dans le Steirer Hof Hotel. En 1964, son pĂšre, trĂšs inquiet de la passion envahissante d'Arnold pour le « sport le moins populaire d'Autriche Â», lui interdit d'aller plus de trois fois par semaine Ă  l'entraĂźnement, mais celui-ci contourne cette limitation en construisant sa propre salle Ă  la maison[5].

En 1965, il remporte le championnat autrichien junior de soulevĂ© de poids (1965 Austrian Jr. Weightlifting Championship) et rencontre Franco Columbu avec qui il restera ami trĂšs longtemps[5]. Il rentre juste aprĂšs dans l'armĂ©e autrichienne, dans le cadre du service militaire d'un an, obligatoire pour tous les hommes autrichiens ĂągĂ©s de 18 ans. Ses parents espĂšrent que cela mettra un terme Ă  son intĂ©rĂȘt pour le bodybuilding. Durant cette annĂ©e de service militaire, il remporte le titre junior Mr. Europe[5]. Pour participer Ă  cette compĂ©tition, il fait le mur de la caserne et il est puni pour son absence non autorisĂ©e, mais il gagne nĂ©anmoins le respect de ses supĂ©rieurs.

Une annĂ©e plus tard, en 1966, il remporte le titre de Mr. Europe et impressionne tant les juges que ceux-ci lui proposent de lui offrir le billet d'avion pour participer au NABBA Mr. Universe amateur Ă  Londres, la prestigieuse compĂ©tition de culturisme. Une semaine aprĂšs ce titre, il remporte celui de l'homme le mieux bĂąti d'Europe (Best Built man of Europe), compĂ©tition organisĂ©e par un rival de Mr. Europe. La fĂ©dĂ©ration annule alors son offre et Arnold doit commencer Ă  Ă©conomiser pour se payer le billet pour Londres. Il quitte Thal, sa ville natale, et part s'entraĂźner au Putzinger Gym Ă  Munich oĂč il loue un petit appartement et passe son temps entre son propre entraĂźnement et la gĂ©rance de la salle. Il y fait parfois le mĂ©nage afin de payer sa cotisation[5]. Il prend pour la premiĂšre fois l'avion afin de participer au Mr. Universe Ă  Londres. C'est lĂ  qu'il acquiert le surnom de « ChĂȘne Autrichien Â» (ou de « ChĂȘne Styrien Â»), en partie Ă  cause de son impressionnant gabarit (107 kg pour 1,85 m) et d'une histoire de tractions faite au sommet d'un chĂȘne sur les berges du Thalersee. Il arrive 2e lors de cette premiĂšre grande compĂ©tition, derriĂšre Chester Yorton, qui possĂšde une dĂ©finition musculaire supĂ©rieure[15]. Il dira plus tard : « Le titre de Mr. Universe Ă©tait mon ticket pour l'AmĂ©rique - la terre des opportunitĂ©s oĂč je pourrais devenir une star et un homme riche Â»[14]. À Londres toujours, invitĂ© par son ami Wagg Bennett, il participe Ă  sa premiĂšre exhibition de bodybuilding. Wagg, qui lui annonce qu'il doit apprendre Ă  devenir un showman, lui apprend les points les plus importants du posing, et introduit de la musique dans sa routine d'entraĂźnement[5].

En 1967, Arnold a mis de cÎté assez d'argent pour racheter le Putzinger Gym, et grùce à la publicité faite par sa seconde place pour le titre amateur Mr. Universe, le nombre de cotisants passe de 70 à 200. Il s'entraßne différemment, inventant de nouveaux exercices afin d'améliorer la définition qui lui avait manqué l'année précédente[15]. Il participe à nouveau au Mr. Universe amateur de Londres et remporte son premier titre majeur contre Dennis Tinerino, devenant ainsi le plus jeune Mr. Universe de l'histoire, à l'ùge de 20 ans[5].

DĂ©part pour les États-Unis

En 1968, il gagne le Stone Lifting Contest Ă  Munich, et prouve que les bodybuilders sont Ă©galement des hommes forts. Il remporte surtout le 1er titre professionnel europĂ©en de Mr. Universe de la NABBA (National Amateur Bodybuilders Association). Dans les coulisses de la compĂ©tition, il rencontre Joe Weider, qui rĂšgne sur la presse spĂ©cialisĂ©e dans le bodybuilding et qui, impressionnĂ©, l'invite Ă  venir participer aux compĂ©titions aux États-Unis. En septembre 1968, Ă  l'Ăąge de 21 ans, il part s'installer aux États Unis, avec trĂšs peu d'argent en poche et un niveau d'anglais plutĂŽt faible. Surpris par les compĂ©titeurs amĂ©ricains, plus graciles, il n'arrive que 2e derriĂšre Frank Zane lors de son premier Mr. Universe amĂ©ricain. Joe Weider accepte de le sponsoriser pendant un an. En Ă©change, celui-ci utilise le nom et le visage d'Arnold Ă  des fins publicitaires. Weider l'envoie s'entraĂźner au Gold's Gym Ă  Venice Beach, Santa Monica, lĂ  oĂč tous les meilleurs bodybuilders du moment s'entraĂźnent. Pendant cette pĂ©riode, il devient l'ami du catcheur professionnel Superstar Billy Graham. Il dĂ©veloppe Ă©galement une affaire de vente par correspondance de supplĂ©ments alimentaires vendus sous le nom de « Arnold Strong Â»[5].

Vie privée

Arnold Schwarzenegger et son fils Patrick en dĂ©cembre 2002.

En 1969, il rencontre Barbara Outland Baker, alors serveuse dans un restaurant situĂ© prĂšs du Gold's Gym avec qui il vit en couple jusqu'Ă  leur sĂ©paration en 1974. Le couple se rencontre 6 Ă  8 mois aprĂšs l'arrivĂ©e d'Arnold aux États-Unis. À leur premier rendez-vous, ils regardent l'atterrissage d'Apollo sur la Lune Ă  la tĂ©lĂ©vision. Ils partagent un appartement Ă  Santa Monica pendant trois ans et demi et ayant peu d'argent, ils vont Ă  la plage tous les jours et font des barbecues dans le jardin. Baker dĂ©clare qu'Arnold est un « self-made man autant qu'il est possible de l'ĂȘtre - il n'a jamais reçu d'encouragement de ses parents, de sa famille, de son frĂšre. Il avait juste son immense dĂ©termination et son charisme Â»[16]. Dans ses mĂ©moires de 1977, Arnold: The Education of a Bodybuilder, Schwarzenegger raconte Ă  propos de Barbara : « Elle Ă©tait une femme Ă©quilibrĂ©e qui voulait une vie ordinaire et solide. Je n'Ă©tais pas un homme Ă©quilibrĂ© et je haĂŻssais l'idĂ©e mĂȘme d'une vie ordinaire Â»[17]. Dans une interview rĂ©alisĂ©e en 2003, oĂč elle dĂ©fend Schwarzenegger contre certaines attaques – on lui reprochait alors notamment d'avoir traitĂ© les homosexuels de fags dans une interview de 1977 pour le magazine Oui –, Baker dĂ©crit Schwarzenegger comme « une personnalitĂ© joyeuse, totalement charismatique, aventureuse et athlĂ©tique Â» mais dĂ©clare qu'Ă  la fin de leur relation, il Ă©tait devenu « insupportable, le monde tournant autour de lui Â»[18]. En 2006, elle publia ses mĂ©moires, prĂ©facĂ©es par Schwarzenegger, dans Arnold and Me: In the Shadow of the Austrian Oak[19].

En juillet 1977, il rencontre Ă  Venice Beach, Sue Moray, une assistante-coiffeuse de Beverly Hills. D'aprĂšs celle-ci, ils entretiennent une relation libre : « Nous Ă©tions fidĂšles lorsque nous Ă©tions tous les deux Ă  LA
 mais lorsqu'il Ă©tait hors de la ville, nous Ă©tions libres de faire ce que nous voulions Â». Un mois plus tard, Schwarzenegger fait connaissance de Maria Shriver, de la famille Kennedy. Il entretient une relation avec les deux femmes jusqu'en aoĂ»t 1978, date Ă  laquelle Sue Moray, qui connaĂźt sa relation avec Shriver, lui fixe un ultimatum pour faire un choix entre elles[11]. Schwarzenegger choisit Maria Shriver.

Devenu citoyen amĂ©ricain en 1983, il se marie le 26 avril 1986 Ă  Hyannis dans le Massachusetts avec Maria Shriver, journaliste de tĂ©lĂ©vision et fille de R. Sargent Shriver, ancien ambassadeur des États-Unis en France et candidat Ă  la vice-prĂ©sidence des États-Unis en 1972, et d'Eunice Kennedy, sƓur du prĂ©sident John Fitzgerald Kennedy. La cĂ©rĂ©monie prĂ©sidĂ©e par le rĂ©vĂ©rend John Baptist Riordan se dĂ©roule Ă  l'Ă©glise catholique romaine St. Francis Xavier. Caroline Bouvier Kennedy, cousine de la mariĂ©e est demoiselle d'honneur alors que Franco Columbu est le tĂ©moin de Schwarzenegger[20]. Le couple a quatre enfants :

  • Katherine Eunice, nĂ©e le 13 dĂ©cembre 1989
  • Christina Maria, nĂ©e le 23 juillet 1991[21]
  • Patrick Arnold, nĂ© le 18 septembre 1993[22]
  • Christopher Sargent, nĂ© le 27 septembre 1997[23].

Le 9 mai 2011, aprÚs 25 ans de mariage, Arnold Schwarzenegger et Maria Shriver annoncent leur séparation[24]. Arnold Schwarzenegger révÚle quelques jours plus tard qu'il a eu un enfant avec une de ses employées de maison, Mildred Baena, pour expliquer sa séparation d'avec Maria Shriver, qui demande le divorce le 1er juillet[25].

Le culturiste

Schwarzenegger commence son extraordinaire parcours par le culturisme (bodybuilding). AprÚs son titre junior de Mr. Europe en 1965, il remporte l'année suivante à l'ùge de 19 ans le titre de Mr. Europe et The Best Built Man in Europe[5]. Il participe par la suite à de nombreuses compétitions et remporte de nombreux titres, dont 5 Mr. Universe (4 - NABBA (Angleterre), 1 - IFBB (USA)) et 7 Mr. Olympia, la compétition ultime de la discipline. Ce record de 7 Mr. Olympia ne fut battu que bien plus tard, par Lee Haney, lorsqu'il remporta son 8e titre consécutif en 1991, puis par Ronnie Coleman qui remporta son 8e titre en 2005.

Schwarzenegger dira que « durant l'apogĂ©e de sa carriĂšre, ses mollets faisaient 50,8 cm de circonfĂ©rence, ses cuisses 72,4 cm, sa taille 86,4 cm, sa poitrine 144,8 cm et ses bras 55,9 cm. Â»[26].

Mr. Olympia

Le but de Schwarzenegger est de devenir le plus grand culturiste du monde, ce qui signifie qu'il doit remporter le titre de Mr. Olympia. À sa premiĂšre tentative en 1969, il Ă©choue en finale, 4 points contre 3, face au champion cubain Sergio Oliva, surnommĂ© « Le mythe Â» et vainqueur des 3 annĂ©es prĂ©cĂ©dentes. Ce sera sa premiĂšre et unique dĂ©faite lors d'un Mr. Olympia. Il prend sa revanche sur Oliva l'annĂ©e suivante et remporte son 1er Mr. Olympia en 1970 grĂące Ă  une dĂ©finition musculaire supĂ©rieure, faisant de lui, Ă  23 ans, le plus jeune Mr. Olympia de l'histoire, record toujours[Quand ?] invaincu.

Il continua d'enchaĂźner les victoires lors des compĂ©titions suivantes, en 1971, 1972, 1973 et 1974. En 1971, la compĂ©tition Mr. Olympia se dĂ©roule pour la premiĂšre fois hors de New York, Ă  Paris, exactement le mĂȘme jour que le NABBA Universe qui se tient Ă  Londres. Arnold, fidĂšle Ă  l'IFBB participe au Mr. Olympia alors que d'autres champions prĂ©fĂšrent l'Ă©viter et participer Ă  la NABBA[27]. En 1972, Arnold et Sergio se livrent un duel serrĂ© Ă  Essen en Allemagne. Schwarzenegger remporte son 3e titre par dĂ©cision des juges, 4 voix contre 3. En 1973, il remporte son 4e titre d'affilĂ©e Ă  New York contre Franco Columbu et Serge Nubret. Cette victoire est jugĂ©e relativement facile mais la montĂ©e du jeune Ferrigno chez les professionnels promet un beau combat pour l'annĂ©e suivante. En 1974, la compĂ©tition se dĂ©roule au Madison Square Garden Ă  New York. Lou Ferrigno, avec une taille de 1m96 et un poids de 120 kilos, est l'adversaire le plus imposant qu'Arnold ait jamais affrontĂ©. Il remporte toutefois son 5e titre, mais des rumeurs sur sa retraite de la compĂ©tition circulent[27].

En 1975, quelques mois avant la compĂ©tition, les rĂ©alisateurs George Butler et Robert Fiore le convainquent de participer afin de filmer son entraĂźnement dans Pumping Iron, un film documentaire qui aura un impact relativement important et contribuera Ă  populariser le bodybuilding et Ă  faire connaĂźtre Schwarzenegger. Ce dernier vient de faire une apparition dans le film Stay Hungry de Bob Rafelson qui lui vaut le golden globe 1977 du meilleur acteur dĂ©butant[28]. Il a perdu beaucoup de poids et a seulement trois mois pour se prĂ©parer Ă  la compĂ©tition. Il revient nĂ©anmoins Ă  son meilleur niveau, quoique plus lĂ©ger, et remporte son 6e titre consĂ©cutif en battant Lou Ferrigno et Serge Nubret dans la catĂ©gorie des plus de 91 kg (200 pounds), et Franco Columbu, vainqueur des moins de 91 kg, pour le titre unifiĂ©. Il annonce alors sa retraite de la compĂ©tition.

Schwarzenegger tourne quelques films mineurs et sort de sa retraite sportive pour participer Ă  l'Ă©dition 1980 de Mr. Olympia qui se dĂ©roule en Australie. GrĂące Ă  son entraĂźnement pour le rĂŽle de Conan le Barbare oĂč il devait courir, monter Ă  cheval ou encore manier l'Ă©pĂ©e, il se sent suffisamment en forme pour tenter de gagner la compĂ©tition une derniĂšre fois. Sa participation est une surprise, car il n'annonce pas publiquement ses intentions. Certains le voient s'entraĂźner mais pensent que c'est pour les besoins du film ; lorsqu'ils le voient dans l'avion pour l'Australie, ils pensent qu'il vient en tant qu'officiel pour l'IFBB. Ce n'est que lorsque son nom est appelĂ© que tout le monde se rend compte qu'il va participer Ă  la compĂ©tition. Il remporte une septiĂšme et ultime fois le Mr. Olympia, avec seulement sept semaines de prĂ©paration spĂ©cifique. Cette victoire sera contestĂ©e par certains observateurs[27].

L'aprÚs compétition

L'Arnold Classic, est devenu l'une des compétitions majeures de bobybuilding.

Schwarzenegger est considĂ©rĂ© comme l'une des figures majeures de l'histoire du culturisme et une prestigieuse compĂ©tition portant son nom a lieu tous les ans, la fameuse Arnold Classic. Schwarzenegger est restĂ© une personnalitĂ© trĂšs prĂ©sente dans le monde du culturisme longtemps aprĂšs sa retraite sportive, notamment parce qu'il possĂ©dait des gymnases et des magazines de fitness, et qu'il a prĂ©sidĂ© de nombreuses compĂ©titions et remises de rĂ©compenses. Pendant des annĂ©es, il Ă©crit une chronique mensuelle pour les magazines Muscle & Fitness et Flex. En 2003, peu de temps aprĂšs avoir Ă©tĂ© Ă©lu Gouverneur de Californie, il est nommĂ© symboliquement rĂ©dacteur en chef de ces deux magazines, qui acceptent de faire don de 250 000 dollars tous les ans pour les diffĂ©rents projets du gouverneur ayant trait au fitness. Le magazine MuscleMag International propose une double page mensuelle sur Arnold, surnommĂ© "le King."

Controverse sur l'utilisation de stéroïdes

Schwarzenegger a admis avoir utilisĂ© des anabolisants sous forme de stĂ©roĂŻdes lorsque leur utilisation Ă©tait encore lĂ©gale. En 1977, il a Ă©crit Ă  ce sujet que les « stĂ©roĂŻdes l'aidaient Ă  maintenir sa masse musculaire pendant les rĂ©gimes dans la prĂ©paration des compĂ©titions Â» et qu'il « ne les utilisait pas pour accroĂźtre ses muscles Â».

En 1999, Schwarzenegger a poursuivi en justice le docteur Willi Heepe, mĂ©decin allemand qui avait prĂ©dit sa mort prĂ©maturĂ©e Ă  la suite d'un accident vasculaire dĂ» Ă  sa consommation de stĂ©roĂŻdes. Comme le mĂ©decin ne l'avait jamais examinĂ© personnellement, il gagna son procĂšs et reçut 12 000 dollars de dommages et intĂ©rĂȘts. La mĂȘme annĂ©e, il a dĂ©posĂ© plainte contre le journal amĂ©ricain Ă  sensations The Globe qui avait fait des annonces similaires sur son Ă©tat de santĂ© futur.

Selon son porte-parole, Schwarzenegger n'a plus utilisĂ© de stĂ©roĂŻdes depuis 1990, dĂšs l'instant oĂč ils ont Ă©tĂ© dĂ©clarĂ©s illĂ©gaux.

[rĂ©f. nĂ©cessaire]

Son palmarĂšs en culturisme

PalmarĂšs de Schwarzenegger en culturisme[15].
Année Titre Lieu Notes
1965 Mr. Europe Junior Allemagne
1966 Best Built Man of Europe Allemagne
1966 Mr. Europe Allemagne
1966 International Powerlifting Championship Allemagne
1966 NABBA Mr. Universe amateur Londres 2e aprĂšs Chet Yorton
1967 NABBA Mr. Universe amateur Londres
1968 NABBA Mr. Universe professionnel Londres
1968 German Powerlifting Championship Allemagne
1968 IFBB Mr. International Mexico
1968 IFBB Mr. Universe Floride 2e aprĂšs Frank Zane
1969 IFBB Mr. Universe amateur New York
1969 NABBA Mr. Universe professionnel Londres
1969 Mr. Olympia New York 2e aprĂšs Sergio Oliva
1970 NABBA Mr. Universe professionnel Londres Bat son idole, Reg Park
1970 Mr. World Columbus (Ohio) Bat Sergio Oliva pour la 1re fois
1970 IFBB Mr. Olympia New York
1971 IFBB Mr. Olympia Paris
1972 IFBB Mr. Olympia Essen, Allemagne
1973 IFBB Mr. Olympia New York
1974 IFBB Mr. Olympia New York
1975 IFBB Mr. Olympia Pretoria, Afrique du Sud Tournage du film documentaire Pumping Iron
1980 IFBB Mr. Olympia Sydney, Australie Tournage du film documentaire Pumping Iron 2

L'acteur de cinéma

Les empreintes de mains et de pied de Schwarzenegger devant le Grauman's Chinese Theatre sur Hollywood Boulevard, Ă  Los Angeles en Californie.

