Peplum


Peplum

Péplum

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Péplum (homonymie).
Cinéma
Eight (film start) cropped2.jpg
Analyse et esthétique
Les festivals, cérémonies et prix
L'histoire
Le portail

Le péplum (mot latin, emprunté au mot grec ancien peplos signifiant « tunique »), est l'un des genres du cinéma.

Le mot « péplum » a peut-être été employé, pour la première fois, en référence au film La Tunique (1953) ou bien par des habitués du Ciné-club Nickelodéon dans les années 1950.

Depuis le début des années 1950, grâce aux productions italiennes et américaines, ce mot désigne les films dont l'action se situe historiquement dans l'Antiquité et, en particulier, celle de la Rome Antique, de la Grèce antique (et mythologique) et de l'Égypte antique. Il existe aussi des péplums bibliques basés sur l'Ancien ou le Nouveau Testament.

Selon Claude Aziza, maître de conférences honoraire de langue et littérature latines à l'université La Sorbonne Nouvelle-Paris III, les recherches des occurrences du mot dans la presse et la littérature indiquent une apparition en 1963 dans un milieu cinéphile lié au metteur en scène Bertrand Tavernier.[1]

Dans le numéro 68 de CinémAction (3e trimestre 1993) consacré au Panorama des genres au cinéma, Claude Aziza proposait une ébauche de définition du péplum : « On surnommera péplum tout film dont le sujet se passe dans une Antiquité qu'on fera commencer à la période biblique et terminer à l'aube du Haut Moyen Âge. »

Sommaire

Du cinéma muet jusqu'à la Seconde Guerre mondiale

Le péplum italien
À l'époque du film muet, le cinéma italien invente le péplum en recréant une Antiquité mythique et mythologique et donnant ses lettres de noblesse au genre. Ainsi, le péplum italien occupe une place de premier rang avec, en 1909, Néron de Luigi Maggi et, dans les années 1910, avec les productions notables de deux réalisateurs : Enrico Guazzoni, réalisateur de Quo Vadis ? (1912) et Giovanni Pastrone, réalisateur de La Chute de Troie (1911) et de Cabiria (1914). Dans ce dernier film, on découvre le personnage de Maciste, interprété par Bartolomeo Pagano. Ce personnage fera l'objet de nombreux films dont la plupart sont situés à une époque contemporaine comme Maciste chasseur alpin (1916) ou encore Maciste contre le Scheik (1926). Ce premier âge d'or du péplum italien prend fin au milieu des années 1920 avec l'arrivée au pouvoir de Benito Mussolini. Malgré la construction de Cinecittà et la propagande fasciste construite en partie sur la grandeur de la Rome antique, la période n'est guère favorable aux péplums, hormis le spectaculaire Scipion l'Africain de Carmine Gallone à la gloire de la reconquête africaine (1937).

En France, Julien Duvivier se distingue dans le genre en réalisant le biblique Golgotha avec Jean Gabin en Ponce Pilate (1935).

Années 50-60 : l'âge d'or du péplum

Ce sont encore les Italiens qui donnent l'impulsion à la renaissance du péplum. Il y a d'abord la fresque italo-française Fabiola d'Alessandro Blasetti où Fabiola-Michèle Morgan a notamment Henri Vidal et Michel Simon comme partenaires (1949). Ensuite, c'est Riccardo Freda qui livre son Spartacus en 1953. En 1954, Kirk Douglas est l`Ulysse de Mario Camerini. En 1955, avec La Terre des pharaons, Howard Hawks (avec un scénario notamment écrit par William Faulkner) relate l’épopée de la construction titanesque de la pyramide du pharaon Khéops. Toujours en 1955, Carlo Ludovico Bragagilia réalise Sémiramis esclave et reine. L'évènement cinématographique de 1956, ce sont les spectaculaires Dix Commandements de Cecil B. DeMille, un réalisateur spécialiste du péplum, tandis que Rossana Podesta est l`Hélène de Troie de Robert Wise (avec, dans un rôle secondaire, la débutante Brigitte Bardot). La fin des années 1950 est marquée par le succès des Travaux d'Hercule de Pietro Francisci (1958) et La Bataille de Marathon de Jacques Tourneur et Mario Bava (1959). Anthony Quinn prêtre ses traits au Barabbas de Richard Fleischer en 1961. À cette époque, les Américains viennent profiter des studios de Cinecittà et de la qualité des techniciens italiens comme Mario Bava pour venir tourner en Italie de grandes fresques antiques telles que Ben Hur de William Wyler (1959) ou Cléopâtre de Joseph Mankiewicz (1963). La mode est désormais aux péplums et le cinéma italien va en bénéficier.

