Oussama Ben Laden


Oussama Ben Laden

Oussama ben Laden

Oussama ben Laden
Naissance 10 mars 1957 (52 ans)
Riyad
Nationalité Flag of Saudi Arabia.svg Arabie saoudite (déchu en 1994)
Activité(s) principale(s) Fondateur du réseau terroriste Al-Qaida.
Formation Études commerciales, techniques et religieuses à l'université de Djeddah
Famille 53 demi-frères et demi-sœurs
A une vingtaine d'enfants.

Oussama ben Laden (arabe : أسامة بن محمد بن عوض بن لادن) Usāma ben Moḥammed ben °Awaḍ ben Lāden, né le 10 mars 1957 à Riyad en Arabie saoudite, originaire du Yémen, fait partie du réseau terroriste al-Qaida dont il est l'une des personnalités les plus connues et est généralement considéré comme le chef.

Il est présenté comme le commanditaire présumé des attentats du 11 septembre 2001 par les États-Unis et le Federal Bureau of Investigation (FBI), qui l'a placé depuis juin 1999 sur sa liste des dix criminels les plus recherchés suite aux attentats des ambassades américaines en Afrique, offre 25 millions de dollars pour tout renseignement permettant sa capture[1]. Il figure également sur la liste des terroristes susceptibles de sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies diffusée par Interpol en 2006.

S'il a pu être considéré comme un héros par certaines populations et à certains moments[2], il est loin de faire l'unanimité parmi les musulmans. Al-Qaida ne fait pas non plus l'unanimité parmi les mouvements terroristes ou islamistes militarisés : par exemple, il est accusé par le Hezbollah de faire le jeu de l'administration américaine et par ses actions de porter préjudice à l'islam[3]. L'ex-secrétaire général de la commission islamique d'Espagne a édicté une fatwa à son encontre[4].

Sommaire

Biographie

Jeunesse

Ben Laden est issu d'une riche famille d'Arabie saoudite, originaire du Yémen. Son père Mohammed a bâti un empire dont le fleuron est la Bin Laden Construction group, une importante entreprise de bâtiment et travaux publics détentrice de nombreux contrats d'exclusivité avec le gouvernement saoudien. La proximité avec la famille princière Ibn Saoud participe à la fortune de l'entreprise qui, devenue une des premières entreprises de construction au monde, se diversifie et devient le Saudi Binladin Group[5] aux nombreuses ramifications. Parmi elles, la Bin Laden Telecommunications, devenue depuis 1999 la Baud Telecom Company (BTC Networks)[6].

Oussama ben Laden a 53 demi-frères et demi-sœurs, son père polygame s'étant marié avec 22 femmes différentes. Lui-même a une vingtaine d'enfants dont Omar marié à une Britannique, Jane Felix-Browne, devenue Zaina Karkar ben Laden[7].

Le jeune homme fait des études commerciales et techniques à l'université de Djeddah en Arabie saoudite, puis il intègre le groupe familial vers le milieu des années 1970.

Il étudie à cette période les textes principaux du salafisme, principale école de droit musulman en Arabie saoudite, comme le font la plupart des étudiants saoudiens.

1979 - 1989 : contre l'ennemi commun

En 1979, alors que des membres de sa famille sont impliqués dans la prise de la Grande Mosquée de la Mecque, il est approché par le prince Turki Al Fayçal, alors chef des services secrets de l'Arabie saoudite (de 1977 à 2001), ambassadeur d'Arabie saoudite à Londres, et fils de l'ancien roi saoudien Fayçal ben Abdel Aziz Al-Saoud (de 1964 à 1975). À l'époque, le régime du chah d'Iran vient d'être renversé par une révolution qui porte à sa tête l'ayatollah Khomeini, tandis que l'URSS envahit l'Afghanistan quelques mois plus tard. L'islamisme commence à devenir une force géopolitique importante, remplaçant peu à peu le marxisme et le panarabisme comme principale idéologie populaire au Moyen-Orient. De nombreux moudjahidins viennent combattre en Afghanistan contre l'URSS, soutenus par l'Arabie saoudite qui y voit une possibilité de diffusion du wahhabisme, le Pakistan via son Inter-Services Intelligence qui se verrait à terme à la tête d'une future internationale islamique et la CIA.

Le prince saoudien Turki demande à Ben Laden d'organiser le départ des volontaires pour l'Afghanistan et leur installation à la frontière pakistanaise. En arrivant sur place, le jeune homme découvre des militants motivés, mais très peu organisés. L'amateurisme règne. Ben Laden coordonne l'arrivée des militants à Peshawar via une organisation appelée « Bureau des services ». Il met en place une véritable organisation et assure la formation militaire et idéologique des combattants (camps d'entraînement, mosquées, écoles, etc.) ainsi que l'approvisionnement en armes. Peu à peu, il prend en charge les familles. Il s'occupe de veuves et de l'éducation religieuse d'enfants.

C'est ainsi que le jeune homme timide prend de l'assurance, tandis que son prestige grandit. On dit que sa rencontre avec un ressortissant indien extrémiste au pseudonyme de M. Fantome aurait été en partie déterminante dans l'évolution de sa personnalité et de sa détermination. Il aurait lui-même participé à quelques combats[8]. En 1989, son mentor et ami, le palestinien Abdallah Youcef Azzam, est assassiné. Oussama ben Laden se retrouve alors à la tête de l'organisation. Elle est la base d'Al-Qaida, qui se transforme bientôt en logistique du djihadisme international, certains vétérans d'Afghanistan partant ensuite combattre sur d'autres fronts (en Tchétchénie, en Yougoslavie, etc.) Durant toute cette décennie, Ben Laden rend régulièrement compte au prince Turki, effectuant de nombreux voyages en Arabie saoudite.