AurĂ©olĂ© de ses titres en culturisme et au sommet de sa forme, il peut enfin accĂ©der Ă  son prochain rĂȘve, devenir acteur de cinĂ©ma. En 1970, Ă  l'Ăąge de 23 ans, il obtient son premier rĂŽle dans Hercule Ă  New York sous le pseudonyme d'Arnold Strong, son nom Ă©tant considĂ©rĂ© comme trop compliquĂ©. Il ravit le rĂŽle principal Ă  son ami et modĂšle Reg Park, ancien Mr. Universe qui a dĂ©jĂ  jouĂ© Hercule dans 3 films. Pour lui faire obtenir le rĂŽle, son agent affirme que Schwarzenegger a des annĂ©es d'expĂ©rience de la « scĂšne Â», alors qu'il n'est jamais apparu que sur des podiums de bodybuilding. Son accent autrichien prononcĂ© est alors un obstacle Ă  sa carriĂšre d'acteur. Ainsi pour son premier film, sa voix est intĂ©gralement doublĂ©e[29] et pour son deuxiĂšme film trois ans plus tard, dans Le PrivĂ© (1973) de Robert Altman il n'obtient qu'un petit rĂŽle non crĂ©ditĂ© de gangster sourd et muet. InterrogĂ© sur les difficultĂ©s qu'il a pu rencontrer au dĂ©but de sa carriĂšre cinĂ©matographique, Schwarzenegger rĂ©pond : « C'Ă©tait trĂšs difficile. Les agents me disaient que mon corps Ă©tait trop Ă©trange, que j'avais un drĂŽle d'accent et que mon nom Ă©tait trop long. Partout oĂč je passais, on me rĂ©pondait que je n'avais aucune chance. Â» Loin de se dĂ©courager il prend des cours de thĂ©Ăątre et de diction et n'abandonne pas[30].

Arnold Schwarzenegger au festival de Cannes 2003.

Il fait ses dĂ©buts Ă  la tĂ©lĂ©vision en 1974, dans le talk-show orchestrĂ© par Merv Griffin, cĂ©lĂšbre producteur amĂ©ricain, crĂ©ateur notamment des jeux Jeopardy! et de La Roue de la fortune. Suite Ă  ce show, il est invitĂ© par la productrice Lucille Ball Ă  participer Ă  l'Ă©mission spĂ©ciale Happy Anniversary and Goodbye, en compagnie de l'acteur Art Carney, qui obtient la mĂȘme annĂ©e l'Oscar du meilleur acteur pour son rĂŽle dans Harry et Tonto de Paul Mazursky. Schwarzenegger a pour la premiĂšre fois quelques lignes de texte. Il fait plusieurs autres apparition dans des shows tĂ©lĂ©visĂ©s. Il est remarquĂ© par le rĂ©alisateur Bob Rafelson qui l'engage immĂ©diatement pour jouer dans la comĂ©die Stay Hungry (1976) au cĂŽtĂ© de Jeff Bridges et Sally Field. Son interprĂ©tation autobiographique de Joe Santo, culturiste autrichien s'entrainant pour la compĂ©tition de Mr. Universe lui vaut le Golden Globe du « Meilleur Jeune Espoir Â» l'annĂ©e suivante.

En 1977, sort le film documentaire Pumping Iron dans lequel Schwarzenegger interprĂšte son propre rĂŽle de culturiste, et dont il vient notamment faire la promotion en France, Ă  Cannes[31], en marge du Festival international du film. TournĂ© trois ans plus tĂŽt, le film retrace la route vers son cinquiĂšme titre de Mr. Olympia. Le livre ayant le mĂȘme titre Ă©tait devenu un bestseller en peu de temps[32].

Arnold Schwarzenegger connaĂźt toutefois vĂ©ritablement le succĂšs cinĂ©matographique Ă  partir de 1982 avec le film Conan le Barbare (1981) de John Milius, dans lequel il incarne Conan le CimmĂ©rien, le cĂ©lĂšbre personnage de fantasy crĂ©Ă© par l'Ă©crivain Robert E. Howard. Il est dĂ©finitivement propulsĂ© star d'action en jouant l'inoubliable androĂŻde tueur dans Terminator (1984) de James Cameron, dans lequel il apparaĂźt complĂ©tement nu. Alors qu'il Ă©tait pressenti au dĂ©but pour interprĂ©ter le rĂŽle de Kyle Reese (incarnĂ© par Michael Biehn), Cameron lui attribue finalement le rĂŽle du Terminator. Par la suite, Arnold enchaĂźne les gros succĂšs comme Predator (1987) de John McTiernan, Total Recall (1990) de Paul Verhoeven, Running Man ou encore Terminator 2. Il signe des films musclĂ©s plus confidentiels comme Commando et Le Contrat. Contrairement Ă  son rival et ami Sylvester Stallone, Schwarzie a aussi connu le succĂšs dans la comĂ©die : il commence dans Jumeaux (1988) avec Danny De Vito puis enchaĂźne d'autres succĂšs comme Un flic Ă  la maternelle (1990), True Lies (1994), Last Action Hero (1994) et La Course au jouet (1996).

La fin des annĂ©es 1990 et le dĂ©but des annĂ©es 2000 marque le dĂ©clin de sa carriĂšre d'acteur : ses derniers films, comme La fin des temps (1999), À l'aube du 6e jour (2000) et Dommage collatĂ©ral (2002) sont des demi-Ă©checs au box-office et ne sont pas accueillis favorablement par les critiques. Il renoue toutefois encore avec le succĂšs en incarnant une troisiĂšme fois le Terminator dans Terminator 3 : le soulĂšvement des machines. On le voit faire encore quelques apparitions en guest star dans Bienvenue dans la jungle et Le Tour du monde en quatre-vingts jours, avant qu'il ne se consacre Ă  la politique.

Parfois surnommĂ© « Schwarzy Â», il a jouĂ© principalement dans des films d'action qui mettent en avant son physique musculeux. Il est en concurrence dans ce domaine avec Sylvester Stallone. Dans le film Demolition Man, dont l'acteur principal est Sylvester Stallone, il est fait allusion Ă  Arnold Schwarzenegger, comme un clin d'Ɠil d'une vedette Ă  l'autre. L'action de ce film se dĂ©roulant dans le futur, Arnold y est citĂ© comme ayant Ă©tĂ© Ă©lu prĂ©sident des États-Unis (en contradiction avec l'article II de la Constitution des États-Unis interdisant Ă  ceux qui ne sont pas nĂ©s citoyens amĂ©ricains de se prĂ©senter). Le film Last Action Hero d'Arnold Schwarzenegger contient un clin d'Ɠil de mĂȘme nature : Sylvester Stallone y est reprĂ©sentĂ© sur une affiche dans le personnage de Terminator. Il fait en 2010 un camĂ©o dans The Expendables rĂ©alisĂ© par Sylvester Stallone.

En 1990, Arnold Schwarzenegger débute derriÚre la caméra en réalisant l'épisode L'échange de la série Les Contes de la crypte.

En janvier 2011 son mandat de Gouverneur ayant expiré (il n'est pas autorisé à se présenter une 3Úme fois), il annonce son retour au cinéma, il sera à l'affiche d'Expendables 2 (dans un rÎle plus important que dans le premier volet) en 2012 réalisé par Simon West et de The Last Stand en 2013 réalisé par Kim Jee-woon.

Revenus d'acteur

L'Ă©toile d'Arnold Schwarzenegger sur le Hollywood Walk of Fame.

Les cachets[33] de Schwarzenegger ont connu la mĂȘme Ă©volution que sa notoriĂ©tĂ©. Ainsi en 1970, pour son 1er film, Hercule Ă  New York il toucha seulement 12 000$. Trente-trois ans plus tard, en 2003 pour Terminator 3 : le soulĂšvement des machines, il toucha 30 000 000$.

Film Année Cachet
Hercule Ă  New York 1971 12 000 $
Conan le Barbare 1982 2 500 000$
Commando 1985 2 000 000$
Conan le Destructeur 1984 3 600 000$
Terminator 1984 7 500 000$
Predator 1987 3 500 000$
Un flic Ă  la maternelle 1990 12 000 000$
Terminator 2 : Le Jugement dernier 1991 15 000 000$
Last Action Hero 1993 15 000 000$
True Lies 1994 15 000 000$
Junior 1994 15 000 000$
L'Effaceur 1996 20 000 000$
La Course au jouet 1996 20 000 000$
Batman & Robin 1997 25 000 000$
La Fin des temps 1999 25 000 000$
À l'aube du 6e jour 2000 25 000 000$
Dommage collatĂ©ral 2002 25 000 000$
Terminator 3 : le soulĂšvement des machines 2003 30 000 000$

Filmographie

Cinéma

Télévision

Divers

Box-office

Films Budget Box-office
Drapeau des États-Unis Ă‰tats-Unis[34] Drapeau de France France[35] Crystal Clear app package network.png Mondial
Conan le barbare - 39 565 475 $[36] 1 778 722 entrĂ©es[37] 68 851 475 $[36]
Conan le destructeur - 31 042 035 $[38] 1 285 821 entrĂ©es[39] -
Terminator 6 400 000 $[40] 38 371 200 $[40] 3 055 355 entrĂ©es[41] 78 371 200 $[40]
Kalidor, la lĂ©gende du talisman 17 900 000 $[42] 6 948 633 $[43] 740 457 entrĂ©es[42] -
Commando - 35 100 000 $[44] 2 577 215 entrĂ©es[45] 57 491 000 $[44]
Le Contrat 8 500 000 $[46] 16 209 459 $[47] 1 094 365 entrĂ©es[48] -
Predator 15 000 000 $[49] 59 735 548 $[49] 1 480 847 entrĂ©es[50] 98 267 558 $[49]
Running Man 27 000 000 $[51] 38 122 105 $[51] 817 198 entrĂ©es[52] -
Double dĂ©tente - 34 994 648 $[53] 1 292 988 entrĂ©es[54] -
Jumeaux 15 000 000 $[51] 111 938 388 $[51] 2 173 966 entrĂ©es[55] 216 614 388 $[51]
Total Recall 65 000 000 $[56] 119 394 840 $[56] 2 360 003 entrĂ©es[57] 261 299 840 $[56]
Un flic Ă  la maternelle 15 000 000 $[58] 91 457 688 $[58] 1 917 647 entrĂ©es[59] 201 957 688 $[58]
Terminator 2 : Le Jugement dernier 102 000 000 $[60] 204 843 345 $[60] 6 118 250 entrĂ©es[61] 519 843 345 $[60]
Last Action Hero 80 000 000 $[62] 50 016 394 $[62] 1 844 301 entrĂ©es[63] 137 298 489 $[62]
True Lies 115 000 000 $[64] 146 282 411 $[64] 1 891 086 entrĂ©es[65] 378 882 411 $[64]
Junior 60 000 000 $[66] 36 763 355 $[66] 834 582 entrĂ©es[67] 108 431 355 $[66]
L'Effaceur 100 000 000 $[68] 101 295 562 $[68] 1 486 432 entrĂ©es[69] 242 295 562 $[68]
La Course au jouet 60 000 000 $[70] 60 592 389 $[70] 475 412 entrĂ©es[71] 129 832 389 $[70]
Batman et Robin 125 000 000 $[72] 107 325 195 $[72] 1 370 818 entrĂ©es[73] 238 207 122 $[72]
La Fin des temps 100 000 000 $[74] 66 889 043 $[74] 1 275 480 entrĂ©es[75] 211 989 043 $[74]
À l'aube du 6e jour 82 000 000 $[76] 34 604 280 $[76] 800 749 entrĂ©es[77] 96 085 477 $[76]
Dommage collatĂ©ral 85 000 000 $[78] 40 077 257 $[78] 259 012 entrĂ©es[79] 78 382 433 $[78]
Terminator 3 : Le
SoulĂšvement des machines
200 000 000 $[80] 150 371 112 $[80] 3 307 768 entrĂ©es[81] 433 371 112 $[80]
Le Tour du monde en 80 jours 110 000 000 $[82] 24 008 137 $[82] 729 930 entrĂ©es[83] 72 178 895 $[82]
Expendables : UnitĂ© spĂ©ciale 80 000 000 $[82] 103 001 860 $[82] 1 645 513 entrĂ©es[84] 250 584 101 $[82]

L'homme d'affaires

À l'Ăąge de 30 ans, bien avant le dĂ©but de sa carriĂšre au cinĂ©ma, Arnold Schwarzenegger a fait fortune dans l'immobilier.

Schwarzenegger obtient un diplĂŽme universitaire en Affaires de l'universitĂ© du Wisconsin. En 1968, Schwarzenegger et Franco Columbu ont commencĂ© Ă  faire des affaires dans le bĂątiment, lesquelles ont ensuite prospĂ©rĂ©, notamment avec la hausse de la demande aprĂšs le terrible tremblement de terre de 1971 Ă  Los Angeles. Schwarzenegger investit une partie de ses profits et des gains gagnĂ©s lors de compĂ©titions de musculation dans sa nouvelle entreprise immobiliĂšre, achĂšte son premier immeuble pour 10 000 dollars et investit ensuite dans plusieurs entreprises. Il devient alors millionnaire. Son domicile se situe dans Brentwood, le quartier huppĂ© de Los Angeles.

En 1992, Arnold Schwarzenegger et sa femme ont ouvert un restaurant autrichien à Santa Monica appelé Schatzi On Main. Schatzi signifie littéralement «petit trésor», terme familier pour dire "chéri" en allemand. Schwarzenegger n'a plus de parts dans ce restaurant depuis 1998.

Arnold Schwarzenegger est un des fondateurs de la chaßne de restaurants Planet Hollywood - créée en 1991 -, avec Bruce Willis, Sylvester Stallone et Demi Moore. En janvier 2000, suite aux difficultés financiÚres rencontrées par Planet Hollywood, il a annoncé qu'il ne reconduirait pas sa collaboration avec la chaßne de restaurants, son contrat venant alors d'arriver à son terme. Il n'a plus de parts dans la société Planet Hollywood depuis cette date.

L'homme politique

Arnold Schwarzenegger et le président Ronald Reagan en 1984

Arnold Schwarzenegger, Ă  la diffĂ©rence de nombreuses personnalitĂ©s du cinĂ©ma hollywoodien connues pour ĂȘtre proches du parti dĂ©mocrate, a toujours affichĂ© son appartenance au parti rĂ©publicain. À l'occasion d'un discours prononcĂ© Ă  la Convention nationale rĂ©publicaine de 2004, Ă  New York, Schwarzenegger a expliquĂ© dans quelles circonstances il s'est positionnĂ© politiquement, dĂšs son arrivĂ©e aux États-Unis d'AmĂ©rique :

« Je suis finalement arrivĂ© ici en 1968. Quelle journĂ©e spĂ©ciale c'Ă©tait [sic]. Je me souviens de mon arrivĂ©e ici avec les poches vides, mais plein de rĂȘves, plein de dĂ©termination, plein de dĂ©sir. La campagne prĂ©sidentielle battait son plein. Je me souviens regardant le duel prĂ©sidentiel Nixon-Humphrey Ă  la tĂ©lĂ©vision. Un de mes amis parlant l'allemand et l'anglais traduisait pour moi. J'ai entendu Humphrey dire des choses sonnant comme le socialisme, que je venais de quitter. Mais ensuite, j'ai entendu parler Nixon. Il parlait de la libre entreprise [
], de rĂ©duire les impĂŽts et de renforcer l'armĂ©e. À Ă©couter Nixon parler, cela sonnait plus comme une bouffĂ©e d'air frais. J'ai dit Ă  mon ami, j'ai dit : "De quel parti est-il ?". Mon ami a dit : "Il est rĂ©publicain.". J'ai dit : "Alors, je suis un rĂ©publicain.". Et j'ai Ă©tĂ© un rĂ©publicain depuis. Â»

Le premier poste politique de Schwarzenegger a Ă©tĂ© celui de prĂ©sident ("chairman") du Conseil du PrĂ©sident sur le conditionnement physique et les sports ("President's Council on Physical Fitness and Sports"), fonction qu'il a occupĂ© de 1990 Ă  1993. Il avait Ă©tĂ© nommĂ© Ă  ce poste par le prĂ©sident des États-Unis de l'Ă©poque George Herbert Walker Bush, qui l'a surnommĂ© "Conan le rĂ©publicain". Schwarzenegger a ensuite assumĂ©, Ă  partir de 1993, les fonctions de prĂ©sident ("chairman") du Conseil du Gouverneur de Californie sur le conditionnement physique et les sports ("California Governor's Council on Physical Fitness and Sports") durant la mandature de Pete Wilson, gouverneur rĂ©publicain de Californie de 1991 Ă  1999.

Élection au poste de gouverneur de Californie en 2003

Arnold Schwarzenegger en compagnie de George W. Bush en novembre 2003.

Arnold Schwarzenegger est l'un des deux candidats issus du parti rĂ©publicain au poste de gouverneur de Californie en 2003, aprĂšs le dĂ©clenchement – Ă  l'initiative du parlementaire rĂ©publicain Darrell Issa – d'une procĂ©dure de destitution par rappel populaire (recall) de Gray Davis, le titulaire dĂ©mocrate depuis 1999, rĂ©Ă©lu l'annĂ©e prĂ©cĂ©dente.

Le 7 octobre 2003, au terme d'une campagne Ă©lectorale confuse et marquĂ©e par une forte agitation mĂ©diatique, Gray Davis est destituĂ© par 55,4% des Ă©lecteurs, et Ă  la deuxiĂšme question se portant sur le choix d'un successeur, Schwarzenegger est Ă©lu Gouverneur de Californie en rĂ©unissant 48,6% des votes (environ 4,2 millions de voix) pour terminer le mandat. Il a notamment battu ainsi le candidat dĂ©mocrate Cruz Bustamante, adjoint de Davis, qui n'a obtenu que 31,5% des suffrages. 135 candidats avaient rempli les conditions pour pouvoir postuler (rassembler 65 signatures de soutien, et dĂ©poser un chĂšque de 3 500 dollars) : parmi eux, l'indĂ©pendante Arianna Huffington, cĂ©lĂšbre chroniqueuse de la vie politique, et des candidats fantaisistes, comme Larry Flynt, le magnat de la presse pornographique, Gary Coleman, l’ancienne jeune vedette de la sĂ©rie tĂ©lĂ©visĂ©e "Arnold et Willy", Mary Carey, star du film X, etc. La participation Ă©lectorale s'est Ă©levĂ©e Ă  60%, contre 51% en novembre 2002 pour le prĂ©cĂ©dent scrutin. En dĂ©pit d'accusations de harcĂšlement sexuel et d'Ă©carts de conduite misogynes formulĂ©es pendant la campagne, Schwarzenegger a rĂ©ussi Ă  convaincre 42% des femmes et 49% des hommes. Favori dans les sondages, Ă  la suite du seul dĂ©bat public de la campagne, le 24 septembre 2003, il a Ă©galement surfĂ© sur l’immense vague d’impopularitĂ© du gouverneur sortant, pourtant soutenu par l'ancien prĂ©sident Bill Clinton. Selon Alex Cooke, rĂ©alisatrice du documentaire franco-britannique Arnold Ă  la conquĂȘte de l’Ouest (How Arnold won the West, 2004), consacrĂ© Ă  cette Ă©lection, Schwarzenegger a transformĂ© le scrutin qui l'a portĂ© au pouvoir en spectacle entiĂšrement basĂ© sur son statut de star du cinĂ©ma hollywoodien. Argent, cĂ©lĂ©britĂ© et marketing ont ainsi dominĂ© la campagne Ă©lectorale, au dĂ©triment des idĂ©es politiques, le programme de Schwarzenegger Ă©tant, du reste, essentiellement basĂ© sur la dĂ©nonciation des excĂšs de dĂ©penses et de taxes attribuĂ©s au gouvernement sortant. La procĂ©dure du "recall" est, par ailleurs, apparue comme une manƓuvre des rĂ©publicains pour prendre le contrĂŽle du poste de gouverneur d'un des États les plus importants de l'Union, dans la perspective de l'Ă©lection prĂ©sidentielle fĂ©dĂ©rale de 2004.

