Moniale

ï»ż
Moniale

Monachisme

Page d'aide sur les redirections « Moine Â» redirige ici. Pour les autres significations, voir Moine (homonymie).

Le terme monachisme dĂ©signe l'Ă©tat et le mode de vie de personnes qui ont prononcĂ© des vƓux de religion, et font partie d’un ordre dont les membres vivent sous une rĂšgle commune, sĂ©parĂ©s du monde, les moines (moniales au fĂ©minin). Le mot vient du grec ancien monos qui signifie « solitaire Â» et plus particuliĂšrement « cĂ©libataire Â». La premiĂšre institution connue du monachisme est celle du bouddhisme theravada, il y a vingt-cinq siĂšcles. Dans le bouddhisme, le monachisme est l'un des trois refuges, particuliĂšrement propice Ă  la mĂ©ditation qui constitue le cƓur de la pratique.

Dans le christianisme, selon la tradition, le monachisme apparaĂźt autour de saint PacĂŽme, vers 329 en Égypte, Ă  deux pas de Nag Hammadi. Avec la persĂ©cution de DioclĂ©tien en 306, nombreux avaient Ă©tĂ© les Alexandrins Ă  se rĂ©fugier dans le dĂ©sert. MĂȘme si elle diffĂšre nettement de la vision chrĂ©tienne du monachisme, l'Égypte ancienne connut une tradition de reclus (katochoi) autour du temple de SĂ©rapis. La naissance du monachisme chrĂ©tien en Égypte se situerait donc dans la continuitĂ© d'une tradition locale d'ascĂšse.

Sommaire

Le monachisme chrétien

Article dĂ©taillĂ© : monachisme chrĂ©tien.
Augustins récollets

Quoique cette forme de vie religieuse ne soit nulle part prĂ©conisĂ©e dans la Bible, le monachisme chrĂ©tien naĂźt en Orient dĂšs le IIIe siĂšcle de l’ùre chrĂ©tienne et connaĂźt un essor au IVe siĂšcle, concurremment avec la fin des persĂ©cutions des chrĂ©tiens sous l'empire romain.

Il existe des religieux des deux sexes, appelĂ©s moines et moniales, mais les communautĂ©s ne sont gĂ©nĂ©ralement pas mixtes. L’ordre monastique qui les rĂ©unit suit en gĂ©nĂ©ral une rĂšgle, dont la plus ancienne est la rĂšgle de saint Basile (aujourd’hui presque uniquement observĂ©e par les chrĂ©tiens d’Orient), et la rĂšgle de saint BenoĂźt qui est encore suivie au dĂ©but du XXIe siĂšcle par plus de 30 000 moines et moniales, particuliĂšrement en Occident[1].

La vie monastique, le plus souvent au sein d'un monastĂšre ou d'un couvent, qui peut ĂȘtre une abbaye lorsqu'il est dirigĂ© par un abbĂ©, varie entre formes cĂ©nobitiques (en communautĂ©) et Ă©rĂ©mitisme.

Le monachisme bouddhiste

Articles dĂ©taillĂ©s : Bouddhisme et sa communautĂ© monastique.

Le terme bhikkhu (littĂ©ralement « celui qui recueille les aumĂŽnes Â»), fĂ©minin bhikkhuni, dĂ©signe un membre de la CommunautĂ© monastique bouddhique, pleinement ordonnĂ©, vivant uniquement de ce qui est offert et observant les PrĂ©ceptes dĂ©finissant une vie de renoncement et de simplicitĂ©. Ce terme ne possĂšde pas vraiment d’équivalent en français. Le mot « prĂȘtre Â» ne doit jamais ĂȘtre utilisĂ© pour un bhikkhu, la traduction la moins erronĂ©e reste « moine Â», le terme « bonze Â», issu du japonais bozu, bien que souvent employĂ©, est inadĂ©quat.