L'organisation de Ben Laden ne reste néanmoins, à l'époque, que l'une des nombreuses factions existant en Afghanistan, pays obéissant davantage à des logiques tribales qu'idéologiques. Alors que dans beaucoup de régions afghanes, une version modérée de l'islam est respectée, beaucoup de moudjahidines se méfient de la venue d'étrangers véhiculant le salafisme. Le commandant Massoud, notamment, refuse toute alliance. Oussama ben Laden se rapproche alors de Gulbuddin Hekmatyar, un chef fondamentaliste local et « principal bénéficiaire, selon Noam Chomsky, des 3,3 milliards de dollars d'aide (officielle) des États-Unis aux rebelles afghans (un montant à peu près équivalent étant, dit-on, fourni par l'Arabie saoudite) » [9]. Hekmatyar est aussi, à l'époque, soutenu par le Pakistan qui voudrait le voir à la tête du pays après le départ des Soviétiques.

En février 1989 les Soviétiques annoncent leur retrait d'Afghanistan. Les djihadistes veulent poursuivre le combat jusqu'à la prise du pouvoir à Kaboul. Cependant, les États-Unis qui ont atteint leur objectif, et l'Arabie saoudite, stoppent le financement et le soutien logistique massif en 1990.

1989 - 1993 : la rupture

Oussama ben Laden se sent trahi, mais à son retour en Arabie saoudite, il est considéré en héros. Il organise des conférences dans les mosquées, dans les écoles, à l'université sur son « djihad » contre l'armée soviétique.

Lors de la guerre du Golfe (1990-1991), Oussama ben Laden propose au roi Fahd d'utiliser sa milice pour défendre le pays contre une éventuelle invasion des troupes irakiennes. Ce dernier refuse et préfère ouvrir son territoire à l'armée américaine, prêtant ainsi le flanc à l'accusation selon laquelle il aurait autorisé les « infidèles » à « souiller le sol sacré » de l'Arabie saoudite. Ben Laden se fait alors de plus en plus critique vis-à-vis de la famille royale, et va jusqu'à accuser les princes de corruption.

Il choisit de s'allier à des opposants au régime wahabite installés en Iran et en Syrie. Riyad lui attribua notamment la responsabilité d'un attentat contre son ambassadeur au Pakistan ainsi qu'une tentative avortée de détournement d'un avion saoudien effectuant la liaison Karachi-Djeddah. Au début d'avril 1994, l'Arabie saoudite le prive de sa nationalité [10].

Pressé de quitter le pays, il se rend alors à Khartoum, au Soudan, où il est accueilli par Hassan al-Tourabi, qui dirige le Front national islamique soudanais (FNI). Il s'installe dans le pays, y investit et fait quelques affaires (routes, exportations agricoles, acquisitions foncières, activités bancaires en accord avec les principes de la banque islamique).

Il reste cependant en relations discrètes avec certains membres du régime saoudien (la famille royale est en effet peu unie). De même, il aurait gardé des relations avec la CIA ; son nom de code aurait été « Tim Osman ».[11]

1993 - février 1996 : les années troubles

Ben Laden suit et finance les moudjahidine islamistes les plus radicaux revenus après la guerre d'Afghanistan dans leur pays d'origine (ils y sont surnommés « les Afghans »). Il finance également des camps d'entraînement. Dès décembre 1992 un groupe financé par Ben Laden est responsable d'un attentat au Yémen contre les soldats américains en route pour l'opération Restore Hope en Somalie.

La même année, un attentat touche le World Trade Center, et fait 6 morts. Un groupe lié à Oussama ben Laden est soupçonné.

Oussama ben Laden profite en effet de la politique d'une partie de l'administration Clinton, soutenue par le lobby pétrolier. Celle-ci a plusieurs objectifs : le soutien à des régimes stables en Asie centrale afin de permettre l'acheminement du pétrole, la lutte contre l'influence russe dans la région et une politique résolument engagée contre l'Iran chiite. La poursuite de ce dernier objectif passe par un soutien à l'islamisme sunnite notamment présent au Pakistan et en Arabie saoudite [réf. nécessaire]. C'est pourquoi Oussama ben Laden n'est pas perçu uniquement comme une menace [réf. nécessaire]. Cette stratégie est cependant infléchie dans les derniers temps du mandat de Bill Clinton.

Suite à la campagne d'attentats du Groupe islamique armé en France en 1995, la police belge découvre des documents de ce groupe dédicacé à Ben Laden [12].

Le 26 mai 1995, Al-Qaida est soupçonné d'avoir participé à 'une tentative d'assassinat contre le Président égyptien Hosni Moubarak [13]

En février 1996, Oussama ben Laden lance un appel à attaquer les intérêts américains partout dans le monde. Il devient dès lors un ennemi officiel des États-Unis, qui obtiennent son expulsion du Soudan. Il se réfugie alors en Afghanistan, passé sous contrôle des talibans depuis 1996.

Depuis 1996 : le terrorisme de masse, la traque et la communication

Le premier mandat d'arrêt international lancé sur sa personne date de mi-avril 1998 et il émane d'Interpol à la demande de la Libye suite à l'assassinat en 1994 sur son sol d'un couple de citoyens allemands, les Backer, des agents secrets de l'Office fédéral de protection de la constitution[14] (Bundesamt für Verfassungsschutz/BfV). Depuis lors, l'Espagne [15] et les États-Unis ont également demandé des notices rouges sur lui à Interpol[16].

