Pascal II


Pascal II
Pascal II
Pape de l’Église catholique

{{{légende}}}

Nom de naissance Raniero de Bieda
Naissance vers 1050
Bieda, (aujourd’hui Bleda, commune de Santa Sofia en Émilie-Romagne)
Élection au pontificat 13 août 1099
Intronisation 14 août 1099
Fin du pontificat 21 janvier 1118
Prédécesseur Urbain II
Successeur Gélase II
Listes des papes : chronologie · alphabétique

Pascal II (Raniero de Bieda, né vers 1050 à Santa Sofia, mort le 21 janvier 1118 à Rome) était un religieux bénédictin italien du Moyen Âge, qui fut le 160e pape de l'Église catholique du 13 août 1099 au 21 janvier 1118, succédant à Urbain II.

Il lutta contre les empereurs Henri IV et Henri V. Le pontificat de ce bénédictin a duré 18 ans, 5 mois et une semaine.

Sommaire

Biographie

La carrière avant l'élection pontificale

Il descend d'une famille aux origines obscures[1]. Il rentra très jeune dans un monastère bénédictin où il se fit remarquer pour son habileté administrative et, à 19 ans, fut envoyé à la Curie romaine pour suivre les affaires de son monastère.

Il devint vite abbé de la basilique Saint-Laurent-hors-les-Murs. L'activité de Rainier sous les pontificats de Grégoire VII et Victor III n'est pas connue. Il est créé cardinal en 1073 par Grégoire VII du titre de Saint-Clément. On le retrouve en 1088 lors de l'élection d'Urbain II en qualité de "représentant de la fraction ascendante des cardinaux-prêtres"[2].

Sous Urbain II, il se rendit en Espagne en tant que légat où il s'occupa de plusieurs affaires importantes comme la réorganisation de l'archevêché de Tarragone et l'organisation ecclésiastique des régions libérées par la Reconquista. A la mort d'Urbain II, Rainier est élu pape à l'unanimité le 1er août 1099. Il choisit le nom de Pascal II[3].

Le rôle de Pascal II dans la querelle des investitures

Lorsque Pascal II devint pape, il trouva en face de lui un antipape, Clément III, élu à l'instigation d'Henri IV, dont les partisans tenaient une partie de Rome. Il parvint à chasser l'antipape de Rome et même à emprisonner ses deux successeurs. En 1102, il renouvela l'excommunication contre l'Empereur du Saint Empire romain germanique. Il s'opposa très fermement au roi d'Angleterre qui demandait la reconnaissance des libertés normandes.

Pascal II aida Henri V à contraindre son père à abdiquer et Henri V accéda au trône impérial en 1105. Le pape pensait pouvoir négocier car Henri V voulait être couronné empereur par le pape. En 1106, lors de la Diète de Mayence, le pape fut invité à se rendre en Allemagne, mais Pascal II refusa et renouvela l'interdiction des investitures laïques à l'occasion du Concile de Guastalla qui se tint en octobre de la même année. A la fin de l'année 1106, il se rendit en France pour chercher la médiation du roi Philippe Ier et du prince Louis. N'obtenant pas les résultats escomptés, il rentra en Italie en septembre 1107. Lorsque Henri V entra en Italie à la tête d'une armée pour être couronné, Pascal II accepta de signer le Concordat de Sutri en février 1111[4]. L'empereur s'engageait à renoncer, le jour de son couronnement aux investitures laïques. En échange, les évêques renonçaient aux regalia, c'est-à-dire aux villes, duchés, marquisats, duchés, péages, monnaies, marchés qu'ils tenaient du fait de leurs fonctions administratives en Italie depuis le couronnement de Charlemagne. Des préparatifs commencèrent pour le couronnement qui devait avoir lieu le 12 février 1111, mais le peuple romain se révolta et Henri V se retira, emmenant avec lui Pascal II et la Curie, emprisonnés. Après 61 jours d'emprisonnement, pendant lesquels l'armée du prince Robert Ier de Capoue venu au secours du pape fut mise en déroute, Pascal II céda et promit son investiture à l'Empereur. Henri V fut couronné à la Basilique Saint-Pierre le 13 avril 1111 et, après avoir obtenu la promesse que le pape ne chercherait pas à se venger de ce qui venait de se passer, se retira à travers les Alpes. Dès le mois d'octobre 1111 toutefois, un concile qui se tint à Vienne excommunia l'Empereur et le concile de Latran, qui suivit en 1112, déclara l'investiture de l'Empereur nulle.

La question des investitures fut réglée plus rapidement en Angleterre, puisque une solution fut trouvée en 1105 déjà à la querelle qui opposait le roi Henri Ier Beauclerc à l'archevêque Anselme de Cantorbéry. Le compromis de Laigle du 22 juillet 1105 prévoyait entre autres qu'Henri abandonnait ses revendications à procéder à des investitures, mais qu'en contrepartie, le clergé local pourrait rendre hommage à sa noblesse. Pascal II approuva ce compromis le 23 mars 1106. Le conflit reprit toutefois à la fin de son pontificat, Pascal II reprochant notamment au roi d'Angleterre, en 1115, de réunir des conciles sans son autorisation.

