Armee des ombres

ÔĽŅ
Armee des ombres

L'Armée des ombres

L'armée des ombres
Réalisation Jean-Pierre Melville
Acteurs principaux Lino Ventura
Simone Signoret
Paul Meurisse
Jean-Pierre Cassel
Scénario Jean-Pierre Melville
Joseph Kessel (roman)
Musique √Čric Demarsan
Montage Françoise Bonnot
Production Jacques Dorfmann
Durée 139 minutes
Sortie 12 septembre 1969 (France)
6 octobre 1970 (Italie)
1978 (Grande-Bretagne)
2006 (√Čtats-Unis)
Langue(s) originale(s) Fran√ßais
Pays d‚Äôorigine France, Italie
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le film de 1969. Pour le surnom donn√© √† la R√©sistance int√©rieure fran√ßaise, voir Arm√©e secr√®te.

L'Armée des ombres est un film franco-italien de Jean-Pierre Melville sorti sur les écrans en 1969, adapté du roman éponyme de Joseph Kessel.

Sommaire

Synopsis

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.

20 octobre 1942, en France occup√©e. Philippe Gerbier (Lino Ventura), ing√©nieur distingu√© des Ponts et Chauss√©es soup√ßonn√© de pens√©es gaullistes, est arr√™t√© par la police de Vichy et plac√© dans un camp. Il tranche sur les autres prisonniers par une force de caract√®re peu commune, et par les appuis qui l'ont plac√© dans ce camp. Quelques jours plus tard, les autorit√©s fran√ßaises remettent Gerbier √† la Gestapo, la police secr√®te nazie, qui le transf√®re √† Paris pour interrogatoire. Gerbier r√©ussit √† s'√©chapper avec l'aide d'un r√©sistant anonyme et d'un coiffeur p√©tainiste (Serge Reggiani), puis retourne √† Marseille o√Ļ est bas√© le r√©seau qu'il dirige effectivement.

Le bras droit de Gerbier, F√©lix Lepercq (Paul Crauchet), a identifi√© un certain Paul (le jeune Dounat) comme le tra√ģtre qui a d√©nonc√© son chef. Avec l'aide de Guillaume Vermersch dit ¬ę Le Bison ¬Ľ (Christian Barbier), un colosse d'une loyaut√© absolue, ancien de la L√©gion, F√©lix et Gerbier conduisent Paul dans une maison inhabit√©e de Marseille pour l'y ex√©cuter. Ils y retrouvent Claude Ullmann dit ¬ę Le Masque ¬Ľ (Claude Mann), un jeune r√©sistant d√©sireux de faire ses preuves dans une mission difficile. Il s'av√®re impossible d'abattre Paul au pistolet comme pr√©vu car une famille a emm√©nag√© la veille dans la maison voisine et ne manquerait pas d'entendre les coups de feu. Ayant cherch√© en vain une autre m√©thode, Gerbier ordonne √† ses hommes de l'aider √† √©trangler leur captif. Le Masque recule devant la mani√®re de l'ex√©cution, laquelle est pour lui la premi√®re, mais Gerbier le rabroue durement et lui confie avec une pointe d'√©motion que c'est la premi√®re fois pour lui aussi. Le Masque se reprend et les trois hommes m√®nent √† bien la besogne.

Lui aussi marqu√© par l'ex√©cution, F√©lix marchant dans une rue de Nice est interpell√© par un ancien camarade de r√©giment, Jean-Fran√ßois Jardie (Jean-Pierre Cassel), un homme s√©duisant et athl√©tique, amoureux du risque, mais discret et fiable. Jean-Fran√ßois accepte l'offre de F√©lix de s'engager, par ennui et go√Ľt de l'aventure, et entre dans la R√©sistance, menant avec succ√®s plusieurs op√©rations d'importance croissante. Lors de sa premi√®re mission √† Paris, il fait la connaissance de Mathilde (Simone Signoret, dans un r√īle inspir√© de Lucie Aubrac) qui sous l'apparence d'une m√©nag√®re anonyme est en fait une pi√®ce ma√ģtresse du r√©seau de Gerbier, √† l'insu de son mari et de sa fille. Sa mission accomplie, Jean-Fran√ßois rend une visite-surprise √† son fr√®re a√ģn√© Luc (Paul Meurisse, dans un r√īle inspir√© de Jean Cavaill√®s), qu'il surnomme ¬ę Saint-Luc ¬Ľ, philosophe de renom qui m√®ne une vie √©rudite et contemplative dans son h√ītel particulier du seizi√®me arrondissement.

