PDE-SPSA

Promotion et défense des étudiants

Logo-pde-bonne-definition.gif
Logo de Promotion et défense des étudiants
Contexte général
Zone d'influence enseignement supérieur
Fiche d’identité
Forme juridique Association loi de 1901
Fondation 1994
Siège central 14, passage Dubail
75010 Paris
Président(e) Guillaume Joyeux
Secrétaire
général
Grégory Alsarraf
Site internet www.pde.fr

Promotion et Défense des Étudiants (PDE) est une association loi 1901 qui fait partie des organisations étudiantes représentatives selon les termes de la loi d'orientation sur l'éducation n°89-486 du 10 juillet 1989.

PDE se revendique comme le représentant du mouvement associatif « indépendant et apolitique » au niveau national. Ils participent aux prises de décisions des différentes institutions nationales de l'enseignement supérieur français et font le choix de limiter leurs prises de positions aux thématiques liées à la vie étudiante.

PDE fédère des unions d'associations étudiantes monodisciplinaires.

Sommaire

Composition actuelle

PDE est une association régie par la loi du 1er juillet 1901, créée en 1994. C'est une organisation étudiante représentative selon les termes de la Loi d'Orientation sur l'Éducation n°89-486 du 10 juillet 1989. Elle représente les étudiants en participant aux prises de décisions des différentes institutions nationales de l'enseignement supérieur français.

PDE se définit (comme les associations qui la composent) comme apolitique, corporatiste, aconfessionnelle et asyndicale. Elle a été classée comme "centriste et corporative" par le Nouvel observateur[1].

PDE regroupe quatre associations nationales monodisciplinaires[2]  :

  • le BNEI (Bureau national des élèves ingénieurs)
  • l'Unedesep (Union nationale des étudiants en droit, gestion, sciences économiques et politiques)
  • l'Uneg (Union nationale des étudiants en gestion)
  • La Fneb (Fédération nationale des étudiants en biologie)

Anciennes associations membres

Les associations ayant été adhérentes sont :

  • l'Anepf (Association nationale des étudiants en pharmacie de France) de 1994 à 2006 ;
  • l'Anemf (Association nationale des étudiants en médecine de France) de 1995 à 1996
  • l'Anémkef (Association nationale des étudiants en masso-kinésithérapie et ergothérapie de France) de 1998 à 2002 ;
  • l'UneAES (Union nationale des étudiants en AES) de 1998 à février 2006 ;
  • la Fénépsy (Fédération nationale des étudiants en psychologie) de 2002 à février 2006 ;
  • la FNSIP. (Fédération nationale des syndicats d'internes en pharmacie), membre associé depuis 2002, a quitté PDE en janvier 2006.

Les associations ayant quitté la structure en 2006 expliquent leur choix de partir en dénonçant l'élection de la nouvelle direction[3],[4], qu'elles considèrent comme trop proche des mutuelles étudiantes régionales.

Histoire

La création

La création de PDE résulte de la volontée de deux associations monodisciplinaires (Anepf et Unedesep), fédérées au sein de l'association Défense Des Etudiants (DDE), de quitter la Fage.

En 1994, l'Anepf et l'Unedesep finirent pas reprocher à la Fage, dont ils sont alors membres, ce qu'ils considèrent être une dérive syndicale et le choix du faible poids accordé aux monodisciplinaires dans la structure, aux dépens des fédérations de ville, structures fondatrices de la Fage.

Des rivalités entre les mutuelles régionales (Smer) (notamment la Smerra et des autres mutuelles fédérées dans la FEDEM), pèsent aussi en faveur de la constitution de PDE. La Fage, quant à elle, reste alors plutôt proche de la Smeso, de la MGEL et de la Smerep (fédérées dans l'Usem), ainsi que de la Mnef jusqu'à sa disparition. Ces rivalités mutualistes qui jouèrent un rôle non négligeable dans la division du milieu associatif étudiant sont certainement encore aujourd'hui en partie à l'origine des difficultés de réunification des deux structures.

DDE, regroupant également des monodisciplinaires appartenant à la Fage (Anemf et UneCD par exemple) qui refusaient de choisir entre la Fage et DDE, l'Anepf et l'Unedesep décidèrent d'abandonner DDE pour présenter une liste indépendante au Cneser intitulée "Promotion & Défense des Etudiants" à laquelle a participé la Fneb (qui ne faisait pas de représentation jusqu'à cette date). Devant le succès de la liste PDE, les trois monodisciplinaire décident de péréniser l'action en créant l'association PDE en août 1994. PDE est donc l'évolution de l'association Défense des Etudiants.

