Pau

ÔĽŅ
Pau
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pau (homonymie).

43¬į 18‚Ä≤ 06‚Ä≥ N 0¬į 22‚Ä≤ 07‚Ä≥ W / 43.3017, -0.3686

Pau
Le Parlement de Navarre
Le Parlement de Navarre
Armoiries
Détail
logo
Détail
Administration
Pays France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau (chef-lieu)
Canton chef-lieu de 6 cantons
Code commune 64445
Code postal 64000
Maire
Mandat en cours
Martine Lignières-Cassou
2008-2014
Intercommunalité Pau Porte des Pyrénées Communauté d'agglomération
Site web http://www.pau.fr
Démographie
Population 84 036 hab. (2008[1])
Densit√© 2 667 hab./km¬≤
Aire urbaine 232 463 hab. (2007[2])
Gentilé Palois
Géographie
Coordonn√©es 43¬į 18‚Ä≤ 06‚Ä≥ Nord
       0¬į 22‚Ä≤ 07‚Ä≥ Ouest
/ 43.3017, -0.3686
Altitudes mini. 165 m ‚ÄĒ maxi. 245 m
Superficie 31,51 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Pau est une commune française, préfecture du département des Pyrénées-Atlantiques située dans la région Aquitaine.

Le gentilé est Palois.

Sa devise est en latin : ¬ę Urbis palladium et gentis ¬Ľ.

Sommaire

Géographie

Emplacement

Pau se situe √† 100 kilom√®tres de l'oc√©an Atlantique (Ondres et Tarnos sont les plages les plus proches) et √† 50 kilom√®tres des Pyr√©n√©es. L'Espagne ‚ÄĒ √©loign√©e de cinquante kilom√®tres √† vol d'oiseau ‚ÄĒ est facilement accessible, via Gan puis Oloron, par le col du Somport (1631 m√®tres) et, via Gan puis Laruns, par le col du Pourtalet (1794 m√®tres).

Le ch√Ęteau vu des berges du gave

Sa localisation au pied des Pyr√©n√©es lui conf√®re un panorama exceptionnel sur la cha√ģne des Pyr√©n√©es en particulier depuis le boulevard des Pyr√©n√©es, longue avenue de 1,8 kilom√®tre faisant face √† la cha√ģne des Pyr√©n√©es. Ce panorama unique fera dire √† Lamartine √† propos de Pau : ¬ę Pau est la plus belle vue de terre du monde comme Naples est la plus belle vue de mer ¬Ľ.

Pau est située à 190 kilomètres de Bordeaux et de Toulouse, 30 kilomètres de Tarbes et Lourdes, 25 kilomètres d'Oloron et 40 kilomètres d'Orthez/Lacq. L'agglomération BAB (Bayonne-Anglet-Biarritz) est distante de 110 kilomètres.

Communes limitrophes

Accès

Pau est desservie par l'aéroport Pau-Pyrénées, le TGV Atlantique et les autoroutes A64 et A65. La ville est reliée à l'Espagne par le tunnel du Somport.

Hydrographie

La ville, situ√©e √† une altitude moyenne de 200 m√®tres, est travers√©e par le gave de Pau ‚ÄĒ gave est le nom donn√© √† un torrent dans les Pyr√©n√©es ‚ÄĒ prenant sa source au cirque de Gavarnie et principal affluent de l'Adour, o√Ļ il se jette apr√®s avoir parcouru 175 kilom√®tres. Les terres de la commune sont √©galement arros√©es[3] par le Luy de B√©arn, affluent du Luy, et par ses tributaires, l'Aygue Longue et l'Uzan, ainsi que par le Soust, la Herr√®re, l'Ousse et l'Ousse des Bois, affluents du gave de Pau. L'Aygue Longue est √† son tour rejoint sur le territoire de Pau par les ruisseaux le Bruscos et le Lata, tout comme l'Ousse l'est par le ruisseau Merd√©. Le ruisseau le Lau, qui alimente quant √† lui le canal du Moulin, est √©galement pr√©sent sur la commune.

Climat et végétation

Sa situation g√©ographique, non loin des Pyr√©n√©es, conf√®re √† la ville un climat contrast√©, de type oc√©anique chaud. Les temp√©ratures inf√©rieures √† -10 ¬įC sont rares et celles inf√©rieures √† -15 ¬įC exceptionnelles ; il faut constater tout de m√™me - 15 ¬įC en f√©vrier 1956 et -17,5 ¬įC en janvier 1985. La neige par contre tombe environ quinze jours par an (0,45 m en 1987), de novembre √† avril.

En √©t√©, les maximales sont de l'ordre de 20 ¬įC √† 30 ¬įC, et atteignent tr√®s rarement des temp√©ratures sup√©rieures √† 35 ¬įC. Certains jours d'hiver, le foehn, vent chaud, peut faire monter la temp√©rature √† plus de 20 ¬įC et d√®s que le vent cesse, la neige peut tomber.

La pluviom√©trie est forte, de l'ordre de 1 100 mm par an (√† comparer avec Paris, 650 mm, Bordeaux, 900 mm, Toulouse, 650 mm), mais l'ensoleillement est important, avec un nombre d'heures de pr√©sence du soleil sup√©rieur √† la moyenne nationale. Les brouillards sont peu fr√©quents et ne persistent gu√®re au-del√† de midi. C'est surtout l'absence de vent qui caract√©rise le climat de la r√©gion paloise : les vents forts sont tr√®s rares ; en g√©n√©ral, ils sont nuls ou tr√®s faibles.

Ce climat a permis √† Pau de devenir, √† la fin du XIXe si√®cle, un lieu de vill√©giature pris√© par la bourgeoisie anglaise, russe et br√©silienne. Au XIXe si√®cle, le m√©decin britannique Alexander Taylor attribuait, en effet, des vertus curatives ¬ę s√©datives ¬Ľ au climat palois[4].

Gr√Ęce √† ce climat doux et plut√īt humide, on a aussi pu agr√©menter les jardins, les parcs et les espaces publics de la ville de plantes provenant de r√©gions plus exotiques comme les palmiers √† chanvre, ou palmiers de Chine (Trachycarpus fortunei), originaires des montagnes chinoises , mais aussi des s√©quoias g√©ants (Sequoiadendron giganteum) et des magnolias √† grandes fleurs lauriers-tulipiers (Magnolia grandiflora) d'origine am√©ricaine.

mois jan. f√©v. mar. avr. mai jui. jui. ao√Ľ. sep. oct. nov. d√©c. ann√©e
Temp√©rature minimale moyenne (¬įC) 2,1 2,5 4,8 6,9 10,7 13,8 15,6 15,5 12,6 9,6 5,3 2,8 8,6
Temp√©rature moyenne (¬įC) 6,6 7,4 10 11,9 15,7 18,8 20,7 20,7 18,2 14,8 9,8 7,2 13,5
Temp√©rature maximale moyenne (¬įC) 11 12,2 15,2 16,9 20,6 23,6 25,8 26 23,8 19,9 14,3 11,6 18,4
Pr√©cipitations (mm) 94,4 83,3 85,4 112,1 98,7 77 56,7 67,5 78,9 99,7 116,9 98,2 1 068,9
Record de froid (¬įC) -18,8 -15 -8,9 -1 -0,1 6,6 8,3 14,4 2,8 -6,4 -10,2 -17 -15
Record de chaleur (¬įC) 32,4 39,7 36,4 37,6 38,7 38,6 39,2 41,2 37,3 34,8 29,1 31,2 39,7
Source : Le climat √† Pau (en ¬įC et mm, moyennes mensuelles 1981/2010 et records depuis 1956)[5]


Histoire

Avant le Xe si√®cle, il ne reste pas de trace d'occupation du site sur lequel est aujourd'hui b√Ęti la ville. Peut-√™tre y avait-il l√† quelques masures ou un modeste relais de chasse, mais s√Ľrement rien de plus cons√©quent. La ville est construite sur un emplacement aux qualit√©s particuli√®res. La Gave de Pau, qui descend des Pyr√©n√©es, √©tait une rivi√®re assez difficile √† franchir, et sur une distance d'environ 50 km, seuls trois gu√©s existaient : celui de Nay √† l'Est, celui d'Orthez √† l'Ouest et celui de Pau, situ√© strat√©giquement entre les deux. L'extr√©mit√© Nord d'un plateau, en forme de pointe, surplombe ici ce gu√© de presque 80 m√®tres. En r√©sum√©, c'est un emplacement naturel id√©al pour contr√īler le passage et les arrivants des Pyr√©n√©es, et un petit poste de surveillance y fut construit vers l'an mille, simple fort entour√© d'une palissade. Jusqu'au XIIe si√®cle, ce fort s'est semble-t-il consolid√© et quelques maisons s'y sont accol√©es, le tout constituant un petit hameau. Les seigneurs de B√©arn accordent alors le statut de Viguerie (petite circonscription administrative au Moyen √āge) √† ce nouveau village qui continue doucement de s'√©tendre. En patois, palissade se dit "Pa√ľ". Et, pour une fois, les historiens semblent s'accorder pour y voir l'origine √©vidente du nom de la ville.

Au XIIIe si√®cle, nouvelle reconnaissance de l'importance et de l'agrandissement de Pau, qui devient un Castelnau, avec un bailli nomm√© par les vicomtes b√©arnais. √Ä cette √©poque, les Anglais sont install√©s dans le Sud-Ouest, tandis que la souverainet√© du B√©arn est transmise √† la puissante famille des Comtes de Foix. L'all√©geance de ces derniers va, selon les int√©r√™ts politiques du moment, au roi d'Angleterre ou au royaume de France... Gaston F√©bus (descendant des comtes de Foix et une des premi√®res figures embl√©matiques du B√©arn) est tr√®s attach√© √† l'ind√©pendance de son petit pays. Il entame de grands travaux pour renforcer les places fortes du B√©arn, notamment le ch√Ęteau de Pau dans laquelle il s'installe finalement.

Carte des anciens pays de l'Adour. On remarque la position stratégique de Pau, au centre du Béarn


Pau devient alors la capitale du Béarn, en lieu et place d'Orthez.

√Čtymologie

La tradition fait de ce toponyme une d√©formation du mot ¬ę pal ¬Ľ (pieu) car le ch√Ęteau initial √©tait entour√© d‚Äôune palissade. On explique √©galement que l‚Äôancien gu√©, permettant la travers√©e du gave de Pau √©tait prot√©g√© par des pieux. Selon Michel Grosclaude[6] et d'autres onomasticiens, le nom vient de la racine pr√©-indoeurop√©enne *pal, indiquant un rocher escarp√©, comme c'est le cas pour de nombreux toponymes. Le pieu ou pal, du latin palum, a aussi la m√™me base tr√®s ancienne mais ce n'est pas sous cette signification que s'est form√© le nom de Pau, on se comparera plut√īt au col de Pau en vall√©e d'Aspe (1942 m, Lescun‚ÄĒAragon) qui n'a rien √† voir avec la ville.

On verra dans l'article Héraldique ci-après que Pau a bénéficié d'étymologies légendaires, auxquelles manque celle du nom de personne Paul, en gascon Pau.

Son nom béarnais est Pau.

Faits historiques

Article d√©taill√© : Histoire de Pau.

Moyen √āge

Pau est un castelnau fond√© √† une date inconnue, dans la deuxi√®me moiti√© du XIe ou au tout d√©but du XIIe si√®cle[7], pour contr√īler un gu√© du gave qui servait au passage des bergers en transhumance entre les montagnes d'Ossau et les p√Ęturages de la plaine du Pont-Long. Un ch√Ęteau est b√Ęti, dominant la rive nord, √† √©gale distance de Lescar, si√®ge des √©v√™ques et de Morla√†s, capitale des vicomtes de B√©arn.

Le nom de la ville appara√ģt au XIIe si√®cle. En 1188, Gaston VI de B√©arn y r√©unit sa cour majour, anc√™tre du conseil souverain. Au XIIIe si√®cle, Gaston VII de B√©arn fait construire une troisi√®me tour.

Au XIIIe si√®cle, Gaston III de Foix-B√©arn (Gaston F√©bus) fait ajouter un donjon en briques, une enceinte fortifi√©e ext√©rieure avec une tour de la Monnaie.

XVIe au XVIIIe si√®cle

Le Béarn

En 1464, Gaston IV de Foix-B√©arn, apr√®s avoir √©pous√© l'Infante √Čl√©onore d'Aragon, transf√®re sa cour d'Orthez √† Pau[8]. Pau devient ainsi la quatri√®me capitale historique du B√©arn, apr√®s Lescar, Morla√†s et Orthez. La ville est dot√©e d'une charte communale ; des foires s'y d√©roulent, tout comme les √Čtats de B√©arn. Il fait transformer les courtines du ch√Ęteau en logis.

En 1512, elle devient capitale des rois de Navarre r√©fugi√©s au nord des Pyr√©n√©es ; elle est dot√©e en 1520 d'un conseil souverain et d'une chambre des comptes.

