Miquel Barcelo

ÔĽŅ
Miquel Barcelo

Miquel Barceló

Miquel Barceló
Nom de naissance Miquel Barceló
Naissance 8 janvier 1957
Félanitx aux Baléares
Nationalit√© Espagne Espagne
Activité(s) peintre, dessinateur, sculpteur, céramiste
Formation √Čcole des Arts d√©coratifs de Palma de Majorque
Mouvement artistique Taller Lunátic (années 1975-mars 1978)[1]
Néo-expressionnisme[2]
Ňíuvres r√©put√©es Carnets d'Afrique
Gran animal europeu
Décorations de la Chapelle Sant Pere de la Cathédrale de Palma de Majorque (2007)
Coupole du Palais des Nations de l'ONU à Genève (2008)
Influencé par Jean Dubuffet
Antoni Tàpies
Jackson Pollock
Récompenses Prix national d'Arts plastiques d'Espagne (1986)
Prix Prince des Asturies pour les Arts (2003).

Miquel Barcel√≥ Artigues, n√© le 8 janvier 1957 √† F√©lanitx sur l'√ģle espagnole de Majorque aux Bal√©ares, est un artiste espagnol catalan associ√© au mouvement n√©o-expressioniste. Bien que Miquel Barcel√≥ se soit initialement consacr√© √† la peinture et au dessin, gr√Ęce auxquels il est devenu l'un des artistes contemporains les plus en vue et a obtenu une reconnaissance internationale tr√®s jeune[2], il s'est √©galement orient√© dans le courant des ann√©es 1990 vers la sculpture et la c√©ramique comme supports de cr√©ation artistique alternatifs. Barcel√≥ a √©galement re√ßu deux importantes commandes, l'une pour la r√©alisation des d√©corations de la Chapelle Sant Pere de la Cath√©drale de Palma de Majorque en 2007 et l'autre de la part de l'√Čtat espagnol pour la coupole du Palais des Nations de l'ONU √† Gen√®ve en 2008.

Depuis quelques années, Miquel Barceló vit et travaille en alternance à Majorque, à Paris, et au Mali sur la falaise de Bandiagara[3],[4]. Il a reçu, en 2003, le prestigieux Prix Prince des Asturies pour les Arts.

Sommaire

Biographie

Formation et débuts

La campagne de Felanitx.

Miquel Barcel√≥, est l'ain√© d'une famille de trois enfants[5]. Son p√®re est issu du monde paysan[6] et sa m√®re Francisca Artigues est une peintre paysagiste qui le sensibilisa √† la peinture[7]. Il passe son enfance et adolescence √† Felanitx[5]. Il est dipl√īm√© de l'√©cole des Arts d√©coratifs de Palma de Majorque en 1973, et, √† la m√™me p√©riode, fait son premier voyage √† Paris o√Ļ il d√©couvre l'art brut et l'art informel avec notamment les Ňďuvres de Jean Dubuffet, Antoni T√†pies, Jean Fautrier, Wols qui constitueront ses premi√®res sources d'inspiration artistique[7]. Il r√©alise sa premi√®re exposition individuelle en 1974 √† la galerie d'Art Picarol de Palma de Majorque. Barcel√≥ commence en 1975 l'√©cole des Beaux-arts Sant Jordi de Barcelone qu'il ne finira jamais en raison du syst√®me acad√©mique qu'il accepte mal[5], mais il s'int√©ressera √† cette √©poque aux travaux de Mark Rothko et Lucio Fontana[7]. De retour √† Majorque en 1975, il participe un collectif conceptuel appel√© Taller Llun√°tic (qu'il quittera en mars 1978) au sein duquel il participe √† des actions contre le gouvernement expirant de Franco[7] et co-fonde la revue Neon de Suro[3]. √Ä cette m√™me √©poque, il participe aux manifestations √©cologiques contre les projets immobiliers sur Majorque avec l'occupation de l'√ģle Sa Dragonera[8]. Apr√®s une premi√®re exposition √† Barcelone en 1977, il commence √† int√©grer des mati√®res organiques dans ses toiles, ce qui restera tout au long de sa carri√®re une technique privil√©gi√©e.

En 1978, il r√©alise un second voyage √† Paris o√Ļ il s'int√©resse plus particuli√®rement aux expressionistes abstraits am√©ricains lors de l'ouverture du Mus√©e national d'art moderne[1] et √† leur approche de l'action et du geste pictural, ce qui se confirmera l'ann√©e suivante lors de sa visite de l'exposition comm√©morative itin√©rante des 50 ans du MoMA de New York √† Madrid[7]. Il s'inspirera alors des travaux de Pollock dans ses derni√®res ann√©es[9],[10], Cy Twombly, Ryman et de Kooning[10] pour r√©aliser de grandes toiles couvertes de peinture abondante selon la technique du dripping, et de mati√®res organiques, expos√©es aux intemp√©ries et subissant d√©formations et craquelures.

Les ann√©es 1980 : la reconnaissance internationale

√Čglise Notre-Dame du Liban (vue depuis la rue Lhomond) √† Paris dans laquelle Barcel√≥ a peint sa s√©rie sur le Louvre en 1984.

En 1980, il rend visite √† Joan Mir√≥ dans son atelier[5] et part s'installer √† Barcelone o√Ļ il c√ītoie, au sein d'un atelier communautaire de la rue Cotoners, diff√©rents jeunes artistes catalans dont Javier Mariscal, Bruno Fonseca et Luis Claramunt[11]. Cette √©poque marque un changement stylistique dans le travail de Barcel√≥, qui revient √† une peinture figurative, puis progressivement plus classique, traitant de portraits et natures mortes. L'ann√©e 1982 marque un tournant dans la carri√®re de l'artiste. Il entame tout d'abord une carri√®re artistique internationale en exposant √† Toulouse o√Ļ il fait la connaissance d'Yvon Lambert et de Jean-Louis Froment[1]. Puis il est invit√© √† la Documenta VII de Cassel[1] o√Ļ il se lie d'amiti√© avec Jean-Michel Basquiat[7]. √Ä partir de cette date Barcel√≥ est reconnu comme une valeur s√Ľre de l'art contemporain qui le classe dans le nouveau courant de ¬ę jeunes sauvages ¬Ľ. C'est √©galement en 1982, qu'il entre pour la premi√®re fois dans les collections d'un important mus√©e avec l'acquisition de plusieurs Ňďuvres par le Centre d'arts plastiques contemporains de Bordeaux.

