Pietro Gradenigo

ÔĽŅ
Pietro Gradenigo
Blason de Pietro Gradenigo

Pietro Gradenigo (n√© en 1251 √† Venise ‚Äď mort dans la m√™me ville le 13 ao√Ľt 1311) est le 49e doge de Venise, √©lu en 1289.

Sommaire

Biographie

La personnalité

Pietro Gradenigo est le fils de Marc. Il est un important homme politique, r√©solu et d√©cid√©, pr√™t √† s'opposer au pape et imposer le bon vouloir de Venise aux villes les plus faibles. Pendant son mandat, par la dite Serrata del Maggior Consiglio (28 f√©vrier 1297), la charge des conseillers majeurs devient h√©r√©ditaire ce qui par la suite provoquera deux tentatives de coup d'√Čtat de la part des ¬ę bourgeois ¬Ľ exclus (Marin Bocconio, 1299 ou 1300 et Bajamonte Tiepolo, 1310). En 1310 suite √† ces conjurations, le conseil des Dix (Consiglio dei Dieci) est cr√©√©. Sous son r√®gne, la r√©publique risque de disparaitre au cours d'une guerre civile d√©vastatrice mais ses adversaires battus, il r√©ussit √† calmer la situation √† faire gagner sa faction qui fa√ßonne Venise dans un sens oligarchique.

Sa vie

Pietro Gradenigo appartient √† une famille qui remonte √† celles dites ¬ę apostoliques ¬Ľ (les douze qui selon la tradition v√©nitienne √©lurent le premier doge) et donc, politiquement, il appartient au parti conservateur qui souhaite limiter l'acc√®s des nouvelles familles de notables au Grand Conseil (Maggior Consiglio). Cette position lui vaut l'antipathie d'une partie de la population qui voit en lui un homme de pouvoir.

√Ä la mort du doge Giovanni Dandolo en 1289, malgr√© son jeune √Ęge, il r√©ussit √† se faire √©lire apr√®s une longue lutte contre Lorenzo Tiepolo, descendant direct des doges Lorenzo Tiepolo et Jacopo Tiepolo et repr√©sentant des classes ¬ę mineures ¬Ľ, qui est √©lu par le peuple mais pas officiellement. Tiepolo, pour √©viter une guerre civile, pr√©f√®re se retirer mais cette opposition se maintiendra jusqu'au complot de 1310.

Gradenigo est marié à Tommasina Morosini.

Le dogat

Pietro Gradenigo agenouillé devant Saint-Marc.

Le d√©but du dogat, est assez agit√© et rapidement le peuple affuble Pietro du surnom p√©joratif de ¬ę Pierazzo ¬Ľ. De plus, le guerre contre G√™nes reprend (1294 ‚Äď 1299) accompagn√© de la crise des march√©s orientaux. Alors que la guerre se poursuit avec des r√©sultats mitig√©s, le conflit latent qui avait d√©but√© en 1286 explose en 1296 avec la proposition de r√©duire l'accession au conseil majeur afin de s√©lectionner ses membres en excluant les classes moyennes qui commencent √† prendre de l'importance. Les plus grands opposants sont les derniers entr√©s qui perdent la possibilit√© d'acc√©der aux charges importantes. Au cours de la s√©ance du 28 f√©vrier 1297, dite Serrata del Maggior Consiglio, seuls sont admis ceux qui ont si√©g√© au cours des quatre ann√©es pr√©c√©dentes et les descendants de ceux en avait fait partie jusqu'en 1172. Si apr√®s l'approbation de la mesure, une tr√™ve politique s'amorce, rapidement la contestation reprend apr√®s la lourde d√©faite militaire qui a lieu √† Curzola le 8 septembre 1298 contre les G√©nois. La paix de 1299, assez contraignante, touche √©conomiquement les classes moyennes d√©j√† atteinte politiquement par la serrata. Tout ceci conduit √† une crise politico‚Äďinstitutionnelle.

La crise et la premier conjuration: Marin Bocconio, 1300

En 1300, selon la chronique, quelques nobles exclus du pouvoir et touch√©s par les r√©cents √©v√®nements, d√©cident de renverser le doge : l'un d'entre eux Marin Bocconio s'offre d'entrer au conseil majeur et d'exterminer tous les chefs de la faction conservatrice. Gr√Ęce √† un informateur, le gouvernement √©vente le complot et arr√™te les conjur√©s, par cette action, le m√©contentement est renforc√© et la contestation devient plus forte. D'un c√īt√© il y a d√©sormais les familles Querini ‚Äď Tiepolo soutenues par les familles mineures, de l'autre les nobles conservateurs. Ces tensions internes se r√©percutent sur la politique ext√©rieure, la guerre s'engage, en 1308 contre la papaut√©, pour des questions de fronti√®res.