Dans la continuitĂ© de la CommunautĂ© monastique originelle, la CommunautĂ© TheravĂąda demeure un ordre de charitĂ©. Les bhikkhu sont totalement dĂ©pendants de la gĂ©nĂ©rositĂ© continue des laĂŻcs pour leur subsistance, les laĂŻcs offrant les « quatre nĂ©cessitĂ©s Â» (nissaya ou paccaya sannissita), les objets essentiels Ă  la vie du moine, comprenant : les vĂȘtements monastiques (ciivara ou ticiivara), le bol Ă  aumĂŽnes (patta) permettant de recevoir la nourriture, le logement (senasaana) et les remĂšdes (bhesajja).

Ils ne sont pas autorisĂ©s Ă  utiliser de l’argent et ne peuvent manger que ce qui est offert. Les moines et les nonnes bouddhistes ne sont pas des mendiants au sens classique du terme. Un code de conduite strict rĂ©git la tournĂ©e du moine pour rĂ©unir sa nourriture (pindapaata). Par exemple, il n’est pas autorisĂ© Ă  faire du bruit, crier ou chanter pour attirer l’attention des gens. Il marche silencieusement, et, dans le cas des moines mĂ©ditants, ayant prĂ©sent Ă  l’esprit le sujet de mĂ©ditation, et accepte tout ce qui lui est offert, l’important n’étant pas ce qui est offert mais l’attitude d’esprit au moment du don. Le moine doit ĂȘtre satisfait de tout ce qui lui est donnĂ©, considĂ©rant la nourriture comme mĂ©dicament permettant Ă  la continuitĂ© esprit/corps de se maintenir.

Ces rĂšgles, parmi d’autres tout aussi fondamentales, furent instaurĂ©es par Bouddha pour, entre autres raisons, crĂ©er un lien d’interdĂ©pendance empĂȘchant la CommunautĂ© de s’isoler de la sociĂ©tĂ©, comme cela fut le cas dans de nombreuses traditions monastiques, en Orient comme en Occident.

Les Enseignements du Bouddha s’adressent Ă  tous. Personne n’a jamais Ă©tĂ© empĂȘchĂ© de devenir bouddhiste en raison de son sexe, de sa race ou de sa couleur. La dĂ©cision de rester laĂŻc ou de devenir moine, ou nonne, ne dĂ©pend en fait que du choix personnel du pratiquant bouddhiste, et des circonstances dans lesquelles il se trouve. Le bĂ©nĂ©fice que chaque catĂ©gorie retire de l’autre est mutuel : le laĂŻc offre les vĂȘtements, la nourriture, le logement et les remĂšdes au moine, et cela lui permet de subsister. En ThaĂŻlande, par exemple, on peut assister Ă  l’offrande de la nourriture vers six ou sept heures tous les matins, mais les vĂȘtements, le logement et les remĂšdes sont offerts Ă  d’autres occasions. De leur cĂŽtĂ© les moines et les nonnes, donnent quelque chose de plus prĂ©cieux au laĂŻc : l’Enseignement (Dhamma) tel qu’ils l’ont Ă©tudiĂ©, pratiquĂ© et compris. Ainsi les laĂŻcs bouddhistes peuvent-ils facilement trouver conseil et aide dans un monastĂšre auprĂšs d’un des maĂźtres prĂ©sents ou peut-ĂȘtre d’un fils, d’un oncle ou de tout autre parent qui pratique soit de façon permanente, soit temporairement, en tant que novice, moine ou nonne. Et ainsi un Ă©quilibre est-il maintenu, chaque groupe offrant Ă  l’autre ce qui lui est nĂ©cessaire pour vivre.

Les rĂšgles du moine

Les moines et les novices possÚdent des ensembles de rÚgles pour les guider dans leur vie, rÚgles résumées dans un ouvrage, le Paatimokkha, comprenant les 227 rÚgles fondamentales. Ce texte est récité les jours de pleine et de nouvelle lune (uposatha) en présence de tous les moines résidant à ce moment au monastÚre.

