Orsay

ï»ż
Orsay
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orsay (homonymie).

48° 41â€Č 58″ N 2° 11â€Č 15″ E / 48.699345, 2.18747

Orsay
L’hîtel de ville.
L’hîtel de ville.
Administration
Pays France
RĂ©gion Île-de-France
DĂ©partement Essonne
Arrondissement Palaiseau
Canton Orsay (chef-lieu)
Code commune 91471
Code postal 91400
Maire
Mandat en cours
David Ros (PS)
2008-2014
Intercommunalité Communauté d'agglomération du plateau de Saclay (siÚge)
DĂ©mographie
Population 16 255 hab. (2008)
DensitĂ© 2 040 hab./kmÂČ
Gentilé Orcéen
GĂ©ographie
CoordonnĂ©es 48° 41â€Č 58″ Nord
       2° 11â€Č 15″ Est
/ 48.699345, 2.18747
Altitudes mini. 51 m — maxi. 160 m
Superficie 7,97 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Orsay (prononcĂ© [ɔʁsɛ] Prononciation du titre dans sa version originale) est une commune française situĂ©e Ă  vingt-deux kilomĂštres au sud-ouest de Paris dans le dĂ©partement de l’Essonne et la rĂ©gion Île-de-France. Elle est le chef-lieu du canton d'Orsay et le siĂšge de la communautĂ© d'agglomĂ©ration du plateau de Saclay.

Place forte de la vallĂ©e de Chevreuse dĂšs le VIIIe siĂšcle, village agricole possession de personnages influents et gĂ©nĂ©reux, Orsay se dĂ©veloppa dĂšs le XIXe siĂšcle avec l’arrivĂ©e du chemin de fer et de donateurs qui permirent l’édification d’un centre hospitalier encore en activitĂ© aujourd’hui. SiĂšge de l’universitĂ© Paris-Sud 11, la commune est devenue une citĂ© pavillonnaire de l’agglomĂ©ration parisienne facilement accessible, Ă  l’environnement prĂ©servĂ© au cƓur d’un pĂŽle d'excellence scientifique avec sur son territoire les locaux des Ă©coles SupĂ©lec et SupOptique et des laboratoires du CNRS et de l’Institut Curie.

Ses habitants sont appelés les Orcéens[1].

Sommaire

GĂ©ographie

Situation

Occupation des sols en 2008.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 55,7 % 413,24
Espace urbain non construit 13,2 % 97,82
Espace rural 31,1 % 231,02
Source : Iaurif[2]
Position d’Orsay en Essonne.

Orsay est situĂ©e dans la rĂ©gion naturelle du Hurepoix, dans la vallĂ©e de la riviĂšre l’Yvette aussi appelĂ©e vallĂ©e de Chevreuse sur un terrain sablonneux et argileux dont on a extrait des pierres meuliĂšres et du grĂšs. Elle occupe une superficie de sept cent soixante-seize hectares dans un rectangle de deux kilomĂštres neuf cent mĂštres de long et quatre kilomĂštres six cent mĂštres de large, entre la vallĂ©e et les plateaux de Saclay et de CourtabƓuf. Cent hectares d’espaces verts sont constituĂ©s de bois communaux, quatre cent trois hectares de construction sont rĂ©partis dans la vallĂ©e et sur le plateau de CourtabƓuf et deux cent trente-neuf hectares d’espaces agricoles subsistent au nord sur le plateau de Saclay[3]. L’institut gĂ©ographique national donne les coordonnĂ©es gĂ©ographiques 48°41'56" N et 02°11'18" E au point central de son territoire[4]. Sur le plateau de Saclay coule le ruisseau de Corbeville, canalisĂ© en rigoles jusqu’à l’étang de Saclay. Six passerelles, sept ponts dont un pour la route nationale 118 et un viaduc pour la ligne B du RER d'Île-de-France permettent de franchir l’Yvette qui parcourt le territoire d’ouest en est.

La commune Ă©tait traversĂ©e par l’ancienne ligne de chemin de fer Paris-Chartres État qui est devenue la route dĂ©partementale 188. Un viaduc permet son passage au-dessus de la commune. Elle est traversĂ©e d’est en ouest par la ligne B du RER d'Île-de-France, anciennement la ligne de Sceaux, qui enjambe la vallĂ©e et l’Yvette par un viaduc en pierre de taille et pierre meuliĂšre. Deux gares desservent la commune, la gare du Guichet et la gare d'Orsay - Ville. Elle est coupĂ©e du nord au sud par la route nationale 118, axe majeur de circulation entre l’autoroute A10 et la capitale. Une partie du tronçon de la route dĂ©partmentale 446 de Versailles Ă  Nangis passe encore par le centre-ville. La route dĂ©partementale 988 traverse la totalitĂ© de la commune d’est en ouest, elle serpente Ă  travers la vallĂ©e de Palaiseau Ă  Limours.

Orsay est situĂ©e Ă  vingt-deux kilomĂštres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame, point zĂ©ro des routes de France, vingt et un kilomĂštres au nord-ouest d’Évry, cinq kilomĂštres au sud-ouest de Palaiseau, dix kilomĂštres au nord-est de MontlhĂ©ry, douze kilomĂštres au sud-ouest de Versailles, treize kilomĂštres au nord-ouest d’Arpajon, vingt-trois kilomĂštres au nord-est de Dourdan, vingt-quatre kilomĂštres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes, vingt-sept kilomĂštres au nord-ouest de La FertĂ©-Alais, trente kilomĂštres au nord d’Étampes et trente-neuf kilomĂštres au nord-ouest de Milly-la-ForĂȘt.

Hydrographie

Vue de la riviĂšre l’Yvette et des berges enneigĂ©es en hiver.
L’Yvette à Orsay.

La riviĂšre l’Yvette traverse le territoire de la commune d’ouest en est. Elle la sĂ©pare de Palaiseau au nord-est. Un ruisseau coule dans le bois de la Grille Noire. Plusieurs lacs naturels sont disposĂ©s sur la commune en bordure de riviĂšre. D’amont en aval : le lac de La Pacaterie, le lac du Mail, le lac de la ClartĂ©-Dieu, les lacs du Temple de la Gloire et enfin le lac de LozĂšre. Sur le plateau de Saclay coule le ruisseau de Corbeville, canalisĂ© par la rigole de l’État jusqu’à l’étang de Saclay.

Relief et géologie

Le territoire de la commune s’étale du plateau de Saclay au plateau de CourtabƓuf, en passant par la vallĂ©e de l’Yvette. Au point le plus bas, il atteint cinquante et un mĂštres. Sur le plateau de Saclay, l’altitude culmine Ă  cent soixante mĂštres, approximativement la mĂȘme que sur le plateau de CourtabƓuf en face. Comme tout le bassin parisien, le sous-sol est constituĂ© de couches successives de sable, meuliĂšre et calcaire, dĂ©posĂ©s sur des argiles et de la marne d’origines marine.

Communes limitrophes

Au nord-ouest, au nord et au nord-est sur le plateau de Saclay, la commune est limitrophe de Gif-sur-Yvette, Saclay et Palaiseau, Ă  l’est et au sud-est, dans la vallĂ©e et sur le plateau de CourtabƓuf se trouve Villebon-sur-Yvette, au sud et au sud-ouest, la commune des Ulis, crĂ©Ă©e en 1977 sur d’anciens terrains d’Orsay entre autres, et Ă  l’ouest dans la vallĂ©e, la facultĂ© se partage sur Orsay et Bures-sur-Yvette.