En 1527, Henri d'Albret, roi de Navarre et vicomte souverain du B√©arn, √©pouse Marguerite d'Angoul√™me, sŇďur de Fran√ßois Ier : elle fait transformer le ch√Ęteau dans le style Renaissance et fait cr√©er de magnifiques jardins.

En 1553, sa fille, Jeanne d'Albret, y accouche d'Henri III de Navarre en chantant un cantique b√©arnais √† la Sainte-Vierge, afin que le futur Henri IV ne soit ¬ę ni peureux, ni rechign√© ¬Ľ. La l√©gende dit que les l√®vres du futur monarque furent baptis√©es avec du vin de Juran√ßon et de l'ail.

Drapeau du Béarn

Les troupes de Charles IX prennent la ville, mais Jeanne d'Albret la reprend en 1569. Elle y massacre les chefs catholiques faits prisonniers à Orthez.

Catherine de Bourbon, sŇďur d'Henri IV, y gouverne le B√©arn √† sa place.

En 1619, Pau se r√©volte. Louis XIII l'occupe et apr√®s avoir re√ßu la soumission de la place forte de Navarrenx prononce par l'√©dit du 20 octobre 1620 le rattachement du B√©arn et de la Navarre √† la France ; il transforme ainsi le conseil souverain du B√©arn en Parlement de Navarre, regroupant les cours de Pau et de Saint-Palais.

Pau compte une nouvelle enceinte en 1649, puis une université en 1722.

Le 14 octobre 1790, elle est d√©clar√©e, apr√®s Navarrenx, nouveau chef-lieu du d√©partement des Basses-Pyr√©n√©es. Ce statut lui est enlev√© le 11 octobre 1795 au profit d'Oloron-Sainte-Marie, puis d√©finitivement rendu le 5 mars 1796.

XIXe siècle

Pau √† l'or√©e du XXe si√®cle

Napol√©on Ier manifeste son int√©r√™t et contribue √† sauver le ch√Ęteau, un temps devenu prison. En 1838, Louis-Philippe le fait restaurer avec hardiesse, s'attachant √† mettre en valeur les caract√®res m√©di√©val et Renaissance. Napol√©on III ajoute une double tour encadrant une fausse entr√©e, √† l'ouest.

Apr√®s la Monarchie de juillet, Pau devient, entre 1830 et 1914, une des stations climatiques et sportives les plus r√©put√©es d'Europe occidentale. En 1842, le m√©decin √©cossais Alexander Taylor (1802-1879) y pr√©conise la cure hivernale. Le succ√®s de son ouvrage est important et Pau devient un lieu de vill√©giature pris√© des Britanniques[9]. En 1876, on recense √† Pau 28 908 habitants. Les Anglais s'y installent et profitent du premier golf du continent, de la chasse au renard (Pau fox hunt) et des courses tenues sur l'hippodrome de Pont-Long. Le boulevard des Pyr√©n√©es, le somptueux palais d'hiver ‚ÄĒ dot√© d'un palmarium ‚ÄĒ et des h√ītels de renomm√©e internationale ‚ÄĒ le Gassion et le France ‚ÄĒ offrent un cadre luxueux et majestueux aux concerts et r√©ceptions qui s'y d√©roulent.

√Ä partir de 1894, Pau est desservi par un r√©seau de tramways √† chevaux. Quelques ann√©es plus tard, la traction √©lectrique est mise en service par la Soci√©t√© b√©arnaise des tramways urbains. Il comprend trois lignes, pour une longueur de 7 km. Il disparaitra en 1931. La ville de Pau est desservie √©galement par le tramway de Pau-Oloron-Mol√©on (POM), dont la gare principale se trouve place de la R√©publique. Trois lignes desservent Monein, Pontacq et Lambeye. La traction √† vapeur est utilis√©e sur ce r√©seau, qui dispara√ģt en d√©cembre 1931.

XXe si√®cle

Monument dédié à Wilbur Wright face à l'aéroport

Les premiers vols en ballon ont lieu √† Pau en 1844 et les premiers vols en avion, √† partir de 1909, ann√©e au cours de laquelle les fr√®res Wright transf√®rent √† Pau (sur la lande du Pont-Long, commune de Lescar) la premi√®re √©cole d'aviation qu'ils avaient ouverte initialement au Mans (d√©partement de la Sarthe) pour y former les 3 √©l√®ves pilotes qu'ils s'√©taient engag√© √† former en France. Pau accueille les seuls sept constructeurs mondiaux d'avions jusqu'en 1914 et devient la capitale mondiale de l'aviation. L'√©cole militaire d'aviation, qui forme les as de la Premi√®re Guerre mondiale, puis l'√©cole de chasse de France, s'y installent. Y volent les Fran√ßais Th√©nault, Simon, Codos, Bellenger, Garros, Nungesser, Guynemer, les B√©arnais Artigau et Mac√© parmi tant d'autres et c√īt√© Am√©ricains Lufbery, Thaw, Chapman, les fr√®res Prince, Mc Connell, parmi les plus illustres.

Pau a √©galement abrit√© les 18e RI, 1er et 18e RCP (r√©giment de chasseurs parachutistes) qui furent stationn√©s dans la ville. Tous particip√®rent aux diff√©rents conflits du XXe si√®cle. Le 18e RCP fut dissous en 1961, pour avoir contribu√© au putsch des g√©n√©raux d'Alger. Il avait auparavant particip√© au mouvement de mai 1958 qui mit fin √† la IVe R√©publique. Le 1er RCP √©tait toujours en caserne en 1983 au camp d'Idron lorsque l'un de ses √©l√©ments fut frapp√© √† Beyrouth par l'attaque de l'immeuble Drakkar, qui fit parmi ses troupes cinquante-huit victimes.

√Ä partir de 1947, durant les quatre mandats du maire Louis Sallenave, la ville de Pau conna√ģt un fort d√©veloppement. En 1957, l'exploitation du gisement de gaz de Lacq, d√©couvert en 1951, donne un nouvel essor √† toute la r√©gion avec le d√©veloppement industriel du B√©arn et de la r√©gion de Lacq (principaux employeurs : SNPA, EDF, P√©chiney, Rh√īne-Poulenc, pour les plus importants), la population de la ville doublant en 20 ans. Des grands projets d'infrastructures sont r√©alis√©s : construction de plusieurs √©tablissements scolaires repr√©sentant plus de 100 classes, cr√©ation de logements sociaux, cr√©ation de l'a√©roport de Pau Uzein (devenu a√©roport Pau-Pyr√©n√©es) pour moderniser le vieil a√©rodrome de Pau-Pont-Long (sur la commune de Lescar), cr√©ation du centre des expositions, cr√©ation de l'Universit√© de Pau et des Pays de l'Adour, construction d'un deuxi√®me pont sur le Gave √† Juran√ßon. Un vaste sch√©ma d'urbanisme permet l'extension de la commune vers le Nord gr√Ęce √† la ¬ę coul√©e verte ¬Ľ. La configuration de la ville va peu bouger √† partir de la fin des ann√©es 60. La renomm√©e et le prestige de la ville augmente gr√Ęce √† la conf√©rence des √©tats indochinois de juin √† novembre 1950[10], √† des visites de chefs d'√Čtat comme le pr√©sident Charles de Gaulle en f√©vrier 1959 ou le premier secr√©taire Nikita Khrouchtchev en d√©placement √† Lacq en 1960.

Andr√© Labarr√®re, maire de 1971 √† 2006, travaille dans un premier temps √† l'embellissement de la ville. Dans le cadre de ses derniers mandats, en p√©riph√©rie, le p√īle universitaire s'√©toffe et l'agglom√©ration Pau-Pyr√©n√©es est l'une des premi√®res de France √† se doter d'un r√©seau de fibre optique, infrastructure offrant un acc√®s internet √† tr√®s haut d√©bit tant aux particuliers qu'aux entreprises. Des √©quipements nouveaux sont cr√©√©s, notamment sportifs, tels le Z√©nith, le palais des sports, le Ja√Į Ala√Į, et le stade d'eau vive. La ville se dote d'un important p√īle de sant√©. L'hippodrome et l'a√©roport (d√©pendant de la CCI) sont r√©nov√©s. Le centre-ville a lui aussi connu d'importants bouleversements avec la r√©habilitation du palais Beaumont et la construction d'un nouveau centre commercial priv√© d√©nomm√© "centre Bosquet". Pau se lance enfin dans la restitution aux pi√©tons de son centre avec la reconfiguration de son r√©seau d'autobus, la r√©novation de la place Clemenceau, place centrale de Pau, et la r√©habilitation du ¬ę palais des Pyr√©n√©es ¬Ľ, nouveau centre commercial en centre-ville, √† proximit√© de la place Clemenceau. Un nouveau parking souterrain compense la suppression de 400 places de stationnement en surface ; par ailleurs deux parcs souterrains de stationnement verront leurs acc√®s repens√©s. Enfin, une m√©diath√®que verra tr√®s prochainement le jour dans le quartier des Halles.

En 2008, √† l'issue d'un √Ępre combat politique l'opposant notamment √† Fran√ßois Bayrou, Martine Ligni√®res-Cassou devient maire de Pau.

Pau est la seule ville d'Europe qui peut se targuer d'avoir vu na√ģtre deux rois √† l'origine d'une dynastie, laquelle r√®gne toujours en ce XXIe si√®cle : Henri IV de France (maison cap√©tienne de Bourbon en Espagne) et Charles XIV Jean de Su√®de (Su√®de).

Héraldique

Blason de Pau
  • Selon Paul Raymond (archiviste) dans son Dictionnaire topographique B√©arn-Pays basque (p. 133) les armes de Pau se blasonnent ainsi :
    • D'azur √† la barri√®re de trois pals aux pieds fich√©s d'argent, somm√©e d'un paon rouant d'or, accompagn√©e en pointe et int√©rieurement de deux vaches affront√©es et couronn√©es du m√™me ; au chef aussi d'or charg√© d'une √©caille de tortue au naturel surmont√©e d'une couronne royale ferm√©e d'azur rehauss√©e d'or, accompagn√©e √† dextre de la lettre H capitale et √† senestre du chiffre IV romain aussi d'azur
Blason de Foix Béarn
  • Remarques
    • Ces armes sont des armes parlantes de forme "rebus" (pau signifie "palissade" en b√©arnais), et de forme "√†-peu-pr√®s" (le paon se dit pavon ou pau [paw]).
    • De la vicomt√© de Foix-B√©arn dont Pau d√©pendait, ses armes s'inspirent des trois pals de Foix et des deux vaches du B√©arn.
    • Dans le blasonnement, l'expression (accompagn√©...)"du chiffre IV romain" est fautive (IV est un nombre compos√© de deux chiffres romains) Meilleurs serait : (accompagn√©...) "d'un IV en chiffres romains".
Blason de Pau
  • Selon Malte-Brun dans La France illustr√©e de 1882, elles se blasonnent ainsi:
    • d'azur √† trois pals fich√©s et al√©z√©s d'argent, r√©unis par une fasce de m√™me, le pal du milieu surmont√© d'un paon faisant la roue en chef, et deux vaches affront√©es d'argent en pointe.
  • Remarques
    • Le chef, ajout√© en 1829, n'est pas √©voqu√© dans sa France Illustr√©e datant pourtant de 1882.
    • Les vaches ici ne sont pas couronn√©es, donc plus proches de celles des armes des seigneurs du B√©arn, √©galement non couronn√©es.
    • Le paon n'a pas de couleur pr√©cis√©e. Il √©tait probablement "au naturel". On le trouve parfois blasonn√© ainsi pour le blason actuel.
Ancien blason de Pau
  • Toujours selon Paul Raymond dans son Dictionnaire topographique B√©arn-Pays basque (p. 133) les anciennes armoiries √©taient
    • d'argent √† trois pals de gueules avec un paon rouant du m√™me perch√© sur celui du milieu.
  • Selon des notes de Gaston du Breuille (de Pau, 1896) Les anciennes armoiries conc√©d√©es, en 1482, par Fran√ßois-Phoebus, roi de Navarre, √©taient :
    • d'argent, √† trois pals de gueules, au paon rouant d'azur perch√© sur le milieu.
  • Remarques:
    • Ces blasonnements sont certainement incomplets ou d√©fectueux, car on voit mal comment un paon (ou quoi que ce soit) pourrait √™tre pos√© sur un pal qui par d√©finition va jusqu'au sommet de l'√©cu. La contradiction pour la couleur du paon est secondaire ("De gueules" - "du m√™me" que les pals- pour Raymond ou "d'azur" pour Du Breuille)
    • Toutefois A. Fourcade dans son Album pittoresque et historique des Pyr√©n√©es (p. 9), d√©crit en langage profane ces armoiries: trois pals, sur l'un desquels, savoir celui du milieu, est perch√© un paon faisant la roue. octroy√©es par Fran√ßois-Phoebus ( mais en 1442 cette fois !)
    • Il semble donc qu'en fait il ne s'agit pas de "pal-pi√®ce honorable", mais d'un meuble "pieux", qui pr√©figure d√©j√†, √† la couleur pr√®s, les pals alais√©s au pied fich√© qui composent la barri√®re du blason actuel.

