Apotre

ÔĽŅ
Apotre

Ap√ītre

Christianisme
Religions abrahamiques (arbre)
Juda√Įsme ¬∑ Christianisme ¬∑ Islam
Courants

Arbre du christianisme
Grandes confessions :
Catholicisme · Orthodoxie · Protestantisme

Fondements religieux
Théologie chrétienne
Pratiques
Spécificités
Constructions religieuses

Baptist√®re ¬∑ Basilique ¬∑ Cath√©drale ¬∑ Chapelle ¬∑ Coll√©giale ¬∑ √Čglise ¬∑ Monast√®re ¬∑ Temple

Symboles

Chrisme · Croix chrétiennes · Deo optimo maximo · Ichtus · Rose de Luther

Voir aussi
  • Cat√©gories : Christianisme ¬∑ Branche du christianisme
  • Portails : Religions et croyances ¬∑ Christianisme
 Cette bo√ģte : voir ‚ÄĘ disc. ‚ÄĘ mod. 
Les douze ap√ītres

Cet article concerne la description des ap√ītres. L‚Äôadjectif apostolique correspond √† ce nom.

Sommaire

Sens du mot ‚Äúap√ītre‚ÄĚ

¬ę Ap√ītre ¬Ľ vient du grec apostolos qui d√©signe couramment une mission, son accomplissement ou les lettres la d√©crivant[r√©f. n√©cessaire]. Ce n‚Äôest que dans la Bible grecque des Septante que ce mot est appliqu√© √† des personnes (1R 14,6) ; il traduit l‚Äôh√©breu shaliah, ¬ę envoy√© pl√©nipotentiaire ¬Ľ. C‚Äôest dans le Nouveau Testament que le mot ¬ę ap√ītre ¬Ľ est le plus souvent employ√©. Il s‚Äôapplique √† trois cat√©gories de personnes bien distinctes :

  • les t√©moins de la R√©surrection de J√©sus, envoy√©s pour annoncer cet √©v√©nement ;
  • un des minist√®res de l‚Äô√Čglise primitive ;
  • une seule fois dans l‚Äô√Čvangile (Mt 10,2) : le groupe des Douze choisis par J√©sus ¬ę pour √™tre avec lui ¬Ľ et pour signifier symboliquement le peuple de la fin des temps (Mt 19, 28).

Dans le vocabulaire liturgique, le mot ¬ę Ap√ītre ¬Ľ ou ¬ę l‚ÄôAp√ītre ¬Ľ d√©signe la lecture de l‚Äô√Čp√ģtre n√©otestamentaire ou des Actes des Ap√ītres qui pr√©c√®de g√©n√©ralement celle de la p√©ricope √©vang√©lique.

Les ap√ītres et le groupe des Douze dans les √Čvangiles

L‚Äôidentification des ¬ę ap√ītres ¬Ľ au groupe de douze ¬ę disciples ¬Ľ choisis par J√©sus ¬ę pour √™tre avec lui ¬Ľ est sans doute une cr√©ation relativement tardive, comme le montre l'existence d'ap√ītres ext√©rieurs √† ce groupe. Le seul passage de l'√Čvangile o√Ļ on parle explicitement des "Douze Ap√ītres" est Mt 10,2 ; cf aussi Ap 21,14, et Ac 1,26. Il vaut mieux donc parler √† leur sujet de Groupe des Douze : le chiffre 12 est en effet essentiel pour comprendre le r√īle de ces disciples constituant autour de J√©sus un cercle restreint √† la forte signification symbolique.

Les Douze sont institu√©s par J√©sus pour √™tre un signe particulier pour Isra√ęl : ils repr√©sentent le peuple nouveau tel qu'il sera rassembl√© par Dieu √† la fin des temps (Mt 19,28) ; le chiffre douze √©voquant les douze tribus d'Isra√ęl, mais aussi la totalit√© et l'int√©grit√© du peuple. Il renvoie donc au fait que J√©sus a re√ßu pour mission de rassembler la totalit√© du peuple et de le mener √† son accomplissement.

Le groupe des Douze demeure apr√®s la R√©surrection. Apr√®s la trahison et la mort de Judas, les Onze qui subsistent d√©cident de tirer un disciple au sort, Matthias, pour "devenir avec nous t√©moin de la r√©surrection". Ils sont, avec d'autres disciples, les b√©n√©ficiaires du don de l'Esprit √† la Pentec√īte (Ac 2). Pierre et Jean sont consid√©r√©s, avec Jacques "fr√®re du Seigneur" qui semble tenir dans l'√Čglise de J√©rusalem la place centrale, comme des "colonnes de l'√Čglise" (cf Gal 2,9).

Apr√®s la mort du dernier membre des Douze, ce groupe n'est plus renouvel√©. Les catholiques et les orthodoxes consid√®rent les √©v√™ques comme les successeurs des Ap√ītres, et accordent une importance particuli√®re au fait que les √©v√™ques se situent dans la succession apostolique, c'est-√†-dire que la tradition √† laquelle ils se rattachent remonte aux Ap√ītres.

Les √Čvangiles de Matthieu, Marc, Jean et Luc racontent la vocation de ces douze disciples de J√©sus de Nazareth choisis et en donnent diff√©rentes listes.

Article d√©taill√© : Douze (Ap√ītres).

Les ap√ītres, t√©moins de la r√©surrection de J√©sus

Le premier sens du mot ap√ītre, ou du moins celui qui est le plus anciennement attest√© dans le Nouveau Testament, d√©signe le t√©moin de la R√©surrection de J√©sus. C'est le titre que Paul s'attribue dans la lettre aux Galates, r√©dig√©e dans les ann√©es 50. Dans la lettre aux Romains, il se dit "mis √† part pour annoncer l'√Čvangile de Dieu", "pour conduire √† l'ob√©issance de la foi tous les peuples pa√Įens" : il situe ainsi sa mission comme fondamentale dans l'√Čglise, aux c√īt√©s des autres t√©moins de la R√©surrection que sont les Douze et quelques membres de la famille de J√©sus (tel que Jacques, fr√®re du Seigneur), ap√ītres eux aussi.

L'√Čglise orthodoxe reconna√ģt le titre d'√Čgal aux ap√ītres √† des saints qui ont propag√© la nouvelle de la r√©surrection comme Marie-Madeleine ou qui ont √©vang√©lis√© tout un territoire et tout un peuple comme Nina de G√©orgie, Martin de Tours ou √Čtienne de Perm.

Le ministère apostolique dans l'Eglise primitive

Le Nouveau Testament t√©moigne aussi d'un apostolat con√ßu, dans la premi√®re √Čglise, comme l'un des minist√®res essentiels.

Les lettres de Paul (par ex. 2 Co 11,13) parlent de "faux ap√ītres". ' Le premier exemple de texte apostolique est sans doute la lettre apostolique envoy√©e √† l'√Čglise d'Antioche √† la suite des discours de Pierre (Ac 15, 7-12) et Jacques (Ac 15, 13-21) sur la d√©cision du concile de J√©rusalem sur l'observance des r√®gles traditionnelles du juda√Įsme, notamment la circoncision (vers 50).

Les textes ne sont pas toujours explicites sur le contenu de ce minist√®re, dont on peut penser qu'il comportait une dimension missionnaire itin√©rante : c'est ainsi que la Didach√® (11, 3-6) atteste de leur existence en Syrie au d√©but du IIe si√®cle. L'apostolat en effet, contrairement √† l'√©piscopat, ne s'exerce pas sur un territoire circonscrit et pr√©cis : il a une dimension universelle. Pierre en effet pr√©sida d'abord l'√Čglise d'Antioche avant de pr√©sider l'√Čglise de Rome.

La tradition de l'√Čglise, en suivant les textes des Actes des Ap√ītres, adopte un coll√®ge apostolique modifi√© depuis la d√©fection et la trahison de Judas l'Ischariote. Elle remplace celui-ci par Matthias (ap√ītre) et surtout par Paul (ap√ītre). Le plus souvent, ces deux ap√ītres additionnels figurent ensemble parmi les douze au d√©triment de l'un des onze appel√©s par J√©sus-Christ. En tous cas Paul figure toujours dans le coll√®ge apostolique, √† la seconde place apr√®s Pierre. C'est en particulier le cas sur l'ic√īne ci-dessus.

La r√®gle de la Tradition apostolique a √©t√© d√©finie par saint Hippolyte de Rome au d√©but du IIIe si√®cle.[1]

C'est sur l'existence de ce minist√®re de l'√Čglise antique que Calvin s'appuiera pour restructurer les minist√®res des √Čglises de la R√©forme.

Le ministère apostolique aujourd'hui

Selon la Bible, la v√©ritable √Čglise est construite sur l‚Äôenseignement des ap√ītres et des proph√®tes. La lettre aux Eph√©siens (chapitre 2 verset 20) dit : ¬ę Vous avez √©t√© √©difi√©s sur le fondement des ap√ītres et des proph√®tes, J√©sus Christ lui-m√™me √©tant la pierre angulaire. ¬Ľ. Elle dit aussi (4:11-12) : ¬ę Et il (J√©sus Christ) a donn√© les uns comme ap√ītres, les autres comme proph√®tes, les autres comme √©vang√©listes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l‚ÄôŇďuvre du minist√®re et de l‚Äô√©dification du corps de Christ ¬Ľ.

Si l'on en croit ce verset de l'ap√ītre Paul, il y aurait toujours des ap√ītres de nos jours. Selon le livre des Actes des Ap√ītres (chapitre 2 verset 4), l'enseignement des ap√ītres se ferait au Temple au sein d'une organisation communautaire o√Ļ dans un premier temps tous les croyants auraient donn√© leurs biens aux ap√ītres pour qu'ils mettent tout en commun et pour qu'ainsi ils puissent vivre leur foi ensemble. Par cons√©quent,le mod√®le de l'√Čglise apostolique aujourd'hui serait bien Communautaire.[r√©f. n√©cessaire]

Les douze ap√ītres dans l'√Čglise de J√©sus-Christ des saints des derniers jours

La premi√®re pr√©sidence et les Douze Ap√ītres en septembre 1898 (Reed Smoot, S√©nateur des Etats-Unis, absent sur la photo.)

En grec ap√ītre signifie ¬ę envoy√© ¬Ľ.

L'√Čglise du Christ est √©difi√©e sur le fondement des ap√ītres et des proph√®tes (√Čp 2:20 ; 4:11). Les ap√ītres; au nombre de douze, sont t√©moins sp√©ciaux du nom du Christ et portent les clefs du minist√®re (D&A 27:12 ; D&A 112:30‚Äď32). Les ap√ītres forment un coll√®ge √©gal, en autorit√©, √† la Premi√®re Pr√©sidence de l'√Čglise (D&A 107:23‚Äď24). Les Douze forment un grand conseil pr√©sident voyageur (D&A 107:33). Les ap√ītres d√©tiennent les clefs de l'Ňďuvre missionnaire (D&A 107:35).

Dans le Coll√®ge des douze ap√ītres de l'√Čglise r√©tablie d'aujourd'hui, comme autrefois, l'ap√ītre est t√©moin sp√©cial de J√©sus-Christ dans le monde entier pour t√©moigner de sa divinit√© et de sa r√©surrection d'entre les morts (Ac 1:22 ; D&A 107:23).

Choix des ap√ītres : Les ap√ītres sont choisis par le Seigneur (Jn 6:70 ; 15:16). Parmi ses disciples, J√©sus choisit douze ap√ītres (Lu 6:13‚Äď16).

De nos jours, c'est généralement parmi les membres des collèges des soixante-dix que sont choisis les membres du collège des Douze, et parmi les membres du collège des Douze que sont choisis les membres de la Première Présidence.

En 2009, les Douze ap√ītres, dans l'Eglise de J√©sus-Christ des saints des derniers jours sont : Boyd K. Packer, L. Tom Perry, Russel M. Nelson, Dallin H. Oaks, Russell Ballard, Richard G. Scott, Robert D. Hales, Jeffrey R. Holland, David A. Bednar, Quentin L. Cook, D. Todd Christofferson et Neil L. Andersen.

Voir aussi

Wiktprintable without text.svg

Voir ¬ę ap√ītre ¬Ľ sur le Wiktionnaire.

Articles connexes

Bibliographie

  • Jacques Chocheyras, Les Actes des Ap√ītres Pierre et Paul, Histoire, tradition et l√©gende, Religion et Sciences Humaines - L'Harmattan, ISBN : 2-7475-1179-0 ‚ÄĘ 2001 ‚ÄĘ 320 pages.
  • Les citations de la Bible sont celles de la traduction de Louis Segond.
  • Doctrine et Alliances, Eglise de J√©sus-Christ des saints des derniers jours

Références

  1. ‚ÜĎ Marcel Simon et Andr√© Beno√ģt, le juda√Įsme et le christianisme. Page 161.
  • Portail du christianisme Portail du christianisme
Ce document provient de ¬ę Ap%C3%B4tre ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Apotre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ap√ītre ‚ÄĒ [ apotr ] n. m. ‚ÄĘ apostre fin XIIe; apostle 1080; lat. eccl√©s. apostolus, gr. apostolos ¬ę envoy√© ¬Ľ 1 ‚ô¶ Chacun des douze disciples que J√©sus Christ choisit pour pr√™cher l √Čvangile. J√©sus Christ c√©l√©bra la C√®ne avec ses ap√ītres dans le c√©nacle.… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • ap√ītre ‚ÄĒ AP√ĒTRE. s. m. Nom qui a √©t√© donn√© aux douze personnes que Notre Seigneur choisit particuli√®rement entre ses Disciples, pour gouverner l √Čglise apr√®s lui. Notre Seigneur J√©sus Christ et ses douze Ap√ītres. Le Symbole des Ap√ītres. L Ap√ītre. Saint… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Acad√©mie Fran√ßaise 1798

  • AP√ĒTRE ‚ÄĒ s. m. Nom donn√© aux douze personnes que Notre Seigneur choisit particuli√®rement, entre ses disciples, pour pr√™cher l √Čvangile et pour gouverner l √Čglise apr√®s lui. Notre Seigneur J√ČSUS CHRIST et ses douze ap√ītres. Le symbole des ap√ītres. L ap√ītre ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ap√ītre ‚ÄĒ (a p√ī tr ) s. m. 1¬į¬†¬†¬†Nom donn√© aux douze disciples que J√©sus Christ chargea de pr√™cher l √Čvangile. Apr√®s la mort de N. S. on donna le nom d ap√ītre √† saint Mathias, √©lu pour remplacer Judas, √† saint Paul et √† saint Barnab√©. ‚Äʬ†¬†¬†Les ap√ītres… ‚Ķ   Dictionnaire de la Langue Fran√ßaise d'√Čmile Littr√©

  • Ap√ītre ‚ÄĒ Cet article concerne les ap√ītres en g√©n√©ral. Pour les disciples de J√©sus, voir Douze Ap√ītres. Ap√ītre vient du grec apostolos qui d√©signe couramment une mission, son accomplissement ou les lettres la d√©crivant[r√©f. n√©cessaire]. Ce n‚Äôest que… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • ap√ītre ‚ÄĒ * On montre bien la sp√©cificit√© de l ap√ītre en le comparant au g√©nie [Voir aussi infra G√©nie]. L un et l autre sont qualitativement distincts. √Ä chacun son ordre, son registre celui du g√©nie est l esth√©tique, celui de l ap√ītre est le religieux… ‚Ķ   Le vocabulaire de Kierkegaard

  • AP√ĒTRE ‚ÄĒ n. m. Un des douze personnages que Notre Seigneur choisit particuli√®rement, entre ses disciples, pour pr√™cher l‚Äô√©vangile. Notre Seigneur J√ČSUS CHRIST et ses douze Ap√ītres. Le symbole des Ap√ītres. L‚Äôap√ītre saint Jacques. Le prince des Ap√ītres,… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ap√ītre ‚ÄĒ nm. ; garnement, lascar : AP√ĒTRO (Albanais, Arvillard, Villards Th√īnes) ‚Ķ   Dictionnaire Fran√ßais-Savoyard

  • Ap√ītre de J√©sus-Christ ‚ÄĒ Ap√ītre Christianisme Religions abrahamiques (arbre) Juda√Įsme ¬∑ Christianisme ¬∑ Islam Courants Arbre du christianisme Grandes confessions : Catholicisme ¬∑ Orthodoxie ¬∑ Protestantisme ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Ap√ītre du Christ ‚ÄĒ Ap√ītre Christianisme Religions abrahamiques (arbre) Juda√Įsme ¬∑ Christianisme ¬∑ Islam Courants Arbre du christianisme Grandes confessions : Catholicisme ¬∑ Orthodoxie ¬∑ Protestantisme ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.