Michel Regnaud De Saint-Jean D'Angély

ï»ż
Michel Regnaud De Saint-Jean D'Angély

Michel Regnaud de Saint-Jean d'Angély

Peinture de Michel Regnaud de Saint-Jean d'Angély

Michel-Louis-Étienne Regnaud de Saint-Jean d'AngĂ©ly (nĂ© Ă  Saint-Fargeau le 3 novembre 1760 - mort Ă  Paris le 19 mars 1819) est un homme politique, avocat et journaliste, dĂ©putĂ© aux États gĂ©nĂ©raux, conseiller et ministre d'État sous l'Empire, comte d'Empire, membre de l'AcadĂ©mie française (Ă©lu en 1803 ; exclu en 1816).

Sa famille maternelle possédait des biens à Saint-Jean-d'Angély. Il est le pÚre du Maréchal Auguste Regnaud de Saint-Jean d'Angély.

Sommaire

Biographie

Contrairement à ce que certains historiographes pourraient laisser croire, Michel Regnaud et sa famille écrivaient leur nom "Regnaud" et non pas "Regnault", comme l'indiquent clairement des dizaines d'actes notariés passés par l'intéressé et sa femme pendant leur vie.

NĂ© Ă  Saint-Fargeau, le futur dĂ©putĂ© et ministre de NapolĂ©on quitte encore enfant la Bourgogne natale, et s'en va vivre en Saintonge avec ses parents, Ă  Saint-Jean-d'AngĂ©ly une ville dont sa mĂšre Ă©tait originaire. Il fait des Ă©tudes de droit Ă  Poitiers et il devient avocat avec dispense d'Ăąge. AprĂšs avoir occupĂ© divers emplois, notamment Ă  la PrĂ©vĂŽtĂ© de la Marine Ă  Rochefort, il vient Ă  Paris puis, Ă©tant retournĂ© Ă  Saint-Jean-d'AngĂ©ly oĂč l'appelle le dĂ©cĂšs de son pĂšre, il participe Ă  la rĂ©daction des cahiers de dolĂ©ances du tiers de la province de Saintonge, qui l'Ă©lit aux États gĂ©nĂ©raux de 1789.

Sous la RĂ©volution

DĂ©putĂ© du tiers Ă©tat de la sĂ©nĂ©chaussĂ©e de Saint-Jean-d'AngĂ©ly, il ajoute Saint-Jean d'AngĂ©ly Ă  son nom pour se dĂ©marquer de plusieurs homonymes, dont un procureur au Parlement de Paris, et il siĂšge dans le groupe des « conciliateurs Â» qui s'efforçent d'accorder les idĂ©es nouvelles avec celles de la monarchie. Il crĂ©e le Journal de Versailles dont il est le principal rĂ©dacteur en 1789 puis, en 1791, il collabore Ă  divers journaux dont le Journal de Paris oĂč il lie d'amitiĂ© avec AndrĂ© ChĂ©nier, et L'Ami des patriotes, journal subventionnĂ© par la liste civile.