Pendant ce temps, Gerbier s'est install√© √† Lyon et y pr√©pare avec F√©lix son voyage au quartier g√©n√©ral de la France libre √† Londres. Il doit embarquer de nuit sur un sous-marin britannique au large de la c√īte atlantique avec un groupe d'aviateurs abattus. Jean-Fran√ßois et Le Bison assureront la s√©curit√© de l'op√©ration. Au dernier moment, Gerbier informe F√©lix que le Grand Patron, le chef de leur groupe, dont l'identit√© est un secret jalousement gard√©, sera lui aussi du voyage. Apr√®s que tous les autres ont embarqu√©, Jean-Fran√ßois conduit le Grand Patron jusqu'au sous-marin dans l'obscurit√© totale, puis retourne √† terre sans jamais avoir vu son passager. Ce n'est que lorsque celui-ci est √† bord que la lumi√®re se fait sur le Grand Patron, qui n'est autre que Luc Jardie.

√Ä Londres, Gerbier re√ßoit un appui logistique renforc√© pour son r√©seau et Jardie est fait Compagnon de la Lib√©ration en priv√© par Charles de Gaulle lui-m√™me. Gerbier doit cependant √©courter son s√©jour lorsqu'il apprend l'arrestation de F√©lix par la Gestapo. Il est parachut√© en France, et abrit√© pr√®s d'Annecy en toute connaissance de cause par le baron de Fert√©-Talloire, royaliste convaincu qui d√©teste l'occupant encore plus que la R√©publique. En l'absence de Gerbier, Mathilde a pris le commandement et se r√©v√®le un chef exceptionnel. Elle a appris que F√©lix est d√©tenu sous garde renforc√©e par la Gestapo √† Lyon et met au point un audacieux plan d'√©vasion : √† bord d'une fausse ambulance, elle affirmera avoir √©t√© envoy√©e pour ramener F√©lix √† Paris. Il faut pr√©venir F√©lix pour garantir le succ√®s du plan mais Mathilde, malgr√© toute son ing√©niosit√©, n'en trouve pas le moyen. Jean-Fran√ßois, qui a assist√© en silence √† toutes les discussions, prend sa d√©cision. Il r√©dige une lettre de d√©mission √† Gerbier et se d√©nonce √† la Gestapo par une lettre anonyme. Pari gagn√© : apr√®s interrogatoire et passage √† tabac, Jean-Fran√ßois est jet√© dans la m√™me cellule que F√©lix qui, tortur√© √† r√©p√©tition, est dans un √©tat critique.

Mathilde ignore le geste de Jean-Fran√ßois, mais convainc tout de m√™me Gerbier de mettre le plan √† ex√©cution, √† condition que celui-ci ne participe pas √† l'op√©ration. D√©guis√©e en infirmi√®re militaire allemande, et accompagn√©e du Bison et du Masque eux aussi en uniforme allemand, elle se pr√©sente en ambulance √† la prison lyonnaise[1] de F√©lix, porteuse d'un ordre contrefait pour le transfert de F√©lix √† Paris. Elle accomplit le contr√īle d'entr√©e dans un allemand parfait et l'ambulance p√©n√®tre dans la cour centrale de la prison au vu de Jean-Fran√ßois. Le m√©decin militaire de la prison examine F√©lix dans sa cellule et le d√©clare intransportable, confiant √† Jean-Fran√ßois qu'il ne survivra pas √† ses blessures. Mathilde n'a d'autre choix que de prendre la nouvelle avec flegme et de repartir bredouille. Jean-Fran√ßois a sur lui une pilule de cyanure et l'offre √† F√©lix pour lui donner la possibilit√© de mettre fin √† ses souffrances de prisonnier en se suicidant ; il lui fait croire qu'il en a plusieurs.