Les États-Unis le tiennent pour responsable des attentats à la bombe dirigés contre les ambassades américaines de Nairobi au Kenya (213 morts dont huit Américains) et de Dar es Salaam en Tanzanie (onze morts, tous Tanzaniens) le 7 août 1998.

Une preuve tangible de la forte présence de l'ISI en Afghanistan a été donnée par la protestation officielle pakistanaise lors du bombardement américain de représailles par missiles de croisière contre les camps dirigés par Ben Laden le 12 août 1998 qui tua cinq officiers de ce service[17].

En 1999, deux colonels de l'armée chinoise le citent abondamment dans leur livre La Guerre hors limites où il est désigné comme un grave péril futur[18]. Il est placé en juin de la même année sur la liste des Dix fugitifs les plus recherchés du FBI[19].

En août 2001, le Groupe islamique combattant marocain fait allégeance à Oussama ben Laden, en particulier via des gens présents en Afghanistan, et qui vont par la suite vivre en Belgique [20].

Épaulés par le Pakistan, les États-Unis négocient avec les talibans, qui tergiversent. Les attentats du 11 septembre 2001 stoppent brutalement cette négociation.

Depuis 2001, le gouvernement américain offre 25 millions de dollars pour toute information conduisant directement à sa capture, et une prime additionnelle de deux millions de dollars est offerte conjointement par la « Air Line Pilots Association » et la « Air Transport Association »[21]. À chaque agression, Ben Laden se réjouit des attentats, mais ne les revendique pas. À partir de ce moment, les États-Unis veulent officiellement Ben Laden « mort ou vif ».

En août 2001, le prince Turki est limogé par le régime saoudien.

Oussama ben Laden est considéré par les pays occidentaux comme le principal responsable des attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center et le Pentagone. Il n'a lui-même jamais directement revendiqué les attentats contre le World Trade Center du 11 septembre 2001, mais en a avoué être l'instigateur ("Je vous le dis, Allah sait qu'il ne nous était pas venu à l'esprit de frapper les tours. Mais après qu'il fut devenu insupportable de voir l'oppression et la tyrannie de la coalition américano-israélienne contre notre peuple de Palestine et du Liban, j'ai alors eu cette idée") et s'est félicité de leur tenue.

La chaîne qatarie Al-Jazira publie le 12 novembre 2002 un message sonore reconnu par les autorités des États-Unis comme provenant d'Oussama ben Laden. Celui-ci met en garde et menace plusieurs pays occidentaux de nouveaux attentats s'ils continuent à soutenir « le gang des bouchers de la Maison Blanche ».

Après les attentats du 11 septembre 2001, le président des États-Unis George Walker Bush déclenche une guerre en Afghanistan dans le but déclaré d'anéantir Al-Qaida. Ben Laden échappe toujours à ses poursuivants. La CIA pense qu'il se cache dans les régions tribales au nord-ouest du Pakistan. Selon l'IDIAP Research Institute de Martigny en Suisse au moins un des messages de Ben Laden authentifiés par la CIA (celui du 12 novembre 2002) serait un faux.

Des mesures diplomatiques pour le contrer sont prises depuis la fin des années 1990, notamment la création d'un Comité des sanctions contre Al-Qaida et les Taliban (créé par la résolution 1267 en 1999, appelé aussi Comité 1267) [22], les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies 1377 du 12 novembre 2001[23] et 1390 du 16 janvier 2002[24] reliées à la position de l'Union européenne[25].

Le 30 octobre 2004, une vidéo diffusée par la chaîne d'information en arabe Al-Jezira quatre jours avant les élections présidentielles aux États-Unis tendrait à montrer qu'Oussama ben Laden est toujours en vie au moment de l'enregistrement malgré les rumeurs persistantes de décès dans les montagnes à la frontière de l'Afghanistan et du Pakistan. Ce dernier renvoie dos à dos les deux candidats et annonce de futurs attentats. Il affirme que contrairement à la thèse de dirigeants américains, son but n'est pas de lutter contre la liberté, auquel cas il se serait attaqué à des États nordiques. Il estime que les attaques contre le World Trade Center sont une mesure de rétorsion contre les « tueries » organisées par les militaires américains.

Le 27 décembre 2004, la chaîne de télévision Al-Jezira a diffusé un enregistrement audio, attribué à Oussama ben Laden, désignant le jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui comme son adjoint en Irak et appelant à un boycott des élections prévues le 30 janvier 2005.

Le 19 janvier 2006, après un an de silence, Al-Jezira diffuse un nouvel enregistrement audio où Oussama ben Laden annonce la préparation de nouvelles opérations terroristes et propose une « trêve » en échange d'un retrait des troupes américaines en Irak et Afghanistan : « Nous n'avons pas d'objection à vous offrir une trêve (hudna) de longue durée dans des conditions justes que nous respecterons, parce que nous sommes une nation à laquelle Dieu interdit la traîtrise et le mensonge ». Une trêve aussitôt refusée par la Maison Blanche. L'absence d'images alimente de nouvelles spéculations selon lesquelles Oussama ben Laden serait malade ou blessé et peut-être même mort.

Dans un autre enregistrement audio diffusé le 23 avril, Oussama ben Laden évoque pour la première fois la situation au Soudan en appelant ses partisans à « se préparer à une guerre de longue durée au Darfour ».[réf. nécessaire]

Deux nouveaux enregistrements audio attribués à Oussama ben Laden sont diffusés le 23 mai et le 30 juin : le premier disculpe Zacarias Moussaoui après sa condamnation à perpétuité dans le cadre des attentats du 11 septembre 2001 et le second rend hommage à Abou Moussab Al-Zarqaoui tué dans un raid américain à Bakouba le 7 juin 2006.

