Nuremberg

ÔĽŅ
Nuremberg
Nuremberg
Image illustrative de l'article Nuremberg
La vieille ville
Blason de Nuremberg
Germany location map.svg
Nuremberg
Administration
Toponyme officiel N√ľrnberg
Pays Drapeau d'Allemagne Allemagne
Land Bavi√®re Bavi√®re
District
(Regierungsbezirk)
Moyenne-Franconie
Arrondissement
(Landkreis)
Nuremberg (ville-arrondissement)
Code communal
(Gemeindeschl√ľssel)
09 5 64 000
Code postal 90001‚Äď90491
Indicatif téléphonique +49-911
Immatriculation N
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
7
Site web www.nuernberg.de
Politique (2002-2007)
Bourgmestre
(B√ľrgermeister)
Ulrich Maly SPD
Partis au pouvoir CSU (32 si√®ge), SPD (29), Verts (4), Die Freien (les libres et FDP) (2), Die Republikaner (1), Die Guten (les bons) (1), B√ľrgerinitative Ausl√§nderstopp (initiative des citoyens pour le stop des √©trangers) (1)
Géographie
Coordonn√©es 49¬į 27‚Ä≤ 00‚Ä≥ N 11¬į 05‚Ä≤ 00‚Ä≥ E / 49.45, 11.08333349¬į 27‚Ä≤ 00‚Ä≥ Nord
       11¬į 05‚Ä≤ 00‚Ä≥ Est
/ 49.45, 11.083333
  
Altitude (NN) 302 m
Superficie 186,38 km2
Démographie
Population 503 638 hab. (d√©cembre 2008)
Densit√© 2 675 hab./km2

Nuremberg (N√ľrnberg en allemand) est une ville allemande, de Bavi√®re. Avec 503 638 habitants en d√©cembre 2008, c'est la deuxi√®me ville de Bavi√®re en importance, apr√®s Munich. De plus, elle demeure le centre √©conomique de la Moyenne-Franconie. Nuremberg est aujourd'hui l'un des principaux centres industriels d'Allemagne du sud. La rivi√®re Pegnitz s√©pare la vieille ville en deux quartiers, celui de S√©bald et celui de Lorenz, nomm√©s d'apr√®s les deux principales √©glises de Nuremberg.

Son charme de ville pittoresque et médiévale, malgré sa modernité sur les plans économique, industriel et technologique, en fait une métropole culturelle majeure d'Allemagne.

Sommaire

Histoire

Origines de Nuremberg

Le premier document mentionnant la ville de Nuremberg, connu sous le nom de Norenberc[1] est d√Ľ √† l‚Äôempereur Henri III (1017-1056) et dat√© de 1050 (le document est r√©dig√© √† l‚Äôoccasion de l‚Äôaffranchissement d‚Äôune femme de basse condition nomm√©e Sigena[2]). Dans l'√©tat actuel des connaissances, Nuremberg semble √™tre une cr√©ation politico-militaire de l‚Äôempereur Henri III (1039-1056) servant au ravitaillement de ses arm√©es lors de ses campagnes contre le duc de Boh√®me. La ville occupant √† l'√©poque une position centrale entre les √©v√™ch√©s de Bamberg, Wurtzbourg, Eichst√§tt

[r√©f. n√©cessaire].