Schwarzenegger prend ses fonctions de gouverneur, au Capitole de l'État de Californie Ă  Sacramento, le 17 novembre 2003. La cĂ©rĂ©monie d'inauguration a Ă©tĂ© ouverte par Vanessa Lynn Williams, sa partenaire dans le film L'Effaceur, chantant l'hymne national amĂ©ricain. Parmi les autres stars invitĂ©es se trouvaient Danny DeVito, Rhea Perlman, Dennis Miller et Rob Lowe (seul Miller est rĂ©publicain).

Ses premiers mots en tant que gouverneur furent les suivants :

« Aujourd'hui est un nouveau jour pour la Californie. Je ne me suis pas prĂ©sentĂ© Ă  cette Ă©lection pour faire les choses de la mĂȘme maniĂšre qu'elles ont toujours Ă©tĂ© faites. Mon principal souci est de rĂ©tablir votre confiance dans le gouvernement californien
 Cette Ă©lection ne s'est pas tenue pour remplacer un homme. Elle ne s'est pas tenue non plus pour remplacer le parti majoritaire en place. Elle a eu lieu pour changer l'intĂ©gralitĂ© du paysage politique de notre État. Â»

AnnĂ©e Mandat Élection Candidat Parti Voix % Concurrents Parti Voix %
2003 Gouverneur de Californie SpĂ©ciale Arnold Schwarzenegger RĂ©publicain 4 206 284 48,6 Cruz Bustamante DĂ©mocrate 2 724 874 31,5
Tom McClintock RĂ©publicain 1 161 287 13,5
Peter Miguel Camejo Vert 242 247 2,8
Arianna Huffington IndĂ©pendante 47 505 0,6

Premier mandat : gouvernance

2003 - 2004

DĂšs ses premiĂšres heures de gouvernance, Schwarzenegger concrĂ©tise sa promesse Ă©lectorale d'abaisser une augmentation de 200% de cotisations en matiĂšre automobile qui avait Ă©tĂ© mise en place pour renflouer les caisses de l'État. Le niveau est restaurĂ© Ă  celui de 1998.

AprĂšs sa premiĂšre journĂ©e, Schwarzenegger propose un plan avec trois objectifs pour assainir le budget de la Californie :

  • il propose de rĂ©unir 15 milliards de dollars US avec des ventes d'une partie du patrimoine de l'État.
  • il appelle les Ă©lecteurs Ă  voter un amendement constitutionnel limitant les dĂ©penses de l'État.
  • il propose une rĂ©forme complĂšte du systĂšme de prise en charge des accidents du travail pour les travailleurs californiens.

Schwarzenegger demande Ă©galement aux dĂ©putĂ©s californiens de se rĂ©unir en session extraordinaire pour obtenir une restriction des dĂ©penses. Il initie cette idĂ©e en acceptant de remplir son mandat de gouverneur sans avoir de salaire, permettant ainsi l'Ă©conomie de 175 000 dollars US par an.

Pour parvenir Ă  atteindre ses deux premiers objectifs, Schwarzenegger soumet le 2 mars 2004 les propositions 57 et 58 au vote des dĂ©putĂ©s californiens pour permettre un Ă©quilibre du budget. La proposition 57 a Ă©tĂ© adoptĂ©e avec 63,3% des votes et la proposition 58 avec 71% des votes. Le troisiĂšme objectif est, quant Ă  lui, accompli avec l'adoption d'un dĂ©cret du 19 avril 2004 rĂ©formant le systĂšme compensatoire des travailleurs californiens.

Le 20 avril 2004, Schwarzenegger signe un ordre d’application pour le dĂ©veloppement d'un nouveau rĂ©seau californien d’autoroutes Ă  l’hydrogĂšne, d’ici 2010[85]. Le but est d’accĂ©lĂ©rer la commercialisation des vĂ©hicules Ă©quipĂ©s de piles Ă  combustible fonctionnant Ă  l’hydrogĂšne.

Selon une enquĂȘte de l'institut The Field Poll, en janvier 2004, aprĂšs ses deux premiers mois de mandat, l'action du gouverneur Schwarzenegger Ă©tait soutenue par 52% des Ă©lecteurs inscrits. En comparaison, en mars 1999, aprĂšs deux mois de mandat, l'action du gouverneur Davis Ă©tait approuvĂ©e par 58% des Californiens. Selon les sondages d'opinion effectuĂ©s ensuite par The Field Poll, le taux d'approbation de l'action de Schwarzenegger par les Ă©lecteurs passe de 52% en janvier Ă  56% en fĂ©vrier, puis Ă  65% en mai 2004.

Le 4 aoĂ»t 2004, Schwarzenegger se rend Ă  Las Vegas, dans l'État voisin du Nevada, pour lancer une campagne nationale de promotion, destinĂ©e Ă  encourager les entreprises installĂ©es dans d'autres États Ă  investir en Californie et Ă  y crĂ©er des emplois, avec ce slogan : « Arnold Says: California Wants Your Business. (Actually, he says Kah-li-fornia.) Â»[86].

Le 29 septembre 2004, une loi interdit la production et la vente de foie gras en Californie Ă  compter de 2012.

Au niveau national, Arnold Schwarzenegger soutient le prĂ©sident rĂ©publicain sortant George W. Bush lors de sa campagne pour ĂȘtre rĂ©Ă©lu Ă  la tĂȘte de l'État fĂ©dĂ©ral en novembre 2004 - son intervention en faveur de Bush lors de la Convention rĂ©publicaine de New York, le 31 aoĂ»t, au Madison Square Garden devant plus de 22 000 spectateurs, est particuliĂšrement remarquĂ©e.

Année 2005

Le Vice-prĂ©sident des États-Unis Dick Cheney et le gouverneur Arnold Schwarzenegger lors de leur premiĂšre rencontre Ă  la Maison Blanche, le 30 octobre 2003.

En juin 2005, d'aprĂšs des enquĂȘtes de l'institut The Field Poll, l'action de Schwarzenegger en tant que gouverneur est soutenu par seulement 37% des Ă©lecteurs inscrits. Ils Ă©taient 65% Ă  approuver son action en septembre 2004, et encore 55% en fĂ©vrier de l'annĂ©e suivante.

À l'occasion d'un entretien accordĂ© au journaliste RĂ©gis Le Sommier, pour le magazine français Paris Match, dans son bureau de gouverneur Ă  Sacramento, au dĂ©but de l'Ă©tĂ© 2005, alors qu'on lui demande si, Ă©tant un modĂ©rĂ©, il est toujours Ă  l'aise au sein du parti rĂ©publicain, celui de Dick Cheney et de Karl Rove, Arnold Schwarzenegger rĂ©pond :

« Je suis Ă  l'aise dans le parti qui milite pour moins de gouvernement, plus de secteur privĂ©, un parti qui croit Ă  plus de libertĂ©s et laisse les gens faire des affaires sans que le gouvernement mette des lois, des impĂŽts et des taxes en travers de leur route. Je suis du parti qui croit Ă  une armĂ©e puissante, qui dĂ©fend l'ordre et la loi, punit les criminels, y compris par la peine de mort. C'est trop restreint de dire que c'est le parti de Dick Cheney ou celui de Karl Rove. C'est aussi celui d'Abraham Lincoln. Il existe depuis longtemps et nous n'apportons, moi et les autres, qu'une modeste contribution. Et nous ne sommes pas Ă©ternels. Les idĂ©es Ă©voluent avec le temps. Le Parti rĂ©publicain va du centre Ă  la droite. Moi, je suis fermement au centre[87]. Â»

En septembre 2005, Arnold Schwarzenegger annonce qu'il mettra son veto suspensif au projet de loi de lĂ©galisation du mariage homosexuel, approuvĂ© par le Parlement californien Ă  majoritĂ© dĂ©mocrate. Il estime que le texte contredit le vote des Ă©lecteurs qui avaient approuvĂ© en 2000 par rĂ©fĂ©rendum la proposition de loi empĂȘchant la Californie de reconnaĂźtre les unions homosexuelles cĂ©lĂ©brĂ©es dans les autres États.

Voulant passer outre l'opposition dĂ©mocrate, Schwarzenegger soumet Ă  rĂ©fĂ©rendum plusieurs propositions de lois qu'il estime indispensables pour gouverner. Il se heurte alors aux infirmiĂšres, aux enseignants, aux policiers, aux pompiers, et Ă  leurs syndicats, concernĂ©s par ces rĂ©formes mais aussi Ă  Warren Beatty, son principal dĂ©tracteur Ă  Hollywood qui mĂšne une campagne trĂšs active pour faire Ă©chouer le rĂ©fĂ©rendum. Le 8 novembre 2005, les Ă©lecteurs rejettent finalement nettement les deux propositions de rĂ©forme les plus dĂ©cisives concernant, d'une part, une limitation des dĂ©penses budgĂ©taires et un pouvoir accru au gouverneur dans ce domaine, et d'autre part, le transfert du pouvoir du redĂ©coupage Ă©lectoral des Ă©lus aux juges, ainsi qu'une proposition pour un allongement de la pĂ©riode nĂ©cessaire aux enseignants du public pour ĂȘtre titularisĂ©s, et celle concernant un contrĂŽle des contributions syndicales aux partis politiques.

Cette défaite est alors considérée de mauvais augure pour le gouverneur qui brigue le renouvellement de son mandat, en 2006.

Selon le Public Policy Institute of California, en un an, sa cote de popularitĂ© auprĂšs des Ă©lecteurs est tombĂ©e de 69 % d'opinions favorables, en octobre 2004, Ă  38 % en octobre 2005.

Il est vivement critiquĂ© pour avoir, le 12 dĂ©cembre 2005, refusĂ© sa grĂące au condamnĂ© Ă  mort Stanley Williams, exĂ©cutĂ© le lendemain par injection intraveineuse lĂ©tale Ă  la prison d'État de Saint-Quentin. Des responsables politiques de sa ville natale de Graz ont exigĂ© deux jours aprĂšs ce refus de grĂące que soit dĂ©baptisĂ© le stade portant son nom, pour porter le nom du condamnĂ© Ă  mort. Dans un communiquĂ© du 20 dĂ©cembre, Schwarzenegger se dit « déçu Â» et contre-attaque en retirant de lui-mĂȘme le droit d'utiliser son nom qu'il avait accordĂ© en 1997 et renonce Ă  sa citoyennetĂ© d'honneur. Le stade de Graz est finalement dĂ©baptisĂ© dans la nuit du 26 au 27 dĂ©cembre 2005.

En décembre 2005, avec un taux d'approbation de 34% (contre 63% d'opinions négatives), il n'arrive qu'en 46e position en termes de popularité parmi les 50 gouverneurs du pays[88].

Année 2006

Le 13 janvier 2006, Schwarzenegger refuse une nouvelle grĂące au prisonnier le plus vieux de Californie, Clarence Ray Allen, qui avait commanditĂ© le meurtre de trois personnes Ă  Fresno en 1980.

Le 13 juillet 2006, il approuve une loi pour le dĂ©veloppement des carburants verts dans son État oĂč roulent prĂšs de 33 millions de vĂ©hicules. La Californie devra produire elle-mĂȘme quarante pour cent de ses besoins en agrocarburants d'ici Ă  2020.

Le 20 juillet 2006, Schwarzenegger demande Ă  son administration de fournir un prĂȘt allant jusqu'Ă  150 millions de dollars pour renforcer un programme de recherche sur les cellules souches, approuvĂ© par les Ă©lecteurs californiens lors d'un rĂ©fĂ©rendum en 2004. Cette dĂ©cision intervient en rĂ©action au veto mis la veille par le prĂ©sident George W. Bush Ă  un projet de loi visant Ă  lever les limites posĂ©es en aoĂ»t 2001 au financement fĂ©dĂ©ral de la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

En aoĂ»t 2006, selon une enquĂȘte du Public Policy Institute of California, dans la perspective des prochaines Ă©chĂ©ances Ă©lectorales, Schwarzenegger est crĂ©ditĂ© de 45% des intentions de vote, contre 32% pour le trĂ©sorier d'État - ou secrĂ©taire au TrĂ©sor de l'État - Phil Angelides, son principal adversaire - dĂ©mocrate - dans la course au poste de gouverneur de Californie. Les autres candidats recueillent seulement 6% des intentions de vote, 17% des Ă©lecteurs potentiels restant indĂ©cis. Parmi ceux qui affirment alors vouloir voter pour le gouverneur sortant, figurent 51% des Ă©lecteurs blancs ("Whites") et seulement 25% des Ă©lecteurs d'origine hispanique ("Latinos").

Le 30 aoĂ»t 2006, Arnold Schwarzenegger signe un accord avec le Parlement de Californie - en majoritĂ© dĂ©mocrate - pour diminuer la production de gaz Ă  effet de serre, mettant l’État en conformitĂ© avec le protocole de Kyoto[89]. La dĂ©cision AB32 (Assembly Bill 32) prĂ©voit de rĂ©duire d’un quart les Ă©missions de gaz Ă  effet de serre d’ici Ă  2020[90]. Des sanctions financiĂšres seront prises contre les industries qui ne respectent pas cet engagement. Un marchĂ© de permis d’émissions sera crĂ©Ă© et contrĂŽlĂ© par l’Air Resources Board[91]. Avec ce "Global Warming Solutions Act", le gouverneur de Californie a pris ainsi officiellement la dĂ©cision d’aller, une nouvelle fois, Ă  l’encontre de la politique du prĂ©sident George W. Bush, ici en matiĂšre d'Ă©cologie, en appliquant au niveau local une politique de rĂ©duction des Ă©missions de gaz Ă  effet de serre. Schwarzenegger a mĂȘme signĂ© un partenariat inĂ©dit avec le Premier ministre britannique Tony Blair, qui s'est rendu Ă  Los Angeles le 31 juillet 2006, afin de partager leurs connaissances sur la lutte contre les gaz Ă  effet de serre et Ă  promouvoir ensemble les technologies les moins polluantes. Le "Global Warming Solutions Act of 2006" (dĂ©cision AB 32) a Ă©tĂ© officiellement signĂ© par le gouverneur, lors de cĂ©rĂ©monies Ă  San Francisco et Los Angeles, le 27 septembre 2006.

Schwarzenegger a fait de la lutte contre le rĂ©chauffement climatique un Ă©lĂ©ment central de sa campagne pour ĂȘtre rĂ©Ă©lu.

En septembre 2006, selon une nouvelle enquĂȘte du Public Policy Institute of California, Schwarzenegger est crĂ©ditĂ© de 48% des intentions de vote, contre 31% pour le dĂ©mocrate Phil Angelides. Les autres candidats recueillent toujours 6% des intentions de vote, les indĂ©cis reprĂ©sentant 15% des Ă©lecteurs potentiels. 56% des Ă©lecteurs blancs et 30% des Ă©lecteurs "latinos" affirment vouloir voter pour Schwarzenegger. Toutefois, fin septembre 2006, selon une autre enquĂȘte du service d'information The Field Poll, Schwarzenegger est crĂ©ditĂ© de seulement 44% des intentions de vote, contre 34% pour Angelides et avec 15% d'Ă©lecteurs indĂ©cis


Le 10 octobre 2006, Ă  l'occasion de la prĂ©sentation, Ă  San Francisco, du premier avion de Virgin America, nouvelle compagnie aĂ©rienne Ă  bas coĂ»ts ("low cost") ayant installĂ© sa principale plateforme de correspondance sur l'aĂ©roport international de cette ville, Schwarzenegger s'est fĂ©licitĂ© de la crĂ©ation de 1.700 nouveaux emplois du fait de la prĂ©sence de la compagnie Ă  San Francisco, et a rappelĂ© que depuis son Ă©lection en 2003, la Californie a crĂ©Ă© plus de 635 000 nouveaux emplois. Selon le Bureau du Gouverneur, le taux de chĂŽmage en Californie est passĂ©, depuis novembre 2003, de 6,8% Ă  4,9%. Toujours selon le mĂȘme Bureau, outre la campagne de promotion "Arnold Says: California Wants Your Business" Ă©voquĂ©e plus haut, et entre autres initiatives, le gouverneur Schwarzenegger est allĂ© en Chine, au Japon et en IsraĂ«l, pour inviter les touristes Ă  visiter la Californie et Ă  y dĂ©penser leur argent, pour encourager les entreprises Ă  y investir et y crĂ©er des emplois, et pour vanter les mĂ©rites, auprĂšs de ses « voisins du monde Â» (« global neighbours Â»), des produits agricoles californiens.

Le 15 octobre 2006, ainsi que le veut l'usage aux États-Unis, Schwarzenegger reçoit le soutien d'un journal pour sa rĂ©Ă©lection : il s'agit du quotidien de centre-gauche Los Angeles Times qui, tout en notant que sa premiĂšre annĂ©e de gouverneur fut « dĂ©cevante Â», souligne que par la suite Schwarzenegger a amĂ©liorĂ© sa gestion. Le journal salue en outre ses prises de positions « qui se sont distinguĂ©es de celles de l'administration Bush Â»[92]. Un autre quotidien de centre-gauche, le San Francisco Chronicle apporte son soutien au gouverneur sortant le 19 octobre 2006, affirmant que Schwarzenegger, qui se dĂ©finit lui-mĂȘme comme « conservateur sur le plan fiscal, modĂ©rĂ© sur le plan social, et progressiste sur le plan environnemental Â» (« fiscally conservative, socially moderate, environmentally progressive Â»), mĂ©rite d'ĂȘtre reconduit dans ses fonctions par les Ă©lecteurs.

Selon une enquĂȘte du Public Policy Institute of California rĂ©alisĂ©e dans la troisiĂšme semaine du mois d'octobre 2006, Schwarzenegger est crĂ©ditĂ© de 48% des intentions de vote, contre 30% pour son principal adversaire Phil Angelides. Les autres candidats recueillent 9% des intentions de vote, 13% des Ă©lecteurs potentiels restant indĂ©cis. Le gouverneur sortant est soutenu par 56% des Ă©lecteurs blancs ("Whites") et seulement 25% des Ă©lecteurs d'origine hispanique ("Latinos"). L'immigration et l'Ă©ducation sont les principaux sujets de prĂ©occupation des Ă©lecteurs. Selon cette mĂȘme enquĂȘte, l'action de Schwarzenegger en tant que gouverneur est soutenue par 52% des Ă©lecteurs et par 47% des Californiens en gĂ©nĂ©ral. 81% des RĂ©publicains approuvent sa politique, 60% des DĂ©mocrates la dĂ©sapprouvent, les IndĂ©pendants Ă©tant pour leur part assez divisĂ©s (45% approuvent, 47% dĂ©sapprouvent). Son action est dĂ©sapprouvĂ©e par une majoritĂ© des rĂ©sidents du comtĂ© de Los Angeles (54%) et de la rĂ©gion de la Baie de San Francisco (San Francisco Bay Area[93], 51%), Schwarzenegger Ă©tant davantage populaire dans le sud de la Californie, en dehors de L.A. (Other Southern California[94]), oĂč 53% des rĂ©sidents approuvent son action, et surtout dans Central Valley[95], oĂč 57% des rĂ©sidents soutiennent sa politique. On retrouve une rĂ©partition gĂ©ographique similaire en ce qui concerne les intentions de vote pour l'Ă©lection du gouverneur : 63% des Ă©lecteurs de la rĂ©gion Other Southern California et 56% des Ă©lecteurs de la rĂ©gion de Central Valley affirment vouloir voter pour Schwarzenegger, contre 38% dans le comtĂ© de Los Angeles et 40% dans la San Francisco Bay Area.

Le 27 octobre 2006, Schwarzenegger signe un ordre exĂ©cutif pour aider la Californie Ă  devenir le chef de file de la rĂ©volution des tĂ©lĂ©communications, en favorisant le dĂ©veloppement de rĂ©seaux Internet Ă  haut-dĂ©bit dans l'État, ainsi que l'utilisation par les organismes gouvernementaux des meilleures technologies pour servir le peuple, et en crĂ©ant un groupe de travail, rĂ©unissant des experts du gouvernement et du monde des affaires, chargĂ© d'aider le gouverneur Ă  identifier et Ă  surmonter les obstacles susceptibles d'empĂȘcher le dĂ©veloppement gĂ©nĂ©ral de l'accĂšs Ă  l'Internet haut-dĂ©bit en Californie.