Le 7 septembre 2007, la chaîne Al-Jazira diffuse, quelques jours avant le sixième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, des extraits d'une vidéo d'Oussama ben Laden, la première depuis près de trois ans[26]. Le chef d'Al-Qaida, dont la voix a été officiellement identifiée par les services de renseignements américains, s'adresse aux États-Unis et évoque la situation actuelle en Irak[27]. Ben Laden y mentionne les noms du président français Nicolas Sarkozy, élu en mai 2007, ainsi que du Premier ministre anglais Gordon Brown qui a succédé à Tony Blair en juin de la même année.

Organisation

Oussama ben Laden a besoin de recruter des personnes prêtes à se sacrifier. Il utilise pour cela le ressort religieux.

Le choix de cibles particulièrement spectaculaires, dans le cadre de ses opérations terroristes, montre tant un sens de la préparation tactique que de l'utilisation des médias.

Concernant la conceptualisation du terrorisme et le volet « idéologique » d'Al-Qaida, le « cerveau » est Ayman al-Zawahiri. [28] Ben Laden se serait contenté de financer les attentats du 11 septembre, et l'opération aurait été proposée et orchestrée par Khalid Cheikh Mohammed, selon les aveux de ce dernier et les conclusions du rapport final de la Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis. [29] Une vidéo diffusée par Al-Jazira le 7 septembre 2006 montrerait cependant Ben Laden et ses lieutenants, dont Mohammed Atef (mort en Afghanistan en novembre 2001), préparant les attentats du 11 septembre.

Al-Qaida fonctionne comme une franchise du terrorisme islamiste. Des groupes comme celui d'Abou Moussab Zarqaoui en Irak ou ceux responsables des attentat de Bali, attentats du 16 mai 2003 à Casablanca, attentats du 11 mars 2004 à Madrid, Istanbul, attentats du 7 juillet 2005 à Londres ou attentats du 23 juillet 2005 à Charm el-Cheikh, se revendiquent d'Al-Qaida mais ont une existence autonome. Il n'y a pas de hiérarchie pyramidale, on parle plutôt d'une nébuleuse. L'organisation d'Oussama ben Laden aurait ainsi financé de nombreux groupes terroristes islamistes sans s'impliquer dans leur fonctionnement.

La transmission du message médiatique est une méthode fondamentale pour Oussama ben Laden. Les cassettes enregistrées et diffusées, souvent par la chaîne Al Jazira en exclusivité, poursuivent plusieurs objectifs :

On suppose que les cassettes de Ben Laden sont acheminées depuis sa cachette au Pakistan ou ailleurs, après un trajet long et compliqué, et ne sont diffusées que plusieurs jours ou semaines après l'enregistrement. Paradoxalement, cet isolement n'empêche pas l'exploitation des ressources de la mondialisation des communications.

Motivations

Ben Laden condamne l'évolution de la civilisation islamique depuis la disparition du califat (le dernier calife était le sultan ottoman jusqu'en 1924) [30]. Cet objectif passe par un renversement des gouvernements arabes « laïcs » et « impies » protégés par les États-Unis. La plupart des actions terroristes revendiquées ou probablement exercées par Al-Qaida visent à déstabiliser ces régimes.

Parmi les positions politiques d'Oussama ben Laden se retrouve la lutte contre ceux qu'il considère comme les « croisés occidentaux », en premier lieu les Américains. Ce fut l'une des raisons principales de son rejet par la famille royale d'Arabie saoudite. Lors de son interview[31] par le journaliste Robert Fisk en 1996, il avait notamment déclaré :

« Le peuple comprend maintenant les discours des oulémas dans les mosquées, selon lesquels notre pays est devenu une colonie de l'empire américain. Il agit avec détermination pour chasser les Américains d’Arabie saoudite. […] La solution à cette crise est le retrait des troupes américaines. Leur présence militaire est une insulte au peuple saoudien. »

Pour Oussama ben Laden, les bases militaires présentes en Arabie saoudite ne sont pas acceptables. Il souhaite que la présence américaine au Moyen-Orient disparaisse, afin, selon sa rhétorique, de recouvrer la « liberté » du peuple musulman. Si en 1991 Oussama ben Laden s'insurge contre le pouvoir royal saoudien qui accepte l'installation des militaires américains, c'est parce que le territoire saoudien est considéré comme sacré (avec les lieux saints Médine et La Mecque) et que la présence de troupes « infidèles » sur son sol natal est donc un sacrilège pour tout islamiste radical fondamentaliste. À l'origine ces bases américaines devaient être provisoires, le temps de remporter la guerre contre Saddam Hussein. Lors de la dernière guerre en Irak, l'état-major américain n'a pas fait partir l'offensive américaine d'Arabie saoudite, Riyad ayant refusé pour éviter des manifestations d'hostilité de la part des mouvances islamistes locales et à depuis fait retirer ses forces de ce pays.

Origines revendiquées du 11-Septembre

La Palestine et le Liban

Oussama ben Laden utilise dans sa propagande la référence à l'occupation israélienne du Liban sud lors de l'opération Paix en Galilée en 1982. Il affirme avoir été affecté par les bombardements israéliens contre les réfugiés palestiniens au cours de la guerre du Liban.