Moyen √āge

R√©f√©rence n√©cessaire|Les premi√®res constructions de la forteresse remontent √† 1050. La ville s'√©tend alors autour de la falaise sur laquelle le ch√Ęteau est construit. Ce dernier est agrandi de 1140 √† 1180 sous le r√®gne de Fr√©d√©ric Barberousse. En 1191, le comte Fr√©d√©ric III de Hohenzollern devient par alliance le Burgrave Fr√©d√©ric Ier de Nuremberg. Nuremberg fait ainsi rapidement partie des villes imp√©riales pr√©f√©r√©es et en 1219, le futur empereur Fr√©d√©ric II remet √† Nuremberg, qui n‚Äô√©tait encore qu'une ville royale sans autonomie, sa fameuse Gro√üe Freiheitsbrief (grande lettre de libert√©). C‚Äôest en 1256 qu‚Äôil est fait pour la premi√®re fois mention d‚Äôun conseil √† Nuremberg qui entre, la m√™me ann√©e, dans la ligue des Villes Rh√©nanes. En 1273, le comt√© des Hohenzollern devient h√©r√©ditaire. En 1332, l'empereur Louis le Bavarois confirme la libert√© douani√®re des habitants de Nuremberg. Il s√©journera 74 fois dans la ville. En 1348/1349 √©clate une grande r√©volte des artisans. Les patriciens remportent la contre-r√©volution. 1349 restera une ann√©e tristement c√©l√®bre. L'empereur Charles IV autorise la destruction du quartier juif pour √©difier une grande place du march√© : plus de 560 habitants sont assassin√©s. En 1356 se d√©roule une √©tape majeure dans l'histoire de Nuremberg : Charles IV signe la loi imp√©riale de la Bulle d'Or. D√©sormais, les 7 princes-√©lecteurs √©lisent le nouveau roi qui doit tenir son premier Reichstag √† Nuremberg. Charles IV s√©journera plus de 50 fois dans sa ville pr√©f√©r√©e. Vers 1400, le dernier rempart est enfin achev√©. Quant √† l'√©largissement des foss√©s, il ne sera termin√© qu'en 1452. En 1420, Christoph Laiminger, mandataire des ducs de Bavi√®re, donne l'ordre d'incendier le ch√Ęteau des Burgraves. En 1424, l‚Äôimportance de la ville est √† nouveau renforc√©e lorsque l‚Äôempereur Sigismond d√©cide que Nuremberg sera √† jamais le lieu de garde des fabuleux joyaux de la couronne imp√©riale. Ces derniers y resteront jusqu'en 1796|date=septembre 2010.

√Čpoque moderne

Monstration des régalia à Nuremberg (bois gravé de 1487).

Apr√®s l'ex√©cution de Jan Hus sur le b√Ľcher √† Constance en 1415, les Hussites cherch√®rent √† s'emparer des regalia imp√©riales, alors conserv√©es au ch√Ęteau fort de Karlstein. Conscient du danger, le roi Sigismond d√©cida de mettre son tr√©sor en lieu s√Ľr : Nuremberg √©tant alors le plus s√Ľr appui de l'empereur, c‚Äôest tout naturellement qu'il choisit la capitale de Franconie pour conserver les joyaux de la couronne. √Ä cette fin, il octroya le 29 septembre 1423 √† la ville le privil√®ge de la conservation de la Couronne de l'Empire. La ville avait en outre le privil√®ge de pr√©senter les joyaux chaque ann√©e aux citadins, le 14e jour suivant le Vendredi saint, lors d'une c√©r√©monie de monstration (Heiltumsweisungen). Enfin, Nuremberg b√©n√©ficiait du droit de tenir une foire de deux semaines, commen√ßant le jour de la pr√©sentation des joyaux de la couronne imp√©riale[3].

Cet acte inaugurait pour la ville un √Ęge d'or : du XVe au XVIe si√®cle, la ville s'imposa comme une vraie cit√© artistique, et m√™me le berceau de l‚Äôhumanisme allemand. En effet, de grands artistes tels que le peintre Albrecht D√ľrer, qui se fera conna√ģtre comme peintre et graveur de m√™me que Michael Wolgemut, le sculpteur sur bois Veit Stoss, et le tailleur de pierre Adam Kraft cr√©ent √† Nuremberg des Ňďuvres d‚Äôune grande notori√©t√©. Hans Sachs et les Meistersinger (ma√ģtres-chanteurs) donnent d√®s le XIIIe si√®cle un nouvel essor √† la po√©sie allemande. Ils inspireront √† Richard Wagner son op√©ra de 1868, Die Meistersinger von N√ľrnberg (Les Ma√ģtres chanteurs de Nuremberg).

Dans les domaines de l'astronomie et de la géographie, c'est à Nuremberg que Martin Behaim réalise vers 1492 le premier globe terrestre parvenu jusqu'à notre époque, toujours conservé au musée historique de la ville, et Hartmann Schedel publie en 1493 les Chroniques de Nuremberg. C'est aussi dans cette ville que Nicolas Copernic publie en 1543 De Revolutionibus Orbium Coelestium (De la révolution des sphères célestes).