Miquel Barcel√≥ part alors vivre plusieurs mois √† l'√©tranger pour travailler et s'installe √† Naples en 1983. Cette m√™me ann√©e, il expose pour la premi√®re fois chez Yvon Lambert √† Paris o√Ļ il rencontre Bruno Bischofberger qui ach√®te la plupart des Ňďuvres de l'exposition. Il s'installe dans la capitale fran√ßaise qui constituera d√®s lors un point d'ancrage permanent dans sa vie et sa carri√®re[1]. Le Mus√©e national d'art moderne de Paris acquiert gr√Ęce √† Robert Calle la toile intitul√©e Le Jugement de Salomon. Par l'interm√©diaire de Basquiat, il rencontre Andy Warhol qui r√©alise son portrait, et de retour en Italie rend fr√©quemment visite √† Cy Twombly qui habite alors Rome[7]. L'ann√©e suivante, il part pour le Portugal avec son ami Javier Mariscal pour travailler sur de nouvelles techniques de peinture qu'il applique √† des marines et des paysages. Il rentre ensuite s'installer √† Paris et investi comme atelier l'√©glise Notre-Dame du Liban dans l'enceinte de l'Institut Curie de la rue d'Ulm, sur la suggestion de Robert Calle alors directeur de l'institut[12], pour peindre une s√©rie d'Ňďuvres sur le Louvre[6]. En juin 1984, Bruno Bischofberger, apr√®s une exposition √† Zurich, devient son marchand exclusif[7],[1]. Barcel√≥ r√©alise une importante s√©rie d'expositions individuelles organis√©e par Jean-Louis Froment et commenc√©e √† Bordeaux le 10 mai 1985, puis √† Madrid, Munich et pour finir √† l'Institut d‚Äôart contemporain de Boston en avril 1986[1], qui l'imposent d√®s lors comme le chef de file des artistes contemporains espagnols et l'artiste espagnol vivant avec la plus grande projection internationale[3].

Miquel Barcel√≥ retourne s'installer en 1986 √† Majorque au cap Farrutx pr√®s d'Art√†[5]. Il travaille √† la coupole du Th√©√Ętre du vieux march√© aux fleurs de Barcelone et cr√©e ses premi√®res ¬ę toiles tourbillons ¬Ľ. √Ä New York o√Ļ il s'installe quelques temps dans Greenwich Village[5], il r√©alise sa premi√®re exposition individuelle chez Leo Castelli, l'un des plus importants galeristes d'art moderne et contemporain. Il entame alors sa p√©riode des ¬ę peintures du d√©sert ¬Ľ et de son travail sur la transparence[13]. Le Mus√©e Reina Sof√≠a acquiert Big Spanish Dinner datant de 1985[7] et Barcel√≥ re√ßoit √† trente ans le prestigieux Prix national des Arts plastiques d'Espagne[5].

La falaise de Bandiagara au Mali, foyer du pays Dogon que Barceló découvre en 1988.

L'ann√©e 1988 marque un tournant dans la vie et l'Ňďuvre de Barcel√≥. Il r√©alise en effet son premier voyage en Afrique en traversant pendant de nombreuses semaines le Sahara depuis Oran en Alg√©rie jusqu'√† Gao au Mali avec ses amis Javier Mariscal, Pilar Tomas et Jordi Brio[14],[7]. Il d√©cide alors de prolonger, ce qui sera d√®s lors un voyage initiatique, en restant de six mois de plus au Mali en pays dogon, au Burkina Faso et au S√©n√©gal[7]. Il s'installe √† Sangha[15] sur la falaise de Bandiagara, et durant toute cette p√©riode il r√©alise de nombreux carnets de croquis et d'aquarelles (plus de 3000 feuillets, √† raison de 30 √† 50 par jour), utilisant des techniques mixtes et des pigments locaux[16].

√Ä son retour √† Paris, il travaille dans son nouvel atelier de la rue David-d'Angers o√Ļ il r√©alise la transition entre la p√©riode de ses peintures minimalistes et sa p√©riode africaine. Barcel√≥ repartira en Afrique durant cinq mois en 1989, en r√©alisant un voyage en C√īte d'Ivoire et au Mali[7]. De retour de son voyage, il entame pour la premi√®re fois une collaboration avec le monde du spectacle vivant en cr√©ant les d√©cors et costumes de l'op√©ra Tr√©teaux de maitre Pierre[1] de Manuel de Falla mis en sc√®ne par Jean-Louis Martinoty √† l'Op√©ra Comique le 13 f√©vrier 1990, perp√©tuant en cela une longue tradition des peintres espagnols initi√©e par Picasso. Miquel Barcel√≥ passera √©galement cette ann√©e-l√† plusieurs semaines en Suisse √† peindre sur les glaciers, travail cependant sans lendemain. En effet, il est toujours attir√© par l'Afrique, o√Ļ il repart une nouvelle fois pour pr√©parer un important voyage sur le fleuve Niger.

L'installation en Afrique

Fin 1990, commence un des plus importants voyages en Afrique de Barcel√≥. Ce voyage, m√©ticuleusement pr√©par√©[17] d√©bute √† Abidjan en C√īte d'Ivoire o√Ļ il fait convoyer par bateau un 4x4 depuis Marseille. Il rejoint ensuite par la route Ouagadougou au Burkina Faso, puis S√©gou au Mali par les pistes, en pleine confusion politique au moment o√Ļ Amadou Toumani Tour√© renverse la dictature de Moussa Traor√©[18]. L√† de janvier √† mars 1991, il passera plusieurs semaines √† construire compl√®tement une pirogue-atelier afin de remonter le fleuve Niger vers le nord-est. Malgr√© les nouvelles militaires inqui√©tantes au niveau du gouvernement central et une importante r√©bellion touaregue qui se d√©clenche au nord du pays, Miquel Barcel√≥ d√©cide de mener √† bien son projet et part avec trois maliens de l'ethnie bozo, nomades et p√™cheurs du fleuve, le 16 mars 1991[17]. Il effectue une remont√©e du Niger et du Bani sur 1400 km en deux semaines, remplissant d'aquarelles et de gouaches de tr√®s nombreux carnets de voyage qui seront parmi les plus importants de son Ňďuvre. Il arrive √† Tombouctou en pleine r√©volte touar√®gue[17], puis redescend le fleuve vers S√©gou o√Ļ il restera plusieurs mois √† r√©aliser des tableaux de petit format √† partir de ses esquisses. √Ä la m√™me √©poque en Europe, Robert Calle organise une premi√®re r√©trospective du peintre au Carr√© d'art √† N√ģmes √† partir de juillet 1991 et le journal espagnol El Pa√≠s publie le 16 f√©vrier 1992 un suppl√©ment de 24 pages sur les carnets de voyage de Barcel√≥ au Mali[1].

Au printemps 1992, il √©pouse C√©cile Franken √† Majorque qui donne naissance √† leur premi√®re fille Marcella[1]. √Ä partir de 1992, il habite en alternance √† Paris, √† Majorque et au Mali pr√®s de Sangha o√Ļ il cr√©e un atelier-maison sur les sommets du village de Gogoli[7]. Cette ann√©e-l√† correspond √©galement √† la publication de Too Far from Home de son ami l'√©crivain Paul Bowles, rencontr√© quelques ann√©es plut√īt √† Tanger et avec lequel il a maintenu une importante correspondance, qui s'est inspir√© de la vie de Barcel√≥ √† Gao au Mali pour le personnage principal du roman[19].

La consécration comme peintre contemporain majeur

La Whitechapel Art Gallery de Londres

En 1993, Barcel√≥ commence ses s√©ries de portraits de ses proches et amis ainsi que des habitants dogons de son village au Mali. Il fait la visite des grottes d'Altamira pr√®s de Santander en Espagne, dont les dessins pari√©taux pr√©historiques renforceront son int√©r√™t pour la peinture en relief et impr√©gneront ses travaux futurs[7]. L'ann√©e suivante se passera essentiellement √† Gogoli o√Ļ il r√©alise de nombreux carnets africains et travaille √† ses carnets √† trous produits par les termites. Une importante r√©trospective lui est alors consacr√©e √† Londres √† galerie d'art de Whitechapel, puis en 1995 √† l'Institut valencien d'art moderne (IVAM) et comme repr√©sentant de son pays √† la Biennale de Venise[7]. Cette p√©riode de sa vie correspond √©galement √† la d√©couverte en Afrique du travail de la c√©ramique par Barcel√≥ avec l'aide des artisans de son village. Il en r√©alisera en 1995 une premi√®re exposition √† la Galerie Leo Castelli de New York.