Admirateur de Necker, ami de sa fille Madame de StaĂ«l, il appartient Ă  la mouvance libĂ©rale libĂ©ral de 1789, et, se dĂ©marquant des orlĂ©anistes regroupĂ©s autour de Mme de Genlis, il rejoint le parti Feuillant. C'est lui qui, en 1791, sur la proposition du marquis de Villette, fait voter le transfert en grandes pompes des restes de Voltaire au PanthĂ©on, Ă©vĂ©nement qui donne lieu Ă  un pompeux cĂ©rĂ©monial. Il se fait remarquer dans les clubs, aux jacobins puis aux Feuillants avec Lameth, Desmeuniers et quelques autres. À la fin de la Constituante, il reprend son mĂ©tier d'avocat, se chargeant des intĂ©rĂȘts de l'Ordre de Malte) mais surtout, il est surtout avec son ami Malouet, un des agents secrets de la Cour, en concertation avec les derniers ministres de Louis XVI, Montmorin, Valdec de Lessart et autres dispensateurs des fonds de la Liste civile. AprĂšs la journĂ©e du 10 aoĂ»t 1792, son nom est compris dans une liste de proscritption et il doit se cacher. En octobre 1792, il reparaĂźt et rejoint le groupe de royalistes dĂ©cidĂ©s - comme le poĂšte AndrĂ© ChĂ©nier avec lequel il se lie - Ă  peser sur la dĂ©cision de certains conventionnels dans le procĂšs du roi. EnrĂŽlĂ© sous un nom d'emprunt dans l'armĂ©e du nord, il est reconnu et arrĂȘtĂ© mais rĂ©ussit Ă  s'enfuir. En septembre 1793, alors que la situation politique se durcit, que la loi des suspects est votĂ©e, il se cache sous une fausse identitĂ© (« Des Richards Â»), rue du Bac, oĂč des amis viennent le ravitailler. Il manque plusieurs fois se faire arrĂȘter mais parvient de justesse Ă  passer le cap de thermidor. Il trouve un asile chez les parents d'une jeune actrice dont il a un fils, Auguste Regnaud de Saint-Jean d'AngĂ©ly, futur marĂ©chal de France. La mĂšre meurt en couches et Regnaud recueille l'enfant - le futur marĂ©chal Regnaud de Saint-Jean d'AngĂ©ly - qu'il reconnait et Ă©lĂšve.

Il Ă©pouse peu aprĂšs, en aoĂ»t 1795, Laure Guesnon de Bonneuil, immortalisĂ©e par le pinceau de François GĂ©rard et connue par son salon politique, artistique et littĂ©raire de 1796 Ă  1817. Sa mĂšre, Madame de Bonneuil, trĂšs belle femme, modĂšle de Roslin et de VigĂ©e-Lebrun, une des « berceuses Â» du banquier Nicolas Beaujon, avait Ă©tĂ© l'Ă©gĂ©rie du poĂšte AndrĂ© ChĂ©nier. ArrĂȘtĂ©e pour activisme royaliste sous la Terreur, elle venait de rĂ©chapper Ă  la guillotine contrairement Ă  sa sƓur et son beau frĂšre d'EprĂ©mesnil. RuinĂ©e Ă  sa sortie de prison, elle s'improvise agent de liaison et de renseignement pour le compte de CazalĂšs, agent du comte de Provence en Espagne et en Angleterre, puis de Talleyrand, ministre de NapolĂ©on, qui Ă©taient ses amis. Mme de Bonneuil procure Ă  son gendre Regnaud des ouvertures dans les milieux de la haute Ă©migration royaliste.

Sous le Directoire

Nommé administrateur des hÎpitaux de l'armée d'Italie, il y fait la connaissance de Bonaparte et lie son destin au futur empereur. En Italie, il est le co-rédacteur avec Napoléon Bonaparte du journal La France vue de l'armée d'Italie.

Regnaud suit Bonaparte en Italie en 1796 puis en Égypte en 1798, s'arrĂȘtant Ă  Malte qu'il rĂ©publicanise. Devenu conseiller d'État, section de l'IntĂ©rieur, aprĂšs le 18 brumaire dont il contribue au succĂšs, il a un rĂŽle d'Ă©minence grise ou de conseiller occulte : NapolĂ©on avait reconnu ses hautes qualitĂ©s de juriste, sa culture politique et historique et sa facilitĂ© Ă  rĂ©diger des discours.

Sous le Consulat et l'Empire

Il s'occupe durant toute la pĂ©riode napolĂ©onienne des relations du gouvernement avec le SĂ©nat conservateur, se charge des affaires privĂ©es de la famille impĂ©riale : il est un des artisans du divorce avec JosĂ©phine. À l'origine de nombreuses lois concoctĂ©es au Conseil d'État et qui furent mises en vigueur par la suite, il participe activement Ă  la prĂ©paration des codes napolĂ©oniens. Malheureusement pour sa mĂ©moire, il est chargĂ© de justifier auprĂšs du SĂ©nat conservateur les scandaleuses levĂ©es de conscrits de 1806 Ă  1813. En Ă©change de ses services NapolĂ©on le fait comte de l'Empire par lettres patentes du 24 avril 1808 et assure sa fortune. EntrĂ© Ă  l'AcadĂ©mie française en 1803 le comte Regnaud en est exclu en 1816.

