Mignon (histoire)


Mignon (histoire)
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l’acception historique du mot mignon. Pour les autres sens du mot, voir mignon (homonymie).

Mignon est le nom donné au XVe siècle aux favoris des grands seigneurs. Le terme est à cette époque complètement dépourvu de connotation homosexuelle : il apparaît dès le règne de Charles VII et désigne aussi bien les « mignons de Dieu » ou les « mignons du pape » (les jésuites). Il traverse la Manche à la fin du XVe siècle sous la forme minion (fidèle, subalterne). Il ne prend une coloration sexuelle qu’à partir du règne d'Henri III (1551-1589), à l’époque duquel les courtisans adoptent un genre de vie raffiné qui fait la risée du peuple. Aux XIXe et XXe siècles, il désigne plus particulièrement les favoris de ce dernier souverain.

Sommaire

Les « mignons de couchette »

Cette expression, utilisée par Brantôme, désigne les mignons du roi Charles VIII. Quand un favori est bien en vue, il a l’insigne honneur de dormir dans la chambre royale. C’est une façon pour le roi de récompenser ses serviteurs les plus fidèles.

À la Renaissance, la chambre royale est considérée comme sacrée et pouvoir y dormir en présence même du souverain — considéré comme le lieutenant de Dieu sur terre — est l’ultime consécration d’un courtisan.

Henri II est un grand adepte de cette démonstration de faveur. Il en use beaucoup avec Anne de Montmorency qui, par de nombreuses fois, a le suprême privilège de dormir avec lui dans son lit. Ce genre de comportement choque les ambassadeurs étrangers, mais ceux-ci se font finalement à cette idée car la cour de France est réputée pour sa très grande familiarité.

Sous l’impulsion rigoriste d'Henri III, les mœurs de la cour de France évoluèrent. On n’entre plus dans la chambre royale comme auparavant. La chambre royale devient encore plus sacrée et les personnes qui pouvant y pénétrer font l’objet des plus vives jalousies, d’où le durcissement des quolibets à l’égard de ceux qu’on appelle vulgairement les « mignons de couchette » à la fin du XVIe siècle.

Les mignons de Henri III

Henri, duc d’Anjou (1570)
Le jeune prince se fait remarquer par son élégance et son goût pour la mode.

Sous le règne d'Henri III, les gentilshommes qui fréquentent la cour de France s’habillent avec un raffinement démesuré qui choque les bourgeois. Sur le modèle du roi, les courtisans se fardent, se poudrent et se frisent les cheveux. Ils portent des boucles d’oreille, de la dentelle et de grandes fraises empesées.

Ces courtisans font l’objet des railleries de la part du peuple. C’est qu’à l’époque, on tolère encore mal, dans une cour qui a toujours promu la virilité brute et considéré le raffinement comme une faiblesse, le penchant de Henri III et de son entourage pour la culture de la fête et le goût pour l’apparence.

Les favoris d'Henri III sont au centre de ces moqueries. Le roi promeut à la cour des hommes de petite noblesse, à qui il confie d’importantes responsabilités. Il entend s’appuyer sur des hommes neufs pour gouverner. Sa cour voit donc apparaître un cercle restreint de favoris qui connaissent, grâce à leur protecteur, une fortune fulgurante.

Les premiers à associer le mot « mignon » à l’homosexualité sont les calvinistes. Hostiles à toute frivolité, les prédicateurs protestants condamnent fermemment les phénomènes de mode et interdisent la pratique de la danse, usuelle chez les catholiques. Devant l’engouement pour les futilités de la cour des Valois, ils s’emploient à dénoncer l’attitude efféminée des courtisans.

L’image des mignons véhiculée par les protestants est vite reprise par la Ligue catholique qui mène, à partir de 1585, une vaste campagne de désinformation contre Henri III et sa cour. La propagande ligueuse se poursuit après l’assassinat du roi en 1589 et lui survit dans l'historiographie aux XVIIe et XXe siècles.

Caricature d’un mignon dénonçant son caractère efféminé.
Parue en 1605 dans L’Isle des Hermaphrodites de Thomas Artus.

Parmi les plus célèbres favoris d'Henri III figurent les noms de :

auxquels il faut ajouter les deux plus proches collaborateurs d'Henri III, les « archimignons » :

Voir aussi


Notes et références

  1. Dans son ouvrage Messieurs de Joyeuse, Pierre de Vaissière assure ne trouver aucune lettre dans les correspondances privées de Henri III, de ses mignons ou des ambassadeurs étrangers, faisant allusion à une quelconque homosexualité

Bibliographie


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Mignon (histoire) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mignon — mignon, onne (mi gnon, gno n ) adj. 1°   Qui plaît par la délicatesse et la gentillesse. Visage mignon. Bouche mignonne. Une beauté mignonne. Des souliers mignons. •   Si mignonne et si belle.... Que la beauté plus grande est laide auprès de vous …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Mignon (rivière) — Mignon Caractéristiques Longueur 46 km Bassin  ? Bassin collecteur Sèvre niortaise Dé …   Wikipédia en Français

  • Histoire Des Treize — William Boucher Auteur Honoré de Balzac Genre Étude de mœurs Pays d origine …   Wikipédia en Français

  • Histoire des treize — William Boucher Auteur Honoré de Balzac Genre Étude de mœurs Pays d origine …   Wikipédia en Français

  • Histoire des Treize — William Boucher Auteur Honoré de Balzac Genre Étude de mœurs …   Wikipédia en Français

  • Mignon (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Mignon qualifie une personne ou chose qui, dans son apparence menue, offre de la grâce et de la gentillesse. Sommaire 1 Histoire 2 …   Wikipédia en Français

  • Histoire économique et démographique de la Charente-Maritime — Au cours de ces deux derniers siècles, la Charente Maritime a franchi en plusieurs étapes des seuils démographiques importants, dont celui symbolique du demi million d’habitants après 1975. Cependant, cette croissance démographique ne s’est pas… …   Wikipédia en Français

  • Mignon Talbot — Pour les articles homonymes, voir Talbot (homonymie). Mignon Talbot est une paléontologiste américaine, née le 16 août 1869 à Iowa City et morte le 18 juillet 1950. Elle enseigne la géologie et la géographie au Mount Holyoke College de 1904 à… …   Wikipédia en Français

  • mignon —    Jeune pédéraste... passif. Apollon à belles fesses. L’histoire faisant mention des pages de Henri III, qui étaient non seulement ses favoris, mais encore ses mignons, ne laisse pas de doute sur l’emploi qu’ils avaient auprès de leur maître.… …   Dictionnaire Érotique moderne

  • Histoire du Havre — Aujourd hui l histoire contemporaine de la ville du Havre est connue, notamment grâce au classement au patrimoine mondiale de l UNESCO du centre ville reconstruit, qui devint un tas de gravas la nuit du 5 septembre 1944. Mais l histoire …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.