Le 30 octobre 2006, Schwarzenegger participe Ă  la cĂ©lĂ©bration du quarantiĂšme anniversaire de l'Ă©lection de Ronald Reagan au poste de gouverneur de Californie, Ă  la BibliothĂšque prĂ©sidentielle Ronald Reagan de Simi Valley : lors de son discours, prononcĂ© notamment devant la veuve de Reagan, il rappelle son admiration pour la personnalitĂ© et l'Ɠuvre de l'ancien acteur devenu gouverneur rĂ©publicain de Californie - Ă©lu en 1966 - puis prĂ©sident des États-Unis de 1981 Ă  1989, et s'engage Ă  essayer de suivre son exemple.

RĂ©Ă©lection au poste de gouverneur de Californie en 2006

Candidat dĂ©clarĂ© Ă  sa propre succession dĂšs le 16 septembre 2005, Arnold Schwarzenegger met en valeur, Ă  l'occasion de la campagne Ă©lectorale en 2006, le bilan de son premier mandat : redĂ©marrage de l'Ă©conomie californienne, rĂ©duction du dĂ©ficit budgĂ©taire de l'État, baisse des taxes, crĂ©ation de plus de 500 000 nouveaux emplois, etc.

À en croire notamment le site Internet politique officiel de Schwarzenegger[96] :

  • le gouverneur sortant a investi plus d'argent dans l'Ă©ducation et les Ă©coles publiques de l'État qu'aucun autre gouverneur dans toute l'histoire de la Californie ; en deux ans, 2,6 milliards de dollars ont Ă©tĂ© affectĂ©s Ă  la construction de 540 nouveaux bĂątiments scolaires ; dans son budget 2005-2006, Schwarzenegger a investi 10 325 dollars par an pour chaque Ă©lĂšve de Californie ; depuis 2003, il a augmentĂ© le financement public de l'enseignement supĂ©rieur de 2 milliards de dollars ;
  • il a pris des initiatives fortes dans le domaine environnemental, et notamment dans la lutte anti-pollution et contre le rĂ©chauffement climatique (voir plus haut) ; il a prĂ©conisĂ© les Ă©nergies alternatives et propres, et mĂȘme si sa tentative de promotion du moteur Ă  hydrogĂšne n'a pas eu de succĂšs, il a ainsi fixĂ© l'objectif d' « un million de toits solaires Â» (million solar roofs) pour 2018[97] ; une rĂ©serve de plus de 10 millions d'hectares devrait ĂȘtre crĂ©Ă©e dans la Sierra Nevada (Sierra Nevada Conservancy)[97].
  • il a travaillĂ© Ă  rationaliser le gouvernement de l'État, le rendant plus efficace, plus rentable, et plus responsable devant le peuple de Californie ;
  • Schwarzenegger considĂšre la sĂ©curitĂ© publique comme Ă©tant sa prioritĂ© n°1 ; il a constamment tenu Ă  l'application de la loi, soutenu les droits des victimes, et approuvĂ© la lĂ©gislation anti-criminalitĂ© rendant la Californie plus sĂ»re pour les familles du pays, face, notamment, aux criminels violents et aux dĂ©linquants sexuels ; il a consacrĂ© 10 millions de dollars Ă  l'Ă©tablissement d'un Centre d'État d'Ă©valuation de la menace terroriste (State Terrorism Threat Assessment Center) et, dans son budget de 2005, a accru de 70% le financement de la rĂ©paration des barrages et des plans de protection contre les inondations, plusieurs mois avant que ne survienne la catastrophe de l'ouragan Katrina en Louisiane ;
  • il a crĂ©Ă© un DĂ©partement de la SantĂ© Publique (Department Of Public Health), destinĂ© Ă  faire face aux catastrophes sanitaires et aux Ă©pidĂ©mies de grande envergure ; il a favorisĂ© l'accĂšs des Californiens aux mĂ©dicaments sous prescription ; il a signĂ© la lĂ©gislation pour la lutte contre l'obĂ©sitĂ© enfantine, et encouragĂ© la recherche sur les cellules souches embryonnaires ;
  • il a appelĂ© le CongrĂšs amĂ©ricain Ă  mettre en place une rĂ©forme approfondie concernant l'immigration ; il a constamment affirmĂ© que toute politique d'immigration doit se concentrer sur la sĂ©curisation des frontiĂšres nationales et s'adresser de maniĂšre adaptĂ©e aux millions d'immigrants illĂ©gaux dĂ©jĂ  prĂ©sents aux États-Unis ; il affirme comprendre que ces immigrants illĂ©gaux constituent une part importante de l'Ă©conomie amĂ©ricaine et que les renvoyer en masse est irrĂ©aliste, mais s'il a recommandĂ© l'adoption par le CongrĂšs d'un programme de bon sens pour des emplois temporaires, il n'est pas favorable Ă  la concession d'une amnistie pour ceux qui n'ont pas suivi la voie lĂ©gale pour venir aux États-Unis, et a toujours refusĂ© d'accorder des permis de conduire Ă  ces immigrants illĂ©gaux.

Le trĂ©sorier d'État de Californie Phil Angelides, concurrent dĂ©mocrate de Schwarzenegger, met en Ă©vidence la part nĂ©gative du bilan du gouverneur sortant. Angelides signale notamment la situation prĂ©occupante dans laquelle se trouve le systĂšme carcĂ©ral californien, qui est, selon lui, sur le plan national, le plus coĂ»teux, le plus violent, le plus surchargĂ©, le moins efficace pour prĂ©parer la rĂ©insertion des dĂ©tenus, et pour l'amĂ©lioration duquel Schwarzenegger n'a rien fait, le personnel des prisons Ă©tant pourtant en sous-effectif. Cinq ans aprĂšs les grandes coupures Ă©lectriques tournantes de 2001, qui avaient frappĂ©es la Californie aprĂšs l'effondrement du systĂšme dĂ©rĂ©glementĂ© mis en place en 1998, Angelides dĂ©nonce Ă©galement l'inaction du gouverneur sortant concernant la gestion de l'Ă©nergie : pendant trois ans, Schwarzenegger n'a rien fait pour prĂ©venir une nouvelle crise de l'Ă©nergie Ă©lectrique, bien qu'il ait promis en 2004 que la situation serait mise sous contrĂŽle. Selon son concurrent dĂ©mocrate, Schwarzenegger sert de puissants intĂ©rĂȘts privĂ©s et a tournĂ© le dos aux Californiens travailleurs de la classe moyenne. Angelides Ă©voque l'augmentation, sous Schwarzenegger, des frais de scolaritĂ© dans les universitĂ©s publiques de Californie, critique Ă©galement le fait que Schwarzenegger a soutenu la politique menĂ©e par le prĂ©sident George W. Bush en Irak, et dĂ©nonce la manƓuvre Ă©lectoraliste que constitue selon lui la politique environnementale du gouverneur sortant, particuliĂšrement mise en avant dans les derniĂšres semaines prĂ©cĂ©dant l'Ă©lection, alors que Schwarzenegger a Ă©tĂ© soutenu financiĂšrement par des entreprises des secteurs pĂ©trolier et automobile. La campagne d'Angelides, toutefois, tire trĂšs mal parti d'un enregistrement oĂč l'on entend le gouverneur tenir des propos Ă  caractĂšre raciste et qualifier une dĂ©putĂ©e d'origine cubaine de « chaude Â». Schwarzenegger, du reste, en se montrant modĂ©rĂ© et favorable Ă  un certain consensus bipartisan, laisse peu de possibilitĂ©s d'attaques Ă  son adversaire.

Comme en 2003, au-delĂ  des programmes politiques, la campagne Ă©lectorale semble ĂȘtre une nouvelle fois dominĂ©e par la communication, l'apparence et la notoriĂ©té  Un seul dĂ©bat public a eu lieu entre Schwarzenegger et Angelides durant cette campagne, le 7 octobre 2006. À l'argent, au charisme et au pouvoir, s'ajoute dĂ©sormais pour le gouverneur sortant et ancien acteur, un nouvel atout : Hollywood, qui constitue un groupe d'Ă©lecteurs puissants, cĂ©lĂšbres et fortunĂ©s, pourtant proches depuis longtemps, pour la plupart d'entre eux, du parti dĂ©mocrate. Schwarzenegger reçoit ainsi le soutien de rĂ©alisateurs, de producteurs et d'acteurs tels que Steven Spielberg, Jerry Zucker, James Cameron, Jeffrey Katzenberg, Jerry Bruckheimer, Danny DeVito, Dustin Hoffman, George Clooney
 Selon le porte-parole du rĂ©alisateur Steven Spielberg, « Steven et Jeffrey [Katzenberg] sont les amis d'Arnold, mais ils sont surtout sensibles Ă  l'approche non partisane du gouverneur. Â»[98]

Selon une ultime enquĂȘte de l'institut The Field Poll avant l'Ă©lection, fin octobre 2006, Schwarzenegger est crĂ©ditĂ© de 49% des intentions de vote, contre 33% pour Phil Angelides. Les autres candidats recueillent 6% des intentions de vote, 12% des Ă©lecteurs potentiels restant indĂ©cis. Le gouverneur sortant est soutenu par 85% des Ă©lecteurs rĂ©publicains, seulement 21% des Ă©lecteurs dĂ©mocrates (59% d'entre eux soutiennent Angelides), et 39% des indĂ©pendants ("Non-partisans"). Au niveau des communautĂ©s, Schwarzenegger est soutenu par 55% des Ă©lecteurs blancs ("White non-Hispanics"), et 36% des Ă©lecteurs d'origine hispanique ("Latinos"). Selon cette mĂȘme enquĂȘte, 78% des Ă©lecteurs pensent que Schwarzenegger sera rĂ©Ă©lu.

L'Ă©lection pour le poste de gouverneur de Californie a lieu le 7 novembre 2006. Elle coĂŻncide avec des Ă©lections parlementaires nationales devant renouveler l'ensemble des siĂšges de la Chambre des reprĂ©sentants et un tiers du SĂ©nat des États-Unis, ainsi qu'avec des Ă©lections de gouverneurs dans 35 autres États. Sans surprise, Arnold Schwarzenegger est rĂ©Ă©lu pour quatre ans, avec 55,8% des suffrages (environ 3,8 millions de voix) contre 39,2% au candidat dĂ©mocrate Angelides. Dans un contexte de dĂ©faite nationale du parti rĂ©publicain aux Ă©lections parlementaires - les dĂ©mocrates devenant majoritaires Ă  la Chambre des reprĂ©sentants, pour la premiĂšre fois depuis 1994, ainsi qu'au SĂ©nat - et alors que les dĂ©mocrates, au niveau des États, remportent six siĂšges de gouverneurs jusqu'Ă  prĂ©sent dĂ©tenus par des rĂ©publicains, le gouverneur sortant de Californie a rĂ©ussi Ă  ne pas ĂȘtre emportĂ© par la vague dĂ©mocrate. Depuis l'Ă©chec de son rĂ©fĂ©rendum sur son programme de rĂ©forme en 2005, Schwarzenegger a su habilement recentrer son image et lui donner un caractĂšre plus consensuel de nature Ă  sĂ©duire sinon l'ensemble des dĂ©mocrates, du moins certains d'entre eux - notamment Ă  Hollywood -, ainsi que les indĂ©pendants ; par ailleurs, s'il a pris ses distances avec la politique du prĂ©sident Bush dans certains domaines, notamment l'environnement, il a su cependant mĂ©nager son Ă©lectorat rĂ©publicain par ses actes et ses prises de position en matiĂšre, par exemple, de sĂ©curitĂ© publique, de gestion des dĂ©penses de l'État, de croissance Ă©conomique, et d'immigration.

AnnĂ©e Mandat Élection Candidat Parti Voix % Concurrents Parti Voix %
2006 Gouverneur de Californie GĂ©nĂ©rale Arnold Schwarzenegger (sortant) RĂ©publicain 3 813 059 55,8 Phil Angelides DĂ©mocrate 2 674 919 39,2
Peter Miguel Camejo Vert 155 520 2,3
Art Olivier Libertarien 89 795 1,3
Janice Jordan Paix et LibertĂ© 53 727 0,7

Second mandat : gouvernance

Année 2006 (suite)

DĂšs le lendemain de sa rĂ©Ă©lection, le gouverneur Schwarzenegger part effectuer, avec son Ă©pouse, un voyage officiel de deux jours Ă  Mexico, capitale fĂ©dĂ©rale du Mexique, et Ă  Monterrey, capitale de l'État mexicain du Nuevo Leon. Il s'agit d'un voyage principalement Ă  but commercial : le gouverneur est accompagnĂ© de 65 responsables californiens du monde des affaires, de l'agriculture, du tourisme et des transports. Schwarzenegger vient notamment promouvoir les produits agricoles cultivĂ©s en Californie (Ă©pinards, cerises, raisins, vins, etc.). Sur place, il rencontre le prĂ©sident mexicain sortant Vicente Fox, qui est venu en Californie durant l'Ă©tĂ© 2006, ainsi que son successeur Felipe Calderon. Le 9 novembre 2006, il annonce la crĂ©ation d'un nouvel Office du tourisme californien Ă  Mexico, des offices similaires ayant dĂ©jĂ  Ă©tĂ© crĂ©Ă©s au Royaume-Uni, en Allemagne, en Australie et au Japon. Le 10 novembre, il signe avec son homologue mexicain de l'État du Nuevo Leon, un accord ("Memorandum of Understanding") visant Ă  dĂ©velopper la coopĂ©ration entre les deux États dans les domaines de l'Ă©conomie, de la technologie, de l'Ă©ducation et de la culture. Le Mexique est l'un des principaux partenaires commerciaux de la Californie Ă  l'Ă©tranger.

Schwarzenegger signe, le 14 novembre, un autre accord "Memorandum of Understanding", cette fois-ci avec le ministre israélien du tourisme Isaac Herzog. Cet accord vise à promouvoir le tourisme entre la Californie et Israël.

Le 5 dĂ©cembre, Ă  Sacramento, le gouverneur Schwarzenegger annonce de prochaines rĂ©formes concernant le redĂ©coupage Ă©lectoral californien. Il se joint en effet Ă  un groupe de pression, dĂ©passant les clivages politiques, "The Voice of Reform Redistricting Coalition", pour proposer un amendement constitutionnel destinĂ© Ă  modifier la façon dont les circonscriptions lĂ©gislatives de l'État ("legislative districts") sont dessinĂ©es. Cet amendement doit permettre la crĂ©ation d'une commission de citoyens pour le redĂ©coupage Ă©lectoral ("Citizens’ Redistricting Commission"), composĂ©e de 11 personnes indĂ©pendantes et reprĂ©sentants les diverses tendances politiques, reflĂ©tant l'ensemble de la population de l'État et libres de tout conflit d'intĂ©rĂȘt, commission qui devra lancer un processus transparent destinĂ© Ă  redessiner les limites des "districts" pour notamment faciliter les possibilitĂ©s d'alternance politique lors des Ă©lections, possibilitĂ©s jugĂ©es trop rĂ©duites par Schwarzenegger, lequel Ă©voque « un systĂšme qui est devenu insensible, et qui est coincĂ© dans le statu quo Â», avant d'ajouter :

« Nous devons apporter Ă  nouveau la concurrence dans le processus politique et garantir que nos Ă©lus reprĂ©sentent la pleine diversitĂ© de la Californie et la volontĂ© du peuple. Â»

Le 21 dĂ©cembre 2006, Schwarzenegger dĂ©voile sa proposition de rĂ©forme du systĂšme pĂ©nitentiaire californien, pour faire face au problĂšme de la surpopulation carcĂ©rale et pour rĂ©duire le taux Ă©levĂ© de rĂ©cidive. Il propose notamment de consacrer 10,9 milliards de dollars au financement de l'augmentation des places dans les prisons d'État et les prisons locales - 78 000 lits supplĂ©mentaires sont prĂ©vus au total - et au financement d'Ă©quipements mĂ©dicaux, afin d'anticiper l'augmentation de la population et d'apporter aux dĂ©tenus et au personnel pĂ©nitentiaire des conditions de dĂ©tention et de travail plus sĂ»res. Des mesures pour protĂ©ger les enfants contre les dĂ©linquants sexuels, dĂ©velopper des programmes destinĂ©s Ă  lutter contre la rĂ©cidive, et rĂ©former le rĂ©gime de la libertĂ© conditionnelle pour permettre une meilleure application de la loi, sont Ă©galement proposĂ©es.

Année 2007

Le Bureau officiel du gouverneur Arnold Schwarzenegger, au Capitole de l'État de Californie, à Sacramento, en 2007.

Le 5 janvier 2007, le gouverneur Schwarzenegger prĂȘte serment pour son second mandat, lors d'une cĂ©rĂ©monie officielle au Memorial Auditorium de Sacramento.

Le 8 janvier, il propose un plan visant Ă  donner une assurance mĂ©dicale universelle Ă  l'ensemble de la population de l'État, en faisant partager le coĂ»t aux entreprises, aux citoyens, aux hĂŽpitaux, aux assureurs et au gouvernement. Ce plan, selon lui, doit permettre d'Ă©conomiser 10 milliards de dollars par an, en rĂ©duisant les coĂ»ts et en redĂ©ployant l'argent qui se trouve dĂ©jĂ  dans le systĂšme de santĂ©. Il n'existe pas, aux États-Unis, de couverture santĂ© universelle au niveau national.

Le 10 janvier, Schwarzenegger propose un budget pour 2007-2008 qui, selon lui, Ă©limine le dĂ©ficit public, rĂšgle la dette de l'État, et qui comprend notamment des investissements dans l'Ă©ducation, la santĂ©, l'environnement, et la rĂ©forme du systĂšme carcĂ©ral annoncĂ©e en dĂ©cembre, le tout sans augmenter les impĂŽts. Il dĂ©clare :

« Je suis trĂšs heureux d'annoncer aujourd'hui que dans ce nouveau budget, notre dĂ©ficit d'exploitation net a Ă©tĂ© rĂ©duit Ă  zĂ©ro. Â»

avant d'ajouter :

« Cela n'Ă©tait pas facile et notre dur travail n'est nullement fini. Nous devons continuer notre discipline. Nous ne pouvons pas glisser de nouveau dans les mĂȘmes vieilles habitudes. Comme je l'ai souvent dit, nous ne pouvons pas faire la mĂȘme erreur d'utiliser les revenus pour une dĂ©pense continue. [
] Ce budget est un budget responsable. Â»

Le gouverneur rĂ©pond Ă  ceux qui le considĂšrent comme Ă©tant devenu un indĂ©pendant, qu'il n'en est pas moins « fier d'ĂȘtre un rĂ©publicain Â» et qu'il n'a « aucune intention de remplacer les partis Â». La veille, il a cependant une nouvelle fois appelĂ©, lors de son discours annuel sur l'Ă©tat de l'État, devant le Parlement californien, Ă  un consensus bipartisan des rĂ©publicains et des dĂ©mocrates au service de la Californie, qui est, selon lui, « l'Ă©quivalent moderne des anciennes citĂ©s-États Â» de la GrĂšce antique, Schwarzenegger prĂ©cisant qu'elle a, selon lui, « les idĂ©es d'AthĂšnes et la force de Sparte Â».