Climat

Article dĂ©taillĂ© : Climat de l'Essonne.

Orsay, situĂ©e en Île-de-France, bĂ©nĂ©ficie d’un climat ocĂ©anique. En moyenne, la tempĂ©rature relevĂ©e s’établit Ă  10,8 Â°C avec une maximale de 15,2 Â°C et une minimale de 6,4 Â°C. La tempĂ©rature rĂ©elle maximale intervient en juillet avec 24,5 Â°C et la minimale en janvier avec 0,7 Â°C. Elle se distingue de Paris par un Ă©cart constant de tempĂ©rature de -2°, qui s’explique notamment par la diffĂ©rence de densitĂ© urbaine entre la capitale et sa banlieue. L’influence du climat continental engendre des records extrĂȘmes avec --19,6 Â°C relevĂ©s le 17 janvier 1985 et 38,2 Â°C le 1er juillet 1952. L’ensoleillement est comparable aux rĂ©gions du nord de la Loire avec 1 798 heures en moyenne sur l’annĂ©e, et les prĂ©cipitations sont Ă©galement rĂ©parties avec une moyenne de cinquante millimĂštres par mois et un total de 598,3 millimĂštres de pluie. Le record de prĂ©cipitations a Ă©tĂ© Ă©tabli le 17 juin 1970 avec 78,9 millimĂštres tombĂ©s en vingt-quatre heures.

Données climatiques à Orsay.
mois jan. fév. mar. avr. mai jui. jui. aoû. sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1,0 2,8 4,8 8,3 11,1 13,0 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51,0 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle Ă  la station dĂ©partementale de BrĂ©tigny-sur-Orge de 1948 Ă  2002[5],[6].


Transports

La commune est desservie par divers grands axes qui la rendent facilement accessible en voiture. Elle est traversĂ©e du nord au sud sur sa frontiĂšre est par la route nationale 118 doublĂ©e par la route dĂ©partementale 446 et d’est en ouest par la route dĂ©partementale 188 au sud, la route dĂ©partementale 988 en centre-ville, la route dĂ©partementale 680 et la route dĂ©partementale 128 au nord.

Elle dispose aussi d’une connexion ferroviaire par la ligne B du RER d'Île-de-France qui emprunte l’ancienne ligne de Sceaux, deux stations sont installĂ©es sur son territoire, la gare du Guichet et la gare d'Orsay - Ville. La ligne de bus Noctilien N122 (stations Place de la RĂ©publique ou Mairie d’Orsay) assure la continuitĂ© de service entre 0h30 et 5h30, les autobus Daniel Meyer DM10A et DM10S[7] (station « Orsay-RER Â») Les Cars d’Orsay 006-002, 006-03, 006-005, 006-007 et 006-008 et TransEssonne 91.02, 91.06 et 91.08 desservent la commune.

L’aĂ©roport Paris-Orly, implantĂ© Ă  treize kilomĂštres au nord-est est accessible par l’Orlyval et une correspondance Ă  Antony avec le RER B, direction Saint-RĂ©my-lĂšs-Chevreuse. L’aĂ©roport Paris-Charles-de-Gaulle Ă  quarante-quatre kilomĂštres au nord-est est reliĂ© directement par le RER B direction Saint-RĂ©my-lĂšs-Chevreuse. L’aviation d'affaires est orientĂ©e vers l’aĂ©roport de Toussus-le-Noble situĂ© sur la plateau de Saclay Ă  huit kilomĂštres au nord-ouest.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Lieux-dits, Ă©carts et quartiers

Orsay est dĂ©coupĂ© en diffĂ©rents quartiers dont le centre-ville, Le Guichet avec sa gare, MondĂ©tour, rĂ©cemment urbanisĂ© sur le plateau de CourtabƓuf, Les Terrasses au bord de l’Yvette, Le Petit Madagascar, Corbeville, Launay, La Troche, quartier commun Ă  Palaiseau, Les Planches et le Domaine du Bois Persan[8], un quartier autogĂ©rĂ© excentrĂ© et enclavĂ© entre la forĂȘt de le parc d'activitĂ©s de CourtabƓuf. L’Insee dĂ©coupe la commune en six Ăźlots regroupĂ©s pour l'information statistique soit Fond MondĂ©tour, Haut MondĂ©tour, Viaduc Est, Viaduc Ouest, Haut Guichet Centre Ouest et Bas Guichet Centre Est[9].

Toponymie

Le nom d’Orsay viendrait du propriĂ©taire d’une villa romaine nommĂ© Orcius. En 1080, le nom Orceacum apparut, puis Villula Orceacus au XIe siĂšcle, Orcei au XIIe siĂšcle, Orceiacus au XIIIe siĂšcle puis Ourcet et Orsay[10].

Histoire

Les origines

En 1993, la mise au jour de vestiges gallo-romains du Ier siĂšcle et du IIe siĂšcle, dont une rĂ©sidence, des poteries, des monnaies, des verreries et des outils atteste de la prĂ©sence sur le site d’habitants[11]. En 754, le roi PĂ©pin le Bref donnait le territoire de la commune Ă  l’abbaye de Saint-Germain-des-PrĂ©s, en 999[12], le nom du village Ă©tait mentionnĂ© dans un manuscrit de moine bĂ©nĂ©dictin relatant une bataille sanglante entre Bouchard I, dit le VĂ©nĂ©rable, comte de Corbeil[13],[14]et Eudes II de Blois de Chartres dans la plaine[15]. En 1080, de part l’évĂȘque de Paris Godfrey de Boulogne, le territoire revenait aux moines de Longpont qui entamĂšrent en 1089[16] puis en 1151 la construction de l’église Saint-Martin et d’une lĂ©proserie[17],[18].

Domaine de notables

Carte du XVIIe siĂšcle montrant la rĂ©gion d’Orsay.
Carte d’« OrĆżay Â» d’aprĂšs Cassini.

En 1424, pendant la guerre de Cent Ans, le chĂąteau fort fut pris par les Anglais. Plus tard, la famille Raguier, dont sont issus Jacques Raguier, Ă©vĂȘque de Troyes (1483-1518) et Antoine Raguier, Ă©vĂȘque de Lisieux (1474-1482) acheta le domaine et construisit le chĂąteau. Par mariage et hĂ©ritage, la seigneurie revint en 1675 Ă  Charles Boucher, conseiller au Parlement et prĂ©vĂŽt des marchands de Paris qui prĂ©sidait les travaux d’assainissement du quai de la GrenouillĂšre, devenu par arrĂȘtĂ© du roi Louis XIV le quai d’Orsay.

En 1741, Pierre Grimod du Fort, fermier gĂ©nĂ©ral et intendant des Postes acheta le domaine, il rĂ©amĂ©nagea la ville, restructura le centre. Son fils, Pierre Gaspard Marie Grimod d'Orsay poursuivit les travaux et fut titrĂ© comte d’Orsay. En 1790, la RĂ©volution permit Ă  Orsay de devenir une commune, dans le district de Palaiseau et le dĂ©partement de Seine-et-Oise et Ă  Madame Hulot d’acquĂ©rir le chĂąteau. Le gĂ©nĂ©ral Moreau possĂ©dait le chĂąteau aprĂšs 1791. En 1801, elle fit bĂątir en l’honneur de son gendre, le gĂ©nĂ©ral Moreau le Temple de la Gloire pour cĂ©lĂ©brer sa victoire Ă  Hohenlinden et la paix retrouvĂ©e en Europe.