Cléopâtre (1963) : L'arrivée de Cléopâtre à Rome

Maciste est ressuscité et avec lui tous les gros bras de la mythologie antique : de nombreux culturistes américains incarnent, torse nu, des héros légendaires comme Hercule. Le genre connaît une production très importante de 1960 à 1964. Les films, parfois avec un budget très limité, sont construits autour d'intrigues très simples dominées par la figure du héros, incarnation du bien et doté d'une force physique surhumaine. Riccardo Freda et Vittorio Cottafavi y excellent. Hercule à la conquête de l'Atlantide de Vittorio Cottafavi (1961), Romulus et Rémus de Sergio Corbucci (1961) et Maciste en enfer de Riccardo Freda (1962), sont bien représentatifs du genre. En 1963, les variations fantastiques de Jason et les Argonautes de Don Chaffey, grâce aux trucages de Ray Harryhausen, vont initier la Fantasy au cinéma, ancêtre des futurs Conan le Barbare et autres Kalidor des années 1980. Des déclinaisons humoristiques se singularisent avec deux coproductions européennes : en 1956, Les Week-ends de Néron de Steno et, en 1961, L'Enlèvement des Sabines de Richard PottierFrancis Blanche s'essaye pour la seule fois dans ce domaine dans un rôle de Romain myope.

Mais avec la sortie de Pour une poignée de dollars en 1964, le western italien remplace le péplum et le genre pourtant prolifique disparaît brusquement des écrans.

Peut-être inspirée par la fresque antique amorale du Satyricon de Fellini de 1969, la vague à succès de films érotiques des années 1970 permet une résurrection du genre : les orgies romaines sont le cœur de ces films et Caligula y est souvent mis en scène. Messaline, Impératrice et putain de Sergio Corbucci sort en 1977 et, en 1979, le festival de Cannes découvre Caligula de Tinto Brass. De nombreux péplums érotiques sont produits jusque dans les années 1980.

Quelques péplums de référence

Liens externes

Notes et références

  1. Source : émission Concordance des temps diffusée le 4 août 2007 par France Culture.
  • Portail du cinéma Portail du cinéma
  • Portail de la réalisation audiovisuelle Portail de la réalisation audiovisuelle
  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
  • Portail de la Grèce antique Portail de la Grèce antique
  • Portail de l’Égypte antique Portail de l’Égypte antique
Ce document provient de « P%C3%A9plum ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Peplum de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Peplum — Saltar a navegación, búsqueda Para la túnica griega, véase Peplo. Peplum es un género fílmico que popularmente puede conceptualizarse como cine histórico de aventuras. Las películas están ambientadas en la Antigüedad, fundamentalmente greco… …   Wikipedia Español

  • péplum — [ peplɔm ] n. m. • 1606; peple 1551; lat. peplum, gr. peplon « tunique » 1 ♦ Antiq. gr. Vêtement de femme, sans manches, qui s agrafait sur l épaule. 2 ♦ Fam. Film à grand spectacle ayant pour sujet un épisode réel ou fictif de l Antiquité. « Les …   Encyclopédie Universelle

  • PEPLUM — et indutui fuit et amictui, ut Varro loquitur et Apuleius. Iul. Pollux l. 7. c. 3. Ἔςθημα δ᾿ ἐςτὶ διπλοῦν τὴν χρείαν, ὡς ενδύναι τε καὶ ἐπιβάλλεςθαι: cuius locô vocem ἀ μφιβάλλεςθαι usurpat Lycophron in Alex. Inde veteres Graeci etiam caelum… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • péplum — Voz tomada del latín peplum (→ peplo), que significa, en el lenguaje del cine, ‘película ambientada en la Antigüedad clásica’: «Una de las variantes de mayor éxito ha sido la llamada de romanos o péplum» (Plaza/Redondo Cine [Esp. 1993]). Su… …   Diccionario panhispánico de dudas

  • peplum — PÉPLUM s.n. v. peplu. Trimis de ana zecheru, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  PÉPLUM s.n. v. peplu. Trimis de LauraGellner, 13.09.2007. Sursa: DN …   Dicționar Român

  • péplum — (Del lat. peplum, peplo, y este del gr. πέπλος). m. Cinem. Película ambientada en la Antigüedad clásica …   Diccionario de la lengua española

  • Peplum — Pep lum, n.; pl. E. { lumus}, L. { la}. [L.] A peplos. Hence: An overskirt hanging like an ancient peplos; also, a short fitted skirt attached to a waist or coat. [Webster 1913 Suppl.] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Peplum — oder Peplos, siehe Panathenäum …   Damen Conversations Lexikon

  • péplum — ou péplon (pé plum ou pé plon) s. m. Terme d antiquité. Grand et large vêtement, à beaucoup de plis, du tissu le plus fin et le plus léger, ordinairement à riche broderie ; il se mettait par dessus les autres pièces d habillement, il n… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Peplum — In Ancient Greece, a close fitting gown extending from the neck to the feet, corresponding to the Roman Palla. It was often decorated with embroidery or woven colours and fastened on the shoulders by means of brooches and worn by women. The term… …   Dictionary of the English textile terms


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.