Murailles De Constantinople


Murailles De Constantinople

Murailles de Constantinople

Carte de Constantinople et des différentes enceintes
Carte de Constantinople et de ses différentes enceintes
Vestiges du mur théodosien, dans la banlieue d'Istanbul
Vestiges du mur théodosien, dans la banlieue d'Istanbul

Les murailles de Constantinople étaient les fortifications qui entouraient la cité gréco-romaine de Constantinople, capitale de l’empire byzantin (aujourd’hui Istanbul en Turquie).

Les murs originaux de la cité antique de Byzance furent construits au VIIe siècle av. J.-C. lors de la fondation de la ville par des colons mégariens. En ce temps, la cité consistait en une acropole et quelques habitations. La colonie fut relativement peu importante pendant le période romaine, mais Septime Sévère construisit de nouvelles murailles durant son règne afin d'étendre la cité. Quand Constantin déplaça la capitale de l’Empire romain à Byzance, il étendit encore plus sensiblement la surface de la ville par de nouveaux murs qui se trouvaient sur une ligne allant du quartier Samatya à celui de Fatih de l'actuelle Istanbul.

Sommaire

Le mur théodosien

En 412, l’empereur byzantin Théodose II entoura Constantinople d'un mur qui s’étire sur 6,5 km entre la mer de Marmara et la Corne d'Or. Bien que nommé d'après Théodose, ce mur fut en fait construit sous la direction d'Anthemius, préfet du prétoire de l’Empire romain d'Orient, Théodose n'ayant alors que 11 ans.

La forteresse de Yedikule

Le château des 7 tours (1827)
La sinistre Yedikule aujourd'hui
Coté de la forteresse de nos jours

Elle était située en arrière de la Porte d'Or. La construction de la première forteresse débuta pendant le règne de Jean Ier Tzimiskes et fut terminée sous Manuel Ier Comnène. Ce fort avait 5 tours et fut donc nommée Pentapyrgion. Il fut détruit après la 4ème croisade et reconstruit en 1350 par Jean VI Cantacuzène. Ce nouveau fort avait 5 tours octogonales, en plus des 2 tours de la Porte d'Or, soit 7 au total et porta donc le nom d'Heptargyrion (7 tours).

Les fortifications furent ensuite détruites en 1391, puis reconstruites par Mehmed II en 1497. La forteresse porta alors le même nom, en turc Yedi koule. Elle servit pendant une partie de la période ottomane de trésor et de prison.

Durant les guerres sous Napoléon Ier, la citadelle fut la prison de bien des Français, y compris l'écrivain et diplomate Francois Pouqueville qui y séjourna plus de deux ans et qui en fit une description très détaillée[1].


Section restaurée du mur Théodosien à la porte Selymbria. Le mur extérieur et le mur du fossé sont visibles, avec une tour de la paroi intérieure à l'arrière-plan
Photo des peribolos, l'espace entre les murs intérieurs et extérieurs
La 2ème porte militaire de Belgrade
La Porte du printemps.
Porte Charisius (ou porte Adrianople), par laquelle le sultan Mehmed II entra dans la ville
Constantinoplewalls1.jpg
La forteresse Rumelihisarı, vue du Bosphore
La plus ancienne carte de Constantinople, en date de 1422. Les fortifications de Constantinople et de Galata, à la rive nord de la Corne d'Or, sont bien montrées. La tranchée d'eau [2] [3] en face des murs Théodosien à l'extrémité ouest de la ville est également représentée, ainsi que la tour de Maiden au milieu du Bosphore.

Voir aussi

Articles de Wikipédia

Liens externes

Sources

  1. Encyclopedia Britannica 1911 Edition, entry on "Constantinople"
  2. Bartusis, Mark C. (1997). The Late Byzantine Army: Arms and Society 1204-1453. University of Pennsylvania Press. ISBN 0812216202.
  3. Bury, John Bagnell (1923). History of the Later Roman Empire Vol. I. Macmillan & Co., Ltd.. http://penelope.uchicago.edu/Thayer/E/Roman/Texts/secondary/BURLAT/home.html.
  4. Choniates, Niketas; transl. by Harry J. Magoulias (1984). O City of Byzantium: Annals of Niketas Choniatēs. Wayne State University Press. ISBN 978-0814317648. http://books.google.com/books?id=O8arrZPM8moC.
  5. Freely, John; Glyn, Susan (2000). The Companion Guide to Istanbul: And Around the Marmara. Paris: Companion Guides. ISBN 1900639319.
  6. Haldon, John (1995). Strategies of Defence, Problems of Security: the Garrisons of Constantinople in the Middle Byzantine Period, from: Constantinople and its Hinterland, Mango, C., & G. Dagron (eds.)
  7. Harris, Jonathan (2007). Constantinople: Capital of Byzantium. London: Hambledon/Continuum. ISBN 978-1847251794.
  8. Kantakouzenos, John (1831/1832). Barthold, John & Niebuhr, Georg. ed. Ioannis Cantacuzeni Eximperatoris Historiarum Libri IV.: Græce et Latine, Vol. II & Vol. III. Bonn.
  9. Krischen, Fritz (1938) (in German). Die Landmauer von Konstantinopel, Teil I. Berlin: W. de Gruyter & Co..
  10. Majeska, George P. (1984). Russian Travelers to Constantinople in the Fourteenth and Fifteenth Centuries. Dumbarton Oaks. ISBN 9780884021018.
  11. Mango, Cyril (2000). "The Triumphal Way of Constantinople and the Golden Gate" (PDF). Dumbarton Oaks Papers 54 (54): 173. doi:10.2307/1291838. http://www.doaks.org/DOP54/DP54ch9.pdf. Retrieved 2008-07-16.
  12. Meyer-Plath, B.; Schneider, Alfons Maria (1943) (in German). Die Landmauer von Konstantinopel, Teil II. Berlin: W. de Gruyter & Co..
  13. van Millingen, Alexander (1899). Byzantine Constantinople: The Walls of the City and Adjoining Historical Sites. London: John Murray Ed..
  14. Necipoğlu, Nevra (Ed.) (2001). Byzantine Constantinople: Monuments, Topography and Everyday Life. Istanbul: BRILL. ISBN 9004116257.
  15. Norwich, John Julius (1997) (in Greek). Byzantium: The Apogee. Athens: INTERED Editions. ISBN 960-7254-57-0.
  16. Runciman, Steven (1990). The Fall of Constantinople: 1453. Cambridge University Press. ISBN 978-0521398329.
  17. Talbot, Alice-Mary (1993). "The Restoration of Constantinople under Michael VIII". Dumbarton Oaks Papers 47: 243-261. http://links.jstor.org/sici?sici=0070-7546%281993%2947%3C243%3ATROCUM%3E2.0.CO%3B2-Y.
  18. Tsangadas, Byron (1980). The Fortifications and Defense of Constantinople. Columbia University Press. ISBN 978-0914710653.
  19. Turnbull, Stephen (2004). The Walls of Constantinople AD 324–1453 (Fortress 25). Osprey Publishing. ISBN 1-84176-759-X.


Notes

  1. Voyage en Morée, à Constantinople, en Albanie, et dans plusieurs autres parties de l'Empire Ottoman François Pouqueville (1805)
  2. Byzance 1200: Land Walls
  3. Byzance 1200: Porta Aurea


Commons-logo.svg

Ce document provient de « Murailles de Constantinople ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Murailles De Constantinople de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Murailles de constantinople — Carte de Constantinople et des différentes enceintes …   Wikipédia en Français

  • Murailles de Constantinople — 41° 00′ 44″ N 28° 58′ 34″ E / 41.01224, 28.976018 …   Wikipédia en Français

  • CONSTANTINOPLE — Les Byzantins usaient ordinairement, pour désigner la capitale de leur Empire, de trois termes qui correspondent à son origine, à son rôle dans la vie politique, à sa suprématie économique et culturelle: ils l’appelaient soit la «ville de… …   Encyclopédie Universelle

  • Heptapyrgion (Constantinople) — Murailles de Constantinople Carte de Constantinople et des différentes enceintes …   Wikipédia en Français

  • Chute de Constantinople — Pour les articles homonymes, voir Siège de Constantinople. Chute de Constantinople …   Wikipédia en Français

  • Chute De Constantinople — Pour les articles homonymes, voir Siège de Constantinople. Chute de Constantinople …   Wikipédia en Français

  • Chute de constantinople — Pour les articles homonymes, voir Siège de Constantinople. Chute de Constantinople …   Wikipédia en Français

  • Prise de Constantinople — Chute de Constantinople Pour les articles homonymes, voir Siège de Constantinople. Chute de Constantinople …   Wikipédia en Français

  • Siège de Constantinople (1453) — Chute de Constantinople Pour les articles homonymes, voir Siège de Constantinople. Chute de Constantinople …   Wikipédia en Français

  • Siège de Constantinople (717-718) — Pour les articles homonymes, voir Siège de Constantinople. Siège de Constantinople Description du feu grégeois, manuscrit de Jean Skylitzès …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.