Nuremberg en 1493, par Hartmann Schedel

Dans la seconde moiti√© du XVe si√®cle, Nuremberg profite tout particuli√®rement de l'essor √©conomique des villes allemandes et accro√ģt au si√®cle suivant tr√®s largement son territoire aux d√©pens des pays du Haut-Palatinat en prenant part, contre Robert du Palatinat, √† la guerre de succession de Landshut aux c√īt√©s des vainqueurs, le Duc Albert IV de Bavi√®re-Munich et l'empereur Maximilien Ier. Nuremberg re√ßoit en partage six villes et surtout quelques march√©s, en plus de nombreuses terres de moindre importance. La disposition de nouveaux monopoles se r√©v√®le capitale pour la ville qui, comme Lunebourg, est une cit√© commerciale importante, au carrefour de grandes voies de communication : la route des Balkans √† Anvers par Vienne, celle de Venise √† Hambourg par le col du Brenner, celle de la France vers Prague par Strasbourg et enfin celle qui relie la Suisse √† la Saxe et √† la Pologne. Au d√©but du XVIe si√®cle, Nuremberg atteint sa plus grande prosp√©rit√©. Comme pour Venise, la d√©couverte du cap de Bonne-Esp√©rance bouleverse les relations commerciales de l‚ÄôEurope et l‚ÄôOrient et contribue √† la d√©ch√©ance de la ville face aux ports de l‚ÄôEurope occidentale. Les marchands nurembergeois choisissent d‚Äôinvestir dans le Nouveau Monde pour √©chapper √† ce d√©clin mais les empereurs ne r√©sident plus dans la ville √† partir de 1571.

En 1525, la R√©forme protestante est instaur√©e √† Nuremberg. En 1533, une grave √©pid√©mie de peste ravage la ville. 14 enfants d√©c√®dent le m√™me jour. D'autres vagues de peste auront lieu en 1562, faisant 5754 morts, en 1585, faisant 9186 morts. La ville est touch√©e au XVIIe si√®cle par la guerre de Trente Ans. Cette derni√®re provoque une triple √©pid√©mie de typhus, de dysenterie et de peste, doubl√©e d'une famine. Entre 1632 et 1634, on compte plus de 35 000 victimes.

En 1623, l'universit√© de la ville est inaugur√©e √† Altdorf. En 1643, un gigantesque festin, le ¬ę Festin de la paix scelle la fin de la guerre de Trente Ans.

L’arrivée du chemin de fer va cependant faciliter son industrialisation.

March√© de No√ęl de la ville au XIXe si√®cle

√Čpoque contemporaine

En 1835, la premi√®re voie ferr√©e d'Allemagne est construite et relie Nuremberg √† F√ľrth.

D√®s 1933, le r√©gime national-socialiste exploitera le prestigieux pass√© de l‚Äôancienne ville imp√©riale au profit des gigantesques manifestations et rassemblements destin√©s √† marquer l'opinion publique par leur importance et organis√©s dans le complexe du Reichsparteitagsgel√§nde (une des r√©alisations majeures de l'architecte officiel du troisi√®me reich Albert Speer), et cela, jusqu‚Äôen 1938. C'est probablement une des raisons qui motiv√®rent les Alli√©s, en plus de son importance industrielle, √† bombarder massivement la ville, notamment le 2 janvier 1945. Ces bombardements d√©truisirent presque compl√®tement le centre historique de Nuremberg.

C'est Nuremberg, promue par Hitler ¬ę capitale id√©ologique ¬Ľ du Troisi√®me Reich et o√Ļ avaient √©t√© promulgu√©es en 1935 les lois antis√©mites, que les Alli√©s choisirent pour y juger, devant un tribunal militaire international, 24 hauts responsables et 8 organisations du r√©gime nazi (dont la Gestapo et les SS). Ces hommes √©taient accus√©s de crimes de guerre, de crimes contre la paix et contre l'humanit√©. C‚Äôest dans le palais de justice √©pargn√© par les bombes que se tiendra le c√©l√®bre proc√®s de Nuremberg entre le 20 novembre 1945 et le 1er octobre 1946.

Dans les années 1950, la reconstruction s'opère lentement. En 1950 se tient la première Foire internationale du Jouet. Aujourd'hui encore, Nuremberg est considérée comme l'une des capitales mondiales du jouet. En 1955 est inauguré l'aéroport à Kraftshofer Forst. En 1961, l'université Friedrich-Alexander d'Erlangen-Nuremberg est fondée. Elle compte actuellement plus de 22000 étudiants et est très renommée pour ses facultés de sciences, et plus particulièrement de médecine.