Serr√© de plus en plus pr√®s par la Gestapo qui a arr√™t√© et ex√©cut√© Fert√©-Talloire, Gerbier retrouve Mathilde dans un restaurant de Lyon. Celle-ci l'implore de fuir √† Londres, mais Gerbier refuse devant le besoin d'organiser le commandement des nombreux maquis qui se forment dans la r√©gion. Juste apr√®s que Mathilde a quitt√© le restaurant, Gerbier est pris dans une descente fortuite de la police de Vichy contre la fraude aux tickets de rationnement. Reconnu et remis aux Allemands, Gerbier est conduit avec d'autres prisonniers dans le long couloir d'un champ de tir [2] o√Ļ un officier SS leur explique la r√®gle du jeu. Une mitrailleuse est en batterie juste derri√®re les prisonniers. Au signal de l'officier, les prisonniers doivent courir aussi vite que possible vers le fond du champ de tir. L'officier donnera un peu d'avance aux prisonniers avant de commander le feu ; quiconque atteint le mur vivant sera... √† nouveau devant la mitrailleuse avec les condamn√©s suivants. Au signal, Gerbier refuse d'abord de courir mais change d'avis. Au moment o√Ļ le feu commence, l'√©quipe de Mathilde, en position sur le toit, y lance des fumig√®nes pour obstruer le champ de tir et extrait Gerbier de justesse au moyen d'une corde. Le Bison conduit ensuite Gerbier √† une ferme abandonn√©e o√Ļ il doit se cacher, et attendre seul de nouveaux ordres.

Trois semaines passent, puis Gerbier re√ßoit la visite inattendue de Luc Jardie qui est venu chercher conseil aupr√®s de lui apr√®s l'arrestation de Mathilde. Malgr√© la mise en garde de Gerbier, celle-ci avait conserv√© sur elle une photo de sa fille. La Gestapo lui donne le choix : ou Mathilde dit tout sur le r√©seau, ou bien sa fille sera envoy√©e en Pologne dans un bordel pour soldats revenus du front russe. √Ä peine le Grand Patron a-t-il expliqu√© la situation que Le Bison et Le Masque s'annoncent. Jardie ne veut pas que sa pr√©sence soit connue et se retire dans la cuisine de la ferme pendant que les deux hommes apportent un courrier cod√© √† Gerbier. Celui-ci apprend que Mathilde a √©t√© remise en libert√© la veille et que deux membres du r√©seau ont √©t√© arr√™t√©s peu apr√®s. Il ordonne l'ex√©cution imm√©diate de Mathilde mais Le Bison refuse d'ob√©ir, promettant d'emp√™cher Gerbier par la force si n√©cessaire. Gerbier et Le Masque vont le neutraliser, quand Jardie entre lentement dans la pi√®ce, subjuguant les trois hommes par sa pr√©sence et la force de sa personnalit√©.
Conscient du danger que repr√©sente d√©sormais Mathilde pour le r√©seau, il estime comme Gerbier que sa liquidation est n√©cessaire ; mais l'admiration et la tendresse aveugle du Bison pour Mathilde emp√™chent ce dernier d'accepter la n√©cessit√© de la tuer. Cela pousse Jardie √† ruser : la seule fa√ßon de contourner la r√©ticence du Bison √† tuer Mathilde est de lui faire croire qu'il s'agit l√† de la volont√© de la r√©sistante, ce qui est peut-√™tre vrai. Empli de doutes, incertain de la v√©racit√© de ses propres propos mais esp√©rant dire la v√©rit√©, Jardie convainc Le Bison : les actions de Mathilde, qui n'a livr√© que deux hommes malgr√© sa m√©moire photographique et s'est fait remettre en libert√© sous le pr√©texte de conduire la Gestapo au reste du r√©seau, n'ont pour but que de donner √† la R√©sistance l'occasion de l'abattre pour prot√©ger le r√©seau et sauver sa fille. Le Bison se rend √† l'implacable logique et accepte la t√Ęche, √† laquelle Jardie annonce sa participation afin de faire √† Mathilde un adieu digne d'elle.

Quelques jours après, le 23 février 1943, Mathilde marche dans une rue de Paris, située près du parc Monceau, lorsque Jardie et ses hommes s'approchent au ralenti dans une voiture allemande. En les voyant, Mathilde se fige et lance à Jardie un long regard d'adieu (et peut-être de surprise) pendant que Le Bison dégaine lentement et l'abat de deux coups de feu. La voiture prend la fuite.