Les fondateurs de PDE sont trois associations nationales monodisciplinaires :

  • l'Anepf (Association nationale des étudiants en pharmacie de France)
  • la Fneb (Fédération nationale des étudiants en biologie)
  • l'Unedesp (Union nationale des étudiants en droit, gestion, sciences économiques et politiques)

Quatorze ans de représentation étudiante

PDE dispose d'un élu Cneser dès 1994, même si sa création a lieu peu de temps après. En janvier 1996, l'Anemf (Association nationale des étudiants en médecine de France) quitte la Fage pour rejoindre PDE. Cette même année, PDE ne souhaite pas se présenter aux élections Cnous souhaitant ainsi laisser la gestion des œuvres universitaires et scolaires aux fédérations étudiantes locales, donc à la Fage.

Aux élections Cneser de 1996 PDE stagne et obtient un siège.

En 1997, la Fage, tente un rapprochement avec PDE. Après de nombreuses discussions, la Fage refuse d'abandonner son mode de fonctionnement, associant fédérations d'associations locales et de filières, et rejette la proposition de PDE quant à la création d'une structure dénommée UNAME (Union Nationale des Modisciplinaires étudiantes).

Alors que l'Anemf rejoint à nouveau la Fage en 1998, l'UneAES quitte cette dernière pour rejoindre PDE suite aux élections Cneser. L'élu Cneser de la Fage issu de l'UneAES prend donc l'étiquette PDE et ne démissionne pas de son poste. Conjointement, PDE se présente pour la première fois aux élections Cnous.

En 2000, PDE et la Fage souhaitent présenter une candidature commune aux élections du Cnous et créent ainsi le CFAEOUS (Centre de Formation des Élus Associatifs aux Œuvres Universitaires et Scolaires). Les élections sont un échec, le nombre de voix attendu n'est pas là et certaines associations locales ne se reconnaissent pas dans cette structure commune : le discours faisant la promotion d’une unité associative nationale, soutenue par la base locale, est donc démenti par les faits.

Lors des élections du Cneser et du Cnous de 2002, PDE se maintient en obtenant un élu dans chaque instance. Le débat de 1997 et de 2000 autour d’une liste commune aux élections Cnous n’a pas été mené : la Fage a fait le pari de faire liste commune avec l’EMF et de progresser électoralement en s’appuyant sur les listes communautaristes. PDE reste aconfessionnelle et indépendante, et condamne cette nouvelle dérive de la Fage. Peu de temps après les élections, en mars 2002, les associations étudiantes en psychologie se fédèrent et créent la Fenepsy, qui adhère à PDE.

En 2003, une nouvelle monodisciplinaire quitte la Fage pour PDE. Il s'agit du BNEI (Bureau National des Élèves Ingénieurs), ce qui permet à PDE de récupérer un élu Cneser, qui change d'étiquette sans démissionner de son poste.

Cette même année, les associations des IAE (Institut d'administration des entreprises) et des MSG (Maîtrises et sciences de gestion) se fédèrent et créent l'Uneg (Union nationale des étudiants en gestion).

Les élections 2004 marquent un tournant pour PDE car pour la première fois, le centre de formation dispose de deux élus au Cneser et progresse en nombre de voix au Cnous tout en gardant un élu.

Ainsi depuis 1994, PDE est représentée au sein du Cneser. De même, depuis 1998, PDE est représentée au sein du conseil d’administration du Cnous.

Pour autant, PDE a perdu un élu au profit de la Fage lors du renouvellement des représentants étudiants au Cneser en 2006, même si l'organisation conserve un siège. PDE est alors la dernière organisation derrière la Confédération Étudiante, nouvelle venue. En 2006, la Fage possède un total de 7 élus au Cnous et Cneser, l'Unef 7, l'UNI 2, PDE 2, la Confédération étudiante 1 élu.

Suite aux élections des représentants étudiants au Conseil d'Administration du Cnous de 2008, PDE a atteint un seuil historique de 30 voix ; et au Cneser, le score de PDE augmente de 44 %. PDE garde un siège au Cnous et au Cneser.

