Parti Communiste Tchécoslovaque

ÔĽŅ
Parti Communiste Tchécoslovaque

Parti communiste tchécoslovaque

Le parti communiste tch√©coslovaque (en tch√®que: Komunistick√° strana ńĆeskoslovenska) √©tait un parti politique tch√©coslovaque membre de l'Internationale communiste, puis du Kominform (inf√©od√© √† Staline). Sa politique √©tait calqu√©e sur le mod√®le russe incluant m√™me l'oppression physique de ses adversaires puis opposants. Ce parti r√©gnait, de mani√®re quasi absolue, en Tch√©coslovaquie de 1948 √† 1989.

Sommaire

Histoire

Les débuts

Le PCT est n√© le 14 mai 1921 d'une scission du parti social-d√©mocrate tch√©coslovaque. Son premier pr√©sident en est Bohum√≠r ҆meral. Au moment de sa cr√©ation, le PCT est l'un des partis communistes les plus importants tant en termes relatifs qu'absolus. En 1925, commence le processus de bolchevisation qui consiste en une plus grande affiliation au programme de l'Internationale Communiste.

Ill√©gal √† partir de 1938 √† la suite des accords de Munich, le parti se r√©organise souterrainement. Pendant la guerre, le PCT prend un r√īle dominant dans la r√©sistance et on estime a 30 000 le nombre de ses membres d√©c√©d√©s dans les combats tant sur le sol national.

Le PCT est membre du gouvernement de coalition en 1945. Organisé et centralisé sur le modèle du PCUS, il est prêt à prendre les rênes du pouvoir.

Le putch de février 1948 et la terreur stalinienne

Le 25 f√©vrier 1948, c‚Äôest le Coup de Prague : Klement Gottwald s'empare du pouvoir √† la suite d'une erreur tactique des partis d√©mocratiques qui font confiance au pr√©sident Edvard BeneŇ° comme dernier rempart de la d√©mocratie. Or celui-ci, sous la pression des communistes, accepte leurs revendications et l'Assembl√©e nationale, le 11 mars 1948 approuve une motion de confiance au gouvernement nouvellement constitu√© de Klement Gottwald.

Les partis d√©mocratiques sont soit fusionn√©s purement et simplement au PCT, soit voient leurs directions inf√©od√©es au PCT qui d√©tient formellement le pouvoir au sein du gouvernement de Front National (N√°rodn√≠ fronta) : il y d√©tient les deux-tiers des votes, le tiers restant √©tant r√©parti entre les autres partis politiques. Les √©lections libres sont abolies ainsi que d'autres libert√©s politiques. Commence un r√©gime autoritaire qui ne prendra fin qu'en novembre 1989.

Une p√©riode de terreur s'enclenche alors qui visent les ¬ę ennemis de classe ¬Ľ (pr√™tres, bourgeois, intellectuels non-affili√©s, mais aussi anciens r√©sistants ayant fui √† Londres rejoindre le gouvernement d√©mocratique de BeneŇ° et donc soup√ßonnables et opposables aux bons r√©sistants ayant trouv√© refuge √† Moscou)). Suite √† un diff√©rend entre Gottwald, chef du gouvernement, et Rudolf Sl√°nsk√Ĺ, secr√©taire g√©n√©ral du PCT au sujet du degr√© d'inf√©odation aux directives de Moscou, une purge secoue le parti. Sous couvert d'accusation de complot titiste", Sl√°nsk√Ĺ et plusieurs hauts dirigeants du PCT, sont jug√©s et condamn√©s lors du proc√®s de Prague (11 execut√©s, 3 condamn√©s √† la prison √† vie, dont Artur London).

Le Socialisme à visage humain

Le PCT entame un processus de r√©forme en 1968 sous l'impulsion d'Alexander Dubńćek qui cherche √† instaurer ce qu'il appelle un ¬ę Socialisme √† visage humain ¬Ľ. C'est le Printemps de Prague qui sera reprim√© sous les chenilles des chars des arm√©es du Pacte de Varsovie qui envahissent Prague le 21 ao√Ľt. Convoqu√© √† Moscou, Alexander Dubńćek est d√©mis de ses fonctions au sein du parti et du gouvernement. Il est par la suite exclu du parti en 1970.

Gust√°v Hus√°k le remplace alors. Commence la p√©riode de ¬ę Normalisation ¬Ľ de la vie politique.

Les purges et la "normalisation"

Gustáv Husák est un homme politique habile qui a souffert par le passé des purges staliniennes et qui louvoie entre les courants pragmatiques modérés et les tenants de la ligne dure.

La ¬ę normalisation ¬Ľ consiste √† ne pas d√©voyer de la ligne impos√©e √† Moscou, √©touffer dans l'Ňďuf toute v√©l√©it√© r√©formatrice au sein du parti et √† r√©primer implacablement toute dissidence, telle la Charte 77. Un nombre important des membres du PCT ayant pris une part active au printemps de Prague ou simplement soup√ßonn√©s de d√©viance id√©ologique est exclu des rangs du parti.

Il n'est pas surprenant que dans ces conditions, le PCT ne r√©agisse pas aux impulsions de la perestro√Įka gorbatchevienne (1985 - 1991) et qu'il n'entame pas de r√©forme interne contrairement √† certains partis "fr√®res".

La Révolution de velours et après

Le 28 novembre 1989, le PCT annonce qu'il renonce √† son pouvoir totalitaire : sur sa demande, l'Assembl√©e F√©d√©rale vota l'abolition de l'article de la constitution sur le r√īle dirigeant du PC dans la soci√©t√© et l'√©tat. Cependant, le PCT a surv√©cu √† la chute du mur et √† la R√©volution de velours en 1989. Il change de nom et adopte le sigle de PCTS - Parti communiste tch√®que et slovaque (KSńĆS). Mais il s'autodissout au 31 d√©cembre 1992, jour de la s√©paration de la Tch√©coslovaquie en deux pays ind√©pendants, pour donner naissance aux Parti communiste de Boh√™me et Moravie et au Parti communiste slovaque.

Il rena√ģt en 1995, √† l'initiative de quelques nostalgiques de l'ancien r√©gime communiste qui d√©sirent r√©tablir le r√©gime en vigueur entre 1948 et 1989. Son leader est Miroslav ҆tńõp√°n, ancien dirigeant du PCT. Le parti a une influence limit√©e et aucun de ses membres n'est √©lu au parlement.

Dirigeants

Nota : le dirigeant du KSńĆ est appel√© : "Secr√©taire g√©n√©ral" (gener√°ln√≠ tajemn√≠k) de 1921 √† 1953, "Premier secr√©taire" (prvn√≠ tajemn√≠k) de 1953 √† 1971, puis √† nouveau "Secr√©taire g√©n√©ral" de 1971 √† 1989.

Voir aussi

  • Rituel du 1er mai √† Prague sous le r√©gime de "d√©mocratie populaire"
  • Portail de la Tch√©quie Portail de la Tch√©quie
  • Portail de l‚Äôhistoire Portail de l‚Äôhistoire
Ce document provient de ¬ę Parti communiste tch%C3%A9coslovaque ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Parti Communiste Tchécoslovaque de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Parti communiste tch√©coslovaque ‚ÄĒ Le parti communiste tch√©coslovaque (en tch√®que et en slovaque : Komunistick√° strana ńĆeskoslovenska) √©tait un parti politique tch√©coslovaque membre de l Internationale communiste, puis du Kominform (inf√©od√© √† Staline). Sa politique √©tait… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Parti communiste de Boheme et Moravie ‚ÄĒ Parti communiste de Boh√™me et Moravie Le Parti communiste de Boh√™me et Moravie (en tch√®que : Komunistick√° strana ńĆech a Moravy, KSńĆM) est un parti politique tch√®que, h√©ritier du Parti communiste tch√©coslovaque. C est un parti membre du… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Parti communiste de Boh√™me-Moravie ‚ÄĒ Parti communiste de Boh√™me et Moravie Le Parti communiste de Boh√™me et Moravie (en tch√®que : Komunistick√° strana ńĆech a Moravy, KSńĆM) est un parti politique tch√®que, h√©ritier du Parti communiste tch√©coslovaque. C est un parti membre du… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Parti communiste de Boh√™me et Moravie ‚ÄĒ Komunistick√° strana ńĆech a Moravy Pr√©sentation Chef Vojtńõch Filip Fondation 1989 Si√®ge Prague ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Parti communiste tch√®que ‚ÄĒ Parti communiste de Boh√™me et Moravie Le Parti communiste de Boh√™me et Moravie (en tch√®que : Komunistick√° strana ńĆech a Moravy, KSńĆM) est un parti politique tch√®que, h√©ritier du Parti communiste tch√©coslovaque. C est un parti membre du… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Parti communiste tch√®que et morave ‚ÄĒ Parti communiste de Boh√™me et Moravie Le Parti communiste de Boh√™me et Moravie (en tch√®que : Komunistick√° strana ńĆech a Moravy, KSńĆM) est un parti politique tch√®que, h√©ritier du Parti communiste tch√©coslovaque. C est un parti membre du… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Parti communiste slovaque ‚ÄĒ Logo: Cr√©ation: 29 ao√Ľt 1992[1 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.