Ces rĂšgles, Ă©tant volontairement observĂ©es comme mĂ©thodes de discipline personnelle, peuvent ĂȘtre tout aussi volontairement abandonnĂ©es, lorsque par exemple un moine redevient novice ou retourne Ă  la vie laĂŻque. C’est une pratique courante parmi les laĂŻcs que de passer un certain temps comme novice ou moine (cette derniĂšre ordination n’étant confĂ©rĂ©e qu’à ceux qui ont plus de vingt ans). GĂ©nĂ©ralement cela se passe lorsque les Ă©tudes sont terminĂ©es, avant de s’engager dans un mĂ©tier, et pour une pĂ©riode de trois ou quatre mois, approximativement de juillet Ă  octobre ou novembre. Cette pĂ©riode, pendant laquelle les moines doivent rĂ©sider dans un monastĂšre, est appelĂ©e la « retraite de la saison des pluies Â» (vassa). Elle est consacrĂ©e Ă  l’étude ou Ă  la pratique de la mĂ©ditation de façon plus intensive. Lorsque cette retraite est terminĂ©e, les moines peuvent se rendre dans d’autres monastĂšres ou dans la forĂȘt, selon leur dĂ©sir, Ă  moins qu’ils ne soient encore des « nouveaux Â» moines sous la responsabilitĂ© de leur MaĂźtre.

Dans l’Ordre bouddhiste les moines ne doivent ni possĂ©der d’argent ni avoir un contrĂŽle sur celui-ci, et ainsi observent-ils la « pauvretĂ© Â» dans le sens du monachisme chrĂ©tien. En tant que moines ils doivent s’abstenir de toute sorte de rapport sexuel, ainsi observent-ils la « chastetĂ© Â». Mais ils ne sont pas soumis Ă  la rĂšgle de l’« obĂ©issance Â» aveugle, bien qu’ils aient des obligations en tant que disciples d’un MaĂźtre, et tout bon moine les suit strictement. Lorsque aprĂšs au moins cinq ans ils possĂšdent savoir et expĂ©rience et une bonne connaissance de leurs rĂšgles, ils sont libres de voyager oĂč bon leur semble, Ă  la recherche de maĂźtres de valeur ou pour pratiquer dans la solitude.

Parmi les nombreux prĂ©ceptes du Code du moine il en existe quatre pour l’infraction desquels il est expulsĂ© de l’Ordre sans jamais avoir la possibilitĂ© de redevenir moine dans cette vie. Ces quatre rĂšgles sont :

  1. ne jamais avoir de relation sexuelle ;
  2. ne jamais tuer dĂ©libĂ©rĂ©ment un ĂȘtre humain ou ordonner Ă  d’autres de tuer ;
  3. ne jamais prendre ce qui ne lui appartient pas avec l’intention de le possĂ©der ;
  4. ne jamais se prĂ©valoir indĂ»ment de tout accomplissement spirituel (le moine est excusĂ© s’il est malade mental, orgueilleux ou pas sĂ©rieux).

Les vĂ©ritables possessions du moine sont trĂšs rĂ©duites, et il doit considĂ©rer tout autre objet comme un prĂȘt que lui fait l’Ordre. Il n’a que huit biens indispensables :

  1. vĂȘtement (genre de toge) du dessus Ă  double Ă©paisseur, pour la saison froide ou portĂ© lors d’occasions formelles (sanghaati) ;
  2. vĂȘtement du dessus Ă  simple Ă©paisseur (uttaraasanga) ;
  3. vĂȘtement monastique utilisĂ© comme sous-vĂȘtement, enroulĂ© autour de la taille (antaravaasaka) ;
  4. une ceinture pour le vĂȘtement de dessous (kaayabandhana) ;
  5. un bol pour recueillir sa nourriture (patta) ;
  6. un rasoir (vaasi) ;
  7. une aiguille (nĂ©cessaire Ă  couture) pour rĂ©parer ses vĂȘtements (suuci) ;
  8. un filtre Ă  eau, pour ĂŽter les ĂȘtres vivants de son eau afin que ni lui ni eux ne soient blessĂ©s (parissaavana).