L'année 1115 vit également la mort de Mathilde de Toscane qui avait soutenu la papauté durant la querelle des investitures, et qui céda alors toutes ses terres au Pape. L'Empereur Henri V revendiqua alors ces terres, jugeant qu'il s'agissait d'un fief impérial, et força le pape à fuir Rome en 1117. Pascal ne put y revenir qu'au début de l'année 1118, après le départ des troupes impériales, et mourut quelques jours après.

Pascal II et la Terre sainte

En 1110, il libéra le patriarchat de Jérusalem de l'antique tutelle de celui d'Antioche. Il revint sur sa décision en 1112, mais Baudouin Ier de Jérusalem, qui avait trop besoin de sa tutelle sur l'Église de Jérusalem ignora délibérément ce revirement.

En 1113, il reconnut l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem comme ordre hospitalier indépendant.

En 1114, il s'éleva contre le mariage célébré par le patriarche de Jérusalem Arnoul entre un chrétien et une musulmane. En 1116, sur l'influence d'Arnoul Malecorne, il leva l'accusation de bigamie qui pesait sur Baudouin Ier de Jérusalem.

Rome

Pascal II ordonna également la reconstruction de la Basilique des Quatre-Saints-Couronnés, sur les cendres de celle qui avait été détruite par les Normands lors du sac de Rome de 1084.

Voir aussi

Bibliographie

  • Sous la direction de A. Fliche et V. Martin, Histoire de l'Église, des origines jusqu'à nous jours, Bloud & Gay :
  • Augustin Fliche, La réforme grégorienne et la reconquête chrétienne, 1934.
  • Sous la direction de Jean-Marie Mayeur, Charles et Luce Pietri, André Vauchez, Marc Venard, Histoire du christianisme, Tome 5, Desclée, 1991-2001

Liens externes

Notes et références

  1. Sous la direction de J.-M. Mayeur, Charles et Luce Pietri, André Vauchez, M. Venard, Histoire du christianisme, Tome 5, Desclée, 1991-2001, p 86
  2. Sevatius, Paschalis, II, p 13
  3. J.-M. Mayeur, Charles et Luce Pietri, André Vauchez, M. Venard, p 87
  4. Cf. Auguste Fliche, La réforme grégorienne et la reconquête chrétienne, Bloud & Gay, 1934, p. 361 .
Précédé par Pascal II Suivi par
Urbain II
Emblem of the Papacy SE.svg
Liste des papes
Gélase II

.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pascal II de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • PASCAL — Paradigmen: imperativ, strukturiert Erscheinungsjahr: 1972 Entwickler: Niklaus Wirth Dialekte: UCSD Pascal …   Deutsch Wikipedia

  • PASCAL (B.) — On a «tant imaginé et si passionnément considéré» Pascal, dit Valéry, qu’on en a fait un «personnage de tragédie», une «sorte de héros de la dépréciation totale et amère», de «Hamlet français et janséniste». Les travaux des historiens modernes… …   Encyclopédie Universelle

  • Pascal/mt — Pascal/MT+ was an ISO 7185 compatible Pascal compiler written in 1980 by Michael Lehman, founder of MT MicroSYSTEMS of Solana Beach, California. The company was acquired by Digital Research in 1981 which subsequently distributed versions that ran …   Wikipedia

  • Pascal — Saltar a navegación, búsqueda El término Pascal puede referirse a una de las siguientes acepciones: Blaise Pascal: matemático, físico, filósofo y teólogo francés. Física Principio de Pascal: Principio de la Hidráulica enunciado por Blaise Pascal… …   Wikipedia Español

  • PASCAL — PASCẠL 〈EDV〉 höhere Programmiersprache für strukturierte Programmierung, Weiterentwicklung von ALGOL * * * Pạs|cal [nach dem frz. Physiker u. Religionsphilosophen B. Pascal (1623–1662)], das; s, ; Einheitenzeichen: Pa: im SI die abgeleitẹte… …   Universal-Lexikon

  • Pascal F.E.O.S. — Pascal F.E.O.S. (* in Bad Nauheim, Hessen; bürgerlicher Name Pascalis Dardoufas) ist ein deutscher DJ und Produzent in der elektronischen Musikszene. Pascalis Dardoufas ist seit Ende der 80er Jahre in der deutschen Technoszene aktiv. Mit vielen… …   Deutsch Wikipedia

  • pascal — pascal, ale (pa skal, ska l ) adj. 1°   Qui concerne la pâque des Juifs. Les Juifs mangeaient l agneau pascal, debout, les reins ceints, et un bâton à la main. 2°   Qui concerne la fête de Pâques des chrétiens. •   Souvent ils en viennent jusqu à …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • pascal — s. m. 1.  [Física, Metrologia] Unidade de medida de pressão do Sistema Internacional (símbolo: Pa) equivalente à tensão ou à pressão uniforme que, atuando sobre uma superfície plana de 1 metro quadrado, exerce perpendicularmente a essa superfície …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • Pascal — Pascal, 1) Blaise, scharfsinniger Mathematiker und Philosoph, geb. 19. Juni 1623 zu Clermont in der Auvergne, gest. 19. Aug. 1662 in Paris, kam mit seinem Vater 1631 nach Paris und widmete sich hier, anfangs als Autodidakt, der Mathematik mit… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • PASCAL-P — Pascal P=A variant of Pascal used by the UCSD p system environment. Extended string and array operations, random access files, separate compilation, etc. Available from Pecan.See P code machine …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.