Si la majeure partie de la reconstruction est achev√©e en 1966, la ville continue de changer. Le m√©tro est mis en service en 1972, avec un premier tron√ßon de 3,7 km. Dans le m√™me temps, le r√©seau autoroutier qui ceinture l'agglom√©ration est agrandi. L'ann√©e suivante, le Mus√©e national germanique est inaugur√©. C'est le plus grand mus√©e de la civilisation allemande au monde. En 1995, le Prix international des Droits de l'Homme de Nuremberg est cr√©√©. le premier est remis √† Sergej Kowaljow. Ce prix est d√©cern√© tous les deux ans √† des personnalit√©s qui se sont illustr√©es dans le domaine de la d√©fense des droits de l'Homme. En 1999, l'Acad√©mie de musique (Fachakademie f√ľr Musik) devient ¬ę √Čcole d'enseignement musical sup√©rieur ¬Ľ (Hochsuchule f√ľr Musik N√ľrnberg-Augsburg). En 2000, le Nouveau Mus√©e - Mus√©e d'√Čtat pour l'Art et le Design est inaugur√©. Surface moderne et fonctionnelle, il compte parmi les mus√©es d'art du design les plus importants d'Europe. En 2001 est cr√©√© le centre de documentation (Dokumentationszentrum Reichparteitagsgel√§nde) dans une partie du b√Ętiment en fer-√†-cheval du palais des Congr√®s. L'autre partie est affect√©e √† l'Orchestre symphonique de Nuremberg. Enfin, ultime √©tape, le th√©√Ętre communal devient Th√©√Ętre national de Nuremberg (Staatstheater N√ľrnberg).

Aujourd’hui, l’économie de la ville est notamment tournée vers les nouvelles technologies.

Le 10 décembre 2000 à Paris, la ville de Nuremberg s'est vu attribuer le prix Unesco de l'éducation aux droits de l'homme en reconnaissance des initiatives extraordinaires prises pour encourager l'éducation aux droits de l'homme[4]. Face à son histoire nazie, Nuremberg s'est décidée à apporter une contribution active à la paix mondiale ainsi qu'à la défense des droits de l'homme. Tous les deux ans un Festival cinématographique est consacré aux droits de l'homme.

N√ľremberg fut laur√©ate du Prix de l'Europe de 2007[r√©f. n√©cessaire].

Patrimoine

Nuremberg propose √† ses visiteurs un patrimoine architectural exceptionnel :

