Patois


Patois

Sur les autres projets Wikimedia :

Le terme de patois est utilisé pour désigner les langues minoritaires en Belgique, en France, en Italie et en Suisse, dans certains contexte et parfois avec une connotation dépréciative. Le mot est rarement utilisé au Canada.

Ce sont généralement des parlers romans, relevant de la langue d'oïl, de la langue d'oc, du francoprovençal ou encore des parlers gallo-italiques. Plus rarement, on a utilisé cette expression pour désigner les langues alsacienne, bretonne, catalane ou basque, sans que leurs locuteurs emploient généralement ce terme.

Sommaire

Un terme diversement accepté en linguistique

En linguistique (et notamment en sociolinguistique), le terme « patois » n'est pas usité par les linguistes qui préfèrent user d'appellations plus précises, car le terme « patois » a pris en France, au fil des siècles, une connotation péjorative (mais non systématique) dans le cadre d'une hiérarchie entre d'une part les langues (sous-entendu dignes d'être nommées ainsi) et d'autre part les « parlers locaux et limités » ne pouvant recevoir la noble appellation de « langue ». Les linguistes préfèrent parler de « langues » et de leurs variétés locales qui sont les « dialectes », les « sous-dialectes » et, à très petite échelle, les « parlers », et d'une manière générale d'idiomes. Néanmoins, il existe des linguistes, souvent spécialisés de dialectologie, qui utilisent le terme « patois » pour désigner un parler local. Ainsi Henriette Walter ne condamne-t-elle pas l'utilisation du terme[1] :

« Le terme de patois en est arrivé progressivement à évoquer dans l'esprit des gens l'idée trop souvent répétée d'un langage rudimentaire […]. Nous voilà loin de la définition des linguistes, pour qui un patois (roman) est au départ l'une des formes prises par le latin parlé dans une région donnée, sans y attacher le moindre jugement de valeur : un patois, c'est une langue. »

La linguiste précise dans quelles conditions sont nés les patois romans[1] :

« Le latin parlé en Gaule […] s'est diversifié au cours des siècles en parlers différents. […] Lorsque cette diversification a été telle que le parler d'un village ne s'est plus confondu avec celui du village voisin, les linguistes parlent plus précisément de patois. Mais, à leurs yeux, il n'y a aucune hiérarchie de valeur à établir entre langue, dialecte et patois. »

Le mot patois a d'ailleurs été emprunté par d'autres langues (exemple en anglais) pour désigner une forme locale de langue mais sans la conception dépréciative que comporte socialement le terme en France.

Dans sa 9e édition, le Dictionnaire de l'Académie française donne une nouvelle définition qui diffère de celle des éditions précédentes :

  • 4e édition[2] : Langage rustique, grossier, comme est celui d'un paysan, ou du bas peuple.
  • 8e édition[3] : Variété d'un dialecte, idiome propre à une localité rurale ou à un groupe de localités rurales.
  • 9e édition[4] : Variété d’un dialecte qui n’est parlée que dans une contrée de faible étendue, le plus souvent rurale.

Le mot patois ne peut donc s'appliquer aux langues régionales de France, qui ne sont pas des variétés de dialecte, et qui sont parlées dans des régions parfois très vastes comme l'Occitanie ou la Bretagne.

La relation entre français et patois

En France, le terme « patois » est dévalorisant : bien que souvent utilisé par les locuteurs des langues régionales eux-mêmes, le terme résulte en France d'une lente aliénation culturelle par laquelle les autorités voulurent faire croire aux Français parlant une langue autre que le français que leur langue n'en était pas une, qu'elle n'était qu'une déformation locale de la langue française. Ainsi en 1762 le dictionnaire de l'Académie française le définit ainsi ; « Langage rustique, grossier, comme est celui d'un paysan, ou du bas peuple ». Cette présentation est depuis plusieurs décennies dénoncée par la plupart des linguistes et des romanistes. Plusieurs observateurs et chercheurs estiment en effet que la désignation d'un parler en tant que "patois" relève d'une forme de discrimination (selon le facteur langue) ou de "linguicisme" (cf. liens externes), et non d'une analyse linguistique. Comme l'écrit Henriette Walter[1] :

« Il faut donc bien comprendre que non seulement les patois ne sont pas du français déformé, mais que le français n'est qu'un patois qui a réussi. »

Utilisé dans la vie politique et l'éducation pour dévaloriser toutes les langues locales, surtout (mais pas seulement) celles proches du français, ce mot a été un des facteurs qui ont permis au français de devenir la langue de référence sur le territoire de la république[5].

Du fait de sa connotation dévalorisante, le terme est aujourd'hui peu employé dans la langue écrite, et l'on trouve plus couramment les termes de « langue régionale » (seulement en France), de « langue minoritaire », de « langue minorisée » ou, encore mieux, de « langue subordonnée ».