Modernisation et recherche

À partir de 1815, la citĂ© se modernisa sous l’impulsion de notables, Jean-Louis ArchangĂ© permit la crĂ©ation d’un hospice et d’une Ă©cole en 1832, Mme CourtĂ©pĂ©e finança la crĂ©ation de l’orphelinat de Sainte-Suzanne en 1878. En 1854, la ligne de Sceaux fut prolongĂ© jusque Orsay-Le Guichet, puis en 1867 jusque Limours via Orsay-Ville. Elle aboutit en 1895 au cƓur de Paris Ă  proximitĂ© du jardin du Luxembourg. L’urbanisation et le progrĂšs permirent Ă  la commune de bĂątir un hĂŽtel de ville en 1873 et de disposer dĂšs 1875 de l’eau courante dans tous les logements et de l’éclairage public au gaz en 1881.

Le XXe siĂšcle apporta des changements dans la commune. En 1924, les terrains de MondĂ©tour furent lotis, en 1938, l’électrification de la ligne de chemin de fer permit de rallier Paris en trente minutes, en 1955, l’universitĂ© de Paris acheta les terrains du chĂąteau de Launay et s’installa en 1958, elle fut rejointe en 1957 puis 1965 par l’Institut Curie[19]. Le 1er janvier 1968, aprĂšs le dĂ©membrement de la Seine-et-Oise, Orsay fut intĂ©grĂ©e au nouveau dĂ©partement français de l’Essonne et abandonna son ancien code postal, le 78471. En 1973 fut conclu le jumelage avec la ville allemande de Kempen et en 1980 avec la ville anglaise d’Ely. En 1977, la ville nouvelle des Ulis est crĂ©Ă©e Ă  laquelle Orsay dut cĂ©der des terrains Ă  proximitĂ© de MondĂ©tour. Le 17 fĂ©vrier 1997, la commune cĂ©da deux hectares de terrains Ă  la ville voisine des Ulis et perdit alors quatorze habitants.

DĂ©mographie

Évolution dĂ©mographique

Depuis les dĂ©buts du recensement des personnes et non des « feux Â», la commune a connu une relative stagnation de la population jusqu’à la moitiĂ© du XIXe siĂšcle et l’arrivĂ©e du chemin de fer venant de Paris. La guerre de 1870 fit perdre prĂšs de 10 % de la population Ă  la commune, mais elle connut ensuite une croissance soutenue de cent Ă  cent-cinquante personnes entre chaque recensement. Le XXe siĂšcle confirma cette croissance, qui permit de compenser les pertes des PremiĂšre et Seconde Guerre mondiale s’élevant Ă  cent neuf personnes pour cette petite commune[20]. Les annĂ©es 1960, avec l’urbanisation du quartier de MondĂ©tour pour accueillir les rapatriĂ©s d’AlgĂ©rie ou la construction de grands ensembles pour loger les parisiens chassĂ©s par les restructurations de la capitale entraĂźna un doublement de la population entre 1954 et 1968. Depuis, la population orcĂ©enne croĂźt plus raisonnablement au rythme de l’avancĂ©e de l’urbanisation dans la vallĂ©e et sur le plateau de Saclay et a dĂ©passĂ© au cours des annĂ©es 1990 les 16 000 habitants. En 1999, 5,9 % de la population Ă©tait Ă©trangĂšre avec une communautĂ© importante du Portugal (2,1 %)[21], 9,6 % des foyers Ă©taient composĂ©s de familles monoparentales[22].

Évolution dĂ©mographique d’Orsay.
Années 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
Population 852 947 948 910 1 011 1 034 1 069 1 215 1 172
Années 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
Population 1 152 1 271 1 426 1 297 1 320 1 566 1 672 1 773 1 852
Années 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 1 904 2 184 2 392 2 538 3 213 3 749 4 213 5 186 6 443
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 -
Population 9 344 12 087 13 530 14 057 14 849 16 219 16 597 16 255 -
Notes, sources, ... En 1977, la commune céda des terrains pour la création de la ville voisine Les Ulis.
(Sources : Nombres retenus jusqu'en 1962 : base Cassini de l'EHESS[23] puis Ă  partir de 1968 : Insee[24],[25],[26].)
Histogramme
(élaboration graphique par Wikipédia)

Pyramide des Ăąges

Orsay est une commune Ă  la population relativement jeune, grĂące notamment Ă  la prĂ©sence de l’universitĂ© et des nombreuses grandes Ă©coles Ă  proximitĂ©. On note ainsi une forte diffĂ©rence entre les jeunes adultes trĂšs reprĂ©sentĂ©s et les enfants et adolescents relativement peu nombreux. En 1999, 34 % de la population Ă©tait ĂągĂ©e de moins de vingt-cinq ans, seulement 7,1 % n’était pas diplĂŽmĂ©e[27]

Pyramide des Ăąges Ă  Orsay en 2007 en pourcentage[28].
Hommes Classe d'Ăąge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,5 
5,2 
75 Ă  89 ans
8,3 
12,3 
60 Ă  74 ans
14,3 
18,9 
45 Ă  59 ans
18,9 
18,3 
30 Ă  44 ans
17,4 
27,2 
15 Ă  29 ans
25,1 
17,5 
0 Ă  14 ans
14,6 
Pyramide des Ăąges en Essonne en 2007 en pourcentage[29].
Hommes Classe d'Ăąge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,0 
75 Ă  89 ans
6,4 
10,8 
60 Ă  74 ans
11,3 
20,0 
45 Ă  59 ans
20,1 
22,5 
30 Ă  44 ans
22,0 
20,9 
15 Ă  29 ans
19,5 
21,6 
0 Ă  14 ans
19,9 

Administration et politique

Politique locale

Orsay est le chef-lieu du canton d'Orsay dans l’arrondissement de Palaiseau reprĂ©sentĂ© par le conseiller gĂ©nĂ©ral David Ros (PS). Elle est rattachĂ©e Ă  la cinquiĂšme circonscription de l'Essonne reprĂ©sentĂ©e par le dĂ©putĂ© et conseiller rĂ©gional Pierre Lasbordes (UMP). Trente-trois Ă©lus siĂšgent au conseil municipal. Depuis le 9 mars 2008 la rĂ©partition est la suivante : vingt-cinq siĂšges pour la liste divers gauche-MoDem et huit pour la liste divers droite. Le maire, pour la pĂ©riode 2008-2014 est David Ros PS qui succĂšde, Ă  l’issue de l’élection municipale du 9 mars 2008 Ă  Marie-HĂ©lĂšne Aubry (P.Rad) en poste depuis 1995. L’Insee lui attribue le code 91 3 21 471[30] et la Poste le code postal 91400. La commune d’Orsay est enregistrĂ©e au rĂ©pertoire des entreprises sous le code SIREN 219 104 718. Son activitĂ© est enregistrĂ©e sous le code APE 8411Z[31].