Lors d'un entretien accordĂ© Ă  la chaĂźne de tĂ©lĂ©vision ABC, diffusĂ© quelques jours aprĂšs l'annonce, le 10 janvier, par le prĂ©sident George W. Bush, du dĂ©ploiement de 21 500 soldats supplĂ©mentaires en Irak pour tenter d’enrayer la violence dans le pays, oĂč plus de 3 000 soldats amĂ©ricains ont trouvĂ© la mort depuis mars 2003, Arnold Schwarzenegger, qui a toujours approuvĂ© l'intervention amĂ©ricaine en Irak, dĂ©clare soutenir l'envoi de ces troupes supplĂ©mentaires, dĂ©clarant qu’il faut "tout donner pour ĂȘtre vainqueurs" et qu'il ne veut pas voir les États-Unis "se retirer en perdants" car cela serait "dĂ©sastreux" pour le Proche-Orient. Cependant, il affirme Ă©galement soutenir l’idĂ©e d’un calendrier pour un retrait amĂ©ricain par Ă©tapes, position dĂ©fendue par les dĂ©mocrates.

Le 18 janvier, Schwarzenegger signe un ordre exĂ©cutif Ă©tablissant une norme Ă  faible teneur en carbone pour les carburants de transport vendus en Californie ("Low Carbon Fuel Standard"). La norme, qui doit permettre de rĂ©duire l'intensitĂ© de carbone des carburants, pour les vĂ©hicules Ă  passager californiens, d'au moins 10% d'ici 2020, est prĂ©sentĂ©e comme la premiĂšre norme mondiale de limitation des gaz Ă  effet de serre dans le domaine des carburants de transport. Elle doit permettre de rĂ©duire Ă  la fois la dĂ©pendance au pĂ©trole, qui reprĂ©sente, selon le gouverneur, 96% du carburant utilisĂ© pour le transport en Californie, et les Ă©missions de ces gaz Ă  effet de serre dont plus de 40%, dans l'État, sont prĂ©cisĂ©ment dues aux carburants de transport.

Le 26 fĂ©vrier, Schwarzenegger signe un protocole d'accord avec les gouverneurs des États de Washington, de l'Oregon, de l'Arizona et du Nouveau-Mexique, crĂ©ant l'Initiative des États de l'Ouest pour une action sur le climat, et mettant ainsi en place les conditions nĂ©cessaires pour un programme rĂ©gional de limitation des Ă©missions de gaz Ă  effet de serre et une bourse d'Ă©change des quotas de gaz polluants[99].

Le 15 mars, le gouverneur Schwarzenegger signe un ordre exĂ©cutif entĂ©rinant la dĂ©cision SB 113 (Senate Bill 113) qui prĂ©voit le dĂ©placement des Ă©lections primaires pour dĂ©signer, en Californie, les candidats Ă  la prochaine Ă©lection prĂ©sidentielle des États-Unis : ces Ă©lections primaires auront dĂ©sormais lieu au mois fĂ©vrier, au lieu du mois de juin, les annĂ©es d'Ă©lection prĂ©sidentielle, cette derniĂšre ayant traditionnellement lieu en novembre. Il s'agit d'encourager les candidats Ă  l'investiture officielle pour se prĂ©senter Ă  l'Ă©lection prĂ©sidentielle Ă  venir faire vĂ©ritablement campagne en Californie - qui est l'État le plus peuplĂ© des États-Unis, et le plus reprĂ©sentĂ© au CongrĂšs -, bien avant les Conventions nationales des principaux partis politiques dĂ©signant les candidatures dĂ©finitives, afin de permettre aux Ă©lecteurs californiens de peser davantage dans la dĂ©signation des candidats de ces grands partis, engagĂ©s dans la course Ă  la Maison Blanche, et donc dans la campagne Ă©lectorale nationale.

Le 3 mai, Schwarzenegger signe le texte lĂ©gislatif AB 900 (Assembly Bill 900, dit aussi "Public Safety and Offender Rehabilitation Services Act of 2007") concernant la rĂ©forme des prisons californiennes : 7,7 milliards de dollars, destinĂ©s Ă  financer l'ajout de 53 000 lits supplĂ©mentaires dans les prisons, sont ainsi consacrĂ©s au rĂšglement du problĂšme de la surpopulation carcĂ©rale en Californie. Le montant du budget consenti et le nombre de lits finalement prĂ©vus ont Ă©tĂ© revus Ă  la baisse, en comparaison de ce que le gouverneur avait proposĂ© en dĂ©cembre 2006.

Les 29, 30 et 31 mai, Schwarzenegger effectue un voyage officiel au Canada, avec une dĂ©lĂ©gation de dirigeants d'affaires californiens l'accompagnant pour examiner des possibilitĂ©s de collaboration en matiĂšre de commerce, de recherche et d'innovation. À Toronto, le 30 mai, il signe avec le premier ministre de l'Ontario, Dalton McGuinty, une entente visant Ă  coordonner les politiques respectives de la Californie et de l'Ontario en vue de rĂ©duire les gaz Ă  effets de serre provenant d'automobiles et de camions - des ententes du mĂȘme type existant dĂ©jĂ  entre la Californie et les provinces canadiennes du Manitoba et de la Colombie-Britannique -, ainsi qu'un autre accord visant Ă  soutenir la recherche sur les cellules souches dans le but de trouver des traitements contre le cancer et la maladie d'Alzheimer. Le mĂȘme jour, Schwarzenegger rencontre le Premier ministre fĂ©dĂ©ral Stephen Harper Ă  Ottawa, puis, le lendemain, s'entretient Ă  Vancouver avec Gordon Campbell, premier ministre de la Colombie-Britannique.

Le 25 juin, le gouverneur Arnold Schwarzenegger, dans le cadre d'une tournĂ©e europĂ©enne consacrĂ©e aux questions environnementales, se rend en France et rencontre le PrĂ©sident de la RĂ©publique française Nicolas Sarkozy, Ă  Paris, au Palais de l'ÉlysĂ©e, pour discuter avec lui des sujets liĂ©s Ă  la protection de l'environnement, et notamment de la lutte contre le rĂ©chauffement climatique. Les deux hommes parlent Ă©galement de TGV, de partenariat public-privĂ© et envisagent la mise sur pied, en 2008, d'une mission commerciale visant Ă  promouvoir les produits français en Californie ainsi que les produits californiens en France. À propos de Sarkozy, Schwarzenegger dĂ©clare aux journalistes prĂ©sents, aprĂšs son entretien avec le prĂ©sident français :

« J'ai Ă©normĂ©ment d'admiration pour lui et je pense que tous les hommes politiques dans le monde l'admirent pour sa politique d'ouverture. Il va insuffler une Ă©nergie nouvelle dans les relations entre la France et les autres pays et avec notre État.[100] Â»

« Il croit Ă  l'ouverture. Pour lui, il faut inclure les gens et non pas voir ceux qui ne sont pas d'accord avec lui comme des ennemis potentiels. C'est quelque chose que j'ai moi-mĂȘme fait : j'ai fait entrer dans mon cabinet des personnes qui ne pensaient pas comme moi.[101] Â»

Le lendemain, 26 juin, Arnold Schwarzenegger est à Londres pour un entretien sur les questions climatiques avec le Premier ministre du Royaume-Uni Tony Blair, la veille de son départ de Downing Street. Cette rencontre fait suite à la visite de Tony Blair en Californie l'été précédent, lors de laquelle il avait annoncé la mise en place d'une coopération transatlantique destinée à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le 24 aoĂ»t, Arnold Schwarzenegger signe l'acte du budget d'État de la Californie, pour 2007-2008, qui crĂ©e un fonds de rĂ©serve de 4.1 milliards de dollars, assure entiĂšrement le financement des dĂ©penses concernant l'Ă©ducation et la sĂ©curitĂ© publique, et rĂšgle la dette de l'État, la rĂ©duisant Ă  zĂ©ro, le tout sans augmenter les impĂŽts pour la quatriĂšme annĂ©e consĂ©cutive. Le gouverneur se fĂ©licite publiquement Ă  cette occasion qu'un compromis ait pu ĂȘtre trouvĂ© entre rĂ©publicains et dĂ©mocrates, pour aboutir Ă  ce budget, au terme d'un processus difficile.

Arnold Schwarzenegger et le prĂ©sident George W. Bush, en Californie, le 25 octobre 2007 ; en arriĂšre plan, la sĂ©natrice de l'État, Dianne Feinstein.

Le 24 septembre, le gouverneur Schwarzenegger est Ă  New York, au siĂšge des Nations unies, oĂč il prononce un discours lors d'un sommet sur le climat, organisĂ© par le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l'ONU, Ban Ki-moon. Il Ă©voque, Ă  cette occasion, devant des reprĂ©sentants de 150 pays, l'engagement de l'État californien en faveur du climat, son souhait de voir la conclusion prochaine d'un nouvel accord international prenant le relais du protocole de Kyƍto, et dĂ©clare notamment que, de son cĂŽtĂ©, dans le domaine climatique, "la Californie pousse les États-Unis au-delĂ  du dĂ©bat et vers l'action."

Le 21 octobre, Arnold Schwarzenegger décrÚte l'état d'urgence dans le sud de la Californie en raison de nombreux incendies qui font 12 morts, détruisent 2300 habitations, brûlent 200 000 hectares, mobilisent environ 10 000 pompiers, et entraßnent l'évacuation de 800 000 personnes. Le 25 octobre, le président George W. Bush, venu survoler les zones dévastées et décrétant la Californie "zone de désastre majeur" pour faciliter l'aide financiÚre fédérale, loue publiquement l'action du gouverneur Schwarzenegger face à l'évÚnement[102].

Le 9 novembre, Schwarzenegger décrÚte à nouveau l'état d'urgence aprÚs qu'un cargo sud-coréen a provoqué une marée noire dans la baie de San Francisco en heurtant un pont[103].

Année 2008

Le 2 janvier 2008, le gouverneur Schwarzenegger dĂ©pose officiellement plainte contre le gouvernement fĂ©dĂ©ral des États-Unis pour avoir empĂȘchĂ© l'application de sa loi de rĂ©duction des Ă©missions de gaz Ă  effet de serre des automobiles[104].

Le 8 janvier, Arnold Schwarzenegger, annonce, dans son discours annuel sur l’état de l’État, devant le Parlement californien, son intention de lancer une importante rĂ©forme budgĂ©taire censĂ©e assurer Ă  la Californie une plus grande stabilitĂ© financiĂšre dans l'avenir. Anticipant une baisse sensible des recettes fiscales en 2008 - la Californie Ă©tant durement touchĂ©e par la crise immobiliĂšre -, le gouverneur envisage de rĂ©duire substantiellement les dĂ©penses publiques, notamment en fermant plusieurs dizaines de parcs publics gĂ©rĂ©s par l'État de Californie, et en libĂ©rant de maniĂšre anticipĂ©e plus de 20 000 prisonniers reprĂ©sentant un danger faible. À l'occasion de son discours, Schwarzenegger demande l'adoption d'une loi de stabilisation budgĂ©taire - amendement constitutionnel destinĂ© Ă  rĂ©former fondamentalement le budget de l'État, et soumis Ă  un vote du peuple -, le gouverneur affirmant vouloir Ă©galement continuer Ă  soutenir la croissance Ă©conomique, l'Ă©ducation et la rĂ©forme du systĂšme de santĂ©. Le mois prĂ©cĂ©dent, une enquĂȘte du Los Angeles Times a montrĂ© que les activitĂ©s et les dĂ©placements du gouverneur de Californie sont financĂ©s en partie par des intĂ©rĂȘts privĂ©s dĂ©sireux de rester anonymes. Schwarzenegger, depuis son arrivĂ©e au pouvoir en 2003, aurait acceptĂ© des cadeaux d'une valeur de 1,7 million de dollars, payĂ©s par des intĂ©rĂȘts privĂ©s agissant par le truchement d'un organisme Ă  but non lucratif crĂ©Ă© pour financer ses activitĂ©s, appelĂ© Protocol Foundation et liĂ© Ă  la chambre de commerce de Californie. Le gouverneur, lors de ses voyages, aurait ainsi notamment bĂ©nĂ©ficiĂ© de jets privĂ©s dont la location est particuliĂšrement coĂ»teuse, jusqu'Ă  10 000 dollars de l'heure et de suites de luxe, Ă  plusieurs milliers de dollars la nuit, qui lui ont Ă©tĂ© accordĂ©es dans plusieurs grands hĂŽtels du monde[105].

Le 10 janvier, Arnold Schwarzenegger prĂ©sente sa proposition de budget pour 2008-2009, abordant les problĂšmes conduisant jusqu'Ă  prĂ©sent la Californie Ă  des dĂ©ficits chroniques. Dans le mĂȘme temps, il dĂ©crĂšte un Ă©tat d'urgence fiscal et annonce la convocation d'une session extraordinaire de l'AssemblĂ©e lĂ©gislative californienne pour aborder sans tarder la question du budget de l'annĂ©e en cours. Le gouverneur de Califonie dĂ©clare, Ă  cette occasion :

« Nous sommes confrontĂ©s Ă  une situation trĂšs dure, mais avec les pĂ©riodes difficiles viennent des occasions historiques. Je suis convaincu que le lĂ©gislateur aidera Ă  transformer la difficultĂ© temporaire d'aujourd'hui en une victoire permanente pour le peuple de Californie en se joignant Ă  moi pour promulguer une vraie rĂ©forme budgĂ©taire. [
] Nous devons relever le dĂ©fi et fixer le systĂšme budgĂ©taire de la Californie une fois pour toutes. Â»

Le 31 janvier, Arnold Schwarzenegger apporte publiquement son soutien au sĂ©nateur John McCain dans sa course Ă  l'investiture rĂ©publicaine pour l'Ă©lection prĂ©sidentielle fĂ©dĂ©rale du mois de novembre. Cette dĂ©claration de soutien du gouverneur de Californie, faite lors d'une confĂ©rence de presse commune avec McCain, intervient cinq jours avant le Super Tuesday, au cours duquel une vingtaine d'États, dont la Californie, doivent choisir leurs candidats Ă  l'Ă©lection prĂ©sidentielle lors de primaires.

Le 13 fĂ©vrier, le gouverneur Schwarzenegger rencontre le prĂ©sident du Mexique, Felipe CalderĂłn au Capitole d'État de Sacramento pour renforcer encore son partenariat transfrontalier et Ă  la collaboration entre la Californie et le Mexique. Au cours de cette rĂ©union, le gouverneur discute de nombreux sujets de prĂ©occupation commune, notamment la sĂ©curitĂ© des citoyens, la protection de l'environnement et le maintien d'une bonne santĂ© Ă©conomique pour les deux États. Les deux dirigeants examinent Ă©galement ensemble les moyens de renforcer davantage les liens entre la Californie et le Mexique, et de formaliser les partenariats entre eux en matiĂšre d'Ă©change d'informations, d'expertise et de technologie. Dans ce contexte, les deux reprĂ©sentants de la Californie et du Mexique signent un accord ("Memorandum of Understanding") consacrant l'association des deux États dans la lutte contre le changement climatique, la protection de l'environnement et la prĂ©servation des ressources naturelles.

Le 16 fĂ©vrier, Schwarzenegger signe les textes lĂ©gislatifs relatifs au budget de l'État, issus d'une session parlementaire extraordinaire. Ces textes confirment les coupes drastiques effectuĂ©es dans les dĂ©penses publiques, qui ont Ă©tĂ© annoncĂ©es le mois prĂ©cĂ©dent.

Le candidat John McCain s'Ă©tant finalement assurĂ©, dĂšs le mois de mars 2008, l'obtention de l'investiture du Parti RĂ©publicain pour la course Ă  La Maison Blanche, Arnold Schwarzenegger continue logiquement Ă  le soutenir, participant discrĂštement Ă  de nombreuses collectes de fonds pour McCain, tandis que l'Ă©pouse du gouverneur de Californie, Maria Shriver, fidĂšle au camp dĂ©mocrate auquel elle est liĂ©e par ses origines, soutient ouvertement, pour sa part, le sĂ©nateur Barack Obama, candidat dĂ©mocrate Ă  l'Ă©lection prĂ©sidentielle fĂ©dĂ©rale. Du reste, Schwarzenegger et son Ă©pouse soutiennent chacun leur candidat respectif aussi bien dans le cadre public de la campagne Ă©lectorale que dans le cadre privĂ© de leur rĂ©sidence de Brentwood, dont la pelouse, ainsi que l'Ă©crit une journaliste du New York Times, est "hĂ©rissĂ©e de panneaux de campagne des deux bords"[106].

Mark Leno, sénateur de Californie ouvertement gay d'origine latino, a proposé de faire du 22 mai, jour de naissance d'Harvey Milk, un Jour spécial, orienté contre les discriminations à l'égard des homosexuels. Cette proposition (bill) a été votée mais son adoption s'est vu opposer le veto du gouverneur Arnold Schwarzenegger, veto mis le 30 septembre 2008.

Le 12 juin, Arnold Schwarzenegger rencontre la prĂ©sidente du Chili, Michelle Bachelet, venu effectuer une visite en Californie. À l'occasion de cette rencontre, sont signĂ©s une sĂ©rie d'accords ("Memorandums of Understanding") visant notamment Ă  accroĂźtre la collaboration entre les États du Chili et de la Californie dans les domaines de l'enseignement supĂ©rieur, et Ă  crĂ©er des programmes de recherche et de dĂ©veloppement dans les domaines de la biotechnologie et de la viticulture.

Le 31 aoĂ»t, la session ordinaire du Parlement californien se termine sur un constat de blocage, sur fond de crise budgĂ©taire majeure, le gouverneur Schwarzenegger, et le CongrĂšs californien, Ă  majoritĂ© dĂ©mocrate, ne trouvant pas d'accord sur l’exercice 2008-2009. Schwarzenegger refuse de signer plusieurs lois impliquant des financements tant qu'un consensus entre les deux partis ne sera pas trouvĂ©. La crise politique se poursuit durant les semaines qui suivent : le 16 septembre, le gouverneur Schwarzenegger annonce son intention de mettre son veto au projet de budget que le parlement californien a difficilement Ă©laborĂ© durant l'Ă©tĂ©, avec 78 jours de retard sur la date butoir du 1er juillet. Reprochant Ă  ce projet de ne pas prendre de mesures susceptibles d'assurer l'Ă©quilibre des finances Ă  long terme, Schwarzenegger souhaitait que les parlementaires acceptent des mesures strictes, comprenant notamment une hausse temporaire des contributions, afin d'assainir la situation. Le gouverneur de Californie menace de se mettre en grĂšve des promulgations si les Ă©lus dĂ©cident de passer en force. Cependant, le 19 septembre, Arnold Schwarzenegger annonce ĂȘtre finalement parvenu Ă  un accord de compromis avec les parlementaires de Californie sur le projet de budget. Des amendes renforcĂ©es pour les mauvais payeurs sont prĂ©vues, ainsi que des rĂ©ductions budgĂ©taires supplĂ©mentaires, mais pas de hausses des impĂŽts. Le 23 septembre, Schwarzenegger promulgue enfin la loi budgĂ©taire 2008-2009, avec 85 jours de retard sur la date butoir. Cependant, le gouverneur rĂ©affirme, dans un mĂȘme temps, sa volontĂ© de mener Ă  bien, Ă  l'avenir, des «rĂ©formes budgĂ©taires, qui lorsqu'elles seront approuvĂ©es par les Ă©lecteurs, mettront enfin la Californie sur le chemin d'une stabilitĂ© fiscale Ă  long terme» [107].