L'ann√©e 1996 consacre institutionnellement l'Ňďuvre de Barcel√≥ avec deux expositions simultan√©es √† Paris au Mus√©e national d'art moderne et √† la Galerie nationale du Jeu de Paume regroup√©es sous le titre Impressions d'Afrique. Il r√©alise √©galement un voyage en √Čgypte et travaillera la c√©ramique traditionnelle √† Majorque[7]. L'ann√©e suivante il fait un long voyage en Patagonie. En 1998, le Mus√©e d'art contemporain de Barcelone organise alors la plus importante exposition r√©trospective de ses Ňďuvres (peintures, dessins, sculptures, c√©ramiques). Barcel√≥ part durant l'√©t√© √† Palerme en Sicile √† l'occasion du Festival 1900 o√Ļ la municipalit√© lui permet √† nouveau d'investir artistiquement une √©glise, Santa Eulalia dei catalani (au nom pr√©destin√© pour un Majorquin), situ√©e dans le quartier populaire de la Vucciria et o√Ļ il va travailler √† de grandes aquarelles sur papier journal blanchi, √† des dessins al fresco sur les asp√©rit√©s et dommages des murs de l'√©glise, et mettre en sc√®ne de tr√®s nombreuses terres cuites r√©alis√©es les mois pr√©c√©dents √† Majorque[20].

Apr√®s un nouveau voyage au Mali, l'ann√©e 1999 pour Barcel√≥ est marqu√©e sur le plan mus√©al par une importante exposition r√©trospective de ses Ňďuvres sur papier au Mus√©e Reina Sofia √† Madrid[21] et sur le plan cr√©atif par de nombreux travaux de sculpture. L'artiste r√©alise pour cela deux approches. La premi√®re consiste en un travail classique de sculptures de grand format, r√©alis√©es dans un ancien entrep√īt de la SNCF. D'autre part Barcel√≥ continue son travail de c√©ramiste chez Jeroni Ginard √† Majorque et d√©bute une collaboration avec Armelle et Hugo Jakubec aux Rairies pr√®s d'Angers[7]. L√† il d√©veloppe des travaux de plus grande envergure, au sens propre, cr√©ant des vases gigantesques, v√©ritables sculptures en reliefs d'animaux divers (souvent des poissons), de cranes, de fruits et l√©gumes. Ces terres cuites sont r√©alis√©es dans la perspective d'une importante exposition au Mus√©e des Arts d√©coratifs de Paris qui a lieu en 2000, et rassemble plus d'une centaine de c√©ramiques.

Détail de la paroi de la Cathédrale de Palma de Majorque.

Miquel Barcel√≥ r√©alise un retour √† la peinture au cours d'un s√©jour √† La Graciosa aux √ģles Canaries en mars 2001. Cette p√©riode est marqu√©e par des tableaux tr√®s vifs et color√©s inspir√©s des fonds marins, des poissons, des vagues qu'il c√ītoie lors de plong√©es sous-marines qu'il pratique r√©guli√®rement. Il r√©alise √©galement au printemps de cette ann√©e-l√† l'une de ses sculptures les plus connues, Mobili un √©norme crane de singe sur roue en bronze[22]. Il se voit alors confier la commande d'√Čtat pour les d√©corations d'une chapelle de la Cath√©drale de Palma de Majorque. Barcel√≥ se consacrera √† cet important travail pendant les cinq ann√©es suivantes, faisant notamment de fr√©quents s√©jours dans l'atelier de Vincenzo Santoriello √† Vietri sul Mare pr√®s de Naples pour r√©aliser les maquettes et des c√©ramiques pour le projet[7]. Durant cette p√©riode il ex√©cute √©galement les dessins pour illustrer La Divine Com√©die de Dante qui, apr√®s une exposition d√©localis√©e sur les quatre √ģles des Bal√©ares en 2003, sera pr√©sent√©e au mus√©e du Louvre, fait exceptionnel du vivant d'un artiste, d'avril √† juillet 2004 en parall√®le de l'exposition Dante et Virgile aux enfers d‚ÄôEug√®ne Delacroix[22]. Il re√ßoit en octobre 2003 le Prix Prince des Asturies pour les Arts, l'une des plus importantes distinctions espagnoles √† dimension internationale. L'ann√©e 2005 pour Barcel√≥ sera consacr√©e √† de nombreux voyages en bateau en M√©diterran√©e tout en suivant l'√©volution des travaux de la cath√©drale de Palme et une tourn√©e en Am√©rique du nord o√Ļ il expose √† New York et au Mexique.

Il r√©alise en 2006 deux projets importants qui d√©passent son travail habituel : d'une part il s√©journe une longue p√©riode au Mali o√Ļ il donne des cours √† des √©tudiants du Conservatoire des Arts et M√©tiers Balle Fassek√© Kouyat√© de Bamako et d'autre part il monte sur sc√®ne pour la premi√®re fois avec Josef Nadj pour leur spectacle-performance Paso Doble pr√©sent√© en juillet dans la cour d'honneur du Palais des Papes au Festival d'Avignon[22]. La fin de l'ann√©e est consacr√©e aux d√©corations de la chapelle de Palma et plus particuli√®rement √† la r√©alisation des vitraux. L'inauguration de la chapelle de la cath√©drale de Palma de Majorque a lieu le 2 f√©vrier 2007, en pr√©sence du roi Juan Carlos d'Espagne. Suite √† cela, ce dernier et l'√Čtat espagnol lui confieront la d√©coration d'une salle de conf√©rence du Palais des Nations √† Gen√®ve, notamment de son immense coupole de 1500 m2, que l'Espagne souhaite offrir en cadeau aux Nations unies[23]. Le projet est men√© √† bien entre 2007 et 2008 pour son inauguration par le roi d'Espagne et Ban Ki-moon le 18 novembre 2008. En 2009, il repr√©sente son pays lors d'une r√©trospective de ses Ňďuvres des ann√©es 2000 au pavillon de l'Espagne de la Biennale de Venise.

L'Ňďuvre de Barcel√≥

La peinture et la sculpture

Reconnu tr√®s jeune comme un peintre important et souvent consid√©r√© comme appartenant au mouvement n√©o-expressioniste[2], le style de Miquel Barcel√≥ est √† la fois associ√© au modernisme et au post-modernisme √† l'instar de peintres comme Anselm Kiefer ou Julian Schnabel[4]. Son Ňďuvre s'est construite au fil des ann√©es avec toutes les techniques du dessins, de l'aquarelle et de la peinture, puis s'est √©largie √† la poterie et √† la sculpture, la r√©alisation de d√©cors et de costumes de sc√®nes, voire √† la cr√©ation de spectacles, et √† l'√©dification de r√©alisations monumentales r√©sultant de commandes d'√©tat pour des sites particuliers. Peu d'artistes ont ainsi d√©montr√© une cr√©ation si prot√©iforme, le rapprochant immanquablement dans la vari√©t√© de ses productions au travail d'un autre peintre espagnol, Picasso[24].