Politique et administration

Deuxi√®me ville d'Aquitaine, Pau est la pr√©fecture des Pyr√©n√©es-Atlantiques et le chef-lieu de six cantons (m√™me si seulement cinq d'entre eux portent son nom) :

Administration municipale

Voici ci-dessous le partage des si√®ges au sein du Conseil municipal de Pau[11] :

Groupe Président Effectif Statut
PS Martine Lignières-Cassou 35 majorité
MoDem François Bayrou 9 opposition
UMP Yves Urieta 5 opposition

Liste des maires

Article d√©taill√© : Liste des maires de Pau.
H√ītel de ville
Liste des maires successifs
P√©riode Identit√© √Čtiquette Qualit√©
1971 2006 André Labarrère PS Député de 1967 à 1968, puis de 1973 à 2001,
Sénateur de 2001 à 2006,
Président de la Communauté d'agglomération Pau-Pyrénées,
Ministre de 1981 à 1986,
Président du conseil régional d'Aquitaine de 1979 à 1981,
Vice-président de l'Assemblée nationale de 1973 à 1974,
Président de l'Association des Eco-Maires de 1989 à 1999
2006 2008 Yves Urieta UMP Président de la communauté d'agglomération de Pau-Pyrénées
2008 2014 Martine Lignières-Cassou PS Députée de la 1ère circonscription des Pyrénées-Atlantiques
Présidente de Pau Porte des Pyrénées Communauté d'agglomération
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Andr√© Labarr√®re meurt le 16 mai 2006 d'un cancer. Lui succ√®de Yves Urieta, √©lu par le conseil municipal le 30 mai. Entre-temps, l'int√©rim a √©t√© assur√© par Martine Ligni√®res-Cassou, premi√®re adjointe et d√©put√©e de la premi√®re circonscription des Pyr√©n√©es-Atlantiques.

Intercommunalité

La ville de Pau fait partie de cinq structures intercommunales :

  • Pau Porte des Pyr√©n√©es Communaut√© d'agglom√©ration ;
  • syndicat d'am√©nagement hydraulique du bassin de l'Ousse ;
  • syndicat intercommunal du centre de loisirs de Narcastet ;
  • syndicat intercommunal de d√©fense contre les inondations du gave de Pau ;
  • syndicat mixte des transports urbains de Pau Porte des Pyr√©n√©es.

Historique des logos

Imp√īts locaux

Les taux applicables aux imp√īts locaux pour 2008 √©taient les suivants :

  • Taxe d'habitation : 22,48 % ;
  • Foncier b√Ęti : 25,10 % ;
  • Foncier non b√Ęti : 52,54 % ;
  • Taxe sur les ordures m√©nag√®res : 8,56 % ;
  • Taxe professionnelle : 24,96 %.

Jumelages

La ville de Pau est jumel√©e avec les villes suivantes[12] :

Population et société

Démographie

Population de Pau et de l'agglomération

La population de Pau intra-muros s'√©l√®ve au recensement de 2006 √† 83 903 habitants. La communaut√© d'agglom√©ration de Pau Pyr√©n√©es compte environ 141 000 habitants et constitue, par le nombre, la 3√®me agglom√©ration d'Aquitaine apr√®s celles de Bordeaux et de Bayonne. Les villes de Bill√®re, Lons et Lescar sont les 3 premi√®res villes de l'agglom√©ration apr√®s Pau (elles comptent environ 35 000 habitants √† elles trois).

√Čvolution d√©mographique

√Čvolution d√©mographique

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8 756 8 465 9 293 11 444 11 285 12 607 13 841 16 170 16 196
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
18 671 21 881 24 563 27 300 28 908 29 971 30 624 33 111 33 012
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
34 268 35 044 37 149 35 665 37 711 38 962 40 451 46 158 48 320
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007  
59 937 74 005 83 498 83 790 82 157 78 732 83 903 84 978  

Nombre retenu √† partir de 1962 : population sans doubles comptes


L'unité urbaine (1999) regroupe 181 471 habitants et l'aire urbaine (1999) 216 868 habitants, ce qui fait de Pau la ville la plus peuplée du département des Pyrénées-Atlantiques et la deuxième de la région Aquitaine après Bordeaux.

Enseignement

√Čcoles maternelles et √©l√©mentaires

  • Groupes scolaires publics
  • Groupe scolaire Henri IV
  • Groupe scolaire Trianon
  • Groupe scolaire Stanislas Lavigne
  • Groupe scolaire Nandina Park
  • Groupe scolaire Les Fleurs
  • Groupe scolaire Gaston PhŇďbus
  • Groupe scolaire du Buisson
  • Groupe scolaire des Lilas
  • Groupe scolaire Joyeux B√©arn
  • Groupe scolaire Lapuyade
  • Groupe scolaire Jean Sarrailh
  • Groupe scolaire Mar√©chal Bosquet
  • Groupe scolaire Bouillerce
  • Groupe scolaire Marcel Pagnol et Paul Gauguin
  • Groupe scolaire Pierre et Marie Curie
  • Groupe scolaire Marancy
  • Groupe scolaire L√©on Say
  • Groupe scolaire Guillemin Les Lauriers
  • Groupe scolaire Marca
  • Groupes scolaires priv√©s
  • √Čcole Sainte-Ursule (M / P)
  • √Čcole Saint-Maur (M / P)
  • √Čcole Saint-Fran√ßois d'Assise (M / P)
  • √Čcole Saint-Dominique (M / P)
  • √Čcole Immacul√© Conception - Beau Fr√™ne (M / P)
  • Esc√≤la Calandreta (M / P)
  • International School of B√©arn (Morlaas) M / P)
  • √Čcoles des "Gens du voyages"
  • √Čcole des Voyageurs (P)

L√©gende : M. : √Čcole maternelle / P. : √Čcole √©l√©mentaires

Enseignement secondaire

  • Coll√®ges publics
    • Coll√®ge Bois d'Amour (S)
    • Coll√®ge Clermont (S)
    • Coll√®ge Jeanne d'Albret (S)
    • Coll√®ge Jean-Monnet (S)
    • Coll√®ge Marguerite de Navarre (S)
  • Coll√®ges priv√©s
    • Coll√®ge Immacul√© Conception - Beau Fr√™ne (S / T)
    • Coll√®ge Saint-Dominique (S / T)
    • Coll√®gi Calandreta de Gasconha (S)
    • Coll√®ge Sainte-Ursule
    • Coll√®ge Saint-Maur

L√©gende : S. : Coll√®ge d'enseignement secondaire / T. : Coll√®ge d'enseignement technique

  • Lyc√©es publics
    • Lyc√©e Honor√©-Baradat (P)
    • Lyc√©e Louis-Barthou (G)
    • Lyc√©e Saint-Cricq (G / P)[13]
    • Lyc√©e Saint-John Perse (G)
  • Lyc√©e priv√©
    • Lyc√©e Immacul√© Conception - Beau Fr√™ne (G / P)
    • Lyc√©e Saint-Dominique

L√©gende : G. : Lyc√©e d'enseignement g√©n√©ral / P. : Lyc√©e d'enseignement professionnel

Enseignement supérieur

Université

Logo de l'UPPA

La ville de Pau poss√®de une longue tradition universitaire puisque une universit√© a √©t√© cr√©√©e √† Pau en 1722. Aujourd'hui Pau est la deuxi√®me ville √©tudiante d'Aquitaine. La ville compte 17 000 √©tudiants et 3 900 chercheurs. Elle poss√®de une universit√© pluridisciplinaire (droit, √©conomie, sciences, sciences humaines), un IUT, un IAE, plusieurs √©coles d'ing√©nieurs, √©coles de commerce et √©coles d'art.

Le Groupement universitaire et de recherche Pyr√©n√©es Oc√©anes Campus f√©d√®re le groupe ESC Pau, cinq √©coles d'ing√©nieurs (ENIT) Tarbes, ENSGTI, EISTI, ESTIA Bidart-Bayonne, ISA BTP), l'Institut d'Administration d'Entreprise (IAE) et l'universit√© de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA), soit (15 000 √©tudiants. Pyr√©n√©es Oc√©anes Campus prend une dimension europ√©enne et rejoindra prochainement l'Universit√© d'Aragon, l'universit√© de Pampelune et plusieurs √©coles de commerce et d'ing√©nieurs espagnoles. La pr√©sidence est assur√©e par Philippe Lafontaine, directeur du groupe ESC Pau.

L'Universit√© de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA) compte (12 000 √©tudiants r√©partis sur cinq sites : Pau, Anglet, Bayonne, Mont-de-Marsan (Landes) et Tarbes (Hautes-Pyr√©n√©es). Son implantation d√©passe ainsi le strict cadre de l'acad√©mie de Bordeaux et empi√®te quelque peu sur celui de l'acad√©mie de Toulouse. L'universit√© de Pau et des Pays de l'Adour compte (2007) 25 laboratoires et 650 chercheurs.

Grandes écoles et autres établissements

  • √Čcole nationale sup√©rieure en g√©nie des technologies industrielles (ENSGTI) : √©cole d'ing√©nieurs d√©pendant de l'Universit√© de Pau, elle est situ√©e au nord du campus et propose une formation d'ing√©nieur en chimie, des DEA et doctorats. L'ENSGTI entretient des partenariats avec les entreprises de p√©trochimie de la r√©gion et l'IFP. Elle fait partie du r√©seau des √©coles d'ing√©nieurs de chimie. Depuis 2008 l'√©cole poss√®de aussi une deuxi√®me fili√®re qui forme des ing√©nieurs en √Čnerg√©tique;

Centres de recherche

L'universit√© compte 34 √©quipes de recherche dont 11 √©quipes associ√©es au CNRS et une √©quipe de l'INRA. Quelques groupements d'√©quipes de recherche publique et/ou priv√©e :

  • l'Institut de recherche sur les soci√©t√©s et l'am√©nagement (IRSAM) ;
  • l'IRMAPE, le centre de recherche en management et sur les organisations du Groupe ESC Pau ;
  • l'Institut de biologie environnementale Aquitaine Sud (IBEAS) ;
  • propri√©t√©s psychosensorielles des mat√©riaux (2psm) fond√© par l'√©cole des mines d'Al√®s et l'universit√© de Pau ;
  • l'Institut pluridisciplinaire de recherche en environnement et mat√©riaux (IPREM), regroupant 4 √©quipes du CNRS. Le nouveau b√Ętiment a √©t√© inuagur√© en 2006 sur la technopole Helioparc ;
  • l'√Čcole des Mines de Paris, qui dispose au sein de la technopole H√©lioparc d'un centre d'essai de forage (h√©ritier du Banc de Forage con√ßu par les √©quipes de la SNPA puis de ELF Aquitaine dans les ann√©es 1970-1997) pour la conception et l'optimisation des outils de coupe  ;
  • l'Institut pluridisciplinaire de recherche appliqu√©e dans le domaine du g√©nie p√©trolier (IPRA) ;
  • l'Institut fran√ßais du p√©trole (IFP) bureau de partenariat avec les PME-PMI ;
  • le centre scientifique et technique Jean F√©ger, centre de recherche et d√©veloppement du groupe Total (auparavant ELF Aquitaine (secteur exploration et production), haut lieu de la recherche p√©troli√®re en Europe, regroupant plus de 2 000 personnes dont 800 chercheurs.

Santé

Centres hospitaliers

  • Le centre hospitalier de Pau est compos√© de trois p√īles d'accueil dispos√©s ainsi :
    • l‚Äôh√īpital Fran√ßois-Mitterrand ;
    • le centre Hauterive, comprenant entre autres le service de r√©√©ducation fonctionnelle, l'unit√© de soins de suite et de r√©adaptation m√©dicale et le service de m√©decine nucl√©aire ;
    • le centre Jean-Vignalou, destin√© √† la g√©rontologie.
  • Un √©tablissement sp√©cialis√©, le Centre Hospitalier des Pyr√©n√©es, situ√© avenue du G√©n√©ral-Leclerc, est un √©tablissement public de sant√© mentale.

Instituts de formations paramédicales

  • L‚ÄôInstitut de formation des cadres de sant√© (IFCS) dispense la formation de cadres de sant√©, fili√®re infirmier ;
  • L‚ÄôInstitut de formation en soins infirmiers (IFSI) et l'Institut de formation des aides soignants (IFAS) ;
  • Le Centre de formation continue des professionnels de sant√© (CFCPS).