Le moine peut Ă©galement utiliser une Ă©toffe couvrant le thorax et dĂ©couvrant l’épaule gauche (añsa), une piĂšce de tissu rectangulaire pour s’asseoir (nisiidana), et quelques autres piĂšces de tissu Ă  usage divers.

Ses devoirs sont difficiles Ă  remplir. Il doit s’efforcer d’acquĂ©rir un vaste savoir et une profonde comprĂ©hension de tout ce que son maĂźtre, le Bouddha, a enseignĂ©. Il doit pratiquer l’enseignement, observer la vertu, renforcer la vigilance et dĂ©velopper la sagesse. Il comprendra alors les Enseignements du Bouddha selon ce qu’il en aura pratiquĂ©. Et enfin, en fonction de ses capacitĂ©s et de ses inclinations, il pourra enseigner, soit par son propre exemple, soit en prĂȘchant ou encore en Ă©crivant des livres.

Les vƓux perpĂ©tuels n’existent pas dans le bouddhisme, en respect du principe de non-permanence et de la libertĂ© individuelle de choix. Si le processus d’ordination est complexe, dans ses conditions exigĂ©es et son dĂ©roulement, le retour Ă  l’état laĂŻc est une formalitĂ© relativement simple. Il est possible de quitter la CommunautĂ© monastique et d’y revenir Ă  tout moment, certains effectuant cet aller-retour plusieurs fois, ce qui ne traduit pas spĂ©cialement un Ă©tat d’esprit positif. Dans les pays d’obĂ©dience Theravaada la population monastique est trĂšs Ă©levĂ©e en raison des nombreuses ordinations temporaires ou « de circonstance Â» ; nĂ©anmoins les MaĂźtres de valeur ne confĂšrent pas l’ordination majeure Ă  la lĂ©gĂšre, l’engagement dans la voie du bhikkhu nĂ©cessitant des conditions rigoureuses.

Les nonnes

Article dĂ©taillĂ© : bhikkhuni.

Bien que largement moins dĂ©veloppĂ©e que la CommunautĂ© des moines (essentiellement pour des raisons sociales et historiques), la CommunautĂ© des nonnes existe. À l’époque du Bouddha, de nombreuses nonnes Ă©taient parvenues Ă  des Ă©tats Ă©levĂ©s de rĂ©alisation (lire Ă  ce sujet les Therigāthā - Stances des Anciennes dans la CommunautĂ© - dans le canon paali). La tradition fait de Mahaprajapati Gautami, tante et mĂšre adoptive du Bouddha, la fondatrice de l'Ordre des bhikhunis. Toujours selon la tradition, le Bouddha se serait fait quelque peu tirer l'oreille, mais aurait fini par reconnaĂźtre, pressĂ© par son second Ananda, l'Ă©galitĂ© des sexes sur le plan spirituel. Huit rĂšgles les soumettant Ă  l'autoritĂ© de leurs homologues masculins leur furent nĂ©anmoins imposĂ©es, et Ananda se serait fait reprocher lors du premier concile bouddhique son intervention en faveur des femmes, qui ne faisait apparemment pas l'unanimitĂ©. Au fur et Ă  mesure de la structuration du vinaya et du patimokkha (rĂšgles monastiques), les communautĂ©s fĂ©minines se virent imposer une centaine de rĂšgles de plus que les communautĂ©s masculines.

