Nuage de Hills

ÔĽŅ
Nuage de Hills

Le nuage de Hills √©galement appel√© Nuage interne de Oort et Nuage Interne[1] est, en astronomie, un vaste ensemble sph√©rique hypoth√©tique de corps du nuage d'Oort qui aurait sa fronti√®re externe situ√©e √† 2-3√ó104 unit√©s astronomiques (ua) du Soleil, et sa fronti√®re interne moins bien d√©finie, hypoth√©tiquement situ√©e vers 1 000 ua, bien au-del√† de l'orbite des plan√®tes et de la ceinture de Kuiper, mais les distances peuvent √™tre plus vastes.

Les com√®tes du nuage d'Oort sont constamment perturb√©es par leur environnement. Une partie non n√©gligeable quitte le syst√®me solaire ou va dans le syst√®me interne. Donc ce nuage aurait d√Ľ s'√©puiser depuis longtemps, or il n'en est rien. Et donc la th√©orie du nuage de Hills pourrait expliquer tout. J.G Hills ainsi que d'autres scientifiques ont sugg√©r√© qu'il soit une source qui livre des com√®tes dans un halo externe du nuage d'Oort en le r√©approvisionnant lorsque ce halo externe est √©puis√©[2]. Il est donc fort probable que le nuage de Hills soit la plus grande concentration de com√®tes de tout le syst√®me solaire.

Le nuage de Hills est l'une des théories astronomiques les plus vraisemblables, car bon nombre de corps ont été déjà repérés. Il est beaucoup plus épais que le Nuage d'Oort[3],[4], mais cependant moins vaste. Les interactions gravitationnelles des étoiles proches et les effets de marée galactique ont donné aux comètes du Nuage d'Oort des orbites circulaires, ce qui ne doit pas être le cas pour les comètes du Nuage de Hills. La masse du nuage de Hills n'est pas connue. Certains scientifiques pensent qu'il pourrait être cinq fois plus massif que le nuage d'Oort[5].

Vue d'artiste du Nuage d'Oort et du Nuage de Hills.

Sommaire

Formation : une rencontre chaotique

Beaucoup de scientifiques ont pour hypoth√®se que le Nuage de Hills serait n√© du passage d'une √©toile √† 800 ua du Soleil, dans les 800 premiers millions d'ann√©es du syst√®me solaire ce qui pourrait expliquer l'orbite excentrique de (90377) Sedna qui n'aurait pas d√Ľ se trouver l√†, n'ayant l'influence de Jupiter ni de Neptune ni d'un effet de mar√©e[6]. Il est donc envisageable que le nuage de Hills soit plus ¬ę jeune ¬Ľ que le nuage d'Oort qui s'est form√© sans doute plus t√īt. Seul (90377) Sedna pr√©sente ces irr√©gularit√©s, pour 2000 OO67 et 2006 SQ372 cette th√©orie ne semble pas de mise, car les deux corps orbitent pr√®s des g√©antes gazeuses.

Une prochaine rencontre mouvementée

Dans 1,4 million d'ann√©es, le Nuage de Hills risque d'√™tre de nouveau perturb√© par le passage d'une autre √©toile : Gliese 710[7]. Ainsi la plupart des com√®tes que ce soit du nuage d'Oort ou du nuage de Hills vont √™tre perturb√©es, certaines vont √™tre √©ject√©es et changer √† la fois la taille mais aussi l'aspect du Nuage de Hills. Le probl√®me est qu'il risque de d√©vier des com√®tes √† l'int√©rieur du syst√®me solaire et provoquer un hypoth√©tique impact avec la Terre qui rappellerait l'impact qui a d√©truit les dinosaures il y a 65 millions d'ann√©es : extinction massive.

Découverte

Entre 1932 et 1981, les astronomes pensaient qu'il n'y avait un seul nuage : le Nuage d'Oort mis en th√©orie par Ernst √Ėpik et Jan Oort et qu'avec la ceinture de Kuiper, il repr√©sentait la seule r√©serve com√©taire.

Durant les ann√©es 1980, des astronomes r√©alis√®rent que le nuage principal pouvait avoir un nuage interne qui commencerait √† environ 3 000 ua du Soleil et qui continuerait jusqu'au nuage classique √† 20 000 ua. La plupart des √©valuations placent la population du Nuage de Hills √† environ cinq √† dix fois celui du nuage ext√©rieur, environ 20 trillions, bien que le nombre puisse √™tre dix fois plus grand que cela[8]. Le principal mod√®le du "nuage interne" a √©t√© propos√© en 1981 par l‚Äôastronome J.G Hills qui lui donnera son nom. Cependant le nuage de Hills ne repr√©sente un int√©r√™t majeur que depuis 1991[9], o√Ļ les scientifiques vont reprendre la th√©orie de Hills (hormis des documents √©crits par Martin Duncan, Thomas Quinn et Scott Tremaine en 1987 qui reprennent la th√©orie de Hills et font des recherches suppl√©mentaires.

Corps remarquables

Les corps du Nuage de Hills sont compos√©s essentiellement de glaces d'eau, de m√©thane et d'ammoniac. On conna√ģt de nombreuses com√®tes ayant une origine au nuage de Hills, comme la com√®te Hyakutake. Cependant voici trois corps se distinguant des autres :

Nom Diamètre
(km)
Périhélie
(UA)
Aphélie
(UA)
Découverte
Sedna 1 180 √† 1 800 76,1 935 2003
2000 0067 28 à 87 20,8 1 014,2 2000
2006 SQ372 50 à 100 24,17 2 005,38 2006

Quelques corps tr√®s √©tranges pourraient faire partie du Nuage de Hills. Beaucoup de myst√®res tournent autour de 2008 KV42, avec son orbite r√©trograde, il se pourrait qu'elle provienne du Nuage de Hills, voire du Nuage d'Oort[10]. Il en va de m√™me pour les damoclo√Įdes dont les origines sont douteuses comme celui qui a donn√© son nom √† cette cat√©gorie: (5335) Damocl√®s.