Cliniques et p√īles priv√©s

Le centre hospitalier de Pau a contribu√© √† la constitution d‚Äôun important p√īle de sant√© en permettant le regroupement de diff√©rents √©tablissements priv√©s √† proximit√© du domaine hospitalier :

  • les Jeunes Ch√™nes : √©tablissement de soins de suite et de r√©adaptation (acc√®s par le boulevard de l‚ÄôEurope) ;
  • la polyclinique de Navarre, boulevard Hauterive ;
  • la clinique Princess, boulevard Hauterive ;
  • le Nid b√©arnais, boulevard Hauterive.

Il accueille √©galement le site palois de l‚Äô√Čtablissement fran√ßais du sang (145, avenue de Buros).

Autres établissements privés

  • la polyclinique Marzet, boulevard Alsace-Lorraine √† Pau ;

Gastronomie

Pau, devenue capitale historique du B√©arn en 1464, offre des sp√©cialit√©s gastronomiques du sud-ouest et des plats typiquement b√©arnais ou palois :

  • la sauce b√©arnaise (cr√©ation non b√©arnaise mais qui en utilise des ingr√©dients typiques) ;
  • la garbure, potage roboratif √† base de chou, de haricots blancs, de confit d'oie, de jambon ou de lard ;
  • le foie gras, confit, magret et autres plats d√©riv√©s du canard ou de l'oie ;
  • la ventr√®che, tranche de poitrine de porc s√©ch√©e, mang√©e nature ou accompagn√©e d'un Ňďuf sur le plat ;
  • la broye, bouillie √©paisse et sal√©e de farine de ma√Įs, additionn√©e de petit lait ou de graisse d'oie, consomm√©e en tranches frites √† la po√™le ou en cubes, avec du caf√© au lait ;
  • le trinxat, plat populaire montagnard constitu√© d'une pur√©e de choux et de pommes de terre m√©lang√©s √† de la poitrine fum√©e, que l'on fait frire ;
  • la palombe, nom r√©gional donn√© au pigeon ramier, oiseau migrateur qui traverse la r√©gion du Sud-Ouest, cuisin√©e en sauce ou r√ītie ;
  • la poule au pot, sorte de pot-au-feu dans lequel une poule est bouillie ;
  • le jambon dit ¬ę de Bayonne ¬Ľ est en r√©alit√© un jambon b√©arnais, fabriqu√© √† partir de porcs des vall√©es d'Ossau et d'Aspe. Ce jambon √©tait historiquement sal√© √† Salies-de-B√©arn puis export√© via l'Adour depuis le port de Bayonne d'o√Ļ l'appellation abusive jambon de Bayonne. Aujourd'hui, l'essentiel du jambon de Bayonne est fabriqu√© dans le B√©arn. Le porc, et en particulier le porc noir, n'a √©t√© introduit dans le Pays basque que dans les ann√©es 1960 pour faire face √† une grave crise agricole ;
  • le fromage des Pyr√©n√©es, au lait de brebis des montagnes, dont le plus connu est l'Ossau-Iraty (AOC). Ce fromage peut √™tre d√©gust√© en particulier avec de la confiture de cerise, dont la r√©put√©e confiture de cerises noires de Itxassou ;
  • le greuil(h), petit lait de brebis recuit, mang√© froid et nature, souvent sucr√© et allong√© d'un peu de caf√© ou sal√© (√©quivalent de la ricotta) ;
  • le pastis, g√Ęteau √† p√Ęte ferme et lev√©e, voisin du kouglof ;
  • les Coucougnettes du Vert Galant, √©lu meilleur bonbon de France en 2000;
  • le g√Ęteau √† la broche (ou g√Ęteau des Pyr√©n√©es, ou rocher des Pyr√©n√©es), monumental g√Ęteau pyramidal, g√©n√©ralement cuisin√© pour les mariages. Il est lentement construit par accumulation de couches d'une p√Ęte tr√®s riche en Ňďufs, d√©pos√©e sur une broche tournant au-dessus d'un feu, de sorte que la cro√Ľte, jaune et brillante, est h√©riss√©e de nombreuses pointes ou mamelons ;
  • les merveilles, beignets croustillants faits traditionnellement pour le Mardi Gras, √† partir d'une p√Ęte √©paisse √† base de farine de bl√©, d'Ňďufs, de sucre et de mati√®re grasse, √©tir√©e au rouleau, entaill√©e puis frite ;
  • le miel des coteaux de Juran√ßon et de Saint-Faust. Le B√©arn est une des premi√®res r√©gions productrices de miel. Il est utilis√© dans les sauces, desserts et mari√© aux produits √† base de canard (magret au miel) ;
  • le Juran√ßon, vin blanc sec ou moelleux de renom ;
  • le vin de Madiran ;
  • le vin de B√©arn, vin rouge l√©ger dont les vignobles sont situ√©s √† l'Ouest du B√©arn;
  • le vin de Pacherenc, vin blanc liquoreux √©lev√© √† la fronti√®res du Gers et des Hautes Pyr√©n√©es.

Restaurants et bars

Pau intra-muros compte plus de cent soixante restaurants, depuis les vieux quartiers (Ch√Ęteau, H√©das), jusqu'√† la p√©riph√©rie. Certains, particuli√®rement r√©put√©s, sont √©toil√©s au Guide Michelin.

Culture

La ville de Pau est marquée par une identité culturelle forte, avec la présence d'une école bilingue français-occitan (calandreta Paulina) (90 élèves) à Pau et une dans l'agglomération à Lescar (60 élèves), par une pratique vivante du béarnais et par le succès des groupes culturels béarnais. La ville a cependant reçu de tous temps des influences étrangères importantes (Anglais, Espagnols, Russes, Brésiliens) et reste encore aujourd'hui très ouverte sur l'extérieur (forte communauté étudiante anglaise, présence de Néerlandais, d'Espagnols, de Marocains...). Située près de Dax, Bayonne et Biarritz, Pau est une ville amatrice de ferias. Les bandas, les bodegas (débits de boissons à l'animation typique) et les groupes de chant béarnais sont nombreux parmi lesquels Nadau, Lo Cèu de Pau, Balaguera.. La ville accueille, depuis 2005, le festival Hestiv'oc qui est le grand festival de l'Occitanie.

L'association des Palois et des B√©arnais √† Paris, La Garbure, a √©t√© fond√©e vers 1890 par un pharmacien b√©arnais mont√© √† la capitale pour ouvrir une boutique boulevard Haussmann. L'histoire de cette association, qui n'a d√©pos√© et ne d√©posera aucun statut, ne se transmet qu'oralement... Mais l'esprit initial reste le m√™me : r√©unir deux ou trois fois par an les ¬ę expatri√©s ¬Ľ dans une ambiance amicale pour parler du pays autour d'un bon repas. Sans enjeux, sans dimension politique, m√™me si des hommes politiques comme Louis Barthou, Fran√ßois Bayrou et d'autres n'ont jamais n√©glig√© cette ¬ę caisse de r√©sonance ¬Ľ qui r√©unit aussi des c√©l√©brit√©s du spectacle, de l'information et de la gastronomie.

Langue

Le b√©arnais, langue d'√Čtat avant 1620, est un dialecte gascon de l'occitan. Pour l'anecdote, il existait un dictionnaire anglais-b√©arnais √† l'usage des Britanniques qui venaient en vill√©giature √† Pau. Le mot caddie a √©t√© form√© au golf de Pau (Bill√®re) √† partir du b√©arnais capd√®th, selon le gar√ßon qui portait des clubs de golf.

L'Ostau Bearnés[14] est un organisme palois qui regroupe toutes les associations qui pratiquent ou enseignent la langue.

Centres et équipements culturels

  • Le Z√©nith : tr√®s moderne et dot√© de (6 800 places (ou jusqu'√† 4 500 places assises), il accueille des artistes nationaux et internationaux au sein d'op√©ras, concerts, cabarets, spectacles de cirque et sur glace. Il est situ√© pr√®s du Palais des Sports, boulevard du Cami Sali√©.
  • Le parc des expositions de Pau : situ√© √† l'ouest de la ville, √† cheval sur Pau et Bill√®re, il accueille 450 000 visiteurs et 200 manifestations par an.
  • Le cin√©ma d'Art et d'Essai Le M√©li√®s : il abrite un centre de recherche sur la cr√©ation cin√©matographique et organise tous les ans un festival, les Rencontres du cin√©ma fran√ßais.
  • La m√©diath√®que intercommunale √† dimension r√©gionale (MIDR) : originellement pr√©vue sur le secteur du parc Beaumont dans le cadre d'un projet de l'architecte Zaha Hadid (laur√©ate du prix Priktzer 2004, son projet initial futuriste en fibre de carbone a √©t√© abandonn√© pour des raisons techniques et financi√®res), elle aurait pu √™tre construite prochainement dans le quartier de la gare, mais une modification des vues du maire intervenue d√©but 2007 pourrait amener finalement la m√©diath√®que en centre ville sur le site de l'actuelle √©cole Henri-IV. Le nouveau projet se monte √† 17 M‚ā¨ et doit mettre en r√©seau l'ensemble des m√©diath√®ques de l'agglom√©ration.
  • Centre socio-culturel La P√©pini√®re.
  • Palais Beaumont, auditorium, lieu de r√©sidence de l'Orchestre symphonique de Pau-Pays de B√©arn, centre de congr√®s qui fait partie du groupement des HCCE (Historic Conference Centres of Europe).
  • "Les Abattoirs " : p√īle culturel intercommunal (PCI) √† Bill√®re : anciens abattoirs r√©nov√©s en centre culturel d'art moderne, le centre h√©berge une salle de concert, des halls d'exposition, une sc√®ne de th√©√Ętre et des studios d'enregistrement. √Čquipement culturel public, le PCI met au cŇďur de ses missions le soutien √† la cr√©ation artistique contemporaine et la coop√©ration culturelle territoriale. L‚Äôune des sp√©cificit√©s du projet est de permettre aux structures culturelles, associations, artistes, habitants d‚Äôadh√©rer au projet et ainsi d‚Äô√™tre impliqu√©s dans son d√©veloppement et sa mise en Ňďuvre.
  • La Centrifugeuse : la Centrifugeuse est le service culturel de l'universit√© de Pau et des Pays de l'Adour mais aussi une salle de concerts, de spectacles et un espace d'exposition situ√© √† la Maison de l'√Čtudiant sur le campus. Toute l'ann√©e, une programmation internationale √©clectique et de qualit√© y est propos√©e.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Musées

  • Mus√©e national du Ch√Ęteau de Pau : cr√©√© en 1929 et abrit√© dans le ch√Ęteau qui vit na√ģtre le futur Henri IV le 13 d√©cembre 1553. √Ä la fois v√©ritable forteresse m√©di√©vale, palais Renaissance, r√©sidence royale, ce magnifique mus√©e situ√© au cŇďur de la ville est un des mus√©es nationaux les plus visit√©s de France (moyenne de 100 000 visiteurs par an). Les visiteurs aiment s'attarder devant l'√©norme carapace de tortue, l√©gendaire berceau du bon roi Henri IV... Les conservateurs successifs se sont attach√©s √† r√©unir tableaux, objets d'art et documents ayant trait au temps d'Henri IV. √Ä l'int√©rieur, un d√©cor simple et chaud aux murs lambriss√©s, rehauss√©s de filets d'or, des plafonds √† caissons et de superbes tapisseries des Gobelins,abrite une des plus belles collections de France. La salle √† manger surprend toujours les visiteurs par sa grande table pouvant recevoir 100 couverts tandis que de superbes Ňďuvres d'art tapissent les murs des grands salons aux couleurs vives.
  • Mus√©e b√©arnais : sa r√©ouverture au public n'est pas actuellement programm√©e. On y trouve des collections d'arts et traditions populaires du B√©arn : faune, flore, costumes, mobilier, m√©tiers artisanaux (fabrication du b√©ret, des espadrilles et sabots, tissage, carrier).
  • Mus√©e Bernadotte : modeste maison de tonnelier qui a vu na√ģtre et grandir Jean-Baptiste Jules Bernadotte, devenu mar√©chal de France puis roi de Su√®de en 1818 et fondateur de l'actuelle famille r√©gnante de ce pays. Il renferme une vieille cuisine b√©arnaise.
Edgar Degas, Le Bureau du coton à la Nouvelle-Orléans, 1873, musée des Beaux Arts de Pau.

.

  • Mus√©e des parachutistes.
  • Mus√©e de l'aviation qui retracera les d√©buts des pionniers de l'aviation √† Pau depuis le d√©but du XXe si√®cle. Son ouverture est pr√©vue en 2009.
  • Mus√©e F√©erie gourmande, situ√© √† Uzos.
  • Mus√©e de la r√©sistance et de la d√©portation, situ√© au cŇďur du parc Lawrance.

En savoir sur les mus√©es de l'agglom√©ration Pau-Pyr√©n√©es : Site officiel de l'office de tourisme et des congr√®s.

Espaces d'exposition

  • L'h√ītel du d√©partement.
  • La salle Nouste-Henric.
  • Le palais Beaumont.
  • Le Parvis.
  • Le pavillon des Arts.
  • Le p√©ristyle de l'h√ītel de ville.