En 2009, la commune disposait d’un budget de 31 409 000 â‚Ź dont 25 357 000 â‚Ź de fonctionnement et 6 052 000 â‚Ź d’investissement[32], financĂ©s pour 49,95 % par les impĂŽts locaux[33], la dette municipale s’élevait la mĂȘme annĂ©e Ă  35 545 000 â‚Ź[34]. Les taux d’impositions en 2009 s’élevaient Ă  17,92 % pour la taxe d'habitation, 25,52 % et 93,32 % pour la taxe fonciĂšre (bĂąti et non bĂąti)[35], 16,50 % pour la taxe professionnelle et 8,89 % pour la taxe d'enlĂšvement des ordures mĂ©nagĂšres, communes Ă  toutes les communes membres de la CAPS[36]. En 2009, le nombre de logements sociaux s’élevait Ă  quatre cent cinquante-six[37] soit 7 % du parc d’habitation, et 24 % si l’on inclut les chambres de rĂ©sidence universitaire (ce qui explique une opĂ©ration de rĂ©habilitation des logements Ă©tudiants). La commune est rattachĂ©e Ă  la juridiction d’instance de Palaiseau, de grande instance et de commerce d’Évry[38], Ă  la cour d'appel de Paris.

La ville adhĂšre Ă  la communautĂ© d'agglomĂ©ration du plateau de Saclay qui rassemble dix communes[39] pour le dĂ©veloppement Ă©conomique et l’amĂ©nagement du territoire, au Siahvv pour l’amĂ©nagement de la riviĂšre et de sa vallĂ©e[40], au Siom[41] pour le traitement des ordures mĂ©nagĂšres et Ă  l’office de tourisme de la vallĂ©e de Chevreuse pour la mise en valeur du patrimoine[42].

Conseil municipal d'Orsay (mandature 2008-2014)[43].
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Viv’Orsay avec vous Â» DVG David Ros 25 MajoritĂ©
« Orsay au cƓur Â» UMP Marie-HĂ©lĂšne Aubry 8 Opposition

Maires d’Orsay

Quarante-six maires se sont succĂ©dĂ© Ă  la tĂȘte de l’administration municipale d’Orsay depuis l’élection du premier en 1790.

Liste des maires successifs[44].
PĂ©riode IdentitĂ© Étiquette QualitĂ©
2008 en cours David Ros PS Conseiller général, chercheur[46]
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Tendances et résultats politiques

La vie politique d’Orsay est atypique avec une proportion de familles bourgeoises qui tend Ă  voter Ă  droite et une forte proportion d’étudiants et chercheurs qui ont tendance Ă  voter Ă  gauche. Ces derniĂšres annĂ©es, il semble que cette derniĂšre part du vote ait pris l’avantage lors des derniers scrutins, situation accentuĂ©e par une prĂ©sence croissante de bourgeois-bohĂšmes. Les Ă©lections municipales de 2008 se sont jouĂ©es sur un tour, Ă  86 voix d’écart[47], avec seulement deux listes. C’est celle du candidat du PS David Ros qui l’a emportĂ© face Ă  Marie-HĂ©lĂšne Aubry (successivement UDF, UMP et aujourd’hui PR) qui occupait le poste depuis 1995. Les associations Amnesty international[48] et la Ligue des Droits de l’Homme sont prĂ©sentes dans la ville. Une cellule d’ATTAC est installĂ©e sur la commune, comme des sections du MoDem[49], du parti socialiste[50] et du parti communiste français[51].

Élections prĂ©sidentielles, rĂ©sultats des deuxiĂšmes tours 
Élections lĂ©gislatives, rĂ©sultats des deuxiĂšmes tours 
Élections europĂ©ennes, rĂ©sultats des deux meilleurs scores 
Élections rĂ©gionales, rĂ©sultats des deux meilleurs scores 
Élections cantonales, rĂ©sultats des deuxiĂšmes tours 
Élections municipales, rĂ©sultat des premiers tours 
Élections rĂ©fĂ©rendaires 

Enseignement

La commune est rattachĂ©e Ă  l’acadĂ©mie de Versailles. Plusieurs structures accueillent les enfants et Ă©lĂšves de la ville, par ordre d’ñges, le centre multi-accueil « Le Petit Prince Â», les crĂšches du Parc et de La Farandole, l’école maternelle de Maillecourt, les Ă©coles primaires du Centre, de MondĂ©tour, du Guichet[65], les collĂšges Alexander Fleming et Alain-Fournier, le lycĂ©e gĂ©nĂ©ral et technologique Blaise Pascal[66] qui possĂšde une section de CPGE MathĂ©matiques supĂ©rieures et MathĂ©matiques spĂ©ciales parmi les meilleures de France[67].

S’ajoutent deux Ă©tablissements privĂ©s catholiques, l’école maternelle et Ă©lĂ©mentaire Sainte-Suzanne[68] et le Cours Secondaire d’Orsay, Ă©cole maternelle, Ă©lĂ©mentaire, collĂšge et lycĂ©e gĂ©nĂ©ral[69] qui est le second meilleur Ă©tablissement du dĂ©partement selon le classement 2009 de L'Express[70].

Enseignement supérieur

Le laboratoire d’astrophysique de l’universitĂ©.
Article dĂ©taillĂ© : UniversitĂ© Paris-Sud 11.

La ville d’Orsay, au cƓur de la « VallĂ©e de la Science Â» accueille en centre ville et dans le parc de deux cents hectares la prĂ©sidence, les services gĂ©nĂ©raux de l’UniversitĂ© Paris-Sud 11, et concentre une forte communautĂ© scolaire (13 000 Ă©tudiants, 1 700 enseignants, 2 100 doctorants, 1 800 personnels administratifs et techniciens), Ă  travers les cinq unitĂ©s de formation et de recherche (UFR) (Sciences et STAPS), les trois instituts universitaires de technologie (IUT) (Chimie, Informatique et Mesures physiques), l’institut de formation d'ingĂ©nieurs de l'universitĂ© Paris XI, les soixante laboratoires, les 500 000 mĂštres carrĂ©s de locaux et les rĂ©sidences universitaires du centre rĂ©gional des Ɠuvres universitaires et scolaires (Crous).

Le campus universitaire d'Orsay et l’hĂŽpital sont par ailleurs liĂ©s dans la recherche et la thĂ©rapie avec l’utilisation conjointe du troisiĂšme centre mondial de protonthĂ©rapie de l’Institut Curie depuis 1991[71]. Le centre national de la recherche scientifique (Cnrs) est aussi prĂ©sent avec l’implantation de l’institut de physique nuclĂ©aire, le laboratoire de l'accĂ©lĂ©rateur linĂ©aire, le centre de spectromĂ©trie nuclĂ©aire et de spectromĂ©trie de masse[72]. SupOptique dispose de locaux sur la commune, tout comme SupĂ©lec.

Enfin, l’hĂŽpital est dotĂ© d’un institut de formation en soins infirmiers sur le site du Grand-Mesnil.