  • Le ch√Ęteau de Nuremberg
    R√©sidence royale et imp√©riale durant pr√®s de cinq si√®cles, c'est un complexe m√©di√©val comprenant le Kaiserburg (ch√Ęteau imp√©rial), le puits profond, la Tour Sinwell, le ch√Ęteau des Burgraves et la Chapelle Walburgis.
  • La maison d'Albrecht D√ľrer, o√Ļ le peintre a vu le jour
  • Les ruelles de la ville. Lieu symbolique qui montre l'ampleur des bombardements subis par la ville et permet ainsi de mieux mesurer les efforts de reconstruction entrepris par les habitants de Nuremberg.
  • L'√Čglise Saint-S√©bald (Sebalduskirche) a √©t√© construite au XIIIe si√®cle et agrandie au XIVe si√®cle en l'honneur d'un eccl√©siastique de Nuremberg canonis√© en 1425. Elle abrite le tombeau de saint S√©bald, moulage en laiton de 4.74 m de haut, sign√© Peter Vischer l'a√ģn√©.
  • H√ītel de ville de Nuremberg
  • La Place du March√©
    Immense place cr√©√©e selon le souhait de Charles IV, empereur, sur un ancien ghetto juif qui s'√©tendait l√† jusqu'en 1349. Son d√©mant√®lement co√Ľta la vie √† 562 de ses 1500 habitants. Au fond de cette place s'√©l√®ve La Belle Fontaine, haute de 17.30 m de haut. Elle est orn√©e d'all√©gories de l'art, de personnages de la Bible et de figurines de Princes-√Člecteurs. Toucher l'anneau dor√© est cens√© porter bonheur, toucher l'anneau noir attirer le malheur. A l'autre extr√©mit√© se dresse l'√Čglise Notre-Dame (Frauenkirche au Hauptmarkt) avec son autel Tucher de 1445.
  • L'√©glise Saint-Laurent (Lorenzkirche)
    Sa construction d√©buta en 1260. √Čternelle rivale de sa sŇďur, Saint-S√©bald, l'√Čglise Saint-Laurent cr√©a les reliques de Saint-Deocarus, autrefois confesseur de Charlemagne. Ces derni√®res sont abrit√©es dans une ch√Ęsse d'argent semblable √† celle du tombeau de S√©bald. Fortement ab√ģm√©e √† la fin de la Seconde Guerre Mondiale, elle fut rapidement restaur√©e gr√Ęce √† la g√©n√©rosit√© des fid√®les et remise en service d√®s 1952. Le portail central retrace la vie de J√©sus en bas, puis m√®ne vers le Jugement dernier, en haut. On peut y voir les bienheureux √† droite et les damn√©s √† gauche. La rose mesure 10.28 m de diam√®tre ext√©rieur, de 5.90 m de diam√®tre int√©rieur. La fa√ßade ouest de l'√©glise gothique est orn√©e d'une magnifique rosace, qui couronne le tympan du portail retra√ßant la vie de J√©sus. L'imposant chŇďur en ¬ę halle ¬Ľ fut ajout√© au XVe si√®cle. Dans la nef, on peut admirer deux magnifiques Ňďuvres d'art : le Crucifix de la poutre de gloire mais surtout le Salut de l'Ange et dans le chŇďur une sculpture sur bois de Veit Stoss : l'annonciation faite √† Marie par l'archange Gabriel.
  • L'√©glise Notre-Dame (Frauenkirche)
    Cette √©glise gothique se dresse √† l'emplacement d'une synagogue d√©truite ; don de Charles IV, elle fut reconstruite de 1350 √† 1358.
  • Le Palais de justice
  • Les fortifications, termin√©es au milieu du XVe si√®cle, sont rest√©es pratiquement intactes dont les soixante-sept tours de d√©fense qui subsistent.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Nurembergeois célèbres

Culture et Tourisme

Christkindlesmarkt: Le March√© de No√ęl de la ville
  • En 1888 le groupe volap√ľkiste de Nuremberg conduit par L√©opold Einstein, face √† l'√©chec du mouvement volap√ľkiste qui s'entre-d√©chire adopte l'esp√©ranto (qui avait √©t√© publi√© seulement en 1887), fondant ainsi le premier club d'esp√©ranto ayant jamais exist√©[r√©f. n√©cessaire].
  • Le Christkindlesmarkt (March√© de l'Enfant-J√©sus) est le march√© de No√ęl de la ville. Cr√©√© au XVIIe si√®cle, il a lieu chaque ann√©e du vendredi avant l'Avent jusqu'√† la veille de No√ęl. Les commer√ßants proposent une multitude de d√©corations pour la maison et le sapin et surtout des sp√©cialit√©s locales, tels que les Lebkuchen, diff√©rentes sortes de pains d'√©pices, de pains aux fruits, de noix grill√©es et caram√©lis√©es, des chocolats, des sucreries.
  • Depuis 1951, a lieu chaque ann√©e, la ION(Internationale Orgelwoche N√ľrnberg), la semaine internationale de l'orgue, le plus grand et le plus vieux festival de musique religieuse en Europe.
  • Un grand festival de la musique rock Rock im Park. Ce festival dure trois jours.
  • Fin juillet a lieu le Bardentreffen, un festival gratuit de musique du monde entier, tenu en plein air et qui attire plus de 200 000 personnes durant tout un week-end[r√©f. n√©cessaire].
  • Au mois de septembre, il y a la f√™te de la vieille ville (Altstadtfest), avec des sp√©cialit√©s de la r√©gion et des activit√©s sportives. Sur la Pegnitz est organis√© un spectacle m√©di√©val. Deux personnes, habill√©es comme les p√™cheurs du Moyen √āge se trouvent dans une petite barque √† rames en bois. L'un a la t√Ęche de diriger le bateau tandis que l'autre, √† l'aide d'une gaffe, essaie de pousser dans l'eau le p√™cheur de la barque concurrente. Celui-ci est aussi arm√© d'une gaffe (Fischerstechen/les joutes nautiques).