Th√©√Ętres et formations orchestrales

  • L'Orchestre symphonique de Pau-Pays de B√©arn, dirig√© par Fay√ßal Karoui. Cet orchestre symphonique se produit dans l'auditorium du palais Beaumont mais aussi en France et √† l'√©tranger (Saragosse, Moscou, Nantes pour La Folle Journ√©e).
  • Th√©√Ętre du Monte-Charge.
  • Th√©√Ętre Saint-Louis, th√©√Ętre historique de Pau proche de la place Royale.
  • Th√©√Ętre Saragosse, sc√®ne nationale pr√®s du quartier Saragosse (connu aussi sous le nom de OSP).
  • Th√©√Ętre Tam-Tam.
  • Th√©√Ętre Artsc√®ne Th√©√Ętre.
  • Liste √† laquelle on peut ajouter la Com√©die des Mutins √† Lescar dans l'agglom√©ration paloise.

Festivals

La ville de Pau abrite de nombreux festivals tout au long de l'ann√©e, parmi lesquels :

  • Carnaval Biarn√©s[r√©f. n√©cessaire] ;
  • Cin√© Cit√© ;
  • l'√Čt√© √† Pau ;
  • festival acces(s)cr√©√©e en 2000 (cultures √©lectroniques) www.acces.s.org ;
  • festival Amplitudes ;
  • festival Beta Project ;
  • festival Bulles d'Afrique ;
  • festival CulturAmerica ;
  • festival de danses plurielles ;
  • festival de la Cara√Įbe ;
  • festival du cin√©ma en langue portugaise ;
  • festival du film gay et lesbien ;
  • festival Hestiv'√íc[15], ¬ę festival des musiques et cultures du Sud ¬Ľ cr√©√© en 2005 ;
  • festival Images montagne ;
  • festival "Regarder sur les C√īt√©s" ;
  • festival Le Br√©sil frappe √† ta porte ;
  • festival Mosa√Įka ;
  • festival Pau ville russe ;
  • festival Urban session ;
  • festival Emma√ľs
  • forum international des peuples autochtones unis (dont l'unique prestation en juin 2006 s'est achev√©e par le d√©p√īt de bilan et la mise en liquidation ; un an plus tard l'enqu√™te judiciaire suit son cours) ;
  • festival international du Film de Pau (1re √©dition en novembre 2010) ;
  • rencontres Internationales de Danse - Rezodanse.

Audiovisuel

Presse écrite

La r√©gion est couverte par 3 quotidiens locaux d√©pendant du Groupe Sud-Ouest :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Télévision

Radio

  • France Bleu B√©arn, qui fournit un programme commun national que reprennent les programmes locaux des stations en r√©gions.
  • NRJ Pyr√©n√©es, radio nationale avec plages horaires r√©serv√©e pour la programmation locale.
  • Virgin Radio Sud Aquitaine, radio nationale avec plages horaires r√©serv√©e pour la programmation locale.
  • Atomic, une programmation pop, rock et dance.
  • Radio Inside, une programmation pop, rock et dance.
  • RPO (Radio Pau Ousse)
  • R√†dio Pa√≠s, radio associative consacr√©e √† la culture occitane.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sports

Ville depuis toujours très sportive, Pau est dotée de nombreuses infrastructures importantes et de plusieurs clubs de sport de haut niveau.

Clubs

  • Basket-ball : le club professionnel de l'√Član b√©arnais Pau-Orthez est l'un des plus prestigieux clubs fran√ßais et compte neuf titres de champion de France (1986, 1987, 1992, 1996, 1998, 1999, 2001, 2003 et 2004), six coupes de France (1991, 1992, 1993, 2002, 2003, 2007), trois Tournois des As (1991, 1992, 1993), une Semaine des As (1993) et un titre de vainqueur de la Coupe Korańá en 1984 (Coupe d'Europe). En 2007, le club s'est hiss√© dans le top 16 europ√©en. Ses r√©sultats √† la fin de la saison 2008-2009 le r√©trogradent en Pro B. Apr√®s une r√©organisation de son capital, le club change de nom et devient l‚Äô√Član b√©arnais Pau-Lacq-Orthez (√ČBPLO). S'ensuit une saison 2009-2010 totalement r√©ussie avec une premi√®re place en saison r√©guli√®re (signifiant une remont√©e imm√©diate en Pro-A) et un titre de champion de France de Pro-B d√©croch√© √† Paris Bercy contre le CSP Limoges ;
  • Cano√ę-kayak : le club universitaire palois Pyr√©n√©es-Eaux-Vives (CUPPEV) compte quatre champions de tr√®s haut-niveau : Patrice Estanguet, m√©daill√© de bronze au Jeux olympiques d'Atlanta en 1996, Tony Estanguet, le fr√®re cadet de Patrice, double champion olympique en 2000 et 2004 et triple champion du monde (2006, 2009 et 2010), Fabien Lef√®vre, double champion du monde (2002 et 2003) et deux fois m√©daill√© aux Jeux olympiques (2004 et 2008) et Julien Billaut, champion du monde en 2006 ;
  • Escrime : la Section paloise (escrime) est un des clubs les plus prestigieux de France. Depuis sa cr√©ation, dans le quartier du H√©das, de nombreux champions olympiques et mondiaux sont issus du club. Depuis 1959, la Section assure la continuit√© de cette discipline olympique avec √† son actif, trois m√©dailles mondiales, plusieurs places de finalistes en coupe du monde et 26 titres de champion de France. Sont enseign√©es les six disciplines : l'√©p√©e, le fleuret et le sabre pour les hommes et pour les femmes, sous la houlette des ma√ģtres d'armes Alain Coicaud, Laurent Vicenty et Michel Salesse. La Section est class√©e premi√®re des clubs du Sud-Ouest aux trois armes et parmi les meilleurs clubs fran√ßais. La saison 2005-2006 fut un cru exceptionnel qui vit plusieurs comp√©titeurs palois, men√©s notamment par Julien M√©dard, Timoth√© Lallement et Romain Miramon, gagner des titres nationaux et internationaux en individuel et en √©quipe ;
  • Baseball et Softball : les Pumas de Pau ont √©t√© champions de France en 2004 et finalistes en 2006 ;
  • Sports a√©riens : l'a√©ro-club du B√©arn, le plus ancien a√©ro-club de France, fond√© par Paul Tissandier en 1909 √† la suite du s√©jour des fr√®res Wright √† Pau, o√Ļ ils avaient transf√©r√© l'√©cole de pilotage initialement ouverte au Mans en 1908 ;
  • Parachutisme : la r√©gion de Pau, r√©put√©e pour sa faible exposition au vent, est un haut lieu de parachutisme et concentre plusieurs clubs. Pau a d'ailleurs accueilli plusieurs championnats du monde et est le si√®ge de l'ETAP ;
  • Rugby √† XV :
    • la Section paloise, club cr√©√© en 1902 est l'un des plus anciens et des plus prestigieux clubs de rugby fran√ßais. La Section paloise a remport√© trois titres de champion de France (1928, 1946 et 1964), trois Coupes de France (1939, 1952, 1997) et un Challenge Europ√©en (2000). R√©cemment, le club a particip√© √† 2 demi-finales du championnat fran√ßais (1996, 2000) et une demi-finale de la H Cup (1998). Le club a figur√© dans l'√©lite, Top 16 devenu Top 14, jusqu'en 2006. Il est maintenant en pro D2 ;
  • √Čchecs :
    • √Čtant l'un des plus vieux clubs d'√©checs, l'√Čchiquier Henri IV, cr√©√© en 1925, est le plus grand club d'Aquitaine. Il est aussi l'un des 45 clubs √† avoir re√ßu, jusqu'en 2013, le label formateur des clubs.

√Čquipements

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Le stade d'eaux-vives de Pau-Pyr√©n√©es a ouvert en 2008. C'est un bassin artificiel aliment√© par le gave de Pau. Il accueille en particulier le p√īle √©lite de l'√©quipe de France de kayak ainsi que le p√īle espoir. Il a accueilli une manche de coupe du monde en 2009.
  • Le stade nautique : cette piscine ext√©rieure abritait deux bassins, dont un ¬ę presqu'olympique ¬Ľ (il ne lui manquait qu'un tout petit centim√®tre pour √™tre homologu√©), et une fosse √† plongeon; le stade a √©t√© ferm√© en 2008 pour insalubrit√©.
  • Cheval d√©tente des berges du gave : centre √©questre dot√© d'un poney club, pour initiations, stages, balades.
  • Le domaine hippique de Sers et l'hippodrome du Pont-Long : il est le deuxi√®me centre hippique de France, derri√®re Chantilly et devant Maisons-Laffite pour la course d'obstacle. Il s'y dispute vingt-huit r√©unions d'obstacles et de plat par an. Le parcours de steeple-chase est l'un des plus redoutables d'Europe. Le centre d'entra√ģnement de Sers abrite six cents chevaux.
  • Le circuit automobile et moto de Pau-Arnos situ√© √† Arnos.
  • Le complexe de pelote basque), inaugur√© en 2006, est constitu√© d'un ja√Į-ala√Į, d'un mur √† gauche et d'un trinquet et d'un fronton place libre. C'est la plus grande installation de pelote basque en Europe (2 600 places) et la seule en France o√Ļ se d√©roulent des paris sportifs. Cet ensemble est notoirement sous-employ√©. Les championnats du monde de pelote basque amateur (sport basque) auraient d√Ľ s'y d√©rouler en 2006 et se sont d√©roul√©s en 2010.
  • Deux golfs se situent pr√®s de Pau : le golf d'Artiguelouve et le Pau Golf Club 1856, situ√© √† Bill√®re. Cr√©√© par des √Čcossais en 1856, il fut le premier du continent et un des plus anciens du monde. Il offre un parcours de 18 trous et son club-house de style victorien abrite un restaurant et un bar √† l'ambiance britannique.
  • Le palais des sports de Pau : une des plus belles salles d'Europe, avec 7 856 places assises. Elle est la 2e plus grande salle de France apr√®s Bercy. Si√®ge de l'√Član b√©arnais, il servit √©galement aux √©preuves de Coupe Davis, aux championnats du monde de handball ou au championnat de France de gymnastique.
  • Le plantier de Pau : le jeu de quille, anc√™tre du bowling, s'y pratique avec une boule de 6,2 kg et neuf quilles de 96 cm.
  • Le stade du Hameau, stade de (13 966 places situ√© √† l'est de la ville, si√®ge de la Section paloise rugby et du Pau football club. Le stade poss√®de 2 tribunes couvertes, une salle de remise en forme et un club house.
  • Le stade de rugby de la Croix-du-Prince, si√®ge historique de la Section paloise.
  • Le stade Andr√©-Lavie, stade d'athl√©tisme de Pau et lieu d'entra√ģnement des √©quipes sportives universitaires. Ce site a re√ßu la comp√©tition Interville Pau-Saint Jean de Luz le 13 ao√Ľt 2007.
  • Le mur d'escalade du SUAPS : plus haut mur d'escalade d'Aquitaine et de Midi-Pyr√©n√©es, il est un haut lieu d'entra√ģnement des grimpeurs pyr√©n√©ens.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

√Čv√©nements

  • √Čtapes des championnats de France de cano√ę-kayak ;
  • Concours complet international de Pau en √©quitation, nomm√© les √Čtoiles de Pau.
  • Crit√©rium cycliste Pau Lyautey.
  • Rencontres internationales de capoeira.
  • Rencontres internationales de danse organis√©es par l'association REZODANSE.
  • Grand Prix automobile de Pau. Il a lieu √† la Pentec√īte sur un circuit au cŇďur de la ville. En 2006 ce fut le soixante-sixi√®me du nom et le seul circuit en ville de France. Parmi les coureurs du Grand Prix de Pau, se sont illustr√©s : Louis Renault, Nino Farina, Juan Manuel Fangio (vainqueur 2 fois), Jackie Stewart (vainqueur en 1968), Jacques Lafitte (vainqueur en 1975), Alain Prost, Jean Alesi (vainqueur en 1989) ou plus r√©cemment Juan Pablo Montoya (vainqueur en 1997 et 1998) et plus r√©cemment Lewis Hamilton en Formule 3. Le circuit de Pau est le plus vieux de France. C'est √† Pau que s'est d√©roul√©e en 1901 la premi√®re course officielle de F1 avant m√™me l'existence du championnat du monde, qui appara√ģt en 1950. Pau est le premier ¬ę Grand Prix ¬Ľ √† avoir re√ßu cette appellation, r√©serv√©e jusque l√† aux courses de chevaux. On peut ajouter qu'en 2009, le circuit a accueilli pour la troisi√®me ann√©e cons√©cutive le WTCC, championnat du monde des voitures de tourisme. Avec le championnat du monde de Formule 1 et celui des rallyes, le WTCC est la 3e et derni√®re √©preuve pouvant pr√©tendre √† ce qualificatif. Le Grand Prix de Pau est aujourd'hui remis en cause par la population paloise du fait notamment de son co√Ľt finacier et environnemental. Il est probable qu'il ne se tiendra pas en 2010.
  • Tour de France : en 2006, Pau est ville-√©tape du Tour pour la soixanti√®me fois. Elle a m√™me √©t√© ville-repos et ville-d√©part pour l'√©dition 2007 ; Pau a ainsi √©t√© le point de d√©part de la 17e √©tape du Tour de France 2007 qui a eu lieu le 26 juillet. Le parcours de 188 kilom√®tres a reli√© Pau √† Castelsarrasin.
  • Grand Prix de Pau historique : √©v√©nement rassemblant des v√©hicules ayant anim√© les courses automobiles d'autrefois. En 2007, dix plateaux, soit 280 voitures, ont occup√© le circuit au cŇďur de la Ville durant deux jours, les 27 et 28 mai.
  • des √©v√©nements fr√©quents comme la Coupe Davis de tennis (quatre fois), le championnat du monde de handball f√©minin, le championnat d'Europe des nations de basket, les championnats de France de gymnastique, les championnats de France de saut en parachute...
  • Marathon de Pau, dont le d√©part a lieu chaque ann√©e depuis le palais Beaumont.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

√Čconomie

Pau est le deuxi√®me p√īle √©conomique d'Aquitaine, apr√®s Bordeaux. Ville universitaire, elle concentre plusieurs centres industriels et centres de recherche importants, dans les domaines du g√©nie p√©trolier et des g√©osciences, de la p√©trochimie et de la chimie, de l'agroalimentaire, de la m√©canique, de l'a√©ronautique et de l'informatique.