Le 2 octobre, dans le contexte de l'importante crise financiĂšre du moment, Arnold Schwarzenegger, dans une lettre rendue publique par le Los Angeles Times[108] et adressĂ©e au secrĂ©taire d'État au TrĂ©sor, Henry Paulson, demande avec insistance le vote par le CongrĂšs amĂ©ricain du plan de sauvetage du systĂšme financier et l'injection des 700 milliards de dollars proposĂ©e par l'administration Bush, le gouverneur de Californie dĂ©clarant avoir, de son cĂŽtĂ©, intercĂ©dĂ© en faveur du plan de sauvetage auprĂšs de la dĂ©lĂ©gation californienne au CongrĂšs. Schwarzenegger Ă©voque ainsi la situation prĂ©occupante dĂ©coulant de la crise financiĂšre :

« La crise du crĂ©dit a gelĂ© les investissements et le commerce, forçant les entreprises et les familles Ă  cesser d'acheter des biens et des services. Cela a entraĂźnĂ© des dizaines de milliers de pertes d'emplois et des pertes de revenus de milliards de dollars pour l'État. [
] Plusieurs États et gouvernements locaux sont incapables d'obtenir le financement nĂ©cessaire pour Ă©mettre des obligations ou pour les mouvements de trĂ©sorerie nĂ©cessaires pour faire des paiements cruciaux aux Ă©coles, aux gouvernements locaux et aux forces de l'ordre. [
] S'il n'y a pas de solution claire et nette Ă  la crise financiĂšre, la Californie et d'autres États pourraient se retrouver dans l'impossibilitĂ© d'avoir accĂšs aux financements nĂ©cessaires pour faire fonctionner leurs diffĂ©rents services. [
] Le cas Ă©chĂ©ant, ces États risquent d'ĂȘtre forcĂ©s de recourir Ă  l'argent fĂ©dĂ©ral pour leurs besoins de financement Ă  court terme. Â»

De fait, la Californie, qui souffre en 2008 d'un dĂ©ficit budgĂ©taire de plus de 15 milliards de dollars, a pour projet d'Ă©mettre pour sept milliards de dollars d'obligations, mais ce projet est mis en pĂ©ril par la crise des marchĂ©s du crĂ©dit. L'État de Californie n'aurait plus accĂšs aux liquiditĂ©s nĂ©cessaires pour payer ses fonctionnaires. Schwarzenegger prĂ©vient donc, dans sa lettre, qu'il risque de devoir se tourner vers le gouvernement fĂ©dĂ©ral pour obtenir un financement Ă  court terme de sept milliards de dollars, les rĂ©serves de liquiditĂ©s de l'État californien risquant d'ĂȘtre Ă©puisĂ©es dĂšs la fin du mois d'octobre, et le paiement de fonctionnaires ainsi que le financement d'un millier d'Ă©coles en Californie pouvant dĂšs lors se retrouver compromis.

Le 9 octobre, Arnold Schwarzenegger Ă©crit une nouvelle lettre au secrĂ©taire d'État au TrĂ©sor, dans laquelle il le fĂ©licite pour l'adoption, le 3 octobre, du plan de sauvetage financier - dit "plan Paulson" - par le CongrĂšs amĂ©ricain, et l'informe du dĂ©but du lancement du plan d'Ă©mission de sept milliards de dollars d'obligations prĂ©vu par la Californie. Il ajoute, se voulant optimiste, qu'il est convaincu que les efforts entrepris mĂšnent le pays vers une situation Ă©conomique plus stable, "bien que la Californie ressente les Ă©normes effets de notre actuelle crise Ă©conomique"[109].

Le 31 octobre, le gouverneur de Californie est dans l'État de l'Ohio pour soutenir le candidat rĂ©publicain John McCain, dans la derniĂšre ligne droite de la course Ă  La Maison Blanche. Ce jour-lĂ , lors d'un meeting de soutien Ă  McCain, en prĂ©sence de ce dernier, Arnold Schwarzenegger conseille Ă  son adversaire dĂ©mocrate Barack Obama de muscler sa politique et de prendre lui-mĂȘme du muscle. Au dĂ©but de son discours, Schwarzenegger, qui organise chaque annĂ©e un tournoi de body-building Ă  Columbus, dans l'Ohio, invite Obama Ă  s'y prĂ©senter, dĂ©clarant notamment, sur un ton ironique et devant une foule enthousiaste : "Je veux inviter le sĂ©nateur Obama, parce qu'il doit faire quelque chose pour ses jambes maigrichonnes. Je lui ferai faire quelques flexions. Et ensuite, nous lui ferons faire quelques exercices pour ses biceps, pour muscler ses petits bras dĂ©charnĂ©s. Et il pourrait aussi mettre un peu de chair autour de ses idĂ©es." Selon Schwarzenegger, Ă  la diffĂ©rence d'Obama, John McCain "est bĂąti comme un roc. Son caractĂšre et ses idĂ©es sont solides."[110] Cependant, le 4 novembre, l'Ă©lection prĂ©sidentielle fĂ©dĂ©rale est finalement largement remportĂ© par le dĂ©mocrate Barack Obama, que soutenait la propre Ă©pouse de Schwarzenegger, Maria Shriver, niĂšce du dĂ©funt prĂ©sident dĂ©mocrate John F. Kennedy. Le 9 novembre, dans un contexte apaisĂ©, le climat passionnel de la campagne ayant disparu, Arnold Schwarzenegger, dans un entretien tĂ©lĂ©visĂ© sur la chaĂźne CNN, dĂ©clare qu'il n'est pas intĂ©ressĂ© par un poste au sein de la future nouvelle administration dĂ©mocrate Ă  Washington, bien que le gouverneur rĂ©publicain de Californie ait Ă©tĂ© citĂ© comme possible secrĂ©taire Ă  l'Énergie dans la future administration Obama : "J'ai dit clairement que je voulais rester jusqu'Ă  la fin de mon mandat. Il y a tant de dĂ©fis Ă  rĂ©soudre en Californie." Cependant, lors de cet entretien, Schwarzenegger se dit "touchĂ©" par l'Ă©lection du premier prĂ©sident noir amĂ©ricain, en ajoutant :

«  Je pense que c'est historique. En regardant cela avec une mentalitĂ© d'EuropĂ©en [
] c'est pour moi une immense avancĂ©e, parce que cela aura un effet sur le monde entier, de voir comment les noirs amĂ©ricains ont pu se hisser plus haut, ce dont ils avaient cruellement besoin. Je pense que c'est rafraĂźchissant. Je suis fier que le peuple amĂ©ricain soit allĂ© dans cette direction et que nous n'ayons pas vu les prĂ©jugĂ©s peser autant que certains le craignaient.[111] Â»

Le 16 novembre, le gouverneur Schwarzenegger décrÚte l'état d'urgence dans plusieurs comtés de Californie ravagés par des incendies qui détruisent un millier de maisons et plus de 8000 hectares[112].

Les 18 et 19 novembre, Arnold Schwarzenegger rĂ©unit dans la rĂ©gion de Los Angeles un sommet international consacrĂ© Ă  la lutte contre le rĂ©chauffement climatique. Lors de ce sommet, organisĂ© dans un hĂŽtel de Beverly Hills, le prĂ©sident amĂ©ricain Ă©lu Barack Obama, dans un message vidĂ©o inattendu, diffusĂ© devant l'assistance dĂšs le premier jour de la rencontre, promet de "s'engager Ă©nergiquement" dans des discussions internationales sur le changement climatique une fois qu'il aura pris officiellement ses fonctions Ă  La Maison Blanche, le 20 janvier 2009. À la suite de la diffusion du message, le gouverneur Schwarzenegger - qui, bien qu'Ă©tant rĂ©publicain, a menĂ©, dĂšs son premier mandat, une politique Ă  rebours de l'administration fĂ©dĂ©rale rĂ©publicaine sur la question du rĂ©chauffement - se dit "trĂšs, trĂšs heureux" du discours de Barack Obama, et dĂ©clare par ailleurs en ouvrant formellement le sommet :

«  C'est trĂšs important pour notre pays, parce que nous avons Ă©tĂ© le plus gros pollueur du monde [
] il est temps de travailler avec d'autres pays pour combattre le rĂ©chauffement climatique.[113] Â»

Quatre gouverneurs américains conviés par leur homologue de Californie, ainsi que des représentants des Nations unies, de l'Union européenne, de la Chine, du Brésil, du Canada, de l'Indonésie et du Mexique, participent à cette rencontre de deux jours, à l'occasion de laquelle le gouverneur Schwarzenegger signe, le 19 novembre, une déclaration finale de coopération avec les gouverneurs de l'Illinois, de la Floride, du Wisconsin et du Kansas.

Le 19 dĂ©cembre, Arnold Schwarzenegger dĂ©clare que l'État de Californie se trouve en Ă©tat d'urgence fiscale[114], ce qui lui permet de convoquer les parlementaires californiens pour une nouvelle session extraordinaire afin de dĂ©battre des finances prĂ©caires de l'État, au budget duquel il manque 40 milliards de dollars pour l'annĂ©e fiscale en cours et celle Ă  venir, la Californie risquant de manquer de liquiditĂ©s dĂšs le mois de fĂ©vrier 2009, si Arnold Schwarzenegger et le Parlement californien ne parviennent pas Ă  s'entendre sur un programme de rĂ©duction du dĂ©ficit budgĂ©taire.

Année 2009

Le 15 janvier 2009, dans son discours annuel sur l’état de l’État devant le Parlement californien, Arnold Schwarzenegger dĂ©clare que la Californie risque "la cessation de paiement d'ici quelques semaines" et qu'il est prĂȘt Ă  geler des dĂ©penses le temps de conclure un accord permettant de combler le dĂ©ficit budgĂ©taire, le gouverneur rĂ©publicain et la majoritĂ© dĂ©mocrate de l'assemblĂ©e de l'État Ă©tant toujours en dĂ©saccord sur les moyens pour rĂ©soudre ce problĂšme financier. À l'occasion de son discours, Arnold Schwarzenegger dĂ©clare notamment :

«  Cela n'a aucun sens de parler d'Ă©ducation, d'infrastructures, d'eau, de rĂ©forme du systĂšme de protection santĂ© et de ce genre de sujets alors que nous sommes face Ă  un Ă©norme dĂ©ficit budgĂ©taire. [
] La rĂ©alitĂ©, c'est que notre État sera handicapĂ© tant que nous n'aurons pas rĂ©solu la crise budgĂ©taire. [
] La vĂ©ritĂ©, c'est que la Californie est en Ă©tat d'urgence.[115] Â»

Le 26 janvier, Barack Obama ayant demandé à l'Agence de protection de l'environnement (EPA) de réexaminer la possibilité d'accorder une dérogation à la Californie pour qu'elle puisse imposer des rÚgles plus strictes que les normes fédérales concernant les émissions de gaz à effet de serre par les véhicules, le gouverneur Schwarzenegger se félicite des annonces du président Obama sur la réduction des émissions polluantes, déclarant notamment que "la Californie et l'environnement ont désormais un allié fort à la Maison Blanche"[116].

Le 29 janvier, la justice californienne accepte le dĂ©cret d'Arnold Schwarzenegger visant Ă  enrayer le dĂ©ficit de 40 milliards de dollars de l'État, en rĂ©duisant notamment le salaire des fonctionnaires, dĂ©cret que de nombreux syndicats ont contestĂ© en estimant que seul le pouvoir lĂ©gislatif pouvait prendre une telle dĂ©cision. Cet accord permet au gouverneur rĂ©publicain de Californie de rĂ©duire le salaire des fonctionnaires et limiter les heures d'ouverture des administrations. Dans le dĂ©tail, il prĂ©voit de fermer les administrations deux jours par mois et d'imposer aux fonctionnaires des congĂ©s sans solde[117].

Le 17 fĂ©vrier, Schwarzenegger tente de faire pression pour que les Ă©lus californiens parviennent Ă  un accord sur le budget 2009, en annonçant l'envoi de lettres de licenciement Ă  20 000 fonctionnaires, afin d'Ă©conomiser quelque 750 millions de dollars par an. Finalement, le 19 fĂ©vrier, aprĂšs trois mois d'impasse budgĂ©taire et des nĂ©gociations particuliĂšrement laborieuses, l'AssemblĂ©e et le SĂ©nat californiens votent, Ă  Sacramento, un budget de crise soutenu par les dĂ©mocrates et six rĂ©publicains, les Ă©lecteurs californiens devant pour leur part approuver, lors d'un scrutin fixĂ© au 19 mai, des "mesures" visant Ă  Ă©conomiser environ 800 millions de dollars - comprenant notamment des coupes dans les programmes Ă©ducatifs, les aides aux handicapĂ©s et aux dĂ©favorisĂ©s, et les transports publics -, et un emprunt de 5 milliards de dollars sur les recettes futures de la Loterie. Commentant cette Ă©chĂ©ance Ă©lectorale dĂ©cisive pour l'Ă©quilibre budgĂ©taire de la Californie, Arnold Schwarzenegger dĂ©clare : "Nous devons commencer la campagne dĂšs maintenant [
] Les gens en ont assez de ces batailles entre politiciens [
]. Nous essayons de remĂ©dier aux dysfonctionnements du systĂšme, mais c'est trĂšs, trĂšs difficile !"[118]

Le 2 mars, Schwarzenegger est en Allemagne, Ă  Hanovre, pour inaugurer la nouvelle Ă©dition du CeBIT, le plus grand salon au monde du secteur des hautes technologies, dont la Californie est le « pays Â» invitĂ© en 2009, dans une ambiance morose due Ă  la crise. Se voulant nĂ©anmoins combattif tout en s'exprimant en partie en allemand, l'homme politique d'origine autrichienne fustige, lors de sa prise de parole, les "perdants" et "ceux qui gĂ©missent" pour exalter les "vainqueurs", louant Ă©galement "la nourriture allemande et la biĂšre allemande", ainsi que la chanceliĂšre Angela Merkel, "une dirigeante admirĂ©e dans le monde entier", avant de conclure son discours par les rĂ©pliques cĂ©lĂšbres des films de cinĂ©ma de la sĂ©rie de science-fiction Terminator ("I'll be back. Hasta la vista baby !")[119].

Le 16 mars, Arnold Schwarzenegger annonce le lancement d'un programme de formation de jeunes en difficultĂ© Ă  des mĂ©tiers "verts", un secteur sur lequel le gouverneur de Californie, Ă  l'instar du prĂ©sident Barack Obama, mise pour relancer la croissance Ă©conomique. BaptisĂ© "California Green Corps", un nom dĂ©marquĂ© des "Peace Corps", coopĂ©rants crĂ©Ă©s Ă  l'instigation du prĂ©sident John F. Kennedy, le programme "placera des jeunes adultes de 16 Ă  24 ans et en difficultĂ© dans des emplois de l'Ă©conomie verte qui est en train de se crĂ©er en Californie", selon un communiquĂ© du gouverneur, le plan de relance de l'Ă©conomie adoptĂ© sous les auspices d'Obama devant financer en partie, Ă  hauteur d'au moins 10 millions de dollars, l'installation de ces "Green Corps". À l'occasion de cette annonce, Arnold Schwarzenegger dĂ©clare notamment :

«  Le prĂ©sident Obama et moi partageons les mĂȘmes prioritĂ©s pour ce qui est d'aider l'Ă©conomie Ă  rebondir et de crĂ©er une Californie et une AmĂ©rique plus vertes.[120] Â»

Le 5 mai, le gouverneur Schwarzenegger, interrogĂ© sur la possibilitĂ© de considĂ©rer le cannabis comme l'alcool sur le plan lĂ©gal lors d'une rĂ©union publique sur la prĂ©vention du risque incendiaire, se dit favorable Ă  un dĂ©bat public sur la lĂ©galisation de la marijuana, dans laquelle des parlementaires voient une source potentielle de revenus. La marijuana est interdite aux États-Unis depuis 1937 mais les Californiens ont votĂ© en faveur de son usage Ă  des fins mĂ©dicales en 1996, Schwarzenegger ayant pour sa part, en 2004, mis son veto Ă  un texte qui visait Ă  assouplir les conditions de dĂ©tention de marijuana pour des raisons thĂ©rapeutiques. « Non, je ne crois pas que ce soit le moment pour ça [la lĂ©galisation de la marijuana], mais je crois que c'est le moment d'en dĂ©battre [
]. Et je crois que nous devrons Ă©tudier avec beaucoup d'attention ce que les autres pays ont fait en matiĂšre de lĂ©galisation de la marijuana ou d'autres drogues, quels effets cela a-t-il eu et s'ils sont satisfaits de cette dĂ©cision Â»[121], dĂ©clare-t-il notamment, ayant reconnu par ailleurs avoir fumĂ© du cannabis par le passĂ© et estimant en outre que la dĂ©cision de lĂ©galiser cette drogue ne devrait pas ĂȘtre fondĂ©e uniquement sur des motifs fiscaux.

Le 19 mai, Arnold Schwarzenegger est Ă  Washington. En sa prĂ©sence, le prĂ©sident Barack Obama annonce un nouveau dispositif favorisant la conversion de l'industrie automobile des États-Unis aux « voitures propres Â», dispositif qui entrera en vigueur en 2012, et selon lequel les constructeurs amĂ©ricains devront dĂ©sormais atteindre un objectif de consommation moyenne de 35,5 miles par gallon (15,4 kilomĂštres par litre) pour les modĂšles de vĂ©hicules de 2016, soit avec quatre annĂ©es d'avance sur le calendrier prĂ©vu par la loi Cafe (« Corporate average fuel economy Â») de 2007. En fixant de nouvelles normes fĂ©dĂ©rales, ce dispositif vise Ă  mettre fin Ă  la longue bataille entre les constructeurs automobiles et l'État de Californie, qui souhaitait obtenir une dĂ©rogation pour imposer ses propres normes. Pour Schwarzenegger, qui se fĂ©licite de cette dĂ©cision prise au niveau fĂ©dĂ©ral, « le combat acharnĂ© de la Californie en faveur d'une rĂ©duction des Ă©missions de CO2 des automobiles est rĂ©compensĂ©, non seulement pour notre État mais pour tous les AmĂ©ricains. Â»[122]

Le mĂȘme jour, 19 mai, les Ă©lecteurs de Californie rejettent dans les urnes la plupart des mesures qui leur Ă©taient proposĂ©es pour augmenter les impĂŽts et rĂ©duire le dĂ©ficit budgĂ©taire de l'État californien. Parmi les six mesures soumises Ă  rĂ©fĂ©rendum par le gouverneur Schwarzenegger, lesquelles visaient notamment Ă  augmenter les impĂŽts sur la consommation, les revenus et les vĂ©hicules, seule la proposition prĂ©voyant un gel des rĂ©munĂ©rations des Ă©lus a Ă©tĂ© adoptĂ©e avec 75 % des voix, toutes les autres ayant Ă©tĂ© rejetĂ©es massivement par les Ă©lecteurs. RĂ©agissant dans la soirĂ©e dans un communiquĂ©, Arnold Schwarzenegger, qui avait annoncĂ© la semaine prĂ©cĂ©dente que la Californie allait enregistrer en 2009, pour la premiĂšre fois depuis 1938, une baisse de ses recettes fiscales, dĂ©clare :

«  Nous avons entendu le message des Ă©lecteurs, et je respecte le choix de citoyens qui sont frustrĂ©s par les dysfonctionnements de notre systĂšme budgĂ©taire [
]. Nous devons dĂ©sormais aller de l'avant, et commencer Ă  Ă©laborer des solutions constructives pour rĂ©pondre Ă  la crise fiscale. [
] Pour empĂȘcher un dĂ©sastre pour les finances [de l'État], DĂ©mocrates et RĂ©publicains doivent collaborer et travailler de conserve.[123] Â»

Le 2 juin, Schwarzenegger exhorte les Ă©lus californiens Ă  adopter de nouvelles rĂ©ductions budgĂ©taires pour lutter contre un dĂ©ficit massif, Ă©voquant mĂȘme le « jour du Jugement dernier Â» auquel fait selon lui face l'État de Californie[124]. Il renouvelle son appel aux Ă©lus le 12 juin, lors d'un discours prĂšs de San Diego, prĂ©venant que l'État risque d'ĂȘtre trĂšs bientĂŽt Ă  court de liquiditĂ©s[125].