  • La ¬ę p√©riode classique ¬Ľ

Durant cette première période de Miquel Barceló, qui débute schématiquement de 1979 pour finir en 1987, plusieurs sujets de prédilections ont constitués l'essentiel de ses créations. Ce sont les séries des Bibliothèques et des Ateliers, des Autoportraits, du Louvre et des Restaurants chinois[10],[11],[13].

  • Le ¬ę minimalisme d√©sertique ¬Ľ

Les Ňďuvres de cette p√©riode sont de grands tableaux de paysages blancs sur fonds color√©s g√©n√©ralement plus ou moins visibles, si ce n'est gr√Ęce √† leur titre, sur lesquels sont dispos√©s pierres, ¬ę coprolithes ¬Ľ, et objets divers (coupes, verres) avec leurs ombres port√©es[25]. √Ä propos de cette p√©riode artistique qui correspond √† sa vie √† New York entre 1986-1987 et √† son imm√©diat retour de son premier voyage en Afrique, Barcel√≥ d√©clare : ¬ę Je suis parti vers l'Afrique parce que mes tableaux devenaient blancs, non pas √† force d'y mettre rien, mais √† force de tout enlever. Je suis all√© dans le d√©sert, parce que mes tableaux ressemblaient au d√©sert ¬Ľ[9]. Ces tableaux, tr√®s minimalistes dans leur apparence mais riches de mati√®res diverses dans les couches de peintures accumul√©es mais laissant appara√ģtre des transparences, sont pour Barcel√≥, comme un ¬ę effacement des choses et une gen√®se ¬Ľ[25].

  • Les corridas
Les arènes, une source d'inspiration pour Barceló
  • L'Afrique
  • Les portraits

Comme de nombreux peintres, Miquel Barcel√≥ a r√©alis√© un grand nombre d'autoportraits √† partir des ann√©es 1980, notamment dans la s√©rie des biblioth√®ques, o√Ļ il se repr√©sente, pensif, au milieu de nombreux livres, verres de vin, et r√©cipients vari√©s, souvent nu et entour√© de fum√©es. √Ä ce titre L'Amour fou de 1984, o√Ļ l'artiste se repr√©sente allong√© sur un lit, en √©rection, au milieu d'un biblioth√®que fournie de ses auteurs pr√©f√©r√©s (Nabokov, Scott Fitzgerald, Proust, Joyce, Baudelaire...) est embl√©matique de cette p√©riode[10]. Ces autoportraits constituaient alors quasiment les seules figures humaines de ces tableaux[26], car Barcel√≥ √©prouvait alors une difficult√© ¬ę √† √™tre le bourreau sous le regard de la victime ¬Ľ[27]. √Ä partir de 1992, il entame des s√©ries de portraits de ses amis proches comme Paul Bowles (1992), Castor Seibel (1992), Bruno Bischofberger (1993), Evgen Bavcar (1994), Pierre Berg√©, Herv√© Guibert (pr√®s de 25 portraits)[28], Bernard Picasso ou Herv√© Landry (2000), et de ses concitoyens dogons de Gogoli comme son ami Ogobara (1996)[26]. Ces tableaux o√Ļ l'on reconnait le visage du mod√®le ne sont toutefois pas hyperr√©alistes et s'inscrivent largement dans son travail de rapport entre la mati√®re et le support, avec des strates et surfaces d√©form√©es qui incluent souvent poils, cheveux, ou dents r√©els.

  • Les aquarelles et carnets de voyages
Les situations d'Afrique, comme ici cet homme à Ouagadougou, sont la source centrale d'inspiration de Barceló pour ses carnets d'Afrique

Barcel√≥ peut √™tre consid√©r√© comme un important aquarelliste contemporain. Son travail pr√©paratif se base depuis de nombreuses ann√©es sur des dessins rapides et lavis d'aquarelle effectu√©s dans de nombreux carnets r√©alis√©s lors de ses voyages, notamment en Afrique, constituant petit √† petit durant la p√©riode 1990-2000 une part centrale de son Ňďuvre. Ces carnets ont suivi l'√©volution stylistique du peintre, avec une premi√®re p√©riode emprunte de minimaliste d√©sertique, de dessins dans les tons gris, marron, souvent r√©alis√©s √† base de pigments et de terres locaux comme pour les Carnets Grand Bassam, les Carnets d'Assynie (1990-1991) et les Carnets Gogoli (1992). Une importante s√©rie est constitu√©e par les Carnets des Livres des trous (1993) qui furent remplis apr√®s avoir √©t√© dispos√©s sur des termiti√®res que les insectes trou√®rent al√©atoirement cr√©ant ainsi une source d'inspiration pour Barcel√≥ qui compl√©ta les vides cr√©√©s. √Ä la fin des ann√©es 1990, il √©volua dans la r√©alisation d'importantes aquarelles tr√®s vives et color√©es repr√©sentant diverses sc√®nes de vie quotidienne africaines dans la s√©rie des Carnets de Sangha.

  • Les amas de mati√®res
  • Les c√©ramiques

Les premiers essais de c√©ramiques de Barcel√≥ r√©sultent en grande partie des conditions atmosph√©riques qu'il a rencontr√©es au Mali. En effet, l'utilisation de l'aquarelle voire m√™me de la gouache, √©tait rendue impossible en raison de l'extr√™me s√©cheresse des mois de janvier √† juillet dans la r√©gion de la boucle du Niger. Devant l'impossibilit√© de r√©aliser ses peintures et la difficult√© √† travailler sous la chaleur, il d√©cide en 1994 de s'initier √† la poterie avec une vieille femme du village de Sangha dans lequel il r√©side[29]. Il mod√®le alors des terre cuites √† 400¬įC dans un four √† ciel ouvert, d'inspirations zoomorphes et des masques qui constitueront ses premi√®res √©tudes dans ce domaine avec des Ňďuvres comme Pinocchio, Two Torsos et T√™te d'amo[7]. Son travail sur la c√©ramique s'apparente en r√©alit√© √† une forme de sculpture utilisant des techniques et une expression alternative. En 1996 et 1997, il travaille aux techniques traditionnelles de c√©ramique dans l'atelier de Jeroni Ginard √† Art√† √† Majorque, dont un certain nombre seront coul√©es en bronze[7]. Son int√©r√™t grandissant pour la mati√®re meuble que constitue la glaise, l'a conduit en 1999 √† travailler dans l'atelier d'Hugo et Armelle Jakubec aux Rairies pr√®s d'Angers pour r√©aliser de plus grands formats et constituer la base d'expositions ambitieuses. De l'exploration des techniques de c√©ramiques est issu en grande partie le projet monumental de la chapelle de la cath√©drale de Palma de Majorque compl√©t√© en 2006 ainsi que Paso doble, un spectacle th√©√Ętral con√ßu la m√™me ann√©e avec le chor√©graphe Josef Nadj.

  • La sculpture

Autres réalisations

En 1986, Miquel Barcel√≥ a peint une coupole de 12 m√®tres de diam√®tre pour l'ancien march√© aux fleurs de Barcelone transform√© en th√©√Ętre. Il r√©alisa √©galement en 1998 la red√©coration d'une √©glise Santa Eulalia dei Catalani√† √† Palerme, dans le cadre d'une exposition, Il Cristo della Vucciria, de son travail pictural et sculptural avec les poteries. Entre 2000 et 2002, il a r√©alis√© les illustrations de la Divine Com√©die de Dante dont les dessins furent pr√©sent√©s au Louvre en d'avril √† juillet 2004[30] avant d'√™tre √©dit√©s.