La seconde conjuration: Bajamonte Tiepolo, 1310

En 1309, pendant la guerre en Romagne contre le pape, le commandant Marco Querini permet aux troupes ennemis de conqu√©rir un pr√©cieux point d'appui (Castel Tebaldo, 28 ao√Ľt 1309) et de gagner la guerre. Traduit √† Venise pour √™tre jug√©, il re√ßoit l'appui de Bajamonte Tiepolo et du clerg√©. Pietro Gradenigo est partisan d'une condamnation exemplaire de son adversaire politique. Rapidement, on arrive √† des violences physiques lors d'une s√©ance au conseil majeur qui, aux mains des conservateurs, tiennent pour responsable les Querini. Cette situation, insoutenable aussi bien politiquement que moralement conduit √† un second complot. Cette fois, Bajamonte Tiepolo, apparent√© aux fameux doges et homme respect√© et aim√© des diff√©rentes couches sociales prend la t√™te du complot auquel s'unissent toutes les plus grandes et importantes familles populaires et de la basse noblesse. Il est d√©cid√© d'agir la nuit des 14 et 15 juin 1310 en occupant les points n√©vralgiques de la ville et en massacrant les ennemis dont le doge. Quelques heures avant d'agir, une fuite se produit et le doge, selon certains r√©cits, emm√®ne une colonne de d√©fenseurs place Saint-Marc pendant que des escouades interceptent et massacrent les rebelles. La d√©faite des conjur√©s est totale et seul Tiepolo r√©ussit √† s'√©chapper et √† s'exiler. Curieusement la r√©pression, qui pouvait √™tre violente, fut assez limit√©e et peu de gens furent condamn√©es. Suite √† ce complot, le 10 juillet 1310, le conseil des Dix est cr√©√© avec la charge de d√©couvrir et r√©primer les complots.

Les dernières années de vie

Pietro Gradenigo, victorieux, profita peu temps de sa victoire, en effet le 13 ao√Ľt 1311, √† un peu moins de 60 ans, il meurt subitement. Il est enterr√© √† Murano.

Symbole de l'oligarchie pendant l'occupation napol√©onienne, sa s√©pulture fut viol√©e et son crane, fix√© sur un b√Ęton, fut promen√© dans la ville en signe de d√©rision.

Anecdote

Hergé, dans le Sceptre d'Ottokar fait référence au doge, page 2, quand le professeur Halambique montre sa collection de sceaux pour expliquer à Tintin ce qu'est la sigillographie.


Précédé par Pietro Gradenigo Suivi par
Giovanni Dandolo
Doge de Venise
Marino Zorzi

Sources



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pietro Gradenigo de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pietro Gradenigo ‚ÄĒ was the 49th Doge of Venice, reigning from 1289 to 1311. During his reign Bajamonte Tiepolo led a plot, put into effect on 14 June 1310, to overthrow the Grand Council of Venice and Gradenigo. During the failed rebellion, the Rialto Bridge was… ‚Ķ   Wikipedia

  • Pietro Gradenigo ‚ÄĒ Wappen Pietro Gradenigos Pietro Gradenigo (‚Ć 13. August 1311) war der 49. Doge von Venedig. Er regierte von 1289 bis 1311. Gradenigo betrieb mit Nachdruck Reformen im politischen System der Stadt. Die serrata, die Schlie√üung des gro√üen Rates,… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Pietro II Orseolo ‚ÄĒ was the Doge of Venice from 991 to 1009. He began the period of eastern expansion of Venice that lasted for the better part of 500 years. He secured his influence in the Dalmatian Romanized settlements from the Croats and Paganians, freed Venetia ‚Ķ   Wikipedia

  • Pietro I Candiano ‚ÄĒ Pietro Ier Candiano Pietro Candiano (n√© vers 842, mort en 887) est le 16e doge de Venise. Biographie Pietro Candiano est le successeur de Giovanni II Participazio qui a abdiqu√© apr√®s six ann√©es de gouvernement de la r√©publique, il est √©lu par… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Pietro ziani (doge) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Pietro Ziani et Ziani. Pietro Ziani est le 42e doge de Venise, √©lu en 1205. Pietro Ziani est le fils du doge Sebastian Ziani et un √©minent homme √©tat. Pour son √©lection, il prend le risque de provoquer une guerre ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Pietro Barbolano ‚ÄĒ est le 28e doge de Venise √©lu en 1026. Il est √©lu par l assembl√©e des nobles apr√®s la d√©position de son pr√©d√©cesseur, Ottone Orseolo. Les dates de sa naissance et de sa mort sont inconnues. Biographie Pietro Barbolano est le descendant d une… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Pietro Grimani ‚ÄĒ (Venise, 5 octobre 1677 ‚Äď Venise, 7 mars 1752) est le 115e doge de Venise √©lu en 1741. Sous son dogat, comme sous celui de tant de doges du XVIIIe si√®cle, il ne se produit pas de grands √©v√®nements qui impliquent la Venise. Biographie Pietro… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Gradenigo ‚ÄĒ ist der Familienname folgender Personen: Agostino Gradenigo (‚Ć 1629), Patriarch von Aquileia Bartolomeo Gradenigo (Doge) (1259/1260‚Äď1342), Doge von Venedig Bartolomeo Gradenigo (Bischof) (‚Ć 1695), Bischof von Concordia (1667/1668), Treviso (1668… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Pietro III Candiano ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Candiano. Blason des Candiano. Pietro III Candiano est le 21e doge de Venise √©lu en 942 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Pietro II Orseolo ‚ÄĒ  Ne doit pas √™tre confondu avec Pietro Orseolo. Pietro II Orseolo est le 26e doge de Venise. Il gouverne la R√©publique de Venise jusqu en 1009, date √† laquelle il est remplac√© par son fils Ottone Orseolo ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.