Palais-Royal


Palais-Royal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Palais royal.

Le Palais-Royal est à l’origine un palais historique auquel a été adjoint un ensemble urbain, dans le 1er arrondissement de Paris, au nord du palais du Louvre. Sa cour d’honneur accueille Les Deux Plateaux, œuvre de Daniel Buren, et une sculpture de Pol Bury. La Comédie-Française est intégrée à cet ensemble.

Sommaire

Histoire

Les origines du Palais-Royal

Le palais a originellement été construit par l’architecte Jacques Lemercier, à la demande du cardinal de Richelieu, à partir de 1622. Son emplacement correspond pour partie à celui qu’occupait l’hôtel de Rambouillet. À cette époque, il s’agissait du palais Cardinal. Le cardinal de Richelieu fréquentait régulièrement le brillant salon que la marquise de Rambouillet tenait en son hôtel. Entièrement reconstruit vers 1781, des galeries sont érigées sur le pourtour du jardin, et vendues à des commerçants. Il ne reste du Palais original, que la galerie des Proues, au sud-est.

Demeure royale

  • À sa mort, le cardinal de Richelieu légua le palais à Louis XIII.
  • À partir de 1643, après la mort de Louis XIII, la régente Anne d’Autriche et son fils, le jeune Louis XIV, ainsi que le cardinal Mazarin quittèrent le Louvre pour habiter ce palais. C’est à cette époque qu’on le rebaptise « Palais Royal ».
  • En 1648, à l’époque de la Fronde, les Parisiens envahissent le palais pour s’assurer que le jeune Louis XIV et sa mère n’ont pas pris la fuite.

La demeure de Monsieur

Demeure du régent

Un foyer révolutionnaire

La galerie de Montpensier du Palais Royal.
La galerie de Valois du Palais Royal.
Les propylées (à droite) et la galerie de Valois (à gauche) conçu par l’architecte Victor Louis.

À la veille de la Révolution française, le palais appartenait à Philippe IV d’Orléans (futur Philippe-Égalité) qui le fit reconstruire suite à un incendie survenu en 1773. Il en fit alors un haut-lieu parisien, et y installa des boutiques, des théâtres, des cafés (café de Foy, café Lamblin), un jardin… On surnomma alors le palais, le palais marchand et Philippe d’Orléans, reçu le sobriquet de "prévôt des marchands" [1]. Le Palais-Royal devint un lieu d’agitation et un lieu de divertissement et de débauche[2]. À l’époque de la Révolution, le Palais-Royal devint le centre de toutes les agitations populaires. Les orateurs y haranguaient la foule et c’est de là que partit l’agitation qui précéda la prise de la Bastille. Ainsi, le 12 juillet 1789, Camille Desmoulins harangua la foule (son discours est demeuré célèbre), hissé sur une table du café de Foy, invitant les promeneurs à arborer un signe distinctif, ce fut la feuille des arbres : le vert[3] qui illustre l’espoir. La révolutionnaire Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt y apparaissait aussi de temps en temps, au moindre symptôme d’émeute, avec sa bande de femmes.

C’est de là que partit également le 5 octobre 1789 la députation qui s’est élevée contre le veto royal. Le même jour, plusieurs milliers de femmes partirent du Palais-Royal et marchèrent sur le château de Versailles en réclamant du pain. Le lendemain, elles ramenèrent la famille royale : le « Boulanger » (Louis XVI), la « Boulangère » (Marie-Antoinette) et le « Petit Mitron » (le dauphin)[4], aux Tuileries sous bonne escorte.

Le Palais-Royal pendant la Révolution offrira le spectacle d’une déambulation aimable tout au plus canaille où l’amour règne, sinon la simple coquetterie.

Les cafés y prennent leurs aises sous les arcades, en prolongeant leur commerce sous les frondaisons. Ils sont foyers d’agitation verbale. La tribune des idées nouvelles, tant que la Révolution va fonctionner, et évoluer, au rythme de la parole, aux à-coups des passions qu’elle soulève. Ils furent moins le temple exclusif que l’espace de l’anarchie qui y était, de tradition, tolérée.

C’est au Palais-Royal qu’en 1793, fut tué par l’ancien garde du corps Pâris, le député Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau qui avait voté la mort du roi.

Chaque fois enfin qu’une tête était promenée dans les rues de Paris, on était sûr que sa première station serait au Palais-Royal parmi les clubistes et les prostituées, et sous les fenêtres du prince. Les têtes de Foulon, de Berthier, de la princesse de Lamballe passèrent toutes par là. Un jour une charrette chargée de condamnés à mort y passait à son tour ; elle s’arrêta un instant devant le palais. Parmi les victimes qu’elle amenait au supplice la foule avait reconnu le duc d’Orléans, et elle avait voulu qu’il contemplât une dernière fois sa demeure ; et elle le huait. Philippe-Égalité leva alors les épaules : « Ils m’applaudissent ! » s’écria-t-il.

En 1793, le palais devint bien national.

Sous l’Empire

Le Palais-Royal fut, après le 18 brumaire, affecté au Tribunat. Il prendra le nom de Palais du Tribunat, jusqu'en 1807, date de suppression de cette assemblée.

Sous la Restauration

En 1830, le Palais Royal se trouve au cœur des événements révolutionnaires. C'est l'arquebusier Le Page, situé rue de Richelieu qui donne leurs premières armes aux insurgés lors des Trois Glorieuses.