La chapelle de la cathédrale de Palma de Majorque

La Cath√©drale de Palma de Majorque en 2006. Au centre la chapelle Sant Pere au moment du changement des nouveaux vitraux par Barcel√≥ (b√Ęches protectrices).

Une Ňďuvre majeure de Barcel√≥ fut la r√©alisation de 2001 √† 2006, sur commande, des d√©corations int√©rieures et des vitraux de la chapelle Sant Pere de la Seu de la cath√©drale Bajo el mar de Palma de Majorque sur son √ģle natale, qui ont √©t√© inaugur√©s par le roi Juan Carlos d'Espagne le 2 f√©vrier 2007[31]. Sur une surface d'environ 300 m2, l'artiste a repr√©sent√© sur la verticalit√© des murs, des sc√®nes d'eucharistie empruntant √† l'Ancien et au Nouveau Testament (symboles du Christ - poisson, pain...) et √† la culture des √ģles Bal√©ares. Son travail s'articule autour de supports de poterie et de c√©ramiques cr√©ant des sculptures rappelant l'art pari√©tal[32]. Il a √©galement con√ßu les vitraux, en collaboration avec l'atelier de Jean-Dominique Fleury √† Toulouse, qui ont √©t√© chang√©s pour l'occasion. Cette r√©alisation est consid√©r√©e par Dore Ashton, une importante critique d'art am√©ricaine, comme l'un des travaux les plus importants de l'artiste[33].

Le Palais des Nations à Genève

Entre 2007 et 2008, il a r√©alis√©, avec une vingtaine d'assistants, la d√©coration de la coupole de la salle de conf√©rence XX du Palais des Nations √† Gen√®ve, projet d√©j√† propos√© √† Marc Chagall qui l'avait refus√© pour des raisons de sant√© dans les ann√©es 1970[23]. Dans le style de l'art pari√©tal qu'il d√©veloppe depuis quelques ann√©es, le d√īme de la salle est constitu√© d'une multitude de stalactites de couleurs vives r√©sultant de vraies coulures de peintures (plus de 30 tonnes de peintures ont √©t√© n√©cessaires √† la r√©alisation de l'Ňďuvre). Ce projet monumental, un cadeau √† l'ONU command√© par le roi d'Espagne en 2005, a fait d√©bat dans le pays natal de l'artiste autour des modes de financement[23],[34] dont l'artiste a d√©clarer ignorer le d√©tail[35]. L'Ňďuvre d'environ 900 m2 [36] est inaugur√©e le 18 novembre 2008 par le roi Juan Carlos et le secr√©taire g√©n√©ral de l'ONU Ban Ki-moon dans la salle o√Ļ se r√©unira d√©sormais le Conseil des droits de l'homme.

Collaboration avec les artistes de la scène

Miquel Barcel√≥ a souvent collabor√© avec des artistes de la sc√®ne, notamment en cr√©ant les d√©cors de nombreux spectacles de danse, de th√©√Ętre, ou d'op√©ra comme Les Tr√©teaux de maitre Pierre de Manuel de Falla mis en sc√®ne en 1990 par Jean-Louis Martinoty[1] ou L'Enlevement au s√©rail de Mozart mont√© par J√©r√īme Deschamps et Macha Make√Įeff en 2004[37]. Mais en 2006, Miquel Barcel√≥ d√©cide d'aller plus loin en montant sur sc√®ne avec le chor√©graphe et metteur en sc√®ne Josef Nadj, pour son spectacle Paso doble pr√©sent√© au Festival d'Avignon. Tous les soirs, le duo, qu'ils formaient, composait une Ňďuvre sculpturale (√† base du travail de poterie de Barcel√≥) originale et diff√©rente √† chaque fois.

En 2008, il r√©alise le d√©cor de Rouge, Carmen, une pi√®ce de th√©√Ętre mise en sc√®ne par Juliette Deschamps, la fille a√ģn√©e de J√©r√īme Deschamps et Macha Make√Įeff[38], et cr√©√©e √† Lyon lors du festival des Nuits de Fourvi√®re.