Étymologie

L'étymologie du mot « patois » est un mot qui viendrait de l'ancien français patoier signifiant agiter les mains, gesticuler puis se comporter, manigancer, dérivé de patte au moyen du suffixe -oyer[6],[7],[8]. Cette étymologie permet de comprendre en partie la connotation péjorative que comporte ce terme : on patoise quand on n'arrive plus à s'exprimer que par geste.

Selon une autre hypothèse[9] il pourrait dériver du latin patria (patrie), faisant ainsi référence à la dispersion locale d'une variante d'un langage.

Notes et références

  1. a, b et c Henriette Walter, Le français dans tous les sens
  2. Dictionnaire de l'Académie française, quatrième édition Version informatisée
  3. Dictionnaire de l'Académie française, huitième édition Version informatisée, sur le site de l'ATILF
  4. Dictionnaire de l'Académie française, neuvième édition Version informatisée, sur le site de l'ATILF
  5. Ce but est largement atteint, mais il reste aujourd'hui encore beaucoup de Français parlant quotidiennement une langue autre que la langue officielle, et de nombreuses associations se battent pour la reconnaissance des langues locales.
  6. en:Concise Oxford Dictionary
  7. Définitions lexicographiques et étymologiques de « patois » du CNRTL.
  8. 9e édition, le Dictionnaire de l'Académie française.
  9. Chambers Dictionary

Voir aussi

Bibliographie

  • Henriette Walter, Le français dans tous les sens, éd. Robert Laffont, Paris, 1988, (ISBN 2-22105-254-4).
  • Régis Watrinet, Recueil d'expressions, proverbes, dictons, coutumes et traditions en patois roman de la Lorraine, Ed. Régis Watrinet (Courcelles Chaussy).

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Patois de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • patois — [ patwa ] n. m. • v. 1285; probablt du rad. patt (cf. patte), exprimant la grossièreté 1 ♦ Parler local, dialecte employé par une population généralement peu nombreuse, souvent rurale, et dont la culture, le niveau de civilisation sont jugés… …   Encyclopédie Universelle

  • Patois — is any language that is considered nonstandard, although the term is not formally defined in linguistics. It can refer to pidgins, creoles, dialects, and other forms of native or local speech, but not commonly to jargon or slang, which are… …   Wikipedia

  • Patois — Saltar a navegación, búsqueda Para otros usos de este término, véase Patois jamaiquino. Etimológicamente, patois (pronúnciese: patuá) se traduce como hablar con las patas y posee una connotación claramente despectiva hacia las variantes… …   Wikipedia Español

  • patois — (patois is both the singular and the plural form; the singular form is pronounced [[t]pæ̱twɑː[/t]], and the plural form is pronounced [[t]pæ̱twɑːz[/t]].) 1) N VAR A patois is a form of a language, especially French, that is spoken in a particular …   English dictionary

  • patois — PATOIS. s. m. Langage rustique, grossier comme est celuy d un païsan, ou du bas peuple. Je n entends point son patois. il parle un franc patois. il me dit en son patois que …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Patois — (fr.; pronunc. «patuá») m. Ling. Habla dialectal restringida a un área muy limitada. * * * El patois (patuá o patwa, como también se puede escribir) es un idioma hablado en el área del Caribe (principalmente Jamaica), y otras partes del mundo… …   Enciclopedia Universal

  • Patois — On rencontre ce nom surtout dans le Doubs. Il semble que ce soit un toponyme : beaucoup de hameaux s appellent le Patoi, le Patois, mais on les trouve dans le Centre (37), où ils désignent une mare. Rien ne dit que le sens soit le même dans le… …   Noms de famille

  • Patois — Pa tois (p[.a] tw[aum] ), n. [F.] A dialect peculiar to the illiterate classes; a provincial form of speech. [1913 Webster] The jargon and patois of several provinces. Sir T. Browne. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • patois — (n.) a provincial dialect, 1640s, from Fr. patois native or local speech, from O.Fr. patoier handle clumsily, to paw, from pate a paw, from V.L. *patta, perhaps imitative of the sound made by a paw. The language sense is probably from notion of… …   Etymology dictionary

  • patois — [pa′twä΄; ] Fr [ pȧ twȧ′] n. pl. patois [pa′twäz΄; ] Fr [, pȧtwȧ′] [Fr < OFr, uncultivated speech, akin to patoier, to shake paws, behave crudely < pate, paw, akin to Frank * pauta > PAW1] 1. a form of a language differing generally from …   English World dictionary

  • Patois — (fr., spr. Patoa), 1) Volksmundarten in Frankreich, namentlich wie dieselben von den niederen Schichten der Bevölkerung u. den Landleuten gesprochen werden; 2) so v.w. Provinzialismen …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.