Santé

La commune accueille sur son territoire le centre hospitalier d’Orsay inaugurĂ© en 1836, qui bĂ©nĂ©ficie d’une capacitĂ© de quatre cent trente-et-un lits, avec des services spĂ©cialisĂ©s en mĂ©decine gĂ©nĂ©rale, cardiologie, gastro-entĂ©rologie, hĂ©patologie, neurologie, chirurgie, pĂ©diatrie et nĂ©onatalogie, gynĂ©cologie et obstĂ©trique, psychiatrie. La maternitĂ© d’Orsay rĂ©alise en moyenne 1 068 accouchements par an[73]. L’hĂŽpital est aussi Ă©quipĂ© d’un centre d’analyse, d’un centre de radiographie et d’imagerie mĂ©dicale par IRM. En outre, un centre de protonthĂ©rapie est installĂ© sur le campus de l’universitĂ©, en partenariat avec l’hĂŽpital. Enfin, l’hĂŽpital d’Orsay est le centre de base des SMUR et SAMU pour le Nord-Ouest essonnien. Avec une note de 74,22 sur cent en 2009 dans le classement rĂ©alisĂ© par L’Express, il se situe dans la moyenne des Ă©tablissements Ă  la cent quarante-troisiĂšme place nationale[74].

Elle accueille aussi plus de cent quarante mĂ©decins[75] dans toutes les spĂ©cialitĂ©s, certains exerçant dans le cadre de l’hĂŽpital, d’autres en mĂ©decine de ville, dix-sept chirurgiens-dentistes[76] et six pharmacies[77] exercent dans la commune, deux rĂ©sidences adaptĂ©es aux personnes ĂągĂ©es pour un total de cent treize logements sont implantĂ©es en centre-ville.

Services publics

La Poste centrale.

La commune dispose de deux agences postales en centre-ville[78] et Ă  MondĂ©tour[79], d’un commissariat de police subdivisionnaire, d’une caserne de gendarmerie[80], d’un centre d'information et de documentation jeunesse[81], d’une trĂ©sorerie principale[82], d’un centre de la caisse primaire d'assurance maladie[83], d’une agence de la caisse d’allocations familiales[84], d’un centre de la protection maternelle et infantile[85], d’une office notariale[86] et neuf avocats[87] rattachĂ©s au barreau d’Évry exercent dans la commune.

Jumelages

Orsay a dĂ©veloppĂ© des associations de jumelage avec :

Vie quotidienne Ă  Orsay

Culture

Vue de la façade de la Grande BouvĂȘche, bĂątisse en pierre de taille couverte d’ardoise.
La salle d’exposition La Grande BouvĂȘche.

La commune propose diffĂ©rentes installations culturelles, la plupart regroupĂ©es en centre-ville dont la salle de cinĂ©ma « Les Trois Jacques Â», l’auditorium et la salle de spectacle Jacques Tati, le centre d’exposition de la Grande BouvĂȘche, la MJC Jacques-Tati[90], la maison de quartier Pierre MendĂšs France, la maison des associations, la bibliothĂšque et discothĂšque Georges Brassens et l’office de tourisme de la VallĂ©e de Chevreuse.

DiffĂ©rentes manifestations nationales sont relayĂ©es sur la commune : la FĂȘte de la Musique, la FĂȘte de la Science, la FĂȘte de l'Internet. La fĂȘte de la commune se dĂ©roule traditionnellement le deuxiĂšme dimanche de mai. Un groupe de Scouts et Guides de France est prĂ©sent Ă  Orsay et participe Ă  l’animation culturelle et sportive de la commune. Une tĂ©lĂ©vision associative disponible sur Internet organisĂ©e par les jeunes du collĂšge Alain Fournier complĂšte le journal municipal pour relater les Ă©vĂšnements de la commune.

Sport

Orsay dispose de nombreuses infrastructures sportives dont : le stade de la Terrasse avec deux terrains de rugby, quatre terrains de football, une piste d’athlĂ©tisme, un plateau d’évolution, des jardin et pas de tir Ă  l'arc, sept courts de tennis dont un couvert, les gymnases Marie-ThĂ©rĂšse Eyquem (plateau d’évolution et deux salles spĂ©cialisĂ©es gymnastique aux agrĂšs et arts martiaux), du Guichet, Jean-Charles Blondin et de MondĂ©tour, les tennis de MondĂ©tour et de l’ATO, la piscine olympique trois bassins dont deux couverts et une fosse de plongeon, un studio de danse de cent soixante mĂštres carrĂ©s et le centre municipal d’initiation aux sports offrant des stages.

L’Orsay Rugby Club est l’un des plus actifs du dĂ©partement et Ă©volue en Championnat de France de 2e division fĂ©dĂ©rale[91].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Lieux de culte

Les limites de la commune correspondent Ă  une paroisse catholique qui dĂ©pend du diocĂšse d’Évry-Corbeil-Essonnes et du doyennĂ© de l’Yvette-Gif-Orsay. Elle dispose de l’église principale Saint-Martin-Saint-Laurent[92], de la chapelle de la ClartĂ©-Dieu et de la chapelle Notre-Dame-de-la-Plaine Ă  MondĂ©tour, utilisĂ©e par la paroisse des Ulis. Une paroisse Ă©vangĂ©lique portugaise et une protestante Ă©vangĂ©lique, une pagode bouddhiste KhuĂŽng ViĂȘt complĂštent l’offre de lieux de culte.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

MĂ©dias

Le journal gratuit ParuVendu dispose de locaux dans la commune. L’hebdomadaire Le RĂ©publicain diffuse une Ă©dition pour le Nord-Essonne qui traite en partie des informations du secteur. La chaĂźne de tĂ©lĂ©vision rĂ©gionale TĂ©lif, qui a repris les programmes de TĂ©lĂ©ssonne diffuse des informations locales sur le rĂ©seau cĂąblĂ©, satellite et ADSL.

Économie

Vue d’une placette bordĂ©e de maisons de villes et fleurie.
Vue du centre-ville d’Orsay.

Bien que principalement rĂ©sidentielle, la commune accueille sept cent quatre-vingt quatre entreprises, pour la plupart des commerces de proximitĂ© ou de jeunes organisations, au sein de la pĂ©piniĂšre d'entreprises[93] et du Parc-Club. La commune est ainsi le centre du bassin d'emploi d’Orsay dĂ©finit par l’Insee qui regroupait vingt-cinq communes et 125 975 habitants en 1999[94]. Le centre-ville est particuliĂšrement dense en commerces, services et cabinets mĂ©dicaux[95],[96]. La commune dispose en outre de deux bureaux de Poste, d’agences de chaque banque nationale et sociĂ©tĂ©s d’assurance, d’un centre de CPAM. En centre-ville, un marchĂ© se tient les vendredis matins, un marchĂ© biologique le dimanche matin[97]. Un Lions Club et un Rotary Club agissent socialement et Ă©conomiquement sur le territoire de la commune.

L’implantation de l’universitĂ© Paris XI sur la commune et les organisations associĂ©es comme les grandes Ă©coles (IFIPS, SupOptique, SupĂ©lec), les centres de recherche d’entreprises (Institut Curie, Thales, Hewlett-Packard ou anciennement Pfizer dont les locaux ont Ă©tĂ© repris par le siĂšge Westinghouse France) et du centre hospitalier permettent Ă  la commune de percevoir des revenus importants de taxe professionnelle et de bĂ©nĂ©ficier d’un fort dynamisme Ă©conomique. La prĂ©sence de deux gares du RER B permet en outre Ă  la population active de rallier rapidement les centres Ă©conomiques de la rĂ©gion. À Orsay, le Centre d’essai des propulseurs est classifiĂ© au RĂ©pertoire du registre des Ă©missions polluantes pour ses rejets importants de dioxyde de carbone et de dĂ©chets industriels parmi lesquels des hydrocarbures[98]. Depuis novembre 2005, la commune est au cƓur de l’opĂ©ration d'IntĂ©rĂȘt National de Massy Palaiseau Saclay Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines[99].