Liste des principales Ňďuvres de Barcel√≥

  • Nicotina, 1980, technique mixte sur papier.
  • Mapa de carn, 1982, huile sur toile (195 x 345 cm), Fondation La Caixa, Barcelone.
  • Pintagossos gris, 1982, acrylique sur toile (195 x 147 cm), CAPC de Bordeaux
  • Pintagossos vermell i groc, 1982, acrylique sur toile (195 x 147 cm), CAPC de Bordeaux
  • √Čtude pour jeune homme ivre, 1982, technique mixte sur papier (149 x 100 cm), Collection Lambert √† Avignon.
  • Il pintor damunt el cadro, 1983, technique mixte sur toile (263 x 319 cm), Les Abattoirs, Toulouse.
  • Peintre br√Ľlant ses tableaux, 1983, technique mixte sur papier (150 x 100 cm), Collection Lambert √† Avignon.
  • L'ombra che trema, 1983, huile sur toile (300 x 600 cm).
  • Le Jugement de Salomon, 1983, technique mixte sur toile (312 x 200 cm), Mus√©e national d'art moderne, Paris.
  • S√©rie des Biblioth√®ques, 1984, huiles et techniques mixtes sur toiles et papiers.
  • L'Amour fou, 1984, huile sur toile (285 x 403 cm), Fondation La Caixa, Barcelone.
  • Le Petit Amour fou, 1984, huile sur papier (105 x 110 cm), Collection Lambert √† Avignon.
  • Louvre (noir et blanc), 1985, huile sur toile (303 x 210 cm), Mus√©e Reina Sof√≠a, Madrid.
  • Big Spanish Dinner, 1985, huile sur toile (200 x 300 cm), Mus√©e Reina Sof√≠a, Madrid.
  • Tous les dessins de 1985, 1986, technique mixte sur toile (300 x 200 cm).
  • Sistole / Diastole, 1987, technique mixte sur toile (300 x 400 cm), CAPC de Bordeaux.
  • Femme avec les pieds propres, 1988, gouache sur papier.
  • D√©jeuner sur l'herbe II, 1988, technique mixte sur toile (206 x 330 cm), Mus√©e Reina Sof√≠a, Madrid.
  • Coprolithes I, 1988, technique mixte sur toile.
  • La Flaque, 1989, technique mixte sur toile, Fondation Juan-March.
  • Paysage pour aveugles sur fond rouge, 1989, technique mixte sur toile, Galerie Bruno Bischofberger, Zurich.
  • Paysage pour aveugles sur fond vert, 1989, technique mixte sur toile, Collections BBVA.
  • Toile blanche, 1989, technique mixte sur toile (225 x 287 cm), Mus√©e d'art contemporain de Barcelone.
  • El ruedo amarillo, 1990, technique mixte sur toile.
  • Saison des pluies I, 1990, technique mixte sur toile, Collection J√©r√īme de Noirmont.
  • Saison des pluies II, 1990, technique mixte sur toile (229 x 285 cm), Mus√©e d'art contemporain de Barcelone.
  • Le D√©luge, 1990, technique mixte sur toile, (230 x 285 cm) Mus√©e Guggenheim, Bilbao.
  • Autour du Lac Noir, 1990, technique mixte sur toile.
  • Carte d'Espagne, 1990, technique mixte sur papier.
  • Carnet Assinie, 1991, dessins et aquarelles.
  • Carnets Grand Bassam, 1990-1991, dessins et aquarelles.
  • Le Golfe de Guin√©e, 1991, s√©ries de gouaches sur papier.
  • Ga ba kofe, Kulu, et Che nani, 1991, peintures et fibres sur toile (petits formats), Galerie Bruno Bischofberger, Zurich.
  • Gran animal europeu, 1991, technique mixte sur toile.
  • Dos polls, 1991, technique mixte sur toile, collection Fischbach, Los Angeles.
  • Toile paradis, 1991, technique mixte sur toile (235 x 285 cm), Mus√©e d'art contemporain de Barcelone.
  • Toile d√©bordante, 1991, huile sur toile (200 x 200 cm), Fondation La Caixa, Barcelone.
  • De rerum natura, 1992, technique mixte sur toile (300 x 400 cm), Carr√© d'art, N√ģmes.
  • C√©cile √† neuf mois, 1992, technique mixte sur toile.
  • Boubou baby-foot, 1992, peinture sur toile.
  • Setze Penjats, 1992, ensemble de peintures (155 x 967 cm), Galerie Bruno Bischofberger, Zurich.
  • Le Bal des pendus, 1992, ensemble de peintures (235 x 375 cm), Fondation Su√Īol, Barcelone.
  • Cabrit i cabrida, 1992, technique mixte sur toile (297 x 246 cm), Mus√©e Guggenheim, Bilbao.
  • Carnets Gogoli, 1992, dessins et aquarelles.
  • Somalie 92, 1992, technique mixte sur toile (195 x 130 cm), Fondation Gianadda, Martigny.
  • Sans titre, 1992, technique mixte sur toile (236 x 286 cm), Les Abattoirs, Toulouse.
  • Livre pour aveugles, 1993, 48 lithographies en relief con√ßues avec Evgen Bavcar.
  • Livre des trous, 1993, carnets regroupant dessins et aquarelles.
  • Animal du peintre (Chat aux pinceaux), 1993, sculpture sur pl√Ętre et bronze, Galerie Bruno Bischofberger, Zurich et Mus√©e Reina Sof√≠a, Madrid.
  • Atelier enfum√©, 1993, technique mixte sur toile, galerie J√©r√īme de Noirmont.
  • L'Atelier au sculpture, 1993, technique mixte sur toile (200 x 300 cm), Mus√©e Reina Sof√≠a, Madrid.
  • Atelier avec sculptures √©questres, 1993, technique mixte sur toile (237 x 238 cm), Mus√©e d'art contemporain de Barcelone.
  • Nu de dos allong√©, 1993, technique mixte sur toile (132 x 165 cm), FRAC √éle de France, Paris.
  • L'Anguille, 1993, technique mixte sur toile.
  • Portrait de Bruno Bischofberger, 1994, technique mixte sur toile, Collection Bruno Bischofberger.
  • 3 Tom√°tiques, 1994, technique mixte sur toile.
  • Ex-voto √† la ch√®vre, 1994, technique mixte sur toile (235 x 285 cm), Mus√©e national d'art moderne, Paris.
  • Ball de la carn, 1994, technique mixte sur toile (285 x 725 cm), Mus√©e d'art contemporain de Barcelone.
  • Atelier avec 6 taureaux, 1994, technique mixte sur toile, collection Fischbach.
  • Pinocchio, Two Torsos et T√™te d'amo, 1994, terres cuites.
  • Double portrait / Deux papayes, 1995, technique mixte sur papier (recto et verso) (79 x 103 cm), Mus√©e national d'art moderne, Paris.
  • Autoportrait sur pichet, 1997, fer et terres cuites.
  • Pinocchio mort, 1998, bronze, Galerie Bruno Bischofberger, Zurich.
  • Cristo-radice, 1998, technique mixte sur papier mont√© sur canevas (408 x 280 cm), Galerie Bruno Bischofberger, Zurich.
  • Cavallo crocifisso, 1998, technique mixte sur papier mont√© sur canevas (408 x 280 cm).
  • La caduta dal cavallo, 1998, technique mixte sur papier mont√© sur canevas (408 x 280 cm).
  • L'Homme charg√©, 1998, technique mixte sur papier mont√© sur canevas (300 x 200 cm), Galerie Bruno Bischofberger, Zurich.
  • L'albero, 1998, technique mixte sur papier mont√© sur canevas (348 x 382 cm), Galerie Bruno Bischofberger, Zurich.
  • Ramo inclinado, 1998, technique mixte sur toile (285 x 235 cm), Mus√©e Botero, Bogotta.
  • Des potirons, 1998, technique mixte sur toile (200 x 300 cm), Mus√©e des Beaux-Arts, Bilbao.
  • Caramull de cinc cranis, 1998, c√©ramique, Mus√©e de la c√©ramique, Barcelone.
  • Floquet de neu, le gorille albinos, 1999, technique mixte sur toile, collection Andersen, Munich.
  • T√™te de gorille, 2000, bronze, Galerie Bruno Bischofberger, Zurich.
  • L'Ours bless√©, 2000, technique mixte sur toile, collection Brandhorst, Cologne.
  • Une trentaine de grenades, 2001, technique mixte sur toile.
  • Gran rebozo, 2001, technique mixte sur toile.
  • Grand jaune piquant, 2001, technique mixte sur toile, Galerie Bruno Bischofberger, Zurich.
  • Grischoux et artichauts, 2001, technique mixte sur toile, Galerie Bruno Bischofberger, Zurich.
  • Mobili, 2001, bronze, Galerie Bruno Bischofberger, Zurich.
  • Banc de poissons bleu II, 2002, technique mixte sur toile.
  • Elefandret, 2004, bronze.

Principales expositions individuelles internationales

La Galerie nationale du Jeu de Paume qui organisa en 1996 la premi√®re grande r√©trospective de l'Ňďuvre de Barcel√≥
Le Musée Reina Sofía à Madrid qui organisa la plus importante rétrospective Barceló en 1999 (ici présentant une exposition de Tàpies, l'une des influences de Barceló).

Principales expositions collectives

Prix et distinctions

Miquel Barceló est lauréat du Prix national d'Arts plastiques d'Espagne en 1986 et récipiendaire du prestigieux Prix Prince des Asturies pour les Arts en 2003. Il reçoit le titre de docteur Honoris causa de l'Université des Îles Baléares en février 2007[22].

Bibliographie

Les ouvrages utilis√©s pour la r√©daction de l'article sont suivis de ¬ę Ouvrage utilis√© pour la r√©daction de l'article ¬Ľ.

Livres de Miquel Barceló

  • Toros, en collaboration avec Lucien Clergue et Rodrigo Rey Rosa, √©ditions Bruno Bischofberger, Zurich, 1991, (ISBN 3-905173-33-6).
  • La Boucle du d√©sert de Paul Bowles illustr√© par Barcel√≥, √©ditions Austral, 1996, (ISBN 2-84112-039-2)
  • Miquel Barcel√≥ : Farrutx 29.III.94, en collaboration avec Bernard Picasso, √©ditions Images Modernes, Paris, 1999, (ISBN 2-913355-02-1).
  • Carnets d'Afrique, en collaboration avec Patrick Mauri√®s, √©ditions Le Promeneur, Paris, 2003, (ISBN 2-07-073487-0).
  • La Divine Com√©die de Dante, trois volumes illustr√©s par Barcel√≥, √©ditions France Loisirs, Paris, 2003, (ISBN 2-7441-6671-5).
  • Pornogr√°fica, en collaboration avec Jean-Marie Del Moral (photographie), Actes Sud, Arles, 2004, (ISBN 2-7427-5227-7).
  • La Catedral Bajo el Mar, en collaboration avec Agust√≠ Torres (photographie), √©ditions Galaxia Guttenberg, Barcelone, 2005, (ISBN 84-8109-212-6).