Le 1er juillet, le gouverneur Schwarzenegger - qui avait donnĂ© aux dĂ©putĂ©s jusqu'Ă  la fin de l'exercice fiscal de l'État, la veille au soir, pour prĂ©senter un nouveau plan de sauvetage budgĂ©taire, sans rĂ©sultat - dĂ©clare « l'urgence fiscale Â» en Californie, rappelant les dĂ©putĂ©s californiens en session spĂ©ciale pour tenter de rĂ©sorber le dĂ©ficit budgĂ©taire de 24 milliards de dollars, et avertissant que « les Californiens seront exposĂ©s Ă  un sĂ©rieux risque car l'essentiel des programmes sociaux ne pourra plus ĂȘtre assurĂ© Â» si l'État californien se retrouve en cessation de paiement[126].

Le 24 juillet, au 24e jour de la nouvelle annĂ©e fiscale 2009-2010, les deux chambres Ă  majoritĂ© dĂ©mocrate du CongrĂšs californien adoptent finalement un ensemble de mesures budgĂ©taires visant Ă  rĂ©duire le dĂ©ficit de l'État de Californie, et prĂ©voyant notamment des rĂ©ductions de dĂ©penses en ce qui concerne les Ă©coles publiques, l'enseignement secondaire, les services de santĂ© publique pour les plus dĂ©munis, les services sociaux et les prisons. « Ce budget me semble acceptable Â», dĂ©clare alors Arnold Schwarzenegger[127], en dĂ©pit des critiques, Ă©mises notamment par des syndicats de fonctionnaires contestant les rĂ©ductions de dĂ©penses dans leur secteur. « C'est un budget difficile mais nĂ©cessaire, dĂ©clare Ă©galement le gouverneur. Aujourd'hui la Californie promet un gouvernement qui est durable et qui place les gens au-dessus des intĂ©rĂȘts spĂ©ciaux. Â» Schwarzenegger, dont c'est le dernier budget en tant que gouverneur, salue alors, en outre, le « courage Â» des parlementaires californiens[128]. Le 28 juillet, il signe publiquement l'acte entĂ©rinant le budget pour 2009-2010, prĂ©voyant 15,5 milliards d'Ă©conomies et Ă©vitant une hausse des impĂŽts. A cette occasion, il dĂ©clare Ă  la presse : « cela a Ă©tĂ© un budget trĂšs difficile, probablement le plus difficile depuis que je suis en poste ici, Ă  Sacramento Â»[129]. Il annonce alors devoir prendre la responsabilitĂ©, en usant de son droit de veto, de dĂ©crĂ©ter des coupes budgĂ©taires supplĂ©mentaires vis-Ă -vis de programmes sociaux et de santĂ©, les Ă©lus lui ayant envoyĂ© un budget au solde nĂ©gatif et Schwarzenegger estimant nĂ©cessaire d'avoir une rĂ©serve d'argent public pour faire face aux Ă©ventuelles catastrophes naturelles, notamment aux incendies. InterrogĂ© Ă  propos de ces coupes budgĂ©taires supplĂ©mentaires, qui concernent, entre autres, le programme « Healthy Families Â» qui donne une assurance-maladie aux enfants de familles Ă  bas revenus, et l'Office pour la prĂ©vention et le traitement du sida (« Office of AIDS Prevention and Treatment Â»), le gouverneur reconnaĂźt qu'il s'agit de « coupes moches Â» (« ugly cuts Â»), mĂȘme s'il les juge nĂ©cessaires[130].

Le 6 octobre, Schwarzenegger apporte son soutien Ă  Barack Obama pour la rĂ©forme du systĂšme de santĂ© que le prĂ©sident dĂ©mocrate s'efforce mener Ă  bien au niveau fĂ©dĂ©ral, en dĂ©clarant dans un communiquĂ© :

«  Nos principaux objectifs – contenir l'augmentation des dĂ©penses, amĂ©liorer la qualitĂ© des soins et la vie des citoyens, et assurer une reprise Ă©conomique durable – sont aussi les objectifs que poursuit le prĂ©sident [Obama]. J'apprĂ©cie sa collaboration avec les États et encourage nos collĂšgues des deux bords [rĂ©publicains et dĂ©mocrates] au niveau national Ă  avancer pour atteindre ces objectifs vitaux pour le peuple amĂ©ricain[131]. Â»

Le 16 novembre, Arnold Schwarzenegger rend visite aux troupes amĂ©ricaines stationnĂ©es en Irak[132] - comme il l'avait dĂ©jĂ  fait en 2003 - afin de soutenir le moral des soldats, le voyage Ă©tant payĂ© par une association d'hommes d'affaires soutenant le gouverneur de Californie. Le lendemain, 17 novembre, alors qu'il est de passage Ă  Milan, en Italie, Schwarzenegger dĂ©clare Ă  des journalistes qu'il ne se reprĂ©sentera pas Ă  d'autres Ă©lections politiques aprĂšs ĂȘtre arrivĂ© au terme de son second mandat de gouverneur :

«  Je ne me suis jamais pris pour un politicien, je ne me prĂ©senterai donc pas pour quoi que ce soit d'autre.[133] Â»

Année 2010

Le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger, photographié en juin 2010.

Le 1er janvier, dans un message de voeux radiodiffusĂ©, Arnold Schwarzenegger annonce qu'il engagera en 2010 une rĂ©forme fiscale et budgĂ©taire pour doter la Californie « d'une source de revenus plus solide et plus sĂ»re Â», « les systĂšmes budgĂ©taires et fiscaux Â» Ă©tant selon lui « Ă  la source de beaucoup des problĂšmes Â» de l'État californien puisqu'« au fil des ans, ils ont conduit Ă  de grandes fluctuations des recettes [fiscales] et Ă  des dĂ©ficits massifs Â», ainsi qu'« Ă  de douloureuses coupes claires dans les dĂ©penses et Ă  des hausses d'impĂŽts Â» qui brident le « potentiel Â» de l'Ă©conomie californienne[134].

Le 8 janvier, lors de son discours sur l’état de l’État devant le Parlement californien, Schwarzenegger dĂ©clare Ă  nouveau l'Ă©tat d'urgence budgĂ©taire, et propose aux parlementaires de l'État un premiĂšre sĂ©rie de mesures pour faire face Ă  un dĂ©ficit de 19,9 milliards de dollars :

«  Alors que nous entrons dans une nouvelle annĂ©e de dĂ©fis budgĂ©taires, nous devons immĂ©diatement nous concentrer sur les prioritĂ©s de notre État, et penser avant tout aux Californiens.[135] Â»

Le gouverneur de Californie prĂ©voit de baisser de 5% les salaires des fonctionnaires de l'État et d'augmenter de 5% leur contribution Ă  leurs plans de retraite. Il propose Ă©galement aux parlementaires de revoir « les prioritĂ©s de nos dĂ©penses, en rĂ©duisant l'argent des contribuables versĂ© aux prisons et en maintenant le financement des Ă©coles Â», Schwarzenegger souhaitant Ă  la fois maintenir le niveau de financement public dĂ©volu Ă  l'Ă©ducation et revoir le budget des prisons Ă  la baisse en rĂ©duisant notamment la part de ce budget allouĂ©e Ă  la couverture mĂ©dicale des prisonniers. Le gouverneur affirme en outre avoir l'intention de rĂ©clamer Ă  l'État fĂ©dĂ©ral 6,9 milliards de dollars, que Washington « doit Â» Ă  la Californie selon lui, avertissant que si l'État fĂ©dĂ©ral ne paie pas, il devrait alors tailler, entre autres, dans les programmes mĂ©dicaux Ă  destination des enfants dĂ©munis, des familles pauvres, et des malades mentaux, et qu'il devrait Ă©galement baisser encore les salaires des fonctionnaires de 5% supplĂ©mentaires[136].

Le 12 février, Schwarzenegger est à Vancouver, au Canada, pour participer à la cérémonie d'ouverture des XXIes Jeux olympiques d'hiver, à l'occasion de laquelle il fait partie des derniers porteurs de torche lors du traditionnel relais de la flamme olympique[137].

Le 21 fĂ©vrier, prenant le contrepied des Ă©lus rĂ©publicains critiquant le plan de relance Ă©conomique de Barack Obama, Arnold Schwarzenegger, interrogĂ© par la chaĂźne de tĂ©lĂ©vision ABC, affirme que les mesures de ce plan ont permis de crĂ©Ă©r 150.000 emplois en Californie, et dĂ©nonce l'hypocrisie de certains dirigeants de son parti, lesquels attaquent le plan de relance du prĂ©sident dĂ©mocrate tout en acceptant les aides dans leur État :

«  Il y a beaucoup de rĂ©publicains qui s'agitent partout en critiquant le plan et en disant qu'il ne crĂ©e pas d'emplois. Ensuite, ils vont poser pour la photo avec un gros chĂšque en disant: "C'est pas super, tout ça ?" [
] Tout ça, c'est de la politique.[138] Â»

Le 26 avril, Ă  Los Angeles, le gouverneur Schwarzenegger annonce que les lettres gĂ©antes HOLLYWOOD, surplombant la ville, sont dĂ©sormais Ă  l'abri des promoteurs immobiliers. Pour rĂ©unir la somme permettant de racheter les 130 hectares entourant les cĂ©lĂšbres lettres et ainsi « protĂ©ger ces terrains historiques Â», le gouverneur prĂ©cise que les 12,5 millions de dollars nĂ©cessaires au rachat des terrains en question ont Ă©tĂ© rĂ©unis, grĂące Ă  des contributions publiques et privĂ©es : l'État de Californie a participĂ© Ă  hauteur de 3,1 millions de dollars, tandis que les autoritĂ©s locales ont apportĂ© 2,7 millions et les donateurs privĂ©s 6,7 millions, Schwarzenegger remerciant notamment parmi ces donateurs, le cinĂ©aste Steven Spielberg, l'acteur Tom Hanks, la philanthrope Aileen Getty, la fondation du joaillier amĂ©ricain Tiffany, ainsi que les studios de cinĂ©ma hollywoodiens[139].

Le 10 septembre, le gouverneur de Californie part effectuer un voyage en Asie dans le cadre d'une mission commerciale de six jours en Chine, au Japon et en CorĂ©e du Sud. AccompagnĂ© dans ce voyage par prĂšs d'une centaine d'hommes d'affaires des secteurs des hautes technologies, du tourisme et des loisirs, Schwarzenegger entend agir, comme il l'a dĂ©clarĂ© avant son dĂ©part, comme un "chef des ventes" pour la Californie afin d’aider ses entreprises Ă  s’implanter dans des pays Ă  croissance forte comme la Chine. Le 13 septembre, devant des hommes d’affaires Ă  Shanghai, Arnold Schwarzenegger, soucieux de promouvoir la croissance des Ă©changes commerciaux sino-californiens, dĂ©clare espĂ©rer que la Chine investisse dans la construction, prĂ©vue d’ici 2030, d'un rĂ©seau de chemin de fer Ă  grande vitesse en Californie (autour d’un axe principal Los Angeles - San Francisco, et qui transporterait 90 millions de passagers par an) :

« Nous voulons que la Chine investisse dans notre train Ă  grande vitesse, participe Ă  sa construction et au processus d’appel d’offres que nous avons lancĂ©. [
] Beaucoup de pays vont ĂȘtre en concurrence pour construire le TGV. Et nous cherchons aussi des financements en provenance de Chine.[140] Â»

Le 9 octobre, Arnold Schwarzenegger dĂ©bute un voyage de cinq jours en Russie et au Royaume-Uni, avec notamment pour objectif de promouvoir les entreprises de haute technologie de la Silicon Valley. AccompagnĂ© dans son voyage par plusieurs reprĂ©sentants de groupes californiens tels que Google, Intel, Microsoft, Amgen et Bloom Energy, Schwarzenegger rencontre Ă  cette occasion, outre le prĂ©sident russe Dmitri Medvedev, l'ancien chef d'État soviĂ©tique MikhaĂŻl Gorbatchev Ă  Moscou le 12 octobre, puis, deux jours plus tard, le Premier ministre britannique David Cameron Ă  Londres. Ce voyage fait suite notamment Ă  une invitation du prĂ©sident russe Medvedev, ce dernier ayant visitĂ© en juin 2010 la Silicon Valley et ayant exprimĂ© le souhait de crĂ©er un centre d'excellence comparable dans la rĂ©gion de Moscou. Dans un communiquĂ©, Schwarzenegger dĂ©clare :

« L'engagement de la Russie de crĂ©er sa propre plate-forme de haute technologie ne bĂ©nĂ©ficiera pas seulement au peuple et Ă  l'Ă©conomie russes, mais aussi Ă  la Californie. [
] La dĂ©cision des Russes d'avoir leur propre Silicon Valley reprĂ©sente l'opportunitĂ©, pour les compagnies californiennes, d'exporter leurs produits et leurs idĂ©es dans un nouveau territoire, et de gĂ©nĂ©rer des revenus et des emplois pour la Californie.[141] Â»

Le 26 octobre, Ă  une semaine du scrutin devant dĂ©signer son successeur au poste de gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger participe Ă  un dĂ©bat, Ă  Long Beach, avec les deux principaux candidats Ă  sa succession : la rĂ©publicaine Meg Whitman, ancienne dirigeante du site de vente en ligne eBay, et le dĂ©mocrate Jerry Brown, ancien gouverneur de l'État (de 1975 Ă  1983) et ancien maire d'Oakland. Le dĂ©bat a lieu devant plusieurs milliers de femmes rĂ©unies Ă  l'occasion de la Women's Conference, forum organisĂ©e depuis sept ans par l'Ă©pouse de Schwarzenegger, Maria Shriver. Les deux candidats rĂ©publicain et dĂ©mocrate ont pris de la distance vis-Ă -vis du gouverneur sortant lors de la campagne Ă©lectorale, et Arnold Schwarzenegger lui-mĂȘme ne soutient officiellement aucun des deux. Devant l'animateur du dĂ©bat, alors qu'on l'invite Ă  donner malgrĂ© tout sa prĂ©fĂ©rence, Schwarzenegger confirme sa neutralitĂ© :

« Je pense que nous avons deux grands candidats : nous serions fiers que Meg [Whitman] devienne la premiĂšre femme gouverneur de Californie et Jerry [Brown] a Ă©tĂ© un grand serviteur de l'État toute sa vie. Rappelez-moi le lendemain du scrutin, et je vous dirai pour qui j'ai votĂ©.[142] Â»

Le 2 novembre, l'Ă©lection du successeur d'Arnold Schwarzenegger au poste de gouverneur de Californie coĂŻncide avec un rĂ©fĂ©rendum Ă  l'occasion duquel les Californiens doivent se prononcer sur la "Proposition 23". Cette "Prop 23", soutenue par les compagnies pĂ©troliĂšres, suggĂšre que la loi californienne "AB 32" votĂ©e en 2006 pour limiter les Ă©missions de gaz Ă  effet de serre, ne soit appliquĂ©e que si le taux de chĂŽmage en Californie est infĂ©rieur ou Ă©gal Ă  5,5% pendant douze mois d'affilĂ©e, ce qui reviendrait Ă  reporter sine die son application. Schwarzenegger ayant Ă©tĂ© l'artisan de la loi environnementale "AB 32", le gouverneur sortant apparait comme jouant au moins en partie son bilan sur ce rĂ©fĂ©rendum[143]. Il reçoit, dans ce contexte, le notable soutien mĂ©diatique de son ami le cinĂ©aste James Cameron, aux cĂŽtĂ©s duquel Schwarzenegger apparait dans un message vidĂ©o du rĂ©alisateur en faveur du "Non" Ă  la "Prop 23"[144]. Les Ă©lecteurs californiens rejettent finalement la "Proposition 23" Ă  plus de 57%[145]. Dans un communiquĂ©, au soir de la journĂ©e Ă©lectorale, Arnold Schwarzenegger se fĂ©licite du rĂ©sultat du rĂ©fĂ©rendum :

« La tentative de suspendre [la loi] AB 32 Ă©tait l'Ɠuvre des compagnies pĂ©troliĂšres cupides du Texas, qui ne voulaient rien d'autre que continuer Ă  polluer notre État. Aujourd'hui, les Ă©lecteurs de Californie ont su voir Ă  travers le rideau de fumĂ©e de ces compagnies nausĂ©abondes et ont rejetĂ© leur tentative de faire revenir notre État en arriĂšre. [
] Des politiques audiacieuses et innovantes comme [la loi] AB 32 ont fait de la Californie un leader mondial en matiĂšre d'Ă©nergie renouvelable, d'emplois verts et de protection de l'environnement.[146] Â»

Le 3 novembre, alors que le dĂ©mocrate Jerry Brown a finalement Ă©tĂ© Ă©lu la veille 39e gouverneur de Californie - dans un contexte d'Ă©lections nationales de mi-mandat pourtant favorable aux rĂ©publicains -, Arnold Schwarzenegger adresse, dans un communiquĂ© de presse, ses fĂ©licitations Ă  son futur successeur pour sa victoire tout en assurant faire en sorte que la transition avant la passation des pouvoirs en janvier 2011 se passe au mieux :

« Jerry [Brown] a dĂ©montrĂ© son engagement envers le peuple de Californie pendant toute une vie de service public en tant que gouverneur, maire d'Oakland et procureur gĂ©nĂ©ral, et je m'engage Ă  travailler avec sa nouvelle administration pour assurer la transition la plus efficace et paisible possible du pouvoir pour le peuple de Californie.[147] Â»

Le 3 janvier 2011, Arnold Schwarzenegger quitte ses fonctions de gouverneur de Californie, aprÚs les avoir exercées pendant sept ans[148].

Particularités

  • Durant la premiĂšre guerre du golfe, il s'investit fortement pour faire parvenir des machines de musculation aux soldats amĂ©ricains stationnĂ©s en Arabie Saoudite dans l'ennuyeuse attente de l'attaque contre l'Irak.[rĂ©f. souhaitĂ©e]
  • En 1999, il a participĂ© Ă  Smackdown, une Ă©mission de la WWE, oĂč il a donnĂ© un coup de poing au lutteur Triple H lors de l'Ă©vĂ©nement principal.
  • Il a achetĂ© l'un des premiers Hummers destinĂ©s Ă  un usage civil en 1992. Ce modĂšle Ă©tait si grand (2900 kg et 2,1 m de large) qu'il Ă©tait classĂ© dans les poids lourds. Durant sa campagne pour le poste de gouverneur, il avait annoncĂ© qu'il convertirait un de ses Hummers pour qu'il fonctionne Ă  l'hydrogĂšne, ce qu'il fit en octobre 2004[149].
  • En avril 2004, lors de vacances Ă  HawaĂŻ (Maui), il vient en aide Ă  un bodyboardeur pris de crampe et ne pouvant plus nager, il le ramĂšne sur la plage Ă©loignĂ©e d'une centaine de mĂštres[150].
  • Il est apparu avec l'acteur Jackie Chan, dans une annonce tĂ©lĂ©visĂ©e destinĂ©e Ă  lutter contre le piratage[151].
  • Dans le film Last Action Hero, durant le gĂ©nĂ©rique de « Jack Slater 4 Â», c'est le nom de Franco Colombu, le bodybuilder, ami et associĂ© d'Arnold dans l'immobilier lors de sa jeunesse, qui est donnĂ© pour la rĂ©alisation.
  • En mars 2008, Clint Eastwood, fervent dĂ©fenseur des causes environnementales, s’oppose Ă  la construction d’une route Ă  pĂ©age dans un parc du sud de la Californie alors qu'Arnold Schwarzenegger dĂ©fend le projet. Pour clore le dĂ©bat, Schwarzenegger dĂ©cide de mettre fin au mandat de Clint Eastwood comme membre de la commission des parcs californiens[152],[153].