Emplois, revenus et niveau de vie

Ainsi, la commune gĂ©rait en 2006 un budget de 36 700 000 €, le taux de chĂŽmage en 2005 s’établissait Ă  5,4 % et le revenu par mĂ©nage en 2004 Ă  27 009 â‚Ź par an. 60,6 % des OrcĂ©ens sont propriĂ©taires de leur logement, des maisons individuelles dans 56,3 % des cas. SituĂ©e au cƓur de la vallĂ©e de la science, 25,4 % de la population est diplĂŽmĂ©e au-delĂ  de bac+2 ou 22,9 % sont encore Ă©tudiants. Cette prĂ©sence de nombreux Ă©tudiants se retrouve dans la pyramide des Ăąges avec un taux de 33,9 % de la population entre vingt et trente-neuf ans[100]. Avec un prix moyen au mĂštre carrĂ© de 4 290 euros, Orsay est la commune la plus chĂšre du dĂ©partement Ă  la fin 2007[101]. Depuis novembre 2005. Le revenu fiscal mĂ©dian par mĂ©nage Ă©tait en 2006 de 26 413 euros, ce qui plaçait Orsay au deux cent trente-cinquiĂšme rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante mĂ©nages en mĂ©tropole et au quatorziĂšme rang dĂ©partemental[102].

Répartition des emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Orsay 0,0 % 2,8 % 45,5 % 23,6 % 20,7 % 7,3 %
Zone d’emploi d’Orsay 0,2 % 3,7 % 36,2 % 26,2 % 21,4 % 12,3 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteur d'activité en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Orsay 0,3 % 6,8 % 3,4 % 5,1 % 29,4 % 5,8 %
Zone d’emploi d’Orsay 1,0 % 13,4 % 3,8 % 18,1 % 30,5 % 5,4 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[103]

Culture locale et patrimoine

Patrimoine environnemental

Vue du lac du Mail entourĂ© d’une promenade bordĂ©e d’arbres.
Le lac du Mail.

La commune situĂ©e Ă  l’entrĂ©e de la verdoyante vallĂ©e de Chevreuse valorise et conserve les espaces verts. Elles disposent de nombreux bois (la Troche, Croix de Bures, la Grille Noire, la BouvĂȘche, la Cyprenne, le bois Persan et le bois des Rames), de trois parcs paysagers (East Cambridgeshire, Grande BouvĂȘche et parc botanique de Launay), de trois lacs (lac du Mail, lac de LozĂšre et lac du Temple de la Gloire). Elle s’est vue dĂ©cerner deux fleurs au concours des villes et villages fleuris[104].

En outre, la commune fait partie des sites pilotes "Gaz Naturel pour Vehicule" et dispose ainsi de cinq véhicules utilitaires roulant au gaz et trois véhicules électriques[105]. Elle encourage les circulations douces avec sept kilomÚtres de pistes cyclables et un centre ville piétonnier.

Patrimoine architectural

La commune dispose de monuments intĂ©ressants datant des diverses Ă©poques de population ou de croissances. La Grande BouvĂȘche, un manoir aux deux tours mĂ©diĂ©vales transformĂ© jusqu’au XVIIIe siĂšcle, la Pacaterie, une ancienne ferme fortifiĂ©e aujourd’hui attenante Ă  une rĂ©sidence universitaire du mĂȘme nom, le temple de la Gloire, d’architecture nĂ©oclassique, bĂąti en 1801 par l’architecte Pierre-Alexandre Vignon en l’honneur du gĂ©nĂ©ral Moreau, classĂ© monument historique depuis 1979[106], le chĂąteau de Corbeville en brique du XIXe siĂšcle qui fait actuellement partie du centre de recherches du groupe Thales, le chĂąteau de Launay, du XVIIe siĂšcle, actuelle rĂ©sidence du prĂ©sident de l’UniversitĂ© Paris-Sud 11, le chĂąteau du Grand Mesnil des XVIIIe siĂšcle et XIXe siĂšcle.

L’église Saint-Martin-Saint-Laurent, au chƓur et au clocher gothique, la nef nĂ©oromane et la façade nĂ©oclassique[107] et Saint-Laurent attenante et sa crypte de 1760 face Ă  l’HĂŽtel de Ville, la chapelle de la ClartĂ©-Dieu, l’ancien sĂ©minaire et le monastĂšre franciscain construits par Xavier ArsĂšne-Henry en 1956[108] et la chapelle moderne Notre-Dame de la Plaine dans le quartier de MondĂ©tour constituent l’architecture sacrĂ©e.

L’HĂŽtel de Ville du XIXe siĂšcle, bĂąti sur les vestiges du chĂąteau de Grimod d’Orsay, l’anneau de collisions de 1962, protĂ©gĂ© au titre du patrimoine industriel et technique depuis 2002, la halle du marchĂ© couvert et l’ancien siĂšge social français de Pfizer en 1972 par l’architecte Pierre Dufau sont eux des monuments rĂ©cents enrichissants le patrimoine de la commune.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités

DiffĂ©rents personnages publics sont nĂ©s, dĂ©cĂ©dĂ©s ou ont vĂ©cu Ă  Orsay :

HĂ©raldique et logotype

Blason d’Orsay

Les armes d’Orsay se blasonnent : D’azur Ă  la fasce d’or accompagnĂ©e en chef d’un croissant accostĂ© de deux Ă©toiles et en pointe d’un poisson, le tout d’argent[109].

Ce blason a pour origines les armes du premier comte d’Orsay, Pierre Gaspard Marie Grimod d'Orsay, dĂ©crites ainsi : Sur le tout d’azur Ă  la fasce d’argent accompagnĂ© en chef d’un croissant d’or entre deux Ă©toiles du mĂȘme et en pointe d’un poisson nageant sur une mer d’argent[110].

La commune s’est en outre dotĂ©e d’un logotype.