Livres sur Miquel Barceló

  • Miquel Barcel√≥ : peintures de 1983 √† 1985, √©ditions du CAPC, Bordeaux, 1985.
  • Daniel Dobbels, √Ä tous deux inconnu : Jean-Marie Del Moral, Miquel Barcel√≥, 1988, (ISBN 2-86869-267-2).
  • Miquel Barcel√≥ in Mali, Galerie Bruno Bischofberger, Zurich, 1989.
  • Collectif d'auteurs, Miquel Barcel√≥, Carnet de dessins - Expositions √† la Galerie national du Jeu de Paume et au Centre Georges-Pompidou, √©ditions du Jeu de Paume et du MNAM, Paris, 1996 (ISBN 2-908901-44-7) . Ouvrage utilis√© pour la r√©daction de l'article
  • De Picasso √† Barcel√≥ : collection de la Fondation Juan March, ouvrage collectif, √©ditions du Mus√©e Toulouse-Lautrec, Albi, 1996, (ISBN 2-901284-35-3).
  • Castor Seibel, Miquel Barcel√≥ ou la peinture, L'√Čchoppe, Paris, 1998 (ISBN 2-84068-090-4) . Ouvrage utilis√© pour la r√©daction de l'article
  • (it) Roberto And√≤ et Luc R√©gis, Miquel Barcel√≥, Il Cristo della Vucciria, Charta, Milano, 1998 (ISBN 88-8158-190-6) . Ouvrage utilis√© pour la r√©daction de l'article
  • (es) Enrique Juncosa, Miquel Barcel√≥, Obra sobre papel 1979-1999, Ministerio de Educacion y Cultura, Madrid, 1999 (ISBN 84-8003-180-8) . Ouvrage utilis√© pour la r√©daction de l'article
  • Francisco Calvo Serraller, Grands d'Espagne, de Picasso √† Barcel√≥, √©ditions R√©union des mus√©es nationaux, Paris, 1999, (ISBN 2-7118-3826-9).
  • Jean-Luc Olivi√©, Barcel√≥, √©ditions du Mus√©e des Arts d√©coratifs, Paris, 2000, (ISBN 2-901422-66-7).
  • Jo√ęlle Busca, Miquel Barcel√≥ : le triomphe de la nature morte, √©ditions Lettre vol√©e, Bruxelles, 2001, (ISBN 2-87317-119-7).
  • Jean-Luc Nancy et Jean-Louis Prat, Miquel Barcel√≥, Mapamundi, √Čditions de la Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence, 2002 (ISBN 2-900923-28-X) . Ouvrage utilis√© pour la r√©daction de l'article.
  • Maria Antonia de Castro, De Picasso √† Barcel√≥ - Exposition Martigny Fondation Pierre-Gianadda, Gianadda Parution, 2003 (ISBN 2-88443-076-8) . Ouvrage utilis√© pour la r√©daction de l'article
  • Jean-Marie Del Moral et Patrick Mauri√®s, Barcel√≥, Actes Sud, Arles, 2003, (ISBN 2-74-274511-4)
  • Ott√≥ Tolnai et Josef Nadj, L'Ombre de Miquel Barcel√≥, √©ditions de l'Entretemps, Vic-la-Gardiale, 2002, (ISBN 2-912877-68-7)
  • Pierre P√©ju, √Čric M√©zil et Agust√≠ Torres, Portrait de Miquel Barcel√≥ en artiste pari√©tal, √©ditions Gallimard et Collection Lambert en Avignon, 2008 (ISBN 978-2-07-011907-3) . Ouvrage utilis√© pour la r√©daction de l'article.