Musées

Le musée national germanique
Le Centre de documentation
  • Le mus√©e national germanique (Germanisches Nationalmuseum), fond√© en 1852.
    Avec 25 000 pi√®ces expos√©es parmi les millions qu'il poss√®de, c'est le plus vaste mus√©e consacr√© √† la civilisation allemande au monde[5].
  • Le mus√©e nouveau (Neues Museum)
    Il est consacré à l'art du design.
  • La maison d'Albrecht D√ľrer (Albrecht D√ľrer Haus)
    Le lieu o√Ļ le grand peintre est n√©.
  • Le mus√©e municipal (Fembohaus)
  • Le mus√©e du Jouet (Spielzeugmuseum). Nuremberg fabrique des jouets depuis le Moyen √āge. Jouets anciens et modernes y sont rassembl√©s, avec un espace pour les enfants.
  • Le mus√©e de culture industrielle (Museum Industrie Kultur)
  • Le mus√©e des Transports (Verkehrs Museum)
  • Le mus√©e du Chemin de Fer
  • Le mus√©e de la Communication
  • La rue des Droits de l'Homme (Stra√üe der Menschenrechte, pr√®s du mus√©e national germanique et cr√©√©e par l'artiste isra√©lien Dani Karavan)
  • Le Centre de documentation ("Dokumentationszentrum Reichparteitagsgel√§nde"), qui retra√ße la mont√©e du nazisme. On peut y voir des objets ayant appartenu √† Hitler, dont un exemplaire de "Mein Kampf". Rares sont les villes allemandes √† √™tre autant confront√©es que Nuremberg √† l'h√©ritage historique de l'√®re du national-socialisme. Aujourd'hui encore, on peut voir des √©difices qui se dressent sur l'ancien site de rassemblement du parti du Reich, t√©moins de la folie de grandeurs du r√©gime. Le Centre de documentation a ouvert en 2001 sur le site. La modernit√© de sa mus√©ographie, la diversit√© des supports, sa richesse et sa qualit√© p√©dagogique permettent de comprendre les fondements du parti nazi, son d√©veloppement, ainsi que l'histoire de la p√©riode nazie de la ville.

Th√©√Ętre et Orchestres

Le Th√©√Ętre National de Nuremberg (Staatstheater)
  • Le Th√©√Ętre National de Nuremberg, fond√© en 1906, est consacr√© aux Ňďuvres lyriques, aux ballets et √† l'Art dramatique. Le th√©√Ętre a donn√© 651 repr√©sentations (tous domaines confondus) pour un total de 240.000 spectateurs lors de la saison 2009/2010[6].
  • L'Orchestre philharmonique de Nuremberg (N√ľrnberger Philharmoniker), dirig√© par Christof Prick, est l'orchestre du Th√©√Ętre National. Outre les repr√©sentations d'Op√©ra, il donne une s√©rie de concerts symphoniques dans la Meistersingerhalle.
  • L'Orchestre symphonique de Nuremberg (N√ľrnberger Symphoniker), dirig√© par Alexander Shelley, a son si√®ge dans le Palais des Congr√®s du Reichsparteitagsgel√§nde. Les concerts d'abonnement ont lieu dans la Meistersingerhalle. L'orchestre donne pr√®s de 100 repr√©sentations par an, pour un total de 180 000 spectateurs[7].

Sport

Gastronomie

En plus de la cuisine franconienne, Nuremberg est connu pour ses restaurants o√Ļ l'on mange les fameuses saucisses de Nuremberg, les N√ľrnberger Bratw√ľrste, ainsi que pour ses Lebkuchen, un genre de pain d'√©pices.

Transports

La ville est desservie par la gare centrale et par l'aéroport de Nuremberg.

Jumelages

Nuremberg est jumelée avec 14 villes.