Logotype d’Orsay

Mythes, légendes et anecdotes

Pour approfondir

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Collectif d'auteurs, Orsay, D'un village d'antan... aux techniques de demain, Maury, 1986 
  • Collectif d'auteurs, Orsay, 999 - 1999, Maury, janvier 1998 (ISBN 9782950605214) 
  • Paul Brouzenq, Christiane Coudray, Rose Marx et Henri Sergolle, Orsay, un jardin pour la science, EDP Sciences, 21 avril 2005 (ISBN 9782868837561) 

Sources

  1. ↑ GentilĂ© sur le site habitants.fr ConsultĂ© le 18/05/2008.
  2. ↑ Mode d’occupation du sol en 2008 sur le site de l'Iaurif. ConsultĂ© le 01/11/2010.
  3. ↑ RĂ©partition du territoire d’Orsay sur l’IAURIF
  4. ↑ Fiche d’Orsay sur le site de l’IGN. ConsultĂ© le 06/09/2008.
  5. ↑ (fr) Climatologie mensuelle Ă  BrĂ©tigny-sur-Orge sur le site de lameteo.org. ConsultĂ© le 9 aoĂ»t 2009.
  6. ↑ (fr) Climatologie mensuelle Ă  BrĂ©tigny-sur-Orge sur infoclimat.fr. ConsultĂ© le 18 aoĂ»t 2009
  7. ↑ Carte du rĂ©seau Daniel Meyer sur son site officiel. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  8. ↑ Le Bois Persan
  9. ↑ Carte de zonage d'Orsay sur le site de l’Insee. ConsultĂ© le 26/02/2011.
  10. ↑ Toponymie d’Orsay
  11. ↑ Villa gallo-romaine d’Orsay sur le site Topic-Topos. ConsultĂ© le 07/08/2008.
  12. ↑ Dictionnaire historique des environs de Paris du docteur Ermete Pierotti
  13. ↑ gĂ©nĂ©alogie branche de CORBEIL
  14. ↑ VIE DE BOUCHARD LE VÉNÉRABLE
  15. ↑ Histoire d’Orsay en Hurepoix
  16. ↑ Saint-Martin aux JournĂ©es du Patrimoine
  17. ↑ Histoire d’Orsay
  18. ↑ Orsay, la ville
  19. ↑ Institut Curie
  20. ↑ Liste des morts pour la France d’Orsay sur le site memorial-genweb.org ConsultĂ© le 21/03/2009.
  21. ↑ RĂ©partition par nationalitĂ©s sur le site de l’Insee. ConsultĂ© le 02/04/2009.
  22. ↑ Tableau de synthĂšse dĂ©mographique sur le site de la mission interministĂ©rielle Ă  la Ville. ConsultĂ© le 06/04/2008.
  23. ↑ http://cassini.ehess.fr/ : notices communales avec tous les recensements
  24. ↑ DonnĂ©es dĂ©mographiques de 1968 Ă  2007 sur le site de l’Insee. ConsultĂ© le 25/01/2009.
  25. ↑ Population municipale 2006 sur le site de l’Insee. ConsultĂ© le 01/01/2010.
  26. ↑ Population municipale 2008 sur le site de l'Insee. ConsultĂ© le 02/01/2011
  27. ↑ Tableau de synthĂšse sur le site de la mission interministĂ©rielle Ă  la Ville. ConsultĂ© le 06/04/2008.
  28. ↑ Pyramide des Ăąges Ă  Orsay en 2007 sur le site de l’Insee. ConsultĂ© le 03/07/2010.
  29. ↑ Pyramide des Ăąges de l'Essonne en 2007 sur le site de l'Insee. ConsultĂ© le 03/07/2010.
  30. ↑ Orsay sur le site de l’Insee. ConsultĂ© le 19/09/2009.
  31. ↑ Fiche entreprise de la commune d'Orsay sur le site verif.com ConsultĂ© le 08/03/2011.
  32. ↑ Comptes communal d’Orsay sur la base Alize du ministĂšre des Finances. ConsultĂ© le 07/12/2010.
  33. ↑ Analyse financiĂšre des comptes municipaux d’Orsay sur la base Alize du ministĂšre des Finances. ConsultĂ© le 07/12/2010.
  34. ↑ Endettement de la commune sur la base Alize du ministĂšre des Finances. ConsultĂ© le 07/12/2010.
  35. ↑ Taux d’impositions sur le site taxe.com ConsultĂ© le 07/12/2010.
  36. ↑ Taux d’imposition de la CAPS
  37. ↑ RĂ©partition du patrimoine social par commune et par bailleur sur le site de l'Aorif. ConsultĂ© le 15/05/2010.
  38. ↑ Organisation judiciaire en Essonne
  39. ↑ Carte des communes adhĂ©rentes sur le site officiel de la CAPS. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  40. ↑ Communes adhĂ©rentes sur le site officiel du Siahvy. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  41. ↑ Carte des communes adhĂ©rentes sur le site officiel du Siom. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  42. ↑ Site officiel de l’office de tourisme de la vallĂ©e de Chevreuse. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  43. ↑ Liste des Ă©lus au conseil municipal en 2008 sur le site linternaute.com ConsultĂ© le 06/07/2009.
  44. ↑ Liste des maires d’Orsay
  45. ↑ Rattachement politique sur le site de sondage des dĂ©cideurs de l’Essonne. ConsultĂ© le 16/02/2008.
  46. ↑ Fiche de la commune sur le site du conseil gĂ©nĂ©ral de l'Essonne. ConsultĂ© le 11/05/2010.
  47. ↑ a et b rĂ©sultats officiels de la municipale 2008 sur le site de la maire d'Orsay, consultĂ© le 10 mars 2008
  48. ↑ Site officiel d’Amnesty International VallĂ©e de Chevreuse. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  49. ↑ Site officiel du MoDem d’Orsay. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  50. ↑ CoordonnĂ©es de la section PS d’Orsay sur le site de la section de circonscription. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  51. ↑ Site de la section PCF de la facultĂ© d’Orsay. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  52. ↑ RĂ©sultats de l’élection prĂ©sidentielle 2002 sur le site du MinistĂšre de l’IntĂ©rieur.
  53. ↑ RĂ©sultats de l’élection prĂ©sidentielle 2007 sur le site du MinistĂšre de l’IntĂ©rieur.
  54. ↑ RĂ©sultats de l’élection lĂ©gislative 2002 sur le site du MinistĂšre de l’IntĂ©rieur.
  55. ↑ RĂ©sultats de l’élection lĂ©gislative 2007 sur le site du MinistĂšre de l’IntĂ©rieur.
  56. ↑ RĂ©sultats de l’élection europĂ©enne 2004 sur le site du MinistĂšre de l’IntĂ©rieur.
  57. ↑ RĂ©sultats de l’élection europĂ©enne 2009 sur le site du ministĂšre de l’IntĂ©rieur. ConsultĂ© le 11/06/2009.
  58. ↑ RĂ©sultats de l’élection rĂ©gionale 2004 sur le site du MinistĂšre de l’IntĂ©rieur.
  59. ↑ RĂ©sultats de l’élection rĂ©gionale 2010 sur le site du MinistĂšre de l’IntĂ©rieur.
  60. ↑ RĂ©sultats de l’élection cantonale 2004 sur le site du MinistĂšre de l’IntĂ©rieur.
  61. ↑ RĂ©sultats de l’élection cantonale 2011 sur le site du MinistĂšre de l’IntĂ©rieur. ConsultĂ© le 02/04/2011
  62. ↑ RĂ©sultats de l'Ă©lection municipale de 2001 Ă  Orsay sur le site du quotidien Le Figaro. ConsultĂ© le 29/12/2010.
  63. ↑ RĂ©sultats du rĂ©fĂ©rendum 2000 sur le site politiquemania.com ConsultĂ© le 09/05/2009.
  64. ↑ RĂ©sultats du rĂ©fĂ©rendum 2005 sur le site du MinistĂšre de l’IntĂ©rieur.
  65. ↑ Liste des Ă©coles du dĂ©partement sur le site de l’Inspection acadĂ©mique de l’Essonne. ConsultĂ© le 01/09/2010.
  66. ↑ Cartographie des Ă©tablissements du second degrĂ© sur le site de l’Inspection acadĂ©mique de l’Essonne. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  67. ↑ RĂ©sultats CPGE Orsay 2006
  68. ↑ Site officiel de l’école Sainte-Suzanne d’Orsay. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  69. ↑ Site officiel du cours secondaire d’Orsay. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  70. ↑ Classement 2009 des lycĂ©es de l’Essonne sur le site de l’Express. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  71. ↑ Centre de protonthĂ©rapie d’Orsay
  72. ↑ Le CNRS à Orsay
  73. ↑ Statistiques maternitĂ©s d’Orsay
  74. ↑ Classement 2009 des hĂŽpitaux sur le site de L’Express. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  75. ↑ Liste sur le Conseil de l’Ordre des MĂ©decins
  76. ↑ [nom=&tx_oncdpraticien_pi1[prenom]=&tx_oncdpraticien_pi1[rue]=&tx_oncdpraticien_pi1[ville]=orsay&tx_oncdpraticien_pi1[cp]=&tx_oncdpraticien_pi1[departement]=0&tx_oncdpraticien_pi1[recherche]=rechercher Annuaire des chirurgiens-dentistes sur le site de l’Ordre national.] ConsultĂ© le 19/04/2009.
  77. ↑ Liste sur l’Ordre des Pharmaciens
  78. ↑ CoordonnĂ©es de l'agence postale d'Orsay Centre sur le site de La Poste. ConsultĂ© le 13/11/2010.
  79. ↑ CoordonnĂ©es de l'agence postale Orsay MondĂ©tour sur le site de La Poste. ConsultĂ© le 13/11/2010.
  80. ↑ CoordonnĂ©es des polices et gendarmeries de l’Essonne sur le site de la prĂ©fecture. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  81. ↑ CoordonnĂ©es du CIDJ d’Orsay sur le site des Services publics. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  82. ↑ Liste des trĂ©soreries de l’Essonne sur le site de la Drire d’Île-de-France. ConsultĂ© le 03/02/2010.
  83. ↑ CoordonnĂ©es de la CPAM d’Orsay sur le site de l’Insee. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  84. ↑ CoordonnĂ©es de la CAF d’Orsay sur le site des Services publics. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  85. ↑ CoordonnĂ©es du PMI d’Orsay sur le site des Services publics. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  86. ↑ CoordonnĂ©es de l’étude de notaires sur le site national. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  87. ↑ Annuaire des avocats sur le site du Conseil National des Barreaux
  88. ↑ Fiche du jumelage avec Ely sur le site du ministĂšre français des Affaires Ă©trangĂšres. ConsultĂ© le 11/11/2009.
  89. ↑ Fiche du jumelage avec Kempen sur le site du ministĂšre français des Affaires Ă©trangĂšres. ConsultĂ© le 11/11/2009.
  90. ↑ Site officiel de la MJC Jacques-Tati. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  91. ↑ Site officiel de l'Orsay Rugby Club. ConsultĂ© le 26/02/2011.
  92. ↑ Paroisse d’Orsay sur le site du diocĂšse. ConsultĂ© le 01/06/2008.
  93. ↑ PĂ©piniĂšre d’entreprise d’Orsay
  94. ↑ PrĂ©sentation de la zone d’emploi d’Orsay sur le site de l’Insee. ConsultĂ© le 19/04/2009.
  95. ↑ Commerçants d’Orsay
  96. ↑ Professions libĂ©rales d’Orsay
  97. ↑ Annuaire des marchĂ©s sur le site MarchĂ©s de France. ConsultĂ© le 25/04/2011.
  98. ↑ Fiche du Centre d’essai des propulseurs sur la base iREP du ministĂšre de l’Écologie. ConsultĂ© le 29/04/2008.
  99. ↑ Rapport d’activitĂ© du prĂ©fet d’Île-de-France sur l’OIN. ConsultĂ© le 08/06/2008.
  100. ↑ DonnĂ©es Ă©conomiques sur Journal du Net
  101. ↑ Le Figaro, dossier spĂ©cial Immobilier, n°19807 du samedi 5 avril 2008.
  102. ↑ RĂ©sumĂ© statistique national des communes sur le site de l’Insee. ConsultĂ© le 26/10/2009.
  103. ↑ Rapport statistique national sur le site de l’Insee. ConsultĂ© le 05/07/2009.
  104. ↑ Palmarùs des villes et villages fleuris
  105. ↑ L’environnement sur le site de la mairie d’Orsay
  106. ↑ Fiche du temple de la gloire sur la base MĂ©rimĂ©e du ministĂšre de la Culture. ConsultĂ© le 03/08/2008.
  107. ↑ Saint-Martin au JournĂ©es du Patrimoine
  108. ↑ Orsay, la ville
  109. ↑ Gaso, la banque du blason.
  110. ↑ Sceau de la famille Grimod d’Orsay
  111. ↑ Magazine de la mairie d’Orsay en pdf>
  112. ↑ Liste des films tournĂ©s Ă  Orsay sur le site L2TC.com ConsultĂ© le 05/12/2010.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Orsay de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Orsay — Orsay 
   Deutsch Wikipedia