Liens externes

Rérérences

  1. ‚ÜĎ a‚ÄČ, b‚ÄČ, c‚ÄČ, d‚ÄČ, e‚ÄČ, f‚ÄČ, g‚ÄČ, h‚ÄČ, i‚ÄČ, j‚ÄČ et k‚ÄČ Miquel Barcel√≥ (1996), Biographie, p. 167-170
  2. ‚ÜĎ a‚ÄČ, b‚ÄČ et c‚ÄČ Miquel Barcel√≥ dans The Grove Dictionnary of Art, Oxford University Press, 1996, p.214
  3. ‚ÜĎ a‚ÄČ, b‚ÄČ et c‚ÄČ Petit dictionnaire des artistes contemporains, Pascale Le Thorel-Daviot, √©ditions Larousse, Paris, 1996, p.27, (ISBN 2-03-511333-4).
  4. ‚ÜĎ a‚ÄČ et b‚ÄČ Thomas McEvilley (1996), p. 153-155
  5. ‚ÜĎ a‚ÄČ, b‚ÄČ, c‚ÄČ, d‚ÄČ, e‚ÄČ, f‚ÄČ et g‚ÄČ (it) Biographie de Miquel Barcel√≥ sur le site du Mus√©e d'art moderne de Lugano
  6. ‚ÜĎ a‚ÄČ et b‚ÄČ Herv√© Guibert (1996), p. 15-17.
  7. ‚ÜĎ a‚ÄČ, b‚ÄČ, c‚ÄČ, d‚ÄČ, e‚ÄČ, f‚ÄČ, g‚ÄČ, h‚ÄČ, i‚ÄČ, j‚ÄČ, k‚ÄČ, l‚ÄČ, m‚ÄČ, n‚ÄČ, o‚ÄČ, p‚ÄČ, q‚ÄČ, r‚ÄČ, s‚ÄČ et t‚ÄČ Nancy et Prat (2002), p. 161-167.
  8. ‚ÜĎ Dans les ann√©es 1980, cette √ģle deviendra le parc naturel de Sa Dragonera.
  9. ‚ÜĎ a‚ÄČ et b‚ÄČ de Castro (2003), p. 221-222.
  10. ‚ÜĎ a‚ÄČ, b‚ÄČ, c‚ÄČ et d‚ÄČ Juncosa (1999), p.20
  11. ‚ÜĎ a‚ÄČ et b‚ÄČ Juncosa (1999), p.21-22
  12. ‚ÜĎ Bob Calle, Collectionneur d‚Äôart contemporain dans Le Journal des arts n¬ļ261 du 8 juin 2007
  13. ‚ÜĎ a‚ÄČ et b‚ÄČ Juncosa (1999), p.24
  14. ‚ÜĎ Herv√© Guibert (1996), p. 24-27
  15. ‚ÜĎ Miquel Barcel√≥ d√©clare sur ce premier voyage : ¬ę √Ä Sangha, j'ai trouv√© le lieu qui semblait sortir de mes peintures, m√™me les plus anciennes. Ces choses qui sont encore en vie et en train de pourrir en m√™me temps. Une acc√©l√©ration de vie et de mort, des choses qui se nourrissent d'elles m√™mes. ¬Ľ in Miquel Barcel√≥ - Expositions √† la Galerie national du Jeu de Paume et au Centre Georges-Pompidou, 1996, p.28.
  16. ‚ÜĎ Herv√© Guibert (1996), p.36.
  17. ‚ÜĎ a‚ÄČ, b‚ÄČ et c‚ÄČ Miquel Barcel√≥ (1996), p. 78-85.
  18. ‚ÜĎ Castor Seibel (1998), p.23.
  19. ‚ÜĎ Miquel Barcel√≥ (1996), Biographie, p. 58
  20. ‚ÜĎ Roberto And√≤ et Luc R√©gis (1998), p.10-17.
  21. ‚ÜĎ Juncosa (1999), Miquel Barcel√≥, Obra sobre papel 1979-1999 catalogue de l'exposition
  22. ‚ÜĎ a‚ÄČ, b‚ÄČ, c‚ÄČ et d‚ÄČ (es) Biographie de Miquel Barcel√≥ sur le site de la Fondation ONUart
  23. ‚ÜĎ a‚ÄČ, b‚ÄČ et c‚ÄČ ¬ę Miquel Barcelo, un "ovni" √† Gen√®ve ¬Ľ, dans Le Monde, 17 novembre 2008 [texte int√©gral] 
  24. ‚ÜĎ Castor Seibel (1998), p.12 et p.48.
  25. ‚ÜĎ a‚ÄČ et b‚ÄČ Nancy et Prat (2002), p. 50-52.
  26. ‚ÜĎ a‚ÄČ et b‚ÄČ Nancy et Prat (2002), p. 45.
  27. ‚ÜĎ Miquel Barcel√≥, le triomphe de la nature morte, Jo√ęlle Busca, √©ditions La Lettre vol√©e, Bruxelles, 2000, p.29
  28. ‚ÜĎ Castor Seibel (1998), p.22.
  29. ‚ÜĎ Miquel Barcel√≥ (1996), Biographie, p. 144
  30. ‚ÜĎ La Divine Com√©die - Dessins de Miquel Barcel√≥ sur le site du Louvre.
  31. ‚ÜĎ Miquel Barcel√≥ en la Seu de Mallorca
  32. ‚ÜĎ Portrait de Miquel Barcel√≥ en artiste pari√©tal, Pierre P√©ju et √Čric M√©zil, √©ditions Gallimard et Collection Lambert en Avignon, 2008, p.33-45, (ISBN 978-2-07-011907-3)
  33. ‚ÜĎ (es) ¬ę La bi√≥grafa de Barcel√≥ opina que la capilla de Palma es su mejor obra ¬Ľ, dans El Pa√≠s, 15 mars 2008 [texte int√©gral] 
  34. ‚ÜĎ La part des financements publics dans le budget total de r√©alisation de 20 millions d'euros a repr√©sent√© environ 8 millions d'euros dont 500 000 euros ont √©t√© ponctionn√©s sur des fonds d√©di√©s au d√©veloppement. Dans La ¬ęchapelle Sixtine¬Ľ de Gen√®ve, par Marc Lalive d'Epinay, Le Temps du 15 novembre 2008
  35. ‚ÜĎ ¬ę Miquel Barcelo : ¬ę Je ne connais pas les d√©tails du financement ¬Ľ ¬Ľ, dans Le Monde, 17 novembre 2008 [texte int√©gral] 
  36. ‚ÜĎ ¬ę La "chapelle Sixtine" de Gen√®ve ¬Ľ, dans Le Temps, 15 novembre 2008] [texte int√©gral] 
  37. ‚ÜĎ Un enl√®vement haut en couleurs! par Manon Ardouin
  38. ‚ÜĎ Il y a de sacr√©es gueules dans la "Carmen" de Juliette Deschamps dans Le Monde du 19 juillet 2008.
  • Portail de la peinture Portail de la peinture
  • Portail de la c√©ramique Portail de la c√©ramique
  • Portail de l‚Äôart contemporain Portail de l‚Äôart contemporain
  • Portail des Pays catalans Portail des Pays catalans
Ce document provient de ¬ę Miquel Barcel%C3%B3 ¬Ľ.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Miquel Barcelo de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Miquel barcelo ‚ÄĒ Miquel Barcel√≥ Miquel Barcel√≥ Nom de naissance Miquel Barcel√≥ Naissance 8 janvier 1957 F√©lanitx aux Bal√©ares Nationalit√©  Espagne Activit√©(s) ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Miquel barcel√≥ ‚ÄĒ Nom de naissance Miquel Barcel√≥ Naissance 8 janvier 1957 F√©lanitx aux Bal√©ares Nationalit√©  Espagne Activit√©(s) ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Miquel Barcel√≥ ‚ÄĒ en 2011 Miquel Barcel√≥ es tambi√©n el nombre de un escritor de ciencia ficci√≥n espa√Īola. Miquel Barcel√≥ Artigues (Felanitx, Mallorca, 1957) es un pintor espa√Īol. Contenido ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol

  • Miquel Barcel√≥ ‚ÄĒ in 2011 Miquel Barcel√≥, vollst√§ndig Miquel Barcel√≥ Artigues, (* 1957 in Felanitx, Mallorca) ist ein spanischer Maler und Bildhauer. Barcel√≥ greift in seinem umfangreichen Werk Fragen der Religion, des Anthropomorphismus und der Umwelt auf. Dies… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Miquel Barcelo ‚ÄĒ is a Spanish painter, born in 1957, in Felanitx, Majorca. He studied in GH Barcelona. His work is realist and abstract. In paintings such as Biblioteca, his brushstrokes are violent and the image is stern. He recently was commissioned to design a ‚Ķ   Wikipedia

  • Miquel Barcel√≥ ‚ÄĒ es tambi√©n el nombre de un escritor de ciencia ficci√≥n espa√Īola. Miquel Barcel√≥ (Felanitx, 1957) es un pintor natural de Mallorca (Espa√Īa). Desde peque√Īo estuvo en contacto con la pintura, pues viv√≠a entre los pinceles y colores de su madre que… ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Miquel Barcel√≥ ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir Barcel√≥. Miquel Barcel√≥ Barcel√≥ en f√©vrier 2011 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Miquel Barcel√≥ ‚ÄĒ This article is about the painter. For the writer, see Miquel Barcel√≥ (writer). Miquel Barcel√≥ in 2011 Miquel Barcel√≥ (born 1957) is a Spanish painter from Felanitx, Majorca. Contents ‚Ķ   Wikipedia

  • Miquel Barcel√≥ (escritor) ‚ÄĒ Miquel Barcel√≥ es conocido como escritor, traductor y editor de ciencia ficci√≥n para Ediciones B. Trabaja como profesor de la Universidad Polit√©cnica de Catalu√Īa, instituci√≥n que todos los a√Īos otorga el premio UPC, el m√°s importante de la… ‚Ķ   Enciclopedia Universal

  • Miquel Barcel√≥ (escritor) ‚ÄĒ Para el pintor, v√©ase Miquel Barcel√≥. Miquel Barcel√≥. Editor, traductor y escritor espa√Īol, especializado en el g√©nero de la ciencia ficci√≥n. Como editor, su carrera ha estado ligada a Ediciones B, donde ha dirigido la colecci√≥n NOVA,… ‚Ķ   Wikipedia Espa√Īol


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.