Notes et références

  1. ‚ÜĎ astronomie, ast√©ro√Įdes et com√®tes
  2. ‚ÜĎ (en) J. A. Fernandez, ¬ę The Formation of the Oort Cloud and the Primitive Galactic Environment ¬Ľ, dans Icarus, vol. 129, no 1, septembre 1997, p. 106-119 [lien DOI] .
  3. ‚ÜĎ (en) J. G. Hills, ¬ę Comet showers and the steady-state infall of comets from the Oort cloud ¬Ľ, dans The Astronomical Journal, vol. 86, novembre 1981, p. 1730-1740 [lien DOI] .
  4. ‚ÜĎ Planetary Sciences: American and Soviet Research, Proceedings from the U.S.-U.S.S.R. Workshop on Planetary Sciences, p. 251, 1991. Consult√© le 7 novembre 2007
  5. ‚ÜĎ [url=http://articles.adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-iarticle_query?bibcode=1987AJ.....94.1330D&db_key=AST&page_ind=0&data_type=GIF&type=SCREEN_VIEW&classic=YES The Formation and Extent of the Solar System Comet Cloud"]
  6. ‚ÜĎ Ciel et espace, janvier 2006
  7. ‚ÜĎ http://www.solstation.com/stars2/gl710.htm
  8. ‚ÜĎ http://www.evolution-creationism.us/young_earth/comets.html
  9. ‚ÜĎ http://loloch.free.fr/acm2.htm
  10. ‚ÜĎ http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/2008-kv42-lasteroide-qui-tourne-a-lenvers_16593/

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • (en) Julia Heisler et Scott Tremaine, ¬ę The influence of the galactic tidal field on the Oort comet cloud ¬Ľ, dans Icarus, vol. 65, 1986, p. 13 [texte int√©gral] .
  • [www.lpi.usra.edu/books/CometsII/7031.pdf ]
  • Jack G. Hills, ¬ę Comet showers and the steady-state infall of comets from the Oort cloud ¬Ľ, dans Astronomical Journal, vol. 86, novembre 1981, p. 1730-1740 [texte int√©gral] 

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Nuage de Hills de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Nuage d'Hills ‚ÄĒ Nuage de Hills Le nuage de Hills √©galement appel√© Nuage interne de Oort[1] et Nuage Interne[2] est, en astronomie, un vaste ensemble sph√©rique hypoth√©tique de corps du nuage d Oort qui aurait sa fronti√®re externe situ√©e √† 2 3√ó104 unit√©s… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Nuage interne de Oort ‚ÄĒ Nuage de Hills Le nuage de Hills √©galement appel√© Nuage interne de Oort[1] et Nuage Interne[2] est, en astronomie, un vaste ensemble sph√©rique hypoth√©tique de corps du nuage d Oort qui aurait sa fronti√®re externe situ√©e √† 2 3√ó104 unit√©s… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Nuage de Oort ‚ÄĒ Nuage d Oort Pour les articles homonymes, voir Nuage (homonymie) et Oort. Vue d artiste de la ceinture de Kuiper et du nuage d Oort ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Nuage d'Oort ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Nuage (homonymie) et Oort. Vue d artiste de la ceinture de Kuiper et du nuage d Oort. En astronomie, le ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Syst√®me solaire ‚ÄĒ Montage pr√©sentant les composants principaux du syst√®me solaire (√©chelle non respect√©e), de gauche √† droite : Pluton, Neptune, Uranus, Saturne, Jupiter, la ceinture d ast√©ro√Įdes, le soleil, Mercure, V√©nus, la Terre et sa Lune, et ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Le Syst√®me solaire ‚ÄĒ Syst√®me solaire Montage pr√©sentant les composants principaux du syst√®me solaire (√©chelle non respect√©e), de gauche √† droite : Pluton, Neptune, Uranus, Saturne, Jupiter, la ceinture d ast√©ro√Įdes, le Soleil, Mercure, V√©nus, la Terre et sa ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Le systeme solaire ‚ÄĒ Syst√®me solaire Montage pr√©sentant les composants principaux du syst√®me solaire (√©chelle non respect√©e), de gauche √† droite : Pluton, Neptune, Uranus, Saturne, Jupiter, la ceinture d ast√©ro√Įdes, le Soleil, Mercure, V√©nus, la Terre et sa ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Le syst√©me solaire ‚ÄĒ Syst√®me solaire Montage pr√©sentant les composants principaux du syst√®me solaire (√©chelle non respect√©e), de gauche √† droite : Pluton, Neptune, Uranus, Saturne, Jupiter, la ceinture d ast√©ro√Įdes, le Soleil, Mercure, V√©nus, la Terre et sa ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Plan√®te classique ‚ÄĒ Syst√®me solaire Montage pr√©sentant les composants principaux du syst√®me solaire (√©chelle non respect√©e), de gauche √† droite : Pluton, Neptune, Uranus, Saturne, Jupiter, la ceinture d ast√©ro√Įdes, le Soleil, Mercure, V√©nus, la Terre et sa ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Systeme solaire ‚ÄĒ Syst√®me solaire Montage pr√©sentant les composants principaux du syst√®me solaire (√©chelle non respect√©e), de gauche √† droite : Pluton, Neptune, Uranus, Saturne, Jupiter, la ceinture d ast√©ro√Įdes, le Soleil, Mercure, V√©nus, la Terre et sa ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.