Pau b√©n√©ficie de sa situation centrale dans la r√©gion des "Pays de l'Adour" et de sa situation entre deux bassins importants de population : Bayonne/Anglet/Biarritz (160 000 hab.) et le bassin de Tarbes/Lourdes (110 000 hab.) ainsi que des bassins secondaires plus diffus : le sud des Landes/Dax (90 000 hab.) et les bassins d'Auch (40 000 hab.), d'Orthez/Lacq (30 000 hab.) et d'Oloron (20 000 hab.).

La commune fait partiellement partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

  • Fonctions tertiaires : administrative (pr√©fecture‚Ķ), culturelle (universit√©), judiciaire (cour d'appel), commerciale.
  • Centre scientifique et technique Jean F√©ger, du groupe p√©trolier TOTAL (auparavant ELF Aquitaine).
  • centre de recherche Euralis.
  • Technopoles H√©lioparc, Pau Cit√© Multim√©dia et P√īle E-Business sud aquitain (PEBA).
  • Industrie a√©ronautique et spatiale.
  • Industrie √©lectrique.
  • Industrie agro-alimentaire et viticole.
  • Chimie fine et industrie pharmaceutique.
  • Informatique, NTIC.
  • Pau Broadband Country (Fibre optique jusqu'√† l'abonn√©).
  • Tourisme d'affaire, s√©minaires, congr√®s.

Industrie

Pau a connu un essor économique important fondé sur la découverte du gisement géant de gaz naturel de Lacq. Découvert dans les années 1950 (par l'ingénieur Jean Féger), il était alors le plus grand gisement terrestre de gaz d'Europe et a permis à la France d'être autosuffisante en gaz pendant presque trente ans. C'est à Lacq qu'est née la SNPA, Société Nationale des Pétroles d'Aquitaine, devenue après fusion avec ELF, le groupe ELF Aquitaine puis Total lors de son intégration dans le groupe TotalFinaElf. Des groupes pétroliers et para-pétroliers (Total Exploration Production France, Total SA, Total Infrastructures Gaz France (TIGF), Schlumberger, Halliburton) et chimiques (Arkema, Air liquide) sont installés à Pau ou dans les environs (à Lacq avec le parc chimique Chemparc mais aussi à Pardies et Artix).

Le centre scientifique de Total √† Pau est le 1er centre de recherche pour l‚Äôexploration et la production de gaz et de p√©trole en Europe, soit plus de 2 000 personnes, dont 900 docteurs et ing√©nieurs en g√©osciences, r√©sultant de la fusion des moyens d‚ÄôELF Aquitaine et de Total[18]. La recherche en g√©osciences repose aussi sur des partenariats universit√©/entreprises notamment avec la F√©d√©ration de recherche appliqu√©e au g√©nie p√©trolier (IPRA), constitu√©e d‚Äô√©quipes mixtes de recherche CNRS/universit√© de Pau et des Pays de l‚ÄôAdour (UPPA) et Total (L'IPRA repr√©sente 130 enseignants, chercheurs et allocataires, un budget annuel d'1,5 million d‚Äôeuros et 6 Masters scientifiques). La recherche et l'ing√©nierie en g√©osciences est √©galement pr√©sente au travers de soci√©t√©s sp√©cialis√©es (CGG, Paradigm G√©ophysical, TTI, VERITAS‚Ķ) implant√©es, pour la plupart, sur le site de la technopole H√©lioparc et des centres de formation sp√©cialis√©s (IFP Training, NExT-Schlumberger, Wellstaff, Baker Hugues‚Ķ).

Le bassin de Pau et de Lacq s'est aussi orienté vers la chimie fine (Acetex) et les nouveaux matériaux. Une haute technologie des matériaux composites et des nanomatériaux s'est petit à petit développée en Béarn avec la Société des fibres de carbone (SOFICAR) et le GRL (Groupement de recherches de Lacq), un des principaux centres de recherche d’ARKEMA.

Se sont √©galement d√©velopp√©s r√©cemment les investissements autour des √©nergies nouvelles et d'autres √©nergies : les bio-carburants (site de fabrication de bio√©thanol de la soci√©t√© AB Bioenergy France, investissement de 150 M‚ā¨), la biomasse (cellulose) et la production d'√©lectricit√© √† partir de gaz (site de production de la SNET, investissement de 400 M‚ā¨). Un pilote de process de captation et de s√©questration du CO2 est √©galement en cours (investissement industriel de 100 M‚ā¨).

À terme, ces activités de chimie fine et de spécialités, permettront d’assurer la reconversion des activités traditionnelles d'extraction sur le bassin de Lacq.

L'ensemble du complexe √©nerg√©tique (Chemparc) repr√©sente aujourd'hui 12 000 emplois directs.

Moteur d'hélicoptère Arrius

Pau fait partie du p√īle de comp√©titivit√© mondial dans le secteur de l'a√©ronautique Aerospace Valley avec Toulouse et Bordeaux. L'industrie a√©ronautique est repr√©sent√©e par des grands groupes industriels (SAFRAN, Turbom√©ca, Messier Dowty, Exam√©ca, MAP...), et un nombre important de sous-traitants. Avec Biarritz/Bayonne (Dassault) et Tarbes (EADS Socata, Tarmac), la zone des Pays de l'Adour est une r√©gion fortement orient√©e vers l'a√©ronautique (12 000 emplois). Ces entreprises interviennent sur les programmes Airbus A380 / A300 / A330 / A320 (trains d'atterrissage, fibres de carbone, m√©cano-soud√©, a√©rostructures), Eurocopter (moteurs, pi√®ces d'usinage), Boeing (trains d'atterrissage) et Embraer. Pau accueille √©galement le centre de maintenance des h√©licopt√®res Tigre de l'arm√©e de Terre (ALAT). La zone a√©roportuaire en particulier (a√©ropole Pau Pyr√©n√©es) est en pleine expansion et regroupe des sous traitants a√©ronautiques et automobiles.

Le secteur de l'industrie pharmaceutique est en essor et est repr√©sent√© par les soci√©t√©s Pierre Fabre, Boiron, Sanofi, Finorga. Un p√īle bio-sant√© regroupant des industriels de la pharmacie et de la biologie s'est cr√©√© en 2006 autour des entreprises Pierre Fabre et DBI.

L'√©conomie paloise repose aussi sur l'industrie agroalimentaire dans les domaines du ma√Įs, des produits transform√©s (produits laitiers, conserveries, viandes) et de l'industrie viticole (groupes Euralis, Candia, Bongrain, 3A, Michaud, Miot). Avec 400 chercheurs, Pau est le premier centre de recherche europ√©en sur la ma√Įsiculture.

Le secteur de l'électronique et de l'électromécanique compte aussi plusieurs sites industriels dans l'agglomération paloise (Legrand, Arelec, Aquitaine Electronique, Siemens).

Services

Pau concentre √©galement les si√®ges r√©gionaux de nombreuses soci√©t√©s de services en tant que capitale de la r√©gion "Pays de l'Adour" : secteurs bancaire (CA Pyr√©n√©es Gascogne, Banque Pouyanne), assurance (MIF, MSA), BTP (Groupe MAS, Cance) et services aux entreprises (APR, YSA, Vitalicom).

Fibre optique du réseau

Les NTIC ont connu un important d√©veloppement avec le d√©ploiement de la fibre optique dans l'agglom√©ration et l'implantation de soci√©t√©s sp√©cialis√©es dans l'informatique, les r√©seaux et le traitement de l'image. Les technop√īles Helioparc (proche de l'Universit√©, 1 000 emplois), Pau Cit√© Multim√©dia (technop√īle au nord de la ville, 700 emplois) ou les @LLEES (Villa Ridgway, ancien si√®ge d'Elf) concentrent un grand nombre de SSII et d'√©coles d'ing√©nieurs en informatique. Pau devrait, √† terme, √™tre enti√®rement connect√©e √† un r√©seau de fibre optique (Pau Broadband Country) de la communaut√© d'agglom√©rations Pau-Pyr√©n√©es qui permet un d√©bit de 10 √† 100 Megabits (et 1 Gigabit/s pour certaines entreprises) et des applications de types t√©l√©phonie sur IP, services en ligne, webTV. Pau est la troisi√®me ville d'Europe, apr√®s Stockholm et Milan, √† avoir d√©velopp√© un r√©seau de tr√®s haut d√©bit (THD) en fibre optique : le projet a co√Ľt√© 30 millions d'euros et s'est √©tal√© sur cinq ans. Ce r√©seau a encourag√© l'installation de soci√©t√©s fran√ßaises et √©trang√®res sp√©cialis√©es en imagerie, services ou conception en ligne.

Pau, regroupe toutes les fonctions et si√®ges administratifs d'une agglom√©ration √† vocation r√©gionale : cour d'appel pour les d√©partements du ressort de Pau (Pyr√©n√©es Atlantiques, des Landes et du Gers), centre hospitalier r√©gional, chambre de commerce et d'industrie Pau B√©arn, chambre des m√©tiers des Pyr√©n√©es Atlantiques, chambre d'agriculture des Pyr√©n√©es Atlantiques, SDIS 64, universit√© de Pau et des Pays de l'Adour etc. La chambre de commerce et d'industrie de Pau B√©arn g√®re l'a√©roport Pau-Pyr√©n√©es, le groupe ESC Pau, l'h√ītel consulaire, le CNPC et l'IPC de Pau.

En 2006, la chambre de commerce et d'industrie Pau B√©arn dont le si√®ge est √† Pau compte 11 000 soci√©t√©s industrielles et commerciales enregistr√©es.

Pau est √©galement une ville de congr√®s, de colloques et de tourisme d'affaires avec des infrastructures qui permettent d'accueillir des √©v√©nements nationaux et internationaux : le centre de congr√®s du palais Beaumont, un casino, un parc des expositions et des h√ītels 4 √©toiles (h√ītel Parc Beaumont, h√ītel Villa Navarre).

La ville de Pau abrite plusieurs corps de l'arm√©e : le 5e r√©giment d'h√©licopt√®res de combat (RHC) qui sera le premier r√©giment de France √† √™tre dot√© du nouvel appareil "Tigre", l'√©cole des troupes a√©roport√©es (ETAP), l'√©tat major de la brigade force sp√©ciale terre, ainsi que sa composante a√©rienne, (DAOS), et le bureau central d'archives administratives militaires (caserne Bernadotte). Le secteur de la D√©fense repr√©sente un peu plus de 2 000 emplois directs sur Pau.

Tourisme

Logo de l'Office de tourisme et des congrès

La ville de Pau est situ√©e √† 45 minutes des Pyr√©n√©es et de ses stations de ski. C'est un lieu de vill√©giature pour les touristes des Pyr√©n√©es (randonn√©e, escalade, ski) et les Espagnols. Situ√©e √† proximit√© des c√ītes basques et landaises (une heure de route), il est possible de pratiquer des sports nautiques (surf, plong√©e, voile).

Pau est la porte d'entrée vers les 5 vallées béarnaises (Vallée d'Ossau, Vallée d'Aspe, Vallée de Barétous, Vallée de l'Ouzom et Vath-Vielha) qui accueillent les touristes des sports d'hiver (stations de ski de Gourette, d'Artouste, du Somport, de La Pierre Saint-Martin), des stations thermales (Eaux-Bonnes, Eaux-Chaudes) et du tourisme vert (sports d'eaux vives, tourismes culturel et gastronomique).