La crise de janvier 2006

Le 6 janvier 2006, la FNSIP a quitté PDE pour divergence d'objectifs, à la suite de l'assemblée générale ayant élu le nouveau bureau. Elle fut suivie par la désaffiliation de :

  • la Fenepsy le 6 février[5]
  • l'UneAES le 11 février[6]
  • l'Anepf et la Fneb le 20 février[7].

Cette crise fait suite à la proposition de la Fage faite au début du mois de janvier 2006, elle propose aux membres actifs de PDE de construire une organisation associative unique. Mais finalement les monodisciplinaires dissidentes n'ont pas créé une organisation indépendante, mais ont renforcé la Fage. Elles ont aussi échoué dans leur tentative de réunir l’ensemble des unions monodisciplinaires au sein de la Fage.

Et l'avenir ?

L'objectif de PDE, sur la base de scores électoraux enregistrés en 2008, est de poursuivre un travail de fond pour conduire les réformes du système d'aides sociales étudiantes et les réformes de la gouvernance de l’enseignement supérieur. L'objectif de PDE est de faire du mouvement associatif indépendant la 2ème force étudiante[réf. nécessaire].

Enfin des réunions thématiques sous forme de séminaires de formation et des congrès étudiants continueront à être organisés afin :

  • de permettre un dialogue entre les responsables institutionnels et les élus étudiants ;
  • de mener des concertations de fond avec les élus étudiants afin de valider les positions de PDE avec l'ensemble des associations ;
  • de favoriser la cohésion du milieu associatif autour de ses valeurs : apolitique, asyndicale, aconfessionnale, bénévole et la participation étudiante dans un esprit de collaboration.

Les discussions relatives au rapprochement sont désormais rendues impossibles par la crise de janvier 2006.

Implication de PDE dans des structures universitaires

  • PDE est membre fondateur de l'Afij, l'association pour faciliter l'insertion des jeunes. Cette association a été créé par l'ensemble des organisations étudiantes et des mutuelles étudiantes.
  • La Commission Consultative Nationale des IUT
  • La Section Permanente Scientifique du CNESER, où PDE partage un siège tournant avec l'UNI
  • l'Onisep, où PDE a un administrateur suppléant ;
  • le Groupe de Recherche Enseignement Supérieur Santé (GRESS)[8] .
  • Observatoire de la vie étudiante (OVE)[9].
  • la Commission Armée Jeunesse (CAJ)[10]

Le rôle de PDE est de représenter les élus étudiants et les associations indépendantes auprès des pouvoirs publics. En complément du travail effectué par les élus nationaux et les administrateurs de PDE, l'organisation étudiante rencontre les parlementaires sur les projets de loi de finance et les principaux projets relatifs à l’enseignement supérieur. PDE est reçue fréquemment par les différents ministres en charge des questions étudiantes et universitaires.

Organisation

Le bureau actuel

  • Président : Guillaume Joyeux, élève ingénieur à l'INSA de Toulouse
  • Secrétaire général : Grégory Alsarraf, étudiant à l'Université de Tours
  • Trésorier : Timothé Recton, étudiant à l'Université du Littoral Côte d'Opale
  • Délégué général Représentation et formation : Matthieu Bach, étudiant à l'Université Pierre et Marie Curie (Paris VI)
  • Délégué général Démocratie étudiante : Corentin Caillet, étudiant à l'Université d'Angers
  • Déléguée générale Communication : Chloé Brunschwig, étudiante à l'Université Paris Dauphine

Fonctionnement interne

PDE fonctionne selon un modèle confédéral. En effet, chacune des associations nationales membres assume indépendamment la représentation propre à son secteur disciplinaire, tout en ayant la qualité d'organisation étudiante représentative

PDE est composée d'un Bureau dont les membres sont cités ci-dessus. Le Conseil d'administration est composé de trois représentants par monodisciplinaire adhérente (dont le président de chacune d'entre-elle) et des élus nationaux (Cneser et Cnous). Les Assemblées Générales sont l'occasion de renouveler le bureau et de valider les bilans moraux et financiers.

Les relations entre PDE et les Smer s’expliquent par le positionnement des associations étudiantes, favorables au développement du régime de sécurité sociale étudiante et aux acquis sociaux. Par ailleurs, les Smer ont été créées par des membres d'associations étudiantes, elles-mêmes fondatrices de PDE, et les relations restent proches.