  • ORSAY (A. G. G. d’) — ORSAY ALFRED GUILLAUME GABRIEL comte d’ (1801 1852) Lieutenant aux gardes du corps de Louis XVIII, le comte d’Orsay n’aurait pas laissĂ© son nom Ă  la postĂ©ritĂ© sans une rĂ©putation de dandy qui fit sa lĂ©gende. Du dandy, il eut le mĂ©pris de… 
   EncyclopĂ©die Universelle

  • orsay — (del inglĂ©s) sustantivo masculino 1. Área: deporte Uso/registro: restringido. Fuera de juego: El ĂĄrbitro pitĂł orsay y anulĂł el gol. Frases y locuciones 1. en orsay 
   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Orsay — (musĂ©e d ) musĂ©e des Bx A. du XIXe s. français, amĂ©nagĂ© dans l anc. gare d Orsay, Ă  Paris, ouvert en 1986 
   EncyclopĂ©die Universelle

  • Ăłrsay — (del ingl. «offside») m. Dep. Especialmente en el *fĂștbol, fuera de juego: ‘Estar en Ăłrsay’. ≃ Offside 
   Enciclopedia Universal

  • Orsay — Orsay, eine aus dem alten französischen Adelsgeschlechte de Grimaud hervorgegangene, jetzt in Österreich angesessene Grafenfamilie, deren jetziger Chef ist: Graf Maximilian, Sohn des Grafen Peter Maria Kaspar u. der Prinzessin Maria Anna von… 
   Pierer's Universal-Lexikon

  • Orsay —   [ɔr sɛ], Stadt im DĂ©partement Essonne, Frankreich, an der Yvette sĂŒdlich von Paris, 14 900 Einwohner; UniversitĂ€t Paris XI. mit kernphysikalischem Forschungszentrum 
   Universal-Lexikon

  • Orsay — For other places with the same name, see Orsay (disambiguation). Orsay Town hall 
   Wikipedia

  • Orsay — Para otros usos de este tĂ©rmino, vĂ©ase Orsay (desambiguaciĂłn). Orsay E 
   Wikipedia Español

  • Orsay — This ancient and distinguished surname, recorded as D arcy, Darcy, Dorcey, Dorcy, Dorsey, D orsay, Orsay, and Orsi, is usually of French locational origins, although Irish names may have a different root. The French forms originate from either… 
   Surnames reference


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.