Notes et références

  1. ‚ÜĎ du Moyen haut-allemand nuor qui signifie la falaise
  2. ‚ÜĎ Un noble nomm√© Richolf souhaitait la prendre en mariage, l'empereur lui aurait rendu sa libert√©. L'acte d'affranchissement se termine par ces mots : Actum N√≥renberc. Feliciter Amen
  3. ‚ÜĎ La Couronne imp√©riale sur le site de la Soci√©t√© von Humboldt : ¬ę Lange hie√ü sie aber die "N√ľrnberger Krone", weil sie jahrhundertelang (1424-1796) dort verwahrt worden war. N√ľrnberg hatte 1424 das Privileg "Hort des Reichsschatzes" verliehen bekommen. Dort wurden also neben den Reichsinsignien (auch "Reichskleinodien": Heilige Lanze, Reichsapfel, Zepter, Reichskreuz, Reichsschwert u.a.) auch die Reichsreliquien aufbewahrt. ¬Ľ
  4. ‚ÜĎ (de) le bureau des droits de l'homme de la ville de Nuremberg
  5. ‚ÜĎ (de) Germanisches Nationalmuseum N√ľrnberg
  6. ‚ÜĎ (de) Nombre de visiteurs du Staatstheater (Mehr Besucher im Staatstheater N√ľrnberg), 2011. Consult√© le 5 Mars 2011
  7. ‚ÜĎ (de) Orchestre Symphonique de Nuremberg, statistiques concerts et visiteurs, 2010. Consult√© le 19 mai 2011

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Nuremberg de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • N√ľremberg ‚ÄĒ Nuremberg Nuremberg ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • NUREMBERG ‚ÄĒ (Ger. Nuernberg), city in Bavaria, Germany. A report of 1146 records that many Jews from Rhenish towns fled to Nuremberg, but Jews are first mentioned in the city in 1182. By the 13th century a large number of Jews were resident there. In reply… ‚Ķ   Encyclopedia of Judaism

  • Nuremberg ‚ÄĒ ‚ÄĘ One of the largest cities in Bavaria Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Nuremberg ¬†¬†¬†¬†Nuremberg ¬†¬†¬†¬†‚Ć ‚Ķ   Catholic encyclopedia

  • NUREMBERG ‚ÄĒ Deuxi√®me ville de Bavi√®re et quatorzi√®me ville d‚ÄôAllemagne, avec 495 000 habitants en 1992, Nuremberg (en allemand N√ľrnberg) √©voque tout √† la fois la prosp√©rit√© mat√©rielle et culturelle des villes du Saint Empire romain germanique, la d√©mesure du ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • N√ļremberg ‚ÄĒ (en alem√°n N√ľrnberg) es una ciudad de Baviera, Alemania, a orillas del r√≠o Pegnitz. * * * Nuremberg, proceso o juicio de (N√ľrnberg) ‚Ėļ C. del SE de Alemania, en el estado de Baviera; 493 692 h. * * * alem√°n N√ľrnberg Ciudad (pob., est. 2002: ciudad ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Nuremberg ‚ÄĒ steht f√ľr: die Stadt N√ľrnberg (engl. und franz. Nuremberg) den US amerikanischen Ort Nuremberg (Pennsylvania) den Film N√ľrnberg ‚Äď Im Namen der Menschlichkeit (OT: Nuremberg) den luxemburgischen Fu√üballer Victor Nurenberg Siehe Auch: N√ľrnberg… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Nuremberg ‚ÄĒ Nuremberg, PA U.S. Census Designated Place in Pennsylvania Population (2000): 231 Housing Units (2000): 108 Land area (2000): 0.104649 sq. miles (0.271039 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.104649 ‚Ķ   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Nuremberg, PA ‚ÄĒ U.S. Census Designated Place in Pennsylvania Population (2000): 231 Housing Units (2000): 108 Land area (2000): 0.104649 sq. miles (0.271039 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.104649 sq. miles… ‚Ķ   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Nuremberg ‚ÄĒ city in northern Bavaria, from Ger. N√ľrnberg, M.L. Norinberga. Second element is Berg mountain, first element of unknown origin. Associated with the Nazis and site of mass party rallies every September during the Third Reich. The Nuremberg Laws… ‚Ķ   Etymology dictionary

  • N√ļremberg ‚ÄĒ Forma adaptada a la ortograf√≠a y pronunciaci√≥n espa√Īolas del nombre de la ciudad de Alemania que en alem√°n se llama N√ľrnberg: ¬ęCada septiembre, N√ļremberg acog√≠a los festivales del partido nazi¬Ľ (Volpi Klingsor [M√©x. 1999]). La tilde es obligada… ‚Ķ   Diccionario panhisp√°nico de dudas


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.