Objectifs

PDE se revendique comme le premier réseau associatif national totalement apolitique[11]. Les associations membres de PDE souhaitent contribuer à leur niveau, par leur offre de services aux étudiants, par l'animation des campus, etc, au développement de la vie étudiante.

PDE s'en fait le relais au niveau national et permet d'effectuer un travail technique mais aussi une action de formation et d'information auprès de ces associations locales.

Moyens

Afin de réaliser ses objectifs, PDE dispose de moyens financiers et logistiques. Comme toute organisation représentative, elle touche une subvention de la part du ministère de l'Éducation Nationale au titre de ses élus au Cneser et au Cnous.

PDE utilise une partie des subventions pour assurer son fonctionnement interne et l'organisation de séminaires de formation pour les élus (deux à trois fois par an), la publication d'un journal (Acteur Étudiant) et la formation à la demande des associations locales.

L'autre partie des subventions ministérielles est reversée aux monodisciplinaires membres pour leur fonctionnement et l'organisation de formations dans leurs domaines de compétences.

PDE organise tous les deux ans un congrès où elle rassemble l'ensemble de ses associations membres, des acteurs de l'enseignement supérieur et des partenaires mutualistes pour former, discuter et proposer.

Représentativité

Ayant des élus au Cnous ou au Cneser, PDE est représentatif auprès du ministère de l'Éducation Nationale, au terme de la loi Jospin du 10 juillet 1989.

Année 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006 2008
Cneser 1 1 1 1 1 2 1 1
Cnous - - 1 1 1 1 1 1


* Les représentants au Cneser pour PDE

  • Elu titulaire : Julien Villalongue, élu au Conseil d'Administration de l'Ecole Centrale de Nantes
  • Elu suppléant : Paul Maillard, élu au Conseil d'Administration de l'université Panthéon Assas, Paris 2

* Les représentants au Cnous pour PDE

  • Elu titulaire : Cédric Herve, étudiant en biologie à l'Université Paris Descartes (Crous de Paris)
  • Elu suppléant : Aymeric Bazire, élève ingénieur à l'ENSHMG (Crous de Grenoble)

Anciens bureaux

* De 1994 à 1996

  • Président : Frédéric Badey (Anepf)
  • Trésorière : Elisabeth Ségard (Unedesep)
  • Secrétaire Général : Jean-Luc Silberstein (Fneb) puis Sylvain Arnaud (Fneb)

* En 1996

  • Présidente : Valérie Dessemond (Unedesep)
  • Trésorier : Damien Mandry (Anemf)
  • Secrétaire Général : Fabrice Labaume (Fneb)
  • Vice-président (sponsoring) : Sébastien Ribault (Fneb)

* De 1997 à 1999

  • Président : Guillaume Fumanal (Fneb)
  • Trésorier : Karim Sahraoui
  • Secrétaire Général : Frédéric Turlan (Anepf)
  • Vice-président : Eric Lecoq (Unedesep)

* De 1999 à 2001

  • Président : Eddy Agnassia (UneAES)
  • Trésorière : Anne-marie Garcia
  • Secrétaire Général : Arnaud Malioche (Unedesep)
  • Déléguée Générale: Géraldine Pflieger (Unedesep)

* En 2001

  • Président : François Salicis (Fneb)
  • Trésorière : Gaelle Manson (UneAES)
  • Secrétaire Général : Ariel Sakh (Anepf)
  • Délégué Général : Jérôme Mourroux (UneAES)

* De 2001 à 2003

  • Président : Jérôme Mourroux (UneAES)
  • Trésorier : Ariel Sakh (Anepf)
  • Secrétaire Général : Renaud Pfeffer (Unedesep) puis Guillaume Briant (Unedesep)
  • Vice-présidente : Virginie Baudais (Unedesep) puis Nicolas Ménard (Unedesep)
  • Vice-président : Kris Canales (UneAES) puis Ludovic Wahnert (UneAES)
  • Vice-président : Vincent Guala (Anepf)
  • Vice-président : Arnaud Mouly (Fneb) puis Philippe Sommer (Fneb)
  • Vice-président : Yannick Morvan (Fenepsy)