Sa localisation au pied des Pyr√©n√©es lui conf√®re un panorama exceptionnel sur la cha√ģne des Pyr√©n√©es en particulier depuis le fameux Boulevard des Pyr√©n√©es, longue avenue de 1,8 km qui fait face √† la cha√ģne des Pyr√©n√©es. Ce panorama unique fera dire √† Lamartine √† propos de Pau : "Pau est la plus belle vue de terre du monde comme Naples est la plus belle vue de mer".

Pau, ancienne ville royale et capitale du Béarn, est aussi une ville de tourisme culturel et d'affaires importante (congrès, colloques, notamment au palais Beaumont). La ville, ancienne station climatique, accueille un casino (casino de Pau).

La ville est historiquement tr√®s li√©e au Royaume-Uni et reste pris√©e par les Britanniques en vacances. Pau leur doit le premier terrain de golf cr√©√© hors d'√Čcosse, situ√© en fait √† Bill√®re. Les Espagnols sont aussi tr√®s pr√©sents dans la ville ainsi que les Portugais et les Marocains (consulats d'Espagne et du Portugal). Les Allemands et N√©erlandais, attir√©s par le climat de Pau et son patrimoine, sont aussi de plus en plus nombreux.

En savoir plus :

Transports

Sur les autres projets Wikimedia :

Pau est desservie par de nombreux moyens de transports tels que l'autoroute A64 (Bayonne - Toulouse) et depuis le 16 décembre 2010 l'autoroute A65 (Langon - Pau), l'aéroport international Pau-Pyrénées, le TGV Atlantique qui met la gare de Pau à deux heures de Bordeaux, les transports express régionaux de TER Aquitaine et TER Midi-Pyrénées sans oublier le réseau de transport interurbain géré par le conseil général.

À l'intérieur de l'agglomération paloise, on peut se déplacer en transports en commun tels que Idelis ou le funiculaire de Pau.

Desserte

Gare SNCF de Pau

Train

Deux projets de construction ferroviaire sont √† l'√©tude : le prolongement et la r√©novation de la ligne R√©seau ferr√© de France actuelle en ligne √† grande vitesse TGV depuis Bordeaux vers l'Espagne via l'est des Landes (qui mettrait Pau √† environ trois heures de Paris) et la r√©ouverture de la liaison transfrontali√®re Pau-Canfranc (Espagne) qui relierait Pau √† Saragosse.

Aéroport

Article d√©taill√© : A√©roport de Pau-Pyr√©n√©es.
  • L'a√©roport international de Pau-Pyr√©n√©es, situ√© √† 12 km sur la commune d'Uzein, est reli√© directement aux a√©roports Paris Charles-de-Gaulle et Paris-Orly (9 allers-retours par jour), √† Lyon (3 allers-retours par jour), Londres City (3 allers-retours par semaine), Southhampton (2 allers-retours par semaine), Amsterdam (2 liaisons par semaine), Marseille (6 liaisons par semaine), et √† 30 destinations en correspondance. En 2009, il a enregistr√© 690 000 passagers, soit une baisse de plus de 15 %, ce qui le place √† la troisi√®me place en Aquitaine apr√®s les a√©roports de Bordeaux et Biarritz.

Autoroutes

  • L'autoroute A64 - E80 (sous son appellation europ√©enne) dite la Pyr√©n√©enne, rejoint Toulouse √† l'est en deux heures et Bayonne √† l'ouest en une heure.
  • L'autoroute A65 - E7 (sous son appellation europ√©enne) dite A'Li√©nor - autoroute de Gascogne, relie Pau √† Bordeaux en deux heures via l'autoroute A62 entre Bordeaux et Langon, point de raccordement des deux autoroutes. Son inauguration a eu lieu le 16 d√©cembre 2010.

Transports urbains

Funiculaire
  • Le funiculaire, inaugur√© en 1908, assure, √† titre gratuit, la liaison entre le quartier de la gare, soit la ville basse, et le boulevard des Pyr√©n√©es, soit la ville haute. Apr√®s un an de travaux de remise aux normes, le service a repris le 25 novembre 2006. Il transporte en moyenne 500 000 passagers par an.

Il fonctionne tous les jours et ses horaires sont du lundi au samedi, de 6 h 45 à 21 h 40 et le dimanche de 13 h 30 à 20 h 50.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Bus
Article d√©taill√© : Idelis.

Les correspondances avec les lignes de bus Idelis peuvent se faire principalement au P√īle Bosquet et aussi aux halles, place Verdun, gare SNCF et √† Auchan.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les correspondances entre les lignes d√©partementales et r√©gionales ont lieu au p√īle Bosquet depuis ao√Ľt 2006 ;

  • rue Mathieu-Lalanne ;
  • boulevard Joseph-Barban√®gre.

Culture et patrimoine

H√ītel des Postes

On trouve √† Pau un patrimoine s'√©tageant du XIVe au XXe si√®cles, que l'on peut d√©couvrir √† travers de nombreux sites et monuments.

Monuments religieux

Sur les autres projets Wikimedia :

Principales églises catholiques

  • R√©alis√©e d'apr√®s les plans de l‚Äôarchitecte √Čmile Boeswillwald, la construction de l'√©glise Saint-Martin, d'influence n√©ogothique, d√©bute dans les ann√©es 1860. Le carillon automatique de Saint-Martin √©gr√®ne chaque dimanche les notes de la ¬ę Petite Musique de nuit ¬Ľ et de ¬ę Ah ! vous dirais-je, maman ¬Ľ, sign√©s Mozart.
  • L'√©glise Saint-Jacques, √©galement d'influence n√©ogothique, √©tonne du fait de ses deux tours momentan√©ment d√©couronn√©es. Faisant suite √† l'ancienne chapelle du couvent des Cordeliers, elle fut achev√©e en 1867.
  • Coiff√©e d‚Äôune monumentale statue de la Vierge √† l‚Äôenfant, l'√©glise Notre-Dame, d'inspiration art d√©co, s'√©l√®ve, dans la premi√®re moiti√© du XXe si√®cle, en continuit√© avec l'ancienne √©glise vou√©e au p√®lerinage qui la pr√©figure.
  • L'√©glise Saint-Joseph, Ňďuvre de l'architecte Jacques Laffill√©e, est construite en 1935. De style n√©o-byzantin, elle est reconnaissable du fait de ses coupoles et de par son clocher en ciment arm√© haut de 50 m√®tres.
  • L'√©glise Saint-Pierre a √©t√© √©difi√©e en 1970 par l'architecte prix de Rome Andr√© Remondet. En grande partie recouverte d'ardoises, elle marie sa structure moderne avec les b√Ętiments de b√©ton qui l'entourent.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Chapelles catholiques remarquables

  • L'ancien couvent des R√©paratrices, √† la chapelle imposante, abrite aujourd'hui l'√Čcole Nationale de Musique et de Danse et allie ainsi architecture ancienne et architecture contemporaine.
  • La chapelle Saint-Louis-de-Gonzague, √† l'architecture classique, accompagne l'implantation d'un coll√®ge de J√©suites. Commenc√©e dans les ann√©es 1660, elle n'est achev√©e qu'en 1851.
  • Ancien lieu de culte des Ursulines de Pau, la Chapelle de Notre-Dame-du-bout-du-Pont construite en 1872 a √©t√© d√©plac√©e en 1932.
  • La chapelle du ch√Ęteau de Pau, visible de l'entr√©e principale, est attenante au donjon de briques.

√Čglises anglicanes et temples protestants

  • R√©pondant √† la demande des r√©sidents anglais, la Christ Church est b√Ętie sur la rue Serviez de 1837 √† 1841. Depuis, elle est devenue un temple r√©form√©.
  • De m√™me, l‚Äô√©glise anglicane Saint Andrew est √©difi√©e en 1866. Son presbyt√®re est connu pour √™tre fa√ßonn√© selon le go√Ľt local, la fa√ßade √©tant parsem√©e de galets du gave.
  • Le cin√©ma Le M√©lies a √©t√© am√©nag√© dans une ancien lieu de culte d'un "quartier anglais".

Autres édifices religieux

  • Pau compte encore une √©glise russe orthodoxe, une mosqu√©e, une synagogue, une √©glise mormone et un certain nombre de plus petites √©glises telle que Saint-Jean-Baptiste, Sainte-Bernadette, Sainte-Th√©r√®se...

Monuments civils

Ch√Ęteau
Tour de la Monnaie
Maison natale de Bernadotte
Article d√©taill√© : Ch√Ęteau de Pau.
  • D'abord tour de guet d√©fensive voulue en contrebas du ch√Ęteau par Gaston F√©bus, puis un temps dite "tour du Moulin", le canal la longeant actionnant d√®s le XVe si√®cle la minoterie du ch√Ęteau, la tour de la Monnaie doit aujourd'hui son nom √† Henri II d‚ÄôAlbret qui, en 1554, en fait un atelier mon√©taire. Aujourd'hui pr√©texte √† l'√©tablissement en son sein d'un ascenseur, on y battit monnaie jusqu'√† la R√©volution.
  • √Ä proximit√© du ch√Ęteau, le Parlement de Navarre, ainsi d√©nomm√©, voit ses origines dans le rattachement du B√©arn √† la couronne de France sous Louis XIII en 1620. Mais, il s'√©tablit, en fait, dans un plus ancien palais de justice qui avait √©t√© construit d√®s 1585 notamment en lieu et place de la maison de l'√©v√™que de Lescar. Incendi√© en 1716, il est reb√Ęti mais tr√®s vite abandonn√© au profit du palais de justice actuel. Le conseil g√©n√©ral s'y est install√© et y tient toujours ses sessions.
Article d√©taill√© : Parlement de Navarre.
  • Cependant, inaugur√© en 2000 √† ses pieds, l'h√ītel du D√©partement, √©difice de verre sur lequel se refl√®tent certaines b√Ętisses du boulevard des Pyr√©n√©es, regroupe aujourd'hui la totalit√© des services administratifs qui lui sont li√©s.
  • Le palais de justice actuel, a √©t√© √©difi√© sur le territoire de l'ancien couvent des Cordeliers. La place de la Lib√©ration participe aujourd'hui √† la majest√© de ce b√Ętiment dont la fa√ßade est classiquement orn√©e de colonnes elles-m√™mes surplomb√©es d'un fronton en marbre blanc. Sa construction a d√©but√© en 1847.
  • Les services municipaux ne s'implant√®rent dans les locaux actuels de l'h√ītel de ville qu'en 1878. Le b√Ętiment, situ√© au nord de la place Royale, est en fait un ancien th√©√Ętre datant de 1862, le projet visant √† y √©difier l'√©glise Saint-Louis lanc√© en 1685 et relanc√© en 1788 n'ayant jamais abouti. Ainsi, s'explique la statue de Thalie, muse de la Com√©die au front √©toil√©, qui orne son fronton.
  • La gare, de style Eiffel[r√©f. n√©cessaire], est inaugur√©e en 1871 en contrebas du centre-ville.
  • Le funiculaire, qui assure la liaison avec la ville-haute, centre historique, accueille depuis 1908 les voyageurs venus de la gare ou repartant vers elle.
Article d√©taill√© : Funiculaire de Pau.
  • Le Palais Beaumont, originellement d√©nomm√© palais d'Hiver, voit le jour √† la fin du XIXe si√®cle. M√©langeant les styles architecturaux, il est plusieurs fois remani√© et doit √™tre r√©habilit√© en 1996 apr√®s un demi-si√®cle d'oubli. Il accueille un casino mais est surtout un centre de congr√®s, th√©√Ętre de diverses manifestations tels des s√©minaires, des salons...
  • C'est tout naturellement qu'est √©difi√©e progressivement de 1825 √† 1875 une caserne √† Pau, ville pr√©fectorale proche de la fronti√®re. La caserne Bernadotte, o√Ļ sont aujourd'hui situ√©es les archives nationales de l'arm√©e de Terre, a ainsi accueilli d√®s 1830, deux r√©giments. L'actuelle place Verdun devenue parking et anciennement d√©nomm√©e place Napol√©on, √©tait, en fait, une zone d'exercices close.
  • Cette caserne doit son nom √† Bernadotte, sous-officier fran√ßais n√© √† Pau, puis g√©n√©ral de Napol√©on qui devint roi de Su√®de sous le nom de Charles XIV. La maison natale de Bernadotte, abrite aujourd'hui un mus√©e en particulier incontournable pour les touristes su√©dois.
Article d√©taill√© : Lyc√©e Louis-Barthou.
  • R√©nov√© en 2007, le Centre Bosquet, est un centre commercial √† l'architecture contemporaine en plein centre-ville. Empruntant son nom au mar√©chal Bosquet √† la statue toute proche, il a √©t√© construit sur l'emplacement de l'ancien h√īpital de Pau.
Palais de Pyrénées
  • Le Palais des Pyr√©n√©es, second centre commercial en plein cŇďur de la ville, a eu une tumultueuse histoire. Sous sa forme actuelle, il semble avoir retrouv√© l'esprit de 1808, soit celui du "passage de Napol√©on", passage commercial annon√ßant la "halle moderne" de 1838, d√©truite au d√©but du XXe si√®cle. Le Palais des Pyr√©n√©es de 1930, ou Palais du Commerce et des F√™tes, fut, lui, un complexe art d√©co couvert comportant des commerces mais aussi des salles de spectacles, un casino ou encore un mini-golf... Le retour √† l'esprit originel commence en 1951 avec la destruction de la couverture de l'all√©e centrale, les Palois retrouvant la vue sur les Pyr√©n√©es. Quatre immeubles sont alors construits par sur√©l√©vation. C'est, cependant, en 2006 qu'il appara√ģt, fier de ses auvents de verre et d'acier, sous son apparence actuelle.
  • Les Archives D√©partementales sont install√©es, depuis 1971, dans deux b√Ętiments dont l'un √† l'allure particuli√®rement atypique du fait de ses minuscules fen√™tres triangulaires pens√©es pour prot√©ger au mieux les documents conserv√©s.
  • Les Archives Communautaires de l'Agglom√©ration de Pau-Pyr√©n√©es sont regroup√©es, depuis mars 2011, dans les batiments de l'ancienne Usine des Tramways (sur le site de ce qui fut pr√©c√©demment l'Usine √† gaz, comme en atteste la haute chemin√©e).
  • La Facult√© de Lettres et Sciences Humaines et la Maison de l'Agriculture, pr√©sentant des architectures similaires datant l√† encore s√Ľrement de l'or√©e des ann√©es 1970, rompent dans leur ressemblance tant la premi√®re semble humblement se fondre dans la v√©g√©tation alors que la seconde semble vouloir marquer une relative monumentalit√©.