Le film s'ach√®ve sur une s√©rie de plans annon√ßant la fin tragique des quatre hommes :

¬ę Claude Ullmann, dit ¬ę Le Masque ¬Ľ, eut le temps d'avaler sa pilule de cyanure, le 8 novembre 1943, Guillaume Vermersch, dit ¬ę Le Bison ¬Ľ, fut d√©capit√© √† la hache dans une prison allemande le 16 d√©cembre 1943. Luc Jardie mourut sous la torture le 22 janvier 1944 apr√®s avoir livr√© un nom : le sien... Et le 13 f√©vrier 1944, Philippe Gerbier d√©cida, cette fois-l√†, de ne pas courir. ¬Ľ

Fiche technique

  • Titre : L'Arm√©e des ombres
  • R√©alisation : Jean-Pierre Melville
  • Sc√©nario, adaptation et dialogues : Jean-Pierre Melville d'apr√®s le roman √©ponyme de Joseph Kessel
  • Musique : √Čric Demarsan
  • Directeur de la photographie : Pierre Lhomme
  • Effets sp√©ciaux : Walter Wottitz
  • Ing√©nieur du son : Jacques Carr√®re
  • D√©corateur : Th√©obald Meurisse
  • Costumi√®re : Colette Baudot
  • Maquilleuse : Maud Begon
  • Scripte : Betty Elvira

Distribution

  • Jeanne P√©rez : Marie
  • Albert Michel : un gendarme
  • Denis Sadier : le m√©decin de la gestapo
  • Colin Mann : le dispatcher
  • Anthony Stuart : le major de la Royal Air Force
  • Michel Fretault : le patriote anonyme
  • Jacques Marbeuf : un officier allemand
  • Michel Dacquin : un condamn√©
  • G√©rard Huart : un prisonnier
  • Percival Russell : un soldat allemand
  • Pierre Vaudier
  • Franz Sauer
  • Nathalie Delon : l'amie de Jean-Fran√ßois
  • Marcel Bernier : l'adjoint douanier
  • Gaston Meunier : le contr√īleur de bagages
  • Adrien Cayla-Legrand : Charles de Gaulle

Autour du film

  • Un des th√®mes musicaux du film (la marche de Gerbier vers le peloton d'ex√©cution) est surtout c√©l√®bre pour avoir servi de g√©n√©rique √† l'√©mission de t√©l√©vision fran√ßaise Les Dossiers de l'√©cran. Ce th√®me n'est pas du compositeur du film, √Čric Demarsan, mais est un extrait du deuxi√®me mouvement de la suite d'orchestre Spiritual du compositeur am√©ricain Morton Gould.
  • Melville suit assez fid√®lement le roman de Joseph Kessel, √©crit en 1943, mais ajoute quelques d√©tails de ses propres souvenirs de r√©sistant. Des r√©f√©rences claires sont faites √† des figures du r√©seau Cohors-Asturies (Lib√©ration-Nord), telles : Jean Cavaill√®s (explicite dans les titres de ses livres Transfini et continu, et Remarques sur la formation de la th√©orie abstraite des ensembles que Philippe Gerbier emporte apr√©s son √©vasion ,dont l'auteur dans le film est Luc Jardie. ), Jean Gosset, Lucie Aubrac, Ren√© Ich√©, mais aussi √† d'autres grandes figures tels Jean Moulin et Pierre Brossolette.
  • Lucie Aubrac, mod√®le du personnage de Mathilde, encore professeur au d√©but de la guerre, a enseign√© l'histoire √† Simone Signoret en Bretagne.[3]
  • La sortie tardive du film aux √Čtats Unis en 2006 a √©t√© un √©v√©nement cin√©philique unanimement applaudi par les critiques sp√©cialis√©s. Il a m√™me √©t√© class√© meilleur film de l'ann√©e par le magazine am√©ricain Premiere.
  • Andr√© Dewavrin, le colonel Passy, joue son propre r√īle.
  • D'apr√®s Bertrand Tavernier, ancien assistant de Melville, Signoret, avant de tourner la sc√®ne de l'ex√©cution de Mathilde, a demand√© √† Melville si Mathilde avait trahi ou non. La r√©ponse de Melville fut : "Je ne sais pas, c'est toi qui le sais".