* De 2003 à 2004

  • Président : Jérôme Mourroux (UneAES)
  • Trésorier : Ariel Sakh (Anepf)
  • Secrétaire Général : Guillaume Briant (Unedesep)
  • Délégué Général : Fabrice Julien (BNEI)
  • Délégué Général : Yannick Morvan (Fenepsy)
  • Délégué Général : Goddhus Razafimanjato (BNEI)

* De 2004 à 2005

  • Président : Jérôme Mourroux (UneAES)
  • Trésorier : François Lehoux (Unedesep)
  • Secrétaire Générale : Nathalie Rumolo (Fneb)
  • Délégué Général : Fabrice Julien (BNEI)
  • Délégué Général : Yannick Morvan (Fenepsy)

* 2005

  • Président : Alexandre Boquillon (BNEI)

* De 2005 à 2006

  • Président : Sébastien Coudert (Unedesep)
  • Secrétaire Générale : Nathalie Rumolo (Fneb)
  • Trésorier : Benjamin Barin (Anepf)
  • Délégué Général Formation : Fabrice Julien (BNEI)
  • Délégué Général Elections : Guillaume Bardy (Anepf)
  • Délégué Général Communication : Yoris Pujol (Unedesep)

* 2006

  • Présidente : Dorothée Folliet (Fenepsy)
  • Trésorier : Xavier Laurent (Unedesep)
  • Secrétaire Général : Jordi Montesinos (BNEI)
  • Délégué Général : Fabrice Julien (BNEI)
  • Délégué Général : Brice Margraitte (Uneg)

* De 2006 à 2007

  • Présidente : Nadine Vrignaud (BNEI)
  • Trésorier : Frédéric Breux (Uneg)
  • Secrétaire Général : Alexandre Vasseur(Fneb)
  • Délégué Général : Shameer ISSANY (BNEI)
  • Délégué Général : Xavier LAURENT (Unedesep)

* De 2007 à 2008

  • Président : Grégory Golf (BNEI)
  • Trésorière : Caroline Nguyen (Unedesep)
  • Secrétaire Général : Alexandre Vasseur (Fneb)
  • Délégué Général Représentation : Julien Villalongue (BNEI)
  • Délégué Général Fonctionnement : Driss Benani (Fneb)
  • Déléguée Générale Communication : Cindy Bourguignon (Uneg)

* De 2008 à 2009

  • Président : Grégory Golf (BNEI)
  • Trésorier : Stéphane Anelli (Uneg)
  • Secrétaire Général : Paul Maillard (Unedesep)
  • Délégué Général Représentation : Mathieu Bach
  • Délégué Général Démocratie Etudiante : Guillaume Vérité (BNEI)
  • Déléguée Générale Communication : Emilie Lambert (Fneb)

Notes et références

  1. "L'Unef perd 53 sièges au Crous", NOUVELOBS.COM, 27 mars 2006
  2. Bienvenue sur le site de Promotion et défense des Etudiants - PDE
  3. PDE: le nouveau bureau ne fait pas l'unanimité en interne. La FNSIP annonce son départ. dépêche AEF du 11/01/2006, n°60087
  4. L'ANEPF et la FNEB quittent PDE qui condamne "les méthodes choisies" », dépêche AEF du 20/02/2006, n°61593
  5. « La FENEPSY annonce son départ de PDE », dépêche AEF du 06/02/2006, n°61113
  6. « L'Union nationale des étudiants en administration économique et sociale quitte PDE », dépêche AEF du 15/02/2006, n°61436
  7. L'ANEPF et la FNEB quittent PDE qui condamne "les méthodes choisies" », dépêche AEF du 20/02/2006, n°61593
  8. GRESS
  9. OVE
  10. CAJ
  11. Bienvenue sur le site de Promotion et défense des Etudiants - PDE
  • « PDE change de bureau. Dorothée Folliet prend la présidence », AEF, 09/01/2006, n°59963.

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

Organisations étudiantes représentatives de France

Confédération étudiante
Fédération des associations générales étudiantes
Promotion et défense des étudiants
Union nationale des étudiants de France
Union nationale inter-universitaire


  • Portail de l’éducation Portail de l’éducation
Ce document provient de « Promotion et d%C3%A9fense des %C3%A9tudiants ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article PDE-SPSA de Wikipédia en français (auteurs)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.