« Je vous le dis, Allah sait qu'il ne nous était pas venu à l'esprit de frapper les tours. Mais après qu'il fut devenu insupportable de voir l'oppression et la tyrannie de la coalition américano-israélienne contre notre peuple de Palestine et du Liban, j'ai alors eu cette idée. Les événements qui m'ont affectés de manière directe ont commencé en 1982, lorsque l'Amérique a permis aux Israéliens d'envahir le Liban et que la sixième division aérienne américaine les a aidés. Ce bombardement a commencé et a fait de nombreux morts et blessés, ainsi que des personnes terrorisées et réfugiées. Je ne pourrai pas oublier ces scènes, le sang, les membres déchiquetés, des femmes et des enfants gisant partout. Les maisons détruites ainsi que leurs occupants, des amoncellements de gravats sur leurs corps, des bombes qui pleuvaient sur nos maisons sans pitié. »
« Cette situation était comme un crocodile rencontrant un enfant sans défense. Est-ce que le crocodile peut comprendre une conversation qui n'inclurait pas une arme ? Et le monde entier a vu, et entendu, mais il n'a pas répondu. »

Oussama ben Laden exploite un sentiment de rancœur chez une grande partie des musulmans de Palestine et du Moyen-Orient face à ce qui est ressenti comme une agression israélienne soutenue par les États-Unis. Il qualifie lui-même les opérations israéliennes de « tyrannie » et d'« oppression »[32].

La première guerre d'Irak, et l'embargo

Ben Laden a présenté l'embargo économique contre l'Irak et les bombardements réguliers de ce pays entre les deux guerres, comme une preuve que les États-Unis, par l'intermédiaire de leur président George H. W. Bush, étaient des « assassins d'enfants ».[33]

L'embargo contre l'Irak aurait fait 500 000 morts parmi les enfants irakiens, selon l'Organisation des Nations unies (ONU)[34].

Le 11 septembre

Cette « agression » est initialement pour Oussama ben Laden une question religieuse : présence militaire en Arabie saoudite (profanation d'une terre sainte) et soutien à Israël qui occupe Jérusalem (lieu saint). La rhétorique sur la souffrance des Palestiniens ou des Irakiens est utilisée pour sensibiliser l'opinion des musulmans à son combat mais n'est pas au centre des préoccupations d'al-Qaida.

« Avec ces images en tête, les événements du 11 septembre sont venus comme une réponse à ces terribles erreurs. Comment un homme pourrait-il être blâmé pour défendre sa maison ? Se défendre et punir l'agresseur est-il du terrorisme ? »

Ces actions terroristes, qui ont fait des victimes, sont condamnées par la plupart des musulmans. En effet, certains passages du Coran condamnent la mort d'innocents[35].

En outre, la présence indirecte américaine, incarnée par le soutien inconditionnel à l'État israélien, justifie pour Oussama ben Laden, des attaques partout dans le monde des intérêts américains. À l'instar du « Pensez à l'échelle mondiale, agissez au niveau local » de Raymond Williams, Oussama ben Laden applique la stratégie inverse en pensant localement et en agissant globalement[36].

Introduction du discours de Ben Laden, novembre 2004, vidéo diffusée sur Al-Jazeerah :

« Avant de commencer, je vous dis que la sécurité est un pilier indispensable de la vie humaine, et que les hommes libres ne compromettent pas leur sécurité, contrairement à la falsification de George Bush, qui dit que nous détestons la liberté. Si c'était le cas, qu'il explique pourquoi nous ne frappons pas, par exemple, la Suède ? »
« Non, nous combattons parce que nous sommes des hommes libres, qui ne peuvent dormir sous l'oppression. Nous voulons restaurer la liberté de notre nation »

Les manipulations américaines selon Ben Laden

Oussama ben Laden estime que George Bush cache les raisons des attentats du 11 septembre 2001, et ce, afin de tromper le peuple américain.

« Même si nous sommes dans la quatrième année après les évènements du 11 septembre, Bush continue la désinformation, et vous cache les causes réelles [des évènements du 11 septembre] […] C'était le message que je cherchais à vous faire comprendre en faits et gestes, de façon répétée, et ce, bien avant le 11 septembre. Et vous pouvez lire tout cela, si vous le souhaitez, dans mon interview avec Scott, dans le Time Magazine, en 1996, ou avec Peter Arnett, sur CNN, en 1997, ou lors de ma rencontre avec John Weiner, en 1998. […] Et vous pouvez lire mon interview avec Abdul Bari Atwan, et encore mes interviews avec Robert Fisk. »

Il considère la nouvelle guerre d'Irak de 2003, comme une tentative de George W. Bush de « supprimer un vieil agent Saddam Hussein, et de le remplacer par une nouvelle marionnette, qui permettra le pillage du pétrole d'Irak et d'autres outrages. »

Oussama ben Laden n'a aucun lien prouvé avec Saddam Hussein bien que celui-ci lui aurait proposé l'asile en 1999[37]. Au contraire, il semblerait[38] que Ben Laden considérait Saddam Hussein comme un « socialiste » infidèle[39].