Ayant acceptĂ© un portefeuille de ministre pendant les Cent-Jours, il est proscrit au retour des Bourbons et, frappĂ© d'exil, il vit un an aux États-Unis. GraciĂ© par l'ordonnance gĂ©nĂ©rale de 1819, il meurt la nuit mĂȘme de son retour Ă  Paris.

Sources

Lien externe


Précédé par
Jean-Sifrein Maury
Fauteuil 8 de l’AcadĂ©mie française
1803-1816
Suivi par
Pierre-Simon de Laplace
  • Portail de la RĂ©volution française Portail de la RĂ©volution française
  • Portail du Premier Empire Portail du Premier Empire
Ce document provient de « Michel Regnaud de Saint-Jean d%27Ang%C3%A9ly ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Michel Regnaud De Saint-Jean D'Angély de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Michel Regnaud de Saint-Jean d'Angely — Michel Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly Peinture de Michel Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly Michel Louis Étienne Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly (nĂ© Ă  Saint Fargeau le 3 novembre 1760 mort Ă  Paris le 19 mars 1819) est un homme… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Michel Regnaud de Saint-Jean d’AngĂ©ly — Michel Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly Peinture de Michel Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly Michel Louis Étienne Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly (nĂ© Ă  Saint Fargeau le 3 novembre 1760 mort Ă  Paris le 19 mars 1819) est un homme… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Michel regnaud de saint-jean d'angĂ©ly — Peinture de Michel Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly Michel Louis Étienne Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly (nĂ© Ă  Saint Fargeau le 3 novembre 1760 mort Ă  Paris le 19 mars 1819) est un homme politi 
   WikipĂ©dia en Français

  • Michel Regnaud de Saint-Jean d'AngĂ©ly — Peinture de Michel Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly Michel Louis Étienne Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly (nĂ© Ă  Saint Fargeau le 3 novembre 1760 mort Ă  Paris le 19 mars 1819) est un homme politique, avocat et journaliste, dĂ©putĂ©… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Michel-Louis-Etienne Regnaud de Saint-Jean-d'Angely — Michel Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly Peinture de Michel Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly Michel Louis Étienne Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly (nĂ© Ă  Saint Fargeau le 3 novembre 1760 mort Ă  Paris le 19 mars 1819) est un homme… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Michel-Louis-Étienne Regnaud de Saint-Jean d'AngĂ©ly — Michel Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly Peinture de Michel Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly Michel Louis Étienne Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly (nĂ© Ă  Saint Fargeau le 3 novembre 1760 mort Ă  Paris le 19 mars 1819) est un homme… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Regnaud de Saint-Jean d'AngĂ©ly — Michel Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly Peinture de Michel Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly Michel Louis Étienne Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly (nĂ© Ă  Saint Fargeau le 3 novembre 1760 mort Ă  Paris le 19 mars 1819) est un homme… 
   WikipĂ©dia en Français

  • Michel-Louis-Étienne Regnaud de Saint-Jean d'AngĂ©ly — Michel Louis Étienne Regnaud, later 1st Count Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly (3 December 1761, Saint Fargeau – 11 March 1819, Paris) was a French politician. Contents 1 Life 1.1 Early activities 1.2 Conflict with radicals 
   Wikipedia

  • Regnaud de Saint-Jean d'Angely — (spr. rönƍ d ĂŸĂ€ng schang dangsch li), Auguste Michel, Graf, franz. General, Sohn des Grafen Michel Louis Etienne R., der, geb. 1762, unter Napoleon I. mehrere hohe Ämter bekleidete und 11. MĂ€rz 1819 starb, geb. 29. Juli 1794 in Paris, gest. 1.… 
   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Auguste Regnaud De Saint-Jean D'AngĂ©ly — Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly Auguste Michel Etienne Comte Regnaud de Saint Jean d AngĂ©ly, nĂ© Ă  Paris le 30 juillet 1794 et mort Ă  Cannes le 1er fĂ©vrier 1870, est un marĂ©chal de France 
   WikipĂ©dia en Français


Share the article and excerpts

Direct link

 Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.