Milos Ier Obrenovic


Milos Ier Obrenovic

Miloš Ier Obrenović

Histoire des Serbes
Flag of Serbia.svg
Antiquité
Zorsines
Drvan
Serbie blanche
Moyen-Âge
Prince de Serbie Blanche
Vlastimir
Mihailo Vojislavljević
Stefan Nemanja
Stefan IV Uroš Ier
Stefan Milutin
Stefan Uroš IV Dušan
Lazar Hrebeljanović
Stefan Lazarević
Occupation Turcs et Empire d'Autriche
Migrations serbes
Histoire des Serbes sous l'occupation ottomane
La Serbie au XIXe siècle
Karađorđe
Miloš Ier Obrenović
Alexandre Karađorđević
Pierre Ier de Serbie
La Serbie et la Yougoslavie monarchique
Attentat de Sarajevo
Alexandre Ier de Yougoslavie
Yougoslavie
La Serbie et la Yougoslavie titistes
Josip Broz Tito
Yougoslavie
La Serbie dans la Yougoslavie post-titiste
-
La Serbie dans la Yougoslavie de Milošević
République serbe de Krajina
Guerres de Yougoslavie
La Serbie et le Monténégro
Serbie-et-Monténégro
La Serbie et les Serbes aujourd'hui
Serbie
Belgrade
République serbe de Bosnie
Miloš Ier Obrenović

Miloš Obrenović, en serbe cyrillique Милош Обреновић, de son vrai nom Miloš Teodorović (né le 18 mars 1780 – mort le 26 septembre 1860) fut Prince de Serbie de 1817 à 1839, puis, à nouveau, de 1858 à 1860.

Issu d’une famille de paysans pauvres, le futur prince Miloš porte le nom de son père, Teodorović. Pour gagner sa vie, il travaille d’abord chez son frère utérin Milan Obrenović, un riche marchand de porcs.

En 1804, Milan Obrenović est, avec Karađorđe, un des chefs de la première révolte serbe contre les Turcs. Le jeune Miloš Obrenović prend part à la rébellion.

À la mort de son frère, en 1810, Miloš lui succède dans son commandement ; il prend alors le nom d’Obrenović. Très vite, il s’oppose à Karađorđe qui tentait de limiter ses pouvoirs.

En 1813, il se bat contre les Turcs mais, vaincu, il doit momentanément se soumettre à la Sublime Porte, qui lui attribue le commandement du district de Rudnik et lui confère le titre de « prince » (knez).

Le 23 avril 1815, le vizir Skopljak ayant tenté de désarmer les Serbes, Miloš Obrenović prend la tête de la deuxième révolte contre les Turcs. Il les bat à Požarevac et s’empare de Kruševac. Le 25 juin 1815, à Dublje, il bat encore le vizir de Bosnie qui marchait contre lui à la tête d’une armée. Cependant, il engage des négociations, au terme desquelles un traité est signé : l'Empire ottoman conserve sa suzeraineté sur la Serbie ; mais un conseil de douze princes est installé à Belgrade : il est chargé d’administrer le pays et de prélever le tribut payable à la Sublime Porte.

En 1817, Miloš Obrenović fait assassiner par le parrain de celui-ci Karađorđe qui tentait de rentrer clandestinement en Serbie.

En novembre 1817, la Skoupchtina, réunie à Belgrade, proclame Miloš prince régnant de Serbie. À partir de ce moment, pour préserver la relative autonomie de son pays, il pratique une politique d’équilibre entre la Turquie et la Russie. Il fait de Kragujevac la capitale de la Serbie, il divise le pays en provinces, institue un conseil d'État et organise des tribunaux.

Le 15 août 1830, la Turquie accepte de reconnaître Miloš Obrenović comme Prince de Serbie. Il organise alors une armée permanente.

En 1835, il promulgue une constitution, condamnée par la Turquie, la Russie et l’Autriche, pays autocratiques, en raison de son caractère trop libéral

En 1838, la Turquie impose aux Serbes une nouvelle constitution. Pour limiter les pouvoirs du Prince régnant, un Sénat est créé, dans lequel entrent les principaux princes de Serbie, jaloux pour la plupart de l’autorité de Miloš Obrenović.

En 1839, la politique turque d’affaiblissement du prince porte ses fruits. Le 13 juin, dans un climat de grande rivalité entre les chefs, Miloš est obligé d’abdiquer en faveur de son fils aîné Milan. Le nouveau prince ne règne que quelques jours et c’est le deuxième fils de Miloš, Michel, qui lui succède sous le nom de Michel III Obrenović. Mais, en 1842, à cause de sa jeunesse et de son inexpérience, le prince Michel est à son tour contraint d’abdiquer. C’est un membre de la famille des Karađorđević, Alexandre, qui est désigné à sa place.

Écarté du pouvoir, Miloš se retire en Valachie.

Le 23 décembre 1858, après l'abdication d’Alexandre Karađorđević, il est rappelé par la Skoupchtina.

Le 26 novembre 1860, Miloš Obrenović meurt. Son fils Michel est alors appelé à lui succéder à nouveau.

Succède à :
Karađorđe
liste des princes et rois de Serbie suivi par :
Milan III Obrenović
Succède à :
Alexandre Karađorđević
liste des princes et rois de Serbie suivi par :
Michel III Obrenović

Lien externe

  • Portail de la Serbie et du peuple serbe Portail de la Serbie et du peuple serbe
Ce document provient de « Milo%C5%A1 Ier Obrenovi%C4%87 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Milos Ier Obrenovic de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Miloš Ier Obrenović — Titre Prince d …   Wikipédia en Français

  • Milos Ier Obrenović — Miloš Ier Obrenović Histoire des Serbes Antiquité Zorsines Drvan …   Wikipédia en Français

  • Milos Obrenovic — Miloš Ier Obrenović Histoire des Serbes Antiquité Zorsines Drvan …   Wikipédia en Français

  • Miloš Obrenović — Miloš Ier Obrenović Histoire des Serbes Antiquité Zorsines Drvan …   Wikipédia en Français

  • Obrenovic — Obrenović Histoire des Serbes Antiquité Zorsines Drvan …   Wikipédia en Français

  • Obrenović — Histoire des Serbes Antiquité Zorsines Drvan …   Wikipédia en Français

  • Michel III Obrenović — Le prince Michel III Obrenović Titre Prince de Serbie …   Wikipédia en Français

  • Milan Ier de Serbie — Pour les articles homonymes, voir Milan (homonymie). Milan Obrenović Milan Obrenović, en serbe cyrillique Милан Обреновић, (né à Manasija en Valachie le 22 août …   Wikipédia en Français

  • Milan III Obrenović — Pour les articles homonymes, voir Milan (homonymie). Milan III Obrenović Milan III Obrenović …   Wikipédia en Français

  • Milan IV Obrenović — Milan Ier de Serbie Milan Obrenović Milan Obrenović, en serbe serbe cyrillique Милан Обреновић, (né à Manasija en Valachie le 22 août 1854 mort à Vienne le 11 février …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.