Les messages de Ben Laden

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, Oussama ben Laden s'est exprimé principalement par le biais d'enregistrements vidéos et audio. Quatre de ces enregistrements vidéos ont été diffusés :

  • la première vidéo est datée du 9 novembre et est diffusée le 13 décembre 2001 dans laquelle Ben Laden assure que les destructions du 11 septembre ont dépassé ses attentes.
  • la seconde est diffusée le 10 septembre 2003 : le chef d'Al-Qaida apparaît marchant avec Ayman Al-Zawahiri.
  • la troisième est diffusée le 29 octobre 2004 : quelques jours avant la présidentielle américaine, Al Jazeera diffuse une cassette dans laquelle Ben Laden menace les États-Unis de nouvelles attaques.
  • la dernière en date est diffusée le 7 septembre 2007 après avoir été découverte par le SITE Institute avant sa diffusion programmée par al-Qaida : annonce la défaite américaine en Irak et critique de toutes les forces politiques : « pour expliquer l'échec des démocrates à mettre fin à la guerre, je dis : ce sont les mêmes raisons qui ont empêché le président Kennedy d'arrêter la guerre du Viêt Nam. Ceux qui possèdent véritablement le pouvoir sont ceux qui ont le capital le plus important. Et puisque le système démocratique permet aux grandes entreprises de soutenir les candidats à la présidence, on ne peut s'étonner - et on ne s'étonne pas - de l'échec des démocrates à arrêter la guerre (...) Vous sacrifiez vos soldats aux grandes entreprises[40]. » Pour mettre fin à la guerre, il incite les Américains à s'islamiser : « le seul moyen d'obtenir la paix est de vous convertir à l'islam[41]». De sérieux doutes ont été émis quant à l'origine de cet enregistrement, de nombreux observateurs ayant remarqué que l'image de Ben Laden est figée pendant la majeure partie de la vidéo. On y voit par ailleurs un Ben Laden à l'aspect physique différent.
  • Le mercredi 19 mars 2008 la presse se fait l'écho d'un message sonore de menaces accompagné d'une animation vidéo diffusée sur un site internet As-Sahab proche d'Al-Qaida et sur laquelle on voit une lance transperçant la carte de l'Europe où se répand le sang. Selon la presse, Ben laden jugerait l'affaire des caricatures de Mahomet du journal Jyllands-Posten comme portant atteinte à l'islam et il prédirait à mots voilés des attentats d'une grande envergure en adoptant des paroles énigmatiques tels que « N'écoutez pas nos paroles mais regardez nos actes » ou « la riposte sera ce que vous verrez et pas ce que vous entendrez" »[42].

Controverses

Patrimoine financier

Ben Laden aurait une fortune de 300 millions de dollars. Ce chiffre a été démenti par la publication en avril 2004 du Rapport final de la Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis. Ce chiffre avait été cité en 1996 par un chargé de recherches du département d'État, qui a d'abord divisé les actifs globaux du Groupe Ben Laden, qu'il évaluait à 5 milliards de dollars, par le nombre des fils de la famille, qu'il estimait à vingt. Il aboutissait ainsi à 250 millions de dollars, arrondis ensuite à 300 millions[43]. Selon Ibrahim Warde, professeur associé à l'université Tufts, l'estimation même du capital détenu par le Groupe Ben Laden « reposait sur des informations fantaisistes relatives à la famille Ben Laden, aux droits et pratiques d'héritage, à la véritable valeur de l'entreprise familiale et à sa structure de propriété » [43]. L'une des sources de désinformation concernant le financement d'Al-Qaida et de Ben Laden était le journaliste Jack Kelley, d'USA Today, qui a démissionné en mars 2004 suite à la découverte d'un nombre incalculable d'articles bidonnés[43].

Maladie ou décès de Ben Laden

Ben Laden souffrirait d'insuffisance rénale chronique nécessitant des traitements et serait sous dialyse. Selon d'autres sources, il n'est pas sous dialyse et ne souffre pas de problèmes de reins[44].

Le chef d'Al-Qaida a de nombreuses fois été annoncé mort. En janvier 2002, le président du Pakistan, Pervez Musharraf estimait que l'islamiste serait mort de déficience rénale. En juillet 2002 le chef du FBI Dale Watson pensait qu'il n'était « probablement plus de ce monde ». En décembre 2002, c'est le chef de la diplomatie pakistanaise, Khurshid Kasuri, qui affirme que Ben Laden avait succombé à la suite d'opérations militaires américaines.

Le 23 septembre 2006, le quotidien français L'Est républicain révèle l'existence d'une note classée confidentiel défense de la DGSE qui indique que les services secrets saoudiens seraient convaincus qu'Oussama ben Laden serait mort le 23 août 2006 d'une crise de fièvre typhoïde. Le président Jacques Chirac, surpris de la divulgation de l'information, a déclaré que « cette information n'est en rien confirmée ».

Le 2 novembre 2007, Benazir Bhutto, candidate à la présidence du Pakistan, mentionne dans une entrevue avec David Frost sur les ondes d'Al Jazeera English, le nom d'un homme « qui a tué Oussama ben Laden »[45].

Le 21 décembre 2008, Dick Cheney, vice-président américain sortant a indiqué ne pas être sûr qu’Oussama ben Laden soit encore vivant, dans une interview à la chaîne de télévision américaine Fox News Channel.

Membres de la famille impliqué dans l'activisme

Saad Ben Laden, 3e fils de Ben Laden né en 1979 aurait quitté l'Iran pour les zones tribales du Pakistan rejoindre son père et aurait tué lors d'une attaque d'un drone en été 2009 [46]. Plusieurs autres membres de sa famille sont en 2008 toujours en Iran. Une liste de 85 suspects relié à al-Quaida a été publiée par Interpol le 10 février 2009 à la demande de l'Arabie saoudite qui les considèrent comme une menace majeure pour le pays. On compte parmi eux un beau-frère de Ben Laden et onze anciens détenus de la prison de Guantanamo [47],[48].