Espaces b√Ętis remarquables

Places

  • Place Clemenceau et avenue de Lattre de Tassigny : place-agora et centre commercial-rue;
  • Place d'Espagne : rassemblant des b√Ętiments √† l'architecture contemporaine ;
  • Place des √Čtats : carrefour de transhumances jusqu'√† la Renaissance ;
  • Place Gramont : ensemble architectural du XVIIIe si√®cle, avec de nombreuses terrasses l'√©t√© ;
  • Place Reine-Marguerite : bord√©e d'arcades √† appareillage de galets, elle √©tait autrefois place du march√© et on y dressait le gibet et la roue pour les ex√©cutions capitales ;
  • Place Royale : cr√©√©e par Louis XIV, elle fut am√©nag√©e dans sa forme actuelle avec la statue de Henri IV sous le r√®gne de Louis Philippe;
  • Place de Verdun: vaste place occup√©e aujourd'hui par un grand parking gratuit et bord√©e √† l'ouest par la caserne Bernadotte.
  • Place de la Lib√©ration : y tr√īnent le palais de justice et l'√©glise Saint-Jacques.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Rues

  • Le boulevard des Pyr√©n√©es, cr√©√© sur l'initiative de Napol√©on Ier dans le prolongement de la Place Royale est long de 1800 m√®tres. Le panorama, au-del√† des coteaux de Gelos et de Juran√ßon, s'√©tend du pic d'Anie (2504 m√®tres) au pic du Midi de Bigorre (2865 m√®tres) ‚ÄĒ surmont√© d'un observatoire astronomique r√©put√© mondialement pour la qualit√© de ses photographies solaires et plan√©taires (la Nasa s'en servit pour pr√©parer les missions Apollo) ‚ÄĒ et inclut notamment le pic du Midi d'Ossau (2884 m√®tres), de nature volcanique et √† la forme de croc caract√©ristique et souvent symbolis√©e, le Bala√Įtous (3146 m√®tres) et le Vignemale (3298 m√®tres), plus haut sommet des Pyr√©n√©es fran√ßaises. Une des particularit√©s de cette avenue surplombant les Pyr√©n√©es est la pr√©sence de plaques d'orientation, permettant par un alignement avec le paratonnerre sur la chemin√©e de l'usine en contrebas, de reconna√ģtre les grands sommets de la cha√ģne de montagnes ;
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Quartiers

  • Le H√©das : quartier ancien et populaire, jadis celui des artisans ; il est b√Ęti dans un ravin qu'auparavant traversait un ruisseau, au cŇďur de la ville historique.
  • Trespoey : quartier tr√®s arbor√©, abritant de nombreuses villas de style anglais du XIXe si√®cle; il est le quartier de la ville le plus bourgeois, historiquement hupp√©. Les plus prestigieux h√ītels de la ville y sont d√©sormais install√©s, (la Villa Navarre, le Beaumont).

Parcs et jardins

Pau est aussi une ville verdoyante : plus de 750 hectares sont occup√©es par les espaces verts, avec de nombreuses esp√®ces rares et exotiques. Dans certains quartiers, par exemple Trespoey, les villas baignent dans la v√©g√©tation :

  • sentiers du Roy, reliant la ville haute √† la ville basse ;
  • jardins contemporains de l'H√ītel du d√©partement, ville basse ;
  • jardins du ch√Ęteau ;
  • jardins Johanto, sur les contreforts du boulevard des Pyr√©n√©es, avec ses nombreux et vigoureux palmiers ;
  • parc Beaumont avec lac, rivi√®re et cascade, nombreux massifs de fleurs, vaste rocaille et roseraie. Les 12 ha du parc en forme de ballon de rugby abritent 110 essences d'arbres. Certains sujets sont ¬ę remarquables ¬Ľ par leur taille, leur √Ęge ou leur raret√© : cypr√®s chauve de Louisiane, plaqueminier de Virginie, s√©quoia...
  • parc du ch√Ęteau ;
  • parc Lawrence, parc aux arbres centenaires, dans un quartier aux nombreuses villas anglaises du XIXe si√®cle;
  • berges du gave de Pau √† Bill√®re et Juran√ßon, en aval du Pont d'Espagne et du Stade d'eaux vives.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine naturel

Labels

  • 4 Fleurs du label Ville fleurie de l'association Villes et villages fleuris (depuis 1983) ;
  • Ville Amie des Enfants UNICEF ;
  • TOP COM d'or pour son site Internet en 2006, prix qui r√©compense chaque ann√©e les meilleures actions de communication ;

Personnalités célèbres

Nés à Pau

Henri IV, roi de France
François Bayrou, président du MoDem
Tony Estanguet, triple champion du monde de slalom

Décédés à Pau

Autres

Henri Emmanuelli, Président du conseil général des Landes

Notes

  1. ‚ÜĎ Populations l√©gales 2008 de la commune Pau sur le site de l'INSEE
  2. ‚ÜĎ [1]
  3. ‚ÜĎ Notice du Sandre sur Pau, consult√©e le 21/07/09
  4. ‚ÜĎ Alexander Taylor, De l'influence curative du climat de Pau et des eaux min√©rales des Pyr√©n√©es sur les maladies, contenant des notices descriptives sur la g√©ologie, la botanique, l'histoire naturelle, les exercices de montagne, les antiquit√©s locales et leurs principaux √©tablissements thermaux.
  5. ‚ÜĎ M√©t√©oStats - normales 1981-2010.
  6. ‚ÜĎ Michel Grosclaude, Dictionnaire toponymique des communes du B√©arn, 2006, p.304
  7. ‚ÜĎ Sous la direction de Pierre Tucoo-Chala, Histoire de Pau, √Čditions Privat, Toulouse, 1989, collection Univers de la France, ISBN 2-7089-8238-9, p 11-15
  8. ‚ÜĎ http://flagspot.net/flags/fr-bearn.html
  9. ‚ÜĎ Un des fonds les plus riches de la biblioth√®que de Pau est le Fonds anglais (9 000 vol.), h√©rit√© de l‚Äôancienne English Library de Pau. De nombreuses √©ditions du XIXe si√®cle aux cartonnages et illustrations remarquables. Ce fonds doit faire l‚Äôobjet d‚Äôun catalogue complet et d‚Äôune mise en valeur par le biais de publications et d‚Äôexpositions.
  10. ‚ÜĎ Voir l'explication des aboutissants de la conf√©rence dans Hugues Tertrais, la piastre et le fusil. Le co√Ľt de la guerre d‚ÄôIndochine, 1945-1954. Paris : minist√®re de l'√Čconomie, des Finances et de l'Industrie, Comit√© pour l'histoire √©conomique et financi√®re de la France, 2002, p. 95-102
  11. ‚ÜĎ http://www.linternaute.com/ville/ville/elections-municipales/913/pau.shtml
  12. ‚ÜĎ Annuaire des villes jumel√©es
  13. ‚ÜĎ (en) http://en.wikipedia.org/wiki/Saint-Cricq_High_School
  14. ‚ÜĎ Site de l'Ostau Bearn√©s
  15. ‚ÜĎ Site d'Hestiv'Oc
  16. ‚ÜĎ Pyr√©n√©a Sports
  17. ‚ÜĎ Pyr√©n√©a
  18. ‚ÜĎ √Čconomie du B√©arn et des Pyr√©n√©es Atlantiques http://invest.cg64.fr/pageseditos.asp?idpage=406&sX_Menu_selectedID=top_FE166AB3
  19. ‚ÜĎ Notice sur le ch√Ęteau de Pau dans la base M√©rim√©e

Pour approfondir

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Dr Am√©d√©e Saupiquet, Petite histoire de Pau, √ąditions Pyr√©Monde - Princi Negue, 2004 (ISBN 2-84618-168-3) 
  • Jean-Pierre Bouchard, Pau. Editions Ouest-France, 1988.
  • Thierry Issartel (coordinateur de l'ouvrage), Henri IV, les cl√©s d'un r√®gne, √©ditions Gascogne (Orthez), 2010.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pau de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pau ‚ÄĒ Pau ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Pau ‚ÄĒ may refer to: Places Pau, Edom, a location in the Bible Pau, Pyr√©n√©es Atlantiques, France, a town Arrondissement of Pau, a district containing the French town Pau, Sardinia, a municipality Pau, Spain, a municipality Pau Brasil, a town and… ‚Ķ   Wikipedia

  • Pau FC ‚ÄĒ Pau Football Club Pau Football Club G√©n√©ralit√©s ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Pau ‚ÄĒ Saltar a navegaci√≥n, b√ļsqueda El t√©rmino Pau puede referirse a: Contenido 1 Geograf√≠a 2 Personalidades 3 Educaci√≥n 4 Miscel√°nea ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Pau FC ‚ÄĒ Saltar a navegaci√≥n, b√ļsqueda Pau FC Nombre completo Pau Football Club Fundaci√≥n 1904 Estadio Estadio du Hameau Pau, Francia ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Pau ‚ÄĒ ¬† [poňź], Stadt in S√ľdwestfrankreich, Verwaltungssitz des D√©partements Pyr√©n√©es Atlantiques, 210 m √ľber dem Meeresspiegel, am Gave de Pau (Zufluss des Adour) im Pyren√§envorland, 82 100 Einwohner; Universit√§t (1970 gegr√ľndet),… ‚Ķ   Universal-Lexikon

  • Pau ‚ÄĒ v. de France, ch. l. de d√©p. des Pyr. Atl., sur le gave de Pau; 83 928 hab. (Palois). A√©roport. Industries. Stat. climatique. Universit√©. Ch√Ęt. du XIIIe s. Mus√©es. Cap. du B√©arn (XVe s.), puis des rois de Navarre (1512), Pau vit na√ģtre Henri IV… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Pau ‚ÄĒ Le nom est port√© dans des pays tr√®s vari√©s (Belgique, France, Espagne, Sardaigne). Dans la plupart des cas, c est une variante du pr√©nom Paul (en catalan Pau , en wallon P√ī ). En Belgique et dans le nord de la France, on peut cependant penser… ‚Ķ   Noms de famille

  • pau ‚ÄĒ 1.¬†Bord√£o, cacete, cajado. 2.¬†Viga, trave. 3.¬†Ripa. 4.¬†Paulada, castigo. 5.¬†Chifre. ‚ÄĘ s. m. 6.¬†Vara de madeira, tal como se cortou da √°rvore. 7.¬†Haste. 8.¬†Cada um dos alvos de madeira ou de marfim de certos jogos. 9.¬†Peda√ßo de certas subst√Ęncias… ‚Ķ   Dicion√°rio da L√≠ngua Portuguesa

  • pau ‚ÄĒ ňąpauŐá adjective Etymology: Hawaiian : completed, consumed, finished * * * /poh/, n. a city in and the capital of Pyr√©n√©es Atlantiques department, in SW France: winter resort. 85,860. * * * pau ¬ępow¬Ľ, adjective. Hawaiian ‚Ķ   Useful english dictionary

  • Pau ‚ÄĒ Pau, n. See {Pah}. [1913 Webster] ‚Ķ   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.