En Inde, aprĂšs un dĂ©part prometteur, les nonnes bouddhiques avaient pratiquement disparu au dĂ©but de l'Ăšre chrĂ©tienne ; la tradition des femmes ascĂštes s'est par contre maintenue jusqu'Ă  nos jours dans certains courants jaĂŻn. Bien que les premiĂšres moniales aient Ă©tĂ© ordonnĂ©es directement par le Bouddha, dĂšs que leur nombre fut suffisant, il fut dĂ©cidĂ© que les nouvelles bonzesses devaient tout d'abord ĂȘtre ordonnĂ©es par des femmes ayant plusieurs annĂ©es d'expĂ©rience de vie monastique avant de faire confirmer leur ordination par des moines. Cette rĂšgle, appliquĂ©e strictement, a empĂȘchĂ© l'apparition d'authentiques moniales dans de nombreuses rĂ©gions oĂč seuls des moines (et non des moniales) se sont rendus : Tibet, Japon, Asie du Sud-Est (hormis Sri Lanka et les zones d'influence chinoise).

Du fait de l'attitude plus souple de son clergĂ© qui admet le plus souvent l'ordination par des hommes seuls si nĂ©cessaire, le monde chinois est l'aire bouddhique oĂč l'ordre des nonnes a connu et connaĂźt encore le plus grand dĂ©veloppement ; c'est du moins vrai Ă  TaĂŻwan, oĂč la politique anti-religieuse du PCC n'a pas eu d'effet. Les lignĂ©es chinoises se sont implantĂ©es Ă©galement en CorĂ©e et au Vietnam. Au Japon et dans le bouddhisme himalayen, les communautĂ©s fĂ©minines existent depuis longtemps, mais sont composĂ©es de femmes ayant prononcĂ© des vƓux de novice, l'ordination totale Ă©tant considĂ©rĂ©e comme impossible en l'absence d'une lignĂ©e ininterrompue de moniales depuis Gautama. Quelques moniales vajrayana ordonnĂ©es par des Chinoises sont apparues rĂ©cemment, mais ce sont toutes des Occidentales.

Dans les pays Theravada, l'ordre des bhikhunis ne s'Ă©tait implantĂ© qu'Ă  Sri Lanka d'oĂč il a disparu aux alentours du XIe siĂšcle Ă  la suite d'une pĂ©riode de guerres. Sa renaissance ou sa crĂ©ation, souhaitĂ©e par de nombreuses bouddhistes contemporaines, rencontre une certaine rĂ©sistance. Outre le conservatisme d'une grande partie du clergĂ©, il faut compter avec le contrĂŽle que les États exercent sur l'institution monachique ; l'ordination des femmes doit ainsi ĂȘtre approuvĂ©e par le gouvernement qui souvent s'y refuse. Beaucoup de « nonnes Â» theravada sont en fait des laĂŻques qui ont dĂ©cidĂ© de vivre une vie ascĂ©tique en suivant certains prĂ©ceptes, mais ne disposent pas d'une vraie rĂšgle monastique. NĂ©anmoins, l'ordre des bhikhunis, encore trĂšs modeste, a Ă©tĂ© recrĂ©Ă© rĂ©cemment au Myanmar et Ă  Sri Lanka.

Le monachisme en Islam

Le monachisme shaolin

La qualitĂ© des moines du shaolin repose sur l'exercice perpĂ©tuel, la modĂ©ration en tout, l'esprit paisible, ainsi que l'obĂ©issance aux rĂšgles de la politesse et de la convenance. Ils recherchent la vĂ©ritĂ© absolue. DĂ©finition de la vĂ©ritĂ© absolue par Shi De Sheng (maĂźtre de la 31Ăšme gĂ©nĂ©ration, au monastĂšre) : "Quelques Ă©lĂ©ments de ce monde survivent des millĂ©naires, parce qu'ils contiennent une Ă©tincelle de la vĂ©ritĂ© absolue, que tous les Hommes recherchent." (Commentaire : "Hommes" ou "hommes". La source est audio.)[2]

Le monastĂšre Shaolin se trouve Ă  l'intersection des montagnes saintes au coeur de la Chine.