Annexes

Bibliographie

  • Jürgen Elsässer, Comment le Djihad est arrivé en Europe, 2006, (ISBN 2-88892-004-2)
  • Roland Jacquard et Attame Tazaghart, Ben Laden, la destruction programmée de l'Occident, 2004, (ISBN 2-86477-204-3)
  • Jonathan Randal, Oussama, la fabrication d'un terroriste, 2004, (ISBN 2226155708)
  • Carmen Ben Laden, Le Voile déchiré, 2003, (ISBN 2749900441)
  • Ian Hamel, L’Énigme Oussama ben Laden, Payot, 2008[49],[50].
  • Michel Tatu, Ben Laden et le XXIe siècle, 2002,(ISBN 2-9517925-1-4)
  • Jean-Charles Brisard et Guillaume Dasquié, Ben Laden - La vérité interdite, Denoël, 2001 et 2002, (ISBN 2207253201) et (ISBN 2207253562); puis Gallimard, 2002, (ISBN 2070423778).
  • Roland Jacquard et Attame Tazaghart, Au nom d'Oussama ben Laden, Jean Picollec, 2001, (ISBN 2864771837); puis en Poches, (ISBN 2253155020)
  • Ahmed Rashid, L'Ombre des Talibans, Autrement, 2001
  • Antoine Basbous, L'Islamisme - Une révolution avortée ?, Hachette Littérature, 2000, (ISBN 2012352723)
  • Mohamed Sifaoui, Sur les traces de Ben Laden : le jeu trouble des Américains, Le Cherche-midi, avril 2004, (ISBN 2749102669)
  • Capitaine Alan H. et Sergent Chef Adam R., Sur les traces d'Al-Qaïda, témoignages des Forces spéciales, Alban Éditions, 226 pages, (ISBN 2911751175)

Culture populaire

Liens externes

Notes et références

  1. (en) « FBI ten most wanted fugitive »
  2. « Ben Laden, héros secret de nombreux Tunisiens », Le Monde, 10 novembre 2001 ;
    « Ben Laden et les nouveaux martyrs du Djihad », La Rivista del manifesto, no 24, janvier 2002 : « À toute cette population qui cherche à se rehausser symboliquement à ses propres yeux, faute de pouvoir remédier aux maux quotidiens qui l'assaillent, la défaite symbolique infligée à l'Amérique par Ben Laden suffit pour en faire un héros, un héros en passe de devenir un martyr, un martyr en passe de se muer, avec le temps, en saint » ;
    Parti du travail belge (PTB) « Pour qui travaille Ossama Ben Laden ? »], Solidaire, no 36, 26 septembre 2001 : « Oussama ben Laden semble être devenu le héros d'une partie de la population du monde musulman qui, humiliée par des dizaines d'années d'oppression impérialiste, voit en lui un symbole de l'anti-impérialisme. Mais il faut distinguer entre la colère justifiée de la population à l'encontre des USA et les motivations profondes d'un certain intégrisme musulman. »
  3. Ria Novosti : « Le Hezbollah nie toute collusion avec Al-Qaïda »
  4. Fatwa de la Commission islamique d'Espagne, mars 2005
  5. Site officiel du groupe
  6. Site officiel de l'entreprise. (in theworldjournal.com)
  7. Agence ATS 9 novembre 2008
  8. Selon le témoignage d'un de ses hommes paru dans le journal Le Monde du 7 décembre 2001
  9. Noam Chomsky, Israël, Palestine, États-Unis : Le triangle fatidique, édition remise à jour (mars 1999), p. 10.
  10. Le Monde du Renseignement, 21 avril 1994
  11. (en) Osama bin Laden, A.K.A. CIA Asset Tim Osman, When Osama Bin Ladin Was Tim Osman de J. Orlin Grabbe et Tim Osman was Bin Laden? (point de vue sceptique)
  12. (fr)[pdf] Expertise collective des terrorismes en Europe, Institut national des hautes études de sécurité, 2006? p. 32/33
  13. (fr) Al-Qaïda (La Base), Terrorwatch
  14. Guillaume Dasquié et Jean-Charles Brisard, Ben Laden - La vérité interdite, Éditions Denoël, Paris, 2001, (ISBN 2207253201), p. ?.
  15. (fr) Espagne : mandat d'arrêt international du juge Garzon contre... Ben Laden !, 18 septembre 2008, Latin reporters
  16. (fr) « INTERPOL publie la 3000e notice rouge de l'année », 14 décembre 2007, Interpol
  17. (fr) Le grand jeu de l'Inter-Services Intelligence, le service de renseignements pakistanais (3), Philippe Raggi, 2004
  18. Qiao Liang, Wang Xiangsui, La Guerre hors limites, Payot, Rivages, 2003, (ISBN 2-7436-1149-9)
  19. (en) Avis de recherche du FBI
  20. (fr) [pdf] Expertise collective des terrorismes en Europe, Institut national des hautes études de sécurité, 2006, p. 39
  21. (en) fiche de Ben Laden sur le site du FBI
  22. (fr) Site du comité des sanctions contre Al-Qaida et les Taliban
  23. (fr)[pdf] Résolution 1377 (2001)
  24. (fr)(fr) Résolution 1390 (2002)
  25. (fr) Position commune du Conseil du 27 mai 2002 concernant des mesures restrictives à l'encontre d'Oussama ben Laden, des membres de l'organisation Al-Qaida ainsi que des Taliban et autres personnes, groupes, entreprises et entités associés, et abrogeant les positions communes 96/746/PESC, 1999/727/PESC, 2001/154/PESC et 2001/771/PESC
  26. Article du Figaro : Voici la nouvelle vidéo d'Oussama ben Laden, 07/09/2007
  27. Transcription en français du message d'Oussama ben Laden sur le site Contre Info, 08/09/2007
  28. L'Express, [1]
  29. Le Monde, "Comment j'ai préparé le 11-septembre"
  30. Le Monde diplomatique, "Al Qaida, une secte millénariste", "Pour en finir avec le monde arabe" ; The Daily telegraph, "Fanatics around the world dream of the Caliph's return" ; The Observer, "Where terror begins" ; The Hindu, "Zarqawi — terrorist or Islamist crusader?".
  31. Retour à Al-Khobar, article du magazine Politis, Denis Sieffert.
  32. « Dans ces moments difficiles, de nombreuses idées difficiles à décrire me sont venues à l'esprit, mais à la fin, elles me procuraient une sensation intense de rejet de la tyrannie, et faisait naître en moi la résolution de punir les oppresseurs. »
  33. « Ben Laden, dans la vidéo de 2005, dénonçait « l'oppression et l'embargo qui causa des millions de morts, orchestré par Bush senior en Irak, est le plus grand massacre d'enfants que l'humanité n'ait jamais connue. »
  34. In absolute terms we estimate that perhaps about half a million children under 5 years of age have died, who ordinarily would not have died had the decline in mortality that was prevalent over the 70s and the 80s continued through the 90s,, Anupama Rao Singh, directrice de l'UNICEF
  35. Coran - Sourate 5 - La table, 35 : « C'est pourquoi nous avons donné ce précepte aux enfants d'Israël : Celui qui aura tué un homme sans que celui-ci ait commis un meurtre ou exercé des brigandages dans le pays, sera regardé comme le meurtrier du genre humain ; et celui qui aura rendu la vie à un homme sera regardé comme s'il avait rendu la vie au genre humain.»
  36. Al Qaïda / Hezbollah : la concurrence à distance entre deux logiques d'action jihadistes différentes pour la captation des cœurs et des esprits de l'Umma, Rayan Haddad
  37. CNN, 13 février 1999
  38. Un revirement journalistique de MSNBC, sur les connexions supposées entre Ben Laden et Saddam Hussein [2]
  39. Les socialistes sont des infidèles où qu'ils soient, à Bagdad ou à Aden, extrait de la bande enregistrée de février 2003
  40. 11-Septembre : « Dix-neuf jeunes ont réussi à dévier la boussole », article paru dans Le Monde, édition datée du 9 septembre 2007
  41. Mark Trevelyan, Ben Laden change d'image, pourrait signaler des attentats, Le Monde, 8 septembre 2007
  42. Le Monde, 20 mars 2008,
  43. a , b  et c Ibrahim Warde, Contes et légendes de l'argent du terrorisme, Le Monde diplomatique, septembre 2007 (extrait de Propagande impériale & guerre financière contre le terrorisme, )200
  44. Miniter, Disinformation, Regenery, p. 33-38
  45. Benazir Bhutto: Bin Laden killed, de setfree69, Youtube
  46. (fr)Patrice Claude, « L'étau se resserre sur Oussama Ben Laden », dans Le Monde, 9 septembre 2009 [texte intégral (page consultée le 12 septembre 2009)] 
  47. Alain Rodier, Centre Français de recherche sur le renseignement, Raids 275, avril 2009, p. 22-23
  48. (fr) Avis de recherche d'Interpol
  49. « Ben Laden : l'enquête-choc sur un "terroriste planétaire" », Rue89, 5 novembre 2008.
  50. « Ben Laden, le vrai visage d’un "illuminé" », Bakchich, 18 novembre 2008.
  51. <Actua BD : Mohamed Sifaoui, Ben Laden dévoilé. Ce n'est pas du courage