Liens externes

Notes et références

  1. ‚ÜĎ Le si√®ge lyonnais de la Gestapo √©tait en 1942 √† l'Ecole de sant√© militaire, d√©saffect√©e ; les sc√®nes du film ont √©t√© tourn√©es sur les lieux-m√™mes.
  2. ‚ÜĎ Le tournage a √©t√© effectu√© sur le champ de tir du camp militaire de Satory reconnaissable √† l'√©poque le long de l'ex-nationale N 186
  3. ‚ÜĎ Simone Signoret, La nostalgie n'est plus ce qu'elle √©tait, √Čditions du Seuil, 1978
  • Portail du cin√©ma Portail du cin√©ma
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
Ce document provient de ¬ę L%27Arm%C3%A9e des ombres ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Armee des ombres de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • L'Arm√©e des ombres ‚ÄĒ Donn√©es cl√©s R√©alisation Jean Pierre Melville Sc√©nario Jean Pierre Melville d apr√®s Joseph Kessel Acteurs principaux Lino Ventura Simone Signoret Paul Meurisse Jean Pierre Cassel ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L'Armee des ombres ‚ÄĒ L Arm√©e des ombres L arm√©e des ombres R√©alisation Jean Pierre Melville Acteurs principaux Lino Ventura Simone Signoret Paul Meurisse Jean Pierre Cassel Sc√©nario Jean Pierre Melville Joseph Kessel (roman) Musique √Čric Demarsan Montage ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L‚Äôarm√©e des Ombres ‚ÄĒ L Arm√©e des ombres L arm√©e des ombres R√©alisation Jean Pierre Melville Acteurs principaux Lino Ventura Simone Signoret Paul Meurisse Jean Pierre Cassel Sc√©nario Jean Pierre Melville Joseph Kessel (roman) Musique √Čric Demarsan Montage ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L'Arm√©e des ombres (Buffy) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir L arm√©e des ombres (homonymie). L Arm√©e des ombres √Čpisode de Buffy contre les vampires Titre original Dirty Girls Num√©ro d‚Äô√©pisode Saison 7 √Čpisode 18 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L'Arm√©e des ombres (homonymie) ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. L Arm√©e des ombres est un film r√©alis√© en 1969 par Jean Pierre Melville, avec Lino Ventura, Simone Signoret, Paul Meurisse et Jean Pierre Cassel L Arm√©e… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L'Arm√©e des ombres (Spirou & Fantasio) ‚ÄĒ Spirou et Fantasio (s√©rie t√©l√©vis√©e d animation) Pour les articles homonymes, voir Spirou. Spirou Fantasio Titre original Spirou Fantasio Autres titres francophones Les Nouvelles Aventures de Spirou et Fantasio Genre S√©rie d animation Pays ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L'Arm√©e des ombres (Spirou et Fantasio) ‚ÄĒ Spirou et Fantasio (s√©rie t√©l√©vis√©e d animation) Pour les articles homonymes, voir Spirou. Spirou Fantasio Titre original Spirou Fantasio Autres titres francophones Les Nouvelles Aventures de Spirou et Fantasio Genre S√©rie d animation Pays ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L'Arm√©e des ombres (Doctor Who) ‚ÄĒ L Arm√©e des ombres √Čpisode de Doctor Who Titre original Army of Ghosts Num√©ro d‚Äô√©pisode Saison 2 √Čpisode 12 R√©alisation Graeme Harper Sc√©nario Russell T Davies Production Phil Collinson ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • L'Arm√©e des ombres ‚ÄĒ ¬†¬†¬†Drame de Jean Pierre Melville, avec Lino Ventura, Paul Meurisse, Simone Signoret. ¬†¬†Pays: France ¬†¬†Date de sortie: 1969 ¬†¬†Technique: couleurs ¬†¬†Dur√©e: 2 h 15 ¬†¬†¬†R√©sum√© ¬†¬†¬†Chronique d un r√©seau de R√©sistance, d√©crit sans emphase dans son… ‚Ķ   Dictionnaire mondial des Films

  • Guerre Des Ombres ‚ÄĒ Dans l univers de Babylon 5, la guerre des Ombres est le nom donn√© √† un conflit pluris√©culaire provoqu√© par les Ombres. La s√©rie t√©l√©vis√©e en elle m√™me est le r√©cit de la derni√®re guerre des Ombres et de ses cons√©quences. Sommaire 1 Les causes 2… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.