Notes et références

  1. ↑ Sullivan Andrew, « Time Magazine: Time 100: Heroes & Icons: Arnold Schwarzenegger Â», TIME, 2004. ConsultĂ© le 25 fev 2008
  2. ↑ Kennedy, Jr. Robert F, « Leaders & Revolutionaries: Arnold Schwarzenegger Â», TIME, 2007. ConsultĂ© le 25 fev 2008
  3. ↑ (fr) Cannes: Schwarzenegger reçoit la LĂ©gion d'honneur sur http://www.nicematin.com/. Mis en ligne le 4 avril 2011, consultĂ© le 5 avril 2011
  4. ↑ a et b Arnold Schwarzenegger - California's Austrian Governor, German.about.com. ConsultĂ© le 16 fĂ©vrier 2008
  5. ↑ a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Time of his life, Schwarzenegger.com. ConsultĂ© le 16 fĂ©vrier 2008
  6. ↑ a, b, c et d (en) Nigel Andrews, True Myths of Arnold Schwarzenegger, New York, Bloomsbury, 2003 (ISBN 978-1-58234-465-2) (OCLC 53459083) (LCCN 2003025116) 
  7. ↑ a et b Xan Brooks, « The Governator Â», The Guardian, 2003-08-08. ConsultĂ© le 18 fĂ©vrier 2008
  8. ↑ Xan Brooks, « Records: Arnold's father was member of Nazi storm troops Â», USA Today, 2003-08-24. ConsultĂ© le 18 fĂ©vrier 2008
  9. ↑ Xan Brooks, « Arnie: I was abused as a child Â», The Daily Mail, 2004-08-04. ConsultĂ© le 18 fĂ©vrier 2008
  10. ↑ Xan Brooks, « Arnold Schwarzenegger: Mr. Olympia — 1970 – 1975, 1980 Â», BodyBuild.com, 2003-08-24. ConsultĂ© le 18 fĂ©vrier 2008
  11. ↑ a, b, c et d (en) Wendy Leigh, Arnold: An Unauthorized Biography, Pelham, 1990 (ISBN 978-0-7207-1997-0) (OCLC 26355162) 
  12. ↑ Dying to Be Arnie, Arnoldexposed.com (The Observer), October 31, 2004. ConsultĂ© le 18 fĂ©vrier 2008
  13. ↑ Note : Plus tard, Arnold et le producteur du film revinrent sur ces propos et dirent que cette histoire avait Ă©tĂ© inventĂ©e afin de montrer jusqu'Ă  quelles extrĂ©mitĂ©s un sportif de haut niveau pouvait aller, et pour donner une image d'homme froid et mĂ©canique Ă  Arnold, afin de faire de la publicitĂ© avant la sortie du film. Interview in Pumping Iron - 25th Anniversary Édition DVD extras
  14. ↑ a et b Arnold's perspectives, www.schwarzenegger.com, October 3, 2001. ConsultĂ© le 25 fev 2008
  15. ↑ a, b et c Mr everything "I want to be the best-built man in the world!", Schwarzenegger.com. ConsultĂ© le 18 fĂ©vrier 2008
  16. ↑ The girl who can't escape Arnie, telegraph.co.uk, 2003. ConsultĂ© le 16 fĂ©vrier 2008
  17. ↑ Arnie's ex-girlfriend pens memoir, news.bbc.co.uk, 2003. ConsultĂ© le 16 fĂ©vrier 2008
  18. ↑ Lance Williams, « Actor's old flame says he's a great guy Â», San Francisco Chronicles, 2003. ConsultĂ© le 16 fĂ©vrier 2008. « She recalled the young Schwarzenegger as "a joyful personality, totally charismatic, adventurous and athletic." He loved California, she said, describing him as enthralled with the economic opportunities it offered in comparison to his homeland. By the time they broke up, Schwarzenegger was clearly on his way to becoming a film star and for a time he became "insufferable -- classically conceited -- the world revolved around him," she said. Â»
  19. ↑ Catherine Elsworth, « Arnie puts his weight behind ex-lover's tell-all memoir Â», telegraph.co.uk, 2006. ConsultĂ© le 16 fĂ©vrier 2008
  20. ↑ Maria Owings Shriver Wed To Arnold Schwarzenegger, query.nytimes.com, 1986. ConsultĂ© le 16 fĂ©vrier 2008
  21. ↑ Eric Pace, « Chronicles July 24, 1991 Â», query.nytimes.com, 1991. ConsultĂ© le 16 fĂ©vrier 2008
  22. ↑ Nadine Brozan, « Chronicles September 21, 1993 Â», query.nytimes.com, 1993. ConsultĂ© le 16 fĂ©vrier 2008
  23. ↑ Nadine Brozan, « Chronicles September 30, 1997 Â», query.nytimes.com, 1997. ConsultĂ© le 16 fĂ©vrier 2008
  24. ↑ http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/05/10/97001-20110510FILWWW00322-le-couple-schwarzenegger-se-separe.php
  25. ↑ Cf. L'Ă©pouse d'Arnold Schwarzenegger demande le divorce, dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 2 juillet 2011, 10h53.
  26. ↑ Ask Arnold, May/June, 2000, www.schwarzenegger.com. ConsultĂ© le 8 mars 2008. « During the peak of my career my calves were 20 inches, thighs 28.5 inches, waist 34 inches, chest 57 inches and 22 inch arms. (Note : 1 pouce = 25,4 mm.) Â»
  27. ↑ a, b et c History of the Mr. Olympia, www.ifbbpro.com. ConsultĂ© le 8 mars 2008
  28. ↑ Awards for Stay Hungry (1976), www.imdb.com. ConsultĂ© le 8 mars 2008. « 1977 Golden Globe - Best Acting Debut in a Motion Picture - Male - Arnold Schwarzenegger. Â»
  29. ↑ Trivia for Hercules in New York sur imdb.com
  30. ↑ Ask Arnold, January 2000, www.schwarzenegger.com
  31. ↑ Archive vidĂ©o de l'INA, juin 1977.
  32. ↑ Timeline Arnold Schwarzenegger: a biography. Par Louise Krasniewicz, Michael Blitz. Greenwood biographies. Greenwood Publishing Group, 2006. ISBN 0-313-33810-8, 9780313338106.
  33. ↑ Biographie d'Arnold Schwarzenegger, Internet Movie Database. ConsultĂ© le 16 fĂ©vrier 2008
  34. ↑ http://www.boxofficemojo.com/people/chart/?id=arnoldschwarzenegger.htm
  35. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichacteur.php?id=29&affich=france&deplier2=yes
  36. ↑ a et b http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=conanthebarbarian.htm
  37. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=7054
  38. ↑ http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=conanthedestroyer.htm
  39. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=6630
  40. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=terminator.htm
  41. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=6607
  42. ↑ a et b http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=6443
  43. ↑ http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=redsonja.htm
  44. ↑ a et b http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=commando.htm
  45. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=6394
  46. ↑ http://www.imdb.fr/title/tt0091828/business
  47. ↑ http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=rawdeal.htm
  48. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=6195
  49. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=predator.htm
  50. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=5955
  51. ↑ a, b, c, d et e http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=runningman.htm
  52. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=5978
  53. ↑ http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=redheat.htm
  54. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=5726
  55. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=5716
  56. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=totalrecall.htm
  57. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=5277
  58. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=kindergartencop.htm
  59. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=5280
  60. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=terminator2.htm
  61. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=5029
  62. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=lastactionhero.htm
  63. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=4535
  64. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=truelies.htm
  65. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=4260
  66. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=junior.htm
  67. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=4281
  68. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=eraser.htm
  69. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=3684
  70. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=jinglealltheway.htm
  71. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=3722
  72. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=batmanrobin.htm
  73. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=3383
  74. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=endofdays.htm
  75. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=2732
  76. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=6thday.htm
  77. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=2433
  78. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=collateraldamage.htm
  79. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=1864
  80. ↑ a, b et c http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=terminator3.htm
  81. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=1408
  82. ↑ a, b, c, d, e et f http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=aroundtheworldin80days.htm
  83. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=1111
  84. ↑ http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=10733
  85. ↑ BMW World - Hybrid
  86. ↑ Cf. "ARNOLD SAYS: CALIFORNIA WANTS YOUR BUSINESS", communiquĂ© du Bureau du gouverneur de Californie, 4 aoĂ»t 2004.
  87. ↑ Paris Match n°2929 du 7 au 13 juillet 2005, p.63.
  88. ↑ Sondage SurveyUSA portant sur 600 rĂ©sidents de chaque État rĂ©alisĂ© du 9 au 11 dĂ©cembre 2005. Marge d'erreur de 4%
  89. ↑ « La Californie s'engage Ă  rĂ©duire les Ă©missions de gaz Ă  effet de serre Â», dĂ©pĂȘche AFP dans Le Monde, 31/08/2006, [lire en ligne]
  90. ↑ (en) « Landmark deal on greenhouse gas emissions Â» dans le San Francisco Chronicle du 30/08/2006, [lire en ligne]
  91. ↑ Marc Lifsher, « Gov. Reaches Landmark Deal on Greenhouse Gas Émissions Â» dans le Los Angeles Times, du 30/08/2006, [lire en ligne]
  92. ↑ « Le NYT choisit Hillary Clinton et le Los Angeles Times Schwarzenegger Â», dĂ©pĂȘche AFP dans Le Monde, 15/10/2006, [lire en ligne]
  93. ↑ San Francisco Bay Area : comtĂ©s de San Francisco, Sonoma, Marin, Napa, Solano, Contra Costa, Alameda, San Mateo et Santa Clara.
  94. ↑ Other Southern California : comtĂ©s de San Diego, Orange, San Bernardino et Riverside.
  95. ↑ Central Valley : comtĂ©s de Kern, Tulare, Kings, Fresno, Madera, Merced, Stanislaus, San Joaquin, Sacramento, El Dorado, Placer, Yolo, Sutter, Yuba, Colusa, Glenn, Butte, Tehama et Shasta.
  96. ↑ http://www.joinarnold.com/ "JoinArnold.com"
  97. ↑ a et b Armelle Vincent, « Comment Terminator est devenu le gĂ©ant vert Â», dans GĂ©o (magazine), n°377, mars 2007, p.34
  98. ↑ « Schwarzenegger a reconquis Hollywood Â», Le Figaro, 31/10/2006, [lire en ligne]
  99. ↑ L'État de l'Utah et les provinces canadiennes du Manitoba et de la Colombie-Britannique se sont joints Ă  l'Initiative par la suite, durant l'annĂ©e 2007.
  100. ↑ CitĂ© dans une dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 25 juin 2007, 21:17.
  101. ↑ CitĂ© dans une dĂ©pĂȘche de l'agence de presse Reuters, 25 juin 2007, 20:02.
  102. ↑ Cf. Didier Roux, dir., L'annĂ©e 2007 dans "Le Monde", coll. "Folio actuel", Paris, Gallimard, 2008, p.374-375.
  103. ↑ Cf. Didier Roux, dir., L'annĂ©e 2007 dans "Le Monde", op.cit., p.405.
  104. ↑ Cf. Didier Roux, dir., L'annĂ©e 2008 dans "Le Monde", coll. "Folio actuel", Paris, Gallimard, 2009, p.25.
  105. ↑ Cf. "Governor's benefactors are named - California State Protocol Foundation funds Schwarzenegger's jets and luxury suites. Members get tax breaks", article de Michael Rothfeld, in Los Angeles Times, 7 dĂ©cembre 2007 [lire en ligne].
  106. ↑ Cf. "In California, a House Divided Stands Strong", par Jennifer Steinhauer, in The New York Times, 13 juin 2008, repris dans Courrier International n°920, 19 juin 2008, sous le titre "ScĂšnes de mĂ©nage politiques chez les Schwarzenegger" [lire en ligne].
  107. ↑ Cf. "Schwarzenegger promulgue enfin la loi budgĂ©taire de Californie", dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 23 septembre 2008 [lire en ligne].
  108. ↑ [lire en ligne]
  109. ↑ [lire en ligne]
  110. ↑ CitĂ© dans une dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 3 novembre 2008, 7:28.
  111. ↑ CitĂ© dans une dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 9 novembre 2008, 23:11.
  112. ↑ Cf. Didier Roux, dir., L'annĂ©e 2008 dans "Le Monde", op.cit., p.397.
  113. ↑ CitĂ© dans une dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 18 novembre 2008, 22:33.
  114. ↑ Cf. DĂ©pĂȘche de l'agence Reuters, 20 dĂ©cembre 2008, 02h53.
  115. ↑ CitĂ© dans une dĂ©pĂȘche de l'agence Reuters, 15 janvier 2009, 20h38.
  116. ↑ CitĂ© dans une dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 26 janvier 2009, 18h12.
  117. ↑ Cf. "Schwarzenegger espĂšre sauver la Californie de la faillite", article de Flore Galaud sur le site du journal Le Figaro, lefigaro.fr, 2 fĂ©vrier 2009.
  118. ↑ CitĂ© in « La Californie en rĂ©cession vote des mesures drastiques Â», article de Claudine Mulard paru dans l'Ă©dition du journal Le Monde du 22 fĂ©vrier 2009.
  119. ↑ CitĂ© dans une dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 2 mars 2009, 19h37.
  120. ↑ CitĂ© dans une dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 17 mars 2009, 15h55.
  121. ↑ CitĂ© dans une dĂ©pĂȘche de l'agence Reuters, 6 mai 2009, 05h01.
  122. ↑ CitĂ© in « Les États-Unis accĂ©lĂšrent la conversion de leur industrie automobile aux "voitures propres" Â», article de Pierre de Gasquet du journal Les Échos, 20 mai 2009.
  123. ↑ CitĂ© dans une dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 20 mai 2009, 10h40.
  124. ↑ Cf. dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 2 juin 2009, 20h33.
  125. ↑ Cf. dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 13 juin 2009, 08h20.
  126. ↑ Cf. dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 2 juillet 2009, 13h52.
  127. ↑ Cf. dĂ©pĂȘche de l'agence de presse Reuters, 25 juillet 2009, 02h51.
  128. ↑ Cf. « Le CongrĂšs californien adopte le dernier budget du gouverneur Schwarzenegger Â», article de Claudine Mulard paru dans l'Ă©dition du journal Le Monde du 26 juillet 2009.
  129. ↑ Cf. « Gov. Schwarzenegger Signs Budget to Solve $24 Billion Deficit Â», discours du 28 juillet 2009.
  130. ↑ Cf. « Gov. Schwarzenegger Signs Budget to Solve $24 Billion Deficit Â», rĂ©ponses aux questions aprĂšs signature du budget, 28 juillet 2009.
  131. ↑ Cf. « Schwarzenegger apporte son soutien Ă  Obama sur la rĂ©forme du systĂšme de santĂ© Â», sur le site du journal Le Monde, LeMonde.fr, 6 octobre 2009, 19h16, et « Governor Schwarzenegger Issues Statement on National Push for Health Care Reform Â», communiquĂ© du Bureau du gouverneur de Californie, 6 octobre 2009.
  132. ↑ Cf. « Schwarzenegger joue la star de cinĂ©ma en Irak Â», sur le site du journal Le Monde, LeMonde.fr, 16 novembre 2009, 20h34.
  133. ↑ Cf. « Gov. Schwarzenegger says he won't run for office after his second term ends Â», sur le site du journal Los Angeles Times, 18 novembre 2009, 11h35.
  134. ↑ Cf. dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 2 janvier 2010, 07h49.
  135. ↑ CitĂ© in "Californie: Schwarzenegger dĂ©clare l'Ă©tat d'urgence budgĂ©taire", dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 8 janvier 2010, 22h59.
  136. ↑ Cf. dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 8 janvier 2010, 22h59, op. cit..
  137. ↑ Cf. « La flamme olympique, premiĂšre star des Jeux de Vancouver Â», sur le site du journal Le Monde, LeMonde.fr, 12 fĂ©vrier 2010, 15h36.
  138. ↑ CitĂ© in "Arnold Schwarzenegger fan du plan de relance d'Obama", dĂ©pĂȘche de l'agence de presse Reuters, 21 fĂ©vrier 2010, 18h31.
  139. ↑ Cf. dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 26 avril 2010, 19h16.
  140. ↑ CitĂ© in "Arnold Schwarzenegger invite la Chine Ă  construire un TGV en Californie", dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 13 septembre 2010, 13h17.
  141. ↑ CitĂ© in "Schwarzenegger en Russie pour promouvoir la haute technologie californienne", dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 10 octobre 2010, 10h10.
  142. ↑ CitĂ© in "En Californie, les candidats au poste de gouverneur dĂ©battent devant Schwarzenegger", article de Claudine Mulard paru sur le site du journal Le Monde, LeMonde.fr, 27 octobre 2010, 12h48 (mis Ă  jour le 28 octobre 2010, 16h03).
  143. ↑ Cf. "Schwarzenegger joue son bilan sur la «Proposition 23»", article de Philippe Gelie sur le site du journal Le Figaro, lefigaro.fr, 29 octobre 2010.
  144. ↑ Cf. "A Message from James Cameron: Vote NO on 23" Video YouTube
  145. ↑ Cf. "Les Californiens dĂ©fendent leur ambitieuse loi sur les gaz Ă  effet de serre", dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 3 novembre 2010, 15h46.
  146. ↑ Cf. « Gov. Schwarzenegger Applauds California Voters for Defeating Proposition 23 Â», communiquĂ© de presse, 2 novembre 2010.
  147. ↑ Cf. « Gov. Schwarzenegger Congratulates Attorney General Jerry Brown on Election Victory Â», communiquĂ© de presse, 3 novembre 2010.
  148. ↑ Cf. "Arnold Schwarzenegger tourne la page de son rĂŽle de « Governator Â»", dĂ©pĂȘche de l'Agence France-Presse, 3 janvier 2010, 07h49.
  149. ↑ Hummer delivers the first H2H (Hydrogen Hummer) in October 2004 to Governor Schwarzenegger. Trucks.about.com
  150. ↑ News story: drowning man
  151. ↑ Video Google
  152. ↑ Batiactu- info, emploi, moteur de recherche BTP & immobilier
  153. ↑ Arnold Schwarzenegger Replaces Clint Eastwood And Bobby Shriver On California Parks Board |Sky News|World News

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • (fr) Armelle Vincent, « Comment Terminator est devenu le gĂ©ant vert Â», dans GĂ©o, n°377, mars 2007, p. 34-39

Liens externes

Voir aussi

Précédé par Arnold Schwarzenegger Suivi par
Gray Davis
Seal of California.svg
Gouverneur de Californie
2003 - 2011
Jerry Brown


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Arnold Schwarzenegger de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Arnold Schwarzenegger — en 2010. 38Âș gobernador d 
   Wikipedia Español

  • Arnold Schwarzenegger — (2007) Arnold Alois Schwarzenegger (* 30. Juli 1947 in Thal) ist ein US amerikanischer Schauspieler und Politiker österreichischer Herkunft. Er war von November 2003 bis Januar 2011 der 38. Gouverneur von Kalifornien. Vor seiner polit 
   Deutsch Wikipedia

  • Arnold Schwarzenegger — Schwarzenegger in January 2010 
   Wikipedia

  • Arnold Schwarzenegger — Arnold Alois Schwarzenegger (1947 ), fisicoculturista, actor y polĂ­tico austrĂ­aco nacionalizado estadounidense, actualmente es el gobernador de California 
   Enciclopedia Universal

  • Arnold Schwarzenegger — ➡ Schwarzenegger * * * 
   Universalium

  • Arnold Schwarzenegger — noun A muscleman. See Also: Ahhnold, Schwarzenegger 
   Wiktionary

  • Arnold Schwarzenegger — 
   ВоĐșĐžĐżĐ”ĐŽĐžŃ

  • Arnold Schwarzenegger filmography — Arnold Schwarzenegger filmography{| border= 2 cellpadding= 4 cellspacing= 0 style= margin: 1em 1em 1em 0; background: #f9f9f9; border: 1px #aaa solid; border collapse: collapse; font size: 95%; bgcolor= #CCCCCC align= center ! Year !! Title !!… 
   Wikipedia

  • Arnold-Schwarzenegger-Stadion — UPC Arena Daten Ort Graz, Österreich 
   Deutsch Wikipedia

  • Arnold Schwarzenegger-Stadion Graz Liebenau — UPC Arena Daten Ort Graz, Österreich 
   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.