Ce document provient de « Oussama ben Laden ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Oussama Ben Laden de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Oussama ben Laden — Pour les articles homonymes, voir Famille Ben Laden. Oussama ben Laden …   Wikipédia en Français

  • Oussama Ben Laden pue du cul — Épisode de South Park Numéro d’épisode Saison 5 Épisode 74 Code de production 509 Invité(s) Oussama Ben Laden et Stevie Nicks Diffusion 7 novembre 2001 …   Wikipédia en Français

  • Oussama ben laden pue du cul — Épisode de South Park Oussama Ben Laden pue du cul et de la bouche et ....... Épisode no  74 Prod. code 509 Date diffusion 7 novembre 2001 …   Wikipédia en Français

  • Mort d'Oussama ben Laden — Oussama ben Laden Oussama ben Laden, en 2010. Naissance 10 mars  …   Wikipédia en Français

  • Complexe fortifié d'Oussama ben Laden — 34°10′09″N 73°14′33″E / 34.16917, 73.2425 …   Wikipédia en Français

  • Ben Laden — Oussama ben Laden Oussama ben Laden Naissance 10 mars 1957 (52 ans) Riyad …   Wikipédia en Français

  • Ben laden — Oussama ben Laden Oussama ben Laden Naissance 10 mars 1957 (52 ans) Riyad …   Wikipédia en Français

  • Osama Ben Laden — Oussama ben Laden Oussama ben Laden Naissance 10 mars 1957 (52 ans) Riyad …   Wikipédia en Français

  • Ossama Ben Laden — Oussama ben Laden Oussama ben Laden Naissance 10 mars 1957 (52 ans) Riyad …   Wikipédia en Français

  • Famille Ben Laden — La famille Ben Laden (arabe : بن لادن) est une famille d Arabie saoudite proche de la famille royale. Son membre le plus célèbre est Oussama ben Laden, co fondateur d Al Qaida. Riche, la famille Ben Laden possède le Saudi Binladin Group… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.