La résidence des ducs d’Orléans

Le palais fut restitué à la famille d’Orléans en 1814 ; il demeura la résidence des ducs d’Orléans jusqu’en 1848. Dès le 24 décembre 1814, Pierre-François-Léonard Fontaine est nommé architecte du duc d’Orléans, il fera les aménagements nécessaires à l’usage et à la bienséance (grand escalier d’Honneur, galerie d’Orléans, etc.) pendant la Restauration et la Monarchie de Juillet. Avec l'accession du duc d'Orléans à la couronne de France, le Palais-Royal a été brièvement la résidence du chef de l'État, Louis-Philippe, roi des Français, du 9 août 1830 à son installation aux Tuileries, en septembre 1831.

Le Palais est pillé par les révoltés qui renversent la Monarchie de Juillet, le 22 février 1848.

La Commune

  • En mai 1871, pendant la Commune, l’édifice fut incendié. Heureusement, le dévouement de quelques habitants du quartier permit d’éviter la destruction complète du bâtiment. Cependant, l’aile droite de la Cour de l’horloge et les étages du bâtiment central brûlèrent.


Il sera restauré deux ans plus tard pour recevoir le Conseil d’État.

Le Palais-Royal aujourd’hui

Fonctions

Le Palais suit depuis plusieurs années, un plan pluriannuel de restauration aussi bien à l'intérieur, qu'à l'extérieur. Après la restauration des deux plateaux de Buren en 2009, l'année 2010 est marquée par la restauration de la galerie de Chartres, de la double rangée de portique de la galerie d'Orléans et des façades rue de Valois.

Jardin

Article détaillé : Jardin du Palais-Royal.

Colonnes de Buren

Article détaillé : Les Deux Plateaux.

En 1985, Jack Lang choisit l’artiste Daniel Buren pour installer dans la cour d’honneur du palais une de ses œuvres. L’artiste crée des colonnes de marbre noir et blanc et éclairées la nuit d’une lumière verte fluorescente : Les Deux Plateaux. Celles-ci déclenchent une vive polémique sur le rapport de leur installation dans ce lieu et sur l’art contemporain.

Le Palais-Royal et les arts

Scènes de films tournées au Palais-Royal

Voir aussi

  • Colette a fini ses jours dans un appartement du Palais-Royal

Article connexe

Notes et références

  1. Michel de Decker, Le duchesse d'Orléans, épouse de Philippe-Égalité, mère de Louis-Philippe, rééd.Pygmalion 2001 (première édition 1981), p.99
  2. Comme le rappelle la chanson Le Palais Royal est un beau quartier (« Le Palais Royal est un beau quartier / Toutes les jeunes filles sont à marier »).
  3. Cette couleur fut remplacée par les bleu, blanc et rouge une fois qu’on se fût rappelé que le vert était la couleur du comte d’Artois.
  4. André Garnier, Pains et viennoiseries, recettes et techniques, édit. Dormonval , Lucerne, 1992 (ISBN 2-7372-2272-9), p. 9

Liens externes

(M) Ce site est desservi par la station de métro Palais Royal - Musée du Louvre.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Palais-Royal de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Palais-royal — Pour les articles homonymes, voir Palais royal. Entrée du Conseil d’État, place du Palais Royal. Le Palais Royal …   Wikipédia en Français

  • Palais Royal — Palais Royal, Haupttrakt Säulengang im …   Deutsch Wikipedia

  • Palais Royal! — Palais Royal ! Pour les articles homonymes, voir Palais royal. Palais Royal ! est un film français réalisé par Valérie Lemercier, sorti en 2005. Sommaire 1 Synopsis 2 Inspiration poli …   Wikipédia en Français

  • Palais royal! — Palais Royal ! Pour les articles homonymes, voir Palais royal. Palais Royal ! est un film français réalisé par Valérie Lemercier, sorti en 2005. Sommaire 1 Synopsis 2 Inspiration poli …   Wikipédia en Français

  • Palais royal ! — Pour les articles homonymes, voir Palais royal. Palais Royal ! est un film français réalisé par Valérie Lemercier, sorti en 2005. Sommaire 1 Synopsis 2 Inspiration poli …   Wikipédia en Français

  • Palais royal — Palais royal. Durchreist man die Hauptstädte Europa s, so wird man Paläste und Denkmäler in Menge, aber nirgends ein Palais royal oder etwas ihm Aehnliches finden. Dieser von Richelieu 1663 erbaute Palast ist der Mittelpunkt von Paris und bildet… …   Damen Conversations Lexikon

  • Palais Royal — (Париж,Франция) Категория отеля: Адрес: 15 rue des Petits Champs, 1 й округ: Лувр, 750 …   Каталог отелей

  • Palais Royal — (Одесса,Украина) Категория отеля: 3 звездочный отель Адрес: Lanzheronovskaya Street 10 …   Каталог отелей

  • Palais-Royal — (spr. palä rŭajáll, »königlicher Palast«), ein von Jacques Lemercier für den Kardinal Richelieu 1629–36 gegenüber dem Louvre in Paris erbauter Palast, den 1643 die Witwe Ludwigs XIII. mit ihren Söhnen Ludwig XIV. und Philipp von Orléans bewohnte …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Palais-Royal —   [palɛrwa jal], Palastkomplex in Paris, an der Rue de Rivoli auf dem rechten Seineufer, 1633 36 von J. Lemercier für Kardinal Richelieu erbaut (daher ursprünglich Palais Richelieu), mehrfach umgebaut, 1781 mit Kolonnaden für Kaufleute versehen,… …   Universal-Lexikon

  • Palais-Royal — (spr. läh rŏaĭáll), Palast in Paris, von Richelieu erbaut und Ludwig XIII. vermacht, später im Besitze der Familie Orléans zu einem Komplex von Läden, Gärten, Cafés etc. umgestaltet; 1852 als Staatsdomäne eingezogen: ein Teil jetzt Sitz des… …   Kleines Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.