Annexes

Bibliographie

  • Marcel Pacaut, Les ordres monastiques et religieux au Moyen Âge, Nathan, 1993.
  • Wijayaratna (MĂŽhan), Le Moine bouddhiste selon les textes du TheravĂąda, CERF, Paris, 1983
  • Colloque chrĂ©tiens-bouddhistes sur la non-dualite, Centre thĂ©ologique de Meylan (Grenoble), 3-5 juillet 1999.

Notes et références

  1. ↑
  2. ↑ VidĂ©o, Shaolin Kung Fu, avec Shi De Sheng, France, 2001

Voir aussi

Wiktprintable without text.svg

Voir « moine Â» sur le Wiktionnaire.

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des religions et croyances Portail des religions et croyances
  • Portail du monachisme Portail du monachisme
Ce document provient de « Monachisme ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Moniale de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • moniale — [ mɔnjal ] n. f. ‱ XVIe; lat. ecclĂ©s. (sancti) monialis (virgo) « religieuse » ♩ Relig. Religieuse qui vit en clĂŽture. ● moniale nom fĂ©minin (ancien français monial, monacal, de monie, moine) Religieuse Ă  vƓux solennels. Religieuse vivant en… 
   EncyclopĂ©die Universelle

  • Bhikkhuni — MaĂźtre ChĂąn KhĂŽng, co fondatrice avec Thich Nhat Hanh du Village des pruniers, Dordogne Une bhikkhuni (pali) ou bhiksuni (sanskrit) est une moniale bouddhiste qui a reçu l’ordination complĂšte (upasampada), suivant un noviciat (sramanerika puis… 
   WikipĂ©dia en Français

  • BhikáčŁunÄ« — Bhikkhuni MaĂźtre ChĂąn KhĂŽng, co fondatrice avec Thich Nhat Hanh du Village des pruniers, Dordogne Une bhikkhuni (pali) ou bhiksuni (sanscrit) est une moniale bouddhiste qui a reçu l’ordination complĂšte (upasampada), suivant un noviciat… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Nonne bouddhiste — Bhikkhuni MaĂźtre ChĂąn KhĂŽng, co fondatrice avec Thich Nhat Hanh du Village des pruniers, Dordogne Une bhikkhuni (pali) ou bhiksuni (sanscrit) est une moniale bouddhiste qui a reçu l’ordination complĂšte (upasampada), suivant un noviciat… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Liste De DĂ©nominations De Religieux ChrĂ©tiens — Liste de dĂ©nominations de religieux catholiques Cet article Ă©tablit la correspondance entre les dĂ©nominations des religieux chrĂ©tiens et les instituts auxquels ces religieux appartiennent. Le terme religieux est entendu dans le sens de personne… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Liste de denominations de religieux catholiques — Liste de dĂ©nominations de religieux catholiques Cet article Ă©tablit la correspondance entre les dĂ©nominations des religieux chrĂ©tiens et les instituts auxquels ces religieux appartiennent. Le terme religieux est entendu dans le sens de personne… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Liste de dĂ©nominations de religieux catholiques — Cet article Ă©tablit la correspondance entre les dĂ©nominations des religieux chrĂ©tiens et les instituts auxquels ces religieux appartiennent. Le terme religieux est entendu dans le sens de personne consacrĂ©e (homme ou femme) appartenant Ă  un… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Liste de dĂ©nominations de religieux chrĂ©tiens — Liste de dĂ©nominations de religieux catholiques Cet article Ă©tablit la correspondance entre les dĂ©nominations des religieux chrĂ©tiens et les instituts auxquels ces religieux appartiennent. Le terme religieux est entendu dans le sens de personne… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Saffres — 47° 22â€Č 09″ N 4° 34â€Č 46″ E / 47.3691666667, 4.57944444444 
   WikipĂ©dia en Français

  • Familles De Saints — Quelques familles voient plusieurs de leurs membres ĂȘtre considĂ©rĂ©s comme saints par l’une des Églises chrĂ©tiennes. Sommaire 1 Familles royales 1.1 Famille royale de Hongrie 1